undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Winston of London > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Winston of London
Classement des meilleurs critiques: 2.254.115
Votes utiles : 38

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Winston of London

Afficher :  
Page : 1
pixel
A Mouthful
A Mouthful

16 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 the bobo style, 8 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Mouthful (CD)
Bon alors mouthfull...
Au début j'ai détesté ce disque, surement parce que j'avais auparavant détesté les déclarations prétentieuse du leader obscure Dan qui en jazzeux obtus fustigeait la pop musique comme quoi c'était pas son domaine, c'était un art mineur ou tout avait été dit et fait etc... Et ce mec venait défendre un album de pure pop music, y a de quoi rire quand même...
Donc en mélomane averti je jette une oreille à ce disque, pas désagréable, pas transcendant non plus, entre le folk rock de feist, le rock aride de pj harvey, influences boboistes s'il en est, rien de bien nouveau sous le soleil.
Après quelques écoutes plus approfondies, quelques moments vraiment savoureux ou les influences du jazzeux en question ressortent clairement pour transcender une vraie volonté de sortir des sentiers battus, ainsi "coda" renferment des moments de free noise strident dans le style des expérimentations de brian eno, "Playground Hustle" et "Queen dot kong" dament le pion à gwen steffani, et "When was I last home ?" nous rappelle le bien que fait une bonne chanson orchestrée soul jazz de catpower.

Sinon, le seul vrai titre qui donnerait presque des frissons, c'est "The bridge is broken" avec sa mélodie lancinante et ses breaks instrumentaux dignes des talking heads autrement plus pertinent que le similaire et pourtant agaçant "On my shoulders" qu'on entend maintenant partout, reflet d'un groupe consensuel au succès flagrant chez la jeunesse dorée en mal de nouvelles sensations rock, mais beaucoup moins évident pour ceux qui malheureusement pour dan écoutent beaucoup de pop music et prennent ça très au sérieux...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 1, 2014 11:32 AM MEST


Plans
Plans
Prix : EUR 6,99

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 injuste, 11 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plans (CD)
Injuste, voilà le terme qui me vient à l'esprit pour qualifier l'insuccès de ce groupe exceptionnel dans nos contrées.

D'aucun pourront toujours crier à la "dawsonnerie" à la "varietoche américaine", on leur dira d'essayer de composer une chanson aussi poignante que "marching band of manathan", veritable allez simple vers le paradis avec ses guitares en accroche coeur sa pulsation cardiaque et son refrain final beau à pleurer.

alors que des groupes aussi indigents que "the fray" caracolent en tête de nos charts, nos amis américains, plus intelligents que nous ont ont déjà érigé les death cab au rang de stars.
Il existe en effet peu de groupe capables de nous étonner en terme de production (les mini breaks de "soul meets body, la lente montée de "different names for the same thing"), puis de nous électriser avec une lente ascension de guitares en fusion ("someday you will be loved") pour mieux nous faire pleurer avec la plus belle ballade accoustique depuis le "miss misery" de feu Elliott Smith ("I follow you into the dark") - depuis il y a eu "tell me" de cocoon mais ça c'est une autre histoire.

Bref, si vous ne jurez que par Lali Puna et the Notwist en electro, Elliott Smith en folk et Coldplay en pop, cet album accrocheur, inventif et boulversant doit faire partie de votre cdthèque, comme dirait un célèbre groupe bien de chez nous, c'est "à découvrir absolument".


Fear Is On Our Side
Fear Is On Our Side
Prix : EUR 15,84

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 must have de la new wave des années 2000, 8 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fear Is On Our Side (CD)
Je m'adresse à vous, fans de joy division, killing joke, the Cure, New Order, pour vous dire que l'album que vous attendiez certainement depuis "Young Team" de Mogwai et peut-être plus récemment "Turn of the Bright Lights" d'Interpol est enfin là et qu'il surpasse allègrement ces 2 derniers.

L'auteur de ce joyaux est un groupe texan, moitié des délicieusement dépressifs Windsor for the derby.
Le façonneur du son infernal de ce disque est le numéro 2 de Ministry... on est pas là pour rigoler.

Il suffit pour s'en convaincre de poser le disque sur la platine et d'enfoncer la touche "play". On est alors immédiatement transporté dans un univers familier (guitares tendues en arpèges, batterie oppressante, chant d'outre tombe, claviers glaciaires).
Les 3 premiers titres s'enchainent sans crier gare, même urgence dévastatrice, mêmes mélodies parfaites mais 3 gimmicks disctincts :
- l'arpège en chorus façon sisters of mercy pour "the ghost",
- la basse killing joke pour "according to plan",
- les lignes de guitares tendues des "Chameleons" pour "Lights".
Suivent 2 instrumentaux neurasthéniques rappelant dignement les origines post rock du groupe puis déboule LA chanson du disque : montée en puissance à la mogwai, ambiances déléthères de slowdive ou my bloody valentine, rythmique frénétique et ligne de basse tout droit sorties du Low Life de New Order et mélodie pop belle à pleurer, "we chose faces" est de ces morceau qu'on oublie pas et qui justifie à lui seul l'achat de cet album.
La suite du disque est à l'avenant, tendue, mélodique, rythmée.
Grande est la frustration quand résonnent les dernières notes de "If it was me", morceau en forme d'apothéose qui voit my bloody valentine et Joy Division enfin réconciliés.

En bref, si vous êtes comme moi un fan de new wave, noisy pop et post rock, ruez vous sur cet album ... et vous ne le lacherez plus.


X&Y ,Coldplay
X&Y ,Coldplay
Prix : EUR 7,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un classique de la pop contemporaine, 14 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : X&Y ,Coldplay (CD)
autant le dire tout de suite, je découvre ce disque sur le tard, j'ai les 2 premiers albums que j'ai régulièrement écoutés entre 2000 et 2003 et je connaissais les singles de x&y ("fix u", "talk" et "speed of sound") sans vraiment m'y atarder.

Et puis un jour, une brusque envie de pop aérienne après l'écoute répétée du "your love means everything" de Faultline, disque électro où Chris Martin pose sa voix sur 2 titres et je me suis procuré X&y.

Grand bien m'en a fait, puisque ce disque n'est pas du coldplay, ou plus exactement n'est pas QUE du Coldplay, en effet, comme dans tout grand disque qui se respecte, les fantômes des anciens sont convoqués, ceux de New Order époque "Low Life" sur "White Shadows", ceux d'Echo & the Bunnymen sur "Till Kingdom Come" "Square One" et "Law", ceux des Smiths, sur "The Hardest Part", autant d'influences qui viennent étoffer les compositions si reconnaissables du groupe.

Le changement notoire du disque par rapport à son précédent, c'est l'utilisation de sons synthétiques qui créent des ambiances sombres et parfois glaciales en rupture avec le côté seventies de la majorité des compositions de "a rush of blood..."

Sans oublier LE morceau épique des 5 prochaines années : "Talk"

Un disque incontournable donc pour tout amateur de pop anglaise qui, à l'instar de Ok Computer en 1996, fait une synthèse parfaite de ce que le royaume Uni a fait de mieux ces 20 denières années.

Après Parachute = Pablo Honey, A Rush of blood... = The Bends, X&y = Ok Computer, à quand un nouveau kID a?


Page : 1