undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Jordan (Wandering-World) > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jordan (Wander...
Classement des meilleurs critiques: 778
Votes utiles : 999

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jordan (Wandering-World)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Phobos T.2
Phobos T.2
par Victor DIXEN
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

5.0 étoiles sur 5 « Une lecture bouleversante, étourdissante et phénoménale. », 10 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Phobos T.2 (Broché)
Ouaw. Je viens de terminer PHOBOS T.2 et je n'ai qu'une chose en tête : j'ai besoin du tome 3 sur-le-champ. J'étais tout aussi excité par l'idée de refermer ce roman et d'en connaître tous les mystères que triste de devoir quitter ses héros et attendre pour en découvrir la suite. PHOBOS T.2 est parvenu à me faire voyager de mille façons différentes malgré cette période de révisions et d'examens intenses, chose que je trouve déjà absolument grandiose. Cependant, PHOBOS T.2, c'est tellement plus que ça. Je me suis amusé, j'ai eu des papillons dans le ventre, j'ai frissonné et j'ai eu le souffle coupé plus de fois que je n'ai pu les compter. J'avais sans cesse envie de revenir à cette histoire et à l'atmosphère ultra addictive qui en émane. Ce roman est spectaculaire : c'est vraiment l'adjectif que je trouve le plus adapté à cette histoire juste éblouissante.

Depuis la fin du premier opus, j'attendais avec une impatience à peine possible à contenir cette suite sur laquelle je misais beaucoup. Sans surpris, Victor Dixen a dépassé mes attentes. Il les a même surpassées de très, très loin. Tout, dans ce livre, n'est que pure merveille. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Nous retrouvons tous les protagonistes que nous connaissions déjà, ceux que nous adorions, ceux sur lesquels nous doutions et ceux qui nous avait pris aux tripes et coupé le souffle auparavant. Ce deuxième volet de la saga PHOBOS (qui, je l'espère, ne va pas s'arrêter de sitôt) nous permet de les connaître encore plus et d'explorer avec beaucoup plus de profondeur leur personnalité et leur humanité. Absolument tous leurs doutes, leurs craintes ou leurs espoirs deviennent nôtres. On s'approprie sans aucune mal leurs sentiments et leurs émotions. J'ai eu l'impression que ce second opus nous permettait même de franchir une nouvelle étape, un stade encore plus intense et captivant concernant les douze héros principaux de cette histoire passionnante. C'était tellement, tellement bon et exaltant.

PHOBOS T.2 est définitivement l'un des romans les plus stressants et anxiogènes que j'ai eu la chance de lire au cours de ma vie. Vraiment. La tension est hyper palpable au point qu'elle nous étouffe presque, mais ce genre d'enfièvrement fait partie des plus délicieux qu'il existe. J'ai adoré cette sensation, on a l'impression d'être sans arrêt au bord du précipice et on ne sait jamais si le sol va se dérober sous nos pieds ou si l'on va s'enfuir en courant. Victor Dixen, de par son jeu d'écriture extrêmement bien mené et une suite de rebondissements tous plus saisissants et fascinants les uns que les autres, nous offre ici une histoire dont les nombreux enjeux nous oppressent autant qu'ils nous enflamment. Tout est mis en place pour que nous nous sentions proches des évènements qui prennent place. L'auteur nous dépeint ici un monde qui pourrait être le nôtre, qui EST le nôtre sans vraiment l'être et qui, pourtant, possède une réalité aussi perturbante qu'hyper addictive. J'ai tellement aimé voir comment les graines plantées par Victor Dixen dans le tome 1 évoluent et grandissent dans cette suite époustouflante. L'attente pour la sortie du troisième roman promet d'être très, très longue.

En outre, les retournements de situation sont tout bonnement ahurissants et ultra surprenants. Aucune seconde de répit ne nous est accordée et on en prend plein les yeux de manières continue. J'ai beau avoir mis presque deux semaines à lire ce livre, il m'a, en vérité, suffit de trois soirées pour le dévorer d'un bout à l'autre. PHOBOS T.2 fait indéniablement partie de la liste des récits qui m'ont le plus tenu en haleine et ont occupé mes pensées. En d'autres mots : c'est un chef-d'œuvre. Je ne peux que recommander chaudement (et, encore, c'est un euphémisme) cette série qui est ultra prometteuse et ne possède, pour moi, que des qualités qui défient les normes de la littérature young-adult. Je ne sais pas d'où provient le génie de Victor Dixen mais il faut à tout prix qu'il le conserve et le préserve soigneusement.

En résumé, PHOBOS T.2 est un coup de cœur. Retrouver le programme Genesis et tous ses participants a été une expérience formidable et inoubliable. Tous les évènements auxquels nous nous retrouvons confrontés nous coupent le souffle et ne font que rendre notre amour pour cette histoire encore plus fort et démesuré. La conclusion de ce roman me rend complètement dingue étant donné les multiples et énormes twists qu'elle possède. L'auteur joue avec nos nerfs jusqu'à la toute dernière page et c'est aussi agaçant que renversant. Une lecture bouleversante, étourdissante et phénoménale qui, je l'espère de tout cœur, vous touchera et vous éblouira autant qu'elle l'a fait pour moi.


