Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire
Profil de Poison > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Poison
Classement des meilleurs critiques: 215
Votes utiles : 2375

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Poison (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La loi du coeur
La loi du coeur
par Amy HARMON
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

3.0 étoiles sur 5 Une belle écriture mais des bémols, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La loi du coeur (Broché)
Si je n'ai pas lu L'Infini+Un de l'auteur, j'ai lu Making Faces et j'avais été charmée. Ici c'est moins évident, mais l'écriture de l'auteur est toujours un plaisir.
Elle déroule les faits et décrit les sentiments avec justesse. Elle sait faire sourire ou pleurer son lecteur selon les événements et réussit à nous impliquer totalement dans l'histoire.

Cette histoire c'est celle de Moïse, un enfant crack qui a du mal à s'intégrer : trop actif, trop sur la défensive et qui ne veut que peindre. Mais aussi celle de Georgia, rêvant d'être cow-girl, une fille du cru qui, presque sans s'en rendre compte, sera séduite par ce garçon atypique et farouche.
J'ai aimé les descriptions des transes artistiques de Moïse, comment l'auteur retranscrit cet amour de l'art. J'ai aimé les fortes relations familiales avec un petit coup de cœur pour la grand-mère de Moïse. J'ai également apprécié Georgie qui, à sa façon, est nature et accessible. Elle sait ce qu'elle aime, s'y adonne avec passion et n'hésite pas à persévérer pour obtenir ce qu'elle veut.
A leur histoire, l'auteur greffe une petite intrigue policière. Intrigue que l'on ne voit pas vraiment, l'autrice ne s'en servant que pour faire avancer sa romance, mais qui sera résolue à la fin du roman. Je dois dire que cette histoire là se devinait à des kilomètres à la ronde et qu'un habitué des romans policier devinera facilement la solution.

En revanche, malgré le charme de ce roman, j'ai quelques bémols.
Tout d'abord l'inclusion du fantastique. Elle est extrêmement bien faites et sert bien le récit : ni trop ni trop peu. Toutefois, je ne m'attendais pas à ça en lisant ce livre et je n'ai pas vraiment apprécié la surprise. Dès ce moment là, j'ai moins adhéré au récit, j'y croyais moins et c'est dommage. Malgré tout c'est bien fait, je le répète, et tous les lecteurs n'ont pas été gêné par ce point, mais j'aurai aimé m'y attendre. [Spoiler]Moïse "communique" avec les morts. Il est hanté par les défunts qui rôdent autour des gens avec qui il est en contact. Et le seul moyen qu'il trouve pour s'en débarrasser est de peindre, peindre ses souvenirs.[/spoiler]

Ensuite le "drame" du livre. On le devine dès que l'auteur met ses éléments en place, mais ce n'est pas le problème. Je me demande juste s'il était vraiment nécessaire qu'il soit amené de cette manière. Là je l'ai juste compris comme un fardeau supplémentaire sur une âme qui n'en avait pas besoin. D'autant plus qu'il y a quelques non-dits (comme le grand-père...). Mais c'est mon côté sensible.

Et enfin, un point sur lequel je rejoins Cess : l'autrice ne fait pas DU TOUT passer les bons messages. Qu'elle soit célèbre ou non n'importe pas. Elle se doit, à mon sens, de véhiculer certaines choses basiques. On a ici un roman qui débute avec des adolescents et qui est à destinations de jeunes. Il est primordiale d'en profiter pour donner l'exemple, ou du moins d'avoir une responsabilité post-acte. Ce n'est pas le premier auteur à jouer sur ce point, et cela me dérange toujours autant.


AEG VL5668S Ventilateur sur pied avec télécommande
AEG VL5668S Ventilateur sur pied avec télécommande
Prix : EUR 35,28

