undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de MATHONNET STÉPHANE > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par MATHONNET STÉPHANE
Classement des meilleurs critiques: 25.352
Votes utiles : 121

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
MATHONNET STÉPHANE "Musicophage" (Aix-en-Provence)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski
Offenbach - La Grande-Duchesse de Gérolstein / Lott · Piau · Beuron · Le Roux · Leguérinel · Huchet · Les Musiciens du Louvre-Grenoble · Minkowski
Prix : EUR 53,46

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quel bonheur de résider dans le pays de la Grande-Duchesse, 6 mars 2009
Marc Minkowski poursuit avec cette interprétation de "La Grande-Duchesse de Gérolstein" son exploration du patrimoine offenbachien. Il (re)donne une seconde jeunesse à cet opéra-bouffe composé en 1866.
1. Il dispose d'un excellent plateau vocal (Dame Felicity Lott en exhubérante grande-duchesse, Sandrine Piau en Wanda ingénue, Yan Beuron en Fritz si lucide sur la condition des humbles soldats, Franck Leguérinel en baron Puck puant de vanité) aux seconds couteaux : les chanteurs-acteurs, rompus à ce style de musique et font preuve d'une remarquable diction et d'une justesse de ton (les esprits chagrins reprocheront à Dame Felicity Lott son léger accent "americain") qui nous fait regretter qu'Offenbach n'ait pas toujours été interprété ainsi : qu'il est agréable de pouvoir suivre un opéra français sans avoir recours au...livret.
2. L'accompagnement musical est fait de légèreté et de poésie telle que le prévoyait la partition autographe, Marc Minkowski nous donnant à entendre la version originelle de 1867 telle qu'il l'a reconstituée avec l'aide de Jean-Christophe Keck, spécialiste et (re)découvreur d'Offenbach : il nous restitue les passages amputés ou transformés (parfois par Offenbach lui-même) tel le grand finale de l'Acte II qui jusqu'alors était un...trio. Il évite ainsi les orchestrations hors-cadre dont a souffert la musique d'Offenbach devenue pour la postérité signe de lourdeur, de mauvais goût et même de vulgarité.
C'est de nouveau une pièce en théâtre qui nous est donnée à entendre et non une revue. On pourra regretter la réécriture de certains dialogues par Agathe Mélinand mais l'ensemble se suit avec un réel plaisir (il faut reconnaître que cette oeuvre étant politique, elle doit s'adapter aux exigeances contemporaines). La musique, elle, est bien celle d'Offenbach et, cela, on ne le soulignera jamais assez.


Improvisata / Fabio Biondi, Europa Galante
Improvisata / Fabio Biondi, Europa Galante

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 "Sabordata" serait un titre plus approprié, 8 janvier 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Improvisata / Fabio Biondi, Europa Galante (CD)
Fabio Biondi et son Europa Galante se tournent maintenant vers des compositeurs postérieurs qu'ils défigurent avec les mêmes outrances que dans leurs enregistrements Vivaldi. L'idée était bienvenue de porter au disque des compositeurs peu présents tel Sammartini ou Boccherini.
Il est utile de constater après l'audition de cet album que Fabio Biondi n'interprète pas la musique des compositeurs qu'il joue mais qu'il la défigure en ne faisant que de Biondi. Où est l'esprit "Sturm und Drang" qui caractérise la symphonie "La Casa del Diavolo" de Boccherini"? la ligne classique de la symphonie de Sammartini? On est même encouragés à se poser la question : tous les mouvements étant joués comme des allegros, Fabio Biondi et son Europa Galante savent-ils que les musiques qu'ils interprètent contiennent également des mouvements lents?


Vivaldi - Gloria · Magnificat / Biccire · Mingardo · York · Concerto Italiano · Alssandrini
Vivaldi - Gloria · Magnificat / Biccire · Mingardo · York · Concerto Italiano · Alssandrini
Prix : EUR 18,25

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Il est enfin possible d'entende ces oeuvres comme on en a toujours rêvé, 22 décembre 2008
L'oeuvre religieuse d'Antono Vivaldi a souvent été déformée par des orchestrations et des effectifs relevant de l'esthétique romantique. Le présent enregistrement de Rinaldo Alessandrini surprendra plus d'un habitué de la musique sacrée du Prêtre Roux mais, après avoir habitué son oreille, il se convaincra sans peine (du moins je l'espère) que les choix esthétiques opérés par Alesandrini sont bons. Ce sont deux oeuvres majeures de la production religieuse vivaldienne qui nous sont données à entendre : les célébrissimes "Gloria" RV 589 et le "Magnificat" RV 611. Si le "Gloria" a depuis longtemps trouvé sa version de référence avec l'interprétation de Simon Preston à la tête de l'Academy Of Ancient Music (éditions de L'Oiseau-Lyre), il n'en va pas de même du "Magnificat" qui avait trouvé en Riccardo Muti son interprète officiel.
1. Rinaldo Alesandrini dispose d'un splendide plateau vocal rompu à ce répertoire (York, Biccire, Mingardo) et qui évite les outrances relevées dans d'autres versions.
2. On appréciera l'accompagnement musical à la fois virtuose et posé qui rendent à ces oeuvres leur spiritualité d'"origine".
3. J'apprécie à titre personnel l'insertion de concertos peu présents au répertoire dont le très beau RV 563 pour deux trompettes "naturelles" et hautbois : un régal qui témoigne du génie vivaldien et, insérées parmi les deux oeuvres vocales, ils ménagent deux pauses dans l'attention de l'auditeur


