Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Coke_Babies > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Coke_Babies
Classement des meilleurs critiques: 25.509
Votes utiles : 617

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Coke_Babies "coke_babies" (Bordeaux)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Black Holes and Revelations
Black Holes and Revelations
Prix : EUR 9,68

9 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Supermassive english band, 6 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Black Holes and Revelations (CD)
Après l'immense déception de leur 3è album Absolution qui fait montre d'un tournant résolument "prévisible" (peu inspiré, grand mal à se renouveler), Muse continue de s'enfoncer dans la guimauve mégalo avec ce "black holes & revelations". Et continue également de reléguer l'écriture loin derrière les murs de sons et d'amplis, ce que je déplore d'autant plus que Bellamy faisait montre, à mon sens, de qualités en ce domaines dans ses premières compos. Je sais qu'il ne faut s'attaquer à ce groupe qu'avec des pincettes tant les fanatiques sont légion, mais je vais tenter de m'expliquer brièvement.
Avant tout, je suis un grand admirateur des 2 premiers albums de muse (surtout du 1er en fait) dont je ne peux louer toutes les qualités : inspirés, envoutants, neufs (même si influencés) etc. et ne crache donc pas gratuitement sur ce groupe. Il me semble que tous ceux qui entreront dans l'univers de Muse avec Absolution ou ce Black Holes & Revelations seront certainement conquis, d'autant que la démarche du groupe est très clairement de faire justement ce qui plaira au plus grand nombre : mélodies simples, production démesurée (et pourtant si banale), et construction d'un monde pseudo-spatio-intellectuel : il n'y a qu'à voir certains titres qui frisent honnêtement le ridicule.
Ceux qui aimaient les 1ers albums de Muse (dont je fais partie, je l'ai dit) partageront peut-être avec moi une grande déception concernant leurs derniers opus et la résolution qu'ils ont prise : préférer remplir des stades que d'offrir une musique complexe et habitée comme celle qui semble s'être "accidentellement" posée sur Showbiz. A l'époque les 3 anglais étaient encore loin des paillettes et des ventes de disques vertigineuses (est-ce à elles que réfèrent certains titres?), ce qui n'est clairement plus de mise aujourd'hui.
Je sais que cette critique ne plaira pas à celles et ceux que cette musique a happé dans son sillage - et là je souligne combien je trouve le niveau de ces 3 musiciens grand, et ma déception augmente de constater ce qu'ils en font - mais mon but n'est pas de dresser une attaque gratuite contre Muse : plutôt laisser quelques lignes qui s'adresseront au néophyte, en l'encourageant à aller écouter Showbiz et Origin of Symmetrey : tout y est plus vrai, moins "enflé" voire même moins boursoufflé, car c'est au fond mon sentiment sur la musique récente de Muse. Et exprimer simplement un avis qui n'est que la mien, sur la machinerie Muse qui sert des choses largement prévisibles et calculées, en amenant sur la scène de stades démesurés quelques éclats de Mystique mélangés aux paillettes sous le halo des projecteurs.


Incunabula
Incunabula

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 incipit terra incognita, 4 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Incunabula (CD)
Pour être un début, Incunabula est un sacré début. Bien sûr il faut replacer cet album dans son contexte : 1993, c'est l'époque du grunge et de Nirvana, des premiers albums des Red Hot, Radiohead sort Pablo Honey... qui a vraiment découvert Incunabula à ce moment-là ? On se rend compte avec le recul combien cet album était visionnaire, en avance sur son temps, il n'a d'ailleurs aucune comparaison à souffrir avec les productions d'un autre maître de l'électro de l'époque, Aphex Twin. Mais il faut pour toute oeuvre visionnaire prévoir le temps que mettra le public avant d'arriver jusqu'à elle.
Pour ma part, cela a pris 10 ans, et j'ai gardé pour Incunabula la reconnaissance qu'on peut éprouver pour celui ou celle qui vous a fait découvrir tout un monde. Car l'univers d'Ae est un monde, que quelques années ne vous permettront pas de cerner et d'apprécier dans son intégralité, dans toute sa beauté.
Incunabula est particulièrement conseillé à tous ceux qui souhaitent pénétrer dans les terres particulières de cette musique qu'on a cataloguée comme "intelligente" (IDM), parce qu'il fallait mettre une étiquette sur sa complexité, sur sa parfaite nouveauté. Les sons n'ont pas vieilli, ce qui montre le niveau des 2 gars d'Ae, et certains morceaux comme Eggshell envoient toujours autant même après presque 15 ans ! Le plaisir perdure.
Comme pour bien d'autres choses, ce qu'il vous faut ici, c'est un petite dose de patience, beaucoup de curiosité, et la certitude que les plus belles choses ne se dévoileront pas sans effort. L'hérmétisme de la musique d'Ae n'est qu'une façade, et immense sera votre plaisir lorsque vous "verrez" par vous même. J'ai lu concernant ce groupe quelqu'un qui comparait leur musique aux dessins dits "en stéréo", ceux devant lesquels il faut laisser son regard flotter dans le vague avant de reconstituer l'image en canevas, et que vous ne pouvez voir qu'ainsi, tous les efforts pour scruter étant auparavant restés infructueux. Je ne vois pas de meilleure analogie pour parler de la musique d'Ae, et si elle est effectivement complexe, sachez qu'ils ont laissé de nombreuses pierres pour conduire jusqu'à leurs terres. Incunabula est la première, bon voyage.


