undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_W10 Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de Anaxarque > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Anaxarque
Classement des meilleurs critiques: 4.237
Votes utiles : 2097

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Anaxarque (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Fire Emblem Fates: Conquête
Fire Emblem Fates: Conquête
Prix : EUR 33,89

7 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Changer le monde de l'intérieur., 23 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fire Emblem Fates: Conquête (Jeu vidéo)
Apparue au Japon en 1990, la série Fire Emblem, développée sur Nintendo, s'est imposée, au fil de ses volets comme une saga, voire la saga de référence de RPG tactique au tour-par-tour : elle est dévolue aux joueurs exigeants et aguerris qui appréciaient un challenge extrêmement relevé.

Vous dirigez une armée composée de mages, de lanciers, d'épéistes, de cavaliers et vous devez affronter sur le champ de bataille l'armée adverse, les retournements de situation sont légion. La vigilance est de mise, car les unités tombées au combat sont perdues à jamais. En outre, les combattants peuvent se rapprocher, se soutenir mutuellement et ainsi améliorer leur compétences, tant et si bien que, dans certaines conditions, nous pouvons assister à des mariages et à d''heureuses naissances.

Avec Fire Emblem : Awakening, le joueur novice se vit offrir la chance d'accéder à ce jeu difficile grâce à une option lui permettant de récupérer, un combat achevé, ses guerriers tombés au champ d'honneur.

Le projet le plus ambitieux de la série, Fire Emblem Fates, sort en France : il se décline en trois jeux, trois campagnes, qui permettent d'appréhender la complexité des relations entre les deux nations belligérantes, Nohr (un empire médiéval gothique) et Hoshido (un Japon féodal lumineux).

Dans Fire Emblem Fates : Conquête, vous incarnez Corrin, prince héritier ou princesse héritière (selon vos désirs) de Norh. Vous vivez depuis votre plus tendre enfance reclus dans un château, entouré de l'affection de vos frères et sœurs. Un jour, le roi Garon, votre père, vous convoque et vous charge d'une mission pour prouver votre valeur. Las, vous vous retrouvez vite trahi, puis capturé, et mené en Hoshido où la reine Mikoto vous apprend une série de vérités qui abattent vos certitudes.

Après un drame éprouvant, vous choisissez néanmoins de rester loyal à Nohr, tout en espérant pouvoir changer ce royaume, corrompu par le roi lui-même, de l'intérieur.

Fire Emblem Fates Conquête est nettement plus difficile que Héritage.

Ici, vous devez impérativement suivre la campagne de bout-en-bout : il est impossible d''entraîner ses troupes dans des missions générées aléatoirement entre deux quêtes, afin de faire du levelling et de consolider les relations entre vos guerriers, comme dans Héritage.
Les ressources, les objets, les troupes alliées sont plus rares et moins puissantes que dans Héritage, ce qui vous oblige à gérer votre armée de manière draconienne.
Le niveau des batailles est beaucoup plus relevé, plus varié aussi, les ennemis plus robustes, les pièges, les embuscades et les trahisons sont plus fréquents.

Le graphisme est superbe et s'est encore amélioré depuis Fire Emblem Awakening, les combats sont particulièrement bien mis en scène. La musique est magnifique. La gestion du château onirique où vos troupes peuvent se reposer et faire des emplettes et bien pensée.

Bref, Fire Emblem Fates est assurément le meilleur RPG tactique de la 3DS.

S'il apparaît évident que le fan de la saga jouera aux deux campagnes déjà sorties, puis à la troisième à paraître, le jour nostalgique appréciera nettement plus ce volet, en raison de son scénario plus sombre et plus mature, et de sa difficulté certaine.

Bon jeu.


The Legend of Legacy
The Legend of Legacy

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une très bonne surprise !, 11 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Legend of Legacy (Jeu vidéo)
Une île légendaire, Avalon, a resurgi des flots voilà dix ans.

On y parle de dieux étranges, d'élémentaires et de ruines mystérieuses. Il n'en faut pas plus pour que des aventuriers aguerris, pour des motifs différents, se lancent dans l'exploration de cette île continent non cartographiée, à partir d'Initium, seule ville portuaire de l'île.

