undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Jordan (Wandering-World) > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jordan (Wander...
Classement des meilleurs critiques: 775
Votes utiles : 999

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jordan (Wandering-World)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
4. Cinder : Winter
4. Cinder : Winter
par Marissa MEYER
Edition : Broché
Prix : EUR 22,90

4.0 étoiles sur 5 « Le final magnifique d'une prodigieuse série. », 26 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : 4. Cinder : Winter (Broché)
WINTER est un roman qui m'a simplement fasciné. Malgré ses presque 1000 pages, l'histoire se lit d'elle-même. Retrouver Cinder, Scarlet, Cress, Loup et Thorne a été un vrai bonheur, tout comme avoir la chance d'en apprendre plus sur Winter et Jacin. Marissa Meyer signe ici, avec brio et intensité, la fin d'une saga remarquable et extrêmement solide. Si j'aurais préféré que tout ne finisse pas sur une note aussi attendue et, quelque part, si enchantée, je dois bien reconnaître que je quitte ce fabuleux univers avec des milliers d'étoiles dans les yeux. La série CHRONIQUES LUNAIRES est définitivement inoubliable et captivante.

Au départ, je ne vous le cache pas, j'avais un peu peur d'entamer ma lecture étant donné l'épaisseur de cet ultime opus. Néanmoins – et c'est là toute la force de l'auteure – le récit nous agrippe pratiquement immédiatement le cœur et l'esprit. Dès lors, impossible de lâcher ce pavé. En effet, WINTER est véritablement étonnant et unique grâce à cet aspect : une fois lancés, impossible pour nous de vraiment sortir de ce monde aussi féérique qu'hypnotisant. Marissa Meyer nous permet, une ultime fois, de passer des instants magiques, bouleversants et poignants au possible aux côtés de héros qui me paraissent aujourd'hui éclatants et lumineux. Cinder, Scarlet, Cress, Winter, Iko, Loup, Thorne et Jacin forment une équipe de choc qui m'a retourné le cœur et m'a fait vivre un véritable tsunami émotionnel. En 1000 pages, ils ont tous les temps d'être encore plus approfondis et devenir plus solides que jamais. Je crois que je vais avoir besoin d'un peu de temps pour vraiment comprendre que les adieux viennent de toucher à leur fin et que je ne les retrouverai plus. À eux huit, ils constituent un groupe grandiose qui déborde d'énergie, de détermination, de passion et de bonté. Le fait que Marissa Meyer décide d'écrire son histoire selon tous leurs points de vue est un véritable coup de maître. WINTER est une lecture dynamique qui ne nous laisse aucune seconde de répit malgré son épaisseur et, ça, c'est tout simplement renversant.

Si WINTER ne nous délivre pas énormément de nouvelles révélations – étant donné que celles-ci nous ont pratiquement toutes été offertes au cours des précédents tomes – il n'en reste pas moins doté d'une puissance et d'une vivacité époustouflantes. Tout est en place pour la bataille finale et ça se sent. Du roman transpire un vrai sentiment d'enfermement et d'explosion imminente. Le climat est lourd et on retient notre souffle de la première à la dernière page, à la fois impatients de découvrir le feu d'artifice final mais également inquiets de voir comment les choses risquent de se terminer. WINTER a beau être un énorme livre, j'ai dû, à plusieurs reprises, freiné ma cadence de lecture pour faire durer le plaisir. Les mots et les chapitres s'enchaînent avec une rapidité entêtante. On veut toujours en savoir plus mais, paradoxalement, le faire le plus lentement possible afin de ne pas atteindre la fin du roman trop vite. C'est absolument grisant comme sensation.

Évidemment, j'étais terrifié par l'idée de cette conclusion, justement. Comment Marissa Meyer allait-elle réussir à écrire une fin à la hauteur du reste de sa série ? J'avais extrêmement peur d'être déçu et de conserver un mauvais souvenir de la saga à cause de son final moyen ou bâclé. Que nenni. L'auteure prend vraiment le temps de nous écrire des pages et des pages de conclusion, chose que j'ai énormément apprécié. Au fil du roman, l'ambiance asphyxiante et chaotique du récit ne fait qu'aller crescendo. Les enjeux sont plus importants que jamais et on sent bien qu'il n'y aura pas de juste milieu : la balance penchera d'un côté ou de l'autre. Tous les chapitres consacrés à la scène qui dénoue toute la saga m'ont vraiment pris aux tripes. On sent que la fin est là, qu'on est plongés en son cœur, à travers les mots qui défilent sous nos yeux mais également dans le moindre de nos membres. Marissa Meyer règle absolument tout et, ce, avec beaucoup d'éclat, de surprises et de beauté. Tout est brillamment relié, entremêlé et tiré au clair. Cependant, et c'est que j'ai écrit plus haut, j'aurais aimé découvrir encore plus de dureté et d'épreuves. Le final est indéniablement monumental mais manque d'un peu de bestialité et de barbarie, je dirais. Je m'attendais à être un peu plus brisé. Je sais que je suis sadique, mais j'aurais préféré que les protagonistes de cette histoire en bavent un peu plus. Certes, cette saga est basée sur des réécritures de contes de fées mais je ne pensais pas que sa conclusion suivrait forcément le même modèle. Toutefois, je maintiens que les ultimes pages sont merveilleuses, explosives et parfaitement satisfaisantes.

En résumé, WINTER s'avère être un roman que j'ai adoré. La saga CHRONIQUES LUNAIRES m'aura permis de rencontrer des héros formidables qui resteront certainement gravés encore longtemps dans ma mémoire. C'est avec zéro doute que je recommanderais cette série à absolument tout le monde. Marissa Meyer, grâce aux cinq romans qui composent la saga, est véritablement parvenue à créer un univers à part entière qui m'a fasciné, touché, renversé et dévasté. Je quitte Cinder, Scarlet, Cress, Winter, Iko, Loup, Thorne et Jacin avec un énorme pincement au cœur. Le final magnifique d'une prodigieuse série.


