undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de guillaume75 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par guillaume75
Classement des meilleurs critiques: 90.070
Votes utiles : 438

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
guillaume75

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4
pixel
Lune de miel
Lune de miel
par François Cavanna
Edition : Broché

22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quelle plume..., 12 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lune de miel (Broché)
L'écriture de Cavanna, aujourd'hui âgé de presque 88 ans, n'a pas pris une ride depuis sa série de romans autobiographiques entamée il y a plus de 30 ans avec Les Ritals. Toujours cette gouaille, cette écriture jubilatoire qui coule et que rien ne retient, cette impression d'une déconcertante facilité. La moindre anecdote en devient intéressante et son livre, pourtant fait de séquences, se lit d'une traite avec l'envie impérative d'arriver au bout et en même temps le souhait de ne pas apercevoir le point final trop vite. Cavanna revient sur la période difficile du STO, sur Maria, son amour perdu et jamais oublié, sur quelques souvenirs d'enfance, sur Hara-Kiri et Charlie-Hebdo, ses vrais enfants, sur sa curieuse tentative de suicide, rend hommage en pleurant aux chiens de sa vie, pourfend les faux amis qui hier étaient les copains de toujours, règle en passant son compte à Val, l'usurpateur, et bien sûr se rudoie, se houspille et se traite de con comme à son habitude.
Outre les déceptions, une certaines amertume, les regrets (Reiser, Gébé, Choron sont morts), il y a aussi les atteintes de la vieillesse et depuis quelques années la maladie incurable aussi : Miss Parkinson qui l'empêche de faire encore ce qu'il veut de sa plume. Virginie, une rencontre inattendue, vient heureusement égayer ses dernières années. Il n'est pas pressé de quitter ce monde : « S'il est une chose dont je suis certain, c'est que personne ne s'impatiente de l'autre côté ». Se mêle t-il un peu de forfanterie ? Difficile à dire' En tout cas, il l'affirme haut et fort : « Ces hypothétiques ultimes années, je les envisage avec jubilation », « Si jeunesse savait, elle m'envierait », « Jusqu'à l'ultime seconde, j'écrirai. », « Tant que je pourrai écrire une ligne, je serai présent parmi les vivants ». Si c'est le signe d'une consécration que de publier dans la prestigieuse collection Blanche de Gallimard, alors nul doute que cela n'est pas volé.
Puisque que François Cavanna se définit comme égoïste, lui qui pourtant dans sa vie fit preuve d'un remarquable esprit de corps, nous pourrions à notre tour, par pur égoïsme faire cette prière : Mon Dieu, vous qui n'existez pas, accordez lui les dix années supplémentaires qu'il réclame afin que nous puissions encore jouir de sa belle écriture.


Au-delà du mal
Au-delà du mal
par Shane STEVENS
Edition : Poche
Prix : EUR 9,30

10 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un 5 étoiles indiscutable pour ce thriller..., 12 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au-delà du mal (Poche)
Tout d'abord ce qui me plait ce sont les à-côtés du roman, à savoir que l'auteur a écrit 5 livres en l'espace de 15 ans puis s'est évaporé dans la nature. Personne ne sait ce qu'il est devenu. De même, le nom de l'auteur n'est pas forcément le vrai, il peut s'agir d'un pseudonyme.

Le livre part d'une histoire vraie, l'histoire de Caryl Chessman, un violeur multirécidiviste qui a agit dans les années 50s. L'auteur part de ce fait divers pour inventer au violeur un fils illégitime, qui, par ses gènes, en fait un tueur en série diabolique. Thomas Bishop est beau, intelligent, il sait manier et feindre les comportements sociaux, on lui donnerait le bon Dieu sans confession et c'est ce qui le rend inarrêtable.

Ce roman est d'une noirceur sans nom, l'auteur nous plonge dans le corps et l'esprit de ce tueur en série psychopathe et nous comprenons son évolution, comment de jeune garçon intelligent, il devient ce tueur sanguinaire.

En parallèle, l'auteur nous plonge dans les vies de ceux qui le traquent : un politicien véreux (pléonasme?), les polices de tous les Etats américains, la pègre, les meilleurs journalistes d'investigation.

Nous comprenons, via ces destins croisés, que tous les milieux sont vérolés, les chantages et les double-jeux sont légions.

En conclusion, un excellent polar qui mêle réalité et fiction, une chasse à l'homme incroyable à travers tous les Etats-Unis, une écriture fine, juste, précise. Je suis désormais fan de cet auteur, quel dommage qu'il ait fallu attendre 25 ans pour que ce livre soit publié en France !!!!


