undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de borzage > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par borzage
Classement des meilleurs critiques: 11.531
Votes utiles : 145

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
borzage

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
The Man I Love
The Man I Love
DVD ~ Andrea King
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 8,79

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 I Love this Woman !, 17 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Man I Love (DVD)
The Man I Love est un des films les moins connus de Raoul Walsh et il est possible que l'absence d'une star masculine y soit pour quelque chose. Cependant, l'interprétation y est parfaite et notamment celle d'Alan Alda, l'homme du titre ...

Il y a aussi le genre totalement hybride du film : saga familiale, film de cabarets, film de gangsters, film d'amour, bien sur, le film est tout cela à la fois. Mais il tient formidablement la route sur les deux épaules d'Ida Lupino dont je ne sais pas ce qu'il faut le plus admirer de l'actrice ou de son personnage. Car voilà bien un personnage "lupinesque" , une des ces figures de femme indomptable, d'une droiture et d'un courage qu'aucune des bassesses de la vie ne saura abattre, un personnage qu'elle aurait pu elle-même mettre en scène. Mais c'est le grand Raoul qui s'y est collé et du coup le film est parfaitement classique, la mise en scène en est étincelante. Et Raoul comme Alan comme le spectateur n'ont d'yeux que pour cette femme, d'oreilles que pour cette voix rauque et envoûtante.

Un des films les moins réputés de Walsh, et pourtant l'un des plus parfaits.


La discothèque idéale de Diapason, vol. 6 / Brahms : Musique de chambre.
La discothèque idéale de Diapason, vol. 6 / Brahms : Musique de chambre.
Prix : EUR 27,68

5.0 étoiles sur 5 Une somme incomprable, 17 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La discothèque idéale de Diapason, vol. 6 / Brahms : Musique de chambre. (CD)
Les coffrets concoctés par la revue Diapason se succèdent à un rythme tranquille. Et à part le second, consacré à Chopin, qui de mon point de vue a été très mal conçu, pour les autres les sans-faute s'acccumulent.

Ce Brahms-là présente une vraie intégrale de la musique de chambre, il n'y manque absolument rien. On a même droit à quelques versions "bonus". Les choix interprétatifs sont à peu près tous indiscutables et les repiquages des gravures les plus anciennes d'une qualité constante ; même dans les années 30 on savait enregistrer ! Comme les merveilles succèdent aux merveilles, il est sans doute injuste de ma part de détacher quelques enregistrements mais je le fais quand même. Ainsi, par ordre d'apparition dans le coffret, la troisième sonate pour violon et piano par Gioconda De Vito ( sublime ! ) et Edwin Fischer, captée en 1 954, la première sonte pour cello' en 1936 par Piatigorsky et Rubinstein, les deux sonates pour clarinette, belles à pleurer, en 1949, par Reginald Kell et Horszowski, le second quatuor à cordes par les Hollywood en 52 et le troisième par les Budapest en 33, le premier sextuor par l'Académy of St Martin en ... 1992 ( comme quoi, quand ils veulent ils peuvent, nos amis de Diapason ! ). Et bien sur, les Busch et Serkin sont copieusement représentés dans des captations aujourd'hui bien connues des mélomanes. Au prix où il est proposé ce coffret est juste un cadeau. Un formidable cadeau !


Bobino
Bobino
Prix : EUR 27,81

5.0 étoiles sur 5 25 madeleines ..., 17 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bobino (CD)
J'y étais ! Et oui, cela ne nous rajeunit guère ni Frederik, alias Reinhard, ni moi !

Mais quel bonheur ces retrouvailles ... Je craignais que les textes de présentation entre chaque chanson pâtissent en se retrouvant de la scène, devant un public "acquis à la cause", à l'écoute domestique, au contraire ils permettent de se replonger dans les sensations du Live et de vivre le concert avec le chanteur. Je craignais aussi que cette voix cristalline, délicate et fragile, ne montre quelques faiblesses qui passent bien en direct mais moins sur un CD ... rien de tout cela, la voix est fraîche et agile et le Fredo dans une forme olympique.

Alors même si vous possédez déjà ces chansons dans leurs enregistrements studio, ne faites surtout pas l'impasse : ceci est le meilleur disque en français de Frederik Mey, autrement dit un des meilleurs disques jamais enregistrés dans le domaine de la chanson française ...


