undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de paikanne > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par paikanne
Classement des meilleurs critiques: 113.526
Votes utiles : 30

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
paikanne

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Les Larmes de Pancrace
Les Larmes de Pancrace
Prix : EUR 10,99

4.0 étoiles sur 5 Un fameux bouquet, 27 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Larmes de Pancrace (Format Kindle)
Une plongée dans la canicule qui imprègne les pages à tel point que l'on a l'impression de voir l'air chaud faire trembler les "images" ; chaleur accablante émaillées d'orages crevant le ciel : un cadre adéquat pour raconter cette histoire qui transcende les âges...

Mallock est en vacances à Andernos-les-Bains mais les criminels, eux, œuvrent sans relâche. C'est ainsi que Gilles Guédrout, désormais commissaire divisionnaire à Bordeaux, fait appel au célèbre héros du Fort, afin de l'aider à (tenter d') y voir clair dans un meurtre qui concerne "du beau monde", propriétaires de vignobles renommés. Or Gilles connaît très bien la victime ainsi que son épouse, que tout accable ; désireux de ne pas se laisser influencer par les liens qui l'unissent au couple, il demande l'aide de son ancien supérieur.

J'ai retrouvé avec grand plaisir Mallock, heureuse de refaire un bout de chemin en sa compagnie, qu'il s'agisse du personnage ou de l'auteur d'ailleurs, dont la plume est toujours aussi savoureuse, croquant des tableaux qui prennent vi(gn)e par le biais des mots.
Mallock va tâcher d'ôter les voiles qui recouvrent cet homicide, couche après couche, triturant les faits et les apparences afin d'en tirer la "substantifique moelle". Presser chaque grain de raisin, en quelque sorte. Rassembler les innombrables pièces d'un immense puzzle.
Guédrout et Mallock marchent sur des œufs car la mère de la meurtrière présumée n'est autre que Sophie Corneille, candidate à la prochaine élection présidentielle, une femme de caractère (!), habituée à s'imposer à tous, sans s'en laisser conter.
Le récit est émaillé de chapitres qui plongent dans un passé médiéval lié à Pancrace, premier détenteur des vignobles ; des pages qui éclairent l'ensemble, petit à petit.

J'ai autant aimé ces Larmes de Pancrace que Le cimetière des hirondelles ; j'ai apprécié découvrir les multiples ramifications de la pensée "mallockienne" ainsi que le monde vinicole et les nombreuses incursions dans le passé.


Le Massacre des innocents
Le Massacre des innocents
par MALLOCK
Edition : Poche
Prix : EUR 7,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Chronique d'une barbarie annoncée, 27 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Massacre des innocents (Poche)
Le massacre des innocents, c'est en quelle sorte la chronique d'une barbarie annoncée, savamment dosée, minutieusement programmée, "artistiquement" mise en scène.
Le grand chef du Fort est en vacances à Andernos-les-Bains et laisse s'étendre la fêlure qui fait désormais partie de son quotidien depuis la mort de son fils, quand il doit rentrer au "36" suite aux épisodes de crise de démence qui se répètent sur le territoire. Eros et Thanatos semblent prendre plaisir à se lancer dans une sarabande macabre.
Bien vite, Mallock et son équipe sont lancés dans une course contre le temps, ce grand horloger devenu désormais l'artisan de la mort.
Difficile d'interrompre la lecture une fois le livre commencé car les enquêteurs pataugent (!) et l'on se demande comment ils vont pouvoir stopper cette hémorragie. Mallock devra recourir, une fois de plus, à ses talents cachés afin de capturer les bribes d'intuition qui surgissent çà et là et espérer entrevoir le bout du tunnel car l'instigateur de ces massacres est diablement intelligent.
La fin du récit m'a émue ; la dernière phrase m'a laissée K.O.


Les visages de Dieu
Les visages de Dieu
par MALLOCK
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

4.0 étoiles sur 5 Ames sensibles s'abstenir..., 27 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les visages de Dieu (Poche)
J'ai volontiers retrouvé le commissaire et sa fine équipe, embarqués dans une enquête aux ressorts très sanguinolents. Mieux vaut d'ailleurs avoir le cœur bien accroché (!) lorsque l'on découvre, par le regard des protagonistes, les victimes, de tous âges... Les policiers, qui en ont pourtant vu d'autres, ont parfois "l'impérieuse" obligation de déconnecter l'espace de quelques heures avant de poursuivre leurs investigations relatives à celui que l'on appelle le Maquilleur.

Le meurtrier met minutieusement en scène des crimes particulièrement horribles, "travaillant" ses victimes à l'instar d'un "artiste - artisan - du macabre" et Mallock "patauge" (dans tous les sens du terme) ; il devra faire appel plus souvent qu'à son tour à ses étranges facultés afin de (tâcher de) mettre fin à l'élaboration de ces infernaux tableaux...


