undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de Antoine > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Antoine
Classement des meilleurs critiques: 1.124
Votes utiles : 379

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Antoine (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Evola : Guides des citations
Evola : Guides des citations
par Antoine Dectot de Christen
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un hommage à une grande oeuvre, 29 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Evola : Guides des citations (Broché)
Voilà un petit livre qui fait du bien. Il s'agit d'un abécédaire evolien qui retrace les grands thèmes du penseur italien à travers son oeuvre immense. Je ne trouve rien à redire: tous les thèmes chers à Evola sont présents, les citations ne sont pas coupées et laisse développer clairement l'idée. C'est sans équivoque, tranché et d'une puissance à rendre pâle toute la pensée matérialiste-nihiliste qui a proliféré depuis le siècle des Lumières. Ce livre peut servir d'introduction et vous guider vers les écrits qui vous intéresse car le moins qu'on puisse dire c'est qu'on y est vraiment tenté. Pari réussi donc. Il faut saluer ici les éditions Pardès, défenseur et principal éditeur de cet auteur injustement cantonné aux paysages de l'extrême droite. Cette oeuvre a une vocation universelle de part les principes éminemment traditionnelles qu'elle expose tout en balayant les grands mythes de la subversion moderne.

Pour dissiper tous les doutes, je ne suis pas l'auteur de ce livre.


La pomme rouge
La pomme rouge
par Francis Garnung
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 Du Lolita plus pur, 18 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La pomme rouge (Relié)
Une histoire érotico-innocente à la forme originale et surannée. On lit comme de curieux facteurs les lettres d'un homme épris d'une toute jeune fille, sa voisine, qu'il observe jusqu'à la fréquenter et l'approcher très physiquement. Dans l'écriture cela nous donne tout ce côté paternaliste parfois un peu lourd et parfois très beau. Guillemette, est notre heureuse élue. Elle est belle, joueuse, plutôt mature. Enfin ça c'est ce dont on essaie de se convaincre, car Guillemette est bien jeune. Mais tellement jolie. Ç'en est trop pour François...

Ce thème est évidemment des plus sulfureux mais en nos temps de puritanisme sélectif, où à peu près toutes les passions sont permises sauf celle-ci, il est heureux de voir un roman trempé dans l'encre du scandale, le point de vue fictif excluant toute considération morale. Des regards, des jeux, des déguisements et tous les mimétismes de la nymphette curieuse; ce monde de symboles encore baigné de l'innocence s'apparente à une répétition théâtrale qui met en scène tout le potentiel de séduction avant l'acte décisif. Il semble qu'à chaque femme, peu importe son âge, l'érotisme fait partie de son sang. François est comme victime de ces représentations d'érotisme suggérées. Il s'attache à cette douce enfant et en tire une amertume aussi valable et profonde que pour n'importe quelle femme. François avance, puis recule, il ne sait pas s'il en fait trop avec ses grosses pattes de grand méchant loup ou s'il est victime des jeux facétieux de sa petite fille. En tout cas il ne mène pas la danse malgré les apparences car dans ce royaume d'innocence, la petite fille est souveraine et l'homme l'éternel damné. Et c'est ainsi, par un événement des plus symboliques que le jeu tournera à la maladie.

Ce genre de passion amoureuse est si rare dans notre littérature que je ne peux être trop sévère dans ma notation. Ne serait-ce que pour ne pas trop décevoir la petite Guillemette... On a souvent comparé La pomme rouge à la Lolita de Nabokov. La prose de Nabokov est tout de même bien plus puissante dans ses images en plus d'être plus sulfureuse dans ses finalités. Une nécessité sans doute pour justifier ce qui parait indéfendable mais qui apparaît souvent irrésistible. Sur le même thème: Mineure de Queffelec. Rose bonbon de Jones Gorlin. La confirmation de Segré et à peu près tous les écrits de Matzneff.


Felt Mountain - Edition Limitée
Felt Mountain - Edition Limitée

5.0 étoiles sur 5 Maternel. Euphorisant. Triste..., 4 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Felt Mountain - Edition Limitée (CD)
... Aérien. Apaisant. Enchanteur. Nostalgique. Voluptueux. Pur. Contemplatif. Poétisé. Suave. Limpide. Anachronique. Éthéré.

Cet album est unique. Il ne semble dériver de personne, d'aucune influence ou de genre musical précis. Tout flotte en cet album: voix, piano, symphonie électronique murmurée. C'est de la musique au sens le plus noble qui existe. Je réécoute ces morceaux année après année comme un enfant à qui on raconte la même histoire, et qui ne s'en lasse jamais. Mes nuits en Felt Mountain, mes plus beaux voyages...


Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l'imagination du désastre
Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l'imagination du désastre
par Mike Davis
Edition : Poche

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La modernité urbaine expliquée, 26 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l'imagination du désastre (Poche)
Il s'agit d'un chapitre tiré du livre City of quartz. La description du Los Angeles actuel est tout à fait effrayante. Ultra-Sécuritaire. Ségrégationniste. Une construction artificielle lavée de toute histoire. Un climat qui rend toute étincelle explosive et ont plongé la ville dans un engrenage des plus vicieux. Los Angeles est un bel exemple de ce que peut être la cité idéale du point de vue du plus riche. Un rêve pour les uns, un cauchemar pour les autres. Mais le plus déprimant dans tout cela c'est de voir comment Paris ne fait que suivre cette dérive ultra capitaliste sous couvert d'une politique pseudo-sociale-écolo-gentil. Tout comme Los Angeles, une véritable centrifugeuse a exclut ce qui constituait le peuple de Paris. Et si les frontières de la capitale s'étendaient un peu plus, ce phénomène de "ghettoïsation" sauterait aux yeux. Du libéralisme, du sécuritaire, le reste on verra. Paris ne sera jamais L.A mais la capitale devra suivre la marche du monde. À côté de cela c'est certain, le L.A robotique de Blade Runner, ses hautes tours, ses voitures volantes perçant des horizons noirs est une belle poésie.


Nikopol, tome 1 : La Foire aux Immortels
Nikopol, tome 1 : La Foire aux Immortels
par Enki Bilal
Edition : Album

5.0 étoiles sur 5 Un tournant dans la Bande dessinée, 25 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nikopol, tome 1 : La Foire aux Immortels (Album)
Des oeuvres marquantes en BD, il y en a: Little Nemo, Le lotus bleu, Arzack, Palestine. Pour moi La foire aux immortels en fait partie. Elle a imposé une esthétique qui a ouvert de vastes champs visuels à côté des grands classiques du genre comme Valerian, Yoko Tsuno ou l'oeuvre de Paul Gillon. Et oui, parce que nous ne sommes qu'en 1980, et ce qui surprend le plus dans cette histoire c'est son incroyable modernité. Cette oeuvre censée se dérouler dans un futur proche (2023) n'a pas du tout vieilli tant dans son esthétique que sur son aspect sombre et totalitaire. Le pari est réussi. Bilal maitrise son oeuvre de bout en bout, chaque case est soignée comme un tableau et certains plans sont devenus des classiques. Difficile de ne pas être admiratif. Pas fan de Bilal, il s'agit de la seule trilogie que j'ai lu mais pour moi, là, c'est un sans faute.


The Best of Bridgman
The Best of Bridgman
par George Brant Bridgman
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

5.0 étoiles sur 5 Du concret!, 25 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Best of Bridgman (Broché)
Bridgman propose de superbes crayonnés qui ont ce côté irréel assez plaisant. Les poses sont parfois exagérées et les muscles hypertrophiés mais c'est justement par cela que l'anatomie se révèle et nous aide à mieux comprendre son fonctionnement. Et surtout ce côté dynamique le rend très vivant. À mon humble avis on apprend beaucoup mieux par les observations faites ici que par les énormes guides anatomiques aux dessins très statiques. Et si vous êtes bilingue vous aurez droit aux explications en plus. Hautement recommandé pour les étudiants même si le dessin de nu vivant est irremplaçable.


Du bonheur d'être réac : Apologie de la liberté
Du bonheur d'être réac : Apologie de la liberté
par Denis Tillinac
Edition : Broché

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Réconfortant comme un bon vin, 17 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Du bonheur d'être réac : Apologie de la liberté (Broché)
Un livre qui enivre notre mélancolie et nous rassure. Il est étonnant de voir parfois combien nous sommes en correspondance avec certaines personnes. Ils sont comme des frères d'âme, ils semblent avoir poussé dans le même champ que vous et partager vos douleurs, la même révulsion de la sottise et de la lourdeur contemporaine. Ils ont leur sensibilité, leur caractère, leurs défauts mais vous vous y retrouvez. Et là, vous vous dites que vous n'êtes pas seul.

