undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Gerard Müller > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Gerard Müller
Classement des meilleurs critiques: 99
Votes utiles : 3502

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie)
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Fauré : Pelléas et Mélisande - Dolly
Fauré : Pelléas et Mélisande - Dolly
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 7,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Charme et délicatesse., 23 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fauré : Pelléas et Mélisande - Dolly (CD)
Gabriel Faure (1845-1924)/Pelléas et Mélisande/Pavane/Élégie/Dolly/Boston Symph Orch / Seiji Ozawa
Pélléas et Mélisande op 80 est une musique de scène prévue pour accompagner la pièce de Maeterlinck, et c’est une pure merveille orchestrale.
Une musique française d’une texture délicate et transparente dont émane une atmosphère de mystère. Une musique d’une grande beauté, raffinée et élégante, d’une grâce subtile représentative du génie fauréen. Composée en 1898, tout le monde en a entendu au moins la Sicilienne.
La Pavane op 50 distille une ambiance mélancolique une musique au charme intemporel.
L’Élégie op 24 est prévue pour violoncelle et piano ; c’est une musique au style sombre et tendu, dont le thème dégage un lyrisme puissant.
Dolly op 56 est une suite pour piano à quatre mains ; les six pièces qui la compose sont alternativement tendres et romantiques puis allègres et gracieuses.
Un ensemble d’œuvres admirables et charmantes.


Un turbulent silence
Un turbulent silence
par André Brink
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Chronique d'une tragédie annoncée: un choc !!, 23 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un turbulent silence (Poche)
Un turbulent silence/André Brink
L’histoire se passe en Afrique du Sud au début du XIX é siècle dans une famille de fermiers blancs, isolés dans le Bokkeveld région située au nord du Cap.
En préambule de ce roman de 600 pages basés sur des faits vrais, l’acte d’accusation des coupables.
Et tour à tour ces personnages historiques s’expriment au fil des chapitres, chacun apportant sa part de vérité qui n’est jamais celle des autres, Mama Rose la nourrice de Galant l’esclave et de Nicolaas le fils cadet du Baas, Piet van der Merwe le père, Alida la mère, Hester la future de Barend le fils aîné, Nicolaas le fils cadet,, Barend lui-même , Achilles l’esclave capturé au Zimbabwé, Galant l’esclave frère de lait de Nicolaas, etc… Tous vont nous faire entrer à leur manière et selon leurs convictions dans cette histoire tragique. La tension à peine perceptible au début va crescendo au fil des chapitres.
Passion, violence, sexe et haine et animent des personnages durs, aux passions exacerbées, étonnants.
Donnons la parole à Hester, l’épouse de Barend, une fille rebelle, sauvage, indomptable, éprise de liberté ; elle s’exprime au sujet de sa condition de femme, esclave de son mari, prisonnière de son milieu, de son mari et des conventions ; elle vient de perdre son premier bébé suite à une chute de cheval :
« Au début, dans les illusions de l’adolescence, on croit dans la révolte sauvage. Pris au piège de sa condition – femme, épouse, subalterne – il ne s’offre que deux échappatoires, comme alternative à la violence : la folie ou le suicide. Mais survivre prend le pas même sur la dignité. Ce n’est pas une reddition, mais un ultime et patient empressement du corps et de l’esprit. »
Puis Barend, un homme brutal et sûr de son bon droit et ayant bonne conscience comme tous les blancs propriétaires d’esclaves d’ailleurs, jugeant les esclaves employés à la ferme :
« Ils peuvent sembler bien dociles, mais au fond d’eux-mêmes ils restent toujours sauvages…Les esclaves, c’est comme les chiens, ils ne s’attachent pas facilement à un nouveau maître…Quiconque ne faisait pas son travail correctement avait le dos tanné, sans plus de cérémonie. »
Les esclaves, on leur donne à manger, à boire, un jour de congé de temps en temps. On les bat, bien sûr, mais on bat aussi les chiens. Et la femme à l’occasion !
Nicolaas, le frère de Barend, tout aussi brutal au sujet de l’esclave noire Lydia qu’il viole régulièrement :
« J’étais le maître, elle l’esclave, elle faisait ce que je voulais, c’était tout. Que je la cajole ou que je lui donne des coups de pied dans l’entrejambe, n’avait aucun sens pour elle. Si certaines nuits je l’étranglais presque pour l’obliger à avoir au moins une réaction, je finissais par m’arrêter en comprenant que même cela elle le considérait comme faisant partie de mes droits. »
Galant, l’esclave révolté avide de liberté :
« Pendant des années, nous avons tout supporté en silence. La mauvaise nourriture. Les engueulades. Le fouet. Le froid. La chaleur. La faim. Il a pris nos femmes quand il le voulait et il a planté sa semence en elles. (Nicolaas).Il a tué mon enfant. J’ai tout supporté. Nous avons tout supporté… »
Abel, l’esclave complice de Galant :
« Je leur ai menti toute ma vie, à propos de tout…Je n’avais pas le choix. Les mensonges étaient la seule chose derrière laquelle je pouvais me cacher afin qu’ils ne puissent m’atteindre. Tout ce que j’avais était à eux : mon corps, mes mains, mes jours, mes nuits. Achetés et payés. Mais moi, ils ne m’ont jamais possédé. »
Dans un style magnifique, sensuel, sans concession, André Brink brosse un tableau saisissant de l’Afrique du Sud à l’époque de l’esclavage.
Avec en apothéose les derniers moments passés ensemble pour Hester et Galant. Un roman puissant et inoubliable.
Quelques mois après les faits, l’esclavage sera aboli.