Phobos - Origines
Phobos - Origines
par Victor DIXEN
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

5.0 étoiles sur 5 « Encore un sans-faute pour Victor Dixen ! PHOBOS – ORIGINES est un véritable coup de cœur. », 16 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Phobos - Origines (Broché)
Encore un sans-faute pour Victor Dixen ! PHOBOS – ORIGINES est un véritable coup de cœur. J'ai absolument adoré ce roman et les six différentes histoires qui le composent. Il n'y en a pas une en-dessous de l'autre et elles sont toutes poignantes, fascinantes et surprenantes. L'auteur a véritablement eu une idée brillante en décidant de nous permettre d'en découvrir encore plus au sujet de Mozart, Samson, Tao, Kenji, Marcus et Alexeï. Pour être honnête, maintenant que j'ai refermé ce livre, il n'y a qu'une seule et unique chose que j'ai envie de faire : m'enfermer chez moi et relire le tome 1 et le tome 2 de la trilogie pour analyser en détails tous les protagonistes masculins. Quel voyage !

Victor Dixen nous offre vraiment, ici, la possibilité d'en apprendre encore plus sur le passé des six héros que nous avons appris à connaître grâce aux deux premiers opus de la série PHOBOS. Si j'étais particulièrement attaché à chacun d'entre eux, aujourd'hui j'en suis officiellement amoureux. En effet, PHOBOS – ORIGINES permet aux hommes de l'histoire de devenir encore plus épais, encore plus profonds, encore plus humains. A mes yeux, désormais, ce sont de véritables personnes à part entière. L'auteur va indéniablement au bout des choses, rien n'est laissé au hasard, tout s'entrecroise et s'entrecoupe avec beaucoup de finesse et d'intelligence et, ça, c'est absolument frappant et captivant. Une fois de plus, Victor Dixen m'a coupé le souffle et m'en a mis plein les yeux grâce à sa manière de tout entrelacer sans jamais se perdre.

J'avais un petit peur, en entamant ma lecture, que le temps consacré à chaque héros ne soit pas suffisant pour le rendre complètement crédible ou pour parvenir à livrer une histoire complète. Évidemment – et j'aurais dû m'en douter – mes craintes se sont avérées totalement infondées. En effet, les soixante pages – en moyenne – qui sont accordées aux personnages sont amplement assez pour nous faire vibrer. J'ai été surpris, choqué, renversé, bouleversé, attristé et époustouflé devant les révélations qui nous sont faites concernant chaque protagoniste. Chaque intrigue est émouvante et éprouvante à sa façon. L'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère et n'hésite pas une seule seconde à faire souffrir ses héros de papier. La réalité qu'ils doivent tous affronter est aussi chaotique qu'elle est dure et j'ai trouvé que cela nous permettait de totalement les comprendre. On se glisse très facilement dans leur peau et on s'approprie sans aucun mal le moindre de leurs sentiments ou leurs plus secrètes pensées et réactions. De plus, on comprend pourquoi tel ou tel personnage a pris la décision de décoller pour Mars, ce qui représente un énorme avantage pour la saga en général. PHOBOS – ORIGINES fait vraiment partie d'un tout. Ce n'est pas un roman à part. Il s'intègre parfaitement à la trilogie et peut être qualifié d'indispensable si on veut saisir tous les enjeux qui se cachent derrière le programme Genesis et ses ambitions.

Encore une fois, la plume de Victor Dixen m'a complètement charmé. En effet, en plus de conférer à nos héros une vraie épaisseur, les mots de l'auteur nous touchent en plein cœur. Son imagination et sa manière de décrire les faits me renversent véritablement depuis ma lecture du premier volet de la saga et j'ai l'impression que je n'en aurai jamais assez. Les six intrigues dans lesquelles nous plongeons se lisent avec un plaisir infini et à une vitesse incroyable. Entre certains retournements de situation fracassants, la plume grisante de l'auteur et le fait que tout soit parfaitement bien mis en scène et orchestré avec brio, laissez-moi vous dire que PHOBOS – ORIGINES est une véritable perle à mes yeux.

En résumé, PHOBOS – ORIGINES est une lecture palpitante, dramatique et saisissante. Chaque histoire est aussi solide et touchante que la précédente ou la suivante. Ce roman nous permet de découvrir Alexeï, Samson, Kenji, Marcus, Tao et Mozart sous un tout nouveau jour et c'est à la fois un véritable bonheur et un honneur. Au vu de toutes les révélations qui nous sont faites, l'impatience que je ressentais déjà en attendant d'avoir le troisième opus entre les mains n'a fait que s'accroître. PHOBOS est indubitablement une excellente saga et Victor Dixen un auteur qui ne cesse de m'impressionner depuis quelques mois. PHOBOS – ORIGINES est donc un livre électrisant que je recommande aux fidèles de la série mais également aux lecteurs qui voudraient se lancer dans ce fabuleux voyage littéraire.


La 5e Vague, tome 3
La 5e Vague, tome 3
par Rick YANCEY
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 « Le final de LA DERNIÈRE ÉTOILE est comme la mort d'un astre : beau, triste, fort et éclatant. », 14 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La 5e Vague, tome 3 (Broché)
Oh mon dieu. Quelle lecture. Quel voyage. Quelle claque. LA DERNIÈRE ÉTOILE est un ultime tome absolument époustouflant et grandiose à la superbe trilogie qu'est LA 5È VAGUE. Si j'avais eu un plus de mal avec le second opus, ce troisième roman m'a complètement retourné. J'en sors totalement bouleversé, extrêmement ému et indéniablement ébloui. Rick Yancey nous livre, ici, un final à la hauteur de mes espérances et bien loin de tous les stéréotypes possibles. C'est une conclusion explosive et brillante qui m'a pris aux tripes et qui résonne comme un point final inoubliable.

La première chose qui m'a marqué en entamant ma lecture, c'est l'épaisseur de tous les protagonistes. Qu'il s'agisse de Cassie, de Sam, d'Evan, de Zombie ou de Ringer, ils sont tous ' absolument tous ' si approfondis et crédibles que j'en reste encore bouche-bée. Rick Yancey les dote d'une humanité renversante qui m'a coupé le souffle, c'est aussi simple que cela. On les sent brisés, fêlés, paumés et défoncés. Je trouve que ces deux derniers termes sont parfaitement adéquats, pour être honnêtes. Plus familiers, mais indubitablement révélateurs. Ils sont tous à bout de souffle et on se retrouve exactement dans le même état qu'eux en découvrant à quel point la peine, le chagrin, la douleur et la perte s'entrechoquent en eux. Je crois que je n'ai jamais lu un roman dans lequel autant de héros sont si écorchés vifs. L'auteur dépeint avec brio toute une palette d'émotions fortes et cela m'a vraiment impressionné. Le chaos présent en chacun des protagonistes est clairement palpable et j'ai trouvé cela absolument génial.