L'Infini + un
L'Infini + un
par Amy HARMON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. », 12 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Infini + un (Broché)
Autant aller directement droit au but : L’INFINI + UN est un énorme, énorme coup de cœur. Cette histoire m’a fait vivre de véritables montagnes russes émotionnelles. Moi qui ai habituellement beaucoup de mal avec les romances, je me surprends à être complètement et irrémédiablement tombé amoureux de celle-ci. Amy Harmon nous livre ici un récit spectaculaire et bouleversant. Je crois que L’INFINI + UN est responsable des cernes que j’ai affiché ces derniers jours à la fac tant il m’était impossible de lâcher le roman une fois que j’y replongeais avant d’aller dormir. J’ai adoré Bonnie et Finn, leur aventure, l’écriture de l’auteure et toutes ces histoires de théorèmes et de paradoxes mathématiques. L’INFINI + UN est définitivement une magnifique découverte et un livre hors-du-commun.

La force de cette histoire réside évidemment dans ses deux principaux héros : Bonnie et Finn. Je peux certifier qu’en l’espace d’une soirée et de quelques chapitres, j’étais déjà inexorablement attaché à eux et dépendants de leur personnalité. Ils sont tous les deux tellement humains, tellement écorchés et tellement passionnés qu’ils m’ont tout simplement touché en plein cœur. J’ai adoré découvrir, au fil de l’histoire, leurs souvenirs, leurs fissures, leurs expériences, leurs douleurs et leurs projets. Bonnie et Finn possèdent quelque chose de rare et d’hyper saisissant en eux. A mes yeux, ils n’étaient pas que de simples personnages de papier ou des mots imprimés à l’encre noire, loin de là. Pour moi, ils étaient physiquement présents à mes côtés. J’assistais visuellement à leur aventure. Vraiment. C’est quelque chose de très compliqué à définir et à retranscrire tant c’est une expérience sensorielle et purement émotionnelle. Séparément, Bonnie et Finn sont extrêmement renversants et fascinants. Ils sont à la fois très différents et inséparables. Nous sommes liés à l’un et à l’autre mais pour des raisons variées. L’auteure possède vraiment un don pour conférer à ses personnages des traits de caractère réalistes et auxquels on croit sans hésiter une seconde. Néanmoins, s’ils sont déjà irrésistibles lorsqu’ils progressent séparément, ensemble ils deviennent tout simplement dévastateurs.

En effet, le rapprochement Bonnie/Finn sur le plan sentimental prend un peu de temps (chose que j’ai trouvé parfaite, tout ne se fait pas d’une seconde à l’autre et n’est pas mielleux ou niais). Une fois que le duo a pris ses marques, L’INFINI + UN gagne en intensité. J’ai complètement craqué pour la manière dont Finn et Bonnie se raccrochent l’un à l’autre pour garder la tête hors de l’eau. La connexion qui s’établit et s’épanouit entre eux prend littéralement vie sous nos yeux. De plus, l’aspect road-trip du roman m’a totalement pris au dépourvu et m’en a fait voir de toutes les couleurs. J’ai adoré parcourir les différents états de l’Amérique à leurs côtés. Bonnie et Finn se livrent à nous petit à petit, on découvre vraiment les différentes facettes de leur personnalité graduellement et j’ai trouvé que cela apportait une vraie consistance au récit. L’INFINI + UN est avant tout l’histoire de deux êtres perdus et brisés qui veulent se reconstruire et, fatalement, j’ai été époustouflé et pris aux tripes par cette idée de la première à la dernière page.

Le petit plus de ce roman se cache dans toutes les réflexions qu’il recèle et dans son caractère hyper addictif. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais ce récit m’a véritablement envoûté. L’écriture d’Amy Harmon est vraiment parfaite, sans aucun défaut, juste, précise et saisissante. Par ailleurs, l’auteure a décidé – à juste titre étant donné la personnalité de Finn – d’intégrer, dans cette histoire, de nombreuses explications au sujet de certains théorèmes et paradoxes mathématiques. J’ai tellement, tellement aimé ça. Croyez-le ou non mais je me suis retrouvé à regarder des vidéos sur Youtube à propos de certains de ces paradoxes tant j’ai adoré les concepts exposés par l’auteure. On sent bien qu’il y a tout un travail de réflexion et de préparation derrière ce roman. Tout est parfaitement bien orchestré et minutieusement prévu. Les surprises s’enchaînent avec un rythme sans fausse note et, jusqu’à la fin, tout est mis en place pour nous couper le souffle. Les dernières pages, à l’instar du livre entier, m’ont complètement satisfait. L’INFINI + UN ne possède donc, à mes yeux, aucun point noir.

En conclusion, L’INFINI + UN est une lecture époustouflante et un coup de cœur que je n’avais absolument pas vu venir. Faire la rencontre de Bonnie et Finn a été un véritable honneur et je dois bien reconnaître que ce duo embrasé et embrasant me manque déjà énormément. Amy Harmon est parvenue à les rendre terriblement humains, touchants et lumineux, ce qui fait d’eux des protagonistes rares et prodigieux. Du début à la fin, ce road-trip m’a complètement renversé et m’a fait oublier comment respirer. Un récit enfiévré et foudroyant sur lequel je vous conseille de vous jeter sans plus attendre !


