undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote Bîp-...
Votes utiles : 1380

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER "Ni Dieu ni Maître, sauf ma CB" (RCA)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La Porte Bleue: Suivez le chat blanc...
La Porte Bleue: Suivez le chat blanc...
Prix : EUR 0,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une délicate entrée en matière - Lue sur kindle, 26 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Porte Bleue: Suivez le chat blanc... (Format Kindle)
Tout d'abord, une ola pour la sublime couverture qui reprend quelques éléments de l'histoire en les intégrant sans alourdir le visuel. c'est envoutant, les couleurs sont parfaites, et c'est cela qui a déterminé ma lecture.
En revanche, une heure de colle (ça se fait encore ?) pour ne pas avoir su choisir le temps du récit. On oscille entre présent et passé simple sans se fixer. Grammaticalement, ce n'est pas heureux, mais je suppose que c'est plus un défaut de relecture qu'un choix délibéré.
A côté de ce problème, j'ai fondu pour l'écriture, très sensorielle.

Contrairement à ce que ma rudesse habituelle laisserait croire, j'ai une tendresse particulière pour les rêveurs, les tendres, ceux qui cherchent à partager un moment d'exception avec les autres, juste pour qu'ils se sentent mieux.
Ce joli texte participe pleinement à cet état d'esprit.

Je vais spoiler alors mef !!!
L'auteure pose son histoire au pied d'un manoir. Elle prend le temps de nous présenter les lieux, et nous laisse nous installer aux côté du narrateur. Puis elle nous bouscule avec la bascule vers un pays enchanté.
Je sais pertinemment que le propre des nouvelles c'est de se débarrasser du superflu, mais en l'occurrence, j'aurais adoré continuer à découvrir ce quotidien fait de petits actes anodins, de rencontres intrigantes. Je me sentais bien dans ce monde-là.
Du coup, je regrette sincèrement l'aspect expéditif de LA rencontre, et du retour à la terre ferme. Il y avait là matière à écrire sur ces êtres fabuleux, sur la création, sur l'évolution du personnage, sur son rapport à la vie et sur le "combat" qu'il est censé mener, au sein même de cette demeure, qui nous reste si mystérieuse.

Un énorme potentiel, donc, qui bénéficie déjà d'un style délicat et de très belles idées.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 17, 2016 1:30 PM MEST


Lady mensonge (Les Historiques t. 511)
Lady mensonge (Les Historiques t. 511)
Prix : EUR 4,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Mauvaise pioche, je n'ai vraiment pas aimé - Lu sur kindle, 28 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lady mensonge (Les Historiques t. 511) (Format Kindle)
Il faut croire que j'ai la main malheureuse avec les historiques cette semaine.
J'avais bénéficié d'une promotion gratuite de cet ebook et si je l'avais lu à l'époque, peut-être aurais-je été moins tranchante.

Le format numérique est de qualité médiocre, ce qui est très surprenant de la part d'Harlequin, qui m'a habitué à des fichiers parfaits. Ainsi, toutes les pages comportent des mots accolés "commececi".

Concernant l'histoire, c'est du remplissage autour d'un scénario anémique. Certains éléments avaient beaucoup de potentiel ; les recherches scientifiques, la traque lancée par l'agresseur de Nell, la personnalité charmante de Justin. Hélas, les bonnes idées sont peu ou mal exploitées, assorties d'une héroïne omniprésente particulièrement ennuyeuse. Ses tergiversations en font une profiteuse un peu hypocrite (non non, laissez-moi partir, oh et puis si vous insistez, je reste) et attentiste.
Leur histoire d'amour aurait pu être mignonne (on est loin d'une passion enflammée) mais à cause de Nell, elle prend un tour mièvre vraiment navrant.
Je n'ai pas aimé non plus la façon dont sont présentés les amis de Justin ; le côté tout le monde il est beau, tout le monde il est politiquement correct m'a profondément fatiguée.
Le roman utilise certaines scènes de façon redondante, accentuant la sensation de répétition. Les rebondissements sont tellement téléphonés qu'on pourrait les raconter avant de les avoir lus.

