undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de KLINGSOR > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par KLINGSOR
Classement des meilleurs critiques: 1.233
Votes utiles : 442

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
KLINGSOR

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Eastern Boys
Eastern Boys
DVD ~ Olivier Rabourdin
Prix : EUR 21,38

2.0 étoiles sur 5 Je n'aime pas... (spoilers), 6 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eastern Boys (DVD)
... l'invraisemblance. Comment un festival aussi prestigieux, sérieux (?), que la Mostra de Venise, peut attribuer le prix du "Meilleur film" à un scénario auquel on ne croit pas dès le début ?
Qui peut croire qu'un type laisse entrer n'importe qui chez lui, sans regarder qui se présente devant sa porte, alors que celle-ci bénéficie d'un judas et d'une sécurité pour la retenir entrouverte ? Que celui-ci ne tente pas de s'enfuir de chez lui quand la horde prend possession des lieux ? Qu'il reçoive "celui par qui le malheur" est arrivé, comme si de rien n'était ?
Quand les invraisemblances psychologiques s'accumulent ainsi dès le début et que le metteur-en-scène nous les impose pour que le reste du film tienne debout, on se sent, finalement, pris en otage, en tant que spectateur; comme le "héros" du film.
La moindre des choses, au bout du compte, c'est de pouvoir exprimer sa déception devant ce qu'un prix à Venise laissait augurer de qualité.


Haydn : Trios pour flûte, pianoforte et violoncelle
Haydn : Trios pour flûte, pianoforte et violoncelle
Proposé par Meganet France
Prix : EUR 5,50

5.0 étoiles sur 5 Frais, allègre, joyeux..., 4 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haydn : Trios pour flûte, pianoforte et violoncelle (CD)
et sur instruments d'époque: autant avertir ceux qui y seraient allergiques !
Que dire de plus ? Cela s'écoute et se réécoutera avec grand plaisir, comme toujours avec Haydn.
N'hésitez pas !