Le léopard: Une enquête de l'inspecteur Harry Hole
Le léopard: Une enquête de l'inspecteur Harry Hole
par Jo Nesbø
Edition : Broché

32 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Même avec 761p c'est trop court !, 12 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le léopard: Une enquête de l'inspecteur Harry Hole (Broché)
Pas de panique : on ne vous sortira pas le couplet sur la littérature qui vient du froid. On ne prononcera pas les mots Millenium, Mankell ou Indridasson. Simplement parce que Nesbo est en train de se hisser au niveau des meilleurs' mondiaux. Avec Le Léopard, nouvelle aventure de son flic récurrent Harry Hole, Nesbo continue d'impressionner par sa maîtrise sidérante du thriller. De quoi s'agit-il ? Une traque morbide et aventureuse qui balade le lecteur de Hong Kong à Oslo en passant par l'Afrique noire' Comme souvent (remember le conventionnel Sauveur), sur le papier Le Léopard a un goût très classique. Un flic miné, un serial killer malin et cintré, des fausses pistes en pagaille. Rien de neuf sous le soleil ? Le bouquin aurait même un peu de mal à démarrer : les scènes du début à Hong Kong sont lentes; la mise en place de l'intrigue prend son temps' Mais quand ça démarre, ça ne s'arrête plus. Et la prose de Nesbø fascine. Il faut lire la page 66 ' celle où Harry se bat dans les chiottes d'un hopital ' pour mesurer le savoir-faire ahurissant de Nesbo, son pouvoir renversant de mise en scène et son talent d'écriture cinématographique (un concept rabaché qui prend ici tout son sens, juré).
Le plus étonnant, c'est que Nesbo tient la distance. 761 pages tout de même, avec une vraie manière. D'abord, il y a ce sens du rythme, évident. En bon fan de rock, Nesbo la joue binaire. Il alterne piétinements et accélérations fulgurantes, séances de brainstorming et scènes d'action, dialogues qui claquent et big bang intérieur. Et puis il travaille ses personnages avec une attention quasi-obsessionnelle' Que ce soit les flics qui entourent Hole (tous parfaits), ses ennemis, mais aussi les victimes qui en quelques pages prennent une épaisseur de folie.
Et puis il y a Harry. Un personnage au fond du Hole, qu'il humanise en le détruisant progressivement. Il faut voir Harry jetlagué, enterré vivant sous une avalanche, se briser la machoire pour s'échapper d'un piège redoutable' La mise à nu de son héros passe par une déchéance physique. En cela, Nesbo pourrait être le cousin mainstream de Ken Bruen. Sauf que le suédois suit les rails d'un page turner affolant. C'est la force de Nesbo. Cette incroyable propension à faire dérailler la machine thriller pour sonder les émotions et l'humanité de ses personnages. Une rencontre déchirante avec son père mourant, le besoin pathologique d'un petit coup d'opium, cette incapacité à tisser du lien affectif' Si vous vous demandez pourquoi Nesbo est le plus grand, toutes les réponses sont dans ce Léopard-là !


Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011
Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011
par Michel Rostain
Edition : Broché
Prix : EUR 15,90

38 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Emouvant., 12 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le fils - PRIX GONGOURT DU PREMIER ROMAN 2011 (Broché)
Dans son roman, Michel Rostain arrache des larmes au lecteur mais parvient aussi à le faire rire. Avec une écriture percutante et lucide, il fait parler son fils Lion, terrassé par une méningite à 20 ans, pour raconter l'horreur, le deuil si difficile et le sentiment de perte inéluctable.

Par la voix tendre et ironique de son fils, Michel Rostain raconte en particulier les épisodes qui marquent chaque minute du jour fatidique puis les jours et les semaines qui suivent la mort, du plus bouleversant au plus absurde : emporter la couette chez le teinturier, faire les courses au supermarché, le marketing des catalogues de cercueils...

Mais il parle aussi de ses propres secrets, de la musique, du théâtre, de l'éruption du volcan islandais qui bouleverse la planète quand le père lui-même est anéanti par le chagrin.Il dit encore le chaos et la solitude qui suivent l'enterrement, quand l'absence commence véritablement, et la vie qui pourtant force son chemin têtu jour après jour.


L'Épouvanteur, Tome 7 : Le cauchemar de l'Épouvanteur
L'Épouvanteur, Tome 7 : Le cauchemar de l'Épouvanteur
par Marie-Hélène Delval
Edition : Broché
Prix : EUR 14,68

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de la saga !, 12 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Épouvanteur, Tome 7 : Le cauchemar de l'Épouvanteur (Broché)
Voici donc la suite de L'Erreur de L'Épouvanteur....