J'étais là
J'étais là
par Gayle Forman
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

4.0 étoiles sur 5 « J'ÉTAIS LÀ est un roman qui m’a tout simplement bouleversé. », 8 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : J'étais là (Broché)
J'ÉTAIS LÀ est un roman qui m’a tout simplement bouleversé. Je pense que cette lecture n’aurait pas pu mieux tomber étant donné ma situation actuelle et je dois bien avouer que j’ai trouvé cela idéal. C’est un récit qui traite avec beaucoup de pureté et de délicatesse de plusieurs sujets extrêmement sensibles tels que la perte, le deuil et la reconstruction de soi. Si j’avais eu beaucoup de mal avec le dernier livre de Gayle Forman, POUR UN AN AVEC TOI, celui-ci me réconcilie incontestablement avec l’auteure. J’ai adoré le moindre mot de cette histoire. Il y a une ambiance à la fois hyper sensible et très à fleur de peau qui émane de ce roman et j’ai énormément aimé cela. Ainsi, nous sommes ultra liés aux personnages et à tous les sentiments qu’ils ressentent. J'ÉTAIS LÀ est une lecture extrêmement touchante et qui m’a pris aux tripes de la première à la dernière page.

Dès les premières lignes, je me suis senti connecté à Cody, l’héroïne du récit. Il y a quelque chose de profondément humain et de terriblement attachant dans sa personnalité. Elle est à fois forte et brisée, pleine de courage et de peur, prête à avancer mais liée à son passé. J'ÉTAIS LÀ est sans aucun doute, et c’est précisément ce qu’il faut retenir pour apprécier cette histoire, son histoire à elle, et non pas celle de Megan. En lisant quelques avis avant d’entamer ma lecture, j’ai pu constater que beaucoup de personnes avaient déçu du fait que nous n’en apprenions pas plus sur la condition de Meg. Finalement, c’est assez logique puisque ce récit est pratiquement exclusivement basé sur l’après et les conséquences de la mort de Meg sur Cody, sa meilleure amie. J’ai vraiment pris J'ÉTAIS LÀ comme l’histoire de la reconstruction de Cody et de toutes les étapes qu’elle doit traverser avant d’arriver à tourner complètement la page.

En effet, Gayle Forman aborde ici, comme dit précédemment, des thèmes délicats et déchirants avec beaucoup de douceur et d’espoir. J'ÉTAIS LÀ résonne véritablement comme une petite lueur au bout d’un tunnel obscur. Il faut toujours voir l’après, qu’importe le chaos actuel. J’ai adoré la philosophie adoptée dans ce roman, vraiment. Les mots de l’auteure sont à la fois réfléchis et frappants, renversants et pourtant très pudiques. Voir Cody rencontrer de nouvelles personnes, tenter de vivre une vie sans l’être qui comptait le plus pour elle, la voir s’effondrer mais garder espoir et vouloir sans cesse honorer la mémoire de sa meilleure amie m’a énormément ému. J'ÉTAIS LÀ déborde de vérité et d’humanité. L’auteure est parvenue à me tirer quelques larmes à de nombreuses reprises tant la tornade d’émotions qu’elle était parvenue à engendrer à moi devenait trop lourde à supporter. C’est dévastateur et libérateur, sincèrement. De mon point de vue, c’est également ce qui rend cette histoire aussi saisissante.

Dans ce roman, le moindre personnage et le moindre lieu possède son importance. J’ai adoré le court road-trip du récit tout comme les amis de Cody. Ben m’a énormément touché et sa relation avec l’héroïne m’a beaucoup plu. Certains diront qu’elle était prévisible, illogique ou excessive. Personnellement, je l’ai juste trouvé adorable et compréhensible. Quand on a tout perdu, on se raccroche au moindre espoir, à la moindre lumière. D’un autre côté, et c’est assez paradoxal, je l’avoue, j’ai trouvé que Meg était trop absente. Je maintiens que cette histoire est avant tout celle de Cody, mais j’aurais aimé avoir plus d’informations sur Megan en général ; pas nécessairement sur les raisons qui l’ont emmené à choisir la mort mais sur sa personnalité globale. C’est le seul petit bémol que je pourrais trouver au roman.

En conclusion, J'ÉTAIS LÀ est une histoire que j’ai beaucoup, beaucoup aimé. Gayle Forman est parvenue à me faire passer par tout un tas d’états différents et j’ai adoré ça. J’avais oublié à quel point les mots – et la lecture en général – étaient capables d’aussi bien décrire ce que l’on peut ressentir à l’intérieur et à quel point, aussi, ils pouvaient nous motiver à avancer. C’est un roman dont je retiendrai, avant tout, l’hypersensibilité, indéniablement. A chaque fois que je replongeais dans ce livre, j’étais comme enfermé dans un monde à la fois doux et tranquille mais conscient que tout pouvait disparaître d’un seul coup. C’est assez difficile à retranscrire, mais c’est bien la sensation que j’avais. Une lecture pleine d’espoirs malgré les sujets difficiles qu’elle aborde – qui est tombée au meilleur moment pour moi, ce qui a pu jouer sur mon analyse, je le reconnais – que je vous recommande fortement.


Black Dawn
Black Dawn
par Rachel Caine
Edition : Broché
Prix : EUR 9,84

5.0 étoiles sur 5 « Un roman captivant et addictif qui confirme l’excellence de cette saga remarquable. », 4 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Dawn (Broché)
Ok Jordan. On respire, on reprend son calme et on essaie d’écrire un avis un minimum cohérent sur ce roman absolument époustouflant et explosif. Je crois que je ne le répéterai jamais assez : je ne sais pas comment fait Rachel Caine pour rendre chaque opus aussi foudroyant et grisant. Même après 12 tomes (DOUZE, bordel), elle est parvenue à faire de BLACK DAWN un énorme coup de cœur. C’est de la folie pure et dure. Vraiment.