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un très bon ventilateur premier prix, 21 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : AEG VL5668S Ventilateur sur pied avec télécommande (Outils et accessoires)
Un petit ventilateur vendu à un prix très attractif. Écartons tout de suite un point, il n'est pas silencieux. Petit diamètre, pales souples, grille de protection en croisillons, rien n'est fait pour favoriser le silence (ce sont bien les pales et le souffle sur la grille qu'on entend, pas le moteur). Ca n'est pas une turbine non plus et dans une pièce bruyante vous l'oublierez mais il y a beaucoup plus silencieux.
La qualité est minimale comme sur tous les ventilateurs de ce prix mais sans malfaçon non plus. On retrouve le classique pied en croix et ses embouts qui ne tiennent pas (si ça vous rebute le même ventilateur existe avec un pied rond lesté pour plus du double du prix de ce modèle). Corrigez la courbure des tubes pour que le tout ne soit pas bancal et au besoin ajoutez un peu de scotch ou de colle pour que les embouts tiennent. Serrez les vis en butée mais pas plus loin, serrez avec précaution les vis à main et tout ira bien. Le manuel est très bien fait.
Par contre sa force c'est son électronique et vous ne verrez pas ça ailleurs à ce prix mais au moins au double: une télécommande, fonction timer et un très agréable mode "naturel" qui fait varier la vitesse régulièrement qui m'a vraiment surpris. Un dernier mode "sommeil" combine cette vitesse variable avec une baisse progressive de la vitesse jusqu'à un arrêt après 1h à 1h30 selon la puissance de départ. Pour finir de faire le tour il y a également une classique fonction oscillante de gauche à droite. Il est réglable en hauteur et en inclinaison vers le haut, pas vers le bas (pas même un peu) ce qui aurait été souhaitable pour mieux ventiler un lit.
En conclusion je vous recommande ce ventilateur vous en aurez pour votre argent sauf si vous cherchez spécifiquement un ventilateur silencieux.


La Confrérie de la dague noire, T13 : L'Amant des ombres
La Confrérie de la dague noire, T13 : L'Amant des ombres
par J. R. WARD
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 2.5 un peu déçue, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Confrérie de la dague noire, T13 : L'Amant des ombres (Broché)
Ces derniers temps, j'étais déçue des tomes de la Confrérie. Non pas parce que l'auteur quittait le modèle 1livre=1couple (au contraire), mais parce que l'histoire dans son ensemble manque de profondeur.
Notons également des erreurs dans le résumé : Serena n'est pas la fille de la Reine et Trez compte sur au moins une autre personne...

Dans ce livre, l'auteur se penche sur les Ombres : Trez et iAm. Ils ont perdus dans le tome précédent tout ce qui les rendaient unique. Ce tome le confirme : ils sont comme les autres. Des gros durs qui roulent des mécaniques et s’obstinent, mais qui devant une "âme sœur" deviennent des idiots.
Ici, il faut que l'amour de Trez soit [spoiler]mourante[/spoiler] pour qu'il se décide à se réveiller et à profiter de ce que la vie lui offre. On aura donc d'un côté le romantisme fleur bleu dégoulinant de Trez, face à tous les soucis que les autres doivent gérer.
iAm est toujours là pour soutenir son frère et je dois dire qu'un dévouement pareil force le respect. Il supporte toutes ses conneries et risque même sa vie à plusieurs reprises, c'est beau l'amour fraternel. Heureusement, à la fin l'auteur prend des mesures pour équilibrer la balance !

Du côté de la Confrérie c'est un peu le bazar...l'auteur introduit les personnages qui vont lancer la série dérivée (Legacy qui arrive en fin d'année chez l'éditeur), prépare le terrain pour de nouveaux jeux politique, fait de Xcor un agneau décevant et règle un problème d'éradiqueurs en claquant des doigts...ah il est loin le temps où c'étaient les grands méchants !!!!

Dans l'ensemble il n'y a pas vraiment de surprise. On revoit un peu tout le monde, même Rhage qui est pathétique, on prend des nouvelles de tout le monde quel que soit son camps, et le lecteur se désole des guimauves que sont les guerriers.

De plus, il y a toujours quelque chose qui me chiffone : je n'adhère pas du tout au niveau de langage de l'autrice pour ses dialogues entre les frères. C'est "mon pote" à répétition et autre, ça me donnerait presque la nausée. Je n'y crois pas un instant et c'est à la limite de gâcher ma lecture.

C'est vraiment dommage que l'auteur soit partie d'une bonne idée pour arriver à un livre qui manque de la magie et du piquant de la série. Le bon côté, c'est que le sexe, bien que présent, ne monopolise plus 95% du livre.


Rien qu'un soupir
Rien qu'un soupir
par Stacey Lynn
Edition : Poche
Prix : EUR 7,20

3.0 étoiles sur 5 3.5 une bonne petite romance (bien que pas très originale), 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rien qu'un soupir (Poche)
Une petite romance sans prise de tête, voilà qui était idéal pour cet été.
Ne vous attendez pas à de l'innovation, tout sens le déjà lu, mais cela n'ôte en rien le charme de cette histoire. L'écriture de l'autrice est vraiment plaisante et participe largement au plaisir de lecture !