Mahler:Symphony No.5
Mahler:Symphony No.5
Prix : EUR 31,76

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Michaël Gielen dirige la Cinquième Symphonie de Gustav Mahler : l'évidence, 11 décembre 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mahler:Symphony No.5 (CD)
Les dernières décennies ont vu s'imposer une esthétique moins romantique et plus objective qui souligne ce que Mahler avait d'expérimental. Les deux grands représentants de ce style d'interprétation sont Pierre Boulez et Michaël Gielen, remarquables à la foix par leur clarté et leur fluidité.
1. Michaël Gielen applique à Mahler les techniques qui sont celles des "baroqueux" : il ne joue rien que la partition mais aussi toute la partition. Et c'est cela qui fait la différence. Chaque nuance instrumentale voulue par le compositeur est ainsi restituée.
2. Il est accompagné par l'Orchestre symphonique de la Radio de Baden Baden : les musiciens, rompus à ce style de musique, sont de premier plan et s'adaptent sans difficulté aux exigences du chef. Tout est question d'équilibre, de fluidité, d'attention à la forme.

On appréciera d'autant plus cette interprétation qu'elle est magnifiée par une prise de son parfaite, attentive au moindre détail sans que jamais la grande ligne soit absente.


Haydn: Piano Concertos
Haydn: Piano Concertos
Prix : EUR 10,41

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une interprétation probe de trois des concertos pour piano et orchestre de Joseph Haydn, 15 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn: Piano Concertos (CD)
Leif Ove Andsnes s'affirme album après album comme l'un des pianistes les plus doués de sa génération, à l'aise aussi bien dans les répertoires classique que romantique et postromantique. En 1998, il nous proposait une excellente version de trois concertos pour piano et orchestre de Joseph Haydn peu représentés au disque, en-dehors du n°11 et de son troisième mouvement "all' Ungarese").
Cette interprétation est pour moi idéale car elle tourne le dos à tout ce qui pourrait alourdir le propos. Le fait de savoir si les concertos doivent être interprétés sur pianoforte ou sur un piano moderne me paraît vain tant le jeu du pianiste norvégien est parfait de la première à la dernière note : on admire sa précision, ses articulations, ses attaques qui donnent une extrême lisibilité à sa musique. Sa ductilité est telle qu'il semble caresser les touches sans jamais s'appesantir. Le Norwegian Chamber Orchestra, dirigé du piano par Andsnes, surprend par sa vivacité mais ne se montre jamais envahissant, engageant un dialogue avec le soliste sans jamais s'opposer à lui.


Mozart:Early Symphonies
Mozart:Early Symphonies
Proposé par RAREWAVES USA
Prix : EUR 24,38

5.0 étoiles sur 5 Âpreté et rigueur ne rendent pas service à Mozart, 15 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart:Early Symphonies (CD)
Nikolaus Harnoncourt nous livre SA version des symphonies de jeunesse de Mozart peu présentes au catalogue en-dehors des intégrales. Il oublie qu'il s'agit d'oeuvres de jeunesse marquées par la transition baroque/classicisme. Le chef en finit par brusquer des partitions qui n'en demandent pas toujours tant : se dégagent une âpreté, une violence et des contrastes assez inouïs. Le plus décevant vient, comme c'est souvent le cas chez Harnoncourt, du traitement des mouvements lents : la délicatesse et la poésie qui sied à ces morceaux leur est systématiquement déniée au profit de lectures "brutales".

À reserver aux admirateurs inconditionnels du chef autrichien qui, pour certains, risquent d'être passablement surpris.


