undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de D. Vincent > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par D. Vincent
Classement des meilleurs critiques: 7.354
Votes utiles : 585

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
D. Vincent (FRANCE)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14
pixel
Artificial
Artificial

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album d'une richesse inouïe, 10 mai 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Artificial (CD)
Ces dernières années, il y a eu quelques révélations d'excellents groupes de rock progressif. C'est à dire des formations comme Phideaux, Riverside et Unitopia. Ces derniers venant d'Australie, c'est plus ou moins original et singulier par rapport à ce style qu'est le prog-rock. Le pays a plutôt révélé des groupes basiques en passant par AC/DC, Midnight Oil, Angel City, Rose Tatoo et les tout derniers Airbourne.
Unitopia s'était déjà fait remarquer avec un premier opus, et s'était révélé avec le fameux double-album "The Garden" qui avait fait sensation dans l'univers de la musique progrssive.
Maintenant arrive "Artificial" moins touffu et plus concis que son prédécesseur. Ce qui frappe c'est la maturité dans la musique que propose Unitopia.
Une musique riche et diversifiée dont les artisans sont le claviériste Sean Timms et le chanteur Mark Trueack.
On passe du Hard, au classic rock tout en visitant les mélodies psychédéliques jusqu'au passages symphoniques.
Jugez plutôt avec "Nothing lasts forever" hommage aux Beatles avec l'emprunt subtil de "Come together" dans le refrain.
Comme les nouveaux venus dans le monde de la prog, Unitopia "muscle" sa musique avec "Not human anymore" ou la belle pièce "Tesla" agrémenté d'un pont instrumental que ne renierait pas Saga suivi d'une séquence Jazz-rock fusionnée avec des touches de mélodies exotiques.
"Reflections" et "the great reweard" sont de belles compositions soyeuses au piano.
Quand aux morceaux dits aggressifs "Gone in the blink of an eye" sont trés inspirés avec plusieurs alternances de mélodies raffinées ou de break costauds entrecoupés par des mélodies symphoniques comme "Rule of 3's" dotés de choeurs rappelant le "Yes" période "90125".
Voici un album d'une richesse inouîe que nous propose Unitopia, à noter le timbre du chanteur Mark Trueack ressemblant à Fish et même à Peter Gabriel. L'album évènement pour cette première moitié de l'année 2010!
Ah au fait! les Bonus Tracks sont excellents aussi!!!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 7, 2010 10:39 AM CET


The Music That Died Alone
The Music That Died Alone
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 38,05

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album superbe digne des seventies., 23 avril 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Music That Died Alone (CD)
Quand Andy Tillison a eu la géniale idée de monter un super groupe baptisé The Tangent en appelant les membres des Flower Kings c'est à dire respectivement Roine Stolt, Jonas Reingold et Zoltan Cszorz et de convoquer le sax David Jackson de Van der Graaf Generator, tout celà donne un album magnifique. L'auditeur est transporté par les morceaux de bravoure comme "In darkest dreams" ou "The music that died alone". Il y a de belles envolées progressives que ce soit au niveau des claviers ou des guitares. Les interventions de David Jackson à la flûte ou au sax sont sublimes. Andy Tillison et Roine Stolt chantent magnifiquement. On notera de beaux passages jazz-rock en particulier sur "The Canterbury sequence". Bref, tout ce qu'adore les amateurs de musique des années 70, mais attention et c'est là le propos de cet album : on peut réaliser un album dans ce style tout en proposant un son trés actuel.
A chaque morceaux, il y des changements de climats ou d'ambiances qui surprend l'auditeur, c'est que The Tangent fait passer un grand moment de musique authentique avec cet album.