Néanmoins, Rick Yancey n'oublie pas de faire entrer la lumière dans les ténèbres qui règnent au cœur de cette histoire. L'espoir est également un sentiment clé de ce roman. On sent bien que malgré toute la confusion qu'ils éprouvent, les héros veulent continuer de se battre et d'avancer. Ensemble, ils ne font qu'un, une seule et même entité pour sauver l'humanité. Les enjeux sont tellement lourds que l'atmosphère du récit en est inévitablement affectée et j'ai énormément aimé cela. Le climat est asphyxiant mais c'est divinement bon. Cet univers apocalyptique dans lequel nous sommes plongés atteint son paroxysme. Il est écrasant et accablant et cela n'a jamais été aussi jouissif. On se sent piégés de toute part et l'auteur parvient à rendre cela grisant. Dès lors, on veut sans arrêt en savoir plus, aller plus loin et, finalement, découvrir toutes les réponses à nos questions.

D'ailleurs, l'auteur ne laisse rien au hasard de ce côté-là. Toutes nos interrogations trouvent finalement des explications. Tous les héros connaissent une fin qui leur est propre. La boucle est bouclée avec beaucoup de talent et de réussite. Néanmoins ' et c'est là le seul bémol du roman à mes yeux ' le fait que Rick Yancey nous livre des réponses par le biais d'autant de héros et de changements de points de vue m'a un peu perturbé. J'ai eu, à plusieurs reprises, du mal à identifier qui racontait quoi malgré le fait que j'étais plongé dans ma lecture. J'ai dû relire certains passages pour être sûr de bien saisir quel héros était à l'origine de quelle révélation. Cependant, cela n'enlève rien au charme des réponses qui nous sont offertes. En effet, LA DERNIÈRE ÉTOILE nous permet, enfin, de connaître l'ultime mot de l'histoire et de découvrir comment tout se termine, chose que j'attendais depuis des mois. Je dois l'avouer : je suis aussi émerveillé que je suis anéanti.

En effet, la conclusion de ce roman et de la série est absolument captivante et dévastatrice. J'ai adoré tous les choix qu'a fait l'auteur, tous les ultimes rebondissements, toutes les surprises à la fois horribles et si convaincantes qui ne cessent de s'enchaîner. La fin de LA DERNIÈRE ÉTOILE est un crève-cœur et, pourtant, elle est lumineuse et porteuse de belles promesses pour l'avenir. Les sacrifices sont grands et nos émotions en voient de toutes les couleurs. J'ai été fasciné et choqué et mes sentiments ont été pulvérisés et broyés. Rick Yancey délivre, ici, un final majestueux et prodigieux. Tout s'accélère, tout s'intensifie, tout explose et, nous, on implose. On implose et en prend plein la tête. Le final de LA DERNIÈRE ÉTOILE est comme la mort d'un astre : beau, triste, fort et éclatant.

En résumé, LA DERNIÈRE ÉTOILE est une lecture que j'ai énormément aimée. Les héros sont plus émouvants et adorables que jamais, l'ambiance du récit est éprouvante mais magnifique et les retournements de situation sont tous parfaitement justifiés. Je me répète, mais je suis entièrement satisfait et convaincu par ce troisième et dernier volet. Il ne reste rien à expliquer et même les quelques ouvertures qui persistent me semblent incontestablement adaptées à l'histoire et à ce vers quoi elle va possiblement évoluer. LA 5È VAGUE est donc une trilogie marquante grâce à ses héros profondément humains et son intrigue extraordinaire. Une saga envoûtante et hors norme que je vous recommande extrêmement chaudement.


La loi du coeur
La loi du coeur
par Amy HARMON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 « LA LOI DU CŒUR est un roman qui, malgré ses nombreuses qualités, ne m'a pas charmé autant que je l'espérais. », 6 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La loi du coeur (Broché)
LA LOI DU CŒUR est un roman qui, malgré ses nombreuses qualités, ne m'a pas charmé autant que je l'espérais. En effet, malgré le fait qu'il possède des personnages hyper touchants et qu'il soit doté d'une plume absolument prodigieuse et captivante, ce récit ne m'a pas du tout fait voyager. Bien que la romance entre Moïse et Géorgie soit palpable et extrêmement bien construire, j'ai trouvé que l'auteure ne faisait que se répéter sans arrêt. Certains passages m'ont semblé d'une longueur extrême tant les descriptions étaient interminables et n'apportaient, finalement, que très peu de nouveaux éléments. De plus, l'histoire aurait pu être raccourcie, à mes yeux. Amy Harmon fait traîner certains points qui auraient pu être résolus bien plus tôt d'après moi et qui n'étaient pas centraux à l'intrigue principale.

Évidemment, les piliers de cette histoire ne sont autres que Moïse et Géorgie. Cette dernière est une héroïne avec qui j'ai eu beaucoup de mal à accrocher au départ. La manière dont elle s'exprime est assez surprenante dans les premières pages et j'ai peiné à la cerner au premier abord. Fort heureusement, les choses se sont décantées par la suite et j'ai pris énormément de plaisir à la suivre. Amy Harmon fait vraiment grandir et murir ses protagonistes et j'ai trouvé cela absolument incroyable. On les voit devenir plus forts, plus solides, plus fêlés, plus atteints par la vie. Ils sont indéniablement humains et sensibles et c'est qui fait tout leur charme. Géorgie est une jeune femme qui possède de multiples qualités et au caractère à la fois tranché et à fleur de peau. J'ai beaucoup apprécié cette dualité chez elle. On sent bien qu'il faut creuser pour qu'elle se dévoile totalement et j'ai adoré faire ce travail au fil des pages. Moïse, quant à lui, est un héros dont je suis tombé amoureux. Sa personnalité est frappante, marquante et unique. Il est émouvant, bouleversant et tellement, tellement fascinant. Moïse possède énormément de failles mais fait preuve d'une dureté qui m'a pris aux tripes. Il est fissuré mais tente de se retrouver et se reconstruire et, ça, c'est absolument époustouflant. Sa capacité à encaisser les coups et à tourner la page m'a complètement bluffé. Moïse est LE héros de cette histoire, LE personnage dont je me souviendrai encore longtemps.