Bizet: Carmen
Bizet: Carmen
Prix : EUR 22,90

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Jamais trop tard pour être... déçu, 3 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bizet: Carmen (CD)
Évacuons tout d'abord la polémique: Carmen, soprano ou mezzo ? La créatrice du rôle, Galli-Marié, était mezzo, point !
Maintenant, puisque le rôle a, depuis, été fréquemment chanté par des sopranos, que celles-ci, au moins, répondent à 2 critères "sine qua non":
1) un timbre riche, plus sombre que celui de l'autre soprano de l'ouvrage, Micaëla, car c'est aussi à des fins dramatiques que Bizet a tenu à les différencier.
2) un passage fluide entre la voix de tête et la voix de poitrine et une grande aisance quand il s'agit de chanter dans ce registre grave.
Angela Gheorghiu répond parfaitement au premier critère. Impossible de la confondre avec Inva Mula. Par contre, n'étant pas mezzo, elle ne gère pas aussi bien la partie grave de sa voix, très souvent requise par Bizet, notamment dans le trio des cartes et dans l'air qu'elle y chante, situé essentiellement dans cette zone.
Je ne détaillerai pas chaque rôle ici: je l'ai fait dans une première mouture, qui a été refusée par Amazon, car "trop longue"; j'en conclus qu'il vaut mieux dire ici "j'aime, j'aime pas", sans expliquer pourquoi, que d'exposer les raisons un minimum objectives de sa déception.
Je dirai donc, plus rapidement, qu'un énième enregistrement de "Carmen", s'il veut prendre une place dans une discographie pléthorique, ne peut pas se permettre d'être entaché d'autant de "pailles", de défauts qui, souvent, auraient pu être corrigés en répétitions ou pendant les sessions d'enregistrement.
Ces défauts, nombreux, se situent essentiellement au niveau de la prononciation: `pour Gheorghiu, l'accentuation des dernières syllabes se terminant par un "e", en prononçant un "oeu" et appuyant dessus. Un flou artistique dans la prononciation des "é" et des "è" et la transformation fréquente des "i" en "u". Le directeur artistique laisse aussi passer des erreurs de texte: dans l'échange qui précède l'air de la fleur de Don José, Gheorghiu chante, par 2 fois, "tu vas te faire ENTENDRE" au lieu de "tu vas te faire ATTENDRE". Par contre, à son actif, elle chante parfaitement les en, in, on... "bêtes noires" habituelles des chanteurs.
Ce qui est le cas de Thomas Hampson, qui, comme toujours, grossit sa voix et "cravate" dans le grave, comme la plupart des barytons: depuis José van Dam et Samuel Ramey, on devrait pourtant savoir que ce rôle doit être chanté par un baryton-basse et pas par un baryton, limité dans le grave.
Inva Mula ne déchainera ni critiques, ni éloges: pro, sans plus.
Pour ce qui est de Roberto Alagna, il est loin (seulement 10 ans, pourtant) le temps de son Roméo idéal: son péché mignon d'aigus trop hauts est de retour, sa voix n'est plus capable d'autant de souplesse qu'avant (le si bémol de l'air de la fleur chanté forte, alors qu'il devrait être piano); et ses notes prises par en dessous finissent par fatiguer. Pas déshonorant, mais pas glorieux non plus.
A noter que s'il chante sans rouler les "r", la plupart des autres chanteurs les roule: un coach en langue ou le chef d'orchestre n'auraient-ils pas pu veiller à plus d'homogénéité dans la prononciation ?
Pour ce qui est de la direction, justement, quelques beaux moments; mais aussi des emportements subits de chef cyclothymique. "Carmen" est envisagée ici comme un opéra "à numéros", sans vision globale, sans sensation de la grande arche tendue inexorablement vers la fin, comme c'est le cas dans la version Abbado.
A noter que cet enregistrement rétablit des passages rarement, voire jamais enregistrés (intéressant) mais que les dialogues parlés, pourtant exemplaires du genre "opéra comique" (autre nom de la Salle Favart où fut créé l'ouvrage), sont remplacés par des récits chantés accompagnés par l'orchestre. Cela n'apporte rien et dénature le caractère de l'ouvrage.
Bilan décevant. Retour vers la "Carmen" de Berganza-Domingo-Milnes-Cotrubas/Abbado chez DG.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 15, 2016 11:27 AM MEST


Cinéma de minuit
Cinéma de minuit
Prix : EUR 1,29

5.0 étoiles sur 5 Madeleine de Proust, 12 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cinéma de minuit (Téléchargement MP3)
Quelle surprise de découvrir que le compositeur de ce mythique générique est celui du non moins mythique "Chabadabada" !
C'est bien là une preuve du talent d'un génial compositeur à ranger aux côtés de Bernard Hermann, Nino Rota...


Simon Boccanegra
Simon Boccanegra
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 25,79

