undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Jean-pascal Guillet > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean-pascal Gu...
Classement des meilleurs critiques: 163
Votes utiles : 2168

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean-pascal Guillet "bluegrass and Co" (lot)
(MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Le pique-nique des orphelins
Le pique-nique des orphelins
par Louise Erdrich
Edition : Broché
Prix : EUR 24,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Ce pique-nique m'a laissé sur ma faim!, 12 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le pique-nique des orphelins (Broché)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
"Le pique-nique des orphelins" est en fait la réédition du second ouvrage de Louise Erdrich paru en 1986 sous le titre "La branche cassée", sachant que le titre original est "The beet queen" (la reine betterave) ! Ha les mystères de la traduction!
Louise Erdrich est une des grandes voix de la littérature amérindienne. Ojibwa par sa mère, l'auteur n'a de cesse au travers de son oeuvre de prendre la défense de son peuple et de dénoncer les conditions de vie des amérindiens.
La lecture de plusieurs de ses ouvrages m'avait déjà permis d'apprécier la richesse de l'oeuvre de Louise Erdrich, mais là j'avoue avoir eu quelques difficultés à parvenir au bout de ces 450 pages! Non que cela soit totalement inintéressant mais plus on s'avance plus on a le sentiment de s'enliser, on a du mal à éprouver une quelconque empathie à l'égard des personnages.
Pourtant le début est prometteur! Dakota du Nord, une femme vit avec ses deux enfants plus ou moins entretenue par son amant, qui un jour meurt tragiquement. Elle se retrouve dans le dénuement le plus complet avec ses enfants qu'elle abandonne un jour de foire en sautant dans l'avion d'un cascadeur aérien! Oui je sais ça fait pas terriblement sérieux tout cela! Bref les gosses vont devoir se débrouiller seuls. Le problème c'est que j'ai eu du mal a vraiment m'intéresser au sort de ces gamins.....On tourne les pages en guettant un sursaut, mais non et on finit par s'ennuyer!
Donc un conseil : pour découvrir l'oeuvre de Louise Erdrich, ne pas commencer par ce roman, qui est son second ouvrage. Car la suite est autrement plus brillante! Lire absolument "La malédiction des colombes" (2010) et surtout le splendide et attachant "Dans le silence du vent" (2013). Deux ouvrages qui permettent au lecteur de mesurer le talent de cet auteur emblématique de la littérature américaine.


Lynyrd Skynyrd : Pronounced Leh-Nerd 'Skin-Nerd & Second Hellping Live from Jacksonville at the Florida Theatre
Lynyrd Skynyrd : Pronounced Leh-Nerd 'Skin-Nerd & Second Hellping Live from Jacksonville at the Florida Theatre
DVD ~ Lynyrd Skynyrd
Prix : EUR 20,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le chef de file du southern-rock est toujours là et bien là! Workin' For Lynyrd Skynyrd!, 11 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Les fans de Lynyrd Skynyrd sont sacrément gâtés ! Après le concert/hommage paru récemment "One more for the fans", voici donc qu 'apparaît sous nos yeux ébahis et nos oreilles ravies ce concert donné par le groupe au mois d'avril dernier au Florida Theatre de Jacksonville (leur ville) . Deux show au cours desquels ils ont rejoués leurs deux premiers disques à savoir "Prounced...." et "Second Helping" . A mon sens leurs deux chefs d'oeuvre même si par la suite ils nous délivrerons bien d'autres pépites.
Rien à dire, la bande à Rossington est en forme, même lui , l'unique survivant de l'époque de ces deux opus assure bien mieux qu'il y a quelques temps, bien que son coeur lui donne quelques soucis! Pour preuve une nouvelle crise cardiaque en octobre.....

Le premier show du 2 avril voit donc le groupe interpréter son premier album éponyme et dans l'ordre initial s'il vous plaît! Donc ouverture sur "I ain't the one" puis "Tuesday gone "et "Gimme three steps", qui donne à Rossington l'occasion de brillants chorus . La suite nous permet surtout d'entendre des titres qui ont rarement fait partie des set-list habituelles, comme "Things going'on" ou le semi-acoustique "Mississippi Kid" qui voit Medlocke attraper une mandoline et Gary Rossington lâcher son éternelle LesPaul pour une Gibson demi-caisse immaculée et nous gratifier d'un solo slidé de toute beauté.
Il convient au passage de mentionner le rôle essentiel des deux ineffables choristes Dale Krantz Rossington et Carol Chase, sans lesquelles le son Lynyrd ne serait pas ce qu'il est; Les deux nouveaux musiciens s'en sortent aussi très bien, à commencer par Peter Keys (keyboards) qui arrive (presque) à nous faire oublier ce cher et feu Billy Powell, de même Johnny Colt (bass) qui semble ne pas s'apercevoir qu'une famille de ratons laveur a élu domicile au sommet de son crâne! Sans doute pour reprendre l'habitude qu'avait son illustre prédécesseur Leon Wilkerson de porter d'improbables couvre-chefs. Le premier show se termine , comme le disque par l'hymne "Free Bird".

