Profil de Francisco Varga > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Francisco Varga
Classement des meilleurs critiques: 3.081
Votes utiles : 44

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Francisco Varga

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Compromission: Volume 1
Compromission: Volume 1
Prix : EUR 0,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un moment de lecture immersif dans l'univers sensuel d'Erika., 10 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Compromission: Volume 1 (Format Kindle)
Erika écrit beaucoup et vite..... j'ai eu la chance de pouvoir lire ses premiers jets que je ne me suis pas gené pour commenter. ses relectures sont efficaces et pertinentes. Elle a la chance de bénéficier d'un flot d'inspiration continu et de pouvoir le travailler afin de livrer des produits finis qualitatifs.
Ce livre est assez loin de ce que la plupart des ménagères trouvent habituellement dans 50 shades. le ton est léger, j'aime les auteurs qui s'amusent en écrivant (ce n'est pas mon cas - je suis plutôt dans la catégorie constipé pour ma part). Les schémas psychologiques sont variés et nous ne sommes jamais en tant que lecteur confrontés à un personnage identique que mettrait en scène un auteur paresseux.
Dans ce premier volet de compromissions, Erika met en place son univers. Une héroine qui a des réactions masculines et qui ne s'embarasse ni de la morale sociale ni de ses désirs. Elle est tout simplement une femme libre, exigeante avec elle meme et ses attentes. c'est une femme moderne qui ne pense pas que le sexe est une source de plaisir pour les hommes et une simple monnaie d'échange pour les femmes. c'est en ce sens qu'elle est libre. elle a meme le courage de tomber amoureuse d'un homme qui pourrait la fragiliser.
J'aime beaucoup cet univers réaliste, drole et atypique. la lecture est agréable, les fantasmes..... sont marqués par un vécu sous jacent que l'on ressent à chaque page et qui me donne parfois l'impression de rentrer dans la tete d'une femme qui aime les hommes qui aiment les femmes...
j'attends la suite.......


Le royaume de la forêt: T2 - La déesse du sexe
Le royaume de la forêt: T2 - La déesse du sexe
Prix : EUR 2,49

4.0 étoiles sur 5 un bijou de sensualité presque pas trop perverse...., 31 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le royaume de la forêt: T2 - La déesse du sexe (Format Kindle)
les personnages sont vivants, charnels et crédibles, même si l’histoire d’un bout à l’autre est une porte ouverte sur un univers fantasmatique d’une richesse et d’une telle inconvenance que chaque page se déguste avec la gourmandise d’un amateur.

la déesse du sexe est une fable qui peut se lire à deux, je vous le recommande. je compte y prendre beaucoup de plaisir….

mais revenons à l’histoire en quelques mots.

Sophie, une jeune prussienne, fille d’un hiérarque aujourd’hui décédé ne se morfond plus dans le royaume des Juvaans, peuple sage aux pratiques éloignées sur tous points de tout héritage judéo- chrétien. Grande prêtresse de Hawila, la déesse du sexe, elle s’associe à elle en lui permettant de faire revenir son père à la vie afin de dépêcher un corps expéditionnaire qui chassera les ennemis héréditaires.

Sophie se révèle dans son identité profonde au contact de sa maitresse. On a pas tous les jours l’occasion d’être initiée au plaisirs suprêmes par la déesse du sexe…. son éducation vole en éclat aussi rapidement qu’un gagnant de l’euro million découvrant les banquettes en cuir et l’attraction des jolies femmes.

Le royaume de la foret n’est pas un livre érotique, mais un ouvrage sur la vie dont l’érotisme est présent à chaque instant, comme dans la réalité de ceux qui acceptent leur part spirituelle et animale.

il y a toujours une part de soi dans ce que l’on écrit. si Erika se reconnait en Sophie, elle ne peut s’empêcher d’évoquer la première des barrières faites aux femmes, leur conditionnement et le regard de leur mère.

j’ai beaucoup aimé les clins d’œil qui parsèment l’ouvrage, Sophie est une femme libre, au milieu de femmes qui le sont un tout petit peu moins qu’elle. l’adultère est mal vécu chez les Juwaans, ce qui lui laisse le champ libre et limite forcément la concurrence des autres femmes. Aucun homme ne se sent autorisé à l’approcher, malgré son insatiable appétit de sexe. c’est toujours elle qui choisit, tous ses partenaires sont au rendez vous… comment pourrait il en être autrement ….

