undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de ponpon12 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par ponpon12
Classement des meilleurs critiques: 9.712
Votes utiles : 330

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
ponpon12 (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Kent : Intégrale 14 CD des Albums Studios 1982/2013
Kent : Intégrale 14 CD des Albums Studios 1982/2013
Prix : EUR 55,33

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une madeleine de Proust, 15 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kent : Intégrale 14 CD des Albums Studios 1982/2013 (CD)
Ce coffret est une vraie merveille.
Comment ai-je pu passer à côté d'un chanteur pareil ?
Cette intégrale en est vraiment une. Une quasi complète
Une qui ne se paie pas la tête,
Une qui ne se moque pas de son public.
Une qui ne s'est pas réaliser juste pour le fric
Mais modeler pour les admirateurs de ce chanteur qui a vraiment réussi à tracer un sillon dans le paysage de la chanson française.

Je suis abasourdi par la qualité de ses albums. Ca fait des lustres que j'ai cotoyé par le hublot de la télé ce chanteur, (déjà par son clip Tiny Tinto en 1983) puis par son mini album en 1985, j'ai souvent écouté d'une oreille discrète mais jamais vraiment attentive. Sensuit après J'aime un pays, et Tous les mômes et puis Juste quelqu'un de bien pour Enzo Enzo, la face au soleil des chansons connues. Ce côté musette ne me branchait pas plus que ça. Après beaucoup d'albums dont les jaquettes me sont souvent passer devant les yeux mais dont je n'ai eu la curiosité suprême d'acheter. Un grand tort. Et le tort tue.

Et puis en juin 2015, allez savoir pourquoi je croise cette petite boite bien emballée chez un disquaire. Le prix vraiment attractif. A peine 30,00 € pour 14 CD et beaucoup de bonus, des titres rares. Le concept me plait. Allez savoir, ce jour là je me décide à acheter ce coffret. Enfin un disque de Kent chez moi.
Si c'est pas bien je le revendrai.
ET BIEN NON
TOUT EST BON
DANS LE COCHON.
La claque, à part 2 albums des années 80 un peu datés niveau son (mais il n'était pas le seul à l'époque) mais qui s'écoutent bien néanmoins, D'un autre occident (pas encore bien assimilé) mais le reste c'est vraiment un vrai bonheur d'écouter. Chaque album apporte une direction musicale, une approche dans le chant et la diction. Tout change à chaque disque suivant. Il y a pas mal d'accordéon sur certains disques mais les nuances sur le chef d'oeuvre pour moi (Je ne suis qu'une chanson de 2002) où la musique réunionnaise vient amener beaucoup de sensibilité et une nouvelle approche de sa musique et de son répertoire. Métropolitaine, en 1998, un album vraiment avant gardiste à la Bashung, qui peut détonner dans sa discographie. Mais qui permet à Kent de se relancer et de ne pas sombrer dans le chanteur à textes pour bal musette. Mais Kent prend des risques et ose et au final à chaque nouvel album, il arrive à monter d'un cran son exigence et sa qualité artistique. Il n'y a qu'à écouter son dernier "Le temps des âmes" de 2013 et là c'est encore un chef d'oeuvre absolu. Un dépouillement et un raffinement. Et quelle voix ! On pourrait presque dans sa manière de chanter et de s'approprier ses propres mots le comparer à Brel.
Ne faite pas comme moi, ne mettez pas 27 ans à attendre pour l'écouter ses chansons. Cette intégrale est une vraie boîte musicale à bijoux. Les titres inédits ou B-side sont de qualités. Kent un chanteur qui ne trompe pas son public.
J'attends de le voir impatiemment sur scène.
FONCEZ ACHETER CE COFFRET AVANT QU'IL N'Y EN AIT PLUS.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 24, 2015 8:27 PM MEST


Songmics Coiffeuse-table de maquillage avec miroir et tabouret blanc 137 x 80 x 40 cm RDT002
Songmics Coiffeuse-table de maquillage avec miroir et tabouret blanc 137 x 80 x 40 cm RDT002
Proposé par Songmics
Prix : EUR 114,95

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Joli et facile à monter, 5 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Produit bien emballé, se monte assez facilement, la notice est très clair.
Coiffeuse très décorative, rapport qualité/prix de très bonne facture.


