Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Joël > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Joël
Classement des meilleurs critiques: 1.019
Votes utiles : 1087

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Joël (Hotonnes, Ain)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Corruption
Corruption
par Pramoedya Ananta Toer
Edition : Poche
Prix : EUR 8,00

3.0 étoiles sur 5 L'argent qui corrompt les âmes, 20 juillet 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Corruption (Poche)
L’Indonésie, tout juste émancipée du fait de sa décolonisation, fait face à une corruption rampante qui gangrène la société et plus particulièrement sa fonction publique. Bakir est ce fonctionnaire typique qui aura servi son pays en toute probité, arrivant tout juste à subvenir aux besoins de sa famille. Il doit d’ailleurs partager sa maison avec un commerçant chinois pour essayer de boucler les fins de mois. Et puis, un jour, il décide de goûter à la corruption. Ce qu’il croit être un moyen de rendre sa famille heureuse se transformera pourtant rapidement une quête égoïste d’un bonheur illusoire.

L’auteur présente cette métamorphose qui s’avèrera tragique de manière assez succincte, sans effectuer une analyse approfondie des personnages et des situations. Je me dois en effet de dire que j’ai trouvé cette histoire très manichéenne dans sa présentation et avec énormément de clichés. On est très loin d’un Naguib Mahfouz, par exemple, qui a également écrit sur le sujet. Malgré cela, on passe un moment agréable.


Les veuves du jeudi
Les veuves du jeudi
par Claudia Pineiro
Edition : Poche

3.0 étoiles sur 5 La vie (et la mort) à huis clos, 13 juillet 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les veuves du jeudi (Poche)
La vie à Altos de la Cascada, un « country » de la banlieue de Buenos Aires, peut sembler de l’extérieur celle de gens nantis aux plaisirs raffinés et à la vie rendue insouciante en raison de l’argent et de la protection dont jouit le country. Toutefois, au fil des pages, on se rend compte que tout n’est pas aussi beau et propre que les pelouses vertes immaculées et les habitations soignées semblent le laisser croire.

Dans ce huis-clos, c’est un ensemble de drames qui se tissent. En premier lieu, le country n’est pas à l’abri de la crise économique qui secoue le pays. Ainsi, les chefs de famille sont touchés les uns après les autres et finissent par perdre leur emploi. En second lieu, les apparences préservées au prix fort n’effacent pas les différentes crises familiales qui touchent la plupart de ces foyers.

Ainsi, la vie de ce country est décrite par deux personnages. Virginia, la seule femme de ces lieux à avoir un emploi et que sa qualité d’agent immobilier bénéficiant d’une exclusivité sur toutes les transactions liées à Altos de la Cascada permet de connaître tous les potins de ce monde clos. Une autre femme, dont l’identité est cachée, apporte une touche complémentaire à la description du drame qui se trame. Le livre commence en effet par la découverte de trois corps inanimés dans la piscine d’une des demeures.

Ce livre est plaisant à lire avec un style alliant humour, cynisme et piquant. On n’a pas le temps de s’ennuyer et l’on se délecte avec l’œil d’un voyeur qui découvre peu à peu tout le terne de ce monde clinquant.


La Maîtresse des épices
La Maîtresse des épices
par Chitra Banerjee Divakaruni
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

3.0 étoiles sur 5 L'art de marier les épices, 13 juillet 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maîtresse des épices (Poche)
Voilà un roman qu’il est difficile de classer. Mais est-il vraiment important de le faire ? On y retrouve de la magie (celle des épices), du fantastique (la vie d’une maîtresse des épices) mêlés à la vie quotidienne de gens qui cherchent de l’aide ou du réconfort à un moment précis de leur vie. La rencontre entre ces deux mondes peut provoquer des situations que même une maîtresse des épices n’arrive plus à contrôler.

Curcuma, cannelle, fenugrec, assa-foetida, fenouil, gingembre, poivre, cumin noir, nîm, piment rouge, makaradwaj, racine de lotus, et sésame, treize épices qui jalonnent l’histoire de Tilo et de ses nombreux clients qui entrent dans sa boutique d’’Oakland, en Californie. En sa qualité de maîtresse des épices, Tilo est dotée de pouvoirs qu’elle a reçus de « Première Mère » sur une île secrète. Ces pouvoirs sont bien naturellement liés à des règles, lesquelles ne doivent en aucun cas être violées sous peine de sévères sanctions. Mais Tilo laissera-t-elle son cœur l’emporter sur ses pouvoirs surnaturels ? Telle est toute la teneur de ce roman.