Exactement comme d’habitude, être en compagnie de Claire, Shane, Eve et Michael a été un vrai délice. A chaque fois que j’ouvre un nouveau tome de cette saga, j’ai l’impression de retrouver mes meilleurs amis après une longue période d’absence. C’est à la fois électrisant, exaltant et palpitant. J’ai la sensation de les connaître depuis toujours. De plus, Rachel Caine profite de ce tome pour les rendre encore plus réels et plus touchants, chose que je pensais tout simplement impossible. Leurs failles, leurs fêlures et leurs qualités sont encore plus approfondies ici, et j’ai trouvé cela juste époustouflant et renversant. J’essaie de ne pas penser au fait que je me rapproche de l’ultime tome et des adieux tant cette idée me retourne le cœur. Préparez-vous à devoir me ramasser à la petite cuillère après ma lecture du 15ème roman !

Côté action, l’auteure, là aussi, ne nous déçoit pas. Bien au contraire, tout dans cette série est millimétré et calculé avec énormément de préparation. Même si j’ai trouvé que ce récit prenait un peu plus de temps que ses prédécesseur pour totalement s’embraser, une fois l’aventure lancée, tout explose. J’ai ri, j’ai paniqué, j’ai eu le souffle coupé et, je l’avoue, j’ai même fini par craqué face à certains évènements terriblement tristes qui prennent place dans cette histoire. Rachel Caine sait définitivement comment perturber et faire vaciller nos émotions.

La conclusion de BLACK DAWN promet une suite encore meilleure et annonce le début d’une nouvelle ère à Morganville. Les cartes sont, une nouvelle fois, complètement redistribuées. Les prochaines aventures de mes héros préférés vont être encore extrêmement tordues et chaotiques et, évidemment, j’adore ça. J’ai tellement hâte que BITTER BLOOD atterrisse dans ma boîte aux lettres pour sauter dessus !

En résumé, BLACK DAWN est une lecture passionnante et saisissante, un roman captivant et addictif qui confirme l’excellence de cette saga remarquable.


Last Breath. Rachel Caine
Last Breath. Rachel Caine
par Rachel Caine
Edition : Broché
Prix : EUR 9,76

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « Une lecture époustouflante et captivante qui ne fait qu’intensifier mon amour pour cette saga ♥ ♥ ♥ », 12 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Breath. Rachel Caine (Broché)
OH. MON. DIEU. Comment LAST BREATH peut être un immense coup de cœur alors que ce roman est le onzième tome de la saga MORGANVILLE VAMPIRES ? Je vous assure que le fait d’avoir autant aimé cet opus me renverse car, au bout d’autant de suites, jamais je n’aurais pensé pouvoir ainsi tomber amoureux de cette histoire. LAST BREATH est, à mes yeux, l’un des meilleurs livres que j’ai lu cette année mais également depuis des mois. C’est un livre qui ne possède que des qualités et qui possèdent absolument tout ce que j’aime : des rebondissements à couper le souffle qui s’entrechoquent constamment, une ambiance tellement inquiétante et oppressante qu’elle en devient addictive et ultra passionnante et des personnages inoubliables et juste hyper attachants.

Ce n’est pas compliqué : LAST BREATH, c’est 450 pages de bonheur à l’état pur. Premièrement, retrouver Claire, Shane, Eve et Michael est, à chaque fois, un immense plaisir. Depuis des années, je vis différentes aventures à leurs côtés et je ne me suis jamais ennuyé une seule seconde. Ils sont tous les quatre tellement réels, émouvants et adorables que chaque instant en leur compagnie est tout simplement exquis. Rachel Caine semble l’avoir compris et nous en fait voir de toutes les couleurs en nous brisant le cœur à travers les épreuves que les héros traversent au fil de ce récit. C'est simple, je n’avais pas eu aussi peur pour des héros depuis des années. L’auteure leur en fait tellement baver que nous vivons alors une véritable succession de montagnes russes émotionnelles. C’est incroyable, jouissif et tellement marquant.

Les évènements qui prennent place dans LAST BREATH sont absolument inédits et imprévisibles. J’ai adoré la manière dont tout s’enchaîne. Rachel Caine n’est jamais à court d’imagination et ne cessera jamais de m’impressionner. Ce roman est démentiel. C’est un vrai monstre au cœur de cette saga déjà exceptionnelle. Tous les coups de théâtre sont saisissants et renversants. Le climat en devient lourd, inquiétant et presque angoissant et, pourtant, on ne peut pas s’empêcher de tourner les pages pour découvrir ce que nous réserve la suite. L’atmosphère est ultra obsédante et je dois bien avouer que toutes mes tentatives pour freiner mon rythme de lecture ont échoué tant l’intrigue de LAST BREATH est extrêmement bien pensée et fascinante.

La conclusion est explosive et ouverte bien qu’extrêmement satisfaisante et prometteuse pour la suite. Je vais sauter sur le tome 12 le plus rapidement possible car je pense être incapable de me sortir cette histoire de la tête du moment que je n’en saurai pas plus sur le destin de Morganville et de ses habitants.

