undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Gerard Müller > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Gerard Müller
Classement des meilleurs critiques: 101
Votes utiles : 3501

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie)
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Riquet à la houppe
Riquet à la houppe
par Amélie Nothomb
Edition : Broché
Prix : EUR 16,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon roman à la mode Nothomb., 24 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Riquet à la houppe (Broché)
Riquet à la houppe/Nathalie Nothomb
Énide se retrouve enceinte pour la première fois à 48 ans. Honorat, le futur papa, n’en revient pas !
Mais le bébé qui est dévolu à ces heureux parents et d’une laideur inouïe :
« C’est le portrait de son arrière grand-père sur son lit de mort ! » s’écrient les mauvaises langues.
Baptisé Déodat, l’enfant se révèle en grandissant être d’une intelligence peu commune. Il assume pleinement sa laideur.
Il observe son entourage, analyse et ne comprends pas par exemple comment des gens qui possèdent un téléviseur - (il n’y en a pas chez lui, mais va voir celle de son camarade Axel)- et qui passent à la regarder le plus clair de leur temps peuvent demeurer aussi bêtes et pire que bêtes, vulgaires et médiocres :
« C’était comme si l’appareil lui-même avait capturé la volonté d’Axel. »
Déodat, vivant dans sa bulle, va se passionner pour l’ornithologie et déplore que la majorité de l’espèce humaine ne sache pas regarder cette civilisation parallèle qu’est l’espèce aviaire, contrairement aux civilisations anciennes.
« L’envol relevait forcément de l’audace. À l’origine, aucune espèce ne volait…L’homme appartient à l’espèce qui a choisi le sol. »
« Ce n’est pas pour rien que l’espèce aviaire est toujours sur le qui-vive : la liberté, c’est angoissant. Contrairement à nous, l’oiseau accepte l’angoisse. »
En un autre lieu de la capitale, Rose accouche d’une jolie petite fille baptisée Trémière. Rose et Lierre, les parents très occupés par leur profession, n’ont guère le temps de s’occuper de leur fille est la confie à la grand-mère, Passerose, qui a la passion des bijoux et qui la transmet à sa petite fille.
Dans ce roman qui est une variation du conte de Perrault, Amélie Nothomb, dans un style très épuré et lumineux, met en parallèle deux personnalités qui un beau jour forcément vont se croiser. Je n’en dis pas plus…
Réflexions, sur la beauté, la société téléphage, et la belle histoire de deux « marginaux ».
Et puis le monde des oiseaux nous est décrit par l’auteur d’une façon magistrale qui va vous les faires voir différemment.
Ce qui choque un peu au début du roman, c’est la façon un peu artificielle dont l’auteur se met dans la peau du bébé Déodat. Mais au fil des pages, on s’habitue et n’oublions pas qu’il s’agit d’un conte…à la Charles Perrault.
En conclusion, un bon Nothomb, bien meilleur que le précédent, Le crime du Comte Neville.


Missa Sub Tuum Praesidium by Gaudeamus (2012-01-23)
Missa Sub Tuum Praesidium by Gaudeamus (2012-01-23)
Proposé par Mega Bookstore
Prix : EUR 66,33

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Du plain-chant; de belles polyphonies., 23 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Missa Sub Tuum Praesidium by Gaudeamus (2012-01-23) (CD)
Jacob Obrecht (1457-1505) Missa sub tuum praesidium et autres pièces sacrées /The Clerks' Group/Edward Wickham
Cette messe de plain-chant est d'une richesse polyphonique étonnante, comme ces mélodies grégoriennes qui transportent dans une autre dimension. La messe débute avec le Kyrie à trois voix, puis le Gloria est à 4 voix, le Sanctus à 6 et l'Agnus dei à 7 voix. Sept le chiffre symbolique. Une ascension vocale remarquable.
Le Benedicamus in laude est une autre composition maritale, brève, chantée lors des Vêpres.
Le Salve Regina est à trois voix en plain-chant.
Beata es Maria au riche contrepoint est une œuvre brève également.
Factor Orbis offre également de riches polyphonies.
Salve Crux est motet de 10 minutes composé pour 5 voix.
Enfin Mille Quingentis est également un motet que Obrecht composa à la mort de son père.
Un CD pour connaître un compositeur très célèbre en son temps. De très belles polyphonies à écouter et réécouter.