En dehors de Géorgie et Moïse, s'il y a bien un autre élément qui m'a fortement marqué, c'est l'écriture de l'auteure. Sa plume est toujours aussi enivrante, aussi vive et aussi poétique. Il y a tout un univers qui se dégage de chaque mot, de chaque tournure de phrase, de chaque point de vue. Heureusement qu'Amy Harmon n'a rien perdu au niveau de son style car, autrement, je pense que je me serais sérieusement ennuyer pendant ma lecture. En effet, comme dit plus haut, j'ai trouvé un grand nombre de passages vraiment longuets. Alors, certes, ce que vivent et traversent nos deux personnages principaux relève véritablement du cauchemar, mais ce n'est pas une raison suffisante pour répéter les mêmes idées et les mêmes sentiments à quelques pages d'intervalle. J'ai trouvé que Géorgie et Moïse exprimaient sans arrêt les mêmes émotions. Ils n'avancent que trèèèèèès doucement et, si cela aurait pu être une qualité, ici les choses tardent bien trop à évoluer pour que cela en soit plaisant ou prenant. A la fin, je n'étais même plus interpellé parce qu'ils pouvaient éprouver et je voulais juste connaître la conclusion de leur histoire pour découvrir quel serait leur état d'esprit quand j'allais les quitter. C'est vraiment regrettable puisqu'on sent bien que l'auteure veut, justement, se concentrer le plus possible sur l'aspect émotionnel de son intrigue. Cependant, avec moi, ça n'a pas fonctionné – ou, du moins, pas durablement. On se perd dans un surplus de répétitions sentimentales qui m'ont lassé. Néanmoins, je ne nie pas que ce que Moïse et Géorgie expérimentent est aussi horrible que triste et dévastateur. C'est vraiment assez paradoxal, en fait. Je les comprends et je saisis pourquoi Amy Harmon a fait de tels choix pour narrer leurs émotions mais, en même temps, je reste sur ma faim et j'ai été totalement blasé par la lenteur du roman, que je me place dans la partie « Avant » ou « Après ».

La conclusion du livre, à l'inverse, m'a beaucoup plu. On a enfin les réponses à nos questions et tout s'enchaîne plus rapidement. C'est ça que j'aurais aimé avoir la chance de découvrir tout au long de ma lecture. A la fin, Moïse et Géorgie m'ont encore plus ému, leur univers m'a totalement enchanté et leurs histoire d'amour m'a finalement vraiment coupé le souffle. Tout est intensifié, tout bascule à nouveau et j'ai pu apercevoir le potentiel qu'avait cette histoire.

En résumé, LA LOI DU CŒUR est une lecture qui me laisse à la fois divisé et mitigé. J'ai adoré Moïse et Géorgie ainsi que leur évolution mais j'ai vraiment eu beaucoup de mal à me laisser aller à cause des passages à vide qui se multiplient. Le problème vient certainement de moi étant donné que ce roman d'Amy Harmon est un coup de cœur pour beaucoup de personnes. Je n'ai peut-être pas su être touché comme il le fallait par l'ambiance de ce récit. Il me tarde, malgré tout, de lire le prochain opus de ce diptyque car l'écriture de l'auteure est simplement incroyable et addictive.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 8, 2016 9:26 AM MEST


La Sélection, Tome 5 : La Couronne
La Sélection, Tome 5 : La Couronne
par Kiera CASS
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Une lecture pleine de douceur et d'émotions qui conclut avec brio et finesse une série enchanteresse. », 25 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Sélection, Tome 5 : La Couronne (Broché)
LA COURONNE est un ultime tome à la série LA SÉLECTION à la fois hyper rafraîchissant et extrêmement touchant. Kiera Cass nous livre ici une véritable déclaration d'amour à l'amour lui-même. On sent bien que ce dernier opus est présent pour répondre aux quelques questions encore en suspens suite à notre lecture du tome 4 mais également qu'il marque la fin d'une ère. L'auteure tourne complètement la page et ça se sent. En refermant le roman, j'étais entièrement satisfait. La boucle LA SÉLECTION est totalement bouclée. Il ne reste plus rien à explorer, tout est clair et net et on sort de notre lecture avec un sentiment de plénitude ultra agréable à ressentir.

Indéniablement, la force maîtresse de cette histoire n'est autre que son héroïne, Eadlyn. Eadlyn est un personnage haut en couleur que j'ai adoré retrouver. Elle est aussi têtue et déterminée qu'elle est drôle et attachante. C'est une femme de caractère qui sait faire preuve d'énormément de maturité et de réflexion. On sent bien qu'elle veut tout faire pour rester fidèle à la fois à ses principes mais également à ses sentiments. Son déchirement devient rapidement le nôtre et on a constamment envie de rassurer cette princesse tiraillée entre son devoir et son cœur. Eadlyn est indubitablement une héroïne pleine de failles et profondément touchante dans son humanité. Par ailleurs – et c'est précisément là que Kiera Cass est très forte – on la voit évoluer et énormément changer en l'espace de seulement 330 pages. La Eadlyn du début du roman n'est plus exactement la même que celle que nous quittons en terminant cette histoire et j'ai trouvé cela absolument incroyable. Sa transformation se fait de manière extrêmement habile. Les décisions qu'elle prend vont faire d'elle un tout nouveau personnage et j'ai adoré ça. Son humour, sa force et son discernement vont énormément me manquer.

Concernant la Sélection d'Eadlyn, je dois bien avouer que ne trouve rien à redire. Tout se déroule logiquement et sans véritable accroc. L'histoire s'avère finalement être très prenante et même captivante étant donné que j'ai dévoré LA COURONNE en une journée à peine. Les mots coulent, les évènements s'enchaînent et les pages se tournent sans que nous ne nous en apercevions vraiment. L'écriture de Kiera Cass est vraiment douce et va d'elle-même. On se laisse glisser d'un bout à l'autre du roman naturellement et c'est un vrai bonheur. De plus, tous les protagonistes masculins au cœur de la Sélection sont dépeints avec beaucoup d'épaisseur et d'intensité. Ils possèdent tous une vraie personnalité et leur présence au sein du récit est constamment justifiée. Je me suis senti proche de chacun d'entre eux et, tout comme Eadlyn, j'étais continuellement tiraillé à l'idée de devoir choisir quels prétendants évincer et lequel garder. Par ailleurs, l'auteure n'oublie pas de nous permettre de retrouver les héros de la première trilogie LA SÉLECTION. Les quelques instants passés en compagnie d'America, Maxon et Aspen résonnent comme une véritable bulle d'oxygène. Ce trio va terriblement me manquer, tout comme leurs descendants et leurs aventures.