Ce livre m'a surpris à tous les chapitres. Une fois commencé, vous ne pouvez vous empêcher de continuer jusqu'à une fin surprenante qui nous rend impatient de la sortie du prochain tome de l'Épouvanteur. Malgré son seul défaut qui est celui d'être trop court ( d'une taille entre le tome 1 et le tome 2 donc assez petit ), c'est le meilleur de la saga mais la fin nous donne un petit sentiment de colère car la suite ne sortira que l'année prochaine sous le nom du " Cauchemar de l'Épouvanteur" d'après les rumeurs. Voilà c'est donc au final un livre à dévorer absolument qui ravira petits et grands et même les personnes moins fans de cette série le trouveront génial.


Artémis Fowl et le complexe d'atlantis
Artémis Fowl et le complexe d'atlantis
par Eoin Colfer
Edition : Broché
Prix : EUR 18,30

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ca repart !, 9 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Artémis Fowl et le complexe d'atlantis (Broché)
Méchanceté, cynisme, arrogance et manipulation, voici les caractéristiques du antihéros issus de la mythologie grecque. Celles-ci ont inspiré Eoin Colfer pour créer Artémis Fowl, un jeune garçon possédant toutes ces qualités et plus encore. Quand on commence ce septième opus, on le dévore sans s'arrêter tant on est transporté dans ce dédale d'aventures à travers le paradoxe du temps ! Eoin Colfer nous livre ici l'un des meilleurs tomes de la Saga Artémis Fowl et a su relancer la machine d'une série qui commençait à s'essouffler. Vivement le tome huit (qui sera malheureusement le dernier...)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 6, 2011 9:37 PM MEST


La famille Huxtable, Tome 3 : Le temps de l'amour
La famille Huxtable, Tome 3 : Le temps de l'amour
par Mary Balogh
Edition : Poche
Prix : EUR 6,95

15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Envoûtant !, 9 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La famille Huxtable, Tome 3 : Le temps de l'amour (Poche)
Quand le temps se met au diapason de l'humeur, maussade et chagrine, rien de tel qu'une bonne romance pour redonner moral et tonus ! Coup de chance, le troisième tome de La famille Huxtable, Le temps de l'amour de Mary Balogh fleurit juste dans les rayons, premier signe d'un printemps que tous espèrent précoce.

Dans ce troisième volet, c'est au tour de Margaret d'être au centre de l'attention. Margaret l'incarnation de la parfaite lady, si belle, si convenable... mais si inaccessible qu'à trente ans elle est encore célibataire. Mais cette année, elle l'a décidé, elle se mariera pour obtenir ce qu'elle désire par-dessus tout, des enfants. Cependant, le destin s'en mêle et c'est précisément à ce moment-là que resurgit dans un vie, l'homme qui lui a brisé le cœur des années auparavant. Et comme les dieux ont décidé de s'amuser, voilà que la route de la jeune femme croise celle d'un libertin contraint de trouver une épouse dans les 15 jours !

Sur cette trame extrêmement mince, Mary Balogh construit un roman dont l'intérêt ne faiblit à aucun moment. L'analyse psychologique particulièrement fouillée, l'exploration des méandres de l'âme des héros, de leurs fêlures mais également l'exploitation habile des convenances qui corsètent littéralement les protagonistes enrichissent l'intrigue lui conférant une touche inimitable, celle de Mary Balogh. Emotion et délicatesse caractérisent les romans de l'auteur et Le temps de l'amour ne déroge pas à la règle. C'est à un festival d'émotion auquel nous convie Mary Balogh dans ce troisième volet et il sera sage de garder quelques mouchoirs à portée de main...

L'auteur insuffle souffle et vie à ses personnages les dotant d'une personnalité complexe, fort éloignée de celle qu'ils affichent en public. Margaret en est l'exemple le plus frappant. Dans les deux premiers volets de la série, elle passait, comme éthérée ne semblant n'avoir ni corps ni consistance. Dans Le temps de l'amour, elle se révèle pleine de vie, vibrante de passion et capable de tenir tête à ce débauché de Jasper. Ah, Jasper ! Un héros comme on les aime ! Sombre et tourmenté, traînant une réputation détestable, il revient après un exil consécutif à un scandale retentissant. Mais est-il aussi méprisable que cela ? Touche par touche, Mary Balogh dévoile son intrigue qui recèle bien des surprises'jusqu'à son coup de théâtre final.

