undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de Olibrius75 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Olibrius75
Classement des meilleurs critiques: 1.293.782
Votes utiles : 14

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Olibrius75

Afficher :  
Page : 1
pixel
La ballade de Rikers Island
La ballade de Rikers Island
par Régis Jauffret
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

14 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 DSK plus vrai que nature, 18 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La ballade de Rikers Island (Broché)
Cherchez dans ce roman une once de voyeurisme et vous vous casserez les dents sur la puissance de la fiction chez Jauffret. Peu à peu, au fil des pages, on découvre ce "grand chambellan", on s'immerge à l'intérieur de Rikers Island, la prison où ce dernier a séjourné quatre jours. On traverse une partie de l'Afrique jusqu'à ce village perdu, loin, très loin de l'endroit où tout a commencé, dans la suite 2806 du Sofitel de New York.

A travers les phrases de Jauffret, coupantes comme un scalpel et vertigineuses de talent, on lit les pensées des personnages comme on les entend, elles résonnent avec justesse si bien que la fiction semble dans ce roman devenir le plus puissant des révélateurs du réel. Lui, le patron d'une "institution financière internationale" dont le cynisme éclabousse au grand jour le 14 mai 2011. Elle, épouse bafouée, mais tenant son rôle cahin-caha dans la tornade médiatique suscitée par l'évènement. Enfin, la femme de chambre, victime d'un homme, mais qui a peur que ce soit elle qu'on condamne.

Dans ce livre, pas de compte rendu journalistique platement servi comme une mauvaise coupure de presse. Jauffret enquête longuement mais ensuite c'est la fiction qui prend le relais, comme si la vérité sortait de la bouche des romanciers. Mais jauffret préfère écrire: "le roman, c'est la réalité augmentée".


Page : 1