Les 3 Sages, Intégrale 1 avec bonus (Élie et l'Apocalypse, tome 1 "Les trois Sages")
Les 3 Sages, Intégrale 1 avec bonus (Élie et l'Apocalypse, tome 1 "Les trois Sages")
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une très belle découverte..., 28 décembre 2015
C’est typiquement le genre de roman dans lequel le lecteur a été heureux de côtoyer les personnages, attendant avec impatience le rendez-vous suivant, comme l’on est heureux de retrouver des amis avec qui l'on fera un bout de chemin...


Celles de la rivière
Celles de la rivière
par Valerie Geary
Edition : Broché
Prix : EUR 18,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un coup de coeur..., 16 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Celles de la rivière (Broché)
Indépendamment de l'enquête à proprement parler, menée par Sam et Ollie, j'ai adoré la manière dont est dépeinte la relation entre les deux sœurs : chacune veille sur l'autre, tâchant de faire face, courageusement, à l'adversité ; j'ai beaucoup aimé aussi le couple Zeb/Franny, "grands-parents gâteau" de substitution, ainsi que (le respect de) la Nature, personnage à part entière qui offre au récit de très belles pages.
Je recommande très chaleureusement ce roman d'une grande sensibilité...


Les trois Sages : Intégrale avec bonus (Élie et l'Apocalypse t. 1)
Les trois Sages : Intégrale avec bonus (Élie et l'Apocalypse t. 1)

5.0 étoiles sur 5 Excellent..., 16 décembre 2015
c’est typiquement le genre de roman dans lequel le lecteur a été heureux de côtoyer les personnages, attendant avec impatience le rendez-vous suivant, comme l’on est heureux de retrouver des amis avec qui l'on fera un bout de chemin...


Ne le dis à personne
Ne le dis à personne
par Josette Chicheportiche
Edition : Poche
Prix : EUR 9,95

5.0 étoiles sur 5 A découvrir..., 5 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne le dis à personne (Poche)
Un bel objet au service d'un propos à la fois touchant et pertinent évoqué à travers Théo, 12 ans, confronté simultanément au divorce de ses parents et à la révélation de l'homosexualité de son papa.

Chacun souffre au sein de ce qui n'est désormais plus la cellule familiale : les parents, bien sûr, et particulièrement la maman qui se sent abandonnée ; Théo qui comprend très vite que plus rien ne sera "comme avant" ; seule Lola, sa petite sœur de six ans, semble prendre les choses avec une certaine "philosophie", tout en accaparant l'attention de tous, au détriment de celui qui doit jouer le rôle d'aîné. Gilles va devoir (essayer de) retrouver sa place de père auprès de ses enfants et faire face au regard des autres... et des siens.

L'auteure arrive à mettre des mots qui me paraissent sonner juste face à une situation qui ébranle tout le monde.


Ames de verre
Ames de verre
par Anthelme Hauchecorne
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Quelle écriture !, 8 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ames de verre (Broché)
Difficile de chroniquer ce roman tant il est dense, riche et déploie les ramifications de l’imaginaire dans des directions variées.

Impossible de tenter de résumer efficacement l'histoire ; je dépose quand même quelques traces de cette trame narrative : les Éveillés sont pourvus d'un don qui leur permet de voir évoluer dans notre monde les Streums, une engeance que le commun des mortels ne peut en aucun cas déceler, venue d'un monde parallèle, et avide d'humains.

Devenir Éveillé est loin d'être une sinécure puisque cela signifie, la plupart du temps, combattre les Streums, souvent au sein d'un groupe appelé la Vigie. Le récit propose d'ailleurs, de temps à autre, des pages rédigées par les premiers piliers de la Vigie à l'usage des nouvelles recrues : le Codex Metropolis.

Parmi ces recrues, le lecteur suit l'itinéraire pour le moins chaotique de Camille, une jeune fille grandie trop vite, qui a perdu toute illusion - si tant est qu'elle en ait jamais eu -, animée par la volonté de faire partie des Chasseurs au sein de la Vigie.

Camille sera amenée à rencontrer Vincent, un professeur qui a perdu son ex-femme et sa fille dans des circonstances étranges sur lesquelles le voile est levé petit à petit au fil (tranchant) des mots. Camille et Vincent se croiseront à plusieurs reprises dans la recherche du "Marchand de Sable", un meurtrier particulièrement insaisissable...

L'action se déroule dans une ville de Lille éminemment glauque, sinistre, aux lugubres relents d'eau croupie et de chairs putréfiées, assaisonnée de légendes (?) urbaines sur "fond musical", à la sauce celtique. Bref, un monde dur, aux antipodes des contes de fées...