Le scénario ne brille pas par son originalité. Le but de jeu est bien d'explorer les zones non répertoriées, de se battre contre des ennemis vindicatifs et de maîtriser la puissance de ses armes et des trois éléments, l'eau, le feu et le vent. Le challenge étant relevé, on conseillera Legend of Legacy aux joueurs expérimentés qui ne se découragent pas devant de nombreux game over...

La force du jeu repose sur un système de combat original, déroutant de prime abord.
Très stratégique, il met en scène trois combattants et se déroule au tour par tour : à chaque round, vous devez choisir la formation que vous souhaitez adopter : défensive, attaquante ou bien basée sur les soins ou des sorts. Par exemple, vous pouvez demander à un de vos personnages de défendre les autres, tandis qu'un autre attaquera les adversaires et que le dernier forgera un pacte avec les élémentaires. Mais, l'ennemi peut faire de même, et toute erreur se paye par une cinglante défaite et un frustrant game over.

A la différence de nombreux RPG, vous ne gagnerez pas d'expérience dans Legend of Legacy. Vous obtiendrez, de manière totalement aléatoire, éventuellement, des HP, des points d'attaque et de défense, de nouvelles compétences, après la fin d'un combat.

L'argent est rare sur Avalon, comme les armes. Vaincre des ennemis ne donne que peu ou pas de liquidités, mais vous pourrez remplir vos caisses en vendant les cartes des zones explorées. Vous pourrez alors visiter la boutique, mais ne vous attendez pas à y trouver une grande variété d'équipements. Pour obtenir les meilleures armes ou armures, vous devrez compter encore une fois sur la chance en découvrant un trésor, en espérant qu'un ennemi vaincu laisse derrière lui une arme puissante, ou en envoyant un navire de commerce en haute mer, mais là encore, ce que vous obtiendrez de la cargaison est très hasardeux.

Le logiciel est très beau, les combats sont fluides, les ennemis variés, le character design évoque Bravely Default. les diverses zones de jeu, quoique classiques (marais, désert, montagne, forêt, ruines), sont très jolies. Les musiques sont particulièrement réussies.

Legend of Legacy, s'il ne brille pas par l'originalité de son scénario, est un jeu parfaitement réalisé et facile en prendre en main. Il présente un mode de combat très original, proposant une difficulté relevée, marquée par le hasard, ce qui lui confère un charme certain et constitue un challenge pour les joueurs.

Bon jeu.


Shin Megami Tensei Devil Survivor 2 : record breaker
Shin Megami Tensei Devil Survivor 2 : record breaker

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un remake réussi d'un très grand jeu., 3 novembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shin Megami Tensei Devil Survivor 2 : record breaker (Jeu vidéo)
Devil Survivor 2 : Record Breaker, initialement sorti sur DS, restera l'un des plus grands Jeu de rôle Tactique au tour par tour jamais édité sur cette machine. Voici son remake pour la Nintendo 3DS.

L'intrigue nous place dans la peau d'un lycéen de Tokyo. Son camarade, Daichi, lui installe une nouvelle application pour son téléphone portable : Nicaea.
Cet étrange programme prévoirait les morts de certains individus. Dubitatif, notre héros se rend vite compte que ce programme n'a rien d'une plaisanterie. Il évite ainsi de justesse la mort dans le métro, mais il se trouve confronté à des démons qu'il parvient à vaincre et à soumettre.

A la surface règne la désolation et la panique. Notre héros et ses amis, grâce à Nicaea, peuvent soumettre les démons (puis les acheter, et les créer) afin de survivre à sept journées d'horreur où des déités de plus-en-plus puissantes s'abattent sur le Monde.

Le périple sera difficile : Nos héros disposent d'une équipe de deux démons, et de compétences (qu'ils doivent dérober à leurs opposants). Il faut donc se préparer minutieusement avant chaque combat, sinon, c'est la débâcle assurée... Les missions sont variées : annihiler les adversaires, fuir, sauver des personnes, finir une mission en un temps imparti, enclencher un mécanisme, etc.

Pour l'aider dans son action, et mieux comprendre ses camarades qui l'aideront en retour, le héros devra renforcer ses affinités avec les autres protagonistes du jeu, faire des choix difficiles. Le jeu vous offre ainsi une très grande liberté d'action.

