undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Audy Alice > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Audy Alice
Classement des meilleurs critiques: 12.371
Votes utiles : 54

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Audy Alice

Afficher :  
Page : 1
pixel
Tour de lit coussins modulable avec parures - design réversible ZigZag Vert
Tour de lit coussins modulable avec parures - design réversible ZigZag Vert
Proposé par SEVIRA KIDS

4.0 étoiles sur 5 Très joli, 11 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je l'ai testé avant de l'enlever (on va attendre que bébé naisse et grandisse, car c'est très épais), et le résultat est superbe, moins parfait que sur la photo bien sûr, mais franchement sympa, et surtout, ça resservira plus tard en simple coussin ou en déco.


Etui Housse Luxe Wiko Sunset + STYLET et 3 FILMS OFFERT!!
Etui Housse Luxe Wiko Sunset + STYLET et 3 FILMS OFFERT!!
Proposé par Buyus
Prix : EUR 8,98

3.0 étoiles sur 5 Pas mal, 16 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
L'étui n'a pas une durée de vie incroyable, mais vu son prix et le nombre d’accessoires, on lui pardonne facilement.


Pour Wiko IGGY , Leathlux Fleur Design Slim Soft Flexible TPU Etui Coque Protecteur Skin Cover pour Wiko IGGY
Pour Wiko IGGY , Leathlux Fleur Design Slim Soft Flexible TPU Etui Coque Protecteur Skin Cover pour Wiko IGGY
Proposé par Leathlux
Prix : EUR 5,99

5.0 étoiles sur 5 Super rapport qualité/prix, 16 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Motif bien imprimé, protège bien mon smartphone, le tout pour un prix imbattable! Que demander de plus?
Je rachèterai dans cette collection à l'avenir.


L'élite, tome 1 : Résilience
L'élite, tome 1 : Résilience
par Joëlle Charbonneau
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

29 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Affligeant et supercifiel - Amateur de dystopie de qualité, ne vous faites pas avoir par la bonne éval de ce livre!, 16 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'élite, tome 1 : Résilience (Broché)
Il est rare que je note si mal un livre, je trouve toujours une ou deux choses à sauver pour rajouter au moins une étoile, mais là... Il n'y a tout bonnement rien à sauver de ce livre que je n'ouvrirai plus jamais de ma vie.
Cela m'aura appris au moins une chose, ne pas faire confiance à la note générale sur Amazon, du moins dans la catégorie dystopie, ou, de toute évidence, les lecteurs se contentent de peu. Je n'aime pas être condescendante, mais franchement là, je ne peux pas dire mieux quand je vois les notes attribuées à ce... truc et l'enthousiasme autour.

Mais soit, que je donne mon avis:
L'histoire est survolée, l'histoire des guerres, de la pollution, rien n'est vraiment approfondi, si ce n'est le tradi "L'Asie a fait la guerre aux USA et depuis, c'est la m****". J'appelle ça une solution de facilité pour commencer à écrire une dystopie. Mais c'est somme toute très classique dans la dystopie, guerre nucléaire, reconstruction du pays avec des castes/colonies/districts... Je pourrais pardonner ça (comme je l'ai fait pour Hunger Games dont je suis une fan absolue), si le reste de l'histoire ou au moins les personnages valaient la peine, mais MEME PAS! Rien ne vient sauver la médiocrité de ce bouquin, rien!
Les personnages sont d'une pauvreté affligeante. Cia, j'ai juste eu envie de lui donner des tartes tant elle est naïve et idiote. Heureusement pour elle, elle sait fabriquer des vélos, des chargeurs solaires, tirer avec une arme à feu, cautériser des plaies (elle l'a vu faire une fois, elle a tout bien retenue!) faire des collets et des feux hein! CA TOMBE BIEN j'ai envie de dire! Je veux bien admettre que dans un pays déchiré et contaminé, on doive avoir un certain savoir dans la survie, mais quand même, savoir tout faire à ce point, genre Lara Croft 2.0 tout en étant aussi naïve avec le reste du monde, c'est juste pas crédible du tout. Que sait-on de Cia finalement? Rien, à aucun moment je me suis attachée à elle tellement elle est quiche. Et ne pas s'attacher à l'héroïne est un mauvais départ pour un livre. Elle est présentée comme très intelligente, mais là où elle fait preuve de bons sens, étrangement tous les autres ne voient rien et sont cons comme des briques =_= (j'appelle ça le syndrome Tris tient).
Aucun de ses amis ne sort du lot, et aucun ne m'a étonné. Comment ça, Tomas est pas aussi gentil qu'il en a l'air, oh lala, je m'en serai jamaiiis douté dit donc! Je peux déjà deviné que Michal sera le gentil, et Tomas le méchant, oh, le joli triangle amoureux à l'horizon! (heureusement, je m'infligerais pas la lecture de la suite pour le voir de mes yeux!)