J’avoue avoir passé un moment agréable en lisant ce livre dont l’écriture est simple. Si ce n’est certaines longueurs qui auraient pu être évitées, le tout se lit facilement en laissant bien évidemment un doux parfum d’épices.


L'Ombre douce
L'Ombre douce
par Nguyen Hoai Huong
Edition : Broché
Prix : EUR 6,30

4.0 étoiles sur 5 Cruelle douceur, 13 juillet 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Ombre douce (Broché)
Ombre douce, un titre très poétique pour une histoire qui parle d’amour. Un amour qui lie une jeune vietnamienne, Mai, à un jeune français, Yann, alors que le Vietnam est le théâtre d’un conflit qui laissera de profondes cicatrices. Yann est un militaire qu’une blessure aura envoyé dans un hôpital, où il fera la connaissance de Mai, qui prodigue des soins aux blessés. Entre eux se tissent des liens qui seront plus forts que la tradition et les enjeux stratégiques qui se jouent au-dehors de ce havre de paix. Quand bien même ces deux jeunes useront de stratagèmes pour prolonger le séjour de Yann dans cet hôpital, la guerre rappellera rapidement le jeune homme dans la boue de Dien Bien Phu. Ils auront juste le temps de se marier avant leur séparation.

Raconter la suite serait ôter aux lecteurs et lectrices la chance de découvrir le dénouement. Il convient pourtant de dire que la douceur du langage est en parfaite opposition à la cruauté des faits. Et c’est sans doute la réussite de l’auteure de subjuguer ce contraste. Un premier roman prometteur.


Eurovision: A History of Modern Europe Through the World's Greatest Song Contest
Eurovision: A History of Modern Europe Through the World's Greatest Song Contest
par Chris West
Edition : Broché
Prix : EUR 11,76

5.0 étoiles sur 5 Tout ce que vous devez savoir sur le Concours Eurovision de la chanson, 4 juillet 2017
Cet ouvrage est Le livre que chaque aficionado du Concours Eurovision de la chanson doit lire et posséder. Les ouvrages sur le Concours Eurovision de la chanson sont suffisamment rares pour ne pas laisser passer cette occasion. Bien sûr, il est impossible de tout couvrir sur ce concours depuis sa création, en 1956. Mais Chris West a décidé d’adopter une approche intéressante, à savoir d'opérer un parallèle entre le Concours Eurovision et l’histoire européenne. Mais tout ceci en adoptant un style non dépourvu d’humour et de dérision. Je dois dire que le pari est réussi. Depuis les origines, sur une idée de Marcel Bezençon, jusqu’à l’édition de 2016, Chris West présente les grands moments du concours, les anecdotes, l’influence de l’histoire de l’Europe sur le Concours (ou l’inverse parfois), tout ceci avec un souci de présenter ce concours sous ses différentes facettes. Si le concours a fait gagner des participants qui deviendront des stars (Abba, Céline Dion) il a aussi permis de rendre célèbres des chansons qui n’auront pas gagné comme Volare, par exemple.

Ainsi, Chris West décrit combien le concours a reflété la vie politique et sociale en Europe. La domination des pays dits de Lugano (lieu du premier concours) au début, premier cercle concentrique ; puis l’arrivée de groupes successifs comme les pays scandinaves, ceux des Balkans et les pays de l’ex URSS. Bien que les messages politiques ne soient pas autorisés dans le concours, ce dernier a été un vecteur important pour en faire passer . L’auteur nous rappelle ainsi que la chanson du Portugal (E depois do Adeus ), en 1974, sera celle qui servira d’ordre de départ des opérations de la révolution des œillets lors de sa diffusion le 24 avril 1974. Plus récemment, en 2016, la chanson victorieuse du concours est un message clair de l’Ukraine à la Russie.

Le concours a également suivi l’évolution sociale de l’Europe. En 1964, la première candidate d’origine étrangère et le premier candidat musulman (il faudra attendre 2001 pour la première victoire d’un homme de couleur). En 1973, les premières femmes cheffe d’orchestre. Côté orientation sexuelle, s’il a fallu attendre 1998 pour la première victoire d’une transsexuelle, on peut facilement imaginer qu’au moins un autre candidat avait gagné ce concours bien des années auparavant, sans toutefois avoir rendu publique son orientation sexuelle.