Black City Tour - Coffret Collector (2 CD + 2 DVD + Blu-Ray)
Black City Tour - Coffret Collector (2 CD + 2 DVD + Blu-Ray)
Proposé par Eureka-France
Prix : EUR 37,90

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le coffret : joli extérieurement ; intérieurement un peu cheap. Dommage tout pouvait être parfait, 1 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black City Tour - Coffret Collector (2 CD + 2 DVD + Blu-Ray) (CD)
L'argumentaire que je vais développer est uniquement axé sur le descriptif de ce coffret collector deluxe et pas sur le contenu audio et vidéo de cette tournée.

Je rejoins le premier avis déposé.

Annoncer en grande pompe avec peu de préavis (en précommande 1 mois avant sa sortie), ce coffret collector avait tout au départ pour séduire l'admirateur d'Indo.
Nicola Sirkis soucieux des bourses de son cher public, propose ici un pack complet : CD, DVD et Blu Ray pour 40,00 €. Chacun choisit son format.
C'est le seul artiste français qui le fait, donc, bravo. Si vous additionnez les achats de tout cela en séparé la note finale dépasse les 55 euros.

Je trouve l'objet lorsqu'on le voit en taille réelle (h : 20 cm L : 15 cm largeur : 15 cm), assez sympa. Les photos qui circulent sur les sites ne donnent pas un bon rendu du coffret.

Pour celles et ceux qui ont assisté à la tournée Black city tour, l'objet rappelle le superbe écran circulaire qui entourait la scène où le groupe jouait ainsi que le très beau décor. Une tournée grandiose rien qu'au niveau du light show et des décors. Nicola a vraiment mis le paquet.

Le cylindre s'ouvre en deux et à l'intérieur (et c'est là où le bas blesse et où le côté tiroir caisse commence à résonner, la baisse de qualité et l'économie sont de rigueur) les 5 disques sont tous picturisés à l'identique (faire bien faire attention seul une petite mention du format se laisse entrevoir).

La déception est de taille : les disques ne sont même pas emballés dans une simple pochette cartonnée (on ne demandait pas un digipack). Les disques (surtout le BR et les 2 DVD sont à l'air libre) coincés dans une petite encoche (bonjour les rayures et les traces de feutrine au passage, à force de manipulation).

Autre déception, le soit-disant roadbook exclusif n'est rien de moins qu'un petit livret de 10 cm x 10 cm (avec dos carré SVP) que l'on peut à peine ouvrir en plein sous peine de le débrocher pour de bon. Il faut une bonne paire de lunette pour lire le tracklisting (que l'on peut retrouver en forme de triangle dans le bas de la boîte qui renferme le cylindre.

Ensuite la maison de disque n'a pas oublié de nous glisser le petit autocollant. Enfin plutôt le grand autocollant format allongé (sans aucun intérêt). Il faut arrêter de prendre le public d'Indo pour des écoliers. J'aurai préféré un beau livre broché et des pochettes avec un cartonnage robuste plutôt que cette économie de moyen.

D'autre part le coffret n'est pas fait pour être manipuler ouvert et fermé trop souvent car il est quand même fragile.
C'est plus un objet à exposer

La maison de disques (Sony Music et Indochine record) commence à faire comme celle de Mylène Farmer) : sous prétexte de faire une tournée avec des moyens énormes qu'il faut en retour rentabiliser et faire cracher la monnaie à ce public fidèle.

Donc je conseillerai pour les plus frigides en matière de collector, d'acheter les éléments séparés en version digipack , sauf pour le blu ray (certes plus chers mais les disques seront protégés et les livrets ont l'air de bonne taille) et pour les complétistes ou collectionneurs (comme moi) d'acheter car c'est quand même au final un bon souvenir de la tournée.


