undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici Acheter Fire cliquez_ici nav_WSHT16 Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de fifi59 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par fifi59
Classement des meilleurs critiques: 1.895
Votes utiles : 5231

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
fifi59
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Black Days
Black Days
Prix : EUR 21,00

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A découvrir d'urgence !!, 27 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Days (CD)
Klone s'est formé en 1995 à Poitiers. Il nous propose son nouvel album, "Black Days", qui fait suite à Duplicate (2004), High Blood Pressure (2004) et All Seeing Eye (2008), avec lequel j'ai découvert le groupe, me prenant par la même occasion une belle claque, cet album étant monumental ! La question se posant maintenant pour "Black Days" est de savoir s'il est aussi impressionnant que son prédécesseur.

Klone est un groupe difficilement classable qui propose un Metal puissant et varié. S'il y a des influences, elles sont digérées et au service d'une musique multi-facettes, originale, expérimentale, portant la griffe du groupe. Par conséquent, je m'affranchirai de définir toute étiquette spécifique.

Cette nouvelle cuvée a fait l'objet de nombreuses écoutes, sa richesse étant telle qu'elle est destinée à se dévoiler peu à peu. Nous sommes en présence d'une musique fascinante, heavy, sombre, qui développe de superbes atmosphères incluant une fibre progressive marquée et puisant notamment dans le Metal, le Rock ou le Grunge. On pourra notamment déceler des éléments rappelant Tool ou Alice In Chains.

Klone est passé maître dans l'art d'installer des ambiances captivantes, le groupe ayant une grande facilité pour créer des compositions pas vraiment assimilables immédiatement (en dehors du formidable "Give Up The Rest") mais passionnantes dès la première écoute. Cela caractérise d'ailleurs assez bien l'album. La musique est technique mais jamais rébarbative, les musiciens sont remarquables et apportent une cohérence impressionnante à cette diversité musicale, avec cette puissance imposante de la section Metal, divers sons électroniques, des claviers magistralement utilisés et l'apport d'un saxophone. Quant au chanteur, il est franchement brillant. Yann Ligner possède en effet un timbre original, mariant à merveille les multiples aspects de la musique de Klone. Toutes les compositions sont excellentes, il n'y a aucun point faible sur Black Days. Si les tempi ne sont jamais élevés, le groupe ralentit parfois encore plus la cadence, rendant alors les atmosphères plus torturées (les envoûtants et écrasants "Immaculate Desire" et "Danse Macabre"). Entre autres, citons également le superbe instrumental "Closed Season", avec ses fantastiques lignes de basse, ou la reprise de Björk ("Army Of Me"), particulièrement réussie, qui conjugue à la perfection mélodie et puissance.

"Black Days" est une oeuvre inspirée et franchement incontournable sur laquelle j'ai immédiatement accroché. Je dois bien reconnaître que j'estimais qu'il serait difficile d'égaler le somptueux "All Seeing Eye". Et bien c'est chose faite avec "Black Days" ! Pour couronner le tout, la production de Franck Hueso (Hacride...) est titanesque, permettant de s'immerger totalement dans la musique du groupe.

Tracklist :

01 - Rite Of Passage
02 - Spiral Down
03 - Give Up The Rest
04 - Hollow Way
05 - Immaculate Desire
06 - Closed Season
07 - The Spell Is Cast
08 - Danse Macabre
09 - Rain Bird
10 - Behold The Silence
11 - Army Of Me (reprise de Björk)

Un DVD live (All Seeing Live), d'une durée de 53 minutes, est également présent avec l'album. Il a été enregistré le 07/02/2008 au Confort Moderne, à Poitiers. Intense, bien filmé, avec un son et une image à la hauteur, ce live est le prolongement idéal à l'album puisqu'il nous permet de découvrir le groupe en configuration live. Aucune déception à l'horizon, le développement des atmosphères, la puissance de la musique, la cohésion et l'efficacité du groupe, tout ceci est parfaitement retranscrit et ne peut donner qu'envie de découvrir Klone en concert ! On notera que la setlist est bâtie autour de "High Blood Pressure" et "All Seeing Eye".

Setlist :

01 - Intro
02 - Introspection (tiré de High Blood Pressure)
03 - Candlelight (tiré de All Seeing Eye)
04 - Home (tiré de High Blood Pressure)
05 - Last Breath (tiré de All Seeing Eye)
06 - Chocked (tiré de All Seeing Eye)
07 - Interlude
08 - Nothing's The Same (tiré de High Blood Pressure)
09 - Empire Of Shame (tiré de All Seeing Eye)
10 - Promises (tiré de All Seeing Eye)
11 - Under My Skin (tiré de High Blood Pressure)
12 - All Seeing Eye (tiré de All Seeing Eye)
13 - Disembody (tiré de High Blood Pressure)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (17) | Permalien | Remarque la plus récente : May 12, 2010 7:25 AM MEST


Vîrstele Pamîntului
Vîrstele Pamîntului
Prix : EUR 21,00

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Somptueux !!, 21 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vîrstele Pamîntului (CD)
Negura Bunget est un groupe roumain de Black Metal atmosphérique formé en 1995. Après le fabuleux Om , paru en 2006, le groupe nous propose enfin sa dernière cuvée nommée Vîrstele Pamîntului .Ouvrons avant tout une parenthèse en indiquant que Negura Bunget a sorti un autre album en 2010, Maiestrit - Maiastru Sfetnic, qui est en fait un réenregistrement de Maiastru Sfetnic (2000), incluant en outre deux titres acoustiques. Cet enregistrement est le dernier avec le line-up "classique", des changements étant intervenus pour Vîrstele Pamîntului .En effet, suite à des désaccords, il y a eu séparation. Negru a toutefois décidé de poursuivre l'aventure Negura Bunget avec un nouveau line-up, tandis que Hupogrammos et Sol Faur fondaient un nouveau groupe, Dordeduh.

