undrgrnd Cliquez ici Litte Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose
Profil de olivier no limit > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par olivier no limit
Classement des meilleurs critiques: 42.049
Votes utiles : 96

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
olivier no limit

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
8:18
8:18
Prix : EUR 11,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 du bon metalcore, 20 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 8:18 (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

8:18 » nouvel album du groupe de metal chrétien THE DEVIL WEARS PRADA. Je ne peux pas dire que je sois un excité de ce genre, au contraire, mais ayant déjà chroniqué d'autres cd de ce groupe, je me suis dit, allez pourquoi pas celui-là. Et bien m'en a pris.

D'emblée cela cartonne avec « Gloom ». Grosses rythmiques incisives en avant, une des deux voix qui éructe avec un growl vraiment monstrueux. Et pas de gosier émo : cool.

« Rumors » déboule », et je me retrouve dans les canons habituel de ce genre de musique, à savoir musique travaillée, tout en changements, en rebondissements incessants de tempos, cavalcades et tressautement hachées façon hardcore, voix méchantes et refrains aux vocaux clairs sur fond de suite d'accords pop. C'est technique, bien fait, et les voix éructées n'en font pas de trop. Pas mal.

Après je débranche, je n'accroche plus jusqu'à ce qu'arrive « Sailor's Prayer » avec son petit fond death melo. Ensuite « Care More » sorte de pop rock dépouillé ne m'attire pas;

Puis à partir de « martyrs », leurs titres, au fil de des écoutes, montent d'un degré dans "l'accroche",l'impact, et je trouve vraiment bien tournées leurs compositions ; de plus leurs titres sont assez courts, ne distillant que ce qu'il faut d'essentiel pour attirer l'auditeur, le tout emballé dans une certaine vivacité pleine de fraicheur.

Alors je pense que les amateurs du groupe devraient, en majorité, y trouver leur compte ainsi que ceux qui aiment ce style ; peut-être que certains n'approuveront pas le côté pop qui se pose parfois sur leur musique et qui baisse, de temps à autre son apport en agressivité, mais, franchement, que voilà une rondelle qui se laisse écouter.


The Dream Calls for Blood (Edition Limitée)
The Dream Calls for Blood (Edition Limitée)
Proposé par discover.store
Prix : EUR 12,80

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 du bon thrash, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Dream Calls for Blood (Edition Limitée) (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Depuis le revival thrash, il y a deux groupes d'anciens considérés, jadis, par certains comme des « seconds couteaux » qui ont carrément entamé une deuxieme carrière plutôt prolifique. EXODUS et DEATH ANGEL .

Suite logique de «Relentless Retribution », « The Dream Calls for Blood »en est le digne successeur.

Pour ce nouvel opus, les thrasheurs de DEATH ANGEL nous proposent au menu un brulot thrash où le heavy devient un rouleau compresseur lancé à pleine vitesse. Il y a de la musicalité, de la finesse d'exécution mais on cherche la force d'impact par le biais de morceaux qui sont plus ramassés, plus compacts, plus teigneux que ceux présent sur ««Relentless Retribution ».

Faut dire que cette galette a été pondue sur la route, qu'ils ont tourné sans cesse depuis 2010, que d'après les dires de Rob Cavestany, ils leur a fallu beaucoup de sacrifices et de combats pour revenir là où ils sont en train de s'engouffrer, et cela transparait dans leur musique. Impossible de tricher, c'est palpable, immédiat, bâti comme pour un combat.

Chacun assure à son poste : le chanteur vide ses poumons et fait des merveilles, les guitares sont au diapason : solos nombreux et véloces, riffs de tueurs et rythmiques en béton armé ; de plus leur « nouvelle » section rythmique n'est pas en reste et propulse le tout là où il faut.

Quant aux titres, on peut penser de temps à autre à des groupes comme ANNIHILATOR (Son of the Morning ,Detonate), MEGADETH (Territorial Instinct - Bloodlust ) mais ils raisonnent surtout comme...DEATH ANGEL !

Petite intro à la guitare acoustique sur "Execution - Don't Save Me ", un morceau plutôt heavy avec un refrain qu'aurait pu chanter RONNIE JAMES DIO. "Detonate" à l'intro orgueilleuse un peu néoclassique, sans oublier des parties virevoltantes de haute tenue comme sur "Empty".