Diskönoir (2CD Deluxe)
Diskönoir (2CD Deluxe)
Prix : EUR 16,92

50 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Diskonoir live : la quintessence de succès en puissance revisités dans des très belles versions., 24 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Diskönoir (2CD Deluxe) (CD)
Sortie du sixième live d’ED un an après (quasi jour pour jour) le formidable album « Les chansons de l’innocence ». Cette édition limitée comprend 2 CD avec 22 titres au total. 19 titres composent l’intégralité du concert donné à la Cité de la musique en juillet 2014. Et 3 duos enregistrés à la Salle Pleybel viennent compléter l’ensemble.

Bizarrement le concert de 19 titres a été réparti de la manière suivante : 16 titres se trouvent sur le premier CD et 3 autres titres se trouvent sur le 2nd CD avec les 3 duos – histoire de gonfler artificiellement la durée du CD.

Alors que l’édition standard contient sur le même CD les 19 titres. Drôle de marketing !!!

L’édition dite limitée est emballée dans une superbe double pochette cartonnée (type vinyle réplica) ou la photo noir et blanc de Richard Dumas se suffit à elle-même : aucun nom de l’artiste, ni titre. Un simple autocollant violet.
Un bel effet qui vient harmonieusement se ranger avec l’édition limitée de l’album Les chansons de l’innocence avec les rééditions de 5 albums studio sortis précédemment.

Il est rare de trouver autant de cohérence, dans l’œuvre discographique d’un artiste.

Venons en maintenant au contenu audio. J’ai été particulièrement bluffé par ce live. Ici défile une pléiade de tubes repartis sur presque 30 ans. Aucun temps mort dans ce disque. Les chansons s’enchaînent et l’on se plait à fredonner toutes ses chansons qui font partie de notre patrimoine de la chanson française. La liste est longue (voir le tracklisting) il en manque quelques unes (Week end à Rome, Mon manège à moi, Un homme à la mer etc.) mais il aurait fallu un 2nd CD bien plus garni que les 24 minutes qu’il propose.

Bon ça n’est pas la première fois qu’un artiste propose un best of live.

Mais chez Daho, on sent une sincérité dans sa démarche artistique. C’est un des rares chanteurs français à n’occulter aucune chanson de son répertoire. Pour preuve, le premier extrait de ce disque « Soleil de minuit ». Cette chanson avait été composée par Franck Darcel à l’époque du premier album Mythomane en 1981 (dont on retrouve une très belle version démo sur la réédition deluxe sortie en 2012). Ce titre refera surface en 1986 pour la BOF du film Désordre enregistrée dans la même veine que l’album Pop Satori. Puis replacer sur le rare album Collection.

Soleil de minuit refera parler de lui sur la réédition deluxe de Pop satori (en 2006) puisque 2 versions avaient été remixées et retravaillées par 2 collaborateurs d’Etienne.

Les musiciens qui accompagnent Etienne sont déjà des habitués. Ils insufflent à l’ensemble du tracklisting un côté rock. Les chansons se retrouvent bonifiées, tout en ne dénaturant pas les mélodies d’origine.

On redécouvre les chansons, que l’on connaît par cœur : le grand sommeil, dans une énième version (proche de celle qu’il avait faite en 1989 pour son premier live : live ed). Les heures hindoues, débarrasser des ses habits synthétique, dans une version sobre (et dont les chœurs masculins apportent à la chanson un côté crooner).

L’invitation a également été revisitée dans une version accélérée avec un côté un peu «punky ».

Le dernier album est également représenté les 4 singles extraits. Les versions sont assez proches des versions studio. Mention néanmoins pour la chanson En surface où l’on voit le flair d’Etienne, à savoir fait le bon choix artistique. Cette chanson écrite par Dominique A, est l’une des chansons récentes les plus réussies. Ici la rythmique est vraiment en avant. Efficace et pop. Et les chœurs d’Etienne sur la fin de la chanson, montrent à quel point ce chanteur sait chanter juste et bien (malgré les nombreuses critiques dont il a pu faire l’objet depuis des décennies). Son timbre de voix, nous permet vraiment de se « délecter » de ses textes. Pas besoin la plupart du temps de se plonger dans les livrets pour comprendre les paroles. C’est clair et limpide.

