undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de Thierry > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Thierry
Classement des meilleurs critiques: 42.072
Votes utiles : 211

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Thierry "Thierry" (France, Aube)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
La neuvième vie de Louis Drax
La neuvième vie de Louis Drax
par Liz Jensen
Edition : Poche
Prix : EUR 6,00

4.0 étoiles sur 5 Un roman surnaturel bien ficelé, 25 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La neuvième vie de Louis Drax (Poche)
Au-delà du surnaturel et de ce qui peut bien se passer dans la tête d'une personne dans le coma, il y a une histoire de folie, de mensonges, de plaies de l'âme encore à vif, de manipulation, de la possession de l'autre. Des ingrédients qui vont esquinter physiquement mais aussi mentalement un petit garçon qui n'a pas demandé tout cela. Ce qui arrive à Louis et aux protagonistes de cette histoire n'a rien de surnaturel mais va chercher ses racines dans la nature humaine la plus torturée, la plus insidieuse, la plus insoupçonnable.
Si certains éléments du récit sont un peu excessifs, l'intrigue est agréable à suivre et le fait de se douter à l'avance du dénouement ne pertube en rien la lecture. Et Louis est vraiment très attachant.
En guise de reproche, je note simplement que les paragraphes sont parfois un peu compact, avec des changements de narrateur un peu brouillons ou mal définis, surtout au début. Mais finalement cela participe aussi au style global de ce roman.
J'ai pris plaisir à suivre cette neuvième vie du petit Louis : l'idée est orginale et bien ficelée. A conseiller.


Snow
Snow

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs concept albums de prog, 12 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Snow (CD)
C'est par lui que j'ai découvert Spock's beard et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Dans le style prog, on peut dire que c'est plutôt varié. Quelle richesse ! Le problème de nombre de concept albums c'est de broder à partir d'un même thème musical. Ici, que nenni, la (ex) bande à Neal nous entraîne dans une ambiance assez sombre sans jamais nous laisser le temps de nous reposer. Même si certains morceaux ont leur "partie 2", ce n'est pas de la redite, mais une façon efficace d'enfoncer le clou. Neal Morse fait magistralement passer les émotions des différentes étapes Snow. Musicalement c'est du tout bon allant du prog années 70 au néo prog avec des passages plus hargneux, plus scandés et des instants mélodiques intenses ou des échappées très groovy !
A écouter ! Encore et encore !


Douce nuit
Douce nuit
par Mary Higgins Clark
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

3.0 étoiles sur 5 Agréable mais sans plus, 11 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Douce nuit (Poche)
Un livre à lire quand le cerveau a besoin de repos. Car si l'histoire est gentillette, le suspens s'est fait la malle comme le méchant du roman.
Les personnages, quant à eux, sont un peu trop stéréotypés, tout comme les bons sentiments qu'ils distillent.


CA. Tome 1
CA. Tome 1
par Stephen King
Edition : Poche

16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bien plus que de l'épouvante, 4 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : CA. Tome 1 (Poche)
Les nombreuses fois où j'ai eu à discuter de King avec des amis ou des connaissances, j'ai regretté que la plupart ne retenaient que l'aspect épouvante ou horreur. En réalité bon nombre n'ont jamais ouvert un livre de King, mais se sont contentés d'en voir une ou plusieurs adaptations au cinéma. Ce qui fait qu'enchaîner la lecture de la production de King fait de vous - aux yeux de votre entourage - un simple amateur d'horreur. Point.

Dommage, car CA c'est avant tout une histoire d'amitié, qui débute à l'entrée de l'adolescence quand l'enfance entre collision avec le monde des grands et bien souvent le Mal. Le Mal sous plusieurs formes, le Mal visible pour certains - les enfants - mais pas/plus pour d'autres - les adultes blasés, résignés, formatés. Le Mal le plus anodin qui prend ici des contours les plus horribles et qui se perpetue indéfiniment. Le Mal qui nous façonne, nous écoeure, nous fascine, nous esquinte. CA c'est aussi l'enfance qui s'accroche, qui fait corps à travers un groupe d'amis qui va lutter alors même que le monde adulte est passé par là (avec également son lot de malheurs). Car notre club des ratés n'hésite pas à faire revivre des codes, des valeurs que les grands abandonnent avec l'âge. Pour vaincre le Mal qui n'arrête pas de nous abuser, notamment sous la forme du clown gripsou.
Les enfants : les phares de notre monde ? Les seuls à pouvoir et vouloir combattre les saletés que nous engendrons ?