Comme précisé plus haut, LA COURONNE sonne, à mes yeux, comme une ode à l'amour et à la vie. Kiera Cass distille ici et là d'importantes leçons et d'importants messages qui apparaissent alors comme la visée fondamentale de cette histoire. Ce cinquième roman m'a semblé être présent pour rappeler à ses lecteurs l'importance d'aimer et d'être aimé. C'est, véritablement, une déclaration d'amour à l'amour, à la passion, au bonheur de l'instant présent et à la présence de l'autre. J'ai trouvé cette lecture plus analytique extrêmement bouleversante et très intelligente et brave de la part de l'auteure. Je cherche peut-être à lire entre les lignes et je vois peut-être (sûrement) des choses qui n'ont pas lieu d'être, mais ce qui émane de cette sous-lecture me convient. LA COURONNE est une histoire toute mignonne et qui met du baume au cœur et, ça, ça fait du bien.

En résumé, LA COURONNE est un roman que j'ai beaucoup, beaucoup apprécié. C'est un dernier tome fascinant et envoûtant qu'on a énormément de peine à refermer et qui possède des héros dignes de ce nom. Eadlyn m'a complètement conquis et je la quitte – ainsi que sa famille et ses prétendants – le sourire aux lèvres et la larme au coin de l'œil. La saga LA SÉLECTION a le mérite de m'avoir fait voyager et rêver pendant des années tout en restant très légère et ultra divertissante. Il me tarde désormais de retrouver Kiera Cass et ses prochaines histoires. Une lecture pleine de douceur et d'émotions qui conclut avec brio et finesse une série enchanteresse.


Daylighters
Daylighters
par Rachel Caine
Edition : Broché
Prix : EUR 7,12

5.0 étoiles sur 5 « Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis triste de quitter l'univers de cette inoubliable série. », 23 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daylighters (Broché)
Je ne trouve pas les mots pour décrire à quel point je suis triste de quitter l'univers de cette fabuleuse et inoubliable série. Ce dernier opus est absolument parfait : rien n'est laissé au hasard, tout est réglé et les héros sont plus touchants et renversants que jamais. Une conclusion épique et dévastatrice qui correspond parfaitement à l'ambiance de la saga. Depuis que j'ai atteint la dernière ligne du roman, je suis en deuil. Je suis tombé profondément amoureux de Claire, Shane, Eve, Michael et tous les autres héros de cette histoire ainsi que de Morganville au fil de ces dernières années et leur faire mes adieux est un véritable crève-cœur. Ce fut un honneur de les rencontrer et je remercie infiniment Rachel Caine d'avoir eu l'audace et le génie d'écrire 15 tomes absolument époustouflants. ♥


Immaculée
Immaculée
par Katelyn DETWEILER
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 « J'ai trouvé ce livre absurde, ses personnages vides d'émotions et son atmosphère extrêmement lente et répétitive. », 31 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Immaculée (Broché)
IMMACULÉE est un roman avec lequel je n’ai pas du tout accroché. J’aurais aimé aimer. J’avais envie d’aimer. L’histoire et le résumé semblaient hyper intéressants et j’avais l’impression qu’il y avait un vrai potentiel derrière cette idée hyper originale et inventive de l’auteure. Eh bien, non. Absolument pas, même. Au contraire : j’ai trouvé ce récit à peine (si pas du tout) crédible et je ne me suis pas attaché une seule seconde aux personnages principaux (et encore moins à l’héroïne). Du début à la fin, IMMACULÉE m’a fait lever les yeux au ciel et m’est apparu comme totalement tiré par les cheveux. Nous n’avons absolument aucune réponse à nos questions, cette histoire ne semble n’avoir aucun sens et le récit est peuplé de longueurs et de répétitions. En résumé, je n’ai pas été convaincu.

Dès les premiers chapitres, j’ai senti que ça n’allait pas coller : Mina accepte sa situation beaucoup trop facilement et sans se poser aucune question (d’accord, quelques-unes mais elles disparaissent aussi rapidement qu’elles se sont manifestées). Je ne me suis pas du tout identifié à elle ou à ce qu’elle pouvait ressentir tant elle est en pouvoir de tout changer et de prendre des décisions par elle-même mais qu’elle choisit, à la place, de souffrir et de s’en plaindre ensuite, comme si elle n’assumait aucun de ses actes. J’ai également eu beaucoup de mal à saisir comment une adolescente de son âge pouvait laisser les évènements évoluer tout en restant calme et pratiquement pas affolée. C’est comme si tout était normal pour Mina. D’accord, elle est assez confuse et désespérée par moments, mais j’ai eu l’impression que l’auteure se sentait obligée d’incorporer de tels moments de chagrin parce qu’il le FALLAIT et non pour nous livrer une histoire un minimum crédible. Vraiment. J’ai eu la sensation que tout était faux et que Mina avait fait son choix depuis le début pour ensuite s’en plaindre. Enfin bref, elle m’a vraiment tapé sur les nerfs.

Côté personnages secondaires, ce n’est guère mieux. Tous les amis de Mina ont des avis tranchés qui sont soit trop mielleux pour paraître logiques soit trop radicaux pour qu’ils ne m’agacent pas. Il en va de même avec sa famille, d’ailleurs. Sincèrement, j’ai été vraiment déçu et très en colère à cause des protagonistes de cette histoire. Aucun ne m’a semblé un minimum humain et touchant. Ils ne servent qu’à représenter une suite de points de vue divergents un peu trop extrêmes à mon goût. Katelyn Detweiler dépeint, ici, des héros qui n’en sont pas vraiment. Ils ne servent qu’à transmettre tel ou tel opinion sur un sujet improbable afin d’exposer ce que serait la palette d’avis si la situation était réelle. J’ai vraiment ressenti cela au cours de ma lecture et j’en garde un goût légèrement amer dans la bouche.

IMMACULÉE est un roman assez lent. Pas de fantastique, de science-fiction ou d’évènements destructeurs ne se manifestent – chose assez logique, me direz-vous. Néanmoins, l’histoire avance vraiment à un rythme paresseux. Il y a de nombreuses répétitions concernant les émotions de Mina, ses envies ou ses craintes. Alors, oui, on la suit au cours de sa grossesse, mais j’aurais aimé être confronté à plusieurs vagues de sentiments différents plutôt qu’à une suite de blocs se ressemblant tous qui ne font que s’emboîter les uns à la suite des autres dans le récit. Certains coups de théâtre sont assez prévisibles et d’autres sont trop inconcevables pour être pris au sérieux. Je n’ai peut-être pas été sensible à l’idéal miraculeux de l’auteure et à son envie de nous faire croire à une manifestation divine dont le but est de transmettre de l’espoir au monde entier, remarquez. Le truc, c’est qu’habituellement je me laisse totalement éblouir et prendre aux tripes par l’incroyable et le renversant. Ici, tout m’a semblé insensé et vide de conviction en plus de manquer d’énergie.