REQUIEM FAURE Michel CORBOZ
REQUIEM FAURE Michel CORBOZ

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une Messe d'une grande tendresse. Un grand Corboz., 20 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : REQUIEM FAURE Michel CORBOZ (CD)
Gabriel Fauré (1845-1924)/Requiem/Michel Corboz/Orch Symph de Berne/Elegie op 24/Messe Basse/
Ce Requiem est une œuvre incontournable, une œuvre d’intense recueillement tout en délicatesse et sans pathos.
Une ferveur profonde et intime émane de ce Requiem. Certains ont dit qu’il s’agissait d’une berceuse de la mort, pleine d’émotion et de tendresse. Ainsi Fauré fit figure de novateur dans le domaine de Messe des Morts. Rien à voir avec Gounod, Berlioz ou Verdi, ou même Mozart ou Brahms.
C’est une œuvre qui se caractérise par de longues mélodies contournées aux harmonies changeantes.
Composé en 1887/1888, le Requiem fut joué la première fois en l’église de la Madeleine le 16 janvier 1888 sous la direction de Fauré lui-même.
L’Élégie op 24 est une œuvre très souvent jouée, empreinte d’une grande noblesse telle une poignante marche funèbre dans un premier temps puis suivie d’une mélodie plus souple avec une belle cadence au violoncelle.
La Messe Basse est une reprise modifiée par Fauré lui-même en 1906 de la Messe des Pêcheurs de Villerville qui, elle, date de 1881. Un petit chef d’œuvre !


Fauré : Requiem (version 1893) (SACD hybride)
Fauré : Requiem (version 1893) (SACD hybride)
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 186,13

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Recueillement et délicatesse.Un grand Herreweghe pour servir Fauré., 20 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fauré : Requiem (version 1893) (SACD hybride) (CD)
Gabriel Fauré (1845-1924)/Requiem/La Chapelle Royale/Philippe Herreweghe
Ce Requiem est une œuvre incontournable, une œuvre d’intense recueillement tout en délicatesse et sans pathos. La version ici proposée ici par Philippe Herreweghe est sublime, avec un retour à la version originale avec cors et timbales. Une ferveur profonde et intime émane de ce Requiem.
Composé en 1887/1888, il fut joué la première fois en l’église de la Madeleine le 16 janvier 1888 sous la direction de Fauré lui-même.
En complément sur ce CD est proposée la Messe des pêcheurs de Villerville, composée en 1881. Une œuvre plus modeste, tendre et charmante, pour voix de femmes, dédiée aux pêcheurs de Villerville lors d’un séjour de Fauré en Normandie.