L'histoire est celle de Kennedy et de Grayson. Meilleurs amis depuis l'âge de 12 ans (je crois que c'est le bon âge) il ne se sont plus revus depuis qu'ils ont couchés ensemble une fois. Ils ont chacun eu des trajectoires différentes et n'ont plus eu de contacts.
Mais elle n'a jamais pu oublié son meilleur ami, son premier amour et celui à qui elle compare tous les autres. Elle suit sa carrière, regarde ses combats à la télé et encourage systématique son adversaire. Jusqu'à ce que sa meilleure amie (Sarah, qui est évoquée dans le tome 1 de la série et qui laisse entendre que ce n'était pas un OS !) l'invite à un match...bien placée, bien visible. Malgré ses réticences, ils vont à nouveau se rapprocher, mais elle a à présent des secrets à garder.

Si l'intrigue a un petit côté déjà vu (l'exemple le plus frappant étant Fight for Love avec Pandora) j'ai passé un bon moment. Toutefois, j'ai un bémol. J'ai eu envie de cogner sur les deux protagonistes.
Kennedy d'abord. Certes elle a un petit profil de victime, elle encaisse pas mal sans broncher, mais je trouve qu'elle accepte beaucoup trop le fiel de Grayson. Elle ne se défend pas, se contentant de souffrir en silence. Cela m'a énervée, j'aurai vraiment préféré qu'elle se secoue et se défende.
Par exemple en rappelant à ce lâche de Grayson que c'est lui qui n'a jamais rappelé. Elle a tout fait pour le joindre et lui a coupé les ponts. Dans ces conditions, elle n'aurait absolument rien pu faire de plus, et il est donc injuste de lui reprocher un quelconque silence.
De plus, annoncer une telle nouvelle ne se fait pas comme ça et on ne peut pas dire que Grayson lui en ait laissé la possibilité.
Bref, toute ce mélodrame m'a énervé. Pas en raison de ce qu'il se passe, mais de leurs réactions. Lui est profondément injuste, brutal et même cruel, tandis qu'elle accepte sans broncher des reproches qu'elle ne mérite pas. J'aurai préféré qu'elle lui tienne tête.

Mais au delà de mon caractère de cochon et des personnages que j'ai envie de gifler, j'ai vraiment passé un bon moment. Parce que c'est bien écrit, mignon et une romance agréable dans son ensemble.


Haut-Royaume - Les Sept Cités,T3 : La basilique d'Ombre
Haut-Royaume - Les Sept Cités,T3 : La basilique d'Ombre
par Pierre Pevel
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

3.0 étoiles sur 5 Une fin étrange et rapide, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haut-Royaume - Les Sept Cités,T3 : La basilique d'Ombre (Broché)
Voici donc la deuxième partie du récit entamé au tome précédent. Un tome bien différent des autres, plus sombres, plus sanglant, plus meurtrier.

L'auteur se permet des décisions drastiques dans ce tome qui secoueront le coeur des lecteurs : c'est qu'on s'attache à cette cité et à ses crapules.

Iryän se laisse consumer par sa vengeance et devient insupportable. Il devient comme possédé, prêt à tout risquer afin de punir ceux qu'il tient pour responsable. Mais il n'est pas au bout de ses malheurs. Par son comportement d'abord et par les circonstances. Une fois de plus, il est un jouet aux mains de joueurs puissants et indifférents.

Les choses se précipitent ici, tout ce qui a été mis en place dans le tome précédent prend lentement une signification. Toutefois, je regrette l'absence de Yarn, le prefet de Nuit, et du Valmirien. Ce dernier aura cristallisé beaucoup d'attention pour disparaître bien vite, cela me frustre un peu.

Ce tome est le dernier de la trilogie, par conséquent on comprend que l'auteur n'a pas l'intention d'aller plus loin dans cette direction. Or la fin est bien trop brutale. Elle laisse beaucoup de choses en suspens, beaucoup de questions qui ne trouvent pas de réponses. On laisse Iryän sur un bateau au milieu d'une action, c'est plutôt étrange.