Au rayon des surprises pour les fans, on notera le titre Satori thème, rarement joué en live. ET dont la version nous revigore : beaucoup de rythme. Ainsi que le duo avec Mathieu Lescop de La ville, un titre du répertoire du regretté Daniel Darc dont Etienne avait produit ce titre en 1988.
En surface également chanté en duo avec Dominique A sur le disque bonus, dans une version plus longue et réarrangée par rapport à celle du premier disque.

Ce diskonoir est un vrai juke-box.

Disque à recommander aussi bien au public admirateur et fidèle d’Etienne qu’à des simples curieux qui pourront justement se faire les dents sur un panorama du répertoire d’Etienne.

Artiste dont on parle finalement peu dans les médias mais dont le répertoire et l’œuvre n’ont au final vraiment rien à envier à tous ses pères.

Continuez cher Etienne à nous proposer autant de bonnes chansons. Plus vous avancez dans l'âge et dans vos albums et plus vous vous bonifiez, tout en ne négligeant jamais vos œuvres passées.
C'est beau...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 5, 2014 11:29 AM CET


Babel EDITION LIMITEE
Babel EDITION LIMITEE

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Triple 33 tours de Babel écrin.., 21 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Babel EDITION LIMITEE (Album vinyle)
Un très bel écrin pour ce disque qui méritait amplement une sortie en vinyl.

Je ne ferai pas ici la critique de l'album mais plutôt une description détaillée de l'édition vinylique d'un point de vue esthétique.

Triple 33 tours (comme celui de Lilith sorti en 2002) mais ici ce qui fait le plus c'est le soin apporté au désign : une superbe photo, un lettrage qui met parfaitement en évidence le titre de l'album et le nom de notre auvergnat. Au verso une photo noir et blanc de JLM devant une voiture.

De mémoire, cela faisait bien longtemps qu'une pochette de Jean-Louis Murat n'avait pas été aussi soignée (cf. Le manteau de pluie, Cheyenne Autumn, Murat live 1995).
Celle-ci je crois a été réalisée avec en autre Julien Rochon (un des musicos du groupe The DELANO ORCHESTRA).
Du très bon travail artistique.

En fait l'édition vinyl reprend quasi à l'identique le tirage CD édition digisleeve mais en format 30 x 30.
Le cartonnage est soigné.

Bref pour les complétistes ou admirateurs de Murat, ne tardez peut être pas à acheter cette très belle édition qui peut risquer de devenir rare si l'album parvenait à obtenir un succès publique (bien mérité).

Les disques sont en 180 grammes (ce qui "assure" une . Chaque disque est emballé dans une pochette avec la reproduction des paroles sur fond bland. Attention néanmoins lorsque vous les sortez, car cela relève du miracle de ne pas abîmer l'ensemble da pochette e


Toboggan Special
Toboggan Special

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On se laisse glisser une deuxième fois, 19 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toboggan Special (CD)
Qu'il est loin le temps où Murat pouvait nous sortir (voir nous offrir) des titres de toutes beautés de ses malles gorgées de chansons non retenues pour ses albums. En dresser une liste serait une tache de (très) longue haleine que seul(s) quelques passionnés ou férus pourraient relevés le défi.

Qu'il est loin le temps où les maisons de disques pouvaient nous gratifier d'un bon EP (extended play) gorgés de titres inédits (Murat en plein air, Sentiment nouveau, Le mont sans soucis, l'au-delà, Mashpopothétisé, le cri du papillon...) pour 8 ou 9 euros. Et l'on ne rechignait pas à les débourser.

Qu'il devient loin le temps où notre Auvergnat (avec l'accord de sa maison de disque) pouvait également nous sortir un nouvel album tous les 6 mois où quantité arrivait à rimer avec qualité.

Maintenant les maisons de disques ne savent plus quoi inventer pour duper les rares acheteurs de disques. Depuis quelques années, on nous met des bonus, des deluxes super édition à toutes les sauces.