J'attendais de ce roman qu'il me divertisse, or je n'avais qu'une hâte, le finir pour passer à autre chose rapidement.


La saga des Bedwyn, Tome 5 : L'inconnu de la forêt
La saga des Bedwyn, Tome 5 : L'inconnu de la forêt
par Mary Balogh
Edition : Poche
Prix : EUR 6,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Pas convaincue par ce roman, 25 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La saga des Bedwyn, Tome 5 : L'inconnu de la forêt (Poche)
Pour rappel, ceci est une appréciation personnelle, pas une vérité universelle.
Je fais partie des quelques lectrices laissées sur le bord de la route. Ne connaissant pas les autres tomes, je n'avais aucune attente particulière concernant le personnage d'Alleyne, ce qui, dans un sens m'aura sûrement épargné une déconvenue encore plus grande.
Toutefois, m'étant fié aux commentaires élogieux pour sélectionner ce tome en particulier afin de débuter l'expérience, je suis encore plus déçue de ne pas y avoir trouvé de réelle satisfaction.

Tiède, c'est vraiment le terme que je retiens après avoir tourné la dernière page de ce roman.
Je reconnais l'avoir lu très rapidement, plus pour passer à autre chose, et peut-être avec le secret espoir de voir l'intrigue décoller. Mais je n'y ai trouvé ni l'humour décrit à force de superlatifs dans les autres avis clients ni la passion qui fait chavirer le cœur.
Ici tout est... gentil, convenu, politiquement correct, loin du vaudeville un peu canaille attendu.

L'histoire, pourtant originale ne m'a pas convaincue, en grande partie à cause de personnages fades. Rachel, après un bon début devient une oie blanche assez insupportable, agressive et geignarde. Alleyne est bien mignon mais loin de faire un héros viril époustouflant, il m'a semblé très effacé. Les personnages secondaires eux, manquent cruellement de scènes supplémentaires. Ils auraient pu se révéler drôles et apporter du piment, mais hélas, ils sont laissés de côté.

[SPOILER] D'ailleurs, je ne comprends pas le choix de Mary Balogh de donner au personnage de Bridget toutes les cartes de l'héroïne en devenir, que ce soit en mettant en avant sa loyauté, son physique agréable de jeune trentenaire une fois les fanfreluches de la fille de joie abandonnées, et une rencontre furtive avec le fascinant et glacial Duc de Bewcastle, pour ne pas transformer l'essai dans le sixième volet. [fin du SPOILER]

Une série que j'ai pris en cours de route par l'intermédiaire d'un tome avec lequel je ne poursuivrai pas l'aventure des Bedwyn.


Un jour sans lendemain
Un jour sans lendemain
Prix : EUR 0,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une histoire intéressante mais pas totalement aboutie - Lue sur kindle, 19 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un jour sans lendemain (Format Kindle)
En priorité, merci à l'auteure pour le partage gratuit. Il me semble quand même surprenant qu'aucun lecteur ne se soit donné la peine d'offrir un commentaire en échange...

Le parti-pris de détailler l'introduction est un peu déroutant, alors que le reste de l'histoire est moins précis. En gros, on a une intro de roman avec tous les éléments constitutifs d'une intrigue géo-politique (enjeux stratégiques compris) sans qu'il y ait d'interactions avec les évènements.
On reste donc sur notre faim en ne comprenant pas cette fatalité renouvelée. Est-elle due à un complot, un destin immuable, une trahison ?
Je ne saurais trop inciter l'auteure à mieux développer ses personnages à travers plus de dialogues et en multipliant les scènes entre eux, afin d'avoir un meilleur aperçu de leurs caractères.

Toutefois, j'ai bien aimé l'incursion dans cet univers steampunk, que je maîtrise mal en roman. Le scénario conviendrait d'ailleurs parfaitement à une bande dessinée. Il est très visuel, et l'action resserrée y prendrait toute sa saveur.