Ce sentiment ne m’a pas quitté jusqu’à la conclusion du roman qui – ô surprise – nous laisse avec encore plus de questions dans la tête qu’avant notre lecture. De plus, les ultimes rebondissements m’ont paru beaucoup trop gros et disproportionnés par rapport au sujet abordé. J’ai trouvé cela tellement illogique, déstabilisant et déraisonnable que j’en reste encore complètement abasourdi. L’auteure est partie un peu loin à mon goût et son histoire me restera sûrement en tête quelques temps – mais pas pour les bonnes raisons.

En résumé, IMMACULÉE est (très) loin d’être un coup de cœur. J’ai trouvé ce livre absurde, ses personnages vides d’émotions et son atmosphère extrêmement lente et répétitive. Aucun évènement n’est captivant, aucun héros n’est vraiment là pour exister sans exprimer un avis soit doucereux soit tyrannique et on ressort de cette histoire pleins d’interrogations en tête. Une suite est prévue et je serais curieux de la découvrir juste pour voir si Katelyn Detweiler compte s’en tirer sans nous offrir un minimum d’explications sur la grossesse de Mina et les conséquences de celle-ci. Néanmoins, je pourrais me contenter de m’en tenir là étant donné que j’ai trouvé toute cette histoire incohérente et les protagonistes irritants. Une lecture à laquelle je n’ai pas adhéré et qui, je l’espère, vous comblera et vous convaincra beaucoup plus que moi.


Nil
Nil
par Lynne MATSON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 « Extatique, explosif et excitant, NIL est un véritable coup de foudre. », 13 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nil (Broché)
Extatique, explosif et excitant, NIL est un véritable coup de foudre. Dévoré en à peine une journée, ce roman m'a complètement transporté et m'a totalement pris aux tripes. Une fois lancés dans le récit, impossible pour nous d'en ressortir et de trouver le courage de reposer le roman. À mi-chemin entre Le Labyrinthe et Lost, NIL est une lecture haletante, saisissante et époustouflante qui possède un rythme à couper le souffle. Tout s'enchaîne avec une rapidité éblouissante et les nombreux rebondissements auxquels nous nous retrouvons confrontés sont absolument renversants. Les héros sont hyper touchants et leur détermination m'a énormément plu. Même si la romance entre Thad et Charley voit le jour beaucoup trop rapidement pour être crédible et qu'il reste des tonnes de questions sans réponse, je ressors de ma lecture complètement conquis et des étoiles plein les yeux. C'est assez étonnant, d'ailleurs, pour moi qui aime tout savoir une fois le livre refermé. Néanmoins, Lynne Matson est parvenue à créer un univers tellement passionnant et sidérant qu'il en arrive à gommer tous les (petits) points noirs que je peux trouver au roman et, ça, c'est tout simplement incroyable.

Dès les toutes premières pages – les tous premiers paragraphes, même – l'auteure nous entraîne avec elle au cœur d'un univers fantastique et ultra palpitant. Du début à la fin du livre, aucune seconde de répit ne nous est accordée. À partir du moment où nous rencontrons Charley et Thad – grâce aux chapitres alternant leurs deux points de vue – l'aventure commence et démarre sur les chapeaux de roue. Plus le fil conducteur se délie et plus ils nous apparaissent comme des protagonistes ultra touchants et irrémédiablement adorables. Je me suis énormément attaché à eux, aussi bien lorsqu'ils étaient seuls que lorsqu'ils formaient un duo. Charley et Thad possèdent de nombreuses qualités et failles hyper émouvantes qui les rendent à la fois humains et irrésistibles. On les sent tout aussi perdus et à la recherche de réponses que nous et cela nous permet de nous sentir extrêmement proches d'eux. Ils sont comme nous, à l'affût du moindre indice et tout aussi apeurés et, en même temps, galvanisés par l'élucidation des mystères de l'île de Nil. Les autres personnages qui peuplent cette histoire sont tout aussi sympathiques et agréables à suivre que nos deux héros. Ils en voient tous d'absolument toutes les couleurs et ne peut rien faire d'autre à part vouloir les prendre dans nos bras et les encourager à ne pas perdre espoir. Lynne Matson est véritablement parvenue à créer des protagonistes convaincants.

Cependant, et c'est là l'un des seuls défauts de NIL, j'ai trouvé que la romance entre Thad et Charley s'épanouissait bien trop rapidement pour qu'on puisse y croire. C'est beaucoup trop instantané, beaucoup trop attendu et – surtout – beaucoup trop niais pour qu'on puisse s'en contenter. Heureusement que cette histoire d'amour n'occupe pas une place centrale dans le récit, sinon je pense que j'aurais été déçu de ma lecture. En effet, l'auteure a eu la bonne idée de placer les sentiments amoureux des héros au second-plan et, ainsi, cet amour immédiat m'a semblé moins dérangeant.

La clé de voute de NIL est, sans l'ombre d'un doute, son ambiance mystérieuse qui tire ses origines dans les nombreux coups de théâtre qui s'entremêlent au sein du récit. En effet, NIL, c'est tout simplement 460 pages de pure surprise. Je n'avais pas lu de romans aussi perturbants, frappants et enivrants depuis des mois. Le rythme de cette histoire est effréné, démesuré et ahurissant et, évidemment, c'est tellement, tellement enivrant. Plus on progresse et plus les secrets s'épaississent, élément que j'ai trouvé extrêmement utile et addictif. On veut toujours en savoir plus, aller plus loin et percer les mystères de cette île qui semble n'exister nulle part. Il y a des révélations explosives, des morts inattendues, des retournements de situation grandioses et des évènements à couper le souffle. Tous ces ingrédients forment un cocktail volcanique et déchaîné qui m'a incontestablement hypnotisé.

Néanmoins, comme dit plus haut, Lynne Matson laisse la plupart de nos interrogations sans aucune réponse. Étrangement, ce n'est pas plus gênant que cela. En effet, on comprend finalement que le but de cette histoire ne réside pas nécessairement dans ses explications mais dans le fait de la vivre et d'être totalement absorbés par celle-ci. Je n'avais jamais vraiment expérimenté une telle sensation et je dois avouer en être le premier surpris. De plus, j'ai appris que la suite de cette histoire possédait énormément d'explications, information qui m'a ravi. Je pense que ce premier opus est vraiment là pour poser les bases et mettre toute l'énigme en place afin de nous en exposer les éclaircissements plus tard. En résumé, même si le flou reste pratiquement total, j'ai été captivé par cette intrigue d'un bout à l'autre. La conclusion est, elle aussi, vraiment satisfaisante. Ce premier volet peut se lire comme un roman unique, finalement, et j'ai trouvé cela tellement agréable. Nous avons une vraie fin malgré les révélations manquantes et j'applaudis Lynne Matson pour ce coup de maître.