Alors diront les grincheux il y a des titres qui sont moins expérimentaux qu'avant mais bon sang cet album se prend comme un gant d'acier en pleine poire, gant à l'acier finement ciselé.

Thrash un jour! Thrash toujours !


Dream Theater - Inclus DVD
Dream Theater - Inclus DVD
Proposé par nagiry
Prix : EUR 10,43

4.0 étoiles sur 5 un grand groupe, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dream Theater - Inclus DVD (CD)
olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Rentrer dans un album de ce monstre du metal progressif, c'est comme de pénétrer dans une cathédrale, que tu sois athée ou agnostique : quelque part tu retiens ton souffle et même si tu frimes style « ni dieu ni maitre » quelque part, il y a du respect.

Une fois l'émotion passée, on se rend compte de plusieurs choses.

Déjà cet album rempli jusqu'à la gueule donne dans une musique assez immédiate ne serait-ce qu'au niveau des riffs de John Petrucci, le chef d'orchestre du groupe, comme par exemple ce «The Enemy Inside » plein d'attaque .De plus leurs compositions ne s'étendent pas à l'infini (si ce n'est « Illumination Theory » qui dépasse les 20 minutes).

Ensuite on a l'impression que DREAM THEATER nous fait une sorte de bilan musical tout au long de cette galette, en nous présentant une palette assez large de ce qu'ils sont capables de faire, à commencer par «The Looking Glass » qui semble extirpé de l'album « Images and Words ». Auto plagiat ? Ce qui est certain c'est que lorsqu'on joue à ce niveau il est difficile de faire mieux. Cependant DT semble avoir perdu de son esprit aventureux, ce genre de démarche qui le poussait à marcher en des terres musicales inconnues. Ils nous rejouent même la carte de l'instrumental (Enigma Machine).

J'avoue ne pas aimer le son du batteur que je trouve manquant de relief....si seulement "Mike" Portnoy pouvait revenir , tout en continuant à laisser leur liberté d'expression aux musiciens. Quant au chant je le trouve parfois trop pop et un peu « gnan gnan" comme sur « The Bigger Picture », même si le gosier de Kevin James LaBrie est bien placé et que le monsieur sait chanter et emporter des refrains comme celui de «Behind the Veil » loin dans les nues.

Et pourtant malgré toutes ses critiques , il ne demeure pas moins que des titres comme « Illumination Theory », « The Enemy Inside », » Behind the Veil » sont de bonne facture et que si cet album ne surprend pas (on pense parfois à RUSH), il n'en reste pas moins de haute tenue et dispensant de l'émotion. Autre point à préciser c'est qu'ici chaque musicien est bien représenté, mis en valeur.

Alors bien qu'il soit un peu moins inspiré que son prédécesseur « A Dramatic Turn of Events », je préfère ce dernier plus électrique et moins axé sur les ballades.

La messe est dite.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 8, 2013 10:57 AM MEST


A l Olympia (2CD+DVD)
A l Olympia (2CD+DVD)
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un grand moment de metal, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : A l Olympia (2CD+DVD) (CD)
de "olivier no limit" du webzine METAL FRANCE

Les furieux et les furieuses vous êtes prêt pour une heure et demi de furia ? Pour fêter leur 20 ans de carrière, MASS HYSTERIA se fend d'un DVD tourné le 5 avril 2013 à l'OLYMPIA et le résultat ...est positif !

Une intro flippante où un couple étrange se tient par la main sans bouger (représentant la pochette du cd « l'armée des ombres ») pendant que derrière raisonnent 4 tambours martelés par des membres du taikokanou.

Puis c'est parti pour un show de folie où sont représentés, noblesse oblige, pas mal de titres de leur dernier album, sans oublier les pépites qui émaillent leur discographie (voir track list).

Le son est bon, les morceaux intenses.....

Mais ce qui fait chaud au caeur c'est la folie qui règne dans la salle (comme tout bon concert de metal qui se respecte) et qui au travers de l'écran arrive à vous donner le frisson. Le tout est mis en scène par des plans de caméra nombreux, bien montés et par des jeux de lumières qui éclairent le tout avec art.