Love & Lament
Love & Lament
Prix : EUR 12,15

5.0 étoiles sur 5 Sept compositeurs du XVII é siècle : une merveille., 23 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love & Lament (CD)
Love & Lament/Soloist Ensemble Cappelle Figuralis/Netherlands Bach Society/Jos van Veldhoven.
Sept compositeurs sont présents dans ce magnifique CD de chant et de musique du XVIIé siècle.
On ne présente plus Claudio Monteverdi (1567-1643) célèbre pour son Lamento d’Ariane. Ici c’est le sublime Lamento della Ninfa qui est interprété magnifiquement par les voix de l’Ensemble Cappella Figuralis.
Ensuite une pièce pour clavecin, une toccata de Girolamo Frescobaldi (1583-1643).
Puis le Lamento de David de Domenico Mazzocchi (1592-1665) avec deux ténors et deux basses et des voix de femmes, deux sopranos et une alto. Magnifique.
Suit une pièce pour chitarrone de Giovanni Girolamo Kapsberger (1580-1651) , toccata settima aux très belle sonorités.
Alessandro Della Ciaia (1605-1670) poursuit ce programme avec les Lamentations Virginis in dispositione, aux très belles polyphonies.
Ensuite, une pièce pour orgue de Michelangelo Rossi (1602-1656), Toccata settima.
Pour finir le programme, la célèbre Histoire de Japhte de Giacomo Carissimi (1605-1674), une œuvre vocale somptueuse de 24 minutes, son oratorio le plus connu.
Un cd indispensable et très varié .


Terre des hommes
Terre des hommes
par Saint Exupery Antoine de
Edition : Reliure inconnue

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une méditation basée sur l'expérience vécue., 21 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Terre des hommes
Terre des hommes/Antoine de Saint Exupéry
Dans ce livre chef d’œuvre de la littérature, Saint Exupéry évoque ses souvenirs de métier, l’héroïsme et le calvaire de Guillaumet dans les Andes, le fantôme des camarades morts tel Mermoz, les images paisibles des oasis sahariennes, l’angoisse de l’atterrissage forcé, le crash en Égypte et l’errance qui lui fait suite, désespérée avec son collègue Prévot, dans le désert. Et plus tard, Mozart assassiné…
Guillaumet dira cette phrase inoubliée :
« Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait. »
Et puis l’auteur nous offre sa méditation sur son outil de travail, sur la planète, sur les hommes :
« La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes. »
« L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. »
« Être homme, c’est être responsable. C’est connaître la honte en face d’une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C’est être fier d’une victoire que les camarades ont remportée. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. »
Un vaste sujet de dissertation philosophique que nous avons tous eu à cogiter.
Autre sujet :
« Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher. »
L’amour du désert est omniprésent dans la plus grande partie du récit :
« Dès mon premier voyage, j’ai connu le goût du désert…Retrouver l’essentiel, ce prestige du sable, la nuit, ce silence, cette patrie de vent et d’étoiles. »
Il manquera plus tard d’y laisser la vie, mort de soif ou presque, et s’écriera perdu dans ce désert : « Mais où sont les hommes ? » Il découvre alors le trésor qu’est l’eau :
« Eau, tu n’as ni goût, ni couleur, ni arôme, on ne peut pas te définir, on te goûte, sans te connaître. Tu n’es pas nécessaire à la vie : tu es la vie. Tu nous pénètres d’un plaisir qui ne s’explique point par les sens…Tu es la plus grande richesse qui soit au monde, et tu es aussi la plus délicate…Tu répands en nous un bonheur infiniment simple. »
Il rencontre l’esclave noir qui veut revoir son pays : il le rachète aux Maures après d’âpres négociations et l’emmène dans son avion. Un passage magnifique d’humanité.
L’auteur évoque ensuite la guerre d’Espagne, le voyage en Russie dans un dernier chapitre sublime d’humanisme, un humanisme par le métier. Grand reporter, il observe, il analyse les misères diverses rencontrées.
« L’expérience nous montre qu’aimer ce n’est point nous regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction. »
« La vérité pour l’homme, c’est ce qui fait de lui un homme…La vérité, c’est ce qui simplifie le monde et non ce qui crée le chaos…La vérité, ce n’est point ce qui se démontre, c’est ce qui simplifie. » Que de phrases à méditer !
« Pourquoi nous haïr ? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire. » Idéaliste Saint Ex !
« Ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort. »

