undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Guilll > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Guilll
Classement des meilleurs critiques: 239.562
Votes utiles : 199

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Guilll "Guilll" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Méthode de guitare jazz
Méthode de guitare jazz
par Patrick Larbier
Edition : Broché

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une méthode claire, rigoureuse, mais déconseillée aux débutants., 29 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Méthode de guitare jazz (Broché)
Alors là je ne comprends pas du tout le commentaire précédent !

Je suis moi aussi un guitariste autodidacte qui a voulu se plonger dans le Jazz pour voir ce qu'il pouvait apporter à ma pratique musicale, et ça tombe bien : c'est précisément le public visé par ce livre. Malgré son titre, cette "méthode" ne s'adresse en effet PAS aux débutants (il est indispensable de déjà savoir jouer), mais il est de toutes manières difficilement envisageable de s'attaquer directement au jazz quand on débute l'instrument ...

Le livre insiste sur les aspects théoriques du Jazz, dont la compréhension est, quoi qu'on en dise, indispensable à la pratique de cette musique (sauf si vous êtes la réincarnation de Django ... et encore). Il les explique de manière claire, précise et rigoureuse, avec à l'appui de nombreux exemples en tablatures et solfège. Moi qui manque de la plus élémentaire formation théorique, j'ai rapidement saisi tous les concepts expliqués, dont certains que je tentais depuis longtemps d'approcher via d'autres sources, sans parvenir. Les auteurs ont le don de rendre simple ce qui paraît compliqué, sans pour autant basculer dans le simplisme. Un vrai tour de force parfois !

Pour ce qui est des limites, la méthode est parfois trop théorique à mon goût : on y trouvera par exemple aucun conseil sur le swing, l'écoute des autres musiciens, bref la pratique concrète de l'instrument. En ce sens, c'est moins une méthode de guitare Jazz qu'une méthode de Jazz appliqué à la guitare. Par ailleurs, le CD joint à la méthode est parfois un peu sous-utilisé (tous les exemples n'y figurent pas), et la présentation est parfois un peu bâclée (une ou deux tablatures manquent, par exemple). Mais une chose est certaine : les auteurs n'expriment à aucun moment de mépris envers qui que ce soit !


Baise Moi [Import anglais]
Baise Moi [Import anglais]
DVD ~ Céline Beugnot
Proposé par DVD Overstocks UK
Prix : EUR 7,05

7 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Ce n'est pas un film, c'est un concept., 24 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Baise Moi [Import anglais] (DVD)
Ce film avait fait pas mal de bruit à l'époque, car "censuré" en salles, c'est-à-dire classé X. Scandaleux abus de pouvoir ? En fait, pas vraiment.

Totalement bâclé sur le plan formel, le film repose tout en entier sur son concept : deux filles paumées se vengent de l'oppression sexuelle des hommes par toutes sortes d'actes de violence gratuite, retournant ainsi le principe des films de tueurs, d'habitude toujours interprétés par des hommes. Avec en plus des scènes pornographiques, censées là aussi retourner la logique du porno normal en montrant des femmes dominatrices.

Au delà de l'idée de base, qu'on peut trouver un peu douteuse (en quoi le fait que des femmes puissent adopter des comportements de tueuses psychopathes est-il féministe ? Le thème de la femme dominatrice n'est-il pas un thème érotique ultra-rabâché depuis toujours ?), le film est, d'un point de vue cinématographique, totalement raté. Réalisé et joué par des habitués du porno, il ressemble en gros à un film pornographique dans lequel on aurait glissé quelques scènes de violence ... jouées par des acteurs porno, c'est-à-dire absolument grotesques (c'est d'ailleurs également le cas des scènes de sexe).

La réalisatrice ne semble pas avoir compris que ce qui est intéressant dans les scènes violentes des films de Tarantino par exemple, c'est leur esthétique très soignée ... Avoir un concept c'est bien, encore faut-il faire un film autour. A moins qu'il ne s'agisse tout simplement de racolage, auquel cas le film mérite donc tout à fait son classement X ...


Better motörhead than dead - live at hammersmith
Better motörhead than dead - live at hammersmith
Prix : EUR 12,00

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rock and fuckin' Roll, 23 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Better motörhead than dead - live at hammersmith (CD)
Depuis 30 ans (enfin 35 maintenant), Motörhead est l'incarnation d'un Rock'n'Roll bruyant, sale, sauvage, sans concessions et tous les autres qualificatifs auxquels vous pourrez penser, mais plus intelligent et subtil qu'il en a l'air, notamment au niveau de leurs excellentes paroles. Ils ont inspiré des centaines de groupes moins doués sans jamais accéder eux-même à autre chose qu'un statut de groupe culte, le genre de réputation qui ne paye pas les factures ...

Ce double live commémore les 30 ans du groupe, célébrés en 2005 au Hammersmith où ils ont déjà enregistré plusieurs disques. Pour l'occasion le groupe joue un florilège de vieux classiques revisités, d'anciens morceaux moins connus (dont certains malicieusement tirés de Another Perfect Day, disque haï des fans à sa sortie) et de nouveautés. Le tout est joué à fond la caisse, avec une énergie peu commune (comme d'hab) et un niveau instrumental assez impressionnant même si pas démonstratif pour un sou (comme d'hab aussi). Les titres couvrent une "large" palette, du Rock'n'Roll à la Chuck Berry survitaminé au Metal plus moderne survitaminé, en passant par un Blues crade mais néanmoins acoustique.