Tri Repetae
Tri Repetae

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 repeat once again, 4 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tri Repetae (CD)
Avec ce 3è album, Autechre s'envole vers les hautes sphères de la musique électronique, qu'ils domineront définitivement 2 albums plus tard avec le fabuleux lp5. Les structures sont plus complexes que sur les deux premiers albums, et les 2 membres d'Ae font preuve de grande maîtrise entre le dosage d'éléments rythmiques et ambiants, les effets et les textures sont travaillés et le rendu superbe, notamment sur Eutow, grand moment de l'album.
Si vous pouvez, procurez-vous la version américaine de cet album (tri repetae ++), accompagnée d'un 2è cd regroupant 2 magnifiques ep de l'époque 97 qui valent le détour : anvil vapre et garbage, tout aussi beaux que l'album lui-même, et peut-être plus. Un très grand album de musique électronique par les maîtres du genre, tri repetae vous demandera bien des écoutes avant de livrer toutes ses splendeurs.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 5, 2010 3:30 PM CET


The Eraser
The Eraser
Prix : EUR 11,00

15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rien que de très beau : passion et sincérité, 30 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Eraser (CD)
Là où les critiques diffèrent, l'artiste est en accord avec lui-même. Il ne fait donc aucun doute que Thom Yorke sera à son propre diapason au milieu des avis qui risquent de pleuvoir tout azimuth après la sortie de The Eraser. On les entend déjà, ceux qui prendront la perte de repères musicaux pour un aveu d'impuissance plutôt qu'un sens inné de la mise en péril de soi, l'abandon de structures "pop" ou "rock" pour de l'indigence plutôt qu'un goût prononcé pour l'aventure, le dépouillement des morceaux pour du vide artistique plutôt qu'une mise à nu.
[...]
Disque exigeant, forcément. Il faut lui en donner : du temps, de soi... Et alors - mais suis-je encore objectif concernant quelque chose qui vient de près ou de loin de Radiohead ? - une magie opère, la même que celle dont nous avions été témoins sur les derniers albums du groupe et... à quoi bon prendre le temps de partager ça ?
Qui le vivre saura, il y a longtemps déjà que "chaque chose est à sa place" concernant Thom Yorke et son talent immense.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 4, 2008 8:47 PM CET


Music By Cavelight [Import allemand]
Music By Cavelight [Import allemand]

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merci, 22 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music By Cavelight [Import allemand] (CD)
L'électro, le hip-hop, sont pour moi des terres encore peu connues. Je m'y sens invité parfois, souvent en touriste, mais je ne m'y sens pas chez moi. Du moins pas encore.
A la première écoute de music by cavelight, j'ai complètement accroché. Guidé déjà par une magnifique pochette. Assez planant, ça m'a fait tout de suite penser à dj shadow. Ce n'est qu'un avis profane. Et à chaque nouvelle écoute, je crois que je le trouve meilleur encore qu'à la dernière.
Je ne sais pas combien de groupes comme Blockhead vivent dans ces pays que je ne fréquente pas assez, mais celui-là m'a donné une envie folle d'y retourner.
Ce que je retiens de Blockhead ? Le sens de l'hospitalité.


Finally We Are No More
Finally We Are No More

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le meilleur de mum, 22 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Finally We Are No More (Album vinyle)
Un autre groupe venu d'Islande. Comme la Belgique, l'Islande est devenue grande nation de la musique. Il suffit qu'un groupe en soit originaire pour que j'y prête une oreille plus attentive. Des ambassadeurs tels que Sigur Ros ou Björk ne sont pas étrangers à tout ça !
Mum est inspiré par eux, celà ne fait aucun doute. Mais pas de complexe d'infériorité, ils ont une personnalité bien à eux. Pour sortir de leurs frontières, ils offrent beaucoup de similitudes avec un groupe américain fascinant, The Album Leaf. Ce même côté feutré et doux dans des compositions largement dominées par l'électro.
Et au milieu, une voix fluette et flottante, comme une gamine de 10 ans qui viendrait chantonner, en répondant à l'invitation musicale. Très islandais. Très beau.