Dans le train qui l’emmène vers l’Est, il découvre les familles polonaises rapatriées de France, misérablement entassées et c’est là que le beau visage d’un enfant pauvre et inconnu lui fait dire la phrase célèbre :
« Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. »

En conclusion une réflexion sur le sens de la vie et le destin de l’espèce.
L’œuvre de Saint-Exupéry fut brève comme sa vie, mais rayonnante et entièrement basée sur l’expérience vécue. La méditation est constante en vue de délivrer un message.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 23, 2016 12:55 PM MEST


Terre des hommes
Terre des hommes
par Françoise Brin
Edition : Poche
Prix : EUR 5,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une méditation basée sur l'expérience vécue., 21 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Terre des hommes (Poche)
Terre des hommes/Antoine de Saint Exupéry
Dans ce livre chef d’œuvre de la littérature, Saint Exupéry évoque ses souvenirs de métier, l’héroïsme et le calvaire de Guillaumet dans les Andes, le fantôme des camarades morts tel Mermoz, les images paisibles des oasis sahariennes, l’angoisse de l’atterrissage forcé, le crash en Égypte et l’errance qui lui fait suite, désespérée avec son collègue Prévot, dans le désert. Et plus tard, Mozart assassiné…
Guillaumet dira cette phrase inoubliée :
« Ce que j’ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l’aurait fait. »
Et puis l’auteur nous offre sa méditation sur son outil de travail, sur la planète, sur les hommes :
« La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes. »
« L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle. »
« Être homme, c’est être responsable. C’est connaître la honte en face d’une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C’est être fier d’une victoire que les camarades ont remportée. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde. »
Un vaste sujet de dissertation philosophique que nous avons tous eu à cogiter.
Autre sujet :
« Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher. »
L’amour du désert est omniprésent dans la plus grande partie du récit :
« Dès mon premier voyage, j’ai connu le goût du désert…Retrouver l’essentiel, ce prestige du sable, la nuit, ce silence, cette patrie de vent et d’étoiles. »
Il manquera plus tard d’y laisser la vie, mort de soif ou presque, et s’écriera perdu dans ce désert : « Mais où sont les hommes ? » Il découvre alors le trésor qu’est l’eau :
« Eau, tu n’as ni goût, ni couleur, ni arôme, on ne peut pas te définir, on te goûte, sans te connaître. Tu n’es pas nécessaire à la vie : tu es la vie. Tu nous pénètres d’un plaisir qui ne s’explique point par les sens…Tu es la plus grande richesse qui soit au monde, et tu es aussi la plus délicate…Tu répands en nous un bonheur infiniment simple. »
Il rencontre l’esclave noir qui veut revoir son pays : il le rachète aux Maures après d’âpres négociations et l’emmène dans son avion. Un passage magnifique d’humanité.
L’auteur évoque ensuite la guerre d’Espagne, le voyage en Russie dans un dernier chapitre sublime d’humanisme, un humanisme par le métier. Grand reporter, il observe, il analyse les misères diverses rencontrées.
« L’expérience nous montre qu’aimer ce n’est point nous regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction. »
« La vérité pour l’homme, c’est ce qui fait de lui un homme…La vérité, c’est ce qui simplifie le monde et non ce qui crée le chaos…La vérité, ce n’est point ce qui se démontre, c’est ce qui simplifie. » Que de phrases à méditer !
« Pourquoi nous haïr ? Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d’un même navire. » Idéaliste Saint Ex !
« Ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort. »

Dans le train qui l’emmène vers l’Est, il découvre les familles polonaises rapatriées de France, misérablement entassées et c’est là que le beau visage d’un enfant pauvre et inconnu lui fait dire la phrase célèbre :
« Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur. C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. »

En conclusion une réflexion sur le sens de la vie et le destin de l’espèce.
L’œuvre de Saint-Exupéry fut brève comme sa vie, mais rayonnante et entièrement basée sur l’expérience vécue. La méditation est constante en vue de délivrer un message.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 23, 2016 12:57 PM MEST