Avec "Vîrstele Pamîntului", Negura Bunget vient de sortir un nouvel opus envoûtant. Pendant une heure, le groupe nous immerge au sein de la nature, nous enchantant avec de longs passages atmosphériques dans lesquels les claviers, très présents, la flûte de pan ou le xylophone soulignent des ambiances sombres mais enchanteresses. Les passages Black Metal ne sont pas majoritaires, priorité étant faite aux éléments Folk/Ambiant. Mais lorsqu'ils interviennent, qu'ils soient rapides ou mid-tempi, ils s'avèrent efficaces et magnifiquement intégrés au concept. Quant aux vocaux, ils constituent une autre source de satisfaction, qu'ils soient hurlés ou clairs, ils sont parfaits !
"Pamînt" est le premier titre, il déploie dès le début une ambiance apaisante avec cloches qui tintent, flûte de pan et guitare acoustique. Puis vient un passage narré en voix claire, qui laisse la place à la partie typiquement Black Metal, qui n'apparait qu'en fin de titre, introduite par des vocaux déchirants.
L'album apporte son lot de superbes passages instrumentaux, fascinants, jamais ennuyeux, incluant du chant clair ou des passages narrés ("Umbra" , le paisible "Jar" ou le sublime et très orchestral "Întoarcerea Amurgului").Certains titres sont plus agressifs, avec une approche plus spécifiquement Black, cependant ils n'oublient pas d'inclure ces atmosphères captivantes pour lesquelles Negura Bunget est passé maître ("Ochiul Inimii", "Tara De Dincolo De Negura", "Arborele Lumii" ).

"Vîrstele Pamîntului" est un album riche, passionnant et impressionnant de maîtrise. Mais pour avoir un tableau parfait, il fallait une production à la hauteur. Rassurez-vous, c'est le cas ! Elle est excellente, en adéquation totale avec le style, soulignant à la perfection les magnifiques mélodies, les ambiances et l'osmose entre les divers instruments. En définitive, "Vîrstele Pamîntului" s'avère être un album incontournable et indispensable du genre !

Tracklist :

1 - Pamînt
2 - Dacia Hiperboreana
3 - Umbra
4 - Ochiul Inimii
5 - Chei De Roua
6 - Tara de Dincolo De Negura
7 - Jar
8 - Arborele Lumii
9 - Întoarcerea Amurgului

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 27, 2011 5:33 PM MEST


The Descent
The Descent
Prix : EUR 13,12

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un album original à découvrir !!, 21 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Descent (CD)
Mantric est un groupe norvégien formé en 2007, qui sort son premier album intitulé "The Descent", dans lequel on trouve notamment trois ex-membres d'Extol (qui a interrompu sa carrière), à savoir Ole Sveen (chant, guitare), John Mjaaland (basse) et Tor Glidje (batterie).
Si l'approche musicale est différente, on remarquera tout de même cette volonté commune aux deux groupes de proposer une musique originale et inventive. The Descent est pourvu d'aspects Progressifs, associés à des éléments puisés dans le Punk, le Metal ou le Rock.

Tout au long de l'album, il y a coexistence de deux types de vocaux particulièrement différents (hurlés ou mélodiques) mais efficaces, qui se complètent à merveille. Mantric fait évoluer l'auditeur au milieu d'ambiances diversifiées, dans lesquelles le Prog est très présent, qui dévoilent une forte cohésion entre les divers passages, qu'ils soient atmosphériques, mélodiques ou plus agressifs. L'album se révèle moderne, varié, parfois complexe (mais pas rébarbatif), et s'avère plutôt accessible. The Descent et un album particulier qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. Certains seront en effet peut-être rebutés par le chant hurlé, le chant mélodique ou les aspects variés de la musique au sein d'un même morceau. Pour ma part, j'ai accroché sur l'ensemble de l'album et ai vécu son écoute comme une expérience globale, ne parvenant pas véritablement à sortir un titre ou un autre du lot. J'ajouterai que la production signée Tue Madsen (qui a travaillé avec Dark Tranquillity, Moonspell ou The Haunted) est excellente et nous immerge efficacement et totalement dans le monde de Mantric !

En définitive, je trouve que Mantric parvient sans peine, et avec beaucoup de talent, à concilier différents styles et à rendre sa musique accrocheuse et intéressante de bout en bout. The Descent est à mes yeux un album original, très réussi, et je vous recommande d'y jeter une oreille !

Tracklist :

01 - The Asylum 2013
02 - Tower Of Silence
03 - Symptoms
04 - Invasion
05 - Spear Of Heaven
06 - Cognitive Cocaïne
07 - Alihorn
08 - Choice
09 - In A Treacherous Kiss
10 - Water Through Fire
11 - Dark Passenger
12 - Uro

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 23, 2010 6:41 PM MEST


Blackjazz
Blackjazz
Prix : EUR 20,75

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Avant-gardiste et totalement maîtrisé !! 4,5/5, 23 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blackjazz (CD)
Attention ! Il ne s'agit pas du nouvel album du groupe de Black Metal de Kvarforth, qui est suédois !

Shining est un groupe norvégien, fondé en 1999 par Jorgen Munkeby, qui a commencé par jouer du Jazz acoustique avec ses deux premiers albums ("Where The Ragged People Go", en 2001 et Sweet Shanghai Devil (Digipack), en 2003).
En 2005, avec l'album In The Kingdom Of The Kitsch..., Shining évolue et s'oriente vers une musique incluant d'autres éléments, liés notamment au Prog et au Metal.
En 2007 paraît Grindstone, qui confirme cette évolution et l'amplifie. Influences classiques, Jazz expérimental, Metal, Prog, tout ceci donne un mélange des genres particulièrement captivant !