Le lendemain c'est au tour de "Second Helping " d'être revisité, avec le même brio. Ouverture avec "Sweet Home Alabama" repris avec ferveur par un public conquis d'avance et qui permet au troisième guitariste Mark Martejka de se distinguer, il en aura par la suite encore l'occasion sur "The ballad of Custis Low" et "Swamp music" sur lequel son jeu de guitare se rapproche de celui de Ed King le troisième guitariste du Skynyrd originel. . Cette fois aussi l'occasion nous est donnée d'entendre de rares titres comme le superbe "I need you" , une ballade illuminée par les guitares harmonisées de Rossington et Medlocke. Une section de cuivre (discrète) fait son apparition sur "Don't ask me no questions"

Le tout se termine par le "Call me the breeze" de JJ Cale, qui concluait en 1974 "Second helping", et voilà la boucle est bouclée, mais avec quel talent! Malgré les tempêtes qui ont secoué cette mythique et emblématique formation de southern-rock, force est de constater que Lynyrd Skynyrd tient toujours bien haut le flambeau de notre musique préférée!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 22, 2015 6:10 PM CET


The big sky, Tome 3 : Dans un si beau pays
The big sky, Tome 3 : Dans un si beau pays
par Alfred-Bertrand Guthrie
Edition : Broché
Prix : EUR 22,50

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une fin de trilogie éblouissante!, 5 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The big sky, Tome 3 : Dans un si beau pays (Broché)
"Un si beau pays" (titre original: Fair Land, Fair Land) est le troisième volume de la trilogie de Guthrie intitulée "The Big Sky". On reprend les choses là où on les avait laissée à la fin du tome précédent "La route de l'ouest", et on retrouve Dick Summers qui vient de quitter de façon abrupte le convoi de migrants qu'il a guidé sur la piste de l'Oregon. Car tout cela est trop pour ce solitaire, trop de bruit, trop de saccage de la nature et puis de toutes façons la vie d'agriculteur....très peu pour lui, il en a déjà fait l'expérience, ce n'est décidément pas sa voie! L'ancien trappeur n'a qu'un désir, retrouver avant qu'il ne soit trop tard les plaines du Missouri , car Summers ne se fait plus d'illusion, le monde vierge qu'il a connu est entrain de disparaître sous les coups de boutoir des pionniers et l'avidité des chercheurs d'or!

"En scrutant l'obscurité puis en reportant son regard sur les montagnes, où le soleil s'attardait sur les sommets, Higgins dit: Une fois n'est pas coutume, mais je crois que Dieu était en grande forme le jour où il a créé ce pays" Cette phrase est assez emblématique de l'écriture de Guthrie. Cet ouvrage est avant tout une ode à la nature, la célébration d'une lumineuse époque qui hélas est en train de disparaître en ce milieu du 19eme siècle.
En suivant Dick Summers dans ses pérégrinations, l'auteur va nous convier aux chaleureuses retrouvailles avec des personnages déjà connus du lecteur fidèle, Higgins dont on a fait la connaissance dans "La route de l'ouest" et surtout Teal Eye la jeune princesse Blackfoot, personnage central de "La captive aux yeux clairs".
Guthrie dépeint un Ouest sauvage loin des clichés, le ton est à la fois lyrique et désespéré , l'auteur dénonce par la voix de son héros (Summers) le saccage du pays par les migrants, la tuerie organisée des bisons, puis le véritable génocide envers les tribus indiennes. A cet égard les héros de Guthrie prennent fait et cause pour les indiens, Higgins et Summers ont d'ailleurs des épouses indiennes (Blackfoot et Shoshones). Leur mode de vie est en tout point identique à celui des indiens, et ils accordent plus d'importance à la loyauté, à la fidélité et au respect pour les femmes qu'aux règles qui régissent la société des blancs.