Mozart: Violin Concertos Nos 1, 2, 5 [Hybrid SACD]
Mozart: Violin Concertos Nos 1, 2, 5 [Hybrid SACD]
Prix : EUR 16,46

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Julia Fischer poursuit avec constance et brio son intégrale des concertos pour violon et orchestre de Mozart, 4 octobre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart: Violin Concertos Nos 1, 2, 5 [Hybrid SACD] (CD)
La violoniste allemande Julia Fischer poursuit avec constance et brio son intégrale des concertos pour violon et orchestre de Mozart. Toujours accompagnée de l'Orchestre de Chambre des Pays-Bas dirigé par Yakov Kreizberg, elle nous livre des lectures très abouties des concertos n°1, n°2 et n°5. On retrouve dans cet album les mêmes qualités qui ont fait la réussite de son premier opus. Juila Fischer fait toujours preuve d'une stupéfiante sûreté de jeu qui combine à la fois virtuosité et fluidité mais également d'une élégance de style qui nous a tant séduits dans ses interprétations des sonates et partitas pour violon solo de Bach (chez le même éditeur). Julia Fischer et Yakov Kreizberg ont de nouveau établi les cadences et tant l'orchestre que la soliste jouent avec une réelle virtuosité mais aussi avec retenue (un reproche qui leur est souvent adressé dans la presse "spécialisée" mais qui n'a pas manqué de me séduire) : les allegros sont de vrais allegros (les vibratos sont si rapides que l'on ne perçoit que fluidité) tandis que les mouvements lents se voient restituer la poésie qui leur est si souvent refusée (quelle splendeur que l'Adagio du concerto n°5).


Vivaldi  : L'estro armonico - 12 Concertos op.3 pour 1, 2 ou 4 violons & cordes
Vivaldi : L'estro armonico - 12 Concertos op.3 pour 1, 2 ou 4 violons & cordes
Proposé par melodisk
Prix : EUR 9,90

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 L'hystérie et la violence ne conviennent pas à la musique d'Antonio Vivaldi, 27 septembre 2008
Fabio Biondi et son Europa Galante nous proposent un nouvel opus vivaldien et pas n'importe lequel : "L'Estro Armonico op.3". Sans s'appesantir, nous en dégagerons les traits principaux qui font de cette version l'un des pires ratages de la discographie. Comme c'est toujours le cas, Fabio Biondi oublie qu'il joue Vivaldi pour ne faire que du Biondi. Avec ses musiciens, il va le plus rapidement possible (ce qui peut se concevoir, et encore, dans les allegros mais pas dans les mouvements lents interprétés comme les mouvements rapides) et souvent avec une brutalité incroyable (l'audition des concertos pour quatre violons RV 449 et RV 450 sont un "supplice").

Les mélomanes exigeants (et pas seulement eux) se dirigeront vers l'enregistrement de Trevor Pinnock et de son English Concert.


West Coast - A Nice Day
West Coast - A Nice Day
Prix : EUR 16,18

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Cette passionnante anthologie se poursuit avec un égal bonheur, 7 septembre 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : West Coast - A Nice Day (CD)
Ce CD est le troisième de la collection "Jazz Reference" consacré au jazz californien. La sélection qui nous est offerte, comprenant 19 morceaux, couvre essentiellement les années 1955 et 1956. Stan Kenton, Shorty Rogers, Jimmy Giuffre et Shelly Manne sont toujours actifs mais ils ne son plus les seuls à dominer le jazz californien qui se diversifie. Les arrangeurs Marty Paich et Shorty Rogers réalisent sans nul doute certains de leurs plus beaux arrangements ("Summer Night", interprété par Shelly Manne And His Men pour le second et "Pink Squirrel" pour le second. Les plus jeunes enregistrent dans des ensembles qui se font et se défont et n'hésitent pas à inviter leurs amis avant de se produire dans leur groupe. Les plus représentatifs sont The Barney Kessel Quintet ""Speak Low"), The Frank Rosolino Quintet ("Mooolight In Vermont"), The Bud Shank-Bill Perkins Quintet ("A Sinner Kiss An Angel") sans oublier The Howard Rumsey's Lighthouse All Stars ("Isn't It Romantic"). La session qui réunit en plage 6 musiciens de la côte ouest (Bill Perkins, Jim Hall et Chico Hamilton)et de la côte est (Jim Lewis et Percy Heath) nous donnent une interprétation d'anthologie d'"Easy Living".


Herschel : Six Symphonies
Herschel : Six Symphonies
Prix : EUR 13,78

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Il n'est pas qu'un génial astronome, 22 août 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Herschel : Six Symphonies (CD)
William Herschel est passé à la postérité en tant qu'astronome : on lui doit notamment la découverte d'Uranus, septième planète du système solaire. Cette activité a quelque peu éclipsé celle de compositeur : 24 symphonies, une douzaine de concertos destinés à des instruments variés, des sonates pour clavier et violon.
Ses symphonies ressemblent pré-esterharaziennes du jeune Haydn : elles sont en trois mouvements et, à l'exception de la symphonie n°8, respectent le schéma classique vif-lent-vif. Matthias Bamert et ses London Mozart Players nous permettent d'en savoir plus sur ce compositeur habile à défaut d'être génial : ses musiciens mettent en évidence la vivacité enjouée des mouvements vifs, la transparence des mouvements lents (toujours pour cordes seules) ainsi que l'élégance des menuets. Il est vrai qu'avec toutes des contemporains de Mozart qu'ils ont précédemment gravées pour Chandos, ils ont montré ce qi'ils savent faire.


Page : 1 | 2 | 3 | 4