undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de matt > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par matt
Classement des meilleurs critiques: 1.280
Votes utiles : 1071

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
matt

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18
pixel
Le Dernier chasseur de sorcières [Combo Blu-ray + DVD - Édition boîtier SteelBook]
Le Dernier chasseur de sorcières [Combo Blu-ray + DVD - Édition boîtier SteelBook]
DVD ~ Vin Diesel
Proposé par Neobang
Prix : EUR 14,90

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un sympathique film fantastique., 5 avril 2016
Disons-le d'emblée, Le Dernier Chasseur de Sorcières ne prétend pas révolutionner le genre, mais uniquement faire passer un moment divertissant aux spectateurs. Ce qu'il fait fort bien. Car sans même tenter de sortir des carcans du genre, Breck Eisner (à qui l'on doit déjà le sympathique Sahara) sait développer une imagerie puissante (l'arbre de la sorcière est splendide), au sein de laquelle évolue avec aisance le toujours charismatique Vin Diesel, parfaitement à son aise lorsqu'il s'agit de pourfendre du monstre. Rempli de scènes d'action efficaces et d'un bestiaire inventif, le film vaut également pour ses seconds rôles (Michael Caine en tête) et se laisse suivre au final avec grand plaisir.


Star Wars : Le Réveil de la Force [Blu-ray + Blu-ray bonus] [Blu-ray + Blu-ray bonus]
Star Wars : Le Réveil de la Force [Blu-ray + Blu-ray bonus] [Blu-ray + Blu-ray bonus]
DVD ~ Harrison Ford
Prix : EUR 19,99

30 internautes sur 58 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un Star Wars assez faible., 31 décembre 2015
Succéder à George Lucas et porter sur ses épaules l'héritage planétaire de « Star Wars », telle était la tâche qui incombait à J.J.Abrams.
Fan avoué, le réalisateur de « Super 8 » semble ici mettre de côté la prélogie, pour revenir à ce qui faisait en partie le charme des premiers « Star Wars » : des effets spéciaux de plateaux, des prises de vue en extérieur et, bien sûr, Harrison Ford, Carrie Fisher et Mark Hamill qui reprennent leurs rôles mythiques. Il est donc extrêmement agréable d'entendre à nouveau les répliques pinçantes d'Han Solo, ainsi que de pouvoir admirer des aliens animatroniques et des robots conçus pour réellement fonctionner (BB8 est à ce titre une réussite).
Malheureusement, « Star Wars 7 » fait rapidement preuve d'importantes faiblesses, Abrams voulant à tout prix rendre hommage à la trilogie originale de Lucas (ou ayant, tout simplement, peur de prendre des risques scénaristiques !). Partout, dans les dialogues, dans les situations, dans les rebondissements et même dans les prises de vue, les références sont là, appuyées avec une lourdeur rédhibitoire qui rend impossible le développement d'une intrigue digne de ce nom. La prélogie et la trilogie avaient elles chacune leurs univers propres, dans lesquels on pouvait se projeter et rêver, les épisodes 1, 2 et 3 faisant même preuve d'un enchaînement politique et sentimental implacable. Or rien ou presque d'inédit n'est ici mis en valeur : qui peut dire ce qu'est ce Nouvel Ordre, ou où se situe désormais la Nouvelle République, à peine mentionnée ? D'où l'impression de plus assister à un best of qu'à un long-métrage à part entière, sorte de mise en bouche aux films qui suivront dans les années à venir.
Il est également étrange de constater que le réalisateur, malgré son amour pour les épisodes les plus anciens (et donc pour Dark Vador), n'ait pas su nous présenter un Sith digne de ce nom. Dés que le masque tombe, la sentence s'abat : Kylo Ren est le méchant le plus fade de toute la saga. A sa suite, tout, du côté de la Force, s'avère être un échec artistique : le leader du Nouvel Empire n'est qu'un faire-valoir, et, comble du comble, même les combats aux sabres laser sont désacralisés et totalement incongrus (un novice qui maîtrise immédiatement les techniques de combat de ce redoutable instrument, il fallait oser!).
« Le Réveil de la Force », malgré sa plastique agréable et ses élans de nostalgie, est en conclusion le plus faible de tous les « Star Wars », le seul qui ne puisse pas nous entraîner à sa suite dans « une galaxie lointaine, très lointaine... ».
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 7, 2016 10:58 AM CET