Les détracteurs du concours parlent souvent de son coté kitsch et du nationalisme. Comme l’indique Chris West, ce nationalisme est gentil, c’est un nationalisme de plaisir et de participation qui ne cherche pas à avilir ou à manquer de respect pour les autres. Le côté kitsch, c’est aussi un élément essentiel d’un événement qui rassemble toujours 200 millions de téléspectateurs(trices).


Elisabeth von Österreich (German Edition)
Elisabeth von Österreich (German Edition)
Prix : EUR 3,99

4.0 étoiles sur 5 Sissi l'Impératrice ou la femme culte, 31 mai 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Elisabeth von Österreich (German Edition) (Format Kindle)
Ce court récit est une biographie sur une femme qui aura non seulement marqué son époque mais qui sera restée dans la postérité grâce à l'image qu'elle aura su construire tout au long de sa vie mais aussi grâce à la complicité de plusieurs de ses proches qui auront su garder certains secrets. Ceci explique donc pourquoi, comme le dit l'auteure, Elisabeth d'Autriche sera considérée tout à la fois une femme fatale narcissique par la gent masculine décadente des années 1900, une rebelle exemplaire pour les femmes prudes des années 1950 ou une égocentrique ésotérique et un modèle au corps parfait pour les fans féminines d'aujourd'hui.

Cette biographie, de par sa brièveté, ne s'attache pas aux détails mais décrit plutôt les grands traits de la vie d'une femme au destin inédit. Une enfance pas si heureuse qui conditionnera peut-être une vie de femme, d'épouse et de mère qui a besoin d'évasion pour se retrouver face à elle, mais aussi face à ses démons. De son statut d'Impératrice, elle n'abusera pas au niveau politique, si ce n'est au travers de sa passion pour la Hongrie. En revanche, elle passera une grande partie de sa vie dans des voyages pour fuir la Cour, sa belle-mère mais aussi son mari. Son image, à une époque où les médias n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui et les réseaux sociaux inexistants, a occupé une grande partie de sa vie. Une silhouette fine dominée par une coiffure minutieusement travaillée sont ce qui conditionnera son existence en quelque sorte.

Finalement, Lisbeth Exner nous dresse un portrait sans ambages d'une Impératrice dont la vie ne peut pas être qualifiée d'heureuse mais dont l'image a été le produit le plus réussi.


La grand-mère de Jade
La grand-mère de Jade
par Frédérique Deghelt
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

3.0 étoiles sur 5 Un peu de douceur dans ce monde de brutes, 30 mai 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : La grand-mère de Jade (Poche)
Ce roman aborde un sujet contemporain, à savoir la question de la dépendance des personnages âgées vivant seules, qui plus est en zone rurale. Ainsi Jade sera chargée par son père de kidnapper sa grand-mère dans sa Savoie pour l'emmener chez elle, à Paris, sans demander l'avis à ses filles. A partir de là, l'histoire s'installe peu à peu autour de ces deux personnages que deux générations séparent, sans compter la différence des modes de vie entre la capitale et les montagnes des Alpes.

Aussi suis-je d'avis que l'auteure use de clichés et de bons sentiments mais le tout se lit sans trop d'ennui et l'on a envie de connaître comment l'histoire finira, même si justement la fin nous prend par surprise. Je n'ai pas forcément été convaincu par l'idée selon laquelle il était mal vu pour une femme de la campagne de s'adonner à la lecture. Je ne sais pas si la Savoie est si particulière mais dans mes campagnes, cela n'était pas si rare, même si l'accès aux romans n'était pas toujours évident.


La Reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde
La Reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde
par Jose eduardo Agualusa
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

3.0 étoiles sur 5 "Plus grand est le roi, plus petit lui paraît le monde", 30 mai 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Reine Ginga et comment les Africains ont inventé le monde (Broché)
L'avantage de ce livre est de donner quelques informations sur l'histoire de l'Angola alors qu'il était aux prises avec deux pays colonisateurs, à savoir les Pays-Bas et le Portugal. Mais il serait présomptueux de dire que c'est un livre sur la reine Ginga dans la mesure où peu de pages lui sont consacrées en fin de compte.

Par ailleurs, le style de l'ouvrage est pour le moins inégal. Il y a des passages qui m'ont passablement ennuyé avec des recours intempestifs à des explications sur l'origine de mots (y compris le mot allemand "Freiheit") qui donnent beaucoup plus l'impression d'un étalage de culture que d'un apport nécessaire à l'ouvrage.