"Blackjazz" est donc le cinquième album du groupe. Mais cette fois, Shining a décidé de frapper plus fort, de devenir bien plus agressif et direct !
Le groupe poursuit donc son chemin qui l'amène vers des contrées de plus en plus extrêmes, barrées, torturées, techniques !!

Dans un bouillonnement sonore perpétuel, qui aura raison de certains d'entre vous, Shining s'affranchit de toutes limites pour nous proposer un album démentiel et brutal dans lequel le Free Jazz originel, allié à un Metal des plus agressif, sont rejoints par des sonorités Indus, des moments Prog, des rythmiques complexes, au service d'une musique avant-gardiste d'une originalité incontestable et d'une intensité ravageuse.
La production est parfaite, magnifiquement adaptée à la musique.

Dès le premier titre, "The Madness and the Damage Done", on sait qu'on va vivre une expérience hors du commun et on pourra noter que les vocaux sont à l'image de la musique, violents, extrêmes.
L'album est d'une richesse phénoménale, on va de surprises en surprises, les structures sont imprévisibles, il y a de multiples effets sonores et, si les aspects électroniques sont très présents, n'oublions pas les éléments liés au Jazz, avec naturellement de remarquables passages au saxophone (notamment sur l'excellent "Healter Skelter"), avec Jorgen Munkeby, qui avait participé au nouvel album d'Ihsahn et dont l'apport sur "After" avait été particulièrement enthousiasmant !
"Blackjazz" se termine par une reprise de King Crimson ("21st Century Schizoid Man")...évidemment avec une interprétation très différente !

En définitive, sur "Blackjazz", Shining a conservé ses racines Jazz et a ajouté du Prog, du Metal extrême, de l'électronique, et force est de constater que le résultat est impressionnant !
Evidemment, "Blackjazz" ne plaira pas à tout le monde, c'est le type d'album qu'on aime ou qu'on déteste, il ne peut pas laisser indifférent !
Pour ma part, j'ai accroché, appréciant beaucoup l'originalité, la puissance, l'avant-gardisme de cette oeuvre.

Tracklist :

01 - The Madness and the Damage Done
02 - Fisheye
03 - Exit Sun
04 - Exit Sun
05 - Healter Skelter
06 - The Madness and the Damage Done
07 - Blackjazz Deathtrance
08 - Omen
09 - 21st Century Schizoid Man

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (31) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 7, 2013 10:17 PM CET


Death Culture
Death Culture
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 5,73

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une évolution musicale intéressante !!, 20 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Culture (CD)
Noctiferia est un groupe slovène fondé en 1992, qui s'appelait à l'origine Emetica (c'est trois ans plus tard qu'il a changé de nom).
Après avoir oeuvré dans une veine Black/Death Metal, Noctiferia s'est aujourd'hui orienté vers un Death/Black(minoritaire)/Indus Metal.

Noctiferia a sorti plusieurs démos, un live ("Eternal Blasphemy", 1997) et deux albums (Per Aspera, en 2002, et Slovenska Morbida, en 2006). Après avoir signé chez Listenable Records, le groupe revient aujourd'hui avec son troisième album, "Death Culture"".

En ce qui concerne l'enregistrement de "Death Culture", le moins que l'on puisse dire, c'est que Noctiferia s'est entouré d'une véritable Dream Team. Jugez plutôt : la pré-production a été effectuée en Suisse, avec Mas (Samael), l'enregistrement s'est fait au DB Recordings Studio, en Slovénie (avec Dalibor Strnisa), le mixage a été confié à Peter Tägtgren (qui a, notamment, produit des albums de Susperia, Immortal ou Dimmu Borgir) au Studio Abyss et enfin, l'album a été masterisé par Jonas Kjellgren (Sonic Syndicate, Zonaria, Darzamat...) au Black Lounge Studio.
Inutile de vous dire qu'au niveau du son, ça le fait !!

Après une intro ("Premonition"") pour laquelle le chanteur utilise un mégaphone (qu'on retrouve parfois sur l'album), "Terror" arrive et nous propulse dans un Metal lourd, puissant, agressif, sombre, ce qui ne sera jamais démenti sur l'ensemble de l'album, qui nous propose un déluge de rythmiques imposantes, des claviers magistralement utilisés et d'excellents vocaux.
Même si "Death Culture" est plutôt homogène, je trouve que quelques titres sortent vraiment du lot.
"Deluders And Followers" renferme quelques excellents passages Black Metal, renforcés par des claviers majestueux et quelques accélérations foudroyantes. "Catarsis" est sans doute le titre le plus sombre de l'album, je le trouve captivant et assez fascinant. Enfin, "Samsara" est un superbe titre proposant de sublimes ambiances orientales.

En définitive, Noctiferia a réalisé, avec "Death Culture", un bon album, pas vraiment original mais plutôt inspiré et superbement produit. Je vous recommande d'y jeter une oreille !

Tracklist :

01 - Premonition
02 - Terror
03 - Deluders And Followers
04 - Monarch
05 - Demoncracy
06 - Slavedriver
07 - Rust
08 - Non Individuum
09 - Catarsis
10 - Demagog
11 - Holymen
12 - Samsara
13 - SM 02

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com


Mantra
Mantra
Prix : EUR 20,75

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "Mantra", ou la confirmation de l'immense talent d'In Vain !! 4,5/5, 8 mars 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mantra (CD)
In Vain est un groupe norvégien, formé en 2003, œuvrant dans un Black/Death Metal Progressif de haute volée.
Après avoir enregistré deux EP ("Will The Sun Ever Rise" en 2004 et "Wounds" en 2006), In Vain a sorti son premier album, en 2007, qui constitue à mes yeux un véritable chef-d'œuvre du genre, The Latter Rain.
Cet album, riche, varié, fascinant et franchement incontournable, passa longtemps en boucle sur ma platine, et j'attendais avec impatience un nouvel album, que je souhaitais à sa hauteur.
Avec la parution de "Mantra", la question qui se pose maintenant est de savoir si ce second album d'In Vain est conforme à mes attentes.