LAST BREATH marque ici un véritablement tournant dans la série MORGANVILLE VAMPIRES et s’avère finalement être un énorme, énorme coup de cœur. J’en suis encore tout retourné et j’ai du mal à replonger dans le monde réel. Je crois qu’on peut le dire : je suis en pleine gueule de bois livresque. Une lecture époustouflante et captivante qui ne fait qu’intensifier mon amour pour cette saga ♥ ♥ ♥


Oblivion: A Nevermore Book
Oblivion: A Nevermore Book
par Kelly Creagh
Edition : Relié
Prix : EUR 18,07

4.0 étoiles sur 5 « OBLIVION est un dernier tome extrêmement passionnant et hyper entêtant qui vient conclure avec brio la trilogie NEVERMORE. », 11 août 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oblivion: A Nevermore Book (Relié)
OBLIVION est un dernier tome extrêmement passionnant et hyper entêtant qui vient conclure avec brio la trilogie NEVERMORE. J’ai adoré replonger une ultime fois dans l’imagination débordante de l’auteure et dans l’univers onirique qu’elle est parvenue à créer sans jamais se perdre. Retrouver Isobel, Varen, Gwen et Reynolds a été un immense plaisir et j’ai l’impression que je ne me remettrai jamais de nos adieux. Je suis tellement, tellement triste de les avoir quittés !

Néanmoins, j’ai trouvé que l’histoire était un peu plus répétitive qu’habituellement. Autant avec NEVERMORE et ENSHADOWED, la nouveauté était omniprésente, autant ici les rebondissements sont prévisibles et se ressemblent irrémédiablement. J’ai eu l’impression que Kelly Creagh avait eu du mal à trouver de nouveaux moyens pour dynamiser son récit. Les surprises s’enchaînent et on en prend plein les yeux, c’est indéniable, mais on retrouve trop de fois le même schéma. Cependant, l’auteure n’oublie pas de nous livrer toutes les réponses à nos questions et c’est un excellent point. Je ressors de ma lecture et de cette saga à la fois hyper satisfait et complètement sous le charme.

OBLIVION est donc une lecture palpitante, saisissante et inédite. Pour moi, aucune autre trilogie ou série n’est comparable à celle-ci. Kelly Creagh va vraiment très, très loin dans son monde et c’est tout simplement exaltant. Je n’ai jamais eu la chance de découvrir d’autres auteurs qui ont eu le courage et l’audace d’emmener leurs lecteurs aussi loin. La trilogie NEVERMORE est aussi unique qu’elle est ensorcelante et obsédante et je sauterai sur le prochain roman de l’auteure sans hésiter une seule seconde.

Une conclusion qui répond finalement à toutes mes espérances et qui marque un point final intelligent et admirable à cette saga que je vous recommande extrêmement chaudement. Absolument tous les personnages et la plume de Kelly Creagh me manquent déjà terriblement ♥


Absences
Absences
par Lauren Oliver
Edition : Broché
Prix : EUR 18,90

3.0 étoiles sur 5 « ABSENCES me laisse donc un drôle de goût dans la bouche. Je suis à mi-chemin entre la frustration et l'admiration. », 29 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Absences (Broché)
ABSENCES est une lecture particulière, à la fois entêtante et oppressante mais également trop peu surprenante et prévisible. En fait, la seule force du récit réside dans son ambiance, son climat hyper prenant et son atmosphère tellement enivrante qu'on se sent presque étourdis. Malheureusement, c'est presque tout. Je ne me suis pas senti très proche des héroïnes, l'histoire est palpitante mais il n'y a pas de véritables retournements de situation qui nous bouleversent avant le dernier quart du livre. Néanmoins, ABSENCES nous permet de découvrir Lauren Oliver au meilleur de sa plume. Son écriture m'a vraiment coupé le souffle et m'a permis de me rappeler pourquoi j'avais autant adoré ses précédents romans.

Comme dit précédemment, m'attacher à Dara et Nick a été une expérience compliquée. En effet, même si l'auteure fait tout pour nous permettre de les comprendre et de pouvoir nous faire une idée claire et précise de ces deux héroïnes, je me suis finalement senti loin d'elles. Les flashbacks, les souvenirs parfaitement décrits et les dialogues entre Dara et Nick sont indéniablement utiles et extrêmement bien maîtrisés, mais il m'a manqué quelque chose. J'ai eu l'impression qu'une barrière se dressait entre les jeunes femmes et moi. Je ne dis pas que leurs émotions ne sont pas justifiées ou incompréhensibles, au contraire. Tout ce qu'elles ressentent est complètement réaliste et crédible, mais je ne suis juste pas parvenu à être aussi touché et convaincu que j'aurais pu l'être et je ne me l'explique pas vraiment. Nick et Dara ne manquent pourtant pas de profondeur comme Lauren Oliver nous livre à la fois leurs craintes, leurs souvenirs et leurs sentiments. C'est un point que j'ai beaucoup apprécié et qui fait d'ABSENCES un roman si particulier. Les héroïnes pourraient être n'importe qu'elle adolescente que nous croisons dans la rue tant elles nous paraissent réelles. Je suis énormément frustré de ne pas avoir réussi à mettre en place une plus grande connexion entre elles et moi.

Le plus gros bémol à mes yeux – en dehors de ce blocage émotionnel avec Nick et Dara – vient du résumé qui en dévoile beaucoup trop. Dès lors, j'ai trouvé le livre long et répétitif à certains moments. Les évènements dont nous parle le synopsis ne se manifestent que très, très tardivement dans le roman. Néanmoins, l'intrigue reste saisissante et hyper intéressante. On se laisse perdre sans aucune hésitation au cœur de cette histoire enivrante et limite angoissante. En effet, ABSENCES possède un climat qui nous coupe le souffle. Littéralement. Je me retenais de respirer sans m'en apercevoir pendant ma lecture tant l'ambiance est oppressante. Pour moi, ABSENCES nous permet de découvrir Lauren Oliver sous un tout nouvel angle. Jamais en lisant ses autres livres je n'avais ressenti une telle sensation d'enfermement et de frénésie. On a à la fois peur d'avancer et de découvrir la vérité et, en même temps, c'est plus fort que nous. L'atmosphère est tellement, tellement captivante qu'elle se met pratiquement à nous hanter.