Toccate / Ricercari
Toccate / Ricercari
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 48,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Merulo: un novateur., 20 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toccate / Ricercari (CD)
Claudio Merulo (1533-1598)/Toccatas/Ricercari/Canzoni d’intavolatura d’organo/Fabio Bonizzoni/ (1997)
Né à Correggio, Merulo partit à Venise dès 1555 pour entamer une grande carrière puis à Brescia comme organiste à la cathédrale avant de revenir à la Saint Marc jusqu’en 1584. Il devint ensuite l’organiste du duc de Parme.
Il fut célèbre aussi en son temps pour sa passion pour l’alchimie et pour l’édition. Il publia lui-même ses œuvres disposant d’une relative fortune.
Merulo fut un novateur dans le domaine de l’harmonie, s’éloignant du style d’Andrea Gabrieli qui prévalait alors.
Il a essentiellement composé pour orgue et clavecin.
Fabio Bonizzoni joue sur un clavecin vénitien du XVIé siècle et sur un orgue Bizarri de la même époque.
Un livret très complet et très instructif accompagne le CD.


L'archipel d'une autre vie
L'archipel d'une autre vie
par Andreï Makine
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Survivre et aimer: une autre vie pour Pavel., 19 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'archipel d'une autre vie (Broché)
L’archipel d’une autre vie/Andrei Makine /de l’Académie Française.
Aux confins de la Sibérie extrême orientale, le narrateur fait une rencontre surprenante en la personne de Pavel Gartzev.
Nous sommes au début des années 50 en pleine ère stalinienne.
Dans un style somptueux comme toujours, l’auteur usant de la technique narrative chère à Stefan Zweig du récit enchâssé, fait parler Gartzev qui va lui relater son aventure.
C'est l'aventure d’une longue chasse à l'homme qui nous est contée dans ce puissant roman d'exploration dans la taïga sibérienne.
« Il y avait juste le silence ensoleillé de la rive que je longeais, la transparence lumineuse du ciel et le très léger tintement des feuilles qui, saisies par le gel, quittaient les branches et se posaient sur le givre du sol avec cette sonorité de cristal. Oui juste la décantation suprême du silence et de la lumière. »
. C'est aussi un dialogue hors du commun, presque hors du monde, entre le soldat épuisé et la proie mystérieuse qu'il poursuit.
Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée. La chasse prend alors une dimension exaltante, tandis qu'à l'horizon émerge l'archipel des Chantars : là où une "autre vie" devient possible, dans la fragile éternité de l'amour.
Un rejet de la lâcheté, de l’obéissance au régime, de l’effacement de toute parole imprudente pour vivre en toute liberté loin d’un monde où les hommes se haïssent tant et ne plus connaître l’envie de vengeance, la haine, la méfiance, l’agressivité, la perfidie et même la tentation orgueilleuse de pardonner. Quitter un monde où la violence est devenue un art de vivre.
Une épopée dans la Sibérie extrême orientale, une poursuite échevelée, puis la survie en point de mire avec l’amour en plus.
Peut-être un clin d’œil à Soljenitsyne qui écrivit L’Archipel du Goulag.
Un très beau roman.