Tour à tour drôle et poignant, Le temps de l'amour est un festin que l'on peut déguster vite, très vite pour connaître la fin de l'histoire ou alors déguster bouchée après bouchée en savourant chaque péripétie tout en regrettant que la fin arrive trop vite car c'est bien connu un bon gâteau n'est jamais assez gros !
Mais goulus et gourmets se retrouveront tous pour affirmer qu'un Mary Balogh est toujours synonyme de pur bonheur ! Alors qu'attendez-vous pour rejoindre la confrérie de Baloghmaniaques ?
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 9, 2011 2:02 PM CET


Excel 2007 : Trucs et Astuces pour les Nuls
Excel 2007 : Trucs et Astuces pour les Nuls
par Greg Harvey
Edition : Broché

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pratique !, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Excel 2007 : Trucs et Astuces pour les Nuls (Broché)
Très facile à prendre en main, ce livre explique comment utiliser les fonctions d'Excel des plus simples aux plus compliquées. Très bonne prise en main il redonne espoir à ceux qui avaient jeter l'éponge !
A utiliser pour faire des calculs rapides et gagner un temps fou !


La rivière noire
La rivière noire
par Arnaldur Indridason
Edition : Broché
Prix : EUR 19,50

32 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Intriguant !, 8 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La rivière noire (Broché)
Un opus qui se déroule entièrement sans Erlendur, parti en vacances, ce qui nous donne l'occasion de mieux connaître Elinborg, qui ne le porte pas spécialement dans son coeur. C'est un autre regard sur notre héros, elle porte un jugement sévère sur ses agissements en tant qu'homme tout en admirant le policier, et ça nous fait mesurer à quel point on était, nous, lecteurs, en empathie avec sa souffrance.
Le roman débute par une surprise : celui qu'on prenait pour « le méchant » se révèle être la victime, sauvagement assassinée. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et Elinborg aura besoin de toutes les pages pour démêler une affaire aux ramifications multiples. Une enquête profondément triste, aux injustices révoltantes, qui donne une piètre image de la société islandaise, où semble-t-il la justice ne punit pas le viol bien sévèrement.
La tonalité est encore empreinte de mélancolie, et je ne parviens toujours pas à exprimer avec précision la magie des intrigues d'Arnaldur Indridason. Il y a un truc, une puissance dans les mots qui nous rivent aux pages, même sans Erlendur, ça fonctionne. Grande angoisse malgré tout dans les dernières pages, mais où est donc passé notre policier ?... A suivre !


Le trottoir au soleil
Le trottoir au soleil
par Philippe Delerm
Edition : Broché
Prix : EUR 15,15

22 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Saisissant, 7 février 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le trottoir au soleil (Broché)
C'est un livre que l'on peut lire au hasard des pages: en feuilletant, on tombe toujours sur l'une de ces histoires minuscules contées par Philippe Delerm avec ce sens singulier de l'observation et cet attachement aux petits bonheurs de la vie. On tombe toujours sur des phrases majuscules, qui résonnent comme des aphorismes. On tombe toujours sur une anecdote que l'on a forcément vécue un jour. Il y a, comme ça, des artistes qui savent mieux que personne décrire - jusque dans les pensées - ce que nous voyons à peine et qui nous marque pourtant à jamais. D'ailleurs, le décor est familier: c'est la gare (on est tous rattachés à une gare comme à l'enfance, celle de Delerm s'appelle Saint-Lazare), la plage (lire le chapitre «secouer sa serviette sur la plage»), la terrasse d'un café, un restaurant en bord de mer (et l'envie d'avoir absolument cette table face à l'océan, au prix de quelques entorses à ses principes), la cuisine, un hôtel, etc.

Ce Trottoir au soleil a le même goût et le même charme que La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules. La plume de Philippe Delerm est comme une microcaméra qui zoome sur ces tout petits riens de l'existence qui font presque tout, des moments furtifs qui ont la saveur de la madeleine de Proust - celle de notre auteur a le parfum de la figue mûre, un parfum d'été et d'adolescence.

«Le vrai plaisir de la rue»

Est-ce inconscient? Philippe Delerm nous explique sa marque de fabrique dans l'un de ces brefs récits - «Il y a les regardants et les regardés »: «Pour connaître le vrai plaisir de la rue, mieux vaut faire partie des regardants. À l'ombre, ou au soleil. Couleur muraille. Disparaître. Alors on peut se fondre, et on devient.» Et l'écrivain de souligner qu'ainsi on peut devenir ce couple qui se tient par la main, ce vieux monsieur qui ferme les yeux sous le soleil, ces lycéennes en voyage scolaire, ce SDF que l'on ne voit plus «Tous ces destins séparés, contigus, toutes ces histoires qui se frôlent et ne se croisent pas.»

Delerm est passé maître dans l'art de croquer des instants d'existence, et de nous les rendre avec ce sourire bienveillant et gentiment moqueur. Ce n'est pas sans raison qu'on a appelé Delerm le «Sempé des mots».


Page : 1 | 2 | 3 | 4