Sophie n’est pas une goulue pour autant, elle ne se limite pas à un seul homme. comment le serait il possible ? mais j’ai du compter en tout 5 ou 6 amants, pas plus… si l’on considère que les soldats prussiens ne sont qu’un personnage (fantasme de la pluralité au service de la femme), il sont encore bien moins nombreux.

Erika Sauw est un auteur de qualité, qui ne se prend pas au sérieux et ne prend personne pour des imbéciles. elle livre un moment de rêve et de plaisir de lecture. un conte pour adultes qui a le mérite de nous conduire avec sensibilité, par la main dans l’univers de sa richissime intimité sensuelle.


INTRIGUE MALGACHE: Les voyages érotiques d'Alexandre Barridon
INTRIGUE MALGACHE: Les voyages érotiques d'Alexandre Barridon
Prix : EUR 1,15

4.0 étoiles sur 5 Jubilatoire, 8 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : INTRIGUE MALGACHE: Les voyages érotiques d'Alexandre Barridon (Format Kindle)
Style mordant, limite parodique..... j'ai pris un immense plaisir à découvrir cet auteur. Tous les clichés du male alpha sont réunis....Jubilatoire.


Le sens de ma vie: Entretien
Le sens de ma vie: Entretien
par Romain Gary
Edition : Broché
Prix : EUR 12,50

3.0 étoiles sur 5 un entretien radiophonique ne reste qu'un témoignage, 8 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sens de ma vie: Entretien (Broché)
Romain Gary est né en Lituanie en 1916, immigrant en Pologne il se retrouve en France par la volonté d'une mère qui avait rêvé le destin de son fils et était profondément amoureuse de cette patrie.
Il s'engage dans l'aviation dès le début de la guerre et rejoint les forces françaises libres à Londres où il est le premier aviateur français.
Il reste huit ans dans l'armée qu'il quitte avec le grade de lieutenant-colonel pour rejoindre le corps diplomatique au titre des services rendus à la nation. Il passera de 17 ans au service étranger, sa carrière s'achevant en qualité de consul de France à Los Angeles. Son destin littéraire a pris une telle ampleur et sa vie c'est si compliqué suite à son mariage avec Jean Sieberg qu'il décide de se consacrer exclusivement à la littérature et à la collaboration d'écriture cinématographique. Il a été scénariste du « jour le plus long » ainsi que de quantité de projets qui n'ont jamais vu le jour.
Romain Gary a écrit toute sa vie depuis l'âge de neuf ans. En russe, en polonais, en français puis en américain. Il se définit lui-même comme un caméléon. C'est un des seuls cas où un artiste réalise quatre mues culturelle successive tout au long de sa vie. Loin d'être déraciné, il a toujours possédé une solide conscience de ses origines et de ses racines.
Selon lui il n'a pas eu de vie ; c'est la vie à qui il a appartenu . La richesse de son existence n'est pas due à ses choix mais s'est imposée comme cela, dans le tumulte du siècle, au contact des évènements et des grands hommes qui l'ont fait. On voudrait tous avoir vécu sa vie. Être reconnu pour son nom et pour son talent. Romain Gary ; Émile Ajar…
La lecture de ce livre laisse tout de même le gout d'un gentil baratin d'un homme qui se livre superficiellement et laisse un message de bonheur quelques mois avant d'accomplir son suicide. Il reste de cette lecture quelques anecdotes agréablement dites aimables entendre mais qui ne donne aucune clé permettant de comprendre l'accomplissement du destin tragique qu'il a choisi de clore.