"Mantra" est à l'image de "The Latter Rain", à savoir un album varié, qui propose un Metal inspiré, sombre, original, qui a cette capacité de mélanger les genres avec un talent considérable (on trouve des éléments Black, Death, Atmosphériques, Doom ou Bluesy). Le chant est d'ailleurs à l'image de cette diversité (clair, Black, Death, Hardcore), et s'avère en adéquation avec les différentes ambiances distillées tout au long de l'album.

L'album commence avec l'excellent "Captivating Solitude", qui débute par une intro acoustique, puis continue dans une veine très Black Metal mélodique, atmosphérique. C'est un excellent titre qui incorpore une diversité vocale intéressante (vocaux Black, Death, clairs), gage de variété dans les ambiances (sombres), dégageant de superbes mélodies.
"Mannefall" est un court titre acoustique Bluesy, très agréable, qui démontre à quel point In Vain ne se pose aucune limite dans l'inspiration.
"Ain't No Lovin" est une composition assez lente et, encore une fois, mais cela est récurrent (pour le meilleur !) tout au long de l'album, les vocaux sont diversement utilisés (clairs, Death, hurlés).
"On The Banks Of The Mississippi" est un superbe titre très mélodique au tempo lent, qui précède "Dark Prophets, Black Hearts", qui se révèle assez agressif, plus direct que les autres compositions de l'album, particulièrement efficace et doté en outre d'un magnifique intermède acoustique.
"Wayakin (The Guardian Spirit Of The Nez Perce)" arrive ensuite, titre assez particulier et franchement génial, incorporant passages narratifs et chants amérindiens, au sein de mélodies somptueuses.
"Circle Of Agony" s'inscrit dans une optique Black/Death mélodique, il inclut encore un magnifique passage acoustique très inspiré qui, loin de casser le rythme du titre, le magnifie.
"Sombre Fall, Burdened Winter" vient clore l'album, en débutant de manière acoustique, pour s'orienter ensuite vers un Metal au tempo lent, incorporant des passages planants, qui tranchent avec des moments agressifs, au niveau du chant.

Je vais être franc. La première écoute de "Mantra" a été un peu décevante pour moi (de plus, je n'ai pas été totalement convaincu par la production au niveau du son de la batterie), d'autant que j'ai réécouté dans la foulée "The Latter Rain", véritable référence dans le genre, qui avait mis la barre très haute à tous les niveaux !
"Mantra" est un album qui nécessite de multiples écoutes pour entrer totalement dedans et découvrir ses multiples facettes. Je l'ai donc écouté de nombreuses fois, pour finalement être conquis !
Même si je lui préfère toujours "The Latter Rain", Mantra est sans conteste un excellent album, inspiré et varié.

Tracklist :
1 - Captivating Solitude
2 - Mannefall
3 - Ain't No Lovin'
4 - On The Banks Of The Mississippi
5 - Dark Prophets, Black Hearts
6 - Wayakin (The Guardian Spirit Of The Nez Perce)
7 - Circle Of Agony
8 - Sombre Fall, Burdened Winter
9 - Wayphearing Stranger (bonus)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (18) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 5, 2010 11:03 PM MEST


Aealo (limited Ed.)
Aealo (limited Ed.)
Proposé par dodax-online-fr
Prix : EUR 11,63

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un immense album !!, 28 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aealo (limited Ed.) (CD)
Faisant suite aux fantastiques albums que sont "Sanctus Diavolos" (2004) et "Theogonia" (2007), puis au somptueux coffret "Non Serviam - A 20 Year Apocryphal Story" (2009), voici qu'arrive "Aealo", le dixième album studio de Rotting Christ, et le moins que l'on puisse dire dès à présent, c'est qu'il est fabuleux, à la hauteur de mes espérances !!

"Aealo" (qui signifie "catastrophe"), est un album conceptuel qui traite des sentiments d'un combattant pendant la bataille.
On retrouve sur l'album les hymnes guerriers, épiques, sombres, avec des rythmiques surpuissantes, des guitares avec ces riffs accrocheurs, entêtants et immédiatement reconnaissables (tout comme les vocaux de Sakis, en grande forme), sans oublier l'aspect mélodique, qui sont autant de caractéristiques de ce style unique que Rotting Christ s'est forgé au fil des années.

Dans le cadre de ce nouvel album, Rotting Christ a décidé d'accorder une place considérable aux éléments de la culture grecque, au folklore de son pays, en les intégrant fortement aux compositions qui se révèlent variées, riches, et d'une grande intensité.

Le groupe s'est ainsi entouré de nombreux participants, qui apportent énormément dans le développement des atmosphères de ce concept-album. Sont donc présents :
- Le choeur traditionnel grec "Pliades", très présent sur l'album, qui est donc un atout essentiel dans le développement du concept,
- "Dirty Granny Tales", groupe acoustique, expérimental, théatral, pour diverses touches en matière de sons,
- "Daemonia Nymphe", groupe de Pagan Folk atmosphérique, oeuvrant dans le domaine de la Grèce Antique, et qui apporte donc des éléments liés à la culture grecque ancienne,
- Magus, du groupe Necromantia, sur le titre "...Pir Threontai",
- Alan, du groupe Primordial, sur le titre "Thou Art Lord",
- Diamanda Galas, artiste avant-gardiste, musicienne et chanteuse, sur la reprise "Orders From The Dead", qui est l'une de ses compositions.

