Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici
Profil de Mushroom > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Mushroom
Classement des meilleurs critiques: 2.931
Votes utiles : 357

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Mushroom

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Sanford Prismacolor Premier Crayons de couleur, Lot de 48, Multicolore
Sanford Prismacolor Premier Crayons de couleur, Lot de 48, Multicolore
Proposé par Finders Deals
Prix : EUR 27,46

16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Achat qui mérite réflexion, 4 juin 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ces crayons de couleurs sont particuliers, surtout si ce sont vos premiers crayons "artistes" (ce sont les seuls que je possède, je suis passée des Staedlers que je trouvais trop secs et pas assez pigmentés aux Prismacolors ; je ne connais pas les Faber Castell par exemple).

Si on ne veut pas se prendre la tête et faire du coloriage pour adultes avec juste quelques dégradés, je pense que ce n'est pas un bon achat. Vous risquez d'être déçus, de les trouver trop gras, trops cireux, de ne pas réussir à superposer les couleurs, et en plus de trouver qu'ils s'usent très vite. En effet, une couche pas trop appuyée laisse voir le blanc du papier ; une couche appliquée avec une forte pression sature le papier en cire ; et une seule couche estompée à l'essence de térébenthine fait apparaître des petits points disgracieux. En fait ils me font penser à des pastels à l'huile, et ceux qui ont essayé savent que cette technique ne s'improvise pas, on ne peut pas se contenter de remplir le papier de couleur en une fois.

Bref, ce sont des crayons qui demandent à être apprivoisés, et j'ai failli me décourager.

Mais c'est en regardant du côté des chaînes Youtube américaines que j'ai commencé à trouver des tutos intéressants ; mais attention : pas des chaînes de coloriage, des chaînes de dessin. Vous y trouverez par exemple le top 7 des erreurs à ne pas faire avec des crayons de couleurs de ce type, où encore des tutos qui vous montreront comment construire peu à peu les volumes. Ainsi, pour avoir quelque chose de satisfaisant avec les Prismacolors, il ne faut jamais appuyer sur le crayon, mais privilégier la superposition progressive des couches, de préférence en coloriant en faisant des petits ronds et non pas des grands traits, et là les couleurs se fondent petit à petit, pour aboutir à la fin à un résultat sans trace ni papier apparent.

Mais pour en arriver là, il faut aller jusqu'à 20 couches ! Au stade où j'en suis, coloriser un petit espace de trois centimètres carrés me prend 10 minutes un quart d'heure au moins !

On voit donc qu'on est face à un outil d'art, qui demande du travail, et qui sera décevant si on ne veut pas l'utiliser comme tel. Au final je les adore, mais quand je les utilise je sais que c'est pour faire quelque chose de travaillé. Je ne pense pas les utiliser pour colorier des mandalas par exemple (à réfléchir), parce qu'ils sont intéressants pour construire des volumes sur des surface relativement grandes, mais sur des petits espaces je ne pense pas qu'il y ait un grand intérêt.

Comme on ne les trouve pas à l'unité, je ne peux que recommander de commencer par une plus petite boite (celle de 23 aux alentours de 13 € ; attention, il ne faut pas les confondre avec les "Verithin" ; ceux dont je parle ont des références commençant par "PC") pour vérifier s'ils vous conviennent. Ce ne sera pas un achat perdu si vous décidez ensuite de passer à une plus grande boîte, puisqu'ils se finissent quand même assez vite, et que les doublons ne seront pas de trop. D'ailleurs vous trouverez des vidéos sur Youtube présentant des tutoriels de portraits réalistes à faire uniquement avec 12 couleurs basique de cette marque, et qui montrent à quel point les couleurs se mélangent bien. Bluffant !

Enfin, en ce qui concerne les nombreuses remarques sur la taille : j'utilise un taille crayon classique de bonne qualité, à la lame bien affûtée, et je n'ai remarqué aucune casse du moment que j'y vais doucement. Il ne faut d'ailleurs pas avoir peur de les tailler suffisamment, car on travaille ainsi avec plus de précision.

J'espère que mon avis vous sera utile ! Amusez vous bien !