L'histoire est à peine développée donc, et si on pardonne de pas beaucoup parler du passé des guerres nucléaires (à part en des termes d'une simplicité limite vexante, genre période 1, 2 ou 3), difficile d'accepter que le présent soit évoqué avec si peu de détail. Je crois que l'auteur a certainement posé énormément de chose sur son histoire, qui lui paraissent si évidentes qu'elle n'en parle pas, mais le lecteur, lui, manque de matière à se mettre sous la dent! L'action est beaucoup trop rapide, il ne se passe quasi rien, difficile d'imaginer dans quel environnement évoluent vraiment les deux "héro", parce que ce n'est pas correctement écrit, correctement posé. Je déteste ne pas pouvoir me repérer mentalement.
Le passage du premier examen m'a fait bailler, le second examen m'a énervé parce que j'ai mis trois plombes à comprendre comment Cia découvre d'un coup que Roman les a trahit (je suis pas sûre d'avoir vraiment compris d'ailleurs), et alors la survie jusqu'à Tosu, oh bon sang... Déjà, j'aimerai savoir quel attrait a Chicago pour que les gens aiment autant faire de dystopie là-bas? Ensuite, alors qu'avec les examens où les perdants étaient éliminés pouvaient encore avoir des accent d'originalité, nous plongeons là dans un mélange de Hunger Games et Divergent, c'est limite du copié-collé, aucun intérêt, aucune originalité! C'est plus mauvais que Divergent, et pourtant j'ai détesté Divergent (du moins le troisième tome). Des bestioles génétiquement modifiées, des immeubles en ruine, des pièges.. Heureusement que Cia a pensé à emporter une petite trousse de premier secours qui contient minimum 1 litre de désinfectant et 50 comprimés anti-douleur hein! Entre l'infection de Tomas-tête-de-noeud et la sienne, on ne pense PAS DU TOUT à Peeta dans Hunger Games. Et que dire du gars qui sort de nulle part, qui est un rebelle qui refuse de faire partie d'un gouvernement qu'il connait pourtant par coeur, alors là, on pense pas du tout à Divergent. Heureusement pour survivre, ils trouvent des framboises et des carottes sauvages partout, et les collet de Cia font toujours mouche, quelle chance! Quelle chance aussi la facilité avec laquelle ils ont pu voler tout ce qu'il pouvait avant de partir en expédition, tu parles d'un défi!
Nom d'un chien, même l'histoire d'amour ne sauve pas les meubles! Des baisers mouillés d'une fadeur à pleurer! Mais bon, que demander de plus à une quichasse qui a décidé d'aimer tout le monde des le départ quand son père lui a dit de ne faire confiance à personne, hein? Cia me donne la nausée, je vous jure...

Bon, je réalise que j'assassine ce livre, mais je peux pas laisser des gens se laisser abuser par ce bouquin. Je suis pourtant capable de mettre de côté des trucs qui me gonflent si l'ensemble de l'histoire vaut le coup (genre La Sélection, que j'adore, ou New Victoria), mais là... L'explosion de la dystopie, c'est un peu comme Twilight à l'époque, chacun cherche à grappiller sa part de succès, et rares sont les sagas de qualité qui sortent du lot. L'élite ne fait pas exception.
Passez votre chemin!


Darcy et Elisabeth Transcription du Film Orgueil et Prejuges Suivie d'un Commentaire
Darcy et Elisabeth Transcription du Film Orgueil et Prejuges Suivie d'un Commentaire
par Faudrin Fillol Miche
Edition : Broché
Prix : EUR 20,50

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Idée interessante mais non aboutie, 15 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
L'idée de base m'a séduit. Je ne suis pas fan du film de Joe Wright (je suis une inconditionnelle de la série BBC) et lire ce que peuvent en penser des gens qui n'ont pas lu le livre, comment ils le perçoivent, je dis oui.