La première partie est rédigée comme une longue prose, emprunte de mélancolie et de solennité. C'est tranché et imagé. Un régal. Les fondamentaux du réac est de loin le chapitre le plus original, le plus universel, le plus intelligent. Malheureusement la suite est moins joyeuse, beaucoup trop terre à terre car trop politisée. Mais surtout inutile. En effet, à quoi bon vouloir défendre Eric Zemmour? Richard Millet? Ou revenir sur le mariage pour tous? Tout bon réac a à peu près le même avis là dessus et cela donne l'impression qu'on essaie de nous amadouer politiquement mais aussi que l'auteur ne nous dit pas tout; les vrais sujets tabous, le réac les connait... Restons-en à votre formule Monsieur Tillinac. ”L'art du réac relève de la mystique et de la poétique, surtout pas du politique.”J'ai été déçu, certains passages sont lourds alors que règne un sentiment d'élévation dans les deux premiers chapitres.

En vérité ce livre devrait s'appeler "Manifeste du bon sens" dans cette période de mensonge généralisé. Je retiens une formule, en toute fin du livre, qui résonne terriblement en moi:

« Avis à la jeunesse: l'espérance dont on vous prive, vous pouvez la forger à la barbe des sexagénaires bobos. Mais à condition de bazarder sans égards leur «déconstruction». Ce sera à mains nues et le dos au mur car pour «jouir sans entraves» (slogan imbécile de Mai 68) ils vous ont criblés de dettes, matériellement et spirituellement.»


The Human Machine
The Human Machine
par George Brant Bridgman
Edition : Broché

1.0 étoiles sur 5 Quel gâchis!, 11 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Human Machine (Broché)
Je me joins au concert des mécontents. N'espérez pas recevoir un exemplaire de meilleure qualité, il semble que cette édition soit un ratage total! Et c'est bien dommage car ce format A4 est idéal par rapport aux autres ouvrages de Bridgman édités chez Dover. C'est une échelle où nous sommes habitués à dessiner. Pour le même format je me suis tourné vers le guide de Shepard, assez complet, toujours chez Dover, avec une approche plus académique mais Brigman reste pour moi la référence.

Que cette édition ne vous fasse pas haïr cet éditeur. Dover propose des éditions économiques tout à fait correctes avec un catalogue de référence.


La femme du magicien - tome 0 - La Femme du magicien
La femme du magicien - tome 0 - La Femme du magicien
par Jérôme Charyn
Edition : Album
Prix : EUR 16,45

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Amour, folie, meurtre, 7 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La femme du magicien - tome 0 - La Femme du magicien (Album)
La femme du magicien est un récit adapté de l'écrivain James Mallahan Cain. L'histoire d'un trio entre un magicien, sa femme et sa fille. Cette dernière est douée d'un pouvoir que seul le magicien semble pouvoir contrôler de façon bénéfique.

Sous les aspects d'un roman policier, ce récit aux confins de la folie a tout d'une nouvelle fantastique à la Maupassant. Du Maupassant baigné dans la modernité crade du New-york des gangs mais aussi du décor onirique d'un vieux cirque Pinder et d'hallucinations époque XVIIIème peuplées des gens de cour. Tout ça me direz vous? Oui, pas moins, et c'est cet imbroglio temporel qui donne au récit cette esthétique si étrange. Les passages sur ce qui semble être des hallucinations de la jeune Rita donnent lieu à de magnifiques planches de François Boucq qui semble vraiment à l'aise dans l'exercice notamment pour les décors et le parti pris des couleurs décalé qui teinte tout le récit de cet aura fantastique et irréel.

Que vaut le roman de Cain, je n'en sais rien mais cette adaptation plutôt audacieuse est un bel exemple de ce que peut constituer la bande dessinée en littérature, à savoir son extension esthétique au domaine de l'écriture. Cela peut donner le meilleur comme le pire évidemment. Ce n'est pas le cas ici. Cette BD fut primée à Angoulême mais elle semble passée totalement aux oubliettes. Cette réédition réparera peut-être cette injustice.


La passion de Diosamante
La passion de Diosamante
par Alexandro Jodorowsky
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 Mythologique, 4 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La passion de Diosamante (Relié)
Une belle histoire à l'aspect mythologique comme on en fait plus. Elle raconte l'initiation de la Princesse Diosamante à l'amour et comment elle se dévouera corps et âme pour celui qu'elle aime. L'univers fait penser à Conan, des décors somptueux et très travaillés et un découpage surprenant mais très réussi. Certaines planches sont de véritables tableaux. Une très bonne école pour l'apprentissage de cet art ou pour tenter de nouvelles approches. Gal est une vraie perte pour la bande dessinée française.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11