L'histoire est émouvante, la fin manque juste un peu de "corps" mais n'est pas déplaisante. Il y a là matière à proposer une histoire plus consistante, d'où le sentiment d'avoir lu un résumé au thème intrigant plus qu'une histoire totalement aboutie.
Cela n'enlève en rien les qualités du texte, plaisant à la lecture.

Soulignons aussi la très belle couverture, qui reprend les éléments de l'histoire, en toute élégance.


Penny Dreadful - Saison -1 (3 DVD)
Penny Dreadful - Saison -1 (3 DVD)
DVD ~ Eva Green
Prix : EUR 20,17

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une première saison de série fascinante et violente, 18 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Penny Dreadful - Saison -1 (3 DVD) (DVD)
Concernant l'aspect technique, les bonus sont bien trouvés pour qui s'intéresse à l'époque victorienne. Personnellement, cela m'apporte beaucoup dans mes propres recherches, même si ce n'était pas l'objectif de départ. Le livret joint fait la part belle aux biographies des acteurs et aux petites interviews des techniciens. Les disques eux-mêmes sont faciles d'accès ; la sélection des langues s'affiche en direct et on peut enchaîner les épisodes dans la foulée et en un seul clic.

La série quant à elle est une révélation. J'en attendais beaucoup, séduite par un trailer intriguant, elle me l'a bien rendu !
Il s'en dégage une sensualité morbide fascinante. Les histoires nous plongent dans cette fin du XIXème londonien dès les premières minutes et de façon effrayante. Quant aux personnages incarnés par des acteurs "habités", ils séduisent presque malgré eux, c'est surprenant et un peu troublant.

Si chaque épisode propose une aventure "aboutie", il s'inscrit dans une histoire globale qui se suit en continu. Le plus intéressant, c'est que l'histoire se renouvelle sans cesse, on n'a jamais le sentiment de tourner en rond ou de se répéter, que ce soit par le scénario ou la façon de filmer.
Très travaillée, cette première saison offre au téléspectateur une qualité digne d'un film de cinéma. Il me semble d'ailleurs que chaque opus est plus long qu'un épisode de série traditionnelle. Il faut dire qu'elle sort carrément des sentiers battus, mais c'est peut-être dû à la collaboration américano-britannique qui a su mêler le meilleur des deux nations sans dénaturer ce siècle foisonnant.

Il y a aussi un petit côté Extraordinary gentlemen's league dans le canevas (et l'époque) mais en version sombre et sanglante, d'une belle densité psychologique.
Il s'agit d'une totale relecture des personnages de nos plus grands romans gothiques d'épouvante. J'ai terriblement hâte d'en découvrir de nouveaux dans la saison 2 (pas avant 2016, hélas).

Une série passionnante grâce à une distribution de premier ordre, soutenue par un aspect technique exceptionnel : bel éclairage, décors somptueux et beaux costumes, sans parler de la musique envoutante (mention spéciale au thème du générique).
A ne pas mettre sous tous les yeux cependant !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 9, 2016 9:41 PM MEST


Le guerrier et l'hermine (HQN)
Le guerrier et l'hermine (HQN)
Prix : EUR 3,99

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un beau roman, écrit avec talent - Lu sur kindle, 12 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le guerrier et l'hermine (HQN) (Format Kindle)
HQN, déclinaison francophone issue de la maison-mère Harlequin, continue de recueillir dans ses rangs des auteurs talentueux. Mais si le numérique est un mode de lecture de plus en plus en vogue, je regrette un peu que la version papier de ses meilleurs productions ne soit pas disponible. Car hélas, quoi qu'on en dise, le papier adoube l'auteur, de plus, certains romans dont celui-ci auraient une place de choix dans nos bibliothèques.

