undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de alienorhuman > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par alienorhuman
Classement des meilleurs critiques: 6.898
Votes utiles : 197

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
alienorhuman "eleodel" (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
La fille du brigand
La fille du brigand
Prix : EUR 1,16

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 ATTENTION!, 13 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La fille du brigand (Format Kindle)
CE N'EST PAS LE MÊME LIVRE!!! AMAZON, vous avez fait une erreur - on tombe sur ce livre quand on recherche Astrid Lindgren!


Soumission
Soumission
Prix : EUR 14,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Habile, 23 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soumission (Format Kindle)
Pêle-mêle;

Ce qui frappe, c'est le calme de ce roman, peut-être à l'image de son protagoniste qui n'est pas torturé par ses passions, c'est le moins qu'on puisse dire... Des changements qui feraient grimper des Français ('normaux'? 'moyens'?) aux rideaux sont énumérés placidement, un peu comme les bulletins météos que Houellebecq distille régulièrement. C'est habile - en creux on a évidemment envie de réagir.

Un personnage principal qui me rappelle ceux des frères Coen, ou Meursault dans l'Étranger; pas d'ami, pas d'amour, pas de famille, pas de passion, pas d'intérêt, pas de sentiment, pas d'histoire personnelle, pas d'engagement fût-il politique, religieux etc... Je me demande si Houellebecq fait un clin d'œil à Camus en 'tuant' les parents du protagoniste à quelques mois d'intervalle et surtout sa mère sans que cela suscite une quelconque réaction...

Finalement, avec un régime musulman en place, 'rien' n'a l'air de changer.
Enfin - parce que le personnage principal est un homme.
Si on est une femme (ou même, incroyable idée, quelqu'un qui aime les femmes!) les choses changent RADICALEMENT. Plus d'éducation, plus de travail, plus d'autonomie, plus de choix que ce soit dans l'habillement ou le mariage, des épouses de 15 ans, ou bien de 40 'pour faire la cuisine', des hommes extrêmement intelligents qui préfèrent vivre avec des esclaves - en quelques semaines tout cela est ancré dans les mœurs, accepté avec bonhomie?!... Sans que personne ne dise rien?
Que le protagoniste dont la profondeur émotionnelle tiendrait dans une petite cuillère ne réagisse pas, ce n'est pas très étonnant. Mais le pays tout entier se couche... parce que le nouveau régime offre des allocations familiales?
Ou bien parce que dans le fond, cela caresse des désirs masculins bien enfouis dans le sens du poil?
Quel procès Houellebecq fait-il, je me le demande...

La séance de séduction de Rédiger auprès du protagoniste m'a fait rire - il tente de convertir François (François, bien sûr!...) en maniant habilement toute une panoplie d'idées et idéaux occidentaux. Le fond et la forme de son discours sont absolument européens - ah, quel plaisir de discuter intelligemment dans une maison historique qui donne sur les arènes de Lutèce (passé romain, lutécien, médiéval, empire et barbarie, clins d'œil...), où Pauline Réage a écrit Histoire d'O (et hop, soumission), où l'on peut finir un 'excellent Meursault' tout en se gavant de baklavas confectionnés par la première épouse...

Mais dans le fond, Rediger aurait été tout aussi efficace avec plus de vulgarité: 'mon petit François, si tu te convertis tu auras plus de 10000€/mois, du prestige, du pouvoir et bien sûr, vu ton niveau de vie, ça fait combien? Hum, 3 femmes que tu pourras sauter autant que tu veux, qui te prendront pour 'un mâle dominant' (toi qui n'es qu'une petite crevure dont la seule compétence est la connaissance encyclopédique d'un auteur mort il y a 100 ans) - sans parler de toutes les autres femmes que tu pourras te taper avec la bénédiction du régime. Ça te changera de tes dîners micro-ondes, de ton statut flou et des tes masturbations sans joie, hein?'

Et d'ailleurs, à la fin du roman, c'est exactement cela qui remporte l'adhésion de François.

Une étrange sensation de dédoublement pour moi - j'ai été élevée dans le quartier latin, ai été étudiante dans ces facs, ai bu des verres dans les mêmes cafés. Mon premier amant m'a même séduite en me lisant A Rebours à haute voix (!). Et tout ce petit monde, bastion espéré de notre culture et de notre histoire se couche en un clin d'œil, aussi solide qu'un plat de spaghetti.

Peut-être est-ce réaliste?


The Comprehensive ENFP Survival Guide (English Edition)
The Comprehensive ENFP Survival Guide (English Edition)
Prix : EUR 4,48

5.0 étoiles sur 5 A loving thorough book, 7 octobre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Comprehensive ENFP Survival Guide (English Edition) (Format Kindle)
From one ENFP to another... Thank you for your clarity and warmth Heidi - I felt right at home immediately. If only all such books were written with this insight and genuine affection...! Yes, as always with ENFPs, it's both the heart and the head talking...!!