The Grand Illusion
The Grand Illusion
Prix : EUR 9,45

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Entre Rock FM et fièvre progressive, 19 avril 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Grand Illusion (CD)
"The grand illusion" est pour moi le meilleur album de Styx, même "Crystal Ball" ou "Paradise Theatre" ne lui arrive pas à la cheville. Il y a tout sur cet album, entre les classiques "Fooling yourself", "Come sail away", Styx se manifeste avec des échappées de claviers symphoniques sans réellement donner dans le pompier, les guitares sont tranchantes et mélodieuses sans être mielleuses, ce qui arrive généralement dans ce style de musique.
Le groupe combine avec bonheur les mélodies Rock FM et passages progressifs avec les morceaux comme "Miss America", "Superstars" ou "Castle walls". Il démontre un savoir-faire lyrique avec "Man in the wilderness".
"The grand illusion" est à ranger avec le fameux "Letftoverture" de Kansas sorti à la même époque, quand justement ces groupes américains étaient hantés par ce fameux dilemme comment sonner comme Led Zeppelin et Genesis et passer sur les ondes des radios.
En tout cas, malgré le son de cet album qui a un peu vieilli, c'est une des oeuvres les plus inspirées que nous a délivré Styx.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 19, 2012 7:57 PM MEST


Scratch My Back
Scratch My Back

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sombre, beau et émouvant., 19 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scratch My Back (CD)
Peter Gabriel est vraiment un cas à part dans le monde de la musique. Il y a toujours eu un côté imprévisible tout au long de sa carrière. Du départ de Genesis, à l'association avec Youssou'n'Dour en passant de la Bande originale du film "La dernière tentation du Christ", de l'album "So" qui n'avait rien à envier aux performances des groupes estampillées années 80, quelle évolution pour un artiste venant du monde de la musique progressive.
Depuis un petit moment Peter se fait beaucoup plus rare, il s'est manisfesté avec de trés belles réalisations comme "Ovo" et "Up".
Avec "Scratch my back", Peter nous sort un album avec des reprises, un exercice délicat et casse-gueule.
Aprés l'écoute de cet album, on est sacrément bluffé, c'est une trés belle réalisation que nous a concocté l'archange du rock. L'orchestration est symphonique agrémenté d'instruments à cordes, les arrangements sont magnifiques. La voix de Peter se mêle de manière toute naturelle à la musique. Les adaptations prennent une densité particulière avec le chant du Gab. Ecoutez "Heroes'" de Bowie, "the boy in the bubble de Paul Simon, "Philadelphia" de Neil Young ou "Street Spirit" de Radiohead, vous m'en direz des nouvelles!!! . L'auditeur nage dans le bonheur "Listening wind" des Talking Heads, et atteint des sommets avec les versions "the power of the heart" de Lou Reed, "I think it's going to rain today" de Randy Newman et "Aprés moi" de Regina Spektor.
Mais c'est avec les reprises de jeunes groupes que Peter se distingue. Il joue la carte de l'émotion avec les titres comme "Mirrorball" de Elbow, "Flume" de Bon Iver, "My body is a cage" de Arcade Fire et de "Book of love" des Magnetic Fields. Une démarche artistique intéréssante et intelligente car ces reprises va aiguiser la curiosité de son public pour découvrir ces nouveaux groupes.
Ce dernier album est magnifique, encore une fois Peter Gabriel a fait l'art du contre-pied. Sa présence médiatique est discrète, mais à chaque apparition il nous démontre que c'est un artiste qui compte!!!


Promise Land
Promise Land

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le Top du Hard FM, 15 avril 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Promise Land (CD)
Souvent avec juste raison le Hard FM est un style souvent décrié. C'est un genre musical dont la démarche repose sur un compromis avec le leitmotiv suivant, comment faire du rock et passer sur les ondes. C'est ce fameux dilemme qui a traversé bon nombre de musiciens américains. Certains ont appliqué la formule avec succès tandis que d'autres ont sombré dans le ridicule.
Alors figurez-vous quand cet album a déboulé sur ma platine, Giant est un groupe qui m'est inconnu et avant d'acheter ce fameux "Promised Land", j'ai tenu compte des avis de mes collègues internautes d'Amazon et de quelques revues spécialisées.
Premier constat en écoutant, c'est du bon Hard FM bien ricain. Belle production et gros son, tout les qualificatifs pour passer un trés bon moment en écoutant ce genre. Les premiers morceaux comme "Believer", Promised Land" et "Never Surrender" sont de facture trés classique et efficace pouvant rivaliser avec Toto.
On a bien sûr droit à de belles ballades comme "Our love" ou "Dying to see you". Au fur et à mesure en avancant à l'écoute de l'album, on a droit à des rocks biens pêchus fricotant avec le Hard combiné avec des mélodies bien chromées, je pense notamment "I'll wait for you" et "Double trouble". Mais la cerise sur ce gâteau FM est bien ce titre en guise de bonus track "Complicated Man" ou le groupe rivalise avec bonheur avec les meilleurs heures de Van Halen.
Je retiendrais la prestation du guitariste John Roth qui est un furieux dévaleur de manche et nous asséne des riffs bien costauds. Mention spéciale au chanteur Terry Brock qui interprête magnifiquement tout les titres et qui est à l'aise aussi bien pour les ballades que sur les morceaux beaucoup plus rock.
Bref, un groupe qui mérite à être plus connu, l'un des meilleurs albums de Hard FM proposé ces dernières années.
Recommandé aux amateurs de Toto, de Journey et de Kansas.