Loin d'une romance mièvre et facile, l'auteure nous propose une belle histoire, simple mais très bien écrite, documentée et intelligente.
J'avais déjà croisé Penny Watson-Webb qui m'avait séduite par la force de ses récits, sans esbroufe mais très travaillés, là, je suis définitivement convaincue.

Son écriture assurée, alliant douceur et érudition se prête particulièrement bien à la romance historique. Sans fioriture inutile mais avec un souffle romantique bienvenu, elle offre à la lectrice un pan d'histoire de France en y mêlant une belle histoire d'amour à une intrigue intéressante.

Si j'en parle avec tant de conviction, c'est parce que j'y ai trouvé émotion, rire et réflexion. D'ailleurs, un épisode dramatique m'a émue aux larmes. J'ai trouvé son traitement poignant, sobre et parfaitement intégré dans l'évolution du personnage féminin. Le combat d'une châtelaine pour ses sujets féminins laissés pour compte trouvera sûrement une résonance chez beaucoup de lectrices. Le droit à la dignité pour tous et toutes, c'est en filigrane ce que porte dame Hermine.
Le récit se déroulant en France met aussi en lumière le rôle et la place des femmes au Moyen-Âge.

D'un point de vue plus romantique, la passion y est belle, sensuelle, évitant l'écueil de l'héroïne rejetant le héros ténébreux tout en bavant devant ses abdos, alors que leur histoire débute un peu "brusquement". J'ai aimé la force de Guivarch, son côté protecteur, son désir et le respect qu'il a pour son épouse. En cela, j'ai eu le sentiment d'être prise pour une adulte, ce qui m'a un peu rappelé la façon dont une autre auteure talentueuse, Pauline Libersart construisait ses personnages.

Donc une romance historique à la trame d'un premier abord classique, qui sort des sentiers battus grâce à son intelligence et à ses qualités littéraires.


Amour interdit
Amour interdit
Prix : EUR 0,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Chaud et tendre - Lu sur kindle, 24 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Amour interdit (Format Kindle)
La maison d'édition Sharon Kena est une dénicheuse de talents (Fleur Hana, Celine Mancellon ou Frédérique de Keyser en leur temps) mais elle publie quand même beaucoup de textes peu aboutis, parfois mauvais, souvent écrits par des personnes qui n'auraient jamais passé le barrage du comité de lecture d'un éditeur professionnel expérimenté.

Ce n'est heureusement pas le cas avec cet ebook.

En revanche, comme dans beaucoup de productions de cette maison d'édition, il me semble que le texte est relu sommairement. Les répétitions de mots ne sont pas toujours évitées, les tournures de phrases et le langage peuvent paraître trop simples, alors que les dialogues sont paradoxalement trop « littéraires », ce qui les rend peu naturels. Cela n'empêche pas la lecture d'être fluide. Juste un peu moins convaincante.

L'histoire prend le parti d'utiliser un tabou familial pour raconter l'attirance irrépressible entre deux êtres.

La tension sexuelle est palpable, bien décrite et joliment amenée. Les questions et évènements que cela entraîne sont intéressants. Si le personnage d'Amélie est un peu puéril par rapport à son âge (26 ans), celui d'Alex est très mignon. L'interdit de cette relation apporte le piment nécessaire à une romance relativement classique (une rupture douloureuse qui permet le rapprochement entre deux personnes se connaissant depuis toujours).

[Spoiler] D'un point de vue strictement personnel, je trouve dommage l'usage d'une pirouette politiquement correcte pour atténuer l'aspect sulfureux de cette histoire d'amour. Si on ne peut reprocher à un auteur de prendre la direction qui lui convient, on peut en attendre plus d'ambition, moins de facilité. Son choix affaiblit la portée du message auquel on finit par adhérer durant le récit. D'autant qu'il existe un manque de réalisme sur le fond (la mère savait mais pas le frère ? Allons donc...) qui perturbe la chute. [fin du Spoiler]

En dehors de ces points litigieux, j'ai beaucoup aimé cette romance érotique qui a su éviter passages ennuyeux et dérives glauques. De plus, l'auteure a su mener son histoire avec beaucoup d'émotion et de sensualité.