Louise Farrenc: Symphonies Nos. 1 & 3
Louise Farrenc: Symphonies Nos. 1 & 3
Prix : EUR 11,02

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Beauté et classicisme., 18 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Louise Farrenc: Symphonies Nos. 1 & 3 (CD)
Louise Farrenc (1804-1875) /Symphonies N°1 & 3/Orch Philh.de Hanovre/Johannes Goritzki
Avec Clara Schumann, Fanny Mendelssohn, Josephine Lang et Johanna Klinkel, Louise Farrenc est une des rares compositrices à être passé à la postérité, même si son œuvre reste à ce jour assez méconnue, quoique, à son époque, elle connût son heure de gloire.
Compositrice, pianiste et professeur, Louise Farrenc née Dumont au sein d’une famille d’artistes, apprit le piano dès six ans avec Anton Reicha professeur au Conservatoire de Paris. Elle se perfectionna avec Ignaz Moscheles et Hummel, puis apprit la composition.
Difficile pour une femme à cette époque de venir au premier plan, elle fut aidée par son mari qui était flûtiste. Mariée à 17 ans, elle ne tarda pas à publier ses premières œuvres pour piano qui connurent un franc succès. Elle donna de nombreux concerts en France et en Angleterre.
Elle a composé des symphonies, des œuvres vocales, de la musique de chambre, et beaucoup de musique pour piano.
La symphonie n°1 est inspirée du classicisme viennois avec un second mouvement adagio cantabile très mélodieux succédant à une entame andante sostenuto très lente. Le menuet est le mouvement le plus limpide de la symphonie et le finale est très rapide. Terminée en 1841, cette symphonie ne fut jouée pour la première fois qu’en 1845 à Bruxelles, Louise Farrenc rencontrant des difficultés pour la faire jouer à Paris, n’étant pas elle-même chef d’orchestre. Elle y parvint cependant un peu plus tard avec l’orchestre du Conservatoire de Paris.
La symphonie n°3 fut composée en 1849 et connut un très grand succès dès sa première présentation. Le très beau mouvement lent, adagio cantabile fut joué lors des obsèques de Louise Farrenc en 1875.
Une belle découverte que ces deux symphonies.


Louise Farrenc : Trios pour piano n° 1, Op. 33 et n° 3, Op. 44 - Sextuor Op. 40
Louise Farrenc : Trios pour piano n° 1, Op. 33 et n° 3, Op. 44 - Sextuor Op. 40
Prix : EUR 13,93

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Deux trios et un sextuor très intéressants., 18 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Louise Farrenc (1804-1875) Trios pour piano N°1 & 3/Sextuor op 40/Linos Ensemble.
Compositrice, pianiste et professeur, Louise Farrenc née Dumont au sein d’une famille d’artistes, apprit le piano dès six ans avec Anton Reicha professeur au Conservatoire de Paris. Elle se perfectionna avec Ignaz Moscheles et Hummel, puis apprit la composition.
Difficile pour une femme à cette époque de venir au premier plan, elle fut aidée par son mari qui était flûtiste. Mariée à 17 ans, elle ne tarda pas à publier ses premières œuvres pour piano qui connurent un franc succès. Elle donna de nombreux concerts en France et en Angleterre.
Très célèbre en son temps, son œuvre est aujourd’hui méconnue.
Elle a composé des symphonies, des œuvres vocales, de la musique de chambre, et beaucoup de musique pour piano.
De type classico-romantique le trio n°1 pour piano, violon et violoncelle fut joué pour la première fois en 1841 par Louise Farrenc elle-même avec deux de ses collègues du conservatoire. La partie piano est très exigeante et reflète bien le talent pianistique de Louise Farrenc. Une musique énergique, dynamique et plaisante.
Le sextuor op 40 fut composé en 1852 représente le premier exemple d’une œuvre pour piano et quintette à vents. C’est une œuvre très riche en trouvailles musicales pour que chaque instrumentiste puisse déployer son talent.
Le trio n°3 fut composé en 1854. Le violon est remplacé par une clarinette. On notera la pureté du style et la perfection de la forme, la grâce et l’élégance de cette musique.
Un disque en tout point intéressant.