Haydn: The Piano Sonatas (Coffret 9 CD)
Haydn: The Piano Sonatas (Coffret 9 CD)
Prix : EUR 46,99

5.0 étoiles sur 5 Haydn idéalement servi, 17 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn: The Piano Sonatas (Coffret 9 CD) (CD)
Le corpus de ces sonates est bien mal connu et ,des quelques intégrales existantes, aucune n'avait contribué à leur reconnaissance. La précédente, réalisée par Christine Schornsheim, chez Capriccio, sur clavecin et sur des piano forte assez rudimentaires était un objet musicologique passionnant mais le plaisir simple de l'écoute était absent, pour moi en tout cas. Les versions isolées elles même étaient décevantes, en dépit de critiques souvent élogieuses. Ainsi ni Andras Schiff ni Glenn Gould, pianistiquement impeccables l'un et l'autre, ne parvenaient à émouvoir dans les dernières sonates alors que Brendel, dans son coffret Philips de 4 cd, était fidèle à lui-même, cherchant sans cesse et ne trouvant pas toujours, d'où une alternance de beaux moments et d'autres n'évitant pas l'ennui. Seul à mes oreilles Sviatoslav Richter en deux disques Decca ( dont l'un hélas très mal enregistré à moins que ce ne fut le piano mal réglé ? ) fouettait les neurones de l'auditeur et alternait sonates de jeunesse et sonates de la maturité avec un égal intérêt. Seule, surtout, Lili Kraus interprétait quatre de ces sonates à la perfection ( voir la formidable ré-édition de ses enregistrements magiques pour les Discophiles Français).

Ekaterina Derzhavina est venue, a pris quinze années pour graver cette somme et nous fait découvrir une brassée de chefs d'oeuvre, y compris parmi les sonates composées avant 1765, quand Haydn s'extrait du baroque et s'apprête à arpenter les chemins plus escarpés du Sturm und Drang. A peu près rien dans ce corpus qui évoque Mozart, puisque l'on semble y passer de Carl Philippe Emanuel Bach ( avec pour les premières sonates des réminiscences de Couperin, Rameau et Scarlatti ) à Beethoven, avec déjà des ponts jetés vers Schubert et même Brahms.

Partout, Ekatarina Derzhavina impose son toucher cristallin sans une once de dureté, creuse les mouvements lents, se fait aérienne dans les mouvements rapides, espiègle quand il le faut dans les menuets et trios. Il y a là une vraie et belle rencontre entre une interprète et un compositeur.

J'ajoute que ce bonheur est rendu possible au fil des neuf CD par une prise de son d'une qualité constante d'un bout à l'autre, et puisque j'évoquais Lili Kraus, par une captation aussi réussie que celles que réalisa dans les années cinquante André Charlin. Certes, ce n'était alors que de la mono mais il importe de savoir que la stéréo dont bénéficie la pianiste russe n'est pas indigne de cette mono-là, ce qui pour moi est le plus beau des compliments qu'on puisse faire à un preneur de son. Même en 2016 !

Allez, le coffret n'est pas cher, précipitez vous, vous irez de découverte en découverte, de merveille en merveille ...


3000 Dollar Mort Ou Vif
3000 Dollar Mort Ou Vif
DVD ~ Joel McCrea
Prix : EUR 6,99

5.0 étoiles sur 5 Four Faces West, 27 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : 3000 Dollar Mort Ou Vif (DVD)
Je vous renvoie au commentaire d'Ashley auquel je ne vois guère ce qu'on pourrait ajouter. Deux choses peut-être :

1. Passez outre le titre français inventé par je ne sais qui. Four Faces West est un film admirable auquel son titre original conserve toute son étrangeté.

2 . Si une scène vous évoque Jean-Pierre Melville ( et en particulier Le cercle rouge ), vous n'aurez sans doute pas tort. Sachez qu'il professait une admiration inconditionnelle pour E.T.Green, cinéaste bien oublié aujourd'hui ( et notamment par ... Tavernier dans son formidable 50 ans de cinéma américain !). Le cinéma de minuit diffuse actuellement quelques films de Green dont le réputé Baby Face avec Barbara Stanwick.

Quoi qu'il en soit, ne manquez pas ce western atypique aux ( quatre ) personnages admirables ; Je n'hésiterai pas pour ma part à le classer parmi mes vingt westerns préférés ( et je suis un inconditionnel du genre ! )


Beethoven: Concerto pour Violon et Symphonie n° 7
Beethoven: Concerto pour Violon et Symphonie n° 7
Prix : EUR 27,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Formidable, tout simplement ..., 19 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven: Concerto pour Violon et Symphonie n° 7 (CD)
Les deux oeuvres principalement enregistrées ici ( il y a également des extraits d'autres symphonies sur une face vidéo ) sont parmi les plus célèbres et les mieux servies par le disque. Se mesurer d'un côté à Milstein ou Oïstrakh, d'un autre à Cantelli, E Kleiber, Szell, Fricsay ou Monteux, qui plus est en live, était franchement téméraire. Or face à ces géants Grimal ne démérite en rien, ni en tant que violoniste ni en tant que leader d'orchestre ( puisqu'il n'y a pas de chef à proprement parler ... ). Il supasse même nombre d'archets connus tout en nous donnant à entendre une cadence inédite magnifique. D'une grande pureté de son, son violon chante et dialogue superbement avec les musiciens de l'orchestre. Tempi modérés adoptés pour les deux oeuvres, permettant d'apprécier les multiples richesses de l'orchestration, d'autant que la prise de son est superlative : d'autres n'ont pas eu cette chance ( je pense aux intégrales Kubelik, qui vient d'être rééditée et à celle toute récente de Janssons ). D'après le commentaire de la pochette écrit par David Grimal, c'était ce jour-là la première fois que l'orchestre jouait la 7 ème. Bigre ! Pour un coup d'essai ....


