Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici B071G11982
Profil de fifi59 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par fifi59
Classement des meilleurs critiques: 6.303
Votes utiles : 5348

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
fifi59
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-30
pixel
Passé décomposé
Passé décomposé
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Coup de coeur !!, 5 décembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Passé décomposé (Téléchargement MP3)
Avant tout, cet album n'est disponible qu'en téléchargement sur Amazon.
Je précise en effet qu'il s'agit d'une autoproduction et que vous pouvez obtenir le CD sur le site du groupe (oxymor.com)...ce que je vous recommande !

Oxymor est un jeune groupe français, originaire du Nord de la France, qui a été fondé en 2004.
Après quelques problèmes de line-up, celui-ci est stabilisé en 2006, date à laquelle Violette Wanty (chant) et Eliott Williame (batterie) intègrent le groupe.

Aujourd'hui, le line-up est le suivant :
- Violette Wanty (chant)
- Victor Wanty (clavier, violoncelle, composition, arrangements, paroles)
- Romain Lefebvre (guitare)
- Geoffrey Martel (basse)
- Eliott Williame (batterie)

"Passé décomposé", le premier album (autoproduit) d'Oymor, nous propose des titres basés sur un Black Metal mélodique agrémenté notamment d'éléments Symphoniques, voire Prog.
"Incipit" est le premier titre de l'album...et je suis déjà conquis !
Il est varié dans les tempos, les musiciens sont très au point, la production est excellente, tous les instruments sont parfaitement audibles, le mixage est incontestablement réussi.
Bravo à Dimitri Dupire (enregistrement, mixage, mastering) pour son boulot !
A l'instar, notamment, de Masha (Arkona) ou Angela (Arch Enemy), Violette use d'un chant (en français) extrême, puissant, variés et efficace, et on sent d'emblée qu'elle vit la musique.
Au fil de l'écoute, on ressent déjà une grande qualité de composition, c'est recherché, travaillé...et cela est valable pour l'ensemble des titres !

L'une des particularités d'Oxymor est l'utilisation du violoncelle, magnifiquement intégré (à l'instar d'un groupe comme Pantheon I, que je vous recommande en passant) et qui apporte énormément pour parfaire l'originalité des compositions.
Les claviers sont également parfaitement utilisés, avec des passages aux sonorités "clavecin" ("Incipit", "Les Barbares Civilisés") ou plus traditionnels.
La technique est très présente mais jamais rébarbative, les titres sont passionnants, riches, et incluent quelques surprises sympathiques (comme les quelques petits moments d'inspiration folklorique sur "Les Barbares Civilisés" ou "Dernière Transe").
Le chant clair de Violette ("Douce Euphorie", "Le Démon Des Mots", "Mourir Hier") est doux, voire fragile, et le contraste avec les vocaux extrêmes est assez saisissant, d'autant qu'il n'y a jamais de monotonie, elle apporte des variations (chant hurlé ou plus guttural), et une certaine théatralisation dans l'interprétation.
Les musiciens assurent, je n'ai pas noté de failles !

J'ai écouté "Passé Décomposé" plusieurs fois sans me lasser. Au fil des écoutes, de nouveaux détails sautent aux oreilles. En effet, Oxymor peut se targuer de ne pas être prévisible au niveau des structures instrumentales, ce qui apporte un indéniable "plus" à l'album.
Oxymor est un groupe soudé, perfectionniste, qui nous immerge dans une aventure musicale de grande qualité, à tous les niveaux (compositions, paroles, interprétation, production).
Je finirai par la pochette, franchement superbe, créée par Véronique Wanty (la mère de Victor et de Violette), qui a nécessité un énorme boulot également.

Oxymor a enfanté un premier album très abouti, mature, inspiré, puissant, mélodique, et je vous le recommande chaudement !

Listes des titres présents sur le CD :
01 - Incipit
02 - Dialogue de sourd
03 - Les barbares civilisés
04 - Trouble dédale
05 - Douce euphorie
06 - Fureur intérieure
07 - Mise en abîme
08 - Le démon des mots
09 - Dernière transe
10 - Mourir hier

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (32) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 13, 2009 5:15 PM CET


A L'Olympia
A L'Olympia

30 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mention "Bien" !!, 28 novembre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A L'Olympia (CD)
Trust, c'est à mes yeux trois Monuments du Hard Rock français (1°album en 1979, Répression en 1980 et Marche Ou Crève en 1981), un excellent album (Trust IV en 1983)...puis un changement de direction musicale avec l'album Rock'N'Roll en 1984, date à laquelle le Trust que j'adulais a cessé de m'enchanter.
J'ai alors décroché car je n'ai jamais retrouvé le plaisir d'écoute qui était le mien avant cette date, le Hard Rock accrocheur et agressif du groupe s'était mué en Rock assez sage et sans originalité !
Séparation, reformation, espoir puis déception, les albums qui ont suivi ont confirmé cela !

Mais je me cramponne toutefois toujours à l'idée qu'en Live, à condition d'avoir une setlist qui reprenne en (immense) majorité les titres des premiers albums, Trust puisse encore me faire rêver, me faire un peu retrouver les éléments de cette période faste.
Le dvd Trust : Soulagez-vous dans les urnes ! était sympa et globalement bon mais finalement frustrant (trop court notamment), malgré une bonne setlist.

Soyons franc : on espère toujours retrouver un peu de la flamme qui animait le groupe à ses débuts, dans le cadre d'un album studio...mais c'est sans doute assez utopique !

Le 4 décembre 2007, Trust a fêté ses 30 ans à l'Olympia, et le fruit de ce Live sort dans trois éditions, DVD simple, double Cd, et celle dont je vais vous parler, contenant 2 DVD et 2 CD.

* DVD 1 : Olympia.

Le Live est constitué de 23 titres, dont 18 incontournables de l'"Age d'Or", pour environ 2h16 de concert.
L'image est remarquable, c'est bien filmé et le son est parfait (piste DTS à privilégier, stéréo).

L'interprétation est excellente, les musiciens assurent, l'ambiance est bonne, le light show est plaisant.
Bernie a globalement la pêche vocalement, il est en forme, Je le trouve bien meilleur que sur le précédent Live !
Il met assez régulièrement le public à contribution pour chanter (ce qui est bien normal, le contraire serait étonnant), certains mots passent à la trappe, mais bon, ce n'est pas trop gênant, je chipote peut-être un peu !

J'avoue honnêtement que ce qui me gêne, c'est la présence d'un DJ sur ce Live (sachant qu'il fait partie de Trust aujourd'hui).
Il est là pour "enrichir" la musique, apporter une petite touche moderne...disons que Trust a encore passé un cap dans le cadre de son évolution !
Que les choses soient claires : "Deck" est très bon dans son domaine, je le respecte totalement, ce n'est absolument pas la personne qui pose problème.
Surfer sur le "commercial", sur "ce qui se fait", la "modernité", c'est malheureusement le lot de beaucoup de chanteurs et de groupes, et ce dans la plupart des styles musicaux ! Trust fait ce qu'il veut, il a sans doute rallié de nouveaux fans avec son dernier album (13 A Table, 2008) qui apprécient le cap musical emprunté actuellement.

Mais dans le cadre de ce Live, de la setlist constituée, avec tous ces titres incontournables, si certains bruitages peuvent parfois apporter un petit quelque chose (en intro par exemple), qu'ils sont présents mais pas omniprésents, je trouve que les passages "scratchés" ça fait drôle, c'est un peu incongru, voire parfois choquant ! "Deck" a d'ailleurs été sifflé, ce qui a fâché Bernie, qui a alors demandé au public du respect.

Bon, c'est un fait, je suis nostalgique du Trust des débuts, et on me reprochera sans doute d'être trop ancré dans cette période et d'avoir du mal avec le présent du groupe...c'est vrai !

Ceci dit, au final, j'ai passé un bon moment avec le visionnage de ce concert dont j'ai apprécié la setlist et l'interprétation.

Liste des titres présents sur le DVD :

01 - Marche ou Crève (de l'album Marche ou Crève, 1981)
02 - Palace (de l'album Trust, 1979)
03 - Au Nom de la Race (de l'album Répression, 1980)
04 - Darquier (du EP The Backsides, 1993)
05 - Fais Où l'On te Dit de Faire (de l'album Europe et Haines, 1996)
06 - Sors tes Griffes (de l'album Répression, 1980)
07 - Mr Comédie (de l'album Répression, 1980)
08 - On Lèche, on Lâche, on Lynche (de l'album Europe et Haines, 1996)
08 - Le Temps Efface Tout (de l'album Europe et Haines, 1996)
09 - Ton Dernier Acte (de l'album Marche ou Crève, 1981)
10 - Les Templiers (de l'album Marche ou Crève, 1981)
11 - Préfabriqués (de l'album Trust, 1979)
12 - Surveille ton Look (de l'album Rock'N'Roll, 1984)
13 - Certitude Solitude (de l'album Marche ou Crève, 1981)
14 - Fatalité (de l'album Répression, 1980)
15 - Saumur (de l'album Répression, 1980)
16 - Instinct de Mort (de l'album Répression, 1980)
17 - Police Milice (de l'album Trust, 1979)
18 - L'Elite (de l'album Trust, 1979)
19 - Tous ces Visages (de l'album Europe et Haines, 1996)
20 - Chaude est la Foule (de l'album Live Soulagez-vous dans les Urnes, 2006)
21 - Le Mitard (de l'album Répression, 1980)
22 - Bosser 8 Heures (de l'album Trust, 1979)
23 - Antisocial (de l'album Répression, 1980)

Je regrette l'absence de bonus sur le DVD, un making of et des coulisses auraient été intéressants et, franchement, s'imposaient etant donné qu'il s'agit d'un concert anniversaire !

* CD 1 et 2.

Les deux CD reprennent tous les titres du Live, le son est bon.

* DVD 2 : Rockpalast.

Le second DVD nous propose le Live du 5 juin 1982 au Rockpalast (à Cologne) dans lequel on retrouve notamment Nicko Mc Brain à la batterie.
Rappelons que Trust était connu et respecté à l'étranger !
Ce que j'aimais en Trust à l'époque, je le retrouve évidemment ici, à savoir l'intensité de la musique, la pêche communicative du groupe et l'agressivité vocale de Bernie !
Pendant environ 1h25, on assiste à un formidable concert, dont pas mal de titres sont en version anglaise.
Il est pourvu d'une image et d'un son pas au top bien entendu, mais toutefois très satisfaisants pour apprécier ce moment important dans l'histoire du groupe !

Ce concert est absolument INDISPENSABLE pour tous les fans !!

Liste des titres présents sur le DVD :

01 - La Grande Illusion (version anglaise)
02 - Certitude Solitude
03 - Le Sauvage (version anglaise)
04 - Répression
05 - Instinct de Mort (version anglaise)
06 - La Junte
07 - Saumur (version anglaise)
08 - Les Brutes
09 - Au Nom de la Race (version anglaise)
10 - Les Templiers
11 - Les Sectes (version anglaise)
12 - Ton Dernier Acte (version anglaise)
13 - Sors tes Griffes (version anglaise)
14 - Mr. Comedy (version anglaise)
15 - Antisocial (version anglaise)
16 - L'Elite
17 - Fatalité (version anglaise)

Aucun bonus n'est présent sur ce DVD.

Un souhait pour finir ?
Ah, si seulement Trust pouvait effectuer un petit retour aux sources sur album studio !
Je sais, on pourra me dire que je suis un rêveur, qu'il ne faut pas vivre dans le passé et accepter la "modernité" et les choix musicaux qui ont été faits, mais c'est incontestable que le groupe adore interpréter ses titres phares en concert, alors qui sait, un jour peut-être...

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (33) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 5, 2010 10:42 PM MEST


Goi, Rode, Goi !
Goi, Rode, Goi !
Prix : EUR 13,90

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Encore un fabuleux album d'Arkona !!, 22 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Goi, Rode, Goi ! (CD)
Je suis un inconditionnel d'Arkona. J'adore ce groupe que j'ai découvert avec l'album Vo Slavu Velikim (2005), qui m'avait fait passer un formidable moment et que j'avais écouté maintes fois ensuite.
J'ai poursuivi l'acquisition de la discographie sans jamais percevoir de déception, que ce soit avant ou après cet album.
Ot Serdca K Nebu (2007) avait été une énorme claque, puis le monumental dvd Noch velesova (2009) avait confirmé de manière éclatante les immenses qualités du groupe, en l'occurence en configuration Live.

La nouvelle offrande d'Arkona, "Goi, Rode, Goi!" , disons-le d'emblée, confirme au centuple tout le bien que je pense du groupe...mais est-ce nécessaire de dire que je ne suis pas surpris ?!
Signalons tout d'abord, en complément de la section Metal, la participation d'un choeur, d'un quintet à cordes et d'instruments traditionnels, que nous rencontrerons au fil des titres (mandoline, flutes, accordéon, violon...).
L'album commence avec "Goi, Rode, Goi!" qui donne le ton : Arkona est en pleine forme et nous propose cette alternance toujours excellente entre vocaux extrêmes et clairs de la formidable Masha, tellement bien adaptée à ce Folk Metal nous proposant passages agressifs ou plus typiquement Folk. On notera immédiatement la qualité de la production, irréprochable et puissante, qui permet d'apprécier l'ensemble des instruments.

Cet album est fantastique, et ce du début à la fin, il s'écoute avec une grande facilité et un immense plaisir, aucune faiblesse n'est à signaler !
Si TOUT est excellent à mes yeux et homogène dans la qualité, je me permettrai toutefois d'ajouter un petit commentaire concernant deux titres.
"Yarilo" est probablement le titre le plus agressif de l'album, avec quelques passages rapides qui ne dépareilleraient pas au sein d'un album de Black Metal orchestral, alliés aux moments si caractéristiques du groupe.
"Na Moey Zemle (In My Land)", titre sublime et épique de 15 minutes, dans lequel de nombreux participants, issus de remarquables groupes (que je vous conseille très fortement de découvrir, si ce n'est déjà fait), Månegarm, Obtest, Skyforger, Menhir, Heidevolk, viennent épauler Arkona (que ce soit pour les vocaux ou les instrumentations), pour nous offrir un magnifique et diversifié voyage musical.

Oui, je suis toujours très enthousiaste lorsque je parle d'Arkona car je considère que dans cet univers si vaste du Folk Metal, ce groupe est dans le peloton de tête du genre...et ce n'est pas ce superbe album, magnifiquement interprété et produit, qui viendra contredire cela !!
Jamais déçu par Arkona, toujours passionné, mon souhait est de voir ce groupe connu de tous (et reconnu) pour enfin exploser à la face du monde, car il le mérite vraiment !

Liste des titres présents sur l'album :

01 - Goi, Rode, Goi ! (6.14)
02 - Tropoiu Nevedannoi (On the Unknown Trail ) (2.30)
03 - Nevidal (The Wonder) (4.40)
04 - Na Moey Zemle (In My Land) (15.08)
05 - Pritcha (The Parable) (0.55)
06 - V Tsepiakh Drevney Tainy (In Chains of Ancient Mystery) (6.30)
07 - Yarilo (6.24)
08 - Liki Bessmertnykh Bogov (Faces of Immortal Gods) (5.17)
09 - Kolo Navi (Kolo of Nav) (4.17)
10 - Korochun (2.12)
11 - Pamiat (The Memory) (5.46)
12 - Kupalets (2.51)
13 - Arkona (6.36)
14 - Nebo Hmuroe, Tuchi Mrachniye (Sullen Sky Lurid Clouds) (10.26)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (14) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 25, 2009 1:37 PM CET


Acedia
Acedia

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un bon album !!, 21 novembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Acedia (Téléchargement MP3)
Avant tout, cet album n'est disponible qu'en téléchargement sur Amazon.
Souhaitons donc qu'il le soit également bientôt en cd !

Dark Age est un groupe de Death Metal mélodique allemand fondé en 1994.
Avant "Acedia", le groupe a réalisé trois démos, cinq albums et un DVD.
J'ai découvert Dark Age avec le fabuleux album éponyme, paru en 2004, qui m'avait fait forte impression, me conduisant à poursuivre la discographie du groupe.

"Acedia", leur sixième album, nous propose des titres heavy, efficaces, mélodiques, modernes, parfaitement interprétés, avec une alternance vocaux Death / vocaux clairs très réussie.
La production est énorme, puissante, irréprochable, permettant de parfaitement discerner les différents instruments. Le mix voix / instruments est d'ailleurs excellent.
Les claviers sont très présents et bien utilisés, ils apportent beaucoup à la musique du groupe.
On remarquera quelques éléments electro, dont l'aboutissement est le titre "Zeitgeist".

L'album est assez homogène, sans véritable point faible, l'écoute est plaisante. Je n'ai pas ressenti de déception, même si l'originalité n'est pas vraiment de mise.
Cependant, je trouve qu'il ne contient pas de moments véritablement transcendants (comme cela était déjà le cas pour l'album "Minus Exitus" d'ailleurs), comme j'avais pu en trouver sur l'album "Dark Age" !
La musique est globalement mid-tempo, avec quelques accélérations bienvenues, que j'aurai souhaité plus exploitées ("10 steps To Nausea"", "Halo Meridian").

Dark Age a des influences (on peut parfois penser notamment à Dark Tranquility, In Flames, voire Paradise Lost), certes, mais il a de la personnalité, et je ne le rangerai absolument pas dans la catégorie « clone ».
Le groupe a le don pour créer des mélodies accrocheuses. D'ailleurs, dès les premières notes, on reconnaît immédiatement sa « griffe » !

Finalement, Acedia est un bon album, très agréable à l'écoute, qui pourra ravir les fans de Death mélodique moderne. Je suis cependant convaincu que Dark Age peut donner encore plus et qu'il a encore une belle marge de progression devant lui !

Liste des titres :

01 - Kingdom Nevercome
02 - Kingdom Yourself To Nothing
03 - Neon Gardens
04 - Snake Of June
05 - Zeitgeist (Ghost In The Machine)
06 - 10 Steps To Nausea
07 - Halo Meridian
08 - Underneath These Burdens
09 - All The Unfullfilled
10 - Babylon Riots
11 - Myself Heretic
12 - Vampyre (bonus de l'édition digipack, avec la participation de Kai Hansen).

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (13) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 1, 2009 9:12 PM CET


Endgame
Endgame
Prix : EUR 11,49

5 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une pièce maîtresse du Thrash Metal !!, 25 octobre 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Endgame (CD)
Ce nouvel opus de Megadeth génère des chroniques très variées, certains adorent, d'autres sont déçus...pour ma part, je me range du côté de ceux qui l'ont aimé.
J'ai toujours apprécié Megadeth, mais sans en être vraiment fan, et je dois bien reconnaître avec un peu de honte que je n'ai découvert qu'assez récemment les albums à avoir OBLIGATOIREMENT et dont je suis devenu inconditionnel : le Monument "Rust In Peace" et l'Enorme "Peace Sells... But Who's Buying?", deux indispensables du groupe...et du Thrash Metal !
J'avais aimé le précédent, "United Abominations", mais la découverte d'"Endgame" a été une grosse baffe, un peu comme celle que j'avais prise lorsque j'ai écouté "Death Magnetic" de Metallica !
"Endgame" a tourné en boucle pas mal de temps chez moi lors de sa sortie et je l'écoute toujours assez régulièrement.
Je trouve qu'il n'a pas de point faible, que l'inspiration des grands jours est là, les compositions sont d'une grande efficacité, les passages Speed et Heavy sont excellents, le groupe allie à la perfection agressivité et mélodie !
Megadeth nous assène ses titres avec une pêche imposante et, cerise sur le gâteau, la production est au top, claire et puissante (on entend parfaitement tous les instruments).
Bref, à mes yeux, "Endgame" est le troisième album absolument incontournable du groupe !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (35) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 4, 2009 5:39 PM CET


Those Whom The Gods Detest
Those Whom The Gods Detest
Prix : EUR 18,58

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un album appelé à devenir une référence dans le genre !!, 13 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Those Whom The Gods Detest (CD)
NILE est un groupe de Brutal Death technique américain, formé en 1993, qui colore ses compositions d'éléments liés à l'Egypte Antique, ce qui constitue son originalité, sa marque de fabrique.
"Those Whom The Gods Detest" est son sixième album.

Avant de découvrir celui-ci, je suis allé réécouter les trois précédents pour me replonger dans le style du groupe et l'ambiance de ses albums, histoire de voir s'il y avait des changements, des évolutions avec ce nouvel opus.
Autant le dire tout de suite, j'apprécie NILE mais j'avais mis du temps avant d'entrer dans les prédécesseurs de "Those Whom The Gods Detest", j'avais moyennement accroché au début.
Cela allait-il se reproduire cette fois ?

Signalons d'abord que Karl Sanders (vocaux, guitare) a un projet solo et qu'il a sorti son second album ("Saurian Exorcism") dans lequel il utilise des instruments traditionnels orientaux. Faire profiter NILE de cette expérience pour son nouvel album devenait alors une évidence, en procurant de nouveaux éléments, de nouvelles influences ! En complément des claviers, magnifiquement utilisés, des instruments particuliers, comme le Baglama Saz (qui est un luth turc), ont donc été intégrés.

L'album s'ouvre sur "Kafir!" et la première chose qui marque, c'est la production titanesque, ce qui constitue un atout de choc lorsqu'on pratique ce style musical ! J'indiquerai d'ailleurs que l'album est produit et mixé par Neil Kernon (qui officiait également sur "Ithyphallic" et qui a notamment travaillé avec CANNIBAL CORPSE et NEVERMORE) et que c'est Eric Rutan (MORBID ANGEL, HATE ETERNAL) qui s'est occupé du son de la batterie (on sent d'ailleurs qu'un gros boulot a été fait sur cet instrument).
"Kafir!" est un titre intense, souvent rapide et particulièrement efficace, mais qui recèle également des passages très lourds, lents, agrémentés de vocaux orientaux masculins du plus bel effet, qui apportent un indéniable « plus » à la compo. Impressionnant, puissant, varié dans les tempos, incluant des atmosphères sombres, ce titre débute l'album de la plus belle des manières !
"Hittite Dung Incantation" est plus court et direct, mais aussi captivant, tout comme "Permitting the Noble Dead to Descend to the Underworld".
"Utterances of the Crawling Dead" est un titre également fantastique, l'exemple frappant pour nous démontrer de manière éclatante à quel point George Kollias (batterie, percussions) est phénoménal, son instrument s'avère fondamental, surpuissant, soumis à toute une série de tempos...mais on retrouve ça sur tout l'album !
"Those Whom the Gods Detest" débute par un passage acoustique oriental très mélodique avant de partir vers des horizons rapides et brutaux, bien entendu contrebalancés par des passages lents et atmosphériques. On remarquera deux passages avec superposition des vocaux Death (j'en profite pour indiquer que Karl Sanders et Dallas Toler-Wade sont impressionnants sur l'album) et clairs, ce qui apporte une originalité supplémentaire. Les passages instrumentaux sont franchement passionnants, incisifs et redoutables (mais cela est valable pour tous les titres).
"4th Arra of Dagon" débute par une intro orientale, rapidement relayée par les aspects typiquement Heavy du groupe, version mid-tempo ou lente, l'intensité ne faiblit pas...et ne faiblira jamais !
"Yezd" est strictement instrumental, à base d'instruments traditionnels et de vocaux orientaux, il permet une respiration agréable à ce moment de l'album...avant de repartir de plus belle avec "Kem Khefa Kheshef", qui inclut cette rapidité chère au groupe, auquel succède, dans le même esprit, "The Eye of Ra".
Enfin, "Iskander D'hul Karnon" vient clore l'album, c'est un titre assez mélodique, très varié au niveau des ambiances et des tempos.

Pour répondre à la question initiale, dès le début j'ai accroché et cela ne s'est jamais démenti tout au long de l'écoute. Je pense, pour faire court, que NILE a réalisé là un album parfait ! J'ai beau l'écouter, je ne m'en lasse pas, "Those Whom The Gods Detest" est tout simplement démentiel !
La production de l'album est percutante et puissante, elle constitue, à mes yeux, la meilleure de la discographie de NILE !
TOUS les titres de l'album, qui se révèle plus varié que les précédents opus, sont excellents, les orchestrations présentes (mais pas omniprésentes), parfaitement intégrées, sont là pour installer les ambiances sombres, tout comme les impeccables vocaux orientaux. Ces éléments apportent beaucoup, que ce soit au sein des morceaux ou en intro. L'interprétation est magistrale, les compositions sont impressionnantes et fascinantes de bout en bout.
Enfin, pour couronner le tout, l'artwork est (comme toujours) superbe.
Si je pouvais émettre un petit souhait, ce serait que, pour le prochain album, les orchestrations et vocaux orientaux soient encore plus développés !

Technique (mais jamais rébarbatif), intense, agressif, puissant, varié, atmosphérique, épique, cet album est un Monument du Death Metal et NILE est définitivement, avec "Those Whom The Gods Detest", dans le peloton de tête des meilleurs groupes du genre !

Titres présents sur l'album :
01 - Kafir! (06:50)
02 - Hittite Dung Incantation (03:48)
03 - Utterances of the Crawling Dead (05:09)
04 - Those Whom the Gods Detest (08:07)
05 - 4th Arra of Dagon (08:40)
06 - Permitting the Noble Dead to Descend to the Underworld (03:32)
07 - Yezd Desert Ghul Ritual in the Abandoned Towers of Silence (02:33)
08 - Kem Khefa Kheshef (06:18)
09 - The Eye of Ra (05:01)
10 - Iskander D'hul Karnon (06:41)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (26) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2009 7:36 AM CET


Noch velesova
Noch velesova
DVD ~ Arkona

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur du Pagan/Folk Metal !!, 3 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Noch velesova (DVD)
Arkona est un groupe russe de Folk/Pagan Metal avec éléments Death, fondé en 2002, date à laquelle il a sorti sa première démo, avant de réaliser 4 albums et un premier dvd live.

A l'instar d'Arch Enemy, c'est une chanteuse qui officie au sein du groupe, mais Masha (qui chante en russe) a plusieurs cordes à son arc puisqu'elle passe de vocaux clairs, agréables et maîtrisés, à des vocaux extrêmes réussis.

Evidemment, les instruments traditionnels sont de la partie en complément de la section Metal.

J'ai découvert Arkona avec "Vo Slavu Velikim !" (2005) et j'avoue avoir pris une claque. Ensuite, conquis par le groupe, j'ai poursuivi les acquisitions et il fait aujourd'hui partie de mes préférés en matière de Folk Metal.

"Noch Velesova" est le second dvd du groupe, il a été capté au "Tochka" Club, à Moscou, le 31 octobre 2007.

Lorsqu'on commence le visionnage, on remarque immédiatement la petite taille de la scène, les décors et éclairages assez minimalistes, la présence d'un ordinateur allumé non loin de la batterie (martelée par Vlad "Artist") qui attire les yeux. Bref, ça fleure bon l'artisanat...et ceci est ma fois bien sympathique et nous plonge parfaitement dans l'atmosphère très agréable de ce qui va s'avèrer être un remarquable concert !

Question musique, c'est franchement bon ! Si le guitariste (Sergey "Lazar") et le bassiste (Ruslan "Kniaz") ont peu de place et sont assez statiques, l'attraction est Masha, particulièrement efficace et charismatique, survoltée, qui fait magnifiquement vivre ses chansons, face à un public en pleine forme. L'ambiance est donc excellente ! Un seul homme est en charge des instruments traditionnels (Vladimir Cherepovskiy), il manie à la perfection la flûte, la cornemuse, la guimbarde et apporte beaucoup à la musique. L'interprétation ne souffre d'aucun défaut. Nous assistons donc, pendant pratiquement 2h23, à un concert de haute qualité, dans lequel on a des titres et des ambiances très variés, on passe avec bonheur de l'agressivité à la douceur, de passages Metal extrême à d'autres plus typiquement Folk.

Enfin, signalons la présence de quelques invités (danseuses, chanteuses, hommes en armure reproduisant un combat).

L'image est excellente, le concert est bien filmé et le son (disponible en Stéréo et DD5.1.) est au diapason, on entend bien tous les instruments.

Arkona est un formidable groupe que je vous recommande, il mérite d'être découvert et soutenu. Ne passez pas à côté de ce dvd qui vous fera passer un excellent moment !

Liste des titres présents sur le DVD :

01. Pokrovy Nebesnogo Startsa - (Shrouds of Celestial Sage)
02. Slava Kupala!!!
03. Ot Serdca k Nebu- (From Heart to the Skies)
04. Tuman Jarom
05. Oh, Pechal'-Toska (Oh, My Sorrow, My Anguish)
06. Strela (The Arrow)
07. Gutsulka
08. Slavsia, Rus'! (Long live Rus!)
09. Kupala and Kostroma
10. Sva
11. Katitsia Kolo (Kolo Rolls)
12. Speech of Volhv Veleslav
13. Kolomiyka
14. Skvoz' Tuman Vekov (Through the fog of Ages)
15. Po siroy zemle (On the natural ground)
16. Vosstanie Roda (Uprising of Rod)
17. Gnev Vremen (Anger of the Ages)
18. Rus' Iznachal'naya (Ancient Rus')
19. Sotkany Veka (Woven Ages)
20. Chiorniye Debri Voiny (The Black thickets Of War)
21. Marena
22. Zov Prekov (Call of Ancestors)
23. Sword Fights
24. Kolyada
25. Chiornye Vorony (Black Ravens)
26. Po zverinim tropam (On animal Path)
27. Maslenitsa
28. Viydu ya na voliushku (As I Come To Free Lands)
29. Rus
30. Oj, To Ne Vecher...

Bonus :

Pokrovi Nebesnogo Startsa (Shrouds Of celestial sage) (vidéo)
Slavsia, Rus'! (Long Live Rus'!) (vidéo)
Interview de Masha.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (26) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2009 7:38 AM CET


De Serge Gainsbourg à Gainsbarre (Coffret Long Box 3 CD)
De Serge Gainsbourg à Gainsbarre (Coffret Long Box 3 CD)
Prix : EUR 50,30

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Serge Gainsbourg, un génie de la chanson française !!, 20 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : De Serge Gainsbourg à Gainsbarre (Coffret Long Box 3 CD) (CD)
Aujourd'hui, dans le domaine de la chanson française, de nombreux Artistes nous manquent, parce qu'ils avaient un immense talent, qu'ils pouvaient intéresser, fasciner tout le monde, au-delà des préférences musicales et des modes. Citons notamment Piaf, Brassens, Brel...et Gainsbourg.

Pour ma part, même si ma passion musicale c'est le Metal, il m'arrive toutefois d'écouter, de me passionner pour d'autres musiques, pour des Artistes qui me font vibrer.
Je suis fan de la musique de Serge Gainsbourg depuis 1984, date à laquelle j'ai découvert l'album "Love On The Beat", mais j'avais déjà eu l'occasion de l'écouter assez fréquemment avant, avec beaucoup de plaisir, déjà lorsque j'étais bien plus jeune, notamment lors de ses passages dans les émissions de variétés.
Outre la musique et les multiples collaborations (avec des chanteurs mais surtout avec des chanteuses), n'oublions pas le cinéma, dans lequel il a énormément travaillé en tant qu'acteur, réalisateur ou compositeur

En dehors de l'album précité et de "You're Under Arrest", je me suis surtout intéressé à ses Live (en cd et dvd) et me suis procuré ce magnifique coffret incluant 3 cd, aux titres parfaitement remasterisés, contenant 66 compositions réparties sur trois périodes :
CD 1 : 1958 (premier album, "Du chant à la une !") /1964,
CD 2 : 1966 / 1977,
CD 3 : 1976 / 1987 (dernier album, "You're Under Arrest").
Tous les titres sont des incontournables (voir liste dans la présentation du coffret), ils nous permettent d'écouter des titres mythiques ("Le Poinçonneur des Lilas", "Je suis venu te dire que je m'en vais", "Aux enfants de la chance"...), de (re)découvrir de magnifiques duos, avec Brigitte Bardot ("Bonnie And Clyde"...), Jane Birkin ("Ballade De Melody Nelson"...) et Charlotte ("Lemon Incest").

Serge Gainsbourg était un génie de la mélodie, il ne recherchait pas la facilité car, tel un peintre, il colorait ses compositions avec des éléments liés à divers genres musicaux, incluant notamment le Reggae, le Rock, la Musique Classique, le Rap ou le Jazz. Tout ceci nous a apporté de superbes et passionnantes chansons, au sein d'une discographie riche et variée.

S'il est certain qu'il y a d'excellents chanteurs en France (personnellement, j'apprécie beaucoup Renaud notamment), je pense que nous sommes à une époque où le milieu de la chanson française nous amène régulièrement des interprètes qui proposent des chansons qui se ressemblent ou sans saveur, où il me semble que le "mieux vaut quantité que qualité" domine, et je trouve par conséquent important de ne pas oublier nos Grands Artistes disparus dont le talent était incontestable et les chansons magnifiques !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (35) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 1, 2011 9:34 PM CET


Zombie 4  Afterdeath
Zombie 4 Afterdeath
DVD ~ Jeff Stryker
Proposé par CKDO77
Prix : EUR 8,00

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Un navet un peu "nanarisant" !! 1,5/5, 29 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zombie 4 Afterdeath (DVD)
- Nanar : mauvais film, involontairement amusant, qui peut donc réussir à divertir.
- Navet : mauvais film, qui ne procure aucun plaisir.

"Zombie 4" navigue un peu entre ces deux définitions !

Les films de zombies, on en mange à toutes les sauces si j'ose dire !!
Ça va de l'excellent au catastrophique !
Je citerai notamment les films de G.A. Romero, avec sa saga des morts-vivants ("The Night Of The Living Dead", "Zombie", "Day Of The Dead", "Land Of The Dead" et "Diary Of The Dead", à mes yeux le moins bon, et de loin), qui font partie des incontournables du genre.
Au rayon "comédie horrifique", il y a deux joyaux à voir absolument, "Shaun Of The Dead" (de Edgar Wright) et "Braindead" (de Peter Jackson...à quand une édition dvd digne de ce chef d'oeuvre ?!). On rigole de bon coeur malgré les situations !
Enfin, question remake, il y a celui de "Zombie", "Dawn Of The Dead" (de Zack Snyder), une réussite incontestable.
Il y en a bien entendu beaucoup d'autres et ce "After Death", rebaptisé "Zombie 4" (le "3" étant un film de Lucio Fulci), fait partie des catastrophes du genre ! On notera que le mot "zombie" est bien commode pour attirer le spectateur, en référence à Romero !!
Je connais beaucoup d'Amazonautes qui auraient stoppé le film au bout de, allez...2 minutes maxi...et ils auraient eu raison !!
Cependant, même si l'envie d'en faire autant était présente, j'ai eu le courage d'aller au bout. Ce ne fut pas évident dois-je dire !
De la première à la dernière seconde, c'est consternant. Mise en scène, montage, dialogues, acteurs, musique, doublages français, rien n'est à sauver !
Les poncifs habituels du genre sont bien entendu présents mais rien n'est fait pour accrocher le spectateur. On pourra noter que le budget est minuscule, ce qui peut (légèrement) plaider en sa faveur et rendre ce film (un peu) sympathique !
Cette histoire de porte de l'enfer ouverte, liée à la magie vaudou, fait preuve d'un comique de situations involontaire et d'incohérences qui peuvent éventuellement être les raisons de le regarder (même si l'ennui est souvent présent), histoire de rigoler un peu ou de voir ce qu'il ne faut pas faire lorsqu'on veut réaliser un film !!
"After Death" est donc une indiscutable série Z pur jus !

Il est cependant à indiquer que l'image et le son, sans être parfaits, sont de qualité très satisfaisante et qu'un effort a été fait sur les bonus (avec notamment un commentaire audio et un long making of).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (20) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 12, 2009 7:39 AM CET


Live At Wacken Open Air
Live At Wacken Open Air
DVD ~ Emperor

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Fin de règne !!, 23 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live At Wacken Open Air (DVD)
1991 : Naissance d'Emperor, groupe culte et pionnier du Black Metal Symphonique.
2001 : Le groupe se sépare.
2005 : Emperor annonce sa reformation, uniquement dans le cadre de concerts. Ce sera une tournée d'adieu, qui passera par l'Europe et les Etats-Unis.
2006 : Il se produit au Wacken et le show est filmé.
2009 : Le dvd sort enfin !
Notons que diverses éditions sont sorties, qu'il y a également la version cd, avec également le live de l'Inferno.

Je m'intéresserai ici au dvd.
Durant environ 73 minutes, Emperor livre une excellente prestation devant un public nombreux. La setlist est fantastique, faisant la part belle à "In the Nightside Eclipse" (1994), chef d'oeuvre fondateur du Black Metal Symphonique.
Le groupe est en forme, l'interprétation est remarquable, Ihsahn, en leader incontesté du groupe, assure et parle régulièrement au public. Samoth et Trym sont irréprochables, tout comme les deux musiciens qui les accompagnent (Secthdamon à la basse et Einar aux claviers, qui secondent parfois Ihsahn pour certains vocaux).

J'espérai un dvd parfait, ce ne fut malheureusement pas le cas.
De nombreuses caméras sont présentes, la qualité de l'image est très satisfaisante. Quelques passages en noir et blanc et effets de ralentis sont ajoutés, ci et là, sans que cela ne soit gênant.
Cependant, le montage est problématique. Les plans se succèdent trop rapidement, ce qui, conjugué à un nombre conséquent de plans rapprochés, peut un peu gâcher le plaisir. Les caméras s'attardent bien plus sur Ihsahn, certes frontman du groupe, mais je trouve qu'il aurait été sympa de détailler un peu plus les prestations de ses collègues !
Par contre, au niveau du son, c'est parfait. La stéréo (pas de DD5.1) est très efficace, équilibrée et puissante, les instruments sont bien mis en valeur !

Au niveau des bonus, pendant 66 minutes, nous découvrons des coulisses, interviews, dédicaces et titres bootlegs live, tout ceci capté en 2006 et 2007. Nous passons au Hellfest, en Norvège (Inferno Festival), à Londres, Chicago, New York, Los Angelès, au Tuska Festival, et nous assistons à une "guitar session" avec Ihsahn et Samoth, qui interprètent des extraits de quelques titres. Bien entendu, il n'y a aucun sous-titre et on était peut-être en droit d'attendre un peu plus !

Ce dvd était une sortie très attendue pour les fans et je trouve qu'il aurait pu être un peu plus travaillé, le montage n'étant pas un modèle du genre et les bonus étant insuffisants !
Cependant, je ne regrette pas de l'avoir acheté, car voir une excellente performance d'Emperor immortalisée sur dvd ne se refuse pas !

Liste des titres :
1. Infinity Burning (Medley)
2. Cosmic Keys to my Creations & Times
3. Thus Spake the Nightspirit
4. An Elegy of Icaros
5. Curse You all Men!
6. With Strength I Burn
7. Towards the Pantheon
8. The Majesty of the Nightsky
9. The Loss and Curse of Reverence
10. In the Wordless Chamber
11. I am the Black Wizards
12. Inno a Satana

+ Bonus

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (19) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2009 7:27 PM MEST


Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-30