Je ne sais pas trop quoi pensé de la fin de cette série. La trilogie dans son ensemble était plaisante. J'ai aimé l'écriture, l'univers, les personnages. Mais si je prend les tomes 2 et 3 - qui pour moi de toute façon ne sont que les parties I et II d'une même histoires - j'ai un soucis de rythme. On a d'abord un récit qui va lentement afin de brouiller les pistes, mêlant plusieurs complots, a une fin précipitée de vengeance. Tout s'accélère au point qu'on en est étourdi. Quitte à étaler sur deux romans, j'aurai préféré une histoire plus coulée, ou du moins avec une différence de vitesse narrative moins marquée.

Mais bon, cela ne m'empêche pas d'avoir apprécié ma lecture dans son ensemble !


Haut-Royaume - Les Sept Cités,T2 : Le serment du Skande
Haut-Royaume - Les Sept Cités,T2 : Le serment du Skande
par Pierre Pevel
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

3.0 étoiles sur 5 Un univers plus fouillé, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haut-Royaume - Les Sept Cités,T2 : Le serment du Skande (Broché)
Un second tome plus intéressant et paradoxalement un peu moins bon.
Ici, l'auteur n'a pas besoin de nous introduire les personnages, nous retrouvons nos quatre larrons : Narubio le serrurier, Iryän le sang-mêlé, Svern le guerrier fidèle et Myrdin la fine-lame.

Le livre s'ouvre sur une nouvelle qui se déroule dans l'univers de la série mais qui n'a pas tellement de rapport avec les histoires qui suivront. C'est un exemple de ce que peut faire l'auteur et de la richesse de ses personnages.

L'histoire principale s'ouvre sur un gros coup. Iryän a monté un plan pour libérer son ami, mais ni lui ni Svern ne réalisent qu'ils vont ainsi mettre le doigt dans un engrenage qui les dépasse.
Les tomes 2 et 3 se lisent ensemble, contrairement au premier, ils ne sont pas indépendants l'un de l'autre, mais une continuité directe. On peut donc se demander s'il était vraiment nécessaire de séparer ces deux livres.

Dans ce second tome, l'auteur va passe plus de temps à nous présenter la ville : Samarande la belle qui est aussi un repère de voleurs et autre fréquentations douteuses.
L'auteur prend vraiment son temps pour nous présenter les ruelles, les lieux où se déroulent l'action. Cela permet de rendre le récit plus concret, plus profond.

L'intrigue elle, est plutôt embrouillée. L'auteur a voulu monter une intrigue complexe à plusieurs niveaux, plusieurs protagonistes, mais comme il faut attendre tout le livre pour commencer à l'apercevoir, l'impression générale qui persiste est plutôt celle de la confusion. Iryän et ses amis se contentent de réagir aux événements, jamais ils n'anticipent. Ils réagissent, se vengent, mais jamais ne prennent une décision d'agir ou de se retirer, cela leur est toujours dicter par ce qu'il se déroule autour d'eux.

Un second tome intéressant, mais qui est indissociable du tome 3, à noter donc : achetez les par paire !


Dis-moi si tu souris
Dis-moi si tu souris
par Eric Lindstrom
Edition : Broché
Prix : EUR 16,95

5.0 étoiles sur 5 Une excellente découverte !!, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dis-moi si tu souris (Broché)
Ce livre n'est pas exactement un coup de coeur, mais il n'en est pas passé loin !! Je suis entrée dans une librairie pour acheté un autre livre (absent) et j'ai décidé d'essayer celui-là. Et bien m'en a pris !

Première remarque, la couverture a son titre en braille (uniquement le titre) : ce sont les petits points blancs. A l'intérieur, point de relief, mais l'impression de l'alphabet braille pour les tête de chapitre. Ce n'est pas grand chose, mais j'ai apprécié ce petit détail.

L'histoire est intéressante : suite à un accident de voiture, Parker est devenue aveugle. Elle a aujourd'hui 16 ans et vit très bien avec son handicap. Elle connait ses trajets, son lycée et sa maison, elle n'a besoin de personne pour se déplacer. Elle a établie les RÈGLES afin que chacun autour d'elle sache comment interagir sans la prendre pour une idiote, elle peut compter sur ses amies, son père, bref, elle vit sa vie. Jusqu'au jour où tout bascule. Sa vie est chamboulée est une nouvelle fois et Parker a plus de mal à s'y faire.