Et pour la première fois dans la discographie de notre ami Jean-Louis, on nous fait racheter deux fois le même album. Et PIAS, sa nouvelle maison de disque pour cet album met le paquet : un double CD en version digipack, avec une pochette recolorisée en bleue, un livret repackagé (avec les paroles des titres bonus) et un titre on ne peut plus racoleur peut être faire vendre : « Toboggan spécial »

En CD 1, nos cinq super bonus track et CD 2 les 10 titres de l'album déjà connus.

Je ne vous referai pas la critique de Tobbogan, album que j'avais pour ma part particulièrement apprécié à sa sortie (voir mon commentaire sur Amazon sur le sujet).

Les 5 nouveaux titres ont été comme à l'accoutumée enregistrés live en studio. Ils ont été également testés sur le Tobbogan tour dans un duo guitare batterie (avec Stéphane Reynaud). Ici la seule différence est que la batterie est tenue par un de ses complices de toujours : Christophe PIE (dont son album "Sky Lumina" sorti en 2008 à compte d'auteur est une pure merveille, soit dit en passant). Comme à l'accoutumée chez Murat, les versions studio ne ressemblent en rien aux versions en concert et vice versa.

Ce qui me fait dire qu'il est bien difficile d'être objectif sur ces titres. Rien de bien neuf musicalement, un peu de déjà entendu (surtout sur quelques arpèges de guitare). Mais qui s'en plaindrait, c'est néanmoins du bon Murat, pour des titres qui n'avaient pas trouvés leur place sur toboggan. Les titres dans l'ensemble bénéficient de peu d'overdubs par rapport à Toboggan, beaucoup de guitare dans une approche acoustique et folk et la frappe beaucoup plus lourde du batteur, qui donne sur une des chansons un peu plus de dynamisme.

Des écoutes répétées permettront de saisir toute l'essence qui fait la force des chansons de Murat.

Donc à racheter dans cette édition et oublier la précédente édition limitée avec les 3 titres live - devenues dispensables. Ma CDthèque voit double maintenant.


The Complete Columbia Albums Collection, Volume 1 [47 CDs]
The Complete Columbia Albums Collection, Volume 1 [47 CDs]
Proposé par Assai_france
Prix : EUR 153,04

24 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un coffret très complet et un excellent rapport qualité/prix, 7 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Complete Columbia Albums Collection, Volume 1 [47 CDs] (CD)
Columbia a fait les choses (presque) bien : proposer un produit très abordable, très complet sans renier la qualité et en plus il ne prend pas trop de place.

Lorsque l'on voit ce coffret en photo, on ne se rend pas vraiment compte de ce côté attractif. Il faut le voir en chair et en os. A première vue, on a l'impression que c'est un coffret cheap, baclé vite et mal fait.

Et bien non. Le coffret est robusque, fabriqué dans un cartonnage assez épais. Et l'adhésif qui entoure ce coffret a un petit côté satiné au touché.
Sur 18,5 cm de long 13,5 cm de hauteur et 13,5 cm de largeur, on a ici le concentré d'une grande oeuvre d'un artiste majeur.
Le tout représentant 41 albums (studio, live et une compilation de faces B, démo) pour un total de 47 CD (car il y a 5 doubles albums). Vraiment il n'y a pas grand chose à dire par rapport à un prix au plus bas proposé par Amazon.

On trouve également au côté de ces 47 CD, un très épais livret cartonné de 270 pages qui reprend les tracklistings des CD avec des photos couleur et noir et blanc connues et moins connues, et des reproductions des pochettes et d'affiches. Le petit bémol comme d'habitude dans ce genre de projet est que c'est toujours écrit dans la langue de Shakespeare.

Côté CD, je m'attendais à des reproductions de pochettes assez approximatives. Que nenni ! La qualité est là. Bon certes, pour certains textes au verso il vous faudra une très bonne loupe mais on ne peut pas non plus faire du grand avec du petit. Ce sont les limites de ces coffrets. On n'aura jamais le charme d'antan des vinyles.