Guthrie nous glisse aussi des seconds personnages attachants et haut en couleurs, tel ce frère Potter, pasteur pittoresque et bon vivant à la tolérance exemplaire!
Que dire d'autre, sinon que nous tenons avec cette trilogie "The Big Sky", une fresque grandiose, des descriptions des grandes plaines bouleversantes, des personnages terriblement attachants, bref un chef d'oeuvre!
Comment ne pas voir dans le remarquable personnage de Dick Summers doté d'une humanité et d'une clairvoyance extraordinaire, un des premiers à faire connaissance avec la perte du rêve américain!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 18, 2016 6:51 PM CET


Aucun titre disponible

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Me voilà, dans de beaux draps!!!!!, 3 décembre 2015
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
Un drap housse très agréable au toucher, d'une belle couleur reposante, (ça tombe bien , je compte m'allonger dessus!), sèche plus rapidement que les draps en coton classique, infroissable en plus....j'exulte ! Doté d'une élastique (c'est magique!) qui fait tout le tour, donc il tient parfaitement sur le lit même par grand vent ! et ici quand le vent d'autan souffle......la preuve le proverbe: "L'autan en emporte l'auvent!" Alors!


Mattel - A1504221 - Coffret Véhicule Color Shifter Ramones
Mattel - A1504221 - Coffret Véhicule Color Shifter Ramones
Proposé par Spielwarendepot24
Prix : EUR 34,98

2.0 étoiles sur 5 Mais où et donc or ni Car!, 3 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mattel - A1504221 - Coffret Véhicule Color Shifter Ramones (Jouet)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
On se demande si ce genre de jouet n'a pas été conçu uniquement pour faire acheter dans la foulée la gamme des véhicules de la série "Cars"! Car ce garage sympathique certes est livré avec une seule voiture et on s'imagine très bien que le gamin qui reçoit ce cadeau va automatiquement demander d'autres voitures! Sachant que le prix du garage sera dépassé dès l'achat du second et troisième véhicule.......on devine le piège!
Bon à part cela, j'émettrai quelques réserves quant' a l'utilisation de ce jouet à l'intérieur, projections d'eau garantie......à réserver par conséquent à l'extérieur et par beau temps s'il vous plaît! sinon gare aux doigts gelés!
Bilan.....un gadget de plus sans vraiment beaucoup d'intérêt. Désolé!


Soundcheck
Soundcheck
Prix : EUR 15,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 A l' West rien de nouveau!, 30 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soundcheck (CD)
Le disque de trop ? On serait enclin à le penser à l'écoute de ce "Souncheck" Ses précédents opus "Unusual Suspects" très bon et "Still Climbing" pas mauvais laissaient présager une suite acceptable, mais là .....on est confronté à des reprises des milliers de fois entendues, "Going down" une fois de plus! et que dire des calamiteuses versions de "You are my sunshine" et de "Stand by me" en duo avec une dénommée Ariela Pizza qui devrait plutôt essayer d'en vendre des pizzas au lieu d'essayer de chanter! On passera sur le remplissage qu'est "Eleanor Rigby" joué à la basse par Rev Jones, vain et creux à la fois.Un intermède acoustique "A stern warning" pas vraiment convaincant non plus. On sauvera de cette débâcle "Here for the party" une reprise de la chanteuse de country-rock Gretchen Wilson, transformé par West en solide hard/blues/rock, et le final "Spoonful" version live avec Jack Bruce qui nous ramène en un temps......
Les inconditionnels de Leslie West y trouveront probablement leur compte, je reste pour ma part assez déçu par ce "Souncheck", bon tant pis je vais ressortir mes vieux Mountain!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 1, 2015 7:09 PM CET


L'oiseau du bon dieu
L'oiseau du bon dieu
par James McBride
Edition : Broché
Prix : EUR 24,80

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ne tirez pas sur l'oiseau........du bon dieu!, 26 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'oiseau du bon dieu (Broché)
Une grande réussite que cet ouvrage de James Mc Bride! Dans la grande tradition du roman picaresque, l'auteur nous conte les aventures de John Brown , un abolitionniste qui écuma les états du sud de 1855 à 1859 avec dans l'idée d'abolir l'esclavage et de libérer tous les noirs! Vaste et ambitieux programme, l'homme a pris un peu d'avance sur l'histoire, la guerre de sécession ne commencera que seulement 2 ans après sa mort!