NIL est donc un coup de foudre, une lecture intense et palpitante que j'ai énormément et profondément appréciée. Les personnages sont solides et crédibles, la romance – bien que bancale – est heureusement relayée au second-plan et les rebondissements sont tous plus époustouflants et remarquables les uns que les autres. L'atmosphère de ce récit est indiscutablement hyper intéressante et excitante. NIL est, pour le moment, un des meilleurs livres que j'ai pu lire cette année. Un roman électrisant et jubilatoire que je vous recommande de découvrir sans plus attendre.


Les proies - Les vivants Tome 2
Les proies - Les vivants Tome 2
par Matt DE LA PENA
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 « Un roman saisissant et bouleversant malgré une fin décevante à mes yeux. », 9 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les proies - Les vivants Tome 2 (Broché)
LES PROIES est une excellente suite au roman LES VIVANTS. J'ai pris un énorme plaisir à voir Shy, Carmen, Marcus et Cireur évoluer dans un environnement hyper hostile à la fois ultra oppressant et terriblement saisissant. Le rythme de cet opus est encore plus haletant et palpitant que celui de son prédécesseur, chose qui me paraissait tout simplement impossible. L'auteur nous livre ici de nombreuses révélations et retournements de situation qui confèrent à l'histoire une ambiance bien particulière et extrêmement addictive. Je me suis surpris à dévorer 300 pages de cette histoire d'une traite sans m'en apercevoir tant j'avais été happé par les mots et l'imagination de Matt de la Peña. Néanmoins, si j'ai apprécié la majeure partie de l'histoire, la conclusion reste un énorme point d'interrogation à mes yeux. Je suis hyper confus et je reste sur ma faim. Si LES PROIES est officiellement le dernier tome de la série, alors ma déception n'en est que plus grande. A l'inverse, si une suite est annoncée, mon jugement sur les dernières pages est à prendre avec des pincettes. Je suis donc divisé concernant les ultimes chapitres alors que tout le reste du récit m'a absolument transporté.

Je n'avais qu'une idée en tête depuis que j'avais terminé LES VIVANTS : pouvoir mettre la main sur le tome 2 et découvrir la suite des aventures de Shy. Au cœur de ce monde post-catastrophe, la petite bande avec laquelle nous avions précédemment fait connaissance se retrouve livrée à elle-même et fait l'objet de diverses agressions. On sent bien que, cette fois, les enjeux sont encore plus élevés et que les risques à prendre se paieront très chers. Cependant, Shy, Carmen, Marcus et Cireur ne se laissent pas abattre et font preuve d'un courage à toute épreuve qui m'a absolument fasciné. Les héros sont époustouflants et extrêmement touchants. On les sent à la fois déterminés, braves et solides mais également sur le point de s'effondrer et de se briser. Il y a quelque chose d'énormément bouleversant dans cette dualité qui émane de chacun d'entre eux. J'ai vraiment passé un merveilleux moment à leurs côtés.

De plus, Matt de la Peña leur en fait voir d'absolument toutes les couleurs de par les multiples retournements de situation qui prennent place au cours de cette histoire. En effet, si le tempo était déjà rapide et déchaîné à la fin du premier opus, ici il en devient pratiquement insoutenable. LES PROIES nous rappelle bien que l'auteur ne se focalise pas seulement sur l'aspect chaotique du monde et l'impact du tremblement sur les États-Unis mais également sur tout un tas d'autres plans. A l'aspect catastrophique du phénomène naturel s'ajoute le côté course-poursuite mortelle que nous avions déjà expérimenté lors de notre lecture du premier volet. En effet, Shy et ses amis se retrouvent confrontés à de nombreux dilemmes et situations dangereuses à cause de leurs connaissances. Leur survie ne tient véritablement qu'à un fil et on sent bien la pression aller crescendo de la première à la dernière page. Les chapitres – très courts – s'enchaînent brillamment et rendent notre lecture hyper effrénée. On veut toujours en savoir plus et découvrir comment Shy, Carmen, Marcus et Cireur vont s'en sortir. Les coups de théâtre sont si nombreux et inquiétants qu'on se retient sans cesse de respirer. LES PROIES possède véritablement un caractère anxiogène qui m'a énormément plu. J'avais toujours envie d'aller plus loin, d'avoir plus de réponses et de connaître – finalement – le dénouement de cette intrigue totalement inédite et captivante.

La conclusion, justement, comme je le disais plus haut, me laisse, elle, un drôle de goût dans la bouche. Tout d'abord, je la trouve beaucoup trop rapide. Elle nous tombe dessus comme un cheveu sur la soupe. C'est trop abrupt, trop imprévisible et trop soudain pour être totalement crédible. J'ai eu l'impression que l'auteur voulait juste en terminer avec son roman sans trop s'affoler de savoir si nous avions toutes les réponses à nos questions. Certaines d'entre elles restent extrêmement ouvertes, chose qui, pour une fois, ne m'a pas nécessairement déplu dans le sens où cela colle à l'atmosphère du roman. Il y a quelque chose de mystérieux et d'étrange qui enveloppe cette histoire et j'ai beaucoup aimé que cette idée soit menée à son paroxysme en nous laissant certaines options pour imaginer tel ou tel scénario. Néanmoins, les toutes dernières lignes me laissent hyper confus et complètement déstabilisé. Je ne suis même pas sûr d'en avoir saisi tout le sens, même après plusieurs relectures. Les derniers mots m'ont laissé bouche bée et le regard vide. Il me manque vraiment certaines explications pour comprendre ce choix de l'auteur. A mes yeux, une suite est obligatoire. J'ai clairement besoin d'un troisième tome pour vraiment saisir tous les enjeux de cette conclusion, de l'intrigue globale de la saga mais également comprendre le point de vue de Matt de la Peña et de ce qu'il espérait nous transmettre avec cette fin. Si aucun tome 3 n'est annoncé, alors je suis hyper perplexe et vraiment déçu. Cette conclusion est bien trop ouverte et trop peu explicite pour que je puisse m'en contenter.