L'écriture d'Anthelme Hauchecorne réussit le tour de force d'évoquer de manière extrêmement poétique, humoristique ou cynique, des événements souvent peu "alléchants" (c'est le moins que l'on puisse dire), égratignant au passage la société tout entière ; à cet égard, je n'ai pu m'empêcher de songer à Baudelaire qui souhaitait "extraire la beauté du mal".

"Camille traverse Euralille, le cœur inerte du quartier d'affaires, mégalithe moderne érigé entre les deux gares ferroviaires de la ville. Un ensemble de buildings dont la silhouette évoque quelque gigantesque navire échoué. Un Goliath pétrifié de béton et de verre, voguant sur une mer figée d'asphalte et de lumière, vaisseau conçu pour fendre les flots sinueux du temps, colosse impassible faisant cap vers l'inconnu." [p. 42]

"Elle pleure dans son sommeil, comme à chaque fois qu'elle s'abandonne à rêver. Le beaume de la nuit ravive la démangeaison de sa solitude." [p. 206]

"Des rangées de cafetières égrènent goutte à goutte un brûlot surcaféiné à même de ranimer une momie neurasthénique." [p. 328]

"Ville dans la ville, caillot multiethnique dans les artères urbaines, symbole de la mixité sociale à la française, qui trop souvent s'apparente à une ségrégation immobilière." [p. 409]


Et si c'était la fin ?
Et si c'était la fin ?
Prix : EUR 2,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 De quoi picorer..., 2 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Et si c'était la fin ? (Format Kindle)
Une belle découverte de textes curieux, humoristiques, loufoques ou carrément grinçants ; de quoi satisfaire toutes sortes d'appétits avant la fin de ce monde (pas forcément) idéal.


Ta mort sera la mienne
Ta mort sera la mienne
par Fabrice COLIN
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Accrochez-vous !, 25 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ta mort sera la mienne (Broché)
Envie d’une "petite lecture légère" ? Passez votre chemin, ce livre n’est pas le vôtre car ici, c’est (du) lourd, une atmosphère pesante qui poisse les pages. Un aller simple vers l'Enfer.

Un récit qui force le lecteur à s'accrocher, tant en raison de sa structure que de son contenu ; un récit qui (dé)noue.

Trois voix se partagent l'ensemble : celle de Karen, relatée à la troisième personne, conseillère d'éducation, un des piliers de ce séminaire théoriquement consacré à la littérature ; celle de Troy, Le Messager, l'exécuteur, l'Ange de la Mort, racontée par un "tu" comme si ce personnage ne cessait de s'observer ; celle de Donald enfin, un policier épuisé, revenu de tout, y compris - surtout - de lui-même, un (ex-)Grand Chef, évoquée à la première personne.

La scène initiale décrit le début du carnage :

"La visière de son casque est baissée et il n'y a plus en lui la moindre place pour le doute. Son casque : noir. Sa combinaison : noire. Son cœur ?

Il s'avance dans la travée, introduit une série de balles dans le magasin de son fusil puis, de nouveau, fait feu. Les corps tressautent et s'effondrent comme à un stand de fête foraine. Même joueur joue encore." [p. 9]

Un profond malaise, récurrent, s'immisce alors insidieusement au fil des phrases, principalement lorsque Troy évoque son enfance au (Mal nommé) "Refuge", une île sur laquelle vivent reclus les membres d'une secte s'adonnant en toute impunité à leurs penchants pervers. Il tente de survivre au milieu de ces scènes "à la Jérôme Bosch".

"Pareilles à celles d'un mausolée, les portes du Refuge se referment sur un profond silence." [p. 217]

Par touches infimes, il faut reconstituer la toile de Souffrance qui met en évidence les destins indissolublement entremêlés des "héros" : le chemin de croix de Troy ; la recherche perpétuelle de Karen ; le remords incarné en Donald. Un puzzle pas toujours évident à assembler.

Une fin paroxystique inscrite en filigrane dans laquelle l'émotion est pourtant présente, à la fois à travers les mots/maux relatifs à Troy, après l'innommable, que dans ceux évoqués par Donald ; une fin dont le cadre, grandiose, m'a rappelé les images de Thelma et Louise.

"Ainsi y a-t-il quelque chose d'un hommage dans le rougeoiement que tu présentes au vent, et la promesse d'une dévastation dont tu ne goûteras la puissance qu'après coup : le feu dernier, épargnant le cœur de l'âme et détruisant tout le reste." [p. 256]

"Je chasse l'air chaud de mon chapeau, et mon ombre peine à m'imiter." [p. 274]


Page : 1 | 2