Finalement, le livre s'attache beaucoup plus à l'histoire d'un prêtre défroqué qu'à celle de la Reine Ginga. Le personnage n'en est pas déplaisant mais j'aurais préféré connaître l'histoire de la protagoniste plutôt que celle d'un de ses serviteurs. Quoi qu'il en soit, ce livre est une invite à se plonger plus profondément dans l'histoire de ce pays et de sa reine Ginga.


J'irai danser à Orlando (Documents Français)
J'irai danser à Orlando (Documents Français)
Prix : EUR 14,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Danse macabre à Orlando, 17 mai 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : J'irai danser à Orlando (Documents Français) (Format Kindle)
Dans cet essai, Philippe Corbé rend non seulement un vibrant hommage aux 49 victimes de l'attentat homophobe d'Orlando mais fait également une analyse du rôle joué par ces clubs et bars gays dans la lutte pour une reconnaissance des droits de la communauté LGBT. Autant de « sanctuaires » qui permettent à la communauté LGBT de se sentir libre et entre elle. Comme l'a écrit la joueuse de basket Shavante Zellous que Philippe Corbé cite dans son livre, « les clubs gays sont plus que des endroits où les gens dansent et boivent. Ce sont des sanctuaires. Ce sont des communautés. Les clubs gays où beaucoup vont pour se trouver eux-mêmes, pour être eux-mêmes, pour communier avec d'autres comme eux, loin du jugement du monde extérieur ». Comme le dira également le président Barack Obama, le Pulse qui a été la scène d’un acte de haine inexplicable fait partie de ces lieux où les membres de la communauté LGBT viennent « pour être qui [ils] sont vraiment ».

Quand on réalise le rôle joué par ces lieux sanctuaires, on comprend bien mieux pourquoi, comme l’explique Philippe Corbé, ils ont été précisément à l’origine de mouvements de revendications lorsqu'ils ont été aux États-Unis (et ailleurs) la cible de forces de sécurité venues faire respecter un ordre moral.

En plus de cet aspect social, Philippe Corbé s’arrête brièvement sur chaque victime en leur dressant un portrait succinct. On se rend compte qu’une partie significative des victimes avait quitté le Puerto Rico pour pouvoir s’épanouir loin des carcans moraux de ce territoire. Et de façon plus importante, on voit bien combien elles avaient toutes une vie de citoyen(ne)s ordinaires que seule l’orientation sexuelle différenciait des autres. Et c’est précisément pourquoi Philippe Corbé rappelle l’importance de la motivation de cet attentat, laquelle a été tue par ceux qui auraient précisément voulu que ces victimes n’existassent pas.

Enfin, les références faites par l’auteur à sa propre vie permettent de donner à cet essai un ton plus personnel, une espèce de communion intime avec les victimes et leurs familles.


La confrérie des chasseurs de livres
La confrérie des chasseurs de livres
par Raphaël Jérusalmy
Edition : Poche
Prix : EUR 8,70

3.0 étoiles sur 5 Les dernières confessions du Christ, 27 avril 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : La confrérie des chasseurs de livres (Poche)
Avec La confrérie des chasseurs de livres, son auteur nous entraîne depuis Paris jusqu’à la Terre Sainte dans les pas de deux « mercenaires » dont François Villon partis à la quête de livres gardés secrètement par une confrérie dans les entrailles de Jérusalem. Le but de cette mission est pour le roi Louis XI, qui en est le commanditaire, de lutter contre le Pape en usant d’un moyen tout nouvellement inventé par Gutenberg, l’imprimerie. La famille Médicis joue également un rôle important dans ce thriller.

Comme certains commentateurs, j’ai fait un rapprochement avec d’autres livres picaresques (y compris le dernier que j’avais lu avant celui-ci, Le Turquetto) mais je ne crois pas bon de vouloir les comparer. Chaque auteur a sa plume et son imagination et c’est ce qui fait l'originalité de chacun. Avec Jérusalmy, j’avoue avoir passé un moment agréable, ne serait-ce quelques longueurs dans le texte. Par ailleurs, il faut prendre garde à ne pas perdre le fil entre les différents intervenants de cette histoire où pouvoirs et contre-pouvoirs s’entremêlent. Le style est limpide et tonique. Quant aux anachronismes qui ont pu être notés, je ne les ai pas trouvés si nombreux pour enlever à la qualité du livre.

En résumé, un moment agréable sans pour autant être enthousiasmant.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20