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Franchement pas le haut du panier !, 12 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Simon Boccanegra (CD)
C'est issu du coffret "Solti- Verdi Operas" que j'ai découvert cette version de l'un des plus beaux et méconnus opéras de Verdi.
L'affiche, prestigieuse sur le papier, me faisait déjà saliver. Je suis tombé de haut !
Je commencerai par le meilleur: Leo Nucci, qui, malgré le studio, tente de faire vivre son personnage. Paradoxalement, peut-être l'a-t-on enregistré un peu trop tôt dans sa carrière: la maturité sied à ce rôle, surtout quand l'expérience a permis aux moyens vocaux de s'étoffer, aux harmoniques de se développer. Oserais-je avancer qu'il "fait" un peu trop jeune, ici, vocalement et dramatiquement, comparé à la référence "Cappuccilli", toujours d'actualité ?
Kiri Te Kanawa a un timbre d'une beauté rare et chante magnifiquement... mais n'exprime rien ! Le son pour le son ! C'est déjà beaucoup, mais ça n'est pas assez. Retour vers Mirella Freni.
Giacomo Aragall enregistre à une mauvaise période ou trop tard; l'aisance n'y est plus. Bon, rien de franchement rédhibitoire. Mais une sorte de laisser-aller stylistique avec des "h" aspirés disséminés un peu partout, notes prises par en dessous. Bref: un style tendant au vérisme qu'un chef un peu plus vigilant aurait pu gommer. Dommage.
Mais ce qui discrédite absolument et définitivement cet enregistrement (à moins d'être un fan de tel ou tel chanteur; ou du chef), c'est le Fiesco impossible de Paata Burchuladze. Comment a-t-on pu demander à ce chanteur d'offrir son exécution de ce magnifique rôle à la postérité ? Lui aura-t-il suffi d'être un protégé du von Karajan des vieux jours, pour devenir incontournable ? N'y avait-il franchement personne d'autre, en 1989, pour enregistrer ce rôle ?
Vous aurez droit tout du long du rôle à ce qu'on peut appeler un chant "patate chaude", avec des voyelles continuellement déformées (des a se prenant pour des o ouverts...) qui empêchent de comprendre le texte. Quand aux aigus... Aïïïïe !!! Sa dernière intervention, habilement "maquillée" par l'ingénieur du son, mais pas suffisamment, malheureusement, l'oblige à... "gueuler" son dernier aigu, avec chats, mucosités sur celui-ci: quand la voix est maltraitée, elle se rebiffe ! Que n'a-t-on demandé au jeune Carlo Colombara (Pietro, ici) de remplacer Burchuladze ? Même Paolo Coni pousse sa voix dans les aigus de sa courte intervention. Quel luxe que van Dam chez Abbado !
Je ne saurais que dire de la direction de Solti tant mon écoute a été désagréablement accaparée par les faiblesses de la distribution. C'est fort dommage: les versions de cet ouvrage ne sont pas si nombreuses...
Retour, donc, à la magnifique version Abbado, où c'est une lapalissade que de considérer Nicolaï Ghiaurov comme "supérieur" au géorgien cité ci-dessus. Quant à Cappuccilli, Freni, Carreras, van Dam, Foiani... ils sont désormais entrés dans la légende.


Quintettes pour cordes
Quintettes pour cordes
Proposé par DAME BLANCHE DISQUAIRE PARIS
Prix : EUR 18,55

5.0 étoiles sur 5 Un joyau !, 7 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quintettes pour cordes (CD)
Le talent musical était aussi partagé par Michael, dans la famille Haydn.
C'est la vielle série TV "Le 16 à Kerbriant" qui m'a fait découvrir cette musique magnifique.
Les versions disponibles ne sont pas nombreuses; celles sur instruments modernes datent un peu, tant "sonorement" qu'interprétativement.
Celle-ci, réduite à 5 instruments, respecte les codes actuels de l'interprétation "baroque", sans pour autant tomber dans un travers de "sur" ornementation, comme dans la version Pal Nemeth, où l'on ne reconnaît, justement, plus, la fameuse mélodie du nocturne en question.
De la magnifique musique brillamment servie.


La Isla mínima [Blu-ray]
La Isla mínima [Blu-ray]
DVD ~ Raúl Arévalo
Prix : EUR 14,99

5.0 étoiles sur 5 Ambiance..., 7 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Isla mínima [Blu-ray] (Blu-ray)
Une sorte de "True detective-Saison 1", transposée dans les marais du Guadalquivir.
Sur fond de récent passage en démocratie (le franquisme imprègne encore les âmes, les actes, les décors, en cette année 1980), enquête sur un serial killer/violeur, partagée entre le jeune "bon" flic et le plus âgé "mauvais" flic, à la réputation douteuse.
Les décors, le jeu tout en finesse des acteurs, les atmosphères pesantes et pleines de non-dits font de ce film un original petit joyau du cinéma espagnol ET policier.
Ceux qui espèrent de l' "action" passeront leur chemin. Les autres apprécieront cette mise-en-scène léchée, justement fêtée en Espagne par succès public et récompenses.