Et puis la salle de l'OLYMPIA est un lieu mythique et cela ajoute à l'intensité de ce concert.

Mouss harangue la foule avec brio, sachant réchauffer, exciter, la foule tout en drivant son discours positif, anti politique et metal ! Quant aux musiciens ils se donnent à fond et le nouveau bassiste Vincent "Vinz" Mercier n'est pas le dernier ;

Mais là où on hallucine c'est quand apparaissent sur les planches les anciens membres du groupe Erwan Disez (Guitare), titou (basse), Pascal Jeannet (sampler), ainsi que les enfants des musiciens, et que la formation originelle de MASS HYSTERIA nous jouent un vieux titre.

Le temps passe et on s'accroche à son siege sans voir les minutes défiler.Puis la fête se termine.

Que vous dire ? Je ne suis pas un grand fan de ce groupe (je leur préfère LOFOFORA), mais en visionnant ce DVD j'ai ressenti ce petit truc qui fait toute la différence : le frisson !

Comme un bon film, bien assit dans votre fauteuil (si vous arrivez à rester calme) vous avez vraiment l'impression d'y être et chose étrange, outre le fait d'assister à ce set, vous ressentez l'émotion qui se dégage de cet anniversaire !

Je dirai que c'est un DVD à part et qui peut toucher pas mal de metalleux.


Resilient ltd edition
Resilient ltd edition
Prix : EUR 21,00

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 RUNNING WILD REVIENT EN FORME, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resilient ltd edition (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

RUNNING WILD revient avec « resilient ». Ce monstre du heavy /speed metal Allemand marqua de son sceau plus d'une génération. Son coté épique porté par le thème des pirates accoucha d'albums tel que « Death or Glory », « Under Jolly Roger », des musts dans leur genre. Puis fin de l'aventure en 2005 et retour de Rolf Kasparak et de son « bébé » avec l'atroce « Shadowmaker ». Un album vraiment mauvais et bâclé.

Alors ce « the resilient » vaut il le coup ?

Bon commençons par le mix. Si vous poussez un peu trop fort votre chaine, la musique sature dans les graves. Peut-être est-ce dû au fait que ce soit du téléchargement (légal) pour la promo du cd et non la mouture définitive. Faut dire les guitares sont en béton.

Après qu'en est-il de cette rondelle ?

Bon on ne peut pas avoir été et être de nouveau, les époques changent.

Certains diront que le bonhomme surfe sur ce qu'il sait faire, que les titres présents ici sont du déjà entendu, qu'il n'y a aucune surprise, que même parfois on pourrait penser au « pompage » d'anciens titres, que son inspiration tourne en rond et c'est vrai.

Mais dans ma chronique je ne veux pas faire la même erreur que sur celle de BLACK SABBATH. J'avais été mitigé, plein de retenues pour me rendre compte, des semaines plus tard que leur album était bon.

Tout cela pour vous dire que même s'il n'a rien d'exceptionnel et qu'il sent un peu le réchauffé et bien ma foi ce « the resilent » est plutôt pas mal du tout. RUNNING WILD fait du RUNNING WILD ! Il redore son blason et fait oublier la déception de «Shadowmaker ».

Des titres comme «Soldiers of Fortune », « The Drift », respirent à plein nez la mer, la piraterie, l'aventure, le côté épique de la bête, toutes voiles dehors. « Resilient » est un bon heavy metal, dont le riff aurait pu être pondu par ACCEPT et « Adventure Highway » et «Crystal Gold » sont des hard rock plutôt « avenants » aux riffs qui vous prennent bien la tête. «Desert Rose » et le très long «Bloody Island » ont quelque chose de THIN LIZZY (surtout les solos.)

Et puis il y a toujours de ces refrains bâtis sur les mêmes accords, mais qui là reprennent vie et brillance.

Alors vous l'avouerais je, malgré ce que j'ai pu écrire plus avant dans cette chronique, j'ai ressenti à l'écoute de cet album, le petit frison qui fait toute la différence. Cela faisait un bail que RUNNING WILD n'avait pas pondu un truc comme cela, même si c'est de la redite au niveau de l'inspiration.

Perso, je m'en fous, seul compte le plaisir immédiat... ; Et là je m'en suis pris une sacrée dose !!


Page : 1 | 2 | 3