Devil Survivor possède une immense durée de vie : Le joueur consciencieux qui désire voir toutes les fins possibles ou posséder les plus puissants démons et les meilleures compétences passera de longues heures devant ce programme.

Dans sa globalité, le logiciel reste similaire à la version DS.
On appréciera les améliorations suivantes : La qualité de la cinématique d'ouverture, le fait que l'ensemble des dialogues du jeu - en anglais, hélas, pour les francophones - soient bien doublés et que leur traduction soient revue. De même, les quelques bugs d'affichages ont disparus, les couleurs sont chatoyantes. Il est également plaisant que ce jeu, très difficile dans sa version DS, soit rendu accessible à tous, grâce à une difficulté paramétrable.

Il est évident que les nouveaux venus découvriront une pure merveille du genre.

Cependant, quel est l'intérêt de ce remake pour ceux qui possèdent déjà la version DS ?

Atlus a pensé à vous. Dès le début du jeu, vous pourrez zapper le scénario principal et vous lancer dans une toute nouvelle aventure, qui fait suite à la fin de Devil Survivor 2, « le Triangulum Arc ». le scénario est intéressant, long, difficile et renforce encore la durée de vie du logiciel. De nouveaux démons sont disponibles, comme de nouvelles compétences.

En conclusion Devil Survivor 2 est un chef-d'œuvre, qu'il convient de découvrir ou de redécouvrir !

Bon jeu.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 9, 2015 11:55 AM CET


Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call - édition limitée
Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call - édition limitée

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une réussite absolue., 19 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Theatrhythm Final Fantasy Curtain Call - édition limitée (Jeu vidéo)
La série de Jeux de Rôle, Final Fantasy fut lancée en 1987 au Japon.

Près d'un quart de siècle après, son succès est toujours intact. Ils se caractérisent par des scénarios intelligents, un temps de jeu conséquent, des personnages charismatiques, et par des musiques envoûtantes, splendides et inoubliables, qui deviennent de vrais classiques, joués par des véritables orchestres symphoniques devant des salles combles.

Theatrhythm Final Fantasy : Curtain Call, est, comme son prédécesseur Theathrytm Final Fantasy, un jeu mêlant RPG et musique. Vous dirigez une équipe de quatre personnages issus de la saga, représentés en « super déformés », vous devrez, sur une des compositions originales de la saga Final Fantasy, en suivant le tempo, exécuter sur l'écran tactile du bas, avec le stylet ou la manette, les actions demandées sur l'écran supérieur. Vous devrez, par exemple, maintenir enfoncer le stylet un temps, toucher un bref instant l'écran, utiliser le styler dans la direction demandée. De quoi mettre à l'épreuve vos réflexes !

Le jeu présente plusieurs types de parcours, ayant trois niveaux de difficulté :
Dans les "BMS", vous affronterez une série d'adversaires dont des boss redoutables.
Dans les "FMS", vous vous déplacerez d'un point à l'autre, en utilisant vos jambes et occasionnellement un chocobo, ou, nouveauté, en parcourant le monde avec un aéronef.
Enfin, les "EMS", où vous visionnerez une cinématique résumant un des épisodes de la saga.

A la fin d'un parcours, l'équipe reçoit de l'expérience et progresse en niveau. Vous acquerrez progressivement des compétences qui vont vous faciliter la vie. Vous obtenez aussi des « points de rythme » qui, petit-à-petit, débloquent de nouvelles fonctionnalités, de nouveaux personnages jouables, de nouvelles musiques, etc.

Vous trouverez trois modes de jeu :
Dans le mode normal, vous jouez, à votre gré, sur un des deux cent morceaux présents !
Dans le mode versus, vous pourrez affronter l'IA ou un adversaire en chair et en os.
Enfin le mode Medley vous propose des mini-quêtes, vous devrez exécuter certains morceaux afin d'aller affronter un boss qui vous donnera des cristaux.

Le premier Theatrhythm pouvait légitiment décevoir, non pas par sa qualité technique qui est ici encore surpassée (il faut voir la finesse des décors et des détails des personnages...), mais par le faible nombre de personnages et de musiques disponibles.

Ici, Square a vu les choses en grand, avec plus de 225 morceaux différents, une soixantaine de personnages, un panorama de tous les Final Fantasy sortis, avec en plus les jeux dérivés comme Mystic Quest, Dissidia, Type-0, Final Fantasy Tactics, le joueur a vraiment de quoi s'occuper de longues heures. Très longues !