Néanmoins, comme dit plus haut, les retournements de situation ne sont pas si nombreux et ne sont pas si surprenants que ça. En effet, le moindre coup de théâtre reste intrigant mais n'est jamais époustouflant. Ils nous donnent juste suffisamment envie de continuer notre lecture mais sans vraiment attendre quelque chose de particulier. C'est le climat qui, lui, est le vrai moteur de notre désir d'en savoir plus. Cependant, je dois bien reconnaître que la conclusion est ultra renversante. Le seul problème est que je l'avais vu venir un petit moment avant que la vérité ne nous soit révélée. Je pense que l'auteure laisse trop d'indices filtrer d'un coup pour qu'on passe à côté. C'est regrettable car je pense que si je n'avais rien anticipé, ABSENCES aurait facilement pu gagner un point sur ma note finale. Malgré tout, la fin reste extrêmement bien pensée et prouve, une nouvelle fois, l'ampleur de l'imagination de l'auteure. J'ai trouvé les derniers chapitres hyper déstabilisants et frappants et j'ai adoré ça.

En conclusion, ABSENCES me laisse donc un drôle de goût dans la bouche. Je suis à mi-chemin entre la frustration et l'admiration. J'ai eu beaucoup de mal à m'adapter aux héroïnes. Je me suis senti à la fois très proches de Dara et Nick et, en même temps, à des années-lumière d'elles. Le résumé, en dévoilant trop d'informations, rend le récit moins savoureux qu'il ne pourrait l'être. Cependant, la plume de Lauren Oliver permet d'effacer la quasi-totalité de ses points noirs tant elle est asphyxiante, troublante et exaltante. La fin du roman est étourdissante bien que prévisible, ce qui est regrettable. ABSENCES est donc une lecture en demi-teinte qui possède quelques défauts mais dont j'ai énormément aimé l'ambiance.


La Sélection - T4
La Sélection - T4
par Kiera CASS
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 « L'HÉRITIÈRE est une vraie bulle d'oxygène et de fraîcheur. C'est un livre coloré, doux et ultra dynamique à la fois. », 27 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection - T4 (Broché)
L'HÉRITIÈRE est un joli coup de foudre. A l'instar des trois précédents romans de la saga, j'ai été complètement captivé et fasciné par cette histoire. Kiera Cass est indéniablement extrêmement forte pour bâtir des récits solides, addictifs et passionnants. Les nouveaux personnages que nous rencontrons m'ont énormément touché, la plume de l'auteure est toujours aussi agréable et palpitante et replonger dans l'univers de LA SÉLECTION a finalement été un véritable bonheur. L'HÉRITIÈRE est une vraie bulle d'oxygène et de fraîcheur. C'est un livre coloré, doux et ultra dynamique à la fois.

Dès les premières pages, j'ai été complètement déconcerté et pris de court par l'héroïne, Eadlyn. En effet, c'est une jeune femme comme on en voit rarement dans les romans en ce moment : elle peut sembler hautaine, égoïste, froide et distante lorsqu'on entame ce récit. Néanmoins, très rapidement, on se fait à son caractère et je dois bien reconnaître que vivre cette aventure à ses côtés a tout simplement été extraordinaire. Je me suis éclaté. Je n'ai pas d'autres mots, sincèrement. J'ai pris mon pied grâce à Eadlyn. Elle est à la fois tellement dure et têtue mais également si drôle, déterminée et émouvante que j'ai trouvé cette dualité juste explosive et hyper intéressante. Son personnage est très éloigné de celui de sa mère, America, et je dois bien avouer que je suis content d'avoir rencontré une héroïne plus directe et qui sait précisément ce qu'elle veut. Je n'ai pas vu les pages défiler tant les instants passés en sa compagnie sont aussi délicieux qu'ils sont électrisants. Eadlyn est un protagoniste que j'ai terriblement hâte de retrouver et dont les qualités manquent sérieusement à énormément de héros. Kiera Cass a su se réinventer à travers elle et je trouve ça simplement génial !

Il en va de même avec les personnages secondaires et ceux que nous connaissions déjà. Retrouver America et Maxon pratiquement vingt ans plus tard est une expérience à la fois surprenante et magnifique. Voir à quel point ils ont fait du chemin et comment leur couple a perduré est tout bonnement grisant. Tous les petits clins d'œil et les références qui sont faites par rapport aux trois précédents romans m'ont fait sourire et m'ont rendu nostalgique. Les autres protagonistes, aussi bien les Sélectionnés que l'entourage d'Eadlyn, sont extrêmement bien approfondis. Même si nous ne passons que peu de temps avec chaque garçon, on arrive très facilement à se faire un avis sur eux. De même, je me suis énormément attaché et identifié à Ahren, le frère d'Eadlyn. Le lien qui les unit m'a beaucoup ému et m'a profondément touché. Exactement comme les précédents volets de la saga, l'amour, sous toutes ses formes, est vraiment le thème central de l'HÉRITIÈRE.
De même, voir America et Maxon en tant que parents dévoués à leurs enfants est tout simplement renversant et ultra attendrissant. Kiera Cass n'oublie aucun personnage, aucun lien et ne commet aucun faux pas.