Bon sang : il y a des années que j'ai lu CA et pourtant je me rappelle quasiment de tous les noms de personnages, pour lesquels j'ai une affection bien particulière, teintée de tout ce qui fait la magie de l'enfance.

Il y a beaucoup de romans de King que je recommanderais (Coeurs perdus..., Simetierre, Sac d'os, etc.). Tous utilisent l'horreur comme prétexte, mais s'attachent à traiter des aspects de vie auxquels nous sommes tous confrontés.
Si vous aimez les clowns (et que vous rêvez secrètement de leur coller un pain !), les ballons... et que souhaitez vous faire de nouveaux amis, CA est à lire absolument ! Et en prime vous vous offrez un voyage dans le Maine et Derry que vous finirez par connaître comme votre poche.

Alors CA et ses trois volumes (en format poche) est un sacré casse-croute à avaler. Certes, mais qui laisse un souvenir impérissable !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 29, 2014 8:55 PM MEST


America
America
par Stephen Coonts
Edition : Poche

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un techno-thriller aux implications inquiétantes. Passionnant !, 3 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : America (Poche)
Je découvre Stephen Coonts avec ce roman qui me réconcilie avec le genre. Car les derniers Clancy, Di Mercurio et Robinson et certains Cussler commençaient à me fatiguer à force de s'engluer dans un manichéisme inutile, dans des intrigues et des dénouements plus farfelus qu'un mauvais ersatz de James Bond. Ici, l'auteur n'en fait pas trop : les personnages ne sont pas caricaturaux, les scènes de sous-marins, notamment, ne sont pas noyées dans des détails qui déservent le rythme et l'intrigue. L'intrigue est bien ficelée, même si parfois un peu de clarté n'aurait pas nui à certains passages. Au final un très bon bouquin qui se lit tambour battant. A recommander.


Lifeline
Lifeline
Proposé par inandout_france
Prix : EUR 28,46

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Trop de foi : c'est la crise !, 21 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lifeline (CD)
Autant j'avais aimé les premières production de Neal Morse - dont le côté religieux ne me rebutait pas plus que ça - autant je trouve qu'il commence à tourner en rond. Que Neal ait la foi toujours chevillée au corps et que les thèmes abordés par ses textes soient proches, passe encore (quoique), mais là j'ai l'impression que les dieux de la musique ont abandonné notre prêcheur. C'est du réchauffé : la gamelle commence à noircir sacrément ! Même si le plat initial était succulent, il est urgent de changer de recette. Dommage en tout cas, car quand on sait les qualités musicales de Neal et ses ouailles, on se prend à rêver d'un changement de cap. A suivre...


Not Of This World
Not Of This World
Prix : EUR 27,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Oeuvre majeure !, 21 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Not Of This World (CD)
Je ne connaissais pas Pendragon et c'est après avoir lu une très bonne critique sur progressivewaves.com que je me suis risqué...
J'en suis à mes premières écoutes et je dois dire que c'est plutôt sympa, avec des sonorités genre Pink Floyd. Pour celui qui aime les grandes envolées de guitare et les passages tranquilles très piano c'est du tout bon. Je reste juste sur ma fin côté voix - mais ça c'est un jugement trop perso pour être déterminant - et une tendance à utiliser de grosses ficelles pour nous plaire (les grandes envolées à la guitare et les passages piano, justement !). Ayant acheté un IQ au même moment, j'aurais tendance à préférer "the 7th house" à "not of this world". Mais bon je ne suis pas là pour comparer et je dis ça aujourd'hui, avec trop peu d'écoutes pour en être certain. Alors bilan : un album (trop ?) facile d'accès mais assurément une qualité maximum. Que demander de plus ?