Cobee Taille-Crayon Electrique Automatique avec Réservoir 2 Trous avec Taille Différente Batterie et USB Charge 4 Couleurs (Yellow)
Cobee Taille-Crayon Electrique Automatique avec Réservoir 2 Trous avec Taille Différente Batterie et USB Charge 4 Couleurs (Yellow)
Proposé par springdoit
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Très déçue, 31 mai 2017
J'ai été ravie les premiers jours, il taillait très bien.
Et puis au bout de quelques jours d'utilisation, la lame que j'utilisais le plus a cessé de tailler correctement. A la place des copeaux que j'obtenais avant, je n'avais plus qu'une vague poussière de bois, et encore, pas toujours. Maintenant il ne taille plus du tout. Je précise que j'ai mis la lame de rechange, qui a fonctionné correctement sur deux crayons, puis s'est mis à faire la même chose que l'autre. D'ailleurs quand je retire les embouts et que j'essaie de tailler un crayon manuellement avec, ça ne taille pas non plus, comme si la lame était déjà émoussée. Je précise également que mes crayons sont des Staedler, donc des crayons de qualité. Je ne comprends pas...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 1, 2017 8:31 AM MEST


Pussy Wagon Porte-Clés en métal
Pussy Wagon Porte-Clés en métal
Proposé par BMFWALLET
Prix : EUR 5,38

4.0 étoiles sur 5 Bon produit, 6 février 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pussy Wagon Porte-Clés en métal
Très chouette porte-clé qui fait son effet, d'un bon poids et de bonne qualité. Dommage qu'il se décroche régulièrement de l'anneau (j'ai réussi à arranger ce problème en resserrant la boucle avec une pince à bijoux).


Le joueur d'échecs (cc) - Audio livre 2CD AUDIO
Le joueur d'échecs (cc) - Audio livre 2CD AUDIO
par Stefan Zweig
Edition : CD
Prix : EUR 14,20

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Avis sur le livre audio, 6 février 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le joueur d'échecs (cc) - Audio livre 2CD AUDIO (CD)
Ce commentaire concerne le livre audio de cette nouvelle lue par Edouard Baer.

Bien que j'aime le timbre de voix et le jeu de l'acteur, force est de constater qu'il lit beaucoup trop rapidement ! J'ai découvert les livres audio avec les lectures de Bernard Giraudeau, et j'ai cru que l'expérience serait toujours aussi agréable. Erreur ! La rapidité du débit est telle qu'elle exige une concentration accrue voire douloureuse, car à peine a-t-on eu le temps de visualiser ce qui est dit qu'on est déjà passé à la suite.

(à l'attention d'Amazon : il faufrait vraiment distinguer les commentaires des différentes éditions d'un même ouvrage, car me voici en train de critiquer un livre audio au beau milieu des commentaires sur la nouvelle de Stefan Zweig elle même...)


Miss Dumplin
Miss Dumplin
par Julie Murphy
Edition : Broché
Prix : EUR 15,95

5.0 étoiles sur 5 A,lire absolument., 11 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Miss Dumplin (Broché)
Le meilleur livre traitant du surpoids qu'il m'ait été donné de lire à ce jour.
Ce que j'aime chez le personnage de Willowdean, c'est que son surpoids ne la rend ni pire ni meilleure qu'une autre moralement. Oui elle se rassure en se disant qu'il y a pire qu'elle, tout en défendant les filles moquées à cause de leur physique. Oui elle revendique le droit d'exister et de s'habiller comme elle l'entend, mais elle aimerait bien ne pas avoir à subir le regard des autres. Oui elle aime bien le garçon un peu costaud qui voudrait sortir avec elle, mais elle lui préfère l'autre qui est mieux foutu.

C'est ce qui permet à ce roman d'être si réaliste, de ne pas sombrer dans la caricature, et de ne pas être qu'un pur "message", de même qu'une fille grosse a d'autres choix dans la vie qu'être soit le porte drapeau de la cause des rondes, soit une pauvre créature brimée et complexée.
Parce que la réalité est tellement plus complexe, et nuancée, et riche finalement.

"Parfois pour comprendre qui on est, il faut se considérer comme une mosaïque d'expériences, un ensemble de facettes différentes"


Compliance
Compliance
DVD ~ Ann Dowd
Proposé par odyssees-numeriques
Prix : EUR 13,64

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 A voir absolument, film d'utilité publique., 12 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Compliance (DVD)
On pourra dire que le visionnage de ce film aura été une expérience intéressante.
Je connaissais toute l'histoire, le fait divers dont il a été inspiré, ainsi qu'une bonne partie de la mise en scène.
Mon mari lui n'avait aucune information. Je lui ai juste dit que c'était une histoire vraie, car ça me paraissait indispensable. Je ne me suis pas trompée, puisque le réalisateur lui même nous avertit avec UN GIGANTESQUE panneau au générique.

Les premières minutes ont été compliquées, car mon mari ne voulait pas croire que les réactions des personnages étaient vraisemblables, et encore moins réelles. Mais son indignation était telle que je ne savais pas s'il était en colère contre les personnages ou bien contre le film lui même qu'il ne trouvait pas crédible.
La réalité dépasse la fiction dit on... Effectivement, à un détail (sordide) près, l'auteur a choisi de coller au plus près de la réalité, réalité à la fois tellement absurde et révoltante qu'elle peut nous projeter complètement hors du film.
Pour ma part, ayant déjà signé le contrat de cette absurdité, je n'ai pas trouvé ce film dénué de subtilité, même au début. Et finalement, mon mari a admis que c'était un excellent film, et que sa colère était sans doute due au fait qu'il interpelle le spectateur inévitablement.

Ce film fait réfléchir à la fois par l'exposition du fait divers, par sa mise en scène très travaillée (les plans sont lourds de sous entendus, montrant à quel point le monde continue de tourner autour d'une scène d'humiliation que chacun s'efforce de considérer comme normale), et par son aspect métaphorique. Voyez à quel point l'horreur est possible à partir du moment où elle fractionnée en une multitude de consignes, données individuellement à des gens qui cherchent à obéir pour plaire, avec la complicité des râleurs qui prefèrent fermer les yeux et retourner au travail... Une métaphore des plus grandes tragédies de l'histoire.

Cela pourrait paraitre dénué d'espoir, mais je trouve qu'au final le film montre qu'un seul "non" peut tout arrêter, ce qui est souligné par l'accélération finale des événements.

Les acteurs sont phénoménaux (à l'exception peut-être de celle qui joue la jeune fille, mais heureusement son rôle n'est pas, paradoxalement, un pilier de l'intrigue), à tel point que même la gérante à la fin ne nous parait pas complètement antipathique. Juste... comme tout le monde, en effet.

On regrettera peut-être l'étonnante brièveté du film (1h29), alors qu'il aurait gagné à mettre en place les choses beaucoup plus lentement au début. La gérante passe en effet très vite à la fouille corporelle de son employée, et c'est sans doute là que la crédibilité en prend un coup. J'ai l'impression que le réalisateur n'a pas osé aller jusqu'au bout de sa démarche, craignant une lenteur qui rebuterait certains spectateurs. Si tel est le cas, je pense que le pari n'est pas judicieux, car en réalité le film même tel qu'il est ne sera pas apprécié par ceux qui redoutent la lenteur.


Beautiful Bastard - Version Française -
Beautiful Bastard - Version Française -
par Christina Lauren
Edition : Broché

24 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Je suis vraiment obligée de mettre une étoile ???, 1 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beautiful Bastard - Version Française - (Broché)
Coup de gueule. J'avais dans ma PAL ce "roman" dans la lignée des "50 nuances" et "After" ; parce qu'on a beau aimer la littérature, on peut estimer qu'il n'y a pas de mal à se faire du bien avec un peu de récit érotique sans prise de tête.

Alors quand on a ce genre de livre entre les mains, on accepte tacitement d'entailler de quelques coups de canifs ses convictions féministes (la suite montrera que ce n'est d'ailleurs pas une bonne chose). En effet, bien qu'écrits par des femmes et destinés à des femmes, ces romans sortent difficilement de la vision de la femelle d'autant plus excitée qu'elle sera soumise voire malmenée par l'homme... Au mieux c'est l'homme qui l'éveillera au désir (After) ; au pire elle acceptera tout et n'importe quoi (50 nuances). Mais bref, faute de mieux, lançons nous.

Eh bien c'est la première fois que ça m'arrive, mais j'ai balancé ce torchon avant la vingtième page. Habituellement, tout dominant qu'il est, l'homme entreprend quelque chose qui s'apparente à de la séduction pour arriver à ses fins ; et même si cela consiste à traquer le portable de la demoiselle et à lui offrir un tour en deltaplane pour lui donner une idée de la grosseur de sa... fortune (50 nuances), on apprécie que le jeune homme fasse au moins quelques efforts et que la première scène hot n'arrive pas avant la cinquantième page, c'est à dire pas avant que la tension sexuelle soit réellement installée.

Eh bien dans "Beautiful Bastard", que nenni. La narratrice (dont je ne peux pas dire que j'ai oublié le nom car je n'ai MEME PAS EU LE TEMPS de retenir son nom, bon sang j'ai l'impression d'avoir eu connaissance de la marque de sa culotte avant son prénom) raconte brièvement ses rapports désastreux avec son patron (le fameux "Beautiful Bastard", littéralement "beau salaud"), tellement désastreux qu'ils mériteraient un recours aux prud'hommes. Après s'être fait pourrir pour une heure de retard, la demoiselle se voit chargée d'un travail incommensurable, à faire le jour même, par son odieux chef, ainsi que d'une "présentation" à lui faire dans son bureau le soir même (tu la sens la grosse anguille sous roche là ?). Le tout ordonné sur un ton très autoritaire. Comme seule protestation passant par la tête de l'employée, on lira "Ouh il est vraiment méchant mon patron, mais qu'est ce qu'il beau"...
Après avoir passé la journée à bosser sans presque rien manger, la dame va dans le bureau du monsieur et commence sa "présentation", non sans se remémorer la fois où elle l'a surpris torse nu et tout en sueur dans la salle de sport... À peine a-t-elle prononcé deux phrases (littéralement, DEUX PUTAIN DE PHRASES), vla ti pas qu'elle sent la main du susdit patron sur ses fesses...

MAIS CASSE TOI, baffe-le, fouzy un coup dans les kiwis et appelle la police, m**** !!! Bon sang mais même si Robert Pattinson en personne te fait ce coup là, tu n'apprécies PAS le moment quoi !!! Une femme victime de ce genre de chose peut aussi être sidérée et ne pas parvenir à réagir, mais ça n'en reste pas moins un abus sexuel, bordel.

Eh bien pas avec Miss Culotte. Miss Culotte se retourne et en redemande, et on assiste à la scène de sexe la moins émoustillante de la galaxie ; à coté, 50 nuances, premier roman intégralement écrit avec les pieds, devient aussi subtil que les Liaisons Dangereuses, c'est dire. Je n'ai même pas lu le passage en entier, même pas par curiosité, c'est dire aussi.
C'est là que j'ai balancé le bouquin dans le mur, furieuse contre moi même d'avoir fait gagner quelques euros à la maison d'édition, et à l'auteure (car oui je viens de vérifier, c'est bien une femme). Je ne peux racheter mon crime qu'en écrivant cette critique. J'ai parcouru quelques avis sur le net, rassurée de voir que je n'étais pas la seule à ne pas avoir aimé, admirative face à celles qui l'avaient tout de même lu en entier, triste de ne pas lire d'autres indignations féministes. Ce fut tout de même l'occasion d'apprendre que les scènes à venir ressemblaient toutes à celles-ci, que la demoiselle giflait souvent le monsieur entre deux parties de jambes en l'air, que les protagonistes se parlaient constamment comme des chiens, et qu'ils se traitaient régulièrement de "bastard" et de "whore". Or, on le sait, "salaud" n'a jamais été l'équivalent de "salope"...

À quand une mise en scène de la sexualité féminine qui cesse de placer nécessairement la femme au rang d'objet, vierge effarouchée ou produit de consommation ? Bien sûr je n'ai pas lu toute la littérature érotique mondiale, et j'imagine et j'espère qu'il existe quelques écrits de qualité qui donnent une autre place à la femme (à chercher d'ailleurs : une autre rédemption possible !). Mais je suis comme tout le monde, j'ai acheté ce qui se vend le plus, j'ai cédé au marketing, j'ai pris ce qu'on trouve en tête de gondole chez Leclerc et chez Amazon. Je suis surprise à tort. Mais indignée à raison.

Mais cette indignation, cette déception de lectrice, ces 17€ (arg) partis en fumée, ce n'est rien. Car j'ai la chance d'avoir 34 ans et assez de recul pour vomir ces quelques pages.
Ce qui n'est pas le cas des tres jeunes filles, voire des petits filles, car oui j'ai vu des romans de cette "auteure" dans les mains d'une eleve de sixième ! Il est facile de blâmer les parents, mais peut être qu'ils ne connaissent pas jusqu'à l'existence de ce genre "littéraire" à succès, qu'ils ne savent pas que ça se trouve à Leclerc entre le rayon CD et le rayon électroménager. Peut être aussi qu'ils n'ont jamais songé à vérifier les lectures de leur fille, parce qu'un livre, c'est forcément innocent n'est ce pas.

Je pense donc qu'il serait indispensable d'instaurer au moins une signalétique "+ de 18 ans" sur les livres...

... à défaut d'une signalétique "attention objectivation de la femme".


Respire - tome 1 (Ten tiny breath)
Respire - tome 1 (Ten tiny breath)
par K a Tucker
Edition : Broché
Prix : EUR 15,05

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 ennuyeux, 19 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Respire - tome 1 (Ten tiny breath) (Broché)
J'avoue que je n'ai pas fini ce roman. Certains personnages sont campés, mais je me suis lassée, et je me suis rendu compte que ce qui allait arriver à l'héroïne (se mettra-t-elle au strip tease pour gagner sa vie ? couchera-t-elle avec le beau gosse du coin ?) ne m'interessait pas du tout.


Il me cherche ! Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans
Il me cherche ! Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans
par Isabelle Filliozat
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

42 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Moins bien que "j'ai tout essayé", 19 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Dans "j'ai tout essayé", l'auteur explique les mécanismes du cerveau de l'enfant jusqu'à cinq ans. On comprend que le fameux "caprice" n'existe pas, tout simplement parce que le tout petit est incapable d'en faire. C'est brillant et salutaire.

Mais pour l'enfant plus grand, je n'ai pas été complètement convaincue par le propos. Le principe reste le même, et on continue à apprendre des choses qui expliquent le comportement de l'enfant, mais on sent bien que l'auteur arrive au bout de ses arguments, et de ses propositions.
Ranger sa chambre ? Rendez ça ludique (comme si les corvées étaient ludiques...)
S'habiller seul ? Laissez le choisir ses affaires tout seul (ça marche.... quatre jours).
Colères à répétition, agitation ? C'est peut être.... le sucre. Je trouve qu'on frôle la pensée magique.

Je ne pense pas qu'on puisse gérer un tout petit comme un enfant plus grand. En grandissant, l'enfant doit (c'est peut etre triste mais c'est ainsi) exprimer ses émotions dans le cadre de ce qui est acceptable socialement. Je pense qu'il y a un virage à négocier autour de 5-6 ans (pour passer de "j'accueille toutes les expression de l'émotion" à ce cadre acceptable justement), et l'auteur ne nous y aide pas vraiment. Malgré tout, certaines pistes de réflexion restent intéressantes.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 13, 2016 6:19 PM CET


Tangle Teezer Brosse dmlante The Original Panther Black
Tangle Teezer Brosse dmlante The Original Panther Black
Prix : EUR 10,50

5.0 étoiles sur 5 Je ne peux plus m'en passer, 19 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tangle Teezer Brosse dmlante The Original Panther Black (Beauté et hygiène)
Mes cheveux sont souples, ondulés ; cette brosse m'est désormais indispensable. Elle ne tire pas, ne fait pas mal, il suffit de passer plusieurs fois la brosse pour venir à bout de tous les noeuds, sans forcer. Sur cheveux humides commes secs. Ne rend pas les cheveux électriques. La prise en main n'est pas des plus pratiques à mon sens, mais c'est un détail.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6