Les points positifs:
Les premières pages m'ont ravis, parce que ce livre fourmille de détails historiques intéressant qui ne sont pas évoqués par Jane Austen pour qui c'était bien sûr le quotidien. C'est un peu approfondir ce que nous savons déjà, j'ai trouvé ça passionant.
J'ai aimé lire l'histoire qu'imaginait l'auteur derrière chacun des personnages qu'elle ne connait qu'au travers de ce film, j'avais envie de hurler parfois avec amusement "mais combien tu fais fausse route, bon sang!". Ça pousse à se demander si c'est la faute du film, des acteurs, ou celle de l'auteur? Mais sa version de Collins est savoureuse, je dois le remarquer! Et son idée de Mrs Gardiner me confirme qu'elle a l'air d'une petite lady de campagne mal dégrossie dans le film au lieu de la charmante dame de société qu'elle est dans le livre. Quant à Georgiana, j'adore l'actrice mais elle est en effet beaucoup trop enjouée dans le film, ce qui explique la vision frivole que s'en fait l'auteur. Et voir la bonté de Jane critiquer avec tant d'ardeur est plaisant :)
L'auteur analyse également l'image, la façon dont les scènes sont tournées, les éléments qu'on ne voit pas pourtant essentiels qui font que cette scène est si marquante sans qu'on sache pourquoi, c'est intéressant à lire.

Les points négatifs:
Mon enthousiasme s'est essoufflé assez vite finalement. Alors que le livre commence sur les chapeau de roues, on voit nettement vers la fin que la fin du film est limite expédié, des passages oubliés, comme si la passion qu'elle avait mis dans les premiers chapitres avaient disparus, comme si ça l'ennuyait, qu'il fallait vraiment finir ce bouquin nom d'un chien. Ca rend la qualité du livre vraiment très inégale, car comme l'a relevé un autre commentaire, plus on arrive vers la fin, plus on trouve des expressions franchement pas élégantes dans un livre sur Orgueil et Préjugés. Alors qu'elle faisait un effort certain de vocabulaire et de formulation au départ, pouf, à la fin plus rien, on a l'impression d'entendre parler notre voisine, et ce n'est pas vraiment le but. Et que dire du moment où elle passe de Fiztwilliam à Fitzpatrick, pouf, comme ça, et lire Fitzpatrick tout le reste du bouquin m'a donné des envies de mordre, a-t-elle revu le film en écrivant ce livre pour faire une telle erreur?
L'auteur n'est pas un spectateur lambda, mais une psychologue, elle analyse donc le film avec un prisme déformant qui va parfois beaucoup trop loin. Je connais bien le film, je l'ai vu de très nombreuses fois, et je crois pouvoir dire que sa vision des choses va parfois trop loin par déformation professionnelle. Et ce n'est pas pour défendre des personnages que je connais par cœur! L'auteur voit volontiers le futur des personnages en noirs, sexe, disputes, ruine... ils ont droit à tout. Ce manque d'optimisme pour coller à la "réalité" selon sa vision de la vie est regrettable. Analyse les personnages, okay, faire de telles psychanalyses déprimantes, non.
L'auteur se dit une fan inconditionnelle du film, fort bien, mais je me permets de remettre ça en doute quand on voit le nombre d'erreur qu'elle commet, et pas des moindres! Ok, elle n'a pas lu le livre éponyme, c'est tout l’intérêt de son livre d'ailleurs, mais elle a fait des recherches à côté, ne serait-ce que pour les nombreuses anecdotes dont elle nous régale, alors pourquoi n'a-t-elle pas fait ses recherches correctement? J'entends par là que penser que le Kent est à quelques km du Hertforshire, et Londres à côté du Derbyshire est une erreur grossière à l'époque où l'on se déplace en voiture de poste. Et les titres inventés des protagonistes sont aussi ridicules. Passe encore Lady Catherine, la dénomination Lady peut porter à confusion, il faut avoir lu le livre et fait des recherches pour savoir (déduire?) qu'elle est en effet fille de Comte (ce pourquoi elle a le droit de se faire appeler Lady après son mariage avec un homme moins titré que son père) mais pas comtesse, ni vicomtesse, ni baronne, (ou Miss de Bourgh serait appelée Lady Anne ou l'honorable demoiselle de Bourgh). Sir Lewis de Bourgh était au mieux Baronnet ou simple chevalier comme Sir Lucas, bien que sa femme se comporte comme une Duchesse. Quant à Darcy qui serait Duc, quel blague! Un Duc, venir dans un bal de campagne! Un Duc de Derbyshire, rien que ça. Si tel était le cas, Darcy serait appelé Votre Grâce, et certainement pas Darcy.