Le jeu, très addictif, surtout si l'on aime la saga Final Fantasy, est hélas entièrement en anglais, mais le niveau de langue reste accessible.

Bon jeu.


Etrian Odyssey Untold : The Millennium Girl
Etrian Odyssey Untold : The Millennium Girl
Proposé par chezsylvie
Prix : EUR 33,02

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un excellent RPG !, 13 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Etrian Odyssey Untold : The Millennium Girl (Jeu vidéo)
Etrian odyssey est une série de jeux de rôle, réputée pour sa grande difficulté.

Le schéma est immuable : votre groupe d'aventuriers part explorer des contrées sauvages, de véritables labyrinthes qu'il faudra cartographier, à l'aide du stylet, pour s'y retrouver, éviter les pièges ou les ennemis trop puissants afin de mieux se sauver au cas où. Vous partez en quête de fortune, de combats, de gloire, d'argent, de matériaux rares, etc.

Dans Etrian Odyssey, il est inutile et dangereux de se ruer tête baissée : avant chaque exploration, il est indispensable de préparer son équipe, d'avoir les bonnes armes. Au cours des combats, il faut savoir allier les compétences des membres de votre groupe et anticiper les actions de votre adversaire, voire fuir, si la situation l'exige...

En terrassant des adversaires, on obtient des reliques que l'on peut et doit revendre au forgeron de la ville, qui en fera des équipements de plus-en-plus performants.

Ce Millennium Girl est le remake du premier volet de la saga, initialement paru sur la Nintendo DS.

Pour l'occasion, Atlus nous offre de somptueuses scènes animées, des voix et des dialogues vivants, de jolies musiques, et la 3D offre une réelle profondeur de champ à l'ensemble (les combats sont très jolis).

A coté du mode "classique", hérité du jeu originel et offrant 11 classes de personnages totalement personnalisables, on trouve un mode histoire très agréable, où les héros jouables sont paramétrés par avance.

Vous incarnez un jeune "Highlander" dépêché par son clan à la cité d'Etria, il semble s'y passer des événements terribles.

A partir d'ici, vous devrez aller explorer le labyrinthe d'Yggdrasil, divisés en strates.
Chemin faisant, vous ferez la rencontre d'une jeune fille qui semblait dormir depuis des siècles et qui a perdu la mémoire.
Avec votre équipe vous devrez percer les mystères du lieu, aider la demoiselle à se souvenir de qui elle est, et combattre de dangereuses créatures.

Certes, le scénario n'est pas d'une originalité folle, mais il est très plaisant.

Atlus a, pour ce volet, pensé à tous les joueurs : en effet, la difficulté est, ici, paramétrable.
Pour les novices, le mode "Picnic" leur permettra de s'aventurer relativement sereinement dans les labyrinthes ; les joueurs confirmés, quant à eux, s'essaieront aux deux autres niveaux de difficultés.

Si le mode Histoire vous « impose » cinq personnages avec des classes préétablies - ce qui est très intéressant pour les joueurs qui découvrent cet univers - le mode libre vous permettra d'agir comme bon vous semble en paramétrant intégralement votre équipe.

Avec cette liberté de mouvement, le jeu originel, déjà très long (comptez une grosse trentaine d'heures), acquiert une durée de vie considérable. D'autant qu'il est désormais possible, grâce aux pierres grimoires, d'acquérir les pouvoirs de ses alliés ou de ses ennemis...

Etrian Odyssey : The Millennium Girl, n'est pas seulement un excellent remake d'un bon jeu de la DS, il constitue un des meilleurs RPG sortis sur la Nintendo 3DS.

Seul bémol, le jeu est entièrement en anglais et les scènes animées ne sont pas sous-titrées.

Bon jeu !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 17, 2014 9:45 AM MEST


Pokémon X
Pokémon X
Prix : EUR 34,50

41 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pokémon change de dimension., 14 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pokémon X (Jeu vidéo)
L'arrivée de la licence Pokémon sur l'écran 3D de la 3DS est une réussite.