Shibumi (English Edition)
Shibumi (English Edition)
Prix : EUR 6,44

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Thought-provoking, 1 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shibumi (English Edition) (Format Kindle)
(I find it intereresting that the books I label 'smaaahaaart' are mostly thrillers...)

This one certainly is intelligent (ha ha), although it flirts perilously closely with pompousness at times, as if the action were really only an excuse to expose Trevanian's theories on countries/cultures and their legacies. This 'essentialism' is becoming a thing of the past in literature, defining an individual through his 'race', nationality or cultural heritage - it's a little quaint, a little too close to 'discrimination'. There was great racial disdain of Arabs, for instance which would be considered quite un-politically correct nowadays (ah but of course I forgot we are at war with 'them', so maybe not...). (And yes, I know it's a spoof). To be fair, there is also immense rage (?) against Americans and their culture, which I found quite thought-provoking and I must say, hit the nail on the head. (Trevanian being American and all...)

Although the book was written in the late 70s, Trevanian was sharp enough that today's reader will not feel bored. There is much about 'Big Boy', the 'super computer' - the stakes are very much the same in today's world.

It seems that Trevanian's truest interest is Culture, more than 'action'. Most of the 'action' takes place before the novel's time, in the early years of Nicholai Hel, which could be accurately placed under the mantle of 'history', rather than a spy's cloak and dagger stories. Sure, there are breathless moments, but their intensity comes from walking the edge of a blade where violence may or may not occur.

In a realm where Culture is the highest ideal, the hero can only be Hel, an aristocratic 'mongrel' who becomes the last repository of true Japanese culture, whose values and self-awareness and rare flashes of heart are at complete odds with the 'vulgarity, maudliness and merchandization' of America (not quoting, but it's the general idea).
This was the heart of the book.
And I must say, it really works for me. After I finished Shibumi all I wanted to do was read more about Japan. Being between cultures myself, this book reached places in my mind rarely touched by any other work.


L'Écume des jours
L'Écume des jours
DVD ~ Romain Duris
Prix : EUR 9,95

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Aurait pu..., 24 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Écume des jours (DVD)
Vian est inventif, loufoque, poétique et fan de 'bidules'. Gondry aussi. Hélas et cependant, pas pareillement.
Gondry introduit une esthétique années 70s, avec des couleurs ternes, du Formica et du plastique, là où Vian tisse ses livres de pure magie. Peut-être ne suis-je pas juste, ayant toujours adoré le trublion Boris et l'avoir pensé (à raison?) inadaptable, mais Gondry semble s'en inspirer pour faire.... du moche.
Les acteurs sont choupis et bénéficient d'un grand 'capital' d'affection publique... mais leur diction est souvent épouvantable, scolaire, ânnonante, ce qui est d'autant plus audible qu'ils repassent parfois en langage 'XXI siècle'.
Et qu'est-ce que c'est que ce nullissime clin d'œil politique 'Nicolas, avec nous' (ter)?????? J'ai failli balancer le film à ce moment-là !!


Prometheus
Prometheus
DVD ~ Noomi Rapace
Prix : EUR 8,42

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Mais, euh.... c'était nul!!, 7 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prometheus (DVD)
Je dois avouer être très surprise, et consternée - qu'est-ce que je viens de voir??? Un film de SF cousu de fil blanc, bourré d'invraisemblances, à l'ambiance glauque téléphonée, dont on voit les rebondissements arriver une demi-heure à l'avance, dont les personnages sont tout sauf attachants - des scientifiques qui ont autant de bon sens qu'un ado sous crack 'tiens, si j'enlevais mon casque! Tiens, si je fonçais droit dans le tas sans JAMAIS réfléchir?!', une 'chef' glaciale sans aucune raison, un vieillard qui se cache inutilement dans SON vaisseau... Michael Fassbender est cependant formidable (la seule touche originale du film) et Idris Elba introduit un peu de chaleur. A part eux, zéro pointé. Quelle déception!!


Bangkok Eight
Bangkok Eight
Prix : EUR 6,50

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Insightful, incisive, hard-hitting, 2 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bangkok Eight (Format Kindle)
I read Bangkok 8 the first time I came to Thailand. I was intrigued because it was everywhere - left behind in guesthouses, on display at every bookstore, in a lot of 'Farangs' hands - not Thais though. (I once heard John Burdett on the radio saying he was a little relieved his books had not been translated into Thai, as he wasn't sure he'd be allowed to stay in the kingdom afterwards...)
I loved it at the time. It was a page-turner and what I felt was an good glimpse into the fascinating country I was visiting superficially. It certainly turned a lot of things on their heads, which hooked me even more.