Je préfère pour tout dire la qualité de ces reproductions à celles qui avaient été faite pour le coffet Mono version sorti 3 ans auparavant (voir mon commentaire sur Amazon)

Le côté plus des pochettes et qu'elles possèdent toutes des petites tranches qui permettent de lire le titre de l'album et en plus chaque disque à un numéro ce qui permet de le ranger beaucoup plus facilement pour ceux qui ne connaissent pas par coeur l'ordre de sorti de chaque disque. C'est très bien pensé. Les pochettes ne sont donc pas de simple "cardboard" type pochette CD single cartonné.

Je vous le disais la qualité est bien là.

Quelques petits bémols néansmoins pour ma part :
- Les doubles albums ont des pochettes gatefold (ouvrantes). Par contre pour sortir les CD, ça n'est pas très pratique car il faut les sortir par l'intérieur; Donc à l'usage cela risque d'abîmer les pochettes.

- Pour le double CD "Side tracks", je m'attendais comme le disais très bien un commentaire précédent une bonne rétrospectives des B-sides et là le bas blesse : où sont passés les Rita May, Trouble in mind, Let it be me, Angel is too hard... Georges Jackson (band version) (dé)laissés depuis des lustres sur des 45 tours usés jusqu'à la corne que seuls des collectionneurs acharnés ou fidèles depuis des décennies on peut acquérir. Il faudra attendre car Columbia sait bien battre le fer pendant qu'il est chaud. M'enfin, quelques titres qui sont des "inédits en CD" c'était pas le bout du monde. Ils nous ont juste donné en pa^ture George Jackson (en accousituqe). C'est déjà mieux ue rien.Et bien si. On n'a jamais le produit parfait, jamais jamais. On nous propose les titres inédits et rare publiés sur l'inusable Biograph, qui maintenant n'a plus aucun intérêt.

Un coffret à mettre au pied du sapin pour les fans Dylaniens mais aussi pour les curieux qui trouveront à travers cette intégrale studio un panel de belles chansons, quelques navets (surtout dans les années 80), mais énormément de grands albums dont chacun trouvera toujours une chanson à se mettre dans ses cages à miel.

Et l'homme à encore beaucoup de choses à nous faire entendre !!!

Côté écoute, je n'ai pas eu le temps de parcourir trop l'oeuvre pour dire si tel ou tel album était bien remasterisé (pour la bonne douzaine qui ne l'étaient pas avant). Mais on a tout et c'est bien là l'essentiel : la quintessence de l'oeuvre de Dylan dans ce petit coffret où chacun pourra piocher dans la période qu'il souhaite et savourer sa madeleine de Proust.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 10, 2015 4:48 PM MEST


Goldman en lumières
Goldman en lumières
par Emmanuel Bonnini
Edition : Broché
Prix : EUR 29,90

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre en or - richement illustré et documenté, 2 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goldman en lumières (Broché)
Les éditions Didier Carpentier ont encore bien oeuvrées. Déjà à la vue de la couverture sobre mais particulièrement bien soignée, avec les dorures qui encadrent et colorent le nom GOLDMAN, on devine déjà un travail bien fait.
Dès que l'on feuillète l'ouvrage, on est saisit par l'abondance des photos et des documents choisis qui jalonnent ces 144 pages.

L'auteur, Emmanuel BONINI, qui a déjà écrit un livre sur JJG "Le vent de l'histoire" chez le même éditeur, focalise ici son approche plus sur le parcours scénique de JJG.

Je le disais plus haut, ici ce qui fait le charme de ce livre, c'est le nombre impressionnant de photos couleur de Jean-Jacques sur Scène, de reproductions d'affiches, programmes, billets de concert, pochettes de disques rares et j'en passe ; toutes périodes confondues. Du positif tour jusqu'à sa dernière tournée en 2002, quel parcours et quels souvenirs pour ceux qui ont suivi de loin comme de près la carrière de JJG.

La période Taï Phong est également évoquée au début du livre.

Les fans des débuts, comme les petits nouveaux, ou les simples curieux, pourront également se délecter d'une discographie illustrée et détaillée de Tai Phong et Jean-Jacques (les albums, singles, maxi 45 tours et disques promotionnels, les coffrets et intégrales, les BOF) sont détaillées. Ainsi que certains pressages étrangers.
En fin d'ouvrage, un récapitulatif de ses participations en tant qu'auteur/compositeur pour les autres artistes depuis 1980.