Cette fresque ébouriffante nous est relatée au travers du regard de Henri Schackleford un jeune esclave de 12 ans qui se voit libéré malgré lui lorsque John Brown déboule avec sa bande dans sa ville tuant au passage le père et le maître du garçon! Brown le prend pour une fille et le surnomme "échalotte" et c'est donc sous ce sobriquet et vêtu en fille que notre jeune héros va participer à l'épopée de son "libérateur". Le gamin ou la gamine si vous préférez ne va pas s'ennuyer car Brown est certes abolitionniste mais il est aussi complètement cinglé.....et fou de Dieu! Pendant 5 ans il va semer la terreur dans le Kansas une bible à la main et un fusil dans l'autre.

Dans ce roman drôle et émouvant à la fois, Mc Bride s'avère un conteur hors-pair . C'est avec délectation que l'on se plonge dans ces 450 pages entre fresque historique et western tragico/burlesque.
Au passage l'auteur nous éclaire sur une page inconnue en Europe de l'histoire américaine, celle de ce John Brown qui fût pendu en 1859 après l'assaut manqué sur un arsenal et une tentative de soulèvement avortée, les esclaves n'étaient visiblement pas encore tout à fait prêts à briser leurs chaînes.

PS: ce roman vient d'être élu "Révélation étrangère de l'année 2015" par le magazine LIRE. Merci qui?........ Merci Mr Gallmeister!!!!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 18, 2015 9:56 AM CET


Battle Scars
Battle Scars
Prix : EUR 20,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Battle Scars" le disque de la résurrection!, 24 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Battle Scars (CD)
Walter Trout revient de loin, c'est le moins que l'on puisse dire! "The Blues came callin'" son précédent opus studio date du début 2014 juste avant sa transplantation du foie, et cet album "Battle Scars" peut-être considéré comme celui de la résurrection! En parcourant le livret qui accompagne le cd on mesure mieux l'épreuve que vient de traverser le musicien. Sa compagne raconte la lutte de son homme contre la maladie et sa lente remontée à la surface, la photo de Trout prise la veille de sa transplantation est effrayante!
Chaque morceau de ce "Battle scars" au titre si judicieux revient sur cet épisode douloureux pendant lequel Walter Trout a bien cru ne jamais reprendre sa guitare.......Là on est vraiment dans le blues, le vrai, celui qui nous conte la vie quotidienne de son auteur, ses souffrances, sa peur, ses doutes et ses espoirs aussi.
Un très grand disque de blues-rock donc, sur lequel Trout est épaulé par un excellent groupe, juste ce qu'il faut: basse, drums et hammond B3. La voix est redevenue sûre, les chorus lumineux et concis, pas un titre faiblard.....les cicatrices de la bataille vont se refermer!
Sur le précédent disque Trout chantait "The Blues came callin' , he told me you'll never be the same!" et sur celui-ci
il termine avec "I'm gonna live again, live again". Carry on Mr Trout! Don't give up!


Fare Thee Well
Fare Thee Well
Prix : EUR 41,62

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 FARE THEE WELL JERRY!, 23 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fare Thee Well (CD)
Le monde des Dead Heads n'est pas avare de célébrations! Après le superbe dvd paru en 2013 "Move me brightly" afin de célébrer les 70 ans qu'aurait eu Jerry Garcia si.......revoici donc les vétérans du groupe qui se rassemblent à nouveau pour cette fois ci célébrer 50 ans de musique du Dead.

Sont présents 4 des membres du groupe originel : Bob Weir, (guitar) Phil Lesh (bass) Bill Kreutzman et Mickey Hart (drums). Bruce Hornsby qui fit partie un temps du groupe est aux claviers (piano) , le Hammond B3 est lui tenu par Jeff Chimenti , membre de Ratdog le groupe de Bob Weir. Quant'au lead guitar , c'est Trey Anastasio, le leader de Phish qui s'y colle. Tâche oh combien délicate! et le bougre s'en sort admirablement bien, car à aucun moment il ne tente de copier Jerry Garcia et pourtant son jeu alerte et délicat fait planer l'ombre du maître en permanence.