J'ai déjà lu ce thème chez d'autres. Mais entre une traduction cataclysmique et une VF dans le texte, je vote Pierrette.


Dominion - Saison 1
Dominion - Saison 1
DVD ~ Christopher Egan
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 13,80

20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 De bonnes choses, d'autres à perfectionner, 14 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dominion - Saison 1 (DVD)
Grâce à l'avis d'une autre cliente, j'ai découvert cette série dont aucun magazine n'avait parlé.
J'arrête tout de suite les spectateurs motivés par l'aspect biblique/action movie et sombre de la jaquette. On est loin d'un univers philosphico-apocalyptique que n'aurait pas renié à l'époque les films Prophecy.

Pour reprendre les éléments de cette série, il s'agit d'une "suite" au film Legion, bon gros navet de type survival, où un petit groupe tentait d'échapper à l'attaque d'anges belliqueux venus reprocher aux humains la disparition de Dieu. Le film empruntait déjà l'esthétique zombiesque des hordes d'assaillants pour renforcer l'aspect horrifique.

Nous avons donc le fils adoptif du héros du dit film, identifié comme l’Élu qui doit sauver la Terre de l'invasion angélique. C'est pas gagné, le pauvre Alex ressemblant plus à un quaterback décérébré qu'à un meneur type John Connor. Chris Egan, l'acteur, est l'archétype du blondinet à dents blanches et gras du pectoral, bref, il fait un héros ennuyeux. Son personnage est soutenu dans son apprentissage par l'archange-amidézumains Michael, le canonnissime Tom Wisdom, ici peu aidé par un rôle relativement plat. Les autres personnages masculins (Buffy, Ô s'cour, Gilles s'est reconverti en politicien véreux) accumulent tous les défauts du monde : lâches, traitres, girouettes, bornés, sadiques, un vrai festival du pire.

Heureusement, les personnages féminins apportent la force au show. Je ne sais pas à quoi songeait le créateur de la série d'ailleurs, mais s'il a offert les premiers rôles à des hommes, ce sont bien les femmes, leur force et leur intelligence, leur loyauté ou leurs facultés d'adaptation qui sont mises en avant. De façon assez insidieuse, on les voit prendre le pouvoir, absorber les scènes chargées en émotion, détourner l'attention des héros, jusqu'à leur piquer toute substance. J'en étais même à croiser les doigts pour le personnage de Noma, me fichant royalement de ce qui allait advenir d'Alex. De là à les déclarer Reines de la série, il n'y a qu'un pas que la saison 2 pourrait bien confirmer.

La série maintenant. Elle commence de façon un peu poussive, la faute aux personnages et une intrigue plutôt banale. Peu à peu, on la suit sans déplaisir, et elle prend réellement son envol dans les deux derniers épisodes. C'est un peu un diesel sur ce coup-là, mais je ne suis pas entièrement convaincue, au point de me jeter sur la saison 2 (quand elle sortira). Elle n'affiche aucun humour au compteur, son plus gros défaut d'ailleurs, et manque de figurants. Les effets spéciaux sont honnêtes, et les décors n'inspirent pas grand chose.

Concernant le DVD, je n'ai pas jeté d’œil sur d'éventuels bonus, mais la qualité des disques est bonne.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 13, 2015 2:14 PM MEST


Charley Davidson, Tome 3: Troisième tombe tout droit
Charley Davidson, Tome 3: Troisième tombe tout droit
par Darynda Jones
Edition : Broché
Prix : EUR 8,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Trop hâché menu pour rester zen, 14 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charley Davidson, Tome 3: Troisième tombe tout droit (Broché)
Je ne suis vraiment pas sûre d'avoir apprécié ce tome, pas plus que le style de Darynda Jones en général.