Tout est passé au crible.

Un travail d'expert et de passionné.

Le petit bémol, dirais-je mais cela n'engage que moi, est le texte de l'auteur, qui n'apporte pas énormément d'éclairage sur Goldman. La narration est rapide, on passe rapidement d'un album, d'une tournée à une autre. Sans transition. Les images pourraient se suffirent à elles-mêmes. Les textes font souvent offices de remplissage et sont écrits dans une mise en page agréable et en gros caractères.

Achetez ce livre et regalez-vous, comme j'ai pu le faire.
Ca m'a donne envie de se replonger dans la discographie de Jean-Jacques et de réécouter en version originales toutes ses chansons dont certaines font partie du patrimoine musical français.


Toboggan - Edition Limitée
Toboggan - Edition Limitée
Prix : EUR 17,51

42 internautes sur 45 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toboggan : renversant. Le retour du printemps., 25 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toboggan - Edition Limitée (CD)
On peut dire qu'au travers de la pochette, il paraissait bien difficile de savoir dans quelle direction allait nous emmener notre Neil Young national pour son 19 ème album studio.

Pour ma part, Grand Lièvre ne m'avait pas spécialement emballé plus que ça. Mais à l'écoute de cet album là on renoue avec du grand Murat. Un très bon cru 2013 qui nous annonce un beau printemps.

Pour ceux qui aiment le Murat calme, accoustique aux climats aériens : foncer acheter ce disque. Il est pour vous.

Pour ceux qui préfèrent le côté électrique, live en studio, guitare, basse, batterie : passer votre chemin. Il n'y a aucune chanson de ce type dans ce (1er) disque.
Aucune guitare électrique ai-je dit.

Pour les dolos où les fans de longues dates, ce disque pourrait se ranger aisément aux côtés de ses grands chefs d'oeuvre : Le manteau de pluie, Dolorès, Mustango, Lilith, Tristan, Le cours ordinaire des choses. Préférences qui bien sûr n'engagent que moi.

S'il fallait coller une étiquette à ce disque : il pourrait être le petit frère de Tristan. Par son côté solitaire fait maison, bien produit. Et par certains arrangements ou trouvaille sonore.

10 chansons avec des durées très courtes ne dépassant pas les 4,30 minutes pour la plus longue.

Un digipack 2 CD avec 2 volets cartonnés pour l'édition limitée. Le livret au milieu avec la reproduction habituelle des textes. Par contre aucune indication sur qui joue quoi. Mais à l'écoute de l'album on peut deviner que Murat a quasi tout fait lui-même.

Une production soignée avec la voix mise en avant. Pas d'invité. Des claviers aériens, et une guitare accoustique venant appuyer le tout. Soupoudré de choeurs aériens et de bruitages divers. Voilà pour un résumé de cet album.

Il neige : chanson dépouillée de son manteau : un clavier et une guitare
on retrouve un peu le climat lacinant de l'album Tristan notamment dans la chanson l'Amour en fuite.

Amour n'est pas querelle : continue dans la même ambiance, avec le chant dans un ping pong de voix.

Over and over : la première chanson de cet opus avec la présence d'une batterie. Mais toujours dans une ambiance soft. Le titre avant-coureur de cet album.
La chanson est magnifique surtout dans la présence des choeurs qui ont l'air méné par JLM.

Le chat noir : encore de belles ambiances avec la présence d'un clavier/orgue. Toujours ce climat lancinant avec une guitare accoustique et quelques miaulements dont affectionne Jean-Louis.

On croit par moment entendre au clavier son ancien comparse, Denis Clavaizolle.

Belle : après une petite intro (aboiement de chiens), on a l'impression de se retrouver transporter x siècles en arrière. Il suffit de fermer les yeux. Le petit bijou de ce disque. Mais écoutez là pour vous en faire une idée. Vos "cages à miel" ne s'en remettront pas. C'est beau et intemporel.