Ce 27 avril 2009, je viens faire une petite modification à mon commentaire. Je l'avais titré initialiement "une bonne impression à confirmer", aujourd'hui c'est confirmé ! Ce CD est un enchantement de bout en bout, excepté les deux titres bonus, qui, s'ils sont très bons, sont à dissocier franchement. Je pense qu'ils n'étaient pas indispensables.
En tout cas, je suis enthousiasmé : les mélodies, l'atmosphère, les solos, le chant, etc. Tout concourt à nous transporter dans un monde émotionnel flamboyant. Difficile de départager les titres (et pourquoi le faire d'ailleurs ?), mais je dois dire que j'ai été bluffé par A man of nomadic traits, notamment par la seconde partie qui est un véritable joyaux.
Avec Not of this world nos oreilles sont à la fêtes, notre coeur est apaisé : cet album devrait être remboursé par la sécu !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 14, 2014 2:58 PM MEST


J'ai rêvé de courir longtemps
J'ai rêvé de courir longtemps
par Ron McLarty
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un périple pour apprendre à revivre !, 20 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : J'ai rêvé de courir longtemps (Poche)
Par le traitement des personnages, intimiste et profond, par le récit qui nous fait découvrir des "tranches d'Amérique", on comprend que Stephen King ait adoré.
Et c'est vrai que Smithy (le personnage principal) nous offre un voyage, plein d'émotions tantôt noires tantôt amusantes, qui va lui permettre de revivre, d'aimer petit à petit la vie...mais aussi Norma, alors qu'il traverse les Etats Unis pour retrouver sa soeur à la morgue. Vraiment attachant !


Seventh House
Seventh House
Prix : EUR 21,34

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Qualité suivie, 20 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seventh House (CD)
J'ai découvert IQ via l'album Subterranea il y quelques mois. J'ai été totalement conquis après une période d'accoutumance, due notamment à la voix de Peter Nicholls.
Il m'arrive de tenter un nouveau groupe et de ne pas rénouveler l'expérience. Mais là, j'ai décidé de remettre le couvert avec enthousiasme. Alors ?
Alors je suis une seconde fois émerveillé par ce groupe et par les 6 morceaux de l'album. Je n'ai pas encore totalement dégusté tous les morceaux car je ne l'ai que depuis quelques jours, mais je peux déjà dire "the wrong side of weird" ou "the 7th house" sont des moments vraiment magiques. C'est nerveux et flamboyant, la rythmique est vraiment bien ficelée, la voix de Nicholls magnifique et sobre. De grands moments de progressif ! Et les 4 autres titres me semblent aller dans le même sens. Alors pas d'hésitation : on peut se jeter sur the seventh house sans crainte. Pour ma part, je sais déjà qu'après avoir bien usé celui-ci, je poursuivrai ma route avec "dark matter".
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 13, 2009 6:43 PM MEST


Misplaced Childhood
Misplaced Childhood
Prix : EUR 14,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une immersion chez soi, 21 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Misplaced Childhood (CD)
C'est l'album qui m'a fait découvrir Marillion...il y a 21 ans déjà (oh bon sang !).
Misplaced Childhood, c'est tout simplement une plongée en soi. Un voyage. Nu, tout petit, sans tout ce qui fait ce que nous sommes face à la société. On se retrouve dépouillé, juste avec cette déchirante émotion que Fish et ses comparses distillent alors avec une sincérité qui rend l'expérience encore plus intense.
Misplaced Childhood c'est un face à face avec soi-même. C'est le trait qu'on tire pour se rendre compte qu'on est adulte, mais que notre enfance est toujours là, à nous rappeler tous nos espoirs toutes nos promesses...avant que la réalité - notre monde - ne dégueulasse tout.
Misplaced Childhood c'est un lien invisible qui nous raccroche à tout ce que nous étions...avant de renoncer.
Un album hors norme à ne pas comparer. Il n'est pas là pour ça.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6