En résumé, LES PROIES est une lecture renversante et enivrante dotée d'un rythme enflammé et passionnant. J'ai adoré l'univers hostile et chaotique dans lequel l'auteur nous embarque et retrouver Shy et ses amis a été un véritable bonheur. Les coups de théâtre s'entremêlent à une vitesse folle et nous coupent le souffle d'un bout à l'autre de l'histoire. S'ajoute à cela des révélations explosives et des enjeux importants qui nous prennent tout simplement aux tripes. Néanmoins, je reste frustré et abasourdi par la conclusion de cette histoire et j'espère de tout cœur avoir des explications à l'avenir. Un roman saisissant et bouleversant malgré une fin décevante à mes yeux.


12. La Maison de la nuit - Sauvée
12. La Maison de la nuit - Sauvée
par Kristin CAST
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 « Malgré ses défauts, SAUVÉE est une charmante conclusion à une saga qui l'est tout autant. », 24 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : 12. La Maison de la nuit - Sauvée (Broché)
SAUVÉE, dernier tome de la saga LA MAISON DE LA NUIT, est une lecture qui m'a fait passer par tout un d'états différents. Je ne vous le cache pas : au départ, j'ai eu l'impression d'être dans la cinquième dimension. Les auteures ont emprunté une voie qui m'a longtemps laissé perplexe et qui m'a semblé complètement hors de propos. Néanmoins, je me suis plus ou moins fait à l'idée, puis j'ai énormément apprécié le fait de retrouver Zoey et toute sa bande pour une ultime aventure à leurs côtés. De plus, SAUVÉE, à mes yeux, est un très joli point final à cette série, chose que j'ai trouvé très agréable et vraiment satisfaisante.

Autant commencer directement avec l'élément qui m'a le plus gêné dans cette histoire : Neferet et son délire narcissique. Je ne sais absolument pas pourquoi les auteures ont pris cette direction avec elle, mais j'ai mis énormément de temps à m'y faire et à trouver cette situation crédible ou utile. Tous les moments où nous retrouvons ce personnage m'ont paru grotesques et sans queue ni tête. J'ai eu l'impression que P.C. et Kristin Cast s'étaient complètement perdues concernant l'intrigue de Neferet, sincèrement. Même si elles voulaient très certainement montrer à quel point son caractère était ténébreux et souligner l'aspect hyper monstrueux de ses ambitions, les évènements qui prennent place pour illustrer tout cela m'ont complètement pris au dépourvu, et pas nécessaire dans le bon sens du terme. Dès les premières pages, j'ai froncé les sourcils et je me suis senti totalement déboussolé face au côté absurde et insensé de la situation. J'ai trouvé cela vraiment dommage car, sans cet énorme point noir, le final de la saga n'aurait pas autant perdu en crédibilité.

En effet, à l'inverse de Neferet, j'ai trouvé tous les autres personnages ultra attachants, vraiment bien construits et mieux mis en avant qu'au cours des derniers opus. Si j'avais eu du mal à m'adapter à leurs personnalités dans les précédents volumes, celui-ci m'a permis de retrouver l'attachement que j'éprouvais pour eux dans les premiers romans. Quel plaisir ! On sent désormais une vraie coalition entre eux tous. Suite aux nombreux rebondissements des onze tomes précédents, tout est désormais en place pour qu'ils se battent ensemble. J'ai adoré voir tous les héros s'entre-aider, se conseiller, s'épauler et avancer en étant unis. SAUVÉE nous permet de les retrouver une ultime fois sous leur meilleur jour et j'ai trouvé cette idée extrêmement touchante.

Les auteures profitent de ce final pour nous livrer des retournements de situation plutôt très prenants. Je me suis surpris à tourner les pages de ce récit avec beaucoup plus de frénésie et d'envie que ce à quoi je m'étais préparé. En effet, SAUVÉE possède malgré tout une pointe de suspense et de mystère qui m'a beaucoup interpellé au cours de ma lecture. On sent bien que quelque chose de gigantesque va voir le jour et on veut sans cesse tourner les pages pour en découvrir les conséquences. Néanmoins, j'ai trouvé que les personnages prenaient beaucoup trop de temps pour se préparer à un évènement qui, un, ne voit le jour que très tardivement et, deux, est résolu en à peine quelques lignes. Une fois de plus, P.C. et Kristin Cast se perdent dans des longueurs inutiles et nous offrent des révélations beaucoup trop simplistes. C'est regrettable. Cependant, j'ai aimé cette fin et cette conclusion. Je ne sais pas si j'avais revu mes attentes à la baisse après avoir lu les derniers opus ou si j'ai inconsciemment préféré ne rien espérer de grandiose, mais je reste malgré tout satisfait de la résolution finale.

Les ultimes chapitres débordent d'espoir et de lumière. La boucle est bouclée, nous avons toutes les réponses à nos questions. Les auteures en profitent pour nous briser le cœur avant de le réparer. Nous vivons effectivement pas mal de fois l'ascenseur émotionnel au cours des dernières pages et j'ai énormément aimé ça. Tout s'accélère enfin et je garde donc un très bon souvenir de la fin de cette saga qui a connu de nombreux hauts et de nombreux bas, un parcours plutôt compliqué qui se termine tout de même sur une jolie note. Je ressors le cœur léger et un petit sourire aux coins des lèvres de cette lecture. Tout est terminé, tout est propre, net et précis. Habituellement, je déteste et crains les fins de séries tant j'ai peur de ne pas ressentir ce sentiment de plénitude et de tranquillité car le risque de ne pas être satisfait est omniprésent. Ici, rien ne manque, tout est réglé. J'avais besoin de cela après cinq ans passés à la Maison de la Nuit et ça fait énormément de bien de voir des auteures qui se préoccupent de leurs lecteurs et de leurs personnages du début à la fin.

En résumé, SAUVÉE est une lecture qui m'a plu et qui clôt avec beaucoup de beauté cette série qui m'aura fait traverser une foultitude d'émotions au cours des cinq dernières années. Malgré le gros point noir dû à l'intrigue de Neferet qui me paraît complètement à côté de la plaque, quitter Zoey et tous ses amis me chagrine et faire mes adieux à la Maison de la Nuit également. Néanmoins, étant donné que les auteures en ont profité pour tout régler et nous laisser sur une conclusion ultra satisfaisante, je ressors également comblé de cet ultime opus. Malgré ses défauts, SAUVÉE est une charmante conclusion à une saga qui l'est tout autant.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20