Solère : Concertos pour clarinette(s) / Concerto espagnol
Solère : Concertos pour clarinette(s) / Concerto espagnol
Prix : EUR 22,96

5.0 étoiles sur 5 Rafraichissant et parfaitement interprété, 26 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Solère : Concertos pour clarinette(s) / Concerto espagnol (CD)
Il va sans dire que l'absence de ce disque dans une discothèque classique n'est pas forcément une énorme lacune.
Mais je gage qu'après écoute, on ne regrette absolument pas de l'avoir fait ni, comme moi, de l'avoir acheté.
Ces concertos plein d'allégresse, finement ciselés, mettent en joie, pour culminer dans un concerto d'inspiration espagnole (avec percussions obligées dans un "Fandango" final irrésistible !), qui fait autant sourire que frétiller du mollet.
En période morose, ces musiques, sans prétention mais d'excellente facture, font du bien au moral et à l'âme. Du coup, on y retourne plus fréquemment qu'avec d'autres, plus sérieuses mais... "plombantes".
J'en profite pour conseiller, dans le même esprit, le CD composé de 2 concertos pour 2 clarinettes de Tausch chez Hypérion/Hélios avec Thea King et Nicholas Buknall, dirigés par Leopold Hager. Pour fan de l'instruments... et ceux qui ne le sont pas encore ! :-D


Casse-tête chinois
Casse-tête chinois
DVD ~ Romain Duris
Prix : EUR 9,00

5.0 étoiles sur 5 Un magnifique clap de fin... malheureusement..., 26 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Casse-tête chinois (DVD)
Dans combien de cas de "suites" le 3ème opus a-t-il été aussi réussi, voire plus, que le premier ? C'est rarissime. Le "Parrain", certainement. Mais quel autre titre ?
Je ne saurais comparer les opus entre eux; la seule raison qui me pousse à laisser un commentaire ici, c'est le bonheur que j'ai eu à découvrir chacun d'eux et ce "Casse-tête chinois" n'a pas failli. C'est d'autant plus agréable, cela fait d'autant plus de bien pendant une période plus que "morose".
Humour des situations, parfois loufoques, dialogues qui sonnent juste, New-York revisité, qualité des acteurs, personnages fouillés, attendrissants: j'ai ressenti un pincement au coeur, en sortant de ce film, similaire (mais moins dramatique et larmoyant :-D ) à celui ressenti lors du dernier épisode de "Six feet under". Mais, comme l'espère Cécile de France, peut-être qu'avec un bon scénario et en insistant un peu, retrouverons-nous ces mêmes personnages au seuil de la cinquantaine ?
Merci à Cédric Klapisch, dont l'une des qualités est de créer des personnages qu'il nous rend si sympathiques et familiers qu'on les quitte avec tristesse, comme s'il s'agissait d'amis ou de membres de notre famille.
A bientôt ?...


Le Pacha - Édition Digipack 2 DVD
Le Pacha - Édition Digipack 2 DVD
DVD ~ Jean Gabin

5.0 étoiles sur 5 Culte !, 30 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Pacha - Édition Digipack 2 DVD (DVD)
Soyons francs: si ce film est désormais "culte", ça n'est pas franchement pour son scénario, traditionnelle affaire de braquages, même si les méthodes de Joss/Gabin ont pu faire grincer des dents quand le film est sorti.
S'il est culte c'est pour:
. la belle brochette d'acteurs, avec un André Pousse parfait dans son rôle de "méchant" déterminé et incontrôlable.
. des dialogues "Audiard" ciselés "aux petits oignons", entrés désormais dans la légende du cinéma et dans nos conversations: "Quand on mettra les cons sur orbite t'as pas fini d' tourner !"...
. une BO de Serge Gainsbourg qui offre à ce film de genre une modernité incroyable.
. l'une des premières occasions de découvrir une police aux moyens "modernes" à l'écran.

Préférer cette édition en double-DVD: pour une fois, les bonus du 2ème DVD sont très instructifs et empreints d'humour. On y entraperçoit, en particulier, le passage, coupé au montage définitif, où Gabin, dans la discothèque, se fait décoiffer par un danseur un peu trop "dans son trip" :-)


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11