Nous suivons l'itinéraire d'un jeune héros (personalisable au départ), choisi par le professeur Platane avec quatre de ses voisins, il doit parcourir la vaste région de Kalos (qui évoque implicitement la France), capturer des Pokémons, obtenir auprès des maitres des badges montrant ses progrès, afin de devenir le meilleur dresseur possible.

Sur notre route se dresse la mystérieuse Team Flare qui sabote tout sur son passage, bien sur vous devrez les arrêter. La routine pourrait-on dire !

Mais, c'est sans compter sur la beauté incroyable des graphismes et de l'univers que l'on découvre en trois dimensions... les combats, en 3d eux aussi sont splendides, (jamais les Pokémons n'ont semblés si vivants), ils restent fluides, les attaques sont splendides, et les affrontements demeurent très tactiques. La musique est également très agréable.

Ce soft est rempli de bonnes idées comme l'utilisation de Rollers ou d'une bicyclette pour aller plus vite sur les routes. On peut également pêcher et ainsi capturer des Pokémons aquatiques.

Les joueurs anciens noteront une nouvelle variété de Pokémons, "les fées". Mais, rassurez-vous, les anciens Pokémons comme Pikachu et Dracofeu restent de la partie.

Enfin, outre les évolutions classiques de nos bestioles adorées apparait la méga évolution : grâce à des gemmes spéciales, les Pokémons peuvent au cours du combat connaitre une transformation visuellement spéctaculaire qui va les rendre, le temps du duel, beaucoup plus forts ; certes, cette option n'est pas d'un intêret considérable dans le déroulement d'un combat classique, mais elle n'en demeure pas moins sympathique, même si, je pense que cette nouveauté aurait pû et dû être mieux exploitée.

Au final, Pokémon X est un très bon jeu (excellent même), accessible à tous que ce soient les débutants et les joueurs confirmés. Il offre, enfin, une durée de vie considérable grâce à ces nombreuses sous-quêtes et à ses secrets.

Bon jeu !


Project X zone (jeu en Anglais)
Project X zone (jeu en Anglais)
Proposé par Multimedia Services
Prix : EUR 45,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une bien jolie surprise !, 10 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Project X zone (jeu en Anglais) (Jeu vidéo)
Bandai, Sega et Capcom collaborent sur ce RPG tactique au tour par tour.
Une cinquantaine de héros issus des plus grands jeux de ces éditeurs (Final Frontier, .hack/Sign, Megaman, Tekken, Resident Evil, Shining Force, Valkyria chronicles, God Eater, Street fighter, etc.) s'unissent pour contrer une menace qui risque d'annihiler leurs réalités respectives. Et oui, une fois encore vous allez sauver le monde, enfin tous les mondes !

Face à vous, des personnages aussi peu sympathiques que Skeith, Dural V, Astaroth, et tant d'autres vous mettront des bâtons dans les roues...

Le mode de combat choisi est un excellent compromis entre l'arcade et le RPG.
Vos héros forment des binômes inséparables (par exemple Ken et Ryu, Jill Valentine et Chris Redfield, X et Zero ou Kite et Black Rose), les attaquent normales s'exécutent à l'aide du bouton A et du pad ou des touches directionnelles pour ceux qui préfèrent.
Quand la jauge d'attaque atteint les cent pour cent, vous pourrez enclencher, en maintenant le bouton Y appuyé, un combo dévastateur aussi efficace que magnifiquement beau.

De plus, vous pourrez toujours compter sur vos alliés.
A chaque duo de guerriers, qui disposent de compétences spécifiques, on peut, avant le combat, adjoindre un "personnage solo" qui exécutera une attaque après qu'on ait appuyé sur la touche L.

Enfin, si votre équipe se trouve proche d'une unité alliée, en appuyant sur R, celle-ci viendra vous appuyer un bref instant.

Ce système simple, qui laisse au joueur beaucoup de liberté, permet d'oser et de penser de nombreuses tactiques différentes.

Les décors, évoquant les divers univers des jeux où évoluent les héros, sont magnifiques, comme la musique qui reprend les thèmes classiques des logiciels.

On remerciera l'éditeur d'avoir conserver les voix originales en japonais. Hélàs, il n'a pas jugé utile de traduire le jeu de l'anglais, ce qui gênera la compréhension de certaines "private jokes" et de détails, pour les non-anglophones.