Auteur de romans érotiques
Auteur de romans érotiques
Prix : EUR 5,62

5.0 étoiles sur 5 Un tres bon bouquin, bien écrit, accrochant.... superbe témoignage ou toute ressemblances..... serait le fruit du hasard..., 2 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Auteur de romans érotiques (Format Kindle)
Au sortir de ses études, une jeune femme de vingt-deux ans, Alexandra, très littéraire, rêve de vivre de sa plume et se trouve alors confrontée au monde de l’édition qui ne l’a pas attendue. Elle fait la rencontre d’Alain Melville, auteur célèbre, éditeur de ses propres œuvres qui mettent en scène un personnage de fiction récurent, agent secret mercenaire pour la CIA. C’est ce personnage qui depuis plus de vingt ans a fait la fortune et assuré la renommée de son auteur. Alain Melville est avant tout un excellent homme d’affaires qui sait parfaitement compter les sous qu’il gagne et encore plus, ceux qu’il dépense.
Alexandra est séduite par cet homme qui pour elle, incarne la puissance, la maturité ainsi qu’une expérience sexuelle qu’elle imagine hors normes… elle voit dans cette rencontre un moyen efficace de sortir de son anonymat. L’éditeur lui propose de travailler pour lui en réanimant une de ses collections érotiques qui retrace les aventures de la sulfureuse Samantha. Alexandra entame alors avec cet homme, une relation ambigüe.
Celui-ci est excité par sa jeunesse et son imagination érotique alors qu’elle avoue n’avoir aucune expérience concrète du sexe. L’auteur nous fait découvrir au travers de son ouvrage les mesquineries propres au monde de l’édition et surtout nous révèle les facettes peu glorieuses que cet homme que tout le monde aura reconnu. Celui-ci s'avère manipulateur, menteur, goujat, égoïste, ne faisant pas le moindre cas de la valeur humaine des hommes et des femmes avec qui il collabore. Il se complait à entretenir au sein de son entreprise, un climat délétère fondé sur la rétention de l’information et sur l’opposition des collaborateurs entre eux. Elle aura toutes les peines du monde à obtenir un contrat signé et le règlement de ses droits qui s’avèreront très en deçà de la valeur de marché.
Au bout d’un an, épuisée, anéantie par le mépris affiché par son patron et surtout son manque d’empathie à son égard ainsi que par les difficultés relationnelles qu’elle rencontre au sein du groupe, elle décide de démissionner. Elle ne retrouvera plus jamais d’éditeur prêt à la publier.
On aura vite compris qu’Alain Melville n’est autre que Gérard de Villiers, sa femme Nathalie est bien sur Christine, l’actuelle patronne du groupe. Quant à la série Samantha, il s’agit de la peu fameuse Comtesse Alexandra
Un très bon bouquin, bien écrit, accrochant.

Une lecture très agréable. Une tranche de vie dont on devine que l’auteur a dû mettre un temps certain pour se remettre. Un témoignage immersif dans le monde de l’édition de « l’autre littérature ». C’est surtout le trajet d’une jeune femme insuffisamment armée ni assez mature pour tirer profit d’une chance qu’elle n’a pas su saisir. Une preuve supplémentaire que l’auto-édition regorge de récits passionnants, en marge de ce qu’autorise l’establishment parisien.


Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
par Philip K. Dick
Edition : Broché
Prix : EUR 6,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Impossible de passer à coté, 29 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (Broché)
Un futur proche…. une proposition de possible (passé depuis 25 ans)

Blade runner : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?
Dans un futur proche, post-apocalyptique, la planète est ravagée par les conséquences d’un conflit nucléaire suffisamment limité pour laisser survivre quelques humains toujours organisés en nations nourries à la publicité ainsi qu’à la télévision, mais assez cataclysmique pour avoir éradiqué presque toute sorte de vie sauvage.

Une araignée vaut de l’or, un chat domestique est une rareté. Le système solaire a été colonisé, plus par dépit que par motivation de repousser la frontière. Les hommes ont développé des séries d’androïdes parfaitement homomorphes. C’est un des rares domaines ou le progrès semble encore sans limite.

Ces machines dépassent l’homme dans la plupart de ses aptitudes sauf l’empathie, qui est leur véritable talon d'Achille.

Leur présence sur terre est sévèrement contrôlée et règlementée. Une nouvelle sorte d’androïde, le Nexus 6 est une créature presque parfaite. Douée de conscience, d’agressivité, de sentiments, les androïdes ont fui le destin d’esclave qui leur était proposé sur mars pour immigrer clandestinement sur terre et tenter de se fondre dans la population.

Rick Degard, est un Blade runner de la police de San-Francisco. Son rôle, localiser, identifier et réformer les machines qu’on lui demande d’éliminer.

C’est un homme sans états d’âmes, efficace et froid dans l’accomplissement de sa mission. Essentiellement rémunéré à la prime, son intérêt est d’abattre le plus de robots possibles.

Sa confrontation avec ses adversaires va peu à peu infléchir son mode de pensée. Il prend progressivement conscience que son rôle est celui d’un tueur, pas d’un simple éliminateur de matériel.

Une fable morale, peut on croire en l’homme quand on fonde le cyberpunk ?

Avec ce roman écrit en 1966, a une époque ou la destruction de l’humanité par la bombe était plus qu’une simple éventualité, Dick introduit l’univers du roman Post-Apocalyptique (post Apo pour les intimes) et le démarrage de la branche cyberpunk, une des dernières réellement créative dans le domaine de la SF.

Inspiré par Metropolis, l’homme évolue dans un univers où il n’a plus sa place. Le futur a un gout de moisi et de dépression nerveuse.

L’homme vit ses derniers instants en tant qu’espèce, prêt à être relayé par sa création, mieux adaptée. C’est le même message que nous transmettait récemment Steve Hawkins, selon qui le développement de l’intelligence artificielle condamnerait l’homme dès qu’elle serait en mesure de se reproduire et donc d’évoluer.

Dick nous livre un des chefs d’œuvre du genre, largement dénaturé par Ridley Scott dans son adaptation cinématographique. On portera au crédit du cinéaste son exceptionnel rendu de l’univers cauchemardé par l’auteur.


Le potentiel érotique de ma femme
Le potentiel érotique de ma femme
Prix : EUR 5,99

2.0 étoiles sur 5 Quand l'auteur en fait trop..... des tonnes même....., 22 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le potentiel érotique de ma femme (Format Kindle)
Dire que David Foenkinos est un écrivain dont la jubilation est contagieuse est presqu’un euphémisme.

Il en fait un peu trop parfois et pourrait être un peu plus simple. Il me fait penser à certaines personnes qui sur jouent les pitres afin de mieux masquer leur mal être et leur tristesse intime… Le clown serait il triste ?

Le style est tout d’un même un régal ainsi qu’une inépuisable mine d’anti-clichés.

L’histoire est étrange. je n’ai pas bien compris comment Foenkinos trouvait matière à écrire un roman complet sur le sujet.

Résumons:

Hector est le second et dernier fils d’un couple qui ne sait se concentrer que sur une seule chose à la fois. Il est donc né après le départ du premier et a vingt ans d’écart avec son “très grand frère”.

Façonné plus qu’élevé dans un environnement familial ultra conformiste sans pour autant être conventionnel, Hector est un homme transparent, sans ambition, sans réussite, sans sexualité, sans estime de lui. Il est une vision comique de l’étranger de camus.

Il occupe sa vie par une collectionnite maladive. Comme “il ne faut pas être malade” il décide de se débarrasser de cette addiction. Confronté alors au vide soudain de son existence, il décide de se suicider. Hector est un homme discret qui ne réussit rien, pas même sa mort.

Six mois de convalescence plus tard (mon œil – faut vraiment peu connaitre ce type de cas), alors qu’il fabrique les éléments de son alibi (mauvais genre la dépression et le suicide)… Hector rencontre Brigitte, une thésarde sociologue qui fait les même recherches que lui à la BNF (le dernier lieu chic ou l’on drague).

Ils tombent amoureux, Hector trouve alors un sens à sa vie. Leur relation débutante est très charnelle, comme toute histoire qui débute. Lui, est pratiquement puceau à 40 ans… il a du retard à rattraper.

Il s’émerveille chaque jour pouvoir disposer ainsi du corps de Brigitte. Il aime la regarder et la surprend dans un geste follement sensuel, tandis qu’elle nettoie ses vitres.

La fin du roman me semble bâclée et part en sucette, à la recherche d’une happy end inconsistante et sans suspens. Bref, ils s’aiment et se reproduisent.

L’auteur pique une phrase de Djian …. “les pères sont els derniers aventuriers des temps moderne”. Ok pour le clin d’œil, mais une référence plus claire ne m’aurait pas choqué.