La Peur des autres : Trac, timidité et phobie sociale
La Peur des autres : Trac, timidité et phobie sociale
par Patrick Légeron
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un livre qui enseigne des choses, 30 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Peur des autres : Trac, timidité et phobie sociale (Poche)
Je conseille ce livre à toute personne qui manque de confiance en elle, les auteurs expliquent tout les mécanismes concernant la timidité, le trac et la relation envers les autres. Ce livre apporte des pistes afin de mieux affronter ses propres problèmes par rapport à la vie quotidienne, professionnelle ou sentimentale. Je peux vous garantir que ce livre m'a bien aidé, il ne propose pas de solutions miracles mais il fait bien avancer les choses alors lisez-le ça vaut le détour!


Made in Japan
Made in Japan
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 5,64

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Référence absolue en matière Live, 28 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Made in Japan (CD)
Que dire du fameux double album live qu'est "Made in Japan", c'est que pratiquement quarante aprés, la musique n'a pas pris une ride. Il faut souligner qu'à cette époque Deep Purple écrasait tout ses concurrents (Led Zeppelin et Black Sabbath). Il faudra attendre en particulier pour Led Zep les années 2000 pour égaler "Made in Japan" en ressortant des albums live.
Mais celui-ci sera toujours au dessus du lot de tout les autres albums en public car Deep Purple a inauguré une loi en obligeant tout les groupes de sortir un live et tout particulièrement au Japon, on pense à Judas Priest et Scorpions. Ce qui frappe en écoutant "Made in Japan", c'est la dimension écologique des enregistrements, c'est carrément du direct d'où le terme de live qui se caractérise par des fautes d'accords des musiciens ou des improvisations, c'est à dire peu d'arrangements. A cette période, il régnait un certain état d'esprit, rien n'était minuté ou calibré, on ne trichait pas pendant les concerts. C'est pour celà que Deep Purple était un groupe généreux. Je ne ferai pas de commentaire sur les morceaux de ce live et je trouve les versions de" Black night" et de "Lucille" excellentes, néanmoins celle de "Speed king" trés dispensable. Enfin "Made in Japan" sera toujours gravé dans ma mémoire, c'est avec celui-ci et le "Get yer Ya Ya's out" des Stones que j'ai connu mes premiers émois musicaux.


Witness to the Blues
Witness to the Blues
Prix : EUR 10,49

4.0 étoiles sur 5 Un excellent cru, 28 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Witness to the Blues (CD)
Ca fait pas mal d' années que Joe Louis Walker sort des albums irréguliers. Depuis le fameux "Blues of the month club" qui est la référence dans la carrière du Bluesman, on attendait un album digne du talent de ce guitariste.
Bien sûr, il y a eu des réalisations trés sympa, à conseiller quand même à ceux qui veulent le découvrir.
Alors quand j'ai mis "Witness to the Blues" dans mon lecteur, une grande curiosité m'animait pour prendre connaissance de cet opus.
Allons nous avoir une pâle redite de "Blues of the month club"? Eh bien non! avec Duke Robillard comme producteur, cet album renoue avec les racines. Jugez plutôt, avec les morceaux comme "Hustlin'", "100% more man", l'instrumental "Highview" et l'acoustique "I got what you need" où Joe joue de la slide, c'est bien ce côté puriste qui ressort.
Mais ne croyez pas que le style de Joe Louis Walker est délaissé, avec "It's a shame", "Midnight train" et "Lover's Holiday" en duo avec Shemekia Copeland le rhythm'n'blues agrémenté de cuivres est bien présent sur cet album.
Il y aussi deux ballades Soul comme "Witness" et "Keep on believin'" magistralement interprété par Joe.
Mais c'est bien un retour aux fondamentaux avec les adaptations trés réussies de "Rollin' and tumblin'" et "Sugar Mama" qui fait de cet album un excellent cru.