Venons-en maintenant plus précisément au contenu de cet album.
"Aealo" ouvre l'album et nous immerge immédiatement dans le Black Metal typique du groupe, comportant des passages rapides, heavy, auquel vient s'ajouter cette dimension culturelle grecque que les choeurs viennent admirablement souligner.
"Eon Aenaos" vient confirmer cela de la plus belle des manières, en incluant notamment une instrumentation traditionnelle, "Demonon Vrosis" apporte des passages narratifs, tandis que "Noctis Era" décide de suivre une voie résolument mid-tempo.
Arrive ensuite le remarquable "Dub-Sag-Ta-Ke", aux tempi variés et enrichi d'une instrumentation traditionnelle, suivi de "Fire Death And Fear" et ses solides rythmiques.
"Nekron Iahes..." est un titre court dans lequel seuls les choeurs sont présents, il précède les écrasants "...Pir Threontai" (avec la participation de Magus) et "Thou Art Lord" (avec la participation d'Alan, très présent sur le titre, dont les vocaux clairs créent une atmosphère unique, évidemment toujours très sombre).
Après le virulent et impressionnant "Santa Muerte", "Orders from The Dead" vient clore l'album. Ce titre de neuf minutes, original et surprenant, sublimé par la voix de Diamanda Galas, nous plonge dans une ambiance torturée et envoutante.

Finalement, "Aealo" est un album magistral, doté de surcroît d'une production imposante, qui nécessite plusieurs écoutes pour s'imprégner pleinement des mélodies, atmosphères et orchestrations qui parsèment cette oeuvre captivante et incontournable.

Tracklist :
01 - Aealo
02 - Eon Aenaos
03 - Demonon Vrosis
04 - Noctis Era
05 - Dub-Sag-Ta-Ke
06 - Fire Death And Fear
07 - Nekron Iahes...
08 - ...Pir Threontai
09 - Thou Art Lord
10 - Santa Muerte
11 - Orders From The Dead (reprise de Diamanda Galas)

Cette superbe édition digipack inclut un DVD dans lequel on peut trouver :
- le making of de l'album (16', non sous-titré),
- quelques photos,
- un live contenant 10 titres (With Full Force Festival de 2008, 42') avec un son et une image très satisfaisants.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (26) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 3, 2010 11:40 AM MEST


We Are The Void
We Are The Void
Prix : EUR 12,13

15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dark Tranquillity au sommet (2) !!, 13 février 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : We Are The Void (CD)
Après le fabuleux coffret Where Death Is Most Alive sorti l'an passé et qui marquait de la plus belle des manières les vingt ans de carrière des Maîtres du Death Metal Mélodique, Dark Tranquillity est de retour avec son neuvième album studio intitulé "We Are The Void".
J'adore ce groupe et tout ce qu'il a fait depuis ses débuts et en m'attelant à cette chronique, je n'envisageais pas une quelconque déception !

Sur We Are The Void, tous les éléments caractéristiques de Dark Tranquillity sont là.
Les claviers (Martin Brändström), dont l'utilisation est très diversifiée, ont vraiment un aspect fondamental dans la musique du groupe, venant magistralement souligner les excellentes mélodies, naturellement omniprésentes sur l'album. Les petites touches électroniques sont toujours bien intégrées, plutôt discrètes ("Dream Oblivion", "The Fatalist", "At The Point Of Ignition"). Guitares (Niklas Sundin et Martin Henriksson), basse (Daniel Antonsson) et batterie (Anders Jivarp) ne sont pas en reste et se révèlent imposantes, redoutablement efficaces...comme les vocaux (clairs ou extrêmes) de Mikael Stanne.
L'ensemble est parfaitement mis en valeur par une production (signé Tue Madsen, qui a notamment travaillé avec Moonspell, The Haunted ou Dagoba) massive, puissante, moderne.

L'album démarre avec "Shadow In Our Blood", qui annonce immédiatement la couleur : heavy, puissant...et quel chant ! Je suis un inconditionnel de Mikael Stanne, et il faut bien reconnaître que ses vocaux extrêmes sont de plus en plus impressionnants et agressifs !
Inspiré et efficace de bout en bout, "We Are The Void" nous entraine dans une succession de titres accrocheurs, variés, qui installent régulièrement des ambiances sombres, voire parfois épiques, superbement accentuées par les claviers, comme sur le remarquable "Arkhangelsk" ou le sublime "Iridium", sorte de ballade Dark avec passages acoustiques, sur lequel la dualité vocale de Mikael fait merveille, apportant à la composition une atmosphère ténébreuse particulièrement fascinante.
Bien entendu, même si les ambiances développées incorporent pas mal d'admirables passages mid-tempo avec des orchestrations de qualité, les passages rapides, directs, typiques du groupe, sont nombreux sur l'album ("Shadow In Our Blood", "I Am The Void").
Les vocaux clairs (parfaitement modulés en fonction de l'atmosphère du titre) de Mikael Stanne sont bien sûr de la partie (même s'ils ne sont pas très nombreux) et sont, comme d'habitude, impeccables, apportant une dimension mélodique encore plus marquée ("The Grandest Accusation", "Her Silent Langage", "Iridium").

A mes yeux, tous les albums de Dark Tranquillity sont excellents, mais je trouve que "We Are The Void" apporte une nouvelle dimension à l'univers du groupe, intensifiant la dualité mélodie / agressivité (symbolisée, notamment, par les différentes formes du chant, d'une saisissante efficacité) et les aspects Dark qui prennent un essor très intéressant !
Dark Tranquillity nous propose donc un fantastique album, totalement réussi, ne comportant aucune faille...et qui augure du meilleur pour la suite, en sachant que la barre est placée très haute avec We Are The Void !

Tracklist :

01 - Shadow In Our Blood
02 - Dream Oblivion
03 - The Fatalist
04 - In My Absence
05 - The Grandest Accusation
06 - At The Point Of Ignition
07 - Her Silent Language
08 - Arkhangelsk
09 - I Am The Void
10 - Surface The Infinite
11 - Iridium

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (37) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 21, 2010 5:19 PM CET


Where Death Is Most Alive
Where Death Is Most Alive
Proposé par RAREWAVES-FR
Prix : EUR 22,18

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dark Tranquillity au sommet (1) !!, 13 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Where Death Is Most Alive (CD)
1 - Préambule.