Le roman est bon, mais tient uniquement par le style de l’auteur. les personnages ont été insuffisamment travaillés et sont pour la plupart des marionnettes en carton pate. Je ne sais pas vous, mais …. moi, je ne vois ni ne crois un instant à Brigitte… Son beau frère, Gérard, pseudo vainqueur de la course cycliste Ouarzazate – Casablanca est grotesques. Ernest, le très grand frère est tellement inconsistant que l’on se demande pour quoi l’auteur y consacre tant de pages. les parents sont de vraies marionnettes des guignol, décrits avec un soupçon de méchanceté… on comprend que Foenkinos a quelques comptes à régler.

Le livre le laisse sur une sensation de travail inachevé sur la fin, ainsi qu’une vraie frustration au niveau des personnages auxquels je n’ai pas réussi à croire une seule ligne de toute ma lecture.

C’est dommage, le style de l’auteur est parsemé de pépites savoureuses et j’ai tout au long de l’ouvrage ressenti sa jubilation à écrire.

Un livre à lire pour son humour et son écriture…..

Un bon moment de lecture aussi consistant qu’une sucrerie de noël.


Nocturne d'un chauffeur de taxi
Nocturne d'un chauffeur de taxi
Prix : EUR 10,99

5.0 étoiles sur 5 Une pépite venue d'Asie., 22 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nocturne d'un chauffeur de taxi (Format Kindle)
Première nouvelle d’un recueil collectif de nouvelles Coréenne.

Kim Ae-ran

Il a atterri à Séoul, où il conduit chaque jour et chaque nuit un taxi pour le compte d'une société qui ne le nourrit pas .
C'est un homme simple, sans éducation, Sans caractère ni volonté non plus.Il n'est pas méchant,Mais il boit, par faiblesse,Conscient du fait il ne vaut pas grand-chose.
D'erreurs en bévue il a tout perdu . sa famille l'a rejeté sa mère en est morte après qu'il ait stupidement perdu la maison familiale. il s'est fait dépouiller de to même de e sa dignité .
Un jour, Il a rencontré une femme, Jeune, Jolie, Chinoise d'origine coréenne, sans-papiers, sans visa…Dont l'histoire est tout aussi dramatique et triste que la sienne. Elle trime,Esclave moderne pour rembourser le prix de son voyage et celui de sa sœur qui a dû repartir en Chine un œil en moins sans la moindre indemnité . elle a fini par contracter un cancer de l'estomac, après avoir absorbé Les aliments infectés par le produit de nettoyage toxique Avec lequel on lui demandait de travailler tous les jours.
Ils se sont marié comme on s'accroche à une planche en plein naufrage. puis elle est morte . son existence ne comptait pas . il ne sera jamais si elle l'a aimé il en doute. Elle lui a juste laissé les cassettes qu'elle a patiemment enregistré une après l'autre pour qu'il apprenne le chinois. il rêvait de partir en Chine , avec sa jolie femme , pour lui c'était l'eldorado .

Mais elle n'est plus qu'une voix Qu'il entend chaque nuit dans son taxi.

«Où est ma place » se répète t il et entend t il inlassablement.

Quotidien destructeur de tous ceux qui ne sont pas nés du bon côté de la route,Dans une société coréenne impitoyable.

En Corée, on « entre en littérature » non pas grâce à un « premier roman » mais avec une nouvelle, dès lors qu’elle est remarquée, primée par les grands quotidiens ou les très actives revues littéraires. Dans ce recueil édité en n France par Philippe REY nous confrontons aux multiples aspect d'une Société dont la dureté et les règles nous échappent, mais qui à lui seul vaut bien n'importe quels voyages.


Double vie
Double vie

4.0 étoiles sur 5 Tous les hommes ont quelque chose à cacher, 22 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Double vie (Format Kindle)
Toutes les femmes aussi... elles sont moins transparentes.
Un livre drôle, excitant, ardent... comme le style parfait de Sophie Cadalen.


La femme entonnoir
La femme entonnoir
par LAVERGNE Chantal
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Emouvant et drole, 22 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La femme entonnoir (Broché)
Il est des maladies de l’âme que l'on soigne avec le rire.... c'est selon moi la pudeur de l'intelligence... j'ai apprécié ce texte témoignage très court et très dense.

A conseiller dans les salles d'attentes de tous les bons psy qui se respectent.....
A conseiller aussi pour ceux et celles qui ont envie de se prendre en main. Même si Chantal Lavergne ne prétend jamais donner la moindre leçon ou le moindre conseil au lecteur.


Page : 1 | 2 | 3