Les Tabous de l'histoire
Les Tabous de l'histoire
par Marc Ferro
Edition : Broché
Prix : EUR 5,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un opuscule trop bref qui donne envie d'en savoir plus., 16 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Tabous de l'histoire (Broché)
Les tabous de l’Histoire/Marc Ferro
Un tabou, c’est ce sur quoi on fait silence par crainte ou par pudeur. Par exemple, ce fut longtemps le cas d’une façon générale en France pour ce qui concerne la vie privée et la fortune des hommes publics. Ce fut aussi le cas de la torture pratiquée en Algérie durant la guerre, la censure ayant dans un premier temps imposé un silence total. Et puis le cas de la sexualité de Jeanne d’Arc n’a jamais est toujours resté un sujet tabou absolu.
L’autorité que s’est attribuée la papauté fait partie aussi de ces tabous et Marc Ferro nous explique par quel tour de passe - passe l’évêque de Rome obtint la, prééminence sur les autres évêques. En effet la Donation de Constantin qui confirme l’évêque de Rome Sylvestre 1er (314-335) dans sa fonction de pape est un faux avéré.
Autre exemple : sur les origines du pouvoir bolchévik en 1917 régna un vrai tabou traduit par le comportement de Lénine ainsi que des historiens soviétiques. Toujours au sujet de Lénine, il était tabou d’évoquer ses ancêtres allemands, juifs et tatars, les trois peuples ennemis de la Russie.
Je ne peux citer tous les tabous ayant trait aux deux guerres mondiales et qui ne furent levés bien souvent que très récemment. Marc Ferro les aborde avec une grande connaissance de l’Histoire.
Un certain nombre de tabous entourent aussi l’assassinat de la famille impériale russe en juillet 1918 par les bolcheviks. Est très intéressant dans le détail le récit de l’exécution de la famille impériale faite par les deux seuls témoins oculaires, Medvedev et Jurovski. Témoins oculaires dont le témoignage aboutit au rapport Sokolov publié en 1924.
Mais certains membres de la famille auraient échappé au massacre et même Nicolas II n’aurait pas été exécuté comme il est précisé. Voir aussi l’affaire Anastasia. L’affaire rebondira jusqu’en 1987. On découvre que l’affaire ne s’est pas du tout passée comme le dit le rapport Sokolov.
Un autre thème est souvent resté tabou à savoir l’histoire des juifs berbères d’Afrique du Nord. Marc Ferro développe ce sujet en montrant que les juifs espagnols étaient d’origine berbère et non issus de la diaspora. De même, la plupart des juifs d’Europe centrale ne sont pas d’origine sémite et seraient descendants du royaume khazar dont le monarque s’était converti au judaïsme à partir du IX é siècle. Marc Ferro montre qu’il n’y a pas de « race juive », les juifs étant issus de divers horizons. Le musée de la diaspora à Tel-Aviv montre l’infinie variété des communautés juives qui ont existé : de la Lituanie au Yémen et à l’Inde, de l’Éthiopie à la Khazarie, de la Grèce au Maroc ou à Boukhara en Asie centrale.
Ensuite, Marc Ferro aborde l’œuvre du cinéaste Fassbinder qui abonde en sujets tabous.
Un livre bien documenté et instructif, parfois un peu touffu, évoquant la part d’ombre et de lumière de l’Histoire, avec ses silences, ses mensonges, ses oublis. Un livre qui donne l’envie de savoir plus, car en définitive peu de sujets sont abordés en profondeur dans cet ouvrage, l’histoire des Romanov en occupant près de la moitié. Le titre « Quelques tabous de l’Histoire « eût été plus approprié.


Czerny Et Onslow: Trios Pour Piano Romantique
Czerny Et Onslow: Trios Pour Piano Romantique

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Czerny et Onslow: deux compositeurs à redécouvrir., 16 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Czerny Et Onslow: Trios Pour Piano Romantique (CD)
Carl Czerny (1791-1857)/trio N°4 op 289
Georges Onslow (1784-1853)/Trio op 26
Göbel Trio Berlin