Au coeur de l'ocean [Blu-ray + Copie digitale]
Au coeur de l'ocean [Blu-ray + Copie digitale]
DVD ~ Chris Hemsworth
Prix : EUR 11,69

15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable., 27 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au coeur de l'ocean [Blu-ray + Copie digitale] (Blu-ray)
Prenant pour base le roman « La Véritable Histoire de Moby Dick » de Nathaniel Philbrick, « Au Cœur de l'Océan » s'attache à décrire la confrontation entre l'équipage de l'Essex, un baleinier américain, et un grand cachalot blanc.
A l'heure des crises écologiques et de la prise de conscience de la fragilité de notre planète, prendre pour protagonistes des chasseurs de baleines était un pari risqué.
Mais Ron Howard, en habile metteur en scène, parvient à créer un fin canevas scénaristique, palpitant, toujours empathique (et même parfois gore !). Ici, pas de méchants, mais des réalités qui se confrontent : les baleiniers, qui au péril de leurs vies affrontent les géants de mers afin d'en extraire la précieuse huile (qui servait à éclairer les grandes villes), les cétacés traqués et massacrés et le cachalot blanc qui s'érige en noble protecteur de son espèce. La même finesse de réalisation prévaut au sein de l'équipage, avec en ligne de mire la lutte des classes. Ainsi, Chris Hemsworth (dont c'est le meilleur rôle), l'homme de la rue qui s'est forgé seul, s'oppose à Benjamin Walker, le nanti orgueilleux qui porte à contre-cœur l'héritage dynastique.
« Au Cœur de l'Océan », c'est également, et en quelque sorte, la quintessence de la filmographie de Howard : la vieillesse de « Cocoon », qui de tourmentée se transforme en espérance, les envolées exaltées d'« Horizons Lointains », l'humain confronté à lui-même et à des situations qui le dépassent (« Apollo 13 », « Un Homme d'Exception »), et la rivalité entre deux fortes personnalités (« Rush »). Avec l'âge, le réalisateur a de plus affiné sa mise en scène : splendide, elle est ici dynamisée par des gros plans abrupts et regorge de moments mémorables, telle cette tempête titanesque - bref pendant maritime des tornades de sable de « Mad Max - Fury Road ».
Le long-métrage, qui puise dans l'épopée, le mythe (cette fameuse partie de l'océan inconnue où les baleines se seraient réfugiées), l'action pure, l'Histoire, le drame et l'écologie, ne se perd jamais dans son propos, mais s'élève au contraire vers des sommets insoupçonnés d'émotions et de lyrisme.
Échec au box-office, « Au Cœur de l'Océan » est à (re)découvrir impérativement en vidéo - il le mérite.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 14, 2016 9:44 AM MEST


Everest [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook]
Everest [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook]
DVD ~ Jason Clarke
Prix : EUR 14,12

21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tragédies en haute montagne., 6 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Everest [Blu-ray + Copie digitale - Édition boîtier SteelBook] (Blu-ray)
Film catastrophe aux échos dramatiques, Everest suit les pas d'alpinistes affrontant la plus haute montagne du monde - et les dangers dont elle regorge.
Loin d'être un long-métrage bourré de séquences d'action à la Cliffhanger, le long-métrage se veut au contraire être à hauteur d'Hommes, comme pour mieux souligner le contraste entre l'humain et la Nature. Les failles et les forces de chacun se révèlent ici au coeur de paysages splendides et au sein de déchainements naturels proprement terrifiants (mention aux effets spéciaux, brillants).
En dépit de rares petites longueurs et de certains clichés inhérents à ces aventuriers des hauteurs, force est de constater qu'on est vite happé par l'histoire, et que les deux heures passent très vite – aidées en cela par un casting pour le moins solide (Jason Clarke, Keira Knightley, Sam Worthington ou encore Jake Gyllenhaal - qui se forge petit à petit une carrière dont peu peuvent se targuer actuellement).
Voici donc un film qui vaut le détour et qui prouve que le réalisateur Baltasar Kormakur, à qui l'on doit notamment l'explosif 2 Guns, sait se frotter avec bonheur à d'autres genres.


La Rage au ventre
La Rage au ventre
DVD ~ Jake Gyllenhaal
Prix : EUR 9,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un excellent film de boxe., 6 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Rage au ventre (DVD)
Gloire, chute, rédemption. Un schéma classique du film de boxe, que le réalisateur Antoine Fuqua ne cherche pas à renier dans La Rage au Ventre, empoignant au contraire avec une sincère conviction la plupart des clichés inhérents au genre. Le but n'est donc pas de nous proposer de l'inédit, mais plutôt du fond derrière la forme.
En expliquant avec une judicieuse minutie l'entraînement du héros, en dévoilant par petites touches la vie de personnages souvent intéressants, mais surtout en ayant trouvé en Jake Gyllenhaal l'acteur parfait pour le rôle titre, Fuqua réussit son pari un peu fou : rendre passionnant un script aux rebondissements déjà vus maintes fois.
Car Gyllenhaal porte littéralement le projet sur ses épaules, et puise en lui un jeu d'une puissance saisissante. Aussi bien émotionnellement que physiquement (il a pris 7 kilos de muscles et a plusieurs fois manqué de s'évanouir lors de ses entraînement intensifs), il est remarquable en tous points et prouve, si besoin en était encore, qu'il a l'étoffe des grands.
A l'inverse de Rocky, le héros est ici un être brutal, une bête qui se déchaîne sur le ring et ne trouve de l'apaisement qu'auprès de sa petite fille, pour, finalement, renaître et devenir à la fois Homme et père.
Touchant, vibrant et prenant, La Rage au Ventre est une réussite.


Terminator Genisys [Blu-ray]
Terminator Genisys [Blu-ray]
DVD ~ Arnold Schwarzenegger
Prix : EUR 14,99

6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 He is back., 29 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Terminator Genisys [Blu-ray] (Blu-ray)
Loin de la catastrophe annoncée, Terminator Genisys s'avère être des plus sympathiques. Multipliant les voyages temporels et les twists, et ce sans jamais perdre le spectateur, ce cinquième volet ne dénature en rien la saga mythique, parvenant même à restituer le parfum nostalgique des années 80 - acteurs musclés, omniprésentes fusillades et scènes d'action nerveuses à l'appui (mention à la séquence du bus, réalisée sans effets numériques !). Certes, le metteur en scène Alan Taylor (Thor 2) n'effleure pas le niveau d'excellence que James Cameron avait apporté à Terminator 1 et 2. Mais qu'importe : contre toute attente, le plaisir est là !
Notons enfin que Schwarzenegger semble prendre un malin plaisir à reprendre l'un de ses meilleurs rôles, nous gratifiant à nouveau de ces répliques à froid qui font mouche à chaque coup.
Bien au-dessus du raté Die Hard 5, Terminator Genisys est donc à apprécier comme une bonne série b au budget surgonflé, et est, de toute évidence, à réhabiliter.

Côté blu-ray, la piste-son, bien que n'ayant pas à rougir, n'est pas HD. Dommage.


Titanium [Blu-ray]
Titanium [Blu-ray]
DVD ~ Vinnie Jones
Proposé par Video screen
Prix : EUR 10,59

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un véritable navet., 2 septembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Titanium [Blu-ray] (Blu-ray)
Malgré un budget conséquent et un postulat de base intéressant, Titanium s'avère être très mauvais. Mis à part quelques effets spéciaux réussis, le film stagne dans une fadeur constante : jeux d'acteurs approximatifs, rebondissements déjà vu mille fois, dialogues convenus, rien ne nous est épargné, jusqu'à une fin cliché à souhait (le summum : Vinnie Jones tentant de nous faire croire qu'il se noie dans une flaque d'eau...).
Bref, épargnez quelques euros, et lisez plutôt le livre originel, qui lui, est réussi !