Il en va de même avec les « rebondissements » de l'histoire. Rebondissements entre guillemets car il n'y pas vraiment d'action à proprement parler, on assiste juste à la Sélection et à tout ce qui en découle : éliminations, rendez-vous, jalousie malsaine et sentiments naissants. J'ai adoré revivre cette expérience de l'intérieur. Si, au départ, Eadlyn est totalement fermée au jeu, petit à petit son cœur prend le dessus. Dès lors, le roman prend une tournure qui m'a énormément satisfait. La moindre émotion que l'héroïne s'autorise à ressentir nous renverse et nous coupe le souffle. Entre les barrières et les limites que s'impose Eadlyn et toutes les émotions qui s'entremêlent peu à peu en elle, le rythme du roman ne fait que s'intensifier du début à la fin. On en veut toujours plus, on veut savoir quel sera le prochain coup de théâtre dans la Sélection, on veut à la fois conseiller la future reine mais également se laisse aller et juste profiter du spectacle. C'est époustouflant, exaltant et palpitant.

Ce caractère addictif du récit ne s'estompe pas et, encore mieux, il progresse tellement que la conclusion en devient juste horriblement frustrante et extrêmement bien pensée. Kiera Cass sait comment jouer avec nos nerfs et sur quels boutons appuyer pour nous rendre fous. La fin de L'HÉRITIÈRE est juste atroce, dévastatrice et ULTRA prometteuse pour la suite. C'est un énorme cliffhanger qui m'a fait me ronger les ongles et me demander pourquoi l'auteure avait décidé de s'arrêter là. 400 pages de plus n'auraient pas été de refus. J'ai besoin de savoir ce qui va arriver ensuite ! Pour être sincère, j'étais tellement pris par l'intrigue que je n'avais pas réalisé que j'avais déjà terminé le roman en arrivant au point final. Une fois lancés dans cette nouvelle Sélection, impossible pour nous d'en ressortir.

En résumé, L'HÉRITIÈRE est une lecture intense, ensorcelante et renversante. J'ai adoré Eadlyn, j'ai adoré pouvoir retrouver les personnages de la trilogie précédente, j'ai adoré l'ambiance, les Sélectionnés, les surprises, les retournements de situation, le fait que Kiera Cass fasse passer l'amour avant tout et j'ai adoré la manière dont s'achève cette histoire. Sincèrement, je n'ai aucune mauvaise remarque à faire. Ce quatrième tome de la saga LA SÉLECTION est tout aussi bon et addictif – si ce n'est plus ! – que ses prédécesseurs. Il me tarde désormais terriblement d'avoir le cinquième et dernier tome entre les mains !


Les Maudits - Tome 1 - Le Prix de la Vie
Les Maudits - Tome 1 - Le Prix de la Vie
par Edith Kabuya
Edition : Broché
Prix : EUR 15,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Ce premier tome de la trilogie LES MAUDITS est une énorme surprise ! », 20 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Maudits - Tome 1 - Le Prix de la Vie (Broché)
Ce premier tome de la trilogie LES MAUDITS est une énorme surprise ! Je ne m'attendais absolument pas à être aussi ému et renversé par cette histoire. En effet, au départ, le résumé laisse supposer que nous allons plonger dans une intrigue comme celles que nous découvrions à l'époque de Fascination. J'avais peur d'avoir affaire à un roman redondant et niais, à des personnages superficiels et à une intrigue pas nécessairement grandiose. Édith Kabuya est parvenue à détruire tous mes doutes et à me faire énormément apprécier son récit. LE PRIX DE LA VIE est un premier opus haletant et saisissant dont il me tarde de connaître la suite !

Dès les premières pages, l'atmosphère m'a pris aux tripes et m'a aidé à être complètement ancré dans le roman. Je ne saurais pas vraiment vous expliquer pourquoi, mais il y a vraiment un truc dans l'écriture de l'auteure qui nous permet de plonger au cœur de l'histoire : une certaine réalité, une vraie profondeur et l'impression d'être irrésistiblement attiré par les personnages. En effet, j'ai trouvé que les héros étaient tous extrêmement bien construits et bien plus sensibles et intelligents que ce à quoi je m'étais préparé. Robin, Thierry, leur père, Vince, Phoebe ou encore Nigel sont des protagonistes à la fois attendrissants, drôles et impressionnants. Je me suis senti très proche de l'héroïne et j'ai adoré pouvoir découvrir son histoire, son passé, voir sa personnalité évoluer et appréhender sa nouvelle situation avec elle. Le moindre de ses sentiments est crédible même si, à quelques moments, j'ai trouvé certaines de ses réactions encore un peu trop immatures ou, du moins, trop excessives. Néanmoins, Robin est hyper attachante. J'ai énormément aimé l'idée de faire de sa famille un élément à part entière dans cette histoire. Contrairement à la plupart des livres du même genre, le frère et le père de notre héroïne ne sont absolument pas mis de côté, ce qui renforce l'illusion de la réalité et s'avère être un vrai bonus pour ce roman.

Côté rebondissements, je dois reconnaître que je ne m'attendais pas DU TOUT être autant saisi et passionné par LE PRIX DE LA VIE. Les révélations qui nous sont faites au fil de l'intrigue sont toutes plus palpitantes et explosives les unes que les autres. C'est inattendu, c'est grandiose et c'est tout simplement génial. Je tournais les pages avec avidité pour découvrir ce qui attendait les personnages auxquels je m'étais attaché. L'auteure n'hésite pas nous envoyer sur de fausses pistes et à nous faire élaborer des théories qui sont constamment loin de la vérité. J'ai adoré être autant fasciné et pris de court par tous les évènements qui prennent place au sein de l'histoire.