En conclusion, je ressors déçue de ce livre, qui coûte cher pour ce qu'il est, 20.50, c'est loin d'être donné et c'est ce qui a freiné mon achat si longtemps. Je ne regrette pas de l'avoir lu car le début vaut le détour, mais la fin, vraiment, cumule trop d'erreur d'inattention, de problème de vocabulaire, de qualité médiocre tout court que je suis étonnée qu'une psychologue ne se soit pas rendue compte de ce problème majeur.
Je le note quand même à 3 étoiles, parce qu'il n'est pas si mal et ne mérite pas un "je n'aime pas", mais c'est tout juste!


La Sélection - La Reine
La Sélection - La Reine

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un courte histoire qui vaut le coup d'oeil!, 3 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection - La Reine (Format Kindle)
(Attention, spoiler du tome 3)

J'étais ravie de pouvoir lire l'histoire d'Amberly, à travers ses yeux. Quel plaisir de découvrir la sélection précédente, et un peu de l'histoire qui a précédé cette d'América et Maxon.
J'avais peur que l'auteur nous dépeigne un Prince Clarkson joli coeur, très différent du Roi qu'il devient, ce qui aurait expliqué à quel point sa femme lui est dévouée, mais non :)
Kiera Cass explique parfaitement comment Amberly en vient, à la fin du tome 3, à se sacrifier pour son époux. Dans quel état d'esprit elle est arrivé dans la Sélection. Tout ça devient extrêmement cohérent, et permet de mieux cerner l'histoire de Maxon et de son père, homme qu'il ne m'est, pour ma part, impossible d'aimer. Cela met en lumière également quelques aspect des Castes, et cela ne fait pas de mal à l'histoire non plus, au contraire!

La seule chose que je regrette? Que ce soit un e-book, quel dommage, je voudrais tant que cette histoire soit reliée pour la ranger aux côtés des autres livres!
En tout cas, surtout vu le prix, foncez les gens, vous ne le regretterez pas, parole de fan!


Elizabeth Darcy
Elizabeth Darcy
par Abigail Reynolds
Edition : Relié
Prix : EUR 15,20

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Enfin un livre sur P&P qui tient la route!, 3 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elizabeth Darcy (Relié)
Voilà longtemps que ce livre me faisait envie, depuis sa sortie en fat. Certes, c'est assez récent, mais ma curiosité avait été éveillée et j'attendais d'avoir les fonds pour me l'offrir. Ce qui n'est pas une mince affaire vu son prix, pour le nombre de page, ce n'est pas donné! Et vu les catastrophes que j'ai lu des derniers temps, il fallait vraiment que ce soit bien vendu pour dépenser plus de 15€ dans ce livre.

Bref. Un bon page turner, voilà qui fait plaisir! Je l'ai lu en une journée. Le style n'est pas trop pompeux, l'auteur ne cherche pas à faire trop compliqué, c'est déjà un bon point. J'ai apprécié, tout au long du livre, les rappels à "l'intrigue" de l'original, tout ce qui déroule après la demande en mariage refusée et qui n'ont normalement plus lieux d'être puisque Lizzy se voit piégée dans un mariage de convenance. Les évènements, les dialogues... Ca colle bien.
J'ai particulièrement aimé combien Darcy se berce d'illusion au début, incapable d'imaginer que Lizzy ait pu vouloir refuser sa demande en mariage, et malheureux de constater que la femme qui l'a poussé à faire fi de toutes ses valeurs se transforme en épousé dévouée mais fade, effacée.
Lizzy... Étrange en effet de voir combien elle accepte avec fatalisme son sort sans essayer de se rebeller. C'est assez loin du caractère qu'on lui connait, mais après tout, se retrouvant coincée dans cette situation, cela peut s'expliquer, surtout que l'auteur donne pas mal d'explications et lui prête certains souvenirs et expériences qui étayent sa vision des choses. Mais on regrette tout de même son effacement, je pense que Lizzy aurait pu s'affirmer beaucoup plus sans pour autant gâcher l'histoire. Ce qui me choque le plus est la facilité avec laquelle elle décide de couper les ponts avec sa famille à cause de la bêtise de Lydia, et même avant, parce que Darcy ne souhaite pas la voir conserver des liens avec une belle-famille dont il a honte. Je sais bien qu'à l'époque, et l'auteur le souligne, que la femme doit obéissance à son époux, mais c'est Lizzy dont on parle, pas Jane!
Le personnage que je préfère est, étrangement, Georgianna. J'aime assez la façon de l'auteur de dépeindre comment sa timidité et son affection pour son frère la rend, au regard des autres, prétentieuse et condescendante, comme son grand frère, comme les gens de Lambton peuvent la décrire dans le libre original. Elle se révèle au final une belle-soeur aimante et compréhensive, mais définitivement une Darcy :)