Carl Czerny est né et mort à Vienne. Pianiste dès l’âge de trois ans, puis compositeur dès sept ans, il jouait Mozart, Haydn et Bach instruit par son père qui était pianiste.
Plus tard, élève de Hummel puis de Salieri et Beethoven, il devient lui même enseignant et aura Liszt comme élève et…la reine Victoria.
Il a laissé plus de 800 opus et de nombreux ouvrages techniques. Tous les jeunes pianistes se sont échinés sur les études de ce compositeur visant à améliorer la dextérité et la virtuosité.
Le trio N°4 est une de ses compositions les plus jouées, de construction très classique où le piano reste le maître.
Georges Onslow est un compositeur français né et mort à Clermont Ferrand. Très célèbre de son temps, il est quasiment oublié aujourd’hui. Compositeur essentiellement de musique de chambre pour cordes et piano, il eut pour maître en piano Dussek. Il voyagea en Angleterre et en Allemagne pour parfaire sa formation. En composition il eut pour maître Anton Reicha. Admiré de Mendelssohn et de Schumann, il fut élu à l’Académie des beaux-arts devant Berlioz.
Onslow a composé 36 quatuors, 34 quintettes, des sonates pour violon, pour violoncelle, et beaucoup d’œuvres pour piano solo, et on le redécouvre peu à peu de nos jours.
Le trio op 26 proposé ici est une composition remarquablement interprétée par le Göbel Trio de Berlin.


Czerny: Concerto for Four Handed Piano, Symphony 2 by Liu Xiao Ming, Horst Gobel (2010) Audio CD
Czerny: Concerto for Four Handed Piano, Symphony 2 by Liu Xiao Ming, Horst Gobel (2010) Audio CD

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 À la découverte de Czerny., 15 juillet 2016
Carl Czerny (1791-1857) Concerto pour piano à quatre mains & Symphonie N°2/Liu Xiao Ming & Horst Göbel au piano/Orch de Francfort/Nikos Athinäos
Carl Czerny est né et mort à Vienne. Pianiste dès l’âge de trois ans, puis compositeur dès sept ans, il jouait Mozart, Haydn et Bach instruit par son père qui était pianiste.
Plus tard, élève de Hummel puis de Salieri et Beethoven, il devient lui même enseignant et aura Liszt comme élève et…la reine Victoria.
Il a laissé plus de 800 opus et de nombreux ouvrages techniques. Tous les jeunes pianistes se sont échinés sur les études de ce compositeur visant à améliorer la dextérité et la virtuosité.
Ici nous est proposé l’opus 153, concerto pour piano à quatre mains, une œuvre originale et plaisante.
La symphonie n°2 permet de découvrir une autre facette de l’art de Czerny.


Beethoven : Triple concerto / Sonate pour piano, n° 17, Op. 31
Beethoven : Triple concerto / Sonate pour piano, n° 17, Op. 31
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 40,58

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une œuvre brillante avec quatre mythes aux commandes., 12 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven : Triple concerto / Sonate pour piano, n° 17, Op. 31 (CD)
Ludwig van Beethoven (1770-1827) Triple concerto op 56/Sonate op.31/2/David Oistrakh, Mstislav Rostropovich , Sviatoslav Richter/Berliner Philh/ H.Von Karajan
Le concerto pour piano, violon et violoncelle opus 56 en ut majeur fait partie des œuvres brillantes et démonstratives tout à la gloire des solistes. Dans un parfait équilibre, les thèmes circulent d'un soliste à l'autre dans la bonne humeur.
L'allegro initial en forme de sonate est suivi d'un largo méditatif et poétique avant qu'un rondo alla polacca très joyeux, feu d'artifice des solistes, ne termine ce chef d'œuvre.
On notera que c'est le violoncelle qui assume le rôle de leader thématique, les deux autres instruments répondant avec docilité.
Tout en rappelant des symphonies concertantes du siècle précédent, ce concerto laisse une place plus importante aux solistes qui ne sont plus noyés dans la masse de l'orchestre.
Un incontournable du répertoire beethovénien, et classique en général que trois monstres sacrés interprètent à la mesure de leur talent, dirigés de plus par Karajan.
En complément de ce concerto, la sonate pour piano N° 17 op 31 « La Tempête » interprétée sublimement par Richter. Une sonate riche en rafales d'arpèges fulgurants dans un premier mouvement complexe, suivi d'un très bel adagio avant que le rondo final tel une chevauchée fantastique ne nous entraîne très loin et très haut.
Un disque indispensable qui regroupe quatre personnages mythiques.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20