undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Stenou Rose-laurence > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Stenou Rose-la...
Classement des meilleurs critiques: 2.043.461
Votes utiles : 19

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Stenou Rose-laurence "awalou" (france)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
LE CUL DE JUDAS
LE CUL DE JUDAS
par António Lobo Antunes
Edition : Poche

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le cul de Judas, 2 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : LE CUL DE JUDAS (Poche)
L'alcool, l'auto-dérision, l'ironie et le vulgaire sont, après l'épisode traumatique qu'est la guerre coloniale en Angola, les leitmotiv du comportement et sont également les quasi seuls moyens de communiquer du narrateur-personnage -au risque sinon, de sombrer dans le mutisme complet-.
Lui, un ancien médecin revenu de ce "trou du monde" qu'il désigne, car étant portugais, par une expression proverbiale, comme : "trou de Judas" / "cul de Judas". En définitive, il s'agit là de qualifier; par cette expression typiquement portugaise,le "bourbier", "l'infâme" dans lequel, lui, médecin et ses acolytes sont pieds et poings liés. Souvenirs traumatiques d'une guerre expansionniste qui reflètent "un certain impérialisme européen" qui, pour les portugais est hérité et perpétré du et par le professeur Salazar.
Il faudra attendre 1974 et le sursaut de la Révolution des Oeillets pour voir s'estomper cette mainmise portugaise, qui laissera, somme toute lieu à... une nouvelle guerre, guerre civile angolaise cette fois-ci, régulée finalement par l'ONU en 2002 -via la signature d'un accord de paix en Angola-; à Luanda.

Le lieu de la rencontre, dans ce livre, entre le narrateur-personnage et la femme -l'inconnue langoureuse qu'il s'agit de séduire- est celui de l'anonymat: un bar, où les heures se succèdent étayant le discours rageur et musclé du narrateur personnage, à la dérive; petit à petit desinhibé par l'alcool.

Il va s'agir métaphysiquement, par des réflexions qui cassent le littéral, les digressions perpétuelles et inattendues, de redécouvrir une essence pour le pronom "ON". Qu'est-il réellement, ce "on"? Quel statut existe- t-il au travers de ce livre, au regard du narrateur-personnage, et, depuis cet épisode bouleversant de l'Angola, du "On"? Qu'évoque-t-il désormais? Le "On" de la communauté a-t-il encore et toujours un sens dans l'après? Le "On" -plus restreint- entre le narrateur masculin et la femme inconnue soutenant -ou ponctuant du regard les interventions ou morceaux d'anthologie du personnage principal narrateur (puisqu'elle est seulement in absentia)- la conversation a-t-il un sens, reflète-t-elle toujours un "on" au sens du "commun", de "l'ordinaire"?

Des lors qu'est présenté là un monologue, que représente encore une fois le "On"?

Le livre d'Antonio Lobo Antunes est incisif et parsemé d'humour noir. Il scande les désillusions que colportent les mentalités belliqueuses, ce, à travers une voix de l'antimilitarisme; voix du pamphlétaire, donc engagée.
Le cul de judas
Cette plume engagée donnera lieu à l'adaptation théâtrale:une mise en scène, adaptée et jouée par François Duval, fin 2006.


Les Émigrants
Les Émigrants
par Winfried Georg Sebald
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les émigrants, 2 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Émigrants (Broché)
Un livre intéressant autour de la fragilité de la mémoire et de la reconstitution nécessaire pour retrouver son identité par le biais de l'altérité. Quatre épisodes scandent ici la vie du narrateur-personnage, lui permettant de se reconstruire petit à petit. Mémoire devenant, par ce livre, un corrélat de l'Histoire évoquée dans la petite histoire. Les souvenirs et spectres de la Shoah planent sur les pérégrinations d'un narrateur avide de découvertes.Les découvertes qui amenuisent l'énigmatique de l'être -en tant qu'il renvoie à l'étant- passent par le biais de sa famille et de ses proches.
L'intrusion des photographies relègue cette nécessité de montrer l'éphémère de la mémoire. Ainsi, les photographies comblent ces liens cognitifs estompés et permettent le re-souvenir. Ce, par le biais d'un souvenir réel "évanoui" et qui ressurgi -principe de la forclusion- à la vue de cette photographie ou encore, par le biais de "constructions artificielles simples" provoquées au regard des photographies qui comblent le vide du passé du narrateur.
Sebald livre là, une création ambitieuse sur le désir de comprendre, qu'il a lui même entretenu dans sa propre jeunesse au regard du passé de ses géniteurs ayant connu la seconde guerre mondiale. Par le biais de son père -engagé dans l'armée Allemande de la Wehrmacht-; qui participe à cette prise de conscience de la réalité des camps de concentration. Il en prend compte par le biais de documentaires Historique notamment Bergen-Belsen (là où est emprisonné Hans Meyer)et souhaite approfondir cet épisode de la Barbarie qui fait désormais partie intégrante du XXIème siècle. L'écriture participe de cette volonté de mieux connaître, que ce soit le monde ou bien soi-même, et participe 'd'une certaine manière'au devoir de mémoire qui nous incombe.Les Émigrants
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 15, 2014 1:13 AM MEST


Page : 1