The Fight Is On
The Fight Is On
Prix : EUR 18,52

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vainqueur par K.O, 9 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Fight Is On (CD)
Décidément Popa Chubby n'est pas le genre à s'accorder un break. Chaque année, il nous fourgue sa livraison avec son quintal de sueur, de rock et de blues. Popa est l'un des guitaristes les plus généreux du circuit. Avec ce nouvel album le ton est donné, Popa fricote avec le Hard-Rock. Il reprend le trés connu "Aces of spades" de Motorhead, version presque aussi bonne que l'originale. La pochette montre l'état d'esprit qui anime Popa tout au long de cet opus, toujours prêt au combat et à relever le gant. Le titre phare "The fight is on" est sublime avec ses riffs saignants comme Popa les affectionne. Certains affirmeront qu'il n'y a rien de trés révolutionnaire en écoutant cet album. Possible, mais avec un morceau comme "Locked in memory" on pense à Thin Lizzy, Popa nous assène sa foi inébranlable pour le rock avec "Rock'n'roll is my religion" où plane le fantôme de Paul Kossoff de Free.
"It's over" nous rappelle les heures de gloire de Steppenwolf, superbe propos pour le pastiche de Lou Reed pour "NYC 1977". L'auditeur a droit à un morceau de la veine du meilleur ZZ Top "Wicked Wanda". Il y a un instrumental fort réussi mélangeant le tempo façon Black Sabbath et le Blues avec "Steelhorse Serenade". On assiste à un duel entre Jimmy Page et Jimmi Hendrix avec "We got some rocking to do". C'est du rock puissant et lourd qu'est "The Fight is on". "Lourd" c'est bien l'adjectif dans cette catégorie là, et dans celle-ci Popa Chubby est largement vainqueur par K.O.


Surveillance [Remastered]
Surveillance [Remastered]
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 13,42

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du beau Hard ouvragé, 26 février 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Surveillance [Remastered] (CD)
Triumph est un groupe réputé aux USA et au Canada (ils sont de ce pays). Trés peu connu en Europe et surtout en France, le groupe a fait de grandes affiches dans divers festivals au côtés de formations et pas des moindres comme Van Halen, ou Judas Priest. Leur guitariste Rick Emmet a été plusieurs fois considéré comme le meilleur musicien de l'année par le magazine "Guitar Hero". Triumph avait déjà sorti une ribambelle de trés bons albums comme "Just a game", "Allied forces" ou "Never surrender" et plein d'autres. "Surveillance" arrivé en plein milieu des années 80 est un pur chef-d'oeuvre, le groupe aligne sans mesquinerie son "Louvre du Hard". Triumph passe des mélodies les plus chiadées ou tempos les plus lourds. Ecoutez la suite époustouflante "Headed for nowhere", "All the Kings horses" et "Carry on the flame" avec pour invité le guitariste Steve Morse ( ex-Kansas et aujourd'hui dans Deep Purple) déchaîné sur ces morceaux. Rien que celà justifie l'achat de cet album. D'autres titres retiennent l'attention comme les costauds "Long time gone" et "Rock you down". Mais le sommet de cet album est bien le morceau "On and on" ainsi que le prélude "The waking dream". Enfin la première chanson du début "Never say never" résume bien le style de Triumph, un Hard Rock mélodique, racé et élégant avec de trés belles combinaisons synthés et guitares doté d'un son excellent, une bonne occasion de tester ce que a votre chaîne ou lecteur dans le ventre.
Je vous recommande cet album, vous serez pas déçus.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14