undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Pascal 1979 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pascal 1979
Classement des meilleurs critiques: 1.449.153
Votes utiles : 94

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pascal 1979 (Beaune, France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
Passion selon Saint-Matthieu
Passion selon Saint-Matthieu
Prix : EUR 23,90

27 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour mettre tout le monde d'accord, 17 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passion selon Saint-Matthieu (CD)
Bonne nouvelle! La version Richter rééditée dans la collection 'The Originals" est bien celle de 1958, avec Seefried, Töpper, Haefliger, Engen et Fischer-Dieskau. Le visuel évoque la somptueuse présentation d'il y a 50 ans, argentée (et reliée pleine toile!) du coffret 33T Archiv. En prime, le remastering coutumier de la collection "The Originals" confère un surcroît de présence et de limpidité à cette belle prise de son. Que rajouter quant à l'émotion qui irradie cette version, et à ses mérites ? Les mots sont si faibles... Ecoutez simplement ce choeur , après la mort de Jésus : "Wahrlich dieser...", véritable arc-en-ciel tendu , lentissime, qui dit toute la sidération et la prise de conscience de la foule au pied de la croix. C'est bouleversant. Et seul Karl Richter le fait ainsi, pour l'éternité.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : May 24, 2014 11:26 AM MEST


Haendel : Le Messie
Haendel : Le Messie
Prix : EUR 10,00

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La version de l'évidence, 12 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Haendel : Le Messie (CD)
Attention! Cette version à trois francs six sous recèle des merveilles. D'abord un quatuor vocal simplement parfait : beaux timbres, implication, virtuosité et respect stylistique. Le Brandenburg Consort, fin et coloré, laisse peu deviner que cet enregistrement est un live. Le choeur d'enfants du King's College est superlatif. Stephen Cleobury, enfin, aborde l'oeuvre avec une absolue simplicité, qui n'exclut ni le raffinement, ni un profond investissement dans la restitution des mots de la foi. La somme de ces qualités aboutit à une version limpide et émouvante. Evidente. Ajoutons à cela une très belle prise de son de concert, qui laisse s'épanouir l'acoustique d'église, sans sacrifier la précision et la qualité des timbres vocaux et instrumentaux.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 25, 2016 11:12 AM CET


Karajan Forever (coffret 3 CD)
Karajan Forever (coffret 3 CD)
Prix : EUR 16,99

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 ça ne va pas recommencer !, 21 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Karajan Forever (coffret 3 CD) (CD)
Voilà le genre de compilation qui exploite le filon de la commémoration pour vendre , et rien d'autre. Cela me fait penser à certains disquaires de mon enfance pour qui le nec plus ultra interprétatif, tous compositeurs et époques confondus, c'était Karajan. Il ne fallait pas chercher plus loin. Ajoutez à cela l'aura de la précieuse galette à étiquette jaune qui malmenait tant nos tirelires et vous comprenez pourquoi tant d'enregistrements prestigieusement inutiles encombrent nos discothèques de vinyles. Or, malgré le respect dû à cet immense chef, Karajan n'a rien produit de bon dans Vivaldi, Corelli, Haendel, Bach (à l'exception de la St Matthieu et de la Messe) et ses Mozart (hormis quelques réussites miraculeuses en début de carrière) laissent perplexes.
Pour le prix de ce saucissonnage, offrez-vous un Brahms et les Quatre derniers lieder de Strauss,par exemple, ou Salomé, ou la Création de Haydn... Le génie de Karajan et sa sincérité sont là, non tronqués. Cela permet d'oublier l'homme d'affaires boulimique qui enregistrait tout à tout prix pour être toujours en tête de gondole.