Sa tante a déménagé d'Angleterre avec toute sa famille pour s'installer chez Parker et elle a du mal à vivre avec cette "invasion". Si son petit cousin, petit P, est adorable, elle n'a aucune affinité avec sa cousine du même âge ou sa tante - en plus ils changent régulièrement l'emplacement des choses et refusent de la considérer comme autonome. Voilà qu'en plus les deux lycées de la ville fusionnent et que Parker va devoir apprendre à toute une nouvelle fournée d'élèves à vivre avec une aveugle dans l'établissement.

Si Parker ne voit pas, elle n'en reste pas moins une jeune fille comme les autres. Elle n'a pas sa langue dans sa poche, veut sa liberté, aime discuter avec ses copines. Elle est devenue plus caustique, plus cruelle dirait certain. Elle ne voit pas la réaction des gens, mais a tendance à dire ce qu'elle pense, sans filtre (d'où l'établissement d'un "cabinet de conseil" dans la cour de récré). Pourtant, malgré ce caractère plutôt bien trempé, elle reste une jeune fille qui a beaucoup souffert. Et quand le garçon qui l'a trahit revient dans sa vie, elle ne sait plus quoi faire, elle perd ses moyens.

J'ai beaucoup aimé le personnage de Parker. Elle n'est pas exempt de défauts et l'admet plutôt volontiers. On suit son évolution au fil du livre, mais l'auteur a fait en sorte que cela reste subtil, c'est vraiment agréable. On se rend compte qu'elle a beaucoup changé entre le début et la fin. Elle s'était renfermé sur elle-même pour encaisser le choc, et quand enfin elle laisse libre cours à son chagrin, Parker réalise à quel point elle a pu être dur et intransigeante. Elle réalise qu'elle a fait des erreurs et qu'elle a même été plutôt injuste.
Heureusement, elle peut compter sur ses amis, anciens, nouveaux et même sa famille pour réussir à accepter tout cela et réussir à avancer.

J'ai aimé plein de choses mais entre autre les relations d'amitié : on peut avoir des amis intimes mais ne pas passé la journée collé à eux, pourtant on pourra toujours compter sur eux. On peut faire des rencontres totalement par hasard et on peut pardonner.
Ensuite, j'ai aimé la relation de Parker à la course. La façon dont cela est décrit nous plonge vraiment dans les émotions de la jeune fille et on s'évade avec elle. J'aurai aimé en voir encore plus de ses entraînements et même de la suite.

La force de ce roman c'est d'avoir créé une héroïne avec un handicap et de réussir à si bien le gérer sans jamais sombrer dans le mélo. On compatit, mais on ne ressent pas de pitié. On croit vraiment à son histoire et on passe un excellent moment.

Moi j'ai adoré !


Orgueil et préjugés
Orgueil et préjugés
par Jane Austen
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

4.0 étoiles sur 5 Une excellente surprise, 21 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Orgueil et préjugés (Poche)
Je n'avais jamais lu ce roman - ou tout autre de l'auteur. Pourtant, j'en possède un certain nombre d'exemplaires, allant de l'achat spontané aux livres récupérés dans les bibliothèques familiales. Celui-ci est un exemplaire acheté lors d'une offre des éditions Folio : le livre + le DVD (que je n'ai toujours pas vu, ce sera surement l'occasion).
C'est suite à ma décision de lire les livres qui prennent la poussière dans ma PAL qui vous m'avez conseillé Orgueil et Préjugés.
Ma connaissance de l'histoire était plutôt succincte : une vague romance entre Darcy et Elizabeth. Pour tout dire, j'étais persuadée (mais pourquoi, je l'ignore) que la fin était plus tragique (abandon ou autre). J'étais donc plutôt surprise en lisant le livre !

Le personnage d'Elizabeth est vraiment plaisant car, outre son éducation typique, la jeune femme a un esprit vif et surtout la confiance de son père. Cela la rend attachante car relativement libre d'esprit. Elle a le charme de l'honnêteté et une intelligence qu'elle n'hésite pas à employer pour étudier son entourage, avec plus ou moins d'acidité.
Sa famille ne lui offre pas vraiment un environnement idéal pour se développer, mais sa complicité avec sa sœur et son père compenseront la vacuité de ses autres sœurs et de sa mère (voir même de son amie). Malgré cela, son attachement et sa fidélité familiale, qu'elle ne remet jamais en doute, force le respect : elle regrette parfois leurs comportement, mais je songe pas à s'en plaindre. Elle sera plutôt du genre à chercher des solutions.
La rencontre avec M. Darcy m'a surprise car je ne m'attendais pas à cette "danse à quatre" qui pourtant, est pleine de fraîcheur et de charme.Une valse des sentiments vraiment agréable.