Cependant, tout n'est pas parfait dans ce Project X Zone : le scénario pêche par son manque originalité et de lisibilité (ce qui n'a que peu d'importance au fond), l'IA reste peu dangereuse en mode normal. Plus génant, le jeu à un coté répétitif car les missions se ressemblent trop : soit on liquide tous les ennemis sur la carte, soit, tout en liquidant les ennemis sur la carte on doit remplir un objectif en un nombre de tours précis...

En outre, de nombreux personnages sont issus de licences qui n'ont jamais mis les pieds dans nos contrées et qui resteront de parfaits inconnus auprès des nombreux joueurs qui ne recourent pas à l'import.

Mais, la réalisation exceptionnelle du produit fait vite oublier ces défauts. Project X Zone est incontestablement une réussite et constitue un excellent Tactical RPG accessible aux novices en raison de sa difficulté très raisonnable.
Et disons-le, réaliser des combinaisons d'attaques entres les héros de Resident Evil, de Megaman et ceux de Shining Force ou de Final Frontier ; cela est parfaitement jubilatoire.

Bon jeu.


Fire Emblem : Awakening
Fire Emblem : Awakening
Proposé par Good-Prices
Prix : EUR 57,90

46 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille., 19 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fire Emblem : Awakening (Jeu vidéo)
Fire Emblem Awakening est RPG tactique au tour par tour. Vous dirigez une troupe composite (archers, spadassins, cavaliers, mages) sur un champ de bataille où les ennemis sont nombreux et souvent embusqués. Pour remporter la victoire, vous devez remplir l'objectif assigné.

Vous incarnez un jeune stratège (que vous personnaliserez au début de l'aventure comme il vous conviendra) amnésique qui se lie d'amitié avec Chrom, le prince du royaume d'Ylisse qui protège celui-ci avec son équipe de Veilleurs.
Ylisse est un royaume perpétuellement menacé par un puissant voisin de Plegia. En outre des créatures démoniaques surgissent et annoncent le retour du roi dragon tombé un millénaire plus tôt. Vos dons vont être très rapidement mis à l'épreuve si vous voulez sauver le royaume et le monde.

Certes, la trame de Fire Emblem Awakening ne brille pas par son originalité. Mais ses personnages pitoresques et ses dialogues savoureux la rende très agréable à suivre

La particularité des jeux de la licence Fire Emblem réside dans leur grande difficulté : ici, on ne joue pas, on est vraiment à la guerre. Un guerrier tombé au champ d'honneur l'est définitivement.
En outre, les rebondissements au cours d'une bataille sont nombreux : des ennemis arrivent en renfort quand vous pensiez la victoire à votre portée.
Vous trouverez parfois des alliés potentiels que vous pourrez engager selon certaines conditions.
Ici, la vigilance doit être permanente car la moindre erreur peut avoir des conséquences désastreuses. Il faut donc veiller à l'équipement de son équipe et choisir ceux qui iront combattre.

Fire Emblem Awakening donne un nouveau souffle à la saga avec de nombreuses et excellentes idées : trop longues à énumérer, je ne retiendrai que les deux plus essentielles :

- Avec la fonction "soutien", on peut désormais placer une unité à coté d'une autre et celles-ci se défendent et attaquent de concert. Plus leur connivence est importante, plus cela est efficace. Après le combat, les unités peuvent converser entre-elles et ainsi améliorer leur technique.

- La difficulté est désormais paramétrable au début du jeu. On peut ainsi jouer en mode « normal débutant ». Les ennemis sont moins coriaces et surtout on récupère, après le combat, les unités tombées, qui ne sont plus mortes mais simplement KO. Cette initiative permettra à tous de pouvoir jouer à ce logiciel exigeant. Les « vétérans », eux, se délecteront du mode difficile ! Mais, dans tous les cas, sachez que ce jeu constitue un véritable défi.

Ce jeu est beau, incroyablement beau. Les combats(en 3D) sont absolument somptueux, comme les cinématiques. Les musiques, discrètes, collent parfaitemrnt à l'ambiance Héroic-Fantasy de la saga. Les bruitages et les voix sont eux-aussi excellents.

Mon seul bémol vient de la traduction des dialogues. On s'étonne d'entendre des chevaliers employer un ton si familier.