Take It From The Man [Import anglais]
Take It From The Man [Import anglais]

19 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sans concession, 22 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Take It From The Man [Import anglais] (CD)
Le groupe d'Anton Newcombe s'est fait connaître en europe avec la diffusion de l'excellent documentaire d'Ondi Timonier, "Dig !". L'autre face du renouveau du rock américain d'inspiration 70's avec les Dandy Warhols. Le documentaire dig ! retrace le parcours des 2 groupes, leur amitié et leurs choix respectifs, leurs divergences. Les dandy warhols se sont "vendu", mais les Brian Jonestown sont là, crachant sur les compromis et les majors !
Du coup, un manque afligeant de production donne à tous leurs albums un côté rustique, plus proche encore du son des années 70, et qui montre encore plus leurs inspirations - notamment celle des rolling stones de Brian Jones, dont ils ont pris le nom. Ce serait trop simple si ça s'arrêtait là. Certains n'hésitent pas à qualifier Newcombe, grand prêtre et décideur du groupe, multi-instrumentaliste et (peut-être) trop égocentrique chanteur, de génie. Il en a déjà en tout cas le côté complètement frappé ! Il faut convenir que malgré le son très seventies, le brian jonestown a beaucoup de personnalité, un côté génial, fascinant par tant de facilité et de prolixité : 2 albums par an, voire plus.
Baclée leur musique ? Eh bien non justement, tout est bon. "Take it from the man" est pour moi un de leurs meilleurs albums, avec la fabuleuse ballade dédiée à David Bowie. Un groupe qui ne laisse pas indifférent, qui gagne à être connu et respecté pour son engagement musical sans concession face au business qui règne dans cette industrie, et s'il faut chercher autre chose, pour sa musique tout simplement : une des dernières terres de liberté.


Illinoise
Illinoise
Proposé par DVD Overstocks UK
Prix : EUR 18,73

13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 2è pierre à l'édifice, 22 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Illinoise (CD)
Sans prétendre que cet album est celui de l'année, il est indéniable qu'il a un côté fascinant. Il parait que sufjan stevens s'est donné pour thème de faire un album pour chaque état des USA. Le premier pas était fait avec michigan, plutôt intéressant. Illinoise me semble plus beau encore, on y trouve une approche très personnelle de la composition, mêlant un grand nombre d'instruments et de très riches orchestrations. Il y a effectivement un côté impérissable, comme une photo du temps qui passe, une aptitude à saisir l'air du temps, et l'âme des lieux.
Si l'on en croit les rumeurs concernant son projet fou, il faut admettre que le bougre s'en sort admirablement. Et si chaque opus à venir est plus beau que le précédent, il se peut qu'on atteignent les cimes.


Bodies And Minds
Bodies And Minds
Prix : EUR 15,37

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 quelques brasses dans le froid, 20 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bodies And Minds (CD)
Pas évident pour un album folk de sonner autrement que des milliers d'autres albums du même genre. De sonner de ses propres cordes, voler de son propre style. Pourtant, même si great lake swimmers ne fait pas dans le renouveau ou l'originalité, même si l'on ne trouve rien de plus - au point de vue musical - que ce que l'on s'attend à y trouver, il surprend inexplicablement.
A-t-on déjà entendu pareilles litanies ? Sont-ce les territoires immenses et vierges du canada qui ont marqué à ce point leurs chansons de leur empreinte ? Envoutant, magnifique. Classique et pourtant terriblement singulier. Le nom même du groupe est une invitation, en tout cas celle qui m'a poussé sur leurs eaux musicales. Pas d'océan, rien de déchaîné ou rageur ici, seulement la platitude et la quiétude des grands lacs, mélancoliques et immenses.
Sans pouvoir dire comment, pourquoi, on a embarqué avec eux. Nous sommes peut-être dans le grand nord, où la densité de population est l'une des plus faibles du monde, mais le pays est incontestablement habité. Hanté.


Pocket Revolution - Édition Limitée
Pocket Revolution - Édition Limitée
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 5,12

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 dEUS rocks !, 1 octobre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pocket Revolution - Édition Limitée (CD)
Force est d'admettre avec cet album que les plus belles années de dEUS semblent être derrière eux. Je dis bien "semblent" car on ne sait jamais à quoi s'attendre. En tout cas si Pocket Revolution n'est pas "aussi bon" que les précédents (à mon sens), il n'en reste pas moins un très bel album.
Est-ce la maturité qui a fait rentrer dEUS dans les plans plus "conventionnels" du rock, eux qui avaient su nous en faire voir de toutes les couleurs, ou bien le fait qu'hormis 2 membres dEUS a complètement changé depuis le dernier album ? Ce qui nous empêche pas de retrouver au fil des morceaux, parmi les invités, tous ceux - à l'exception de Rudy Trouvé - qui ont participé à l'aventure de dEUS.
Ou peut-être aussi une volonté de moins s'éclater, se disperser, pour faire des morceaux plus cohérents ? Tom Barman reste un fabuleux songwritter et ces chansons, mois surprenantes que leurs premiers singles, recèlent toujours quelques perles.
A voir sur scène !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6