Robinson : de belles nappes de claviers et quelques samples d'animaux qui peuvent rappeler certaines ambiances distillées sur le Manteau de pluie (1991).

Agnus dei Babe : des claviers aériens encore, me rappelant un peu certaines ambiances de Cheyenne Autumn.

Les climats de cet album sont langoureux. Le son est excellent. La voix mielleuse de Jean-Louis permet de distiller les perles de sa poésie. Exit certains tic vocaux qu'ils pouvaient nous servir par moment sur certains de ses disques.

Extraordinaire voodoo continue dans la direction que Murat s'est fixé. Une belle balade avec un piano électrique avec une batterie venant battre la petite mesure. Avec la présence lointaine d'un sitar et d'un violon "arabisant". Une belle chanson. Ecoutez donc pour voir.

Voodoo simple : une chanson un petit dans l'esprit du groupe Pow Waow avec des "whap pa dou". Pas la meilleure de l'album.

En une écoute, ce disque s'apprivoise aisément.

Un bel album qui renout avec les grandes heures muratiennes. Et pour une fois, l'album dégage une belle unité, il ne part pas dans tous les sens. Il y a une cohérence de la première à la dernière chanson. Une production riche et soignée.
Toute est douceur, calme et beauté.

Passons maintenant au deuxième disque avec un bonu(x) de 3 chansons live enregistrées en 2011 lors de sa tournée Grand lièvre. Mais on ne sait pas le lieu (c'est pas indiqué). Là par contre petite déception : pourquoi ne mettre que 3 titres. C'est peu. D'autant plus de Jim (extrait) ne dure que 2 minutes 30. Mais de qui se moque la maison de disque ? Y avait pas assez de budget pour nous mettre quelques chansons de plus ?
C'est incompréhensible le travail marketing qui est fait ici.

D'autant plus que ces 3 chansons figurent à part sur un 2ème CD : il y avait donc suffisamment de place pour nous en mettre un tout petit peu plus.
Comment voulez-vous que les gens continuent à acheter des CD si on prend les quelques (fidèles) clients potentiels pour des pigeons. Car le premier CD a beau être de très grande qualité il est court par sa durée (30 minutes). Ils auraient pu faire comme pour le précédent opus mettre un bonus plus intéressant. Il y avait pourtant de la matière : la BOF pour du récent documentaire de Laétitia Masson, des inédits (il en a à la pelle)

Le son est très bon. Mais bon Mousse noire, figurait déjà dans une version live enregistrée à la Coopé. Idem pour Yes Sir. C'est bien mais on aurait peut être préférée des titres live de la tournée Grand Lièvre.

Entendre Murat en live est néanmoins toujours bon car les versions ne sont jamais les mêmes et les disques live ne sont pas légion dans sa discographie plétorique.

Alors bonne écoute.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 3, 2013 8:35 PM MEST


Memoria (Radio version)
Memoria (Radio version)
Prix : EUR 1,29

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une mélodie imparrable, 27 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Memoria (Radio version) (Téléchargement MP3)
Il suffit d'une écoute pour que cette mélodie reste en mémoire dans votre esprit. Un titre avant coureur du prochain album prévu en mars 2013. INDO fait fort. Un titre bien calibré pour faire un bon tube comme on les aime chez eux. Pour les fans hard core ils vous diront "c'est génial". Pour les détracteurs, ils vous diront "c'est toujours la même rengaine". Pour ma part en 29 ans d'écoute "INDOCHINE", je peux vous dire que ça tient bien le pavé.

Musicalement parlant, le titre est assez pop. Le son est excellent, la production soignée, la voix bien en place. Et pour une fois je suis assez content par le fait de ne pas entendre de guitares sursaturées.

Quitte à compartimenter cette chanson, je la ralierai bien volontiers à la période WAX (1996) mais aussi à DANCETARIA (1999) pour sa musicalité et à l'écoute de certains sons.

Si le reste de l'album est de ce calibre là, je signe tout de suite.

INDOCHINEMENT VOTRE.


Page : 1 | 2