1989 - 2009, ça se fête !!

Dark Tranquillity ne m'a jamais déçu, tous ses albums sont à mes yeux indispensables.
Lorsque j'ai appris que le groupe sortait un nouveau DVD (le précédent datant de 2003, "Live Damage"), j'ai immédiatement souhaité, dans le contexte de cet anniversaire, un contenu assez exhaustif avec, au minimum, live (durée appréciable, image, son, montage de qualité), clips, documentaire(s).

Disons-le d'emblée : "Where Death Is Most Alive" a comblé toutes mes espérances !!

2 - Historique.

1989 : le groupe Septic Broiler est fondé à Gothenburg (Suède). Il officiait dans le Thrash Metal et a sorti une demo (Enfeebled Earth) en 1990.
Le groupe change rapidement de nom et devient Dark Tranquillity, effectuant par la même occasion un virage musical l'amenant à devenir un pionnier du Death Metal Mélodique, style musical au son typique centré autour de la scène de Gothenburg (Le mouvement auquel appartient Dark Tranquillity se nomme New Wave Of Swedish Death Metal, il inclut également In Flames et At The Gates).
Après deux demos ("Trail Of Life Decayed" en 1991 et "A Moonclad Reflection" en 1992) , Dark Tranquillity sort son premier album ("Skydancer", 1993).
Ensuite, Anders Fridén, le chanteur, part rejoindre In Flames et Mikael Stanne, alors guitariste du groupe (et qui a également officié dans In Flames au poste de chanteur), laisse la guitare pour le chant.
En 1995 sort le MCD "Of Chaos And Eternal Night", puis le fabuleux The Gallery (1995), album avec lequel j'ai découvert Dark Tranquillity, qui est incontournable...mais, en définitive, comme l'ensemble des albums de leur discographie !
Après le MCD "Enter Suicidal Angel" (1996), Dark Tranquillity sort l'excellent The Minds I (1997) puis fait évoluer son style avec l'album Projector (1999) en intégrant totalement les claviers (qui vont devenir très importants dans la musique du groupe), et en incluant voix claires et ambiances mélancoliques.
Le groupe poursuit son évolution sur Haven (2000), avec l'inclusion de nombreux éléments électroniques venant s'ajouter aux claviers.
Retour vers des contrées plus traditionnelles avec la sortie du sixième album studio du groupe, Damage Done (2002), qui marque la fin des vocaux clairs, avant l'arrivée d'un DVD live en 2003 ("Live Damage") et, en 2004, d'une compilation (Exposures-In Retrospect And Denial, incluant des raretés et un live) puis d'un MCD (Lost To Apathy).
En 2005 sort le rapide et agressif Character, et en 2007 arrive le remarquable "Fiction"(je vous recommande la réédition avec bonus et DVD inclu : Fiction), sur lequel les vocaux clairs sont de retour ("Misery's Crown"). On notera également la participation de Nell Sigland (Theater Of Tragedy, ex-The Crest), qui marque également le retour du chant féminin, déjà présent sur des albums du groupe par le passé (avant "Fiction", la dernière fois c'était sur "Projector").
Après avoir (re)découvert les anciennes demos du groupe (Yesterworlds - The Early Demos, 2009), et avant la sortie du nouvel album (We Are The Void, 2010, le neuvième album studio du groupe), "Where Death Is Most Alive" apparaît en double DVD, double CD ou coffret (2 DVD / 2 CD), qui est l'objet de cette chronique !

3 - Le coffret.

* DVD 1 (Live à Milan, 31 Octobre 2008).

Il est légitime de s'inquiéter un peu lorsqu'un DVD live parait. En effet, on se demande souvent si le groupe assure, comment est l'image, si le son est de qualité, si le montage évite les aspects "changements incessants de plans" !
Bon, en l'occurence, aucun problème et je ne tournerai pas autour du pot : ce live est fabuleux, à tous les niveaux !!

Si les titres de "Fiction" sont privilégiés (ils sont sept), le groupe ne néglige aucun des albums passés, puisqu'ils sont tous représentés dans une setlist absolument remarquable !
Dès le premier titre du concert ("The Treason Wall"), on sait qu'on va passer un grand moment : la scène est idéale (taille parfaite, écran avec images et vidéos qui ajoute un plus indéniable), le public est survolté (quels choeurs sur ce titre !), l'interprétation est excellente, intense, Mikael Stanne est dans une grande forme vocale. Son attitude est exemplaire : souriant, sympa, décontracté, proche du public, le charismatique chanteur a une présence scénique impressionnante qui tranche avec celle de ses collègues, bien plus sobres en la matière (appliqués, concentrés et efficaces sont des mots qui les définissent bien).
Pendant environ 1h46, le plaisir est total, les hits succédant aux hits, avec entre autres les décapants "The New Build" ou "Focus Shift", le monumental "Inside The Particle Storm", le tubesque "Misery's Crown", le génial enchainement "Yesterworld" / "Punish My Heaven", ou le superbe "The Mundane And The Magic" (avec Nell).
N'oublions pas le public qui participe activement avec ses choeurs sur les formidables "ThereIn" ou "My Negation", et qui "transporte" Mikael Stanne dans le cadre d'un slam diving sur le titre "Final Resistance" !

Concernant l'image, le groupe souhaitait quelque chose de particulier.
C'est ainsi que nous découvrons une image sur laquelle le boulot a été important, offrant une originalité considérable au niveau de la texture, du grain et des couleurs, ce qui conduit à une immersion et un plaisir décuplés, d'autant que le montage est très réussi ! Les caméras filment parfaitement chaque musicien (aucun plan épileptique !) en s'attardant bien entendu sur le fantastique frontman qu'est Mikael Stanne !
Quant au son, il est disponible en Dolby Digital 5.1 (puissant, clair, équilibré), qui se révèle bien meilleur que la stéréo (qui cependant ne démérite pas).

Finalement, je trouve que le mot "perfection" est approprié pour définir ce concert !

01 - Intro
02 - The Treason Wall (de l'album Damage Done, 2002)
03 - The New Build (de l'album Character, 2005)
04 - Focus Shift (de l'album Fiction, 2007)
05 - The Lesser Faith (de l'album Fiction, 2007)
06 - The Wonders at Your Feet (de l'album Haven, 2000)
07 - Lost to Apathy (de l'album Character, 2005)
08 - FreeCard (de l'album Projector, 1999)
09 - Inside the Particle Storm (de l'album Fiction, 2007)
10 - Nothing to No One (de l'album Fiction, 2007)
11 - Edenspring (de l'album Haven, 2000)
12 - Insanity's Crescendo (de l'album The Mind's I, 1997), avec la participation de Nell Sigland
13 - Lethe (de l'album The Gallery, 1995)
14 - Dreamlore Degenerate (de l'album The Mind's I, 1997)
15 - Misery's Crown (de l'album Fiction, 2007)
16 - ThereIn (de l'album Projector, 1999)
17 - My Negation (de l'album Character, 2005)
18 - Yesterworld (de la demo A Moonclad reflection, 1992) / Punish My Heaven (de l'album The Gallery, 1995)
19 - The Mundane and the Magic (de l'album Fiction, 2007), avec la participation de Nell Sigland
20 - Final Resistance (de l'album Damage Done, 2002)
21 - Terminus (Where Death Is Most Alive) (de l'album Fiction, 2007)

* DVD 2 (bonus).

"Out Of Nothing" (documentaire sur Dark Tranquillity, enregistré à Gothenburg, Suède, en avril 2009).

Retracer les premiers pas du groupe, son évolution, cela était indispensable.
Ce documentaire de 47 minutes nous propose donc, à travers de nombreuses interventions entrecoupées par des extraits live et quelques photos, de nous immerger dans l'histoire du groupe.
On se rend sur place et on découvre, guidés en cela par Mikael Stanne (chant), Niklas Sundin (guitare) et Martin Henriksson (guitare), des lieux que le groupe fréquentait (salle de concert, local de répétitions), qui furent à la base du départ de l'aventure, puis ce qui a permis à Dark Tranquillity de devenir un groupe majeur.
Nombreux sont les témoignages présents sur ce documentaire, nous avons donc l'occasion d'écouter Tomas Lindberg (At The Gates), très présent, Gustaf Höök (journaliste, témoin de l'éclosion de la scène de Göteborg), Fredrik Nordström (Dream Evil, producteur à l'incontournable Studio Fredman) qui a travaillé avec le groupe jusqu'à l'album Damage Done (qu'il a coproduit, en collaboration avec le groupe), le coproducteur de Fiction étant Tue Madsen), Anders Iwers (Tiamat), Edward Janson (promoteur), et les membres de Dark Tranquillity, actuels ou anciens (Michael Nicklasson, Fredrik Johansson).
Finalement, seul Anders Fridén (In Flames) est absent, ce qui peut s'avèrer surprenant, mais cela s'explique par les emplois du temps non compatibles au moment du tournage. On notera qu'il a approuvé la présence des vidéos sur lesquelles il est présent.
Le seul point problématique de ce documentaire est l'absence de sous-titres (français ou anglais). Une maîtrise minimale de l'anglais oral est donc nécessaire, je reconnais avoir eu un peu de mal !

Vidéos du groupe.

01 - ThereIn (de l'album Projector, 1999)
02 - Monochromatic Stains (de l'album Damage Done, 2002)
03 - Lost to Apathy (de l'album Character, 2005)
04 - The New Build (de l'album Character, 2005)
05 - Focus Shift (de l'album Fiction, 2007)
06. -Terminus (Where Death Is Most Alive) (de l'album Fiction, 2007)
07 - Misery's Crown (de l'album Fiction, 2007)

Archives Live (1991 - 2007).

Ce fantastique voyage dans l'histoire de Dark Tranquillity, en 21 titres live, nous amène à découvrir le groupe de 1991 (dans le local de répétitions) à 2007...quel chemin parcouru !!
Nous avons l'occasion de voir Anders Fridén au chant, ainsi que deux titres inédits (voir liste), qui ne sont jamais sortis sur album !
Naturellement, au niveau de l'image et du son, la qualité est très variée, ce qui n'entrave en rien le plaisir engendré par le visionnage !

01 - Only Time Can Tell, de la demo Enfeebled Earth, 1990 (filmé en 1991, Billdal, Gothenburg, Suède)
02 - The Dying Fragment of an Elderly Dream, titre inédit de 1991 (filmé en 1991, Valvet, Gothenburg, Suède)
03 - Soulbreed, titre inédit de 1991 (filmé en 1991, Ljunqskile, Suède)
04 - Yesterworld, de la demo A Moonclad reflection, 1992 (filmé en 1992, Rockslaget, Gothenburg, Suède)
05 - Alone, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1992 au Spring Fageln, Gothenburg, Suède)
06 - My Faeryland Forgotten, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1992, Spring Fageln, Gothenburg, Suède)
07 - Nightfall by the Shore of Time, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1992, Spring Fageln, Gothenburg, Suède)
08 - Skywards, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1992, Gamlestaden, Gothenburg, Suède, Suède)
09 - Shadow Duet, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1994, Karlstad, Suède)
10 - Crimson Winds, de l'album Skydancer, 1993 (filmé en 1994, Karlstad, Suède)
11 - Razorfever, du MCD Enter Suicidal Angels, 1996 (filmé en 1997, Rotterdam, Pays-Bas)
12 - Constant, de l'album The Mind's I, 1997 (filmé en 1997, Rotterdam, Pays-Bas)
13 - Tongues, de l'album The Mind's I, 1997 (filmé en 1997, Rotterdam, Pays-Bas)
14 - Feast of Burden, de l'album Haven, 2000 (filmé en 2001, Decibel festival, Bengtsfors, Suède)
15 - Indifferent Suns, de l'album Haven, 2000 (filmé en 2002, Göteborgskalaset, Gothenburg, Suède)
16 - The Sun Fired Blanks, de l'album Projector, 1999 (filmé en 2002, Musikens Hus, Gothenburg, Suède)
17 - Hours Passed in Exile, de l'album Damage Done, 2002 (filmé en 2002, Cracovie, Pologne)
18 - Damage Done, de l'album Damage Done, 2002 (filmé en 2004, Busan, Corée)
19 - One Thought, de l'album Character, 2005 (filmé en 2004, With Full Force festival, Allemagne)
20 - The Endless Feed, de l'album Character, 2005 (filmé en 2007, Summerbreeze Festival, Allemagne)
21 - Blind at Heart, de l'album Fiction, 2007 (filmé en 2007, Bang Your Head Festival, Allemagne)

* CD 1 et 2

L'intégralité du concert de Milan est ici présent. Le son est excellent.

4 - Conclusion.

Avec "Where Death Is Most Alive", Dark Tranquillity a frappé très fort, nous proposant un superbe coffret, passionnant de bout en bout, qui s'avère être un must incontestable, que tout fan du groupe (et de Death Metal Mélodique) se doit de posséder !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 27, 2010 2:15 AM CET


Paranormal activity
Paranormal activity
DVD ~ Amber Armstrong
Proposé par Neobang
Prix : EUR 16,40

45 internautes sur 63 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une bonne surprise !!, 3 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paranormal activity (DVD)
Comme beaucoup de gens, j'ai découvert ce film via la bande-annonce (faite à partir d'une projection test en septembre 2009), mêlant extraits du film (je trouve qu'il y a d'ailleurs trop de scènes importantes montrées) et images des spectateurs (réactions) en infrarouge.
A partir de ce moment, deux réactions sont possibles :
1 --) "Bon, ok, c'est encore un sous-Le Projet Blair Witch avec la caméra à l'épaule, utilisée par les acteurs, ça risque d'être gonflant, les réactions des gens dans la bande-annonce sont risibles et peut-être organisées, la montagne va accoucher d'une souris !"
2 --) "Je suis curieux de voir ce film !"
Je vous avoue avoir eu ces deux réactions : inquiétude quant à l'intérêt du film mais volonté de le voir pour me faire ma propre opinion.

Le buzz internet (le film a assis sa réputation et son succès là-dessus) a évidemment été considérable pour ce film, dont le budget avoisine les 15 000 dollars, et qui, vous vous en doutez, a cartonné, surtout aux États-Unis où il a dépassé les 100 millions de dollars de recettes !

Les critiques n'ont pas toujours été très tendres avec ce film, les avis étaient souvent partagés.
Avant d'aller le voir (lors d'une soirée incluant également le remarquable "Rec 2" et l'hilarant Bienvenue à zombieland), j'ai eu droit à quelques commentaires comme "film ennuyeux, il ne se passe pratiquement rien, à éviter" ou "film flippant, réussi, à voir".
Pour ma part, je le reconnais d'emblée bien volontiers, j'ai finalement vraiment accroché sur "Paranormal Activity" !

A la base, j'ai beaucoup apprécié Le Projet Blair Witch, qui est LA référence initiale, tout comme, plus près de nous Rec et sa suite, qui sont, dans le genre fantastico-horrifique, des films incontournables !
Citons également Diary of the Dead - Chroniques des morts-vivants, film sympa (mais non référentiel cette fois) mais qui se révèle finalement être le moins réussi de la saga des morts-vivants de G.A. Romero.

L'histoire est simple : un couple aux prises avec des phénomènes paranormaux filme les événements, dans le but d'avoir des preuves. Tout se déroule dans la maison, en particulier dans la chambre, filmée en grand angle et en infrarouge durant de nombreuses nuits, puisque c'est là que l'essentiel se passe...dans le domaine de l'angoisse !!
Au niveau des personnages (acteurs débutants), il y a donc le couple, un médium et une amie du couple (très peu présents d'ailleurs).

Le couple parle bien entendu beaucoup (ce qui pourra déranger ceux qui recherchent avant tout l'action), mais l'atmosphère est assez rapidement tendue et cette tension va crescendo jusqu'à la fin, impressionnante.
On peut légitimement se demander pourquoi le couple reste dans la maison, n'importe quelle personne intelligente face à de tels phénomènes se précipiterait hors de la maison dès le début !!
Et bien il y a une raison, liée à la jeune femme, que je ne vous révèlerai évidemment pas !
On a droit à tout ce qui peut susciter l'angoisse (à condition de rentrer dans le film et son concept) : porte qui bouge, lumières qui s'allument seules, bruits divers et variés...
Le traitement est, selon moi, réussi au niveau de l'évolution de la peur, au fur et à mesure de l'avancée du film, certaines scènes sont franchement flippantes et conduiront sans doute certains à passer quelques nuits agitées !
Notons enfin que certains aspects du film pourront peut-être un peu faire penser, entre autres, au mémorable L'Emprise.

Ne vous attendez pas à des dialogues passionnants, à de l'action "en veux-tu, en voilà", "Paranormal Activity" est un film qui distille une atmosphère assez dérangeante et oppressante jusqu'à la fin, qui s'avère marquante !
Bref, c'est un film que je vous recommande si vous aimez le genre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (18) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 15, 2010 4:18 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20