La conclusion du roman suit cette même idée et nous permet de découvrir des réponses juste déroutantes et ultra étonnantes à nos nombreuses questions. Je vous jure qu'en dévorant les ultimes chapitres et en découvrant l'épilogue, je n'avais qu'une seule envie : sauter sur le tome 2 et continuer de voyager dans l'univers que l'auteure avait créé. La fin est époustouflante et promet de belles choses pour le prochain volet !

En résumé, LE PRIX DE LA VIE est une lecture hyper intrigante et vraiment captivante. Les personnages sont attachants, l'intrigue est extrêmement bien construite et on va de surprises en surprises d'un bout à l'autre du roman. Encore une fois, je ne m'attendais absolument pas à être aussi agréablement surpris par cette histoire. Si vous avez des doutes, mettez-les de côté et sautez sur LES MAUDITS T.1. Un récit poignant et ensorcelant dont il me tarde de connaître la suite !


La Conspiration T. 1
La Conspiration T. 1
par Maggie HALL
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 « J'ai trouvé l'histoire extrêmement fade, insipide et très prévisible. », 25 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Conspiration T. 1 (Broché)
LA CONSPIRATION est un roman auquel je n'ai malheureusement pas adhéré du tout. J'ai trouvé l'histoire extrêmement fade, insipide et très prévisible. J'ai eu l'impression de faire un véritable retour en arrière, à l'époque des premiers livres Young-Adult qui avaient tous les mêmes bases et qui abordaient tous les mêmes thèmes. J'ai trouvé les personnages creux et l'intrigue répétitive. C'est dommage car le résumé promettait de très belles choses et une aventure riche en rebondissements. Néanmoins, les avis sont majoritairement positifs, je pense juste que ce roman n'était pas fait pour moi, au final.

Dès le départ, j'ai eu énormément de mal à m'attacher et à m'identifier à l'héroïne, Avery. Dès les premiers chapitres, elle est confrontée à des situations exceptionnelles et hors-du-commun mais elle s'y adapte extrêmement facilement et sans se poser de questions. J'ai trouvé ça tellement incroyable et immature de sa part que j'en suis resté bouche bée. Je ne comprends pas pourquoi l'auteure ne lui a pas insufflé un minimum de surprise et de désir de rébellion. Avery fait face à sa nouvelle réalité et à son nouveau monde avec une aisance déconcertante. C'est beaucoup trop simple à mon goût.

Côté protagonistes masculins, les choses ne s'améliorent pas vraiment. Stellan et Jack ne m'ont pas fait ressentir grand-chose pendant ma lecture. Au même titre qu'Avery, je les ai trouvés creux et trop peu approfondis. Je ne me suis jamais réellement senti proche d'eux ou de leurs émotions. Les duos Avery/Jack, Jack/Stellan et Stellan/Avery et le trio qu'ils forment ensemble ne m'ont pas séduit du tout. La romance qui se met en place est beaucoup, beaucoup trop prévisible et elle m'a même fait lever les yeux au ciel en voyant le jour. C'est tellement niais et rapide que ça en devient insupportable. En résumé, les personnages principaux ne m'ont ni touché, ni charmé.

L'intrigue rattrape un peu le tout, bien que je m'attendais à quelque chose de complètement différent et de bien plus passionnant. J'ai eu du mal à visualiser tous les lieux dans lesquels se rendent les héros. Je ne saurais pas expliquer clairement pourquoi, mais je n'y étais tout simplement pas. Il manquait une bonne dose de réalisme et de clarté au niveau de la plume de l'auteure pour totalement me laisser prendre au jeu, je pense. Les descriptions sont insuffisantes et ceci quelle que soit la zone géographique où nous nous retrouvons. C'est vraiment regrettable. De plus, le fil conducteur du roman est intéressant, mais c'est tout. On se laisse rapidement aller et la quête d'Avery, Jack et Stellan devient la nôtre. Néanmoins, l'excitation retombe rapidement face au côté répétitif de l'histoire et son caractère hyper prévisible. Maggie Hall n'a certainement pas choisi la difficulté. Je me suis ennuyé à plusieurs reprises. Le roman possède quelques lenteurs, ce qui empêche au rythme de prendre son envol.

L'auteure a voulu intensifier les choses et nous délivrer une conclusion saisissante. L'effort se fait indéniablement ressentir mais je n'ai pas été satisfait. Après quelques révélations qui sont loin d'être inattendues, le final ne m'a pas coupé le souffle. Je ne lirai certainement pas le tome 2 tant l'histoire des héros m'indiffère. J'avais beaucoup d'espoir concernant cette intrigue et l'auteure n'a fait qu'une suite de mauvais choix, à mes yeux. Tout aurait pu être plus grandiose et plus captivant. C'est dommage.

En résumé, LA CONSPIRATION n'était pas un roman qui m'était destiné. A la fois trop prévisible et loin d'être parfait, je pense que je passerai mon chemin lors de la sortie du second volet de la trilogie. Avery, Jack et Stellan ne m'ont absolument pas touché et l'intrigue n'a globalement rien provoqué en moi. Si le résumé laissait présager de magnifiques escapades, ces dernières s'avèrent être décevantes. Une lecture très moyenne qui ne va sûrement pas me marquer très longtemps.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20