Comme le dit plus haut Alice, il est regrettable que tout se déroule uniquement à Pemberley, cela m'a semblait assez incohérent que Lizzy ne rencontre personne de la famille de Darcy, au moins les parents du Colonel. Je comprends que l’histoire doivent se dérouler dans l'intimité de nos héros, mais tout ce temps, sans rencontrer personne, pas même les autres notables du Derbyshire, voilà bien une chose curieuse en sachant qu'elle devient tout de même la première dame du comté, épousant un homme que bien des femmes ont voulu pour elles ou leurs filles. je sais qu'il est d'usage de laisser aux jeunes mariés le temps de s'habituer à leur nouvelle vie mais bon...

Mais j'ai choisi de faire fi de ces détails pour apprécier l'histoire comme il se devait, et j'ai passé un excellent moment, loin, très loin de mon ébahissement horrifié lors de ma lecture des 5 filles de Mr Darcy ou Le Journal de Mr Darcy, et de ma colère lors de la lecture des Caprices de Mary Bennet.J'ai apprécié pour ma part les quelques scènes osées, l'auteur les amène assez bien, en prenant en compte les croyances et blocage des femmes de l'époque.
Ah, et effectivement, la fin tourne un peu trop sur les je t'aime moi non plus des protagonistes, et la faculté incroyable de Darcy de se voiler la face....

Cela dit, au final, ce livre est une réussite dans son genre, pour moi. Et je suivrai avec attention les prochaines parutions en français de cet auteur.


La Sélection - T3
La Sélection - T3
par Kiera CASS
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Déçue mais contente tout de même., 18 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection - T3 (Broché)
Je suis partagée sur ce troisième tome. Je suis embêtée en fait. Parce que, comme les deux premiers tomes, cette histoire est pleine de défaut, mais l'ensemble me plait, je me retrouve donc a adorer cette trilogie tout en étant consciente des nombreux problèmes qu'on y trouve.

!!! ATTENTION SPOILERS !!!
America est fidèle à elle-même. Une vraie girouette. J'ai appris à l'aimer ainsi, ce n'est donc pas un problème. Mais il faut bien avouer que sa manie de passer du "j'aime Maxon, non j'aime Aspen, non j'aime Maxon" est parfois déconcertante. Elle est pleine d'idées super, et puis parfois, je la comprends pas, comme à la mort de son père. Parlons-en tient. Le gars, c'est un Renégat, on en saura pas plus, sinon qu'il meurt d'une maladie héréditaire qu'on ignorait jusqu'alors. Ca fait un peu mort facile pour moi, histoire de dévoiler la présence énorme des Nordistes dans le royaume, c'est un regret. Jusqu'à la fin j'ai imaginé que ce serait Clarkson qui l'aurait fait tuer, ou les Sudistes. Bah nan.

Aspen m'énerve, parce que finalement, que fait-il tout le long du bouquin que de courir après America pour lui dire... qu'il ne l'aime plus en dépit de ses promesses d'ado? C'est extrêmement prévisible, dès le début. Et finalement, il finit avec Lucy, mais Anna l'aime, Anna qui, entièrement dévoué à America, finit par se casser purement et simplement. Curieux de la part de ses domestiques qui lui était si dévouées, pour qui elle a risqué sa vie.

Maxon est encore celui-ci qui m'a le plus plu, car il est touchant. Ses lettres sont un beau passage, sans pour autant être fabuleuses fabuleuses, c'est un beau moment.
Je n'ai pas bien compris les voltes-faces constant du Roi en revanche, ou ceux de la reine.
Quant à Céleste, j'ai trouvé que c'était un personnage intéressant, mais la réconciliation trop facile, et ses excuses à elle, que ce soit à Kriss ou à Elise trop rapides.

Mais pour donner un avis plus général, ce que je regrette, c'est que tant d'intrigues soient lancées, et qu'aucune ne soient réellement abouties, fouillées, que ce soit les Nordistes (j'ai adoré le passage de leur rencontre avec Maxon et America), les Sudistes (qui font tout péter, alors tuons tout le monde soyons fous), la propagande prévue par le Roi, la jeune fille que rencontre America a Angeles, et que dire du rôle caché de Kriss!

Bon, c'est pas très construit comme avis, mais voilà. Ca ne m'empêche pas d'être super fan, c'est terrible!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 29, 2014 1:39 AM MEST


Page : 1