L'homme en lui-même est très mystérieux. On le voit d'abord de loin en loin. C'est un nom plus qu'une personne. Sa relation avec le voisinage de son ami n'est de plus pas très bonne en raison de son attitude distante - attitude qui n'aura jamais de réelle explication. S'il se fiche de ce qu'on pense de lui dans la campagne, il est très attaché à son ami et fera tout pour l'aider dans ce qu'il pense être une folie. Le dévouement est admirable si le procédé est douteux.

Il y a ensuite une rupture dans le récit. Du moment où Elizabeth s'éloigne de chez elle, il y a un changement tant dans le ton que dans le récit lui-même. Les personnages semblent d'un coup évoluer. Mais la transformation la plus flagrante pour moi est celle de M. Darcy lui-même. Une transformation brutale et qu'on ne s'explique pas. Elle n'est pas cohérente avec le reste de son comportement et ne trouve pas vraiment d'explications par la suite. Si cette métamorphose sert le récit, j'aurai aimé qu'elle soit plus progressive, ou du moins mieux expliquée. Ici j'ai eu la sensation d'un deus ex machina.

Quoi qu'il en soit, j'ai vraiment apprécié ma lecture. Une écriture vraiment intelligente avec une bonne diversité de personnages. J'ai apprécié à la fois les amours naissants, les relations familiales et amicales, mais surtout l'humour de l'auteur à travers les paroles d'Elizabeth. En particulier son père qui, à la fin surtout, m'aura bien fait rire !
Bref, une excellente lecture que je suis contente d'avoir découverte. Je tenterai bien le film à présent !


Sous la même étoile
Sous la même étoile
par Kelley YORK
Edition : Broché
Prix : EUR 17,50

3.0 étoiles sur 5 Le roman est très agréable, mais la fin m'a déçue, 8 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sous la même étoile (Broché)
Pour une fois je trouve le résumé parfait : il présente bien l'histoire, sans trop en dire.
Hunter et Ashlin sont demi-frère/sœur. Leur famille est certes étrange, mais ils s'en sont toujours accommodés et grâce aux vacances qu'ils passaient ensemble chez leur père, ils sont très proche l'un de l'autre. Plus que des frères et sœurs, des meilleurs amis.
Enfant, ils ont rencontré Chance et à chaque vacance, le rituel se répétait : ils retrouvaient Chance, ne parlaient pas vraiment de choses personnelles, et passaient des vacances formidables tous les trois. Chance est comme un membre de la famille.

Hunter et Ashlin ont décidés de prendre une année sabbatique avant de décider quelle université choisir. Ils profitent de cet intervalle de temps pour vivre chez leur père, se retrouver et retrouver Chance. Mais ils ont grandit et certaines choses ont changés. Ils ne peuvent plus ignorer les marques qu'arborent Chance.
Chacun à leur manière, ils ont développés des sentiments pour ce garçon. Mais par pudeur, par incompréhension, par hésitation, ils ne savent pas l'exprimer. Jusqu'à un jour terrible, où les vérités éclateront au grand jour.

C'est un roman vraiment agréable à lire. On est assez loin des clichés traditionnels du genre et c'est rafraîchissant. La famille pas si conventionnelle des deux adolescents doit ressembler à plus d'un foyer. Et le modèle fonctionne !! On envierai presque cette complicité qu'ils ont réussi à tisser malgré l'éloignement et des mères pas forcément compréhensives.
D'ailleurs côté parents, les mères sont totalement absentes du récit. Le père est présent, mais comme une figure paternelle qui se contente de veiller de loin : il sait que ses enfants sont responsables et qu'ils se tourneront vers lui en cas de problème. Et ils n'en ont jamais posé de problème. C'est une version un peu idyllique de l'adolescence, qui est un peu par essence l'affrontement des figures d'autorités, mais on est ici en présence de jeunes gens qui, certes, s'amusent mais restent très responsable. On se rappelle des modèles des vieux romans YA mais sans que cela ne heurte notre sensibilité. C'est crédible.

Cette histoire aurait pu avoir pour héros d'autres personnalité que des adolescents, leur âge n'entrant pas tellement en jeu, mais l'auteur en profite pour parler d'un autre sujet qu'est l'éveil à la sexualité et surtout aux sentiments que l'on peut éprouver. Aishlin comme son frère éprouve des sentiments pour Chance, et doit parfois se débattre avec.
Chance incarne donc le double travail de l'auteur : la maltraitance et l'éveil à la sexualité. Il l'incarne avec une certaine indolence et provocation. Il se débrouille seul et affronte les choses sans réels faux-semblant. Il éprouve quelque chose et réussira à forcer l'autre en face à l'admettre.