Quatre Saisons
Quatre Saisons
Prix : EUR 20,49

3.0 étoiles sur 5 Plus de saisons que de raison ..., 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quatre Saisons (CD)
J'aime beaucoup l'ensemble Les Disonnances et David Grimal qui font partie de ces musiciens qui apportent un vent de fraîcheur au monde souvent trop renfermé de la musique classique. Ici, m'est avis qu'ils ont fait fausse route ( sauf en ce qui concerne les recettes du concert et du disque à vocation caritative ) : alterner, saison par saison, les compositions de Vivaldi et d'Astor Piazzolla était peut-être tentant sur le papier mais à l'écoute cela ne fonctionne pas, car rien en fait ne rapproche les deux oeuvres. Et du coup on est frustré sur les deux tableaux. Les trois étoiles valent donc surtout pour Vivaldi qu'on n'entend plus beaucoup joué de cette manière très classique, avec le très beau violon de Grimal , pas baroque du tout. Et puis, la prise de son, signée Nicolas Bartholomée pour Aparté est, comme d'habitude, d'une exceptionnelle qualité.


Verdi: Attila
Verdi: Attila

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le Hun et les autres ..., 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Verdi: Attila (CD)
Cet enregistrement appartient à la série d'opéras de jeunesse de Verdi réalisée par Philips dans les année 70 sous la baguette de Lamberto Gardelli, avec des fortunes diverses. Or non seulement Attila est un des plus intéressants musicalement mais il bénéficie de la participation de Carlo Bergonzi, sublime de bout en bout. Sherill Milnes est ici à son meilleur et Cristina Deutekom que je redoutais s'avère une remarquable Odabella, virtuose mais toujours musicale. Gardelli est tel qu'on l'attendait, routinier à souhait, et le vrai point faible de la distribution est Ruggero Raimondi dans le rôle titre, heureusement pas le plus important : la voix est faible, on a parfois l'impression d'entendre un baryton et non une basse. Et dire que Samuel Ramey participait à cette aventure des jeunes Verdi : que ne l'a t'on appelé !

Ces réserves faites, pour l'oeuvre qui comporte des pages magnifiques et pour Bergonzi, ne vous privez surtout pas d'autant que la prise de son est excellente.


The Verdi Tenor
The Verdi Tenor
Prix : EUR 42,90

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il s'agit ici du legs Decca+DGG...., 20 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Verdi Tenor (Audio CD)
... legs partiel semble-t'il ( Paillasse et Cavaleria de Karajan ? les Puccini de Serafin ? ) à propos duquel je suis à 100 % en accord ( pas un % de moins ! ) avec le commentaire de Jean-Marie Lambert. Reste à faire mieux de la part de RCA pour retrouver outre le fabuleux Bal Masqué de Leinsdorf, le Macbeth du même, la Traviata et Lucia par Prétre, Luisa Miller et Hernani, tous magnifiques. Et puis aussi EMI avec la plus belle Butterfly ( Scotto-Barbirolli ), une Lucia rare et exceptionnelle ( Beverley Sills ), une Forza inégale mais où Bergonzi est un Alvaro incomparable et la Tosca tardive de Callas avec Prêtre.

Et si quelqu'un peut m'indiquer le moyen de me procurer "la" Norma absolue : Sutherland-Horne-Bergonzi-Siepi, d'avance je l'en remercie !

En échange je l'inviterais à se procurer toutes affaires cessantes la Lucia et plus haut encore l'Elixir d'Amour enregistrés ( très bien ) en live avec Renata Scotto : deux bijoux : éditeurs variables selon les rééditions.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 4, 2015 12:53 AM MEST


I Due Foscari
I Due Foscari

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un opéra bien plus intéressant ...., 6 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : I Due Foscari (CD)
que ce que l'on en dit généralement. On devine que Giulini fait du beau travail mais l'orchestre n'est pas très audible. Les micros par contre servent bien les voix et Bergonzi à ses tous débuts chante déjà comme un prince, alliant vaillance et poèsie. Guelfi excellent lui aussi. Maria Vitale que je ne connaissais pas a de la vaillance. Pour le prix, les amateurs de Verdi ne seront pas déçus.


Page : 1 | 2 | 3