Bach : Mass in B minor, BWV 232
Bach : Mass in B minor, BWV 232
Prix : EUR 32,53

8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Oui, mais..., 20 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : Mass in B minor, BWV 232 (CD)
Maasaki Suzuki est un grand interprète de J-S.Bach; le fait est établi et indéniable. Il sait ménager comme peu la transparence des textures instrumentales et chorales. De plus, il trouve souvent le précieux équilibre entre la ligne de chant, les figures rhétoriques de Bach et le poids qu'il convient de donner à la parole liturgique. Suzuki, homme de spiritualité et très grand musicien. Cependant, cette Messe de premier ordre souffre des défauts qui entachent ses enregistrements précédents: d'une part l'acoustique difficile de la chapelle de Kobé qui colore et nimbe l'enregistrement, parfois au détriment du travail du chef et, d'autre part, une curieuse fidélité artistique qui nous impose une fois de plus Robin Blaze,contre-ténor au timbre ingrat et insipide, ainsi que Peter Kooij, phénomène de désengagement interprétatif. Une référence? Oui, si l'on peut faire abstraction de ces réserves.
Sinon, on peut regarder du côté de la version de René Jacobs, idéalement distribuée et enregistrée, de Herreweghe 2, Bernius, ou de la surprenante version de Müller-Brühl chez Naxos.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 9, 2015 9:10 PM CET


Mozart - Messe en ut min. K.427
Mozart - Messe en ut min. K.427
Prix : EUR 6,95

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un grand disque, tout simplement, 9 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart - Messe en ut min. K.427 (CD)
Dans les années 70-80, Raymond Leppard enregistrait à tour de bras des Bach, Haendel, Haydn confortables, bien joués et sans véritables préoccupations stylistiques. Ces interprétations lisses et de bon goût lui ont valu de sombrer dans un relatif oubli. Mais parmi cette production-fleuve émerge une pépite: la messe en ut. Puissante, tendue, avec un choeur homogène, cette version se signale par le "laudamus te" jubilant et ivre de virtuosité de Kiri Te kanawa, inapprochable. Iléana Cotrubas, elle, est bouleversante de tendresse dans le "Et incarnatus est". Malgré les réussites ultérieures des chefs baroqueux - par exemple Gardiner - cet enregistrement sur instruments modernes demeure parfaitement pertinent.


Mozart: Exsultate jubilate
Mozart: Exsultate jubilate
Prix : EUR 24,28

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un très grand disque, 31 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart: Exsultate jubilate (CD)
D'accord, la direction de Colin Davis est un peu pépère, mais c'est ainsi que l'on jouait - plutôt bien - Mozart il y a trente ans. Voilà pour les réserves, vite évacuées car on n'écoute plus que la jeune Kiri Te Kanawa : beauté et homogénéité du timbre, aisance des vocalises, intonation superlative. Si l'"Exultate, jubilate" sidère par sa virtuosité, que dire du "Laudate Dominum" des Vêpres d'un Confesseur, bouleversant de tendresse et d'émotion ? Pourquoi ce disque fait-il partie de ceux auxquels les mélomanes reviennent sans cesse ? Ecoutez.


La Passion selon Saint Matthieu
La Passion selon Saint Matthieu
Prix : EUR 33,90

27 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pas d'accord, 31 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Passion selon Saint Matthieu (CD)
La Passion selon Karajan, c'est une esthétique interprétative qu'on est en droit de ne pas aimer : tempi larges, choeur et orchestre fournis et solistes opératiques. S'est-il fourvoyé pour autant dans cet enregistrement ? Non, car il "tient" sa conception de bout en bout et livre un récit de la Passion - évangéliste superlatif de Peter Schreier - violent et douloureux comme une eau-forte de Rembrandt. Le contresens aurait résidé dans une quelconque tiédeur décorative qui n'existe pas ici. On peut apprécier Leonhardt, Suzuki ou Herreweghe dans cette oeuvre et... aimer également Karajan dont la démarche artistique n'est pas moins légitime. La Passion selon Saint Matthieu et la spiritualité de Bach sont suffisamment riches pour admettre ces éclairages si différents. Et Karajan dispose de Janowitz, Ludwig, Fischer-Dieskau...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 11, 2014 2:17 PM CET


Page : 1