Le premier tome m'avait amusée.
Sa dynamique était originale, mais le ton bien saccadé, au-delà des répliques salées de Charley, masquait déjà à grand peine une trame un peu sommaire et des personnages assez inconsistants.
Reyes (le beau gosse O-BLI-GA-TOIRE de toute bonne histoire bit-lit) était donc beau, torride, ténébreux à souhait. Mais en dehors de lui et de l'inévitable Charley (sensation renforcée par la narration à la première personne), l'entourage de notre héroïne ressemblait à un groupe de figurants au "passage obligé", attendant d'être utilisés pour la mettre en valeur plutôt que de l'accompagner dans ses aventures (la mère célibataire rigolote, le flic borné, le père bourru, la sœur fuyante, le mâle trop trop trop ténébreux donc, etc.).
Ouaip, ça tenait plus d'une Charley et les fantômes, Charley bave sur Reyes, Charley vanne Garrett et Cookie, Charley fait sa déclaration d'amour éternel à son café, Martine visite un asile, heu non, pardon, Charley parle aux gens qui sont morts, etc.

Cette sensation d'accumulation par le vide s'était renforcée dans le second volet, une fois la surprise du premier passée.
Ce qui m'avait un peu dérangée dans le tome 1 ressortait et commençait à légèrement m'agacer. Or en bonne "chiante de compétition", je m'agace d'un rien, surtout des digressions perpétuelles d'une héroïne qui m'empêchent constamment de me plonger dans l'intrigue...

Car oui, ce besoin de faire la maligne à toutes les phrases, y compris les dialogues, jusqu'à les rendre absurdes et vides, c'est un peu la spécialité de Charley Davidson.
Ça finit pas casser le fil de l'histoire, à devoir en permanence replacer le contexte au milieu des pensées vagabondes d'une faucheuse complètement zinzin. Et si j'aime bien les zinzins, je les apprécie encore plus quand on parvient à les faire taire deux secondes, afin que l'histoire se déroule sans qu'une épileptique du verbe n'interfère à chaque ligne.
A un moment, elle se définit elle-même comme atteinte du trouble de l'attention ; j'ai applaudi cet éclair de lucidité.

Bref, l'univers autour de Charley est savoureux ; Reyes, les fantômes barrés, Reyes, le petit suspense, sinon, j'ai parlé de Reyes ?
J'en ai encore quelques uns à lire, en bonne masochiste, il y en a 3 autres qui m'attendent sur mon étagère-qui-s'écroule. Dois-je les lire en grognant ou les laisser comme griffoir à mes chats ? Je me tâte...


La Coupe d'or
La Coupe d'or
DVD ~ Kate Beckinsale

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Esthétiquement, c'est superbe, mais..., 28 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Coupe d'or (DVD)
Je suis plus que mitigée à la sortie de ce film.
Je ne connaissais pas James Ivory, je le découvre à travers cette adaptation d'Henry James dont je ne maîtrise pas plus l'univers.
Raison pour laquelle j'ai visionné ce film avec l’œil de la néophyte, ceci sans a priori.

Ma surprise et mon désappointement viennent du décalage entre ce que j'ai vu et la belle lecture qu'en ont fait les autres clients.
Leurs avis sont d'ailleurs très intéressants, bien plus que le film lui-même, que j'ai trouvé plombé par un jeu rigide, et des scènes se succédant avec un certains manque de fluidité. Je ne soulèverai même pas l'ennui qui m'a saisie dès les premières minutes face à une passion tiède et malgré la bonne volonté des acteurs...

Pas plus que je n'ai été touchée par la "subtilité" des personnages qui m'ont tous paru antipathiques, jeu des interprètes ou étude des caractères, entre mensonges, veulerie et désespérance amoureuse.

Toutefois, l'aspect visuel est sublime ; lumière, décors, costumes, tous les aspects esthétiques qu'on définirait comme superficiels ou secondaires par rapport à l'essence de l’œuvre, participent à mes yeux au seul plaisir que j'ai pu en tirer.

Définitivement pas un film ni peut-être, un réalisateur faits pour moi.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20