Fire Emblem Awakening constitue l'un des meilleurs jeux sortis sur la 3DS. Cet épisode de cette saga, rendu désormais accessible à tous grâce à sa difficulté paramétrable, mérite de se trouver dans votre ludithèque.

Bon jeu.


Devil Survivor : overclocked
Devil Survivor : overclocked

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Devil Survivor : 1.5, 2 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Devil Survivor : overclocked (Jeu vidéo)
Après presque une année-et-demie après sa sortie aux États-Unis, voici enfin, sous nos latitudes, Devil Survivor Overclocked : le remake d'un jeu, salué par critique et le public, sorti sur la Nintendo DSI au Japon et aux États-Unis il y a quelques années déjà.

Nous sommes à Tokyo, à la fin des vacances de l'été. Vous-même et vos deux camarades de lycée êtes invités à flâner à Shibuya par votre cousin Naoya, un génie de l'informatique. Il vous pose un lapin comme souvent, mais cette fois-ci, il vous confie des COMPS, des étranges appareils qui, apparemment, peuvent invoquer des démons et prévoir l'avenir.

Croyant à une mauvaise plaisanterie de sa part, vous vous apercevez vite qu'il n'en est rien et que Tokyo est désormais coupée du monde, remplie de démons et qu'il va falloir y survivre. D'autant que vous n'avez que sept jours devant vous avant la Fin du Monde.

Issu de l'univers déjà bien riche de Shin Megami Tensei, Devil Survivor Overclocked est un Jeu de rôle tactique (Tactical RPG) où vos champions devront remplir des conditions précises pour remporter une victoire. Et oui, foncer tête baissée ne vous apportera rien, si ce n'est une cuisante défaite, seule une minutieuse préparation vous permettra de triompher : à vous d'équiper vos héros en conséquence.

Selon vos choix, vos préférences, vos décisions, le scénario de jeu changera : vous pourrez modifier ou non le destin de certains protagonistes et par là même le votre. A vous de combattre du coté des démons, des anges, des humains ou tenter de fuir.

Incroyablement riche et addictif, malgré des graphismes minimalistes pour la 3DS, cet RPG s'impose comme un jeu indispensable dans une ludothèque.

Le novice découvrira un jeu difficile, long et prenant (heureusement il peut choisir une difficulté facile, absente de sa première version).

A défaut de voir des graphismes magnifiques, les musiques sont absolument splendides comme le doublage remarquable réalisé pour la sortie 3DS.

Le joueur confirmé, c'est-à-dire celui qui avait déjà joué à sa mouture DSI, découvrira de nouvelles aptitudes, de nouveaux démons à créer et surtout un épisode inédit : le huitième jour.

Ce jeu présente, néanmoins quelques défauts :

-Malgré le doublage, les nouveaux démon et le Huitième jour, on ne peut pas dire que les programmeurs aient vraiment cherché à exploiter les capacités de la 3DS. Cela est dommageable. On notera effectivement que les décors sont plus beaux, mais il n'y a rien de mémorable, même si, disons-le, dans un RPG, la beauté visuelle n'est pas l'essentiel.

- De là surgit une nouvelle question : les possesseurs de la version précédente ont-ils intérêt à acquérir celle-ci ? Je répondrai que cette version est vraiment destinée aux fans purs et durs, la présence de bonus n'est là que pour récompenser ceux-ci. Ceux qui apprécient modérément cet univers et qui ont joué à la version DSI passeront donc leur chemin sans tristesse. Les fans, eux, se rueront dessus ne serait-ce que pour le Huitième jour.

-Le jeu ne bénéficie toujours pas d'un sous-titrage en français : le lecteur non-anglophone passera à coté de beaucoup de choses, tant les dialogues sont riches.

- Enfin, le jeu, dans sa version européenne présente un bug extrêmement ennuyeux : sur le champ de bataille si vous tentez d'invoquer un démon de votre réserve, le jeu plante. Ce qui n'est pas le cas dans les versions américaines ou japonaises ! Vous devrez donc oublier cette commande qui reste néanmoins dispensable si vous avez su vous préparer au préalable.

Bref, si vous aimez les RPG exigeants et complexes et si vous possédez un bon niveau d'anglais, Devil Summoner Overclocked est un jeu que vous devez posséder.