Le stade du Soldier Field de Chicago est plein comme un oeuf en ce 5 juillet 2015 et dès les premières notes de "China Cat Sunflower" une immense clameur s'élève, le public ondule et rentre en transe et cela va durer 3h30mn! Il est toujours surprenant de constater la ferveur que continue à provoquer la musique du Grateful Dead après toutes ces années . Les premières images du dvd nous montrent que les fans présents sont de plusieurs générations, disons de 70 à une petite vingtaine d'années......Des grand-parents aux petit-enfants!
Les classiques du groupe sont joués ce soir là, de "China Cat" et "I Know you rider"( enchaînés comme au bon vieux temps), aux titres du dernier disque du groupe "Built to last "et "Touch of grey" en passant "Truckin' " et "Cassidy".
Mention spéciale pour l'épique "Terrapin Station" qui prend toute sa dimension joué en live, une fois débarrassé des arrangements pompeux qui l'encombraient dans la version studio. Et une autre de mention pour le superbe et émouvant "Days Between" , le dernier morceau composé par Jerry Garcia avant sa disparition.
Que dire , sinon que l'esprit du Dead est bien là, avec ses imperfections !....vocaux parfois approximatifs, moments de flottements au cours desquels on se demande comment ils font faire pour retomber sur leurs pieds....mais bon ça passe! Le Dead quoi! on l'aime tel qu'il est!

Le show se termine par un poignant "Attics of my life" ,pendant le morceau les écrans projettent les photos de membres du Dead et à chaque apparition s'élève du stade, une immense clameur, AMERICAN BEAUTY......!!!!!
Cette édition de "Fare Thee Well" se présente sous la forme de 3cd et 2 dvd. D'autres éditions plus complètes sans doute mais plus coûteuses sûrement existent.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 1, 2015 7:22 PM CET


Slowhand at 70 - Live at the Royal
Slowhand at 70 - Live at the Royal
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 17,44

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Happy Birthday Mr Clapton! Oh my.....GOD!!!!!!, 23 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Slowhand at 70 - Live at the Royal (DVD)
Petite précision en préambule: ce commentaire concerne la version 2cd et 1 dvd uniquement, car bien-sûr d'autres versions sont commercialisées, 4cd+ dvd, vinyls....j'en passe et des meilleures.

Ceci étant dit, ces concerts au Royall Albert Hall qui marquent les 70 ans du maître sont normalement les derniers, puisque Clapton a décidé de prendre sa retraite, tout au moins en ce qui concerne la scène, à moins qu'il ne change d'avis.....De toutes façons il y a fort à parier que nous le reverrons lors de son prochain "Crossroads" qui devrait avoir lieu en 2016. (Tous les 4 ans normalement);
Un mot sur le groupe de fidèles qui l'accompagne, le même que celui aperçu sur le récent dvd "Planes, trains and Eric" qui relate la tournée au moyen et extrême orient , à savoir la section rythmique Nathan East et Steve Gadd, Paul Carrack et Chris Stainton aux claviers et les inévitables et plantureuses choristes......La crème donc! Aucun autre batteur que Steve Gadd ne peut être plus pertinent pour accompagner Clapton, sa frappe à la fois précise et sobre sert admirablement la musique de God!
Le set se compose évidemment des classiques maintes fois entendus et on pourra toujours se dire que par moment notre bon vieux Clapton est un peu en pilotage automatique.....oui certes mais le vétéran a encore de beaux restes....on reste saisi (toujours et encore) par ses chorus lumineux et incomparables, ici sur " Key to the highway" "Let it rain" .....Au milieu du set nous avons droit à l'intermède acoustique très blues : "Driftin' blues" et "Nobody knows..." "Layla" et un "Tears in heaven" que je trouve loupé, Clapton interprétant ce titre en lui collant un rythme chaloupé qui enlève toute son émotion à cette superbe ballade . Autre loupé "You are so beautiful" chanté par Paul Carrack, un morceau de Billy Preston convenu et sans intérêt affublé qui plus est de paroles d'une affligeante niaiserie! Le bassiste Nathan East s'en sort lui beaucoup mieux avec son interprétation sensible de "Can't find my way home".
Pour le reste, ça tourne rond, le show est millimétré au détriment parfois de l'émotion, mais il serait vain d'attendre en 2015 de la part de Clapton ce qui nous a fait vibrer et émouvoir au cours de ces dernières décennies. Pour ma part quand je veux retrouver ces émotions je me ressors le live de Derek and Dominos (1973) ou les plus récents Cream "Royall Albert Hall" et le "Live at Madison Square Garden" avec Stevie Winwood.
Le show commence par "Somebody's knockin' on my door" de JJ Cale (hommage!) et se clôt par "High Time we went" de Joe Cocker (re-hommage) avec la présence de Andy Fairweather Low , le fidèle guitariste qui accompagna Clapton de longues années. Sur le dvd, un bonus "Little Queen of Spades" de Robert Johnson, du blues toujours du blues.......


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20