La Dame en Noir 2 : L'Ange de la Mort [Blu-ray]
La Dame en Noir 2 : L'Ange de la Mort [Blu-ray]
DVD ~ Phoebe Fox
Prix : EUR 14,99

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une suite sympathique, malgré ses défauts., 17 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dame en Noir 2 : L'Ange de la Mort [Blu-ray] (Blu-ray)
Durant le terrible blitz londonien de 1941, deux enseignantes et un groupe d'enfants partent se réfugier dans l'arrière-pays et se retrouvent dans une lugubre demeure perdue au milieu des marais...
Suite de l'excellent « La Dame en Noir », ce second volet fait preuve de moins de classicisme que son modèle, tout en usant de d'avantage de jump scares - que l'on sent malheureusement venir de loin. De plus, la première partie recycle un peu trop les symboles désormais liés à la franchise, à savoir un manoir coupé du monde, une croix dressée dans la fange et, bien sûr, la sombre dame du titre. D'où un démarrage un peu lent et redondant, bien que se laissant voir sans déplaisir
Pour autant, « L'ange de la Mort » parvient ensuite à se démarquer du premier opus en développant ses propres mystères et son propre univers. Au sein de celui-ci, la Seconde Guerre Mondiale occupe une place de choix, tant en terme de psychologie que de ressorts dramatiques, en passant par une belle reconstitution d'époque. Le réalisateur parvient ainsi à tirer le plein potentiel horrifique et historique de ce conflit, ici intrinsèquement mêlé au surnaturel - la scène de l'aéroport en est le symbole.
Sans prétendre devenir un classique du genre, ce long-métrage, qui est baigné en permanence dans une ambiance lourde et oppressante, mérite le détour et confirme que la Hammer ne vise pas la quantité, mais la qualité.


Razor Blade
Razor Blade
DVD ~ Eileen Daley
Proposé par bouquitah
Prix : EUR 4,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un film de vampires qui sonne creux., 17 mai 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Razor Blade (DVD)
Le scénario est banal voir bancal, les acteurs sont médiocres, les prises de vue sont laides, et, pour arranger le tout, l'image est granuleuse et souvent floue : ce premier film de Jack West (qui sera, des années plus tard, aux commandes du sympathique "Doghouse") peut être, sans hésitation, qualifié de naufrage artistique.


Hollywood Classics - Spéciale Première [Édition remasterisée]
Hollywood Classics - Spéciale Première [Édition remasterisée]
DVD ~ Jack Lemmon
Proposé par DVD_EN_STOCK
Prix : EUR 19,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une réflexion cinglante et virevoltante sur la presse., 21 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hollywood Classics - Spéciale Première [Édition remasterisée] (DVD)
En 1974, à l'âge fort respectable de 68 ans, le multi-oscarisé Billy Wilder (« Assurance sur la Mort », « Boulevard du Crépuscule », « La Garçonnière »...) nous concocta le génial « Spécial Première ».

Prenant place dans l'univers de la presse des années 30, le film passe au moulinet à peu près toutes les sacro-saintes institutions américaines, du shérif au député en passant par le maire et le psychiatre, et, bien sûr, la presse. Rarement pamphlet aussi acide aura ainsi été filmé sur le métier de journaliste, Wilder décrivant la profession comme un monde rempli de rapaces où la course au sensationnel l'emporte toujours sur la vérité. Seuls échappent à cette volée de bois vert une prostituée, un prolétaire niais et une artiste (interprétée par Susan Sarandon, alors inconnue), les classes sociales non intellectuelles symbolisant ici le dernier bastion du bon sens !

Mais plutôt que de concevoir son long-métrage comme sérieux, voire poussiéreux, le réalisateur joue au contraire à fond la carte de la comédie, prouvant, après « Sept ans de Réflexion », « Certains l'aiment chaud » et « Avanti ! », qu'il est l'un des maîtres du genre (« Spécial Première » est d'ailleurs pour lui l'occasion de collaborer une sixième fois avec Jack Lemmon).
L'ensemble est donc enlevé, plein d'humour grinçant et de répliques qui fusent à tout va, tout en conservant un sous-texte grave : l'Amérique, repliée sur elle même, patauge dans un gigantesque mensonge permanent... duquel elle ne peut s'échapper !

Peu connu du grand public, ce film mérite, et à plus d'un titre, d'être découvert : on y rit, on y réfléchit, et on le garde longtemps en mémoire. Du beau Cinéma.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-18