C'est un beau roman, mais je lui reprocherai sa fin. Elle est très abrupte et bien trop ouverte. On reste avec beaucoup de questions sur les bras et c'est ce qui fait baisser mon appréciation globale du roman. La fin donne une impression d'inachevée qui laisse un goût amer. Alors que le reste était plaisant.


Le Sang et l'Or : Les Filles de l'orage
Le Sang et l'Or : Les Filles de l'orage
par Kim Wilkins
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

3.0 étoiles sur 5 Un peu simpliste quoi qu'avec des points intéressants, 6 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Sang et l'Or : Les Filles de l'orage (Broché)
Voici une histoire de fantasy un peu à part. En effet, les femmes sont ici à l'honneur. Au travers des cinq sœurs l'auteur nous dépeint la femme sous tout ses aspects. Cela en devient presque caricatural, mais à le mérite de placer des femmes en position de force.

La première est la guerrière. Forte, fine lame, elle est destinée à succéder à son père et est prête à tout pour sauvegarder son royaume, quitte à malmener ses sœurs.
La seconde a été promise au roi voisin de manière à poser la paix entre eux. Couverte de présent, elle n'en est pas moins qu'une mère poulinière, destinée à produire un héritier mâle. Mais elle aime le neveu de son mari et cache au monde que sa fille est de lui.
La suivante est pleine de bonté et de calme. Elle arrive à équilibrer les tempéraments de sa famille. Formée à être guérisseuse/conseillère elle possède un don qu'elle dissimule. Elle est puissante, mais a peur de cette puissance qui lui dévoile entre autre des pans de l'avenir.
Les deux dernières sont jumelles. Leur mère est morte en les mettant au monde et elles ont été envoyées chez un oncle pour être élevé. L'une est devenu une peste qui ne pense qu'à tout ce qui est mâle, tandis que l'autre s'est laissée pervertir l'esprit par la religion opposée à celle de son royaume.
Toute son différentes et, portées par des buts différents, vont s'engager dans une étrange quête : trouver leur tante, une puissante sous-magicienne capable de dissiper l'enchantement qui pèse sur leur père.

L'intrigue en elle-même parait assez simpliste. Les méandres viennent des difficultés qui vont se dresser sur leur chemin et de la façon qu'au chacun d'affronter leurs propres épreuves.
On a du mal à s'attacher aux personnages, féminin comme masculin. Elles sont toutes égoïstes et prêtes à tout pour arriver à leur fin. Au final, c'est Bluebell et Ash qui tirent leur épingle du jeu. Bluebell est dure et froide, mais tout ce qu'elle fait est fait dans le but de protéger son royaume et ses sœurs. Elle est prête à beaucoup de choses quitte à froisser leurs sentiments. Ash est plaisante par sa douceur et sa capacité à être douce en permanence. Elle peut converser avec toutes ses sœurs sans provoquer d'incident. J'espère vraiment qu'elle arrivera à conserver cette fraîcheur par la suite.
Les autres sont agaçantes. Rose ne pense qu'à ses désirs et refusent d'en voir ou d'en assumer les conséquences. Elle se comporte en permanence comme une enfant gâtée et ne fait rien pour attirer la sympathie. Ivy est pire encore. Elle provoquera des drames et ne s'en excusera jamais, pas plus qu'elle ne tentera d'essayer d'arranger les choses. Elle ne pense qu'à s'envoyer en l'air et un cadeau qui flatte son orgueil suffit à lui faire tout oublier. Enfin Willow. Willow qui est particulièrement intelligente, mais qui s'est laissé manipuler. Elle deviendra l'ennemi au sein de sa famille, prête à tout contre eux. J'espère voir son évolution par la suite, mais j'ai peur qu'elle ne devienne aigrie.

L'histoire est tissée de désirs et de trahison. Il faudra compter sur la droiture de Bluebell pour faire avancer le récit et Ash pour aplanir les difficultés. Toutes les autres ne seront que des bâtons dans leurs roues.
Un récit par moment original, mais qui reste un peu simpliste dans sur son intrigue que par le caractère de ses personnages.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20