La Lettre écarlate
La Lettre écarlate
par Nathaniel Hawthorne
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Quand religion et loi ne font qu'un ! Un grand roman., 18 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Lettre écarlate (Poche)
La Lettre écarlate/Nathaniel Hawthorne
Hester a commis autrefois le péché d’adultère.
Le fruit qui révéla l’adultère en fut la belle petite Pearl âgée de 7 ans maintenant.
Hester fut condamnée depuis ce jour à porter le stigmate de cet adultère :
« Sur le corsage de sa robe, en belle étoffe écarlate et tout entourée des arabesques fantastiques d’une broderie au fil d’or, apparut la lettre A. » A comme adultère.
Nous sommes à la fin du XVII é siècle en Nouvelle Angleterre : une phrase traduit bien le climat moral du pays :
« La génération qui devait succéder à celle des premiers émigrants fut, elle, tellement imprégné des plus noires couleurs du puritanisme qu’elle a assombri pour longtemps le visage national. »
En leur miséricorde et bonté de leurs cœurs, les gens condamnèrent Hester Prynne à trois heures de pilori et à porter pour le restant de sa vie terrestre une marque infamante sur son sein. Ainsi cette femme sera un sermon vivant contre le péché jusqu’à ce que l’ignominieuse lettre soit gravée sur sa tombe.
Les bonnes gens du lieu songèrent à lui enlever sa fille car ils attribuaient à Pearl qui avait alors sept ans et qui était d’une éblouissante beauté, une origine démoniaque. Hester, seule au monde, répudiée par le genre humain, n’ayant que cet unique trésor pour conserver son cœur en vie, sentait posséder envers et contre tous des droits imprescriptibles et était prête à les défendre jusqu’à la mort.
Son amant d’un jour fut le révérend Dimmesdale, et cela reste un secret. Jamais elle n’en avouera le nom. Lâche dans un premier temps de ne point assumer sa faute, Dimmesdale souffre de voir la lettre écarlate, rongé par une culpabilité secrète.
Le mari qui était resté très longuement (si bien que Hester, sans nouvelles de lui le crut mort) en Angletrre au moment des faits, alors trompé et caché va ruminer sa vengeance, rongé par la haine.
Un lien particulier s’établit entre Roger Chillingworth, le mari caché de Hester qu’elle déteste, et médecin du révérend Dimmesdale qui est souffrant. Ce premier, qui soupçonne( et il est le seul) le révérend, avec qui a péché sa femme, lui déclare : « Vous voudriez que votre médecin guérisse votre corps ? Comment cela lui serait-il possible à moins que vous ne lui découvriez la blessure de votre âme ? »
Puis avec le temps, le regard des gens va changer et une sorte de sympathie générale va finir par se développer envers Hester qui lors de l’épidémie de peste le rendit bien à la population par son dévouement et sa générosité.
Les sentiments qui lient Hester et le révérend connaîtront-ils un aboutissement ? Jusqu’où ira le mari trompé ? C’est ce que dévoile la plus grande partie de se roman.
La pénitence de la pécheresse, la rédemption du pécheur, l’amour, la haine et la soif de vengeance, animent cette fresque sociale dans un style magnifique. À noter la qualité de la traduction.
Il est dommage que quelques longueurs viennent alourdir le récit, notamment une longue introduction sur le bureau des douanes de Salem (Massachussetts) précédant le récit lui-même. L’intérêt en très relatif.
Ce roman de Nathaniel Hawthorne (1804-1864) publié en 1850 est considéré comme l’ouvrage phare de la renaissance littéraire américaine et comme le premier roman américain. Moralisme et puritanisme des premières années de la colonisation sont omniprésents, tandis que religion et loi ne font qu’un.


Jachet de Mantoue - Messe
Jachet de Mantoue - Messe

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un disque extraordinaire ., 15 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jachet de Mantoue - Messe (CD)
Jachet de Mantoue (1483-1559)/Messe à 5 voix/8 motets/Magnificat/ Ensemble Jachet de Mantoue en l’abbaye bretonne de Relec/(2001)
L’enregistrement figurant sur ce CD est une première mondiale.
Jachet de Mantoue, de son vrai nom Jacques Colbeault est né à Vitré puis est parti vivre à Mantoue en Italie où il devint maître de chapelle jusqu’à sa mort. Il a composé 22 messes et une centaine de motets qu’admiraient Lassus et Palestrina qui s’inspirèrent de lui.
Il fut le plus grand compositeur de musique sacré de son époque
Les 5 voix ici se mêlent idéalement l’une à l’autre avec un sens du rythme et du phrasé exceptionnel.
Un livret très complet accompagne ce magnifique CD.


Bien mal acquis
Bien mal acquis
par Yrsa Sigurdardóttir
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un polar islandais qui se laisse lire., 14 août 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bien mal acquis (Poche)
Bien mal acquis/Yrsa Sigurdardottir
L’histoire se passe dans l’ouest de l’Islande non loin de la capitale Reykjavik. Jonas vient d’acquérir un hôtel de villégiature santé, mais il soupçonne les vendeurs de lui avoir cachés quelques mystères. Il fait appel alors à une avocate, Thora, afin qu’elle mène une enquête sur le passé mystérieux de la bâtisse. L’architecte chargée de prévoir des rénovations est retrouvée morte sur une plage voisine. Le mystère plane. Et Thora va avoir fort à faire devant tenir compte des superstitions locales et du passé trouble des lieux.
C’est un policier islandais assez bien construit bien dans la tradition nordique avec ses spécificités.
Sur la forme on remarquera la qualité des dialogues notamment avec Matthew, l’ami de Thora qui permettent de faire avancer l’intrigue et donner des explications au lecteur de façon naturelle.
Par contre, il y a profusion de personnages qu’il faut cibler dès le départ quitte à prendre des notes, sinon, on est perdu. Et puis il y a des longueurs qui m’ont rendu par intermittence ennuyeuse la lecture, avec des fausses pistes à répétition et des digressions inutiles.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20