I re-read it last week, wondering how I would feel now that I've lived in Thailand for over 2 years.
Well, Sonchai Jitpleecheep's world is still somewhat foreign to me; I live in peaceful Chiang Mai and he's at the heart of crime, pollution and every sex trade in The Big Mango.
So yes, the author caters to expected tropes - prostitution, ladyboys, sex change operations, corruption, reincarnation - maybe in a very 'Farang' way. With a colonialist mindset? Some certainly argue this point and I will not get into the debate although for the recordThais are certainly craftier and smarter than white people in this book.

Which brings me to what I noticed this time around and fondly put in the 'unrealistic'category. Everyone in this book is way too smart. Uneducated prostitutes, illiterate jungle refugees, Bangkok cops - all have deep, self-aware, fascinating insights into their own nature and the way the world works. Heartless surgeons can talk about the soul, utterly corrupted officials have soft spots for Buddhist 'arhat' (saints), and bargirls can read anyone john they meet. It allows Burdett to dip into fascinating subjects - let's face it, when is the last time you read anything relevant and smart about transsexualism? - and play beyond the mundane. It makes Buddhist insights seem like they belong. It makes Sonchai's culture and polyglottism almost believable. It makes white people politely appear boorish and foolish and way over their heads (which, you know, they kind of are).

And I admit it, I'm a sucker for smart characters. Bangkok 8 certainly provides. Is it too good to be true? Certainly. The characters' mix of cynicism and depth makes this a delicious, surprising read every time. Western expectations are blasted throughout the book, in the image of the 'FBI's. This is one of the best case scenarios for me when reading or traveling. Is it fake? Maybe. I must confess I am very curious of Mr Burdett's sources and inspiration. But this is not a documentary. Enjoy it for the change of perspective and the many fabulous zingers...


Children Books: Sun's day, Moon's day - The days of the week in English and Spanish: Picture Book for Early & Beginner Readers fiction (Balu Baldauf Series 7) (English Edition)
Children Books: Sun's day, Moon's day - The days of the week in English and Spanish: Picture Book for Early & Beginner Readers fiction (Balu Baldauf Series 7) (English Edition)
Prix : EUR 0,99

4.0 étoiles sur 5 Smart, 14 février 2015
A nifty little book to explain how the days of the week got their names. I admit I was expecting a mythological explanation, when the book turned out to be more astronomical and mathematical, but it was an intriguing concept. The bilingualism was very appreciated as well!

(I was gifted the book in exchange for an honest review;0)


The Forbidden Library
The Forbidden Library
Prix : EUR 5,20

4.0 étoiles sur 5 Good!, 14 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Forbidden Library (Format Kindle)
i liked it! A gutsy, smart and self-contained little girl, a progressive, imaginative world-building that doesn't seem to have any holes, believable villains and untrustworthy allies in a pseudo-Victorian setting in New England... But more than anything, the way Alice deals with obstacles is mighty inspiring. She is a wonderful role model and I am as curious about her future development as I am in what this world is hiding. This is an unassuming but very magical piece of writing!


La 7e femme : Prix du quai des orfèvres 2007 (Romanesque)
La 7e femme : Prix du quai des orfèvres 2007 (Romanesque)
Prix : EUR 6,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Les lauréats du Prix du Quai des Orfèvres ont une tendance coupable envers les points d'exclamation..., 13 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La 7e femme : Prix du quai des orfèvres 2007 (Romanesque) (Format Kindle)
Stéréotypé, plein de coquilles et d'un français maladroit (ce n'est pas la peine d'empiler les adjectifs), et puis qu'est-ce que c'est que cette manie de mettre des points d'exclamation partout? Des flics qui sanglotent, une histoire d'amour qui tombe comme un cheveu sur la soupe en 10 secondes, juste pour permettre au tueur en série de mettre un point sur le i de sa semaine meurtrière... une histoire d'amour où la femme est 'douce' (exprimé 48735 fois), mais mystérieuse et impavide (elle ressent quoi, elle??), un flic qui a un ulcère et une ex-femme depressive, un Paris ultra-bourgeois où on évolue entre le Marais, le Faubourg Saint-Germain et l'Ile de la Cité (oui, bon, cela je le concède). Et le plus énervant, c'est le personnage principal qui explose au visage d'un troufion qui a malencontreusement employé l'expression 'cette femme s'est fait violer' (féminisme, tagada tsouin tsouin) pour 10 lignes plus loin nous parler et reparler du 'sexe faible'. Les distinctions genrées sont partout, extrêmement appuyées dès qu'un personnage féminin apparait. Parfois ce sont des 'maîtresses-femmes' (et on insiste et on insiste) mais finalement elles sont toujours 'douces' et 'compréhensives'. Et elles sourient comme 'seule une femme sait le faire'. Hé ho! Apparemment il n'y a pas que le meurtrier qui fait une fixette sur sa mère...!!
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 30, 2014 8:20 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8