Bon jeu !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 24, 2013 9:42 AM MEST


La France Orange Mécanique
La France Orange Mécanique
par Laurent Obertone
Edition : Broché

104 internautes sur 117 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre qui donne à réfléchir, 6 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La France Orange Mécanique (Broché)
Détestant le lynchage, aimant me faire une idée par moi-même, je fus attiré par le battage médiatique, présentant le livre "France : Orange Mécanique" et son auteur soit comme un héros porteur de vérité, soit comme "un facho" agitateur.
Ce texte est publié par un petit éditeur, cependant il caracole en tête des ventes bien loin devant des essayistes qui passent constamment dans les médias : il se passe donc quelque-chose avec ce "France Orange Mécanique".

Je découvris l'auteur il y a peu à la télévision. C'est un individu calme, courtois, poli et prêt à débattre de ses écrits.

Mais cette émission de service public, qui passe les samedis soirs en seconde partie de soirée, ressemblait étrangement à une session du Tribunal Révolutionnaire du Comité de Salut Public tant on chercha à détruire non pas seulement la pertinence du propos du livre de M. Obertone (ce qui relève d'un travail de critique légitime s'il est fait convenablement), mais l'auteur lui-même que l'on présenta comme un "sympathisant" du FN, un fasciste, donc comme le diable.

Je commandai le livre le lendemain pour juger, sur pièce, de la « chose ».

M. Obertone dans une prose brillante, mais dotée d'un style froid et cynique qui peut parfois heurter, nous dresse, méthodiquement, avec des exemples terrifiants et des statistiques effarantes, le tableau clinique d'une France malade où le viol, la violence gratuite, l'assassinat ne sont plus considérés, par une frange importante de la population, comme des transgressions graves mais comme la norme.

Pire, la justice abonde dans leur sens. Ces criminels, s'ils sont punis, ne le sont que fort peu au regard de leurs actes : au nom d'un angélisme absurde, on pense que ces gens agiraient ainsi à cause de la misère sociale qui les frapperaient et que ces êtres asociaux peuvent encore être socialisés et réinsérés. Idées folles qui ouvrent la voie à une récidive presque certaine...

Les politiques, de gauche comme de droite, décrits par l'auteur, semblent tous aveuglés et ne veulent pas comprendre que, comme dans le roman d'Anthony Burgess, une part de la société a basculé dans «l'ultra-violence » et que celle-ci ne se gère pas comme les crimes et les délits classiques. Devant une situation qui s'aggrave, devant "l'ensauvagement" d'une partie de notre pays beaucoup de responsables minimisent les faits ou les nient tout simplement.

On me rétorquera que le crime a toujours existé, c'est parfaitement exact. Mais on ne peut pas comparer les Blousons Noirs, les Apaches parisiens ou même les Coquillards de Villon aux « racailles » actuelles : si les premiers étaient bien des délinquants et des criminels, ils n'étaient pas des sauvages sadiques et conservaient un sens ou un "code" de l'honneur.

L'auteur, dont on ressent perpétuellement l'indignation et la colère, exagère peut-être, s'emporte, devient parfois excessif dans certains de ces propos, mais on peut comprendre qu'en entendant les témoignages de malheureuses victimes de brutalités abominables, n'importe qui de normalement constitué ressente monter en lui une profonde rage.

Non seulement ces victimes ne sont pas dédommagées, suivies et soutenues comme elles le devraient, mais c'est leur bourreau qui bénéficie de "soins thérapeutiques" afin de le "remettre sur le droit chemin.

On persiste à vouloir rééduquer les criminels. Cela est absurde : peu de criminels sont capables de comprendre et de corriger leurs dysfonctionnements. Ceux qui le font y parviennent seuls (relisez Dostoïevski) et cela passe par une longue ascèse : la rédemption, pour prendre un terme religieux, n'est réservée qu'à quelques rares personnes.

Ce livre qui n'est certes pas dépourvu de défauts (on note quelques coquilles, on aurait aimé de plus amples citations des études criminologique, une comparaison avec les autres pays de l'OCDE, et une abondante biographie même anglophone) est absolument nécessaire. C'est pour cela que je pense qu'il mérite cinq étoiles.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 18, 2013 8:44 AM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20