Au niveau des défauts, on peut parfois entrevoir de légers signes de lassitude du groupe sur des classiques sans doute trop souvent joués (We Are The Road Crew notamment), même si on est toujours ravi de les retrouver, et le son est parfois un peu brouillon. un groupe aussi bruyant que Motörhead réclame des ingés son hors du commun pour bien ressortir sur disque, surtout en live ! Enfin, l'album est très long, et autant de Rock'n'Roll enchaîné à une vitesse pareille pourra épuiser certaines petites natures. Pour autant, il s'agit d'un excellent disque, qui ne s'adresse pas qu'aux fans : c'est aussi un achat parfait si vous ne connaissez pas encore le groupe, bien mieux qu'un stupide best-of !


LQR : La propagande du quotidien
LQR : La propagande du quotidien
par Eric Hazan
Edition : Poche
Prix : EUR 6,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Indispensable, 20 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : LQR : La propagande du quotidien (Poche)
Dans ce pamphlet salutaire, Eric Hazan montre comment le langage d'une époque non seulement reflète mais promeut l'idéologie dominante, allant jusqu'à rendre impossible toute critique radicale du système. Il montre comment des mots et expressions qu'on entend et lit à longueur de journée sont saturés de sens et d'idéologie : racisme déguisé en "multiculturalisme", pouvoir déguisé en "gouvernance", exploitation déguisée en "exclusion" ...

Pour autant, Hazan évite habilement le piège de la théorie du complot, qui aurait décrédibilisé son propos, en expliquant comment cette "novlangue" se propage d'elle même, sans avoir besoin que des conjurés se réunissent dans une cave obscure pour nous l'imposer. Ce qui n'empêche pas les tenants du pouvoir économique et politique de la manœuvrer habilement à leur profit pour imposer "en douceur" des idées qui auraient fait hurler il y a encore quelques années.

Certes, ce livre vite lu n'est pas une analyse en profondeur du phénomène de la LQR. Il se veut davantage un signal d'alarme, un outil à disposition de chacun pour éviter de tomber dans le piège de ce langage qui formate notre pensée. L'objectif est atteint : ce livre est tout simplement indispensable à tous ceux espèrent encore échapper à la pensée unique.


Apple iPod Video Baladeur Multimedia 30 Go
Apple iPod Video Baladeur Multimedia 30 Go

2.0 étoiles sur 5 Beau mais mal foutu, 12 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Apple iPod Video Baladeur Multimedia 30 Go (Appareils électroniques)
Figurant parmi les premiers baladeurs numériques à grande capacité lancés sur le marché, le iPod est devenu un phénomène de mode qui ne s'essouffle pas depuis plusieurs années. Il est facile de comprendre pourquoi : doté d'un très joli design, soutenu par une intense campagne marketing, le iPod est devenu le bidule branché par excellence. Je suis pourtant très dubitatif quant à son usage réel pour le mélomane moyen.

En effet, cet appareil présente un défaut majeur, qui en gâche presque entièrement l'usage : son logiciel interne, qui se montre très peu pratique. Premièrement, il est indispensable pour utiliser l'appareil d'installer iTunes, logiciel très gourmand en espace disque et qui bouleverse totalement l'organisation de l'ordinateur, puis d'enregistrer l'ensemble de ses fichiers musicaux (mp3 ou autres) dans ce logiciel assez peu ergonomique, ce qui prend un temps fou, surtout lorsqu'on veut également y ajouter le contenu de nombreux CD. J'ajoute que lorsque j'ai eu le plaisir de m'y coller il y a deux ans le logiciel était assez instable sur PC, mais ça peut-être évolué.

Ensuite, le iPod ne peut que "synchroniser" son contenu avec celui d'un disque dur sur lequel il est branché. Il est ainsi impossible de donner un mp3 (même libre de droits) à des amis, d'en prendre sur leur ordinateur sans remplacer complètement le contenu de son iPod par celui de leur disque dur (et encore, à condition qu'ils disposent d'iTunes), ou même de conserver sur son iPod des mp3 qu'on a entre-temps effacés de son propre ordinateur, par exemple si il s'agit de CD qu'on n'a numérisés que le temps de les transférer sur le iPod !

De plus, le logiciel interne du iPod ne reconnait pas l'organisation des fichiers sous forme de dossiers : il ne les classe qu'en fonction des propriétés (album, auteur ...) de chaque fichier. Si ces propriétés ne sont pas renseignées (ce qui est assez souvent le cas), impossible par exemple d'écouter les morceaux par album !

Si on ajoute que l'appareil est très cher, plutôt fragile (et fourni sans étui dans mon cas), que le casque fourni est de qualité très moyenne et que la fonctionnalité "vidéo" n'est guère plus qu'un gadget publicitaire (qui aurait envie de regarder un film sur un écran aussi minuscule ?), on peut se demander sérieusement si l'achat d'un iPod vaut le coup pour un usage plus "musique" que "frime". Reste hélas à savoir si ses concurrents font vraiment mieux ... Dans le cas contraire, le iPod présentera toujours l'avantage d'être très facile à revendre à bon prix en occasion.


La décennie
La décennie
par François CUSSET
Edition : Poche
Prix : EUR 13,50

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le grand cauchemar, 10 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La décennie (Poche)
Que les années 1980, les années fric, avaient été un long cauchemar sociétal, culturel, idéologique et même artistique, on le savait. Grâce à ce livre magistral et très documenté, on sait désormais également pourquoi.

François Cusset y décrit le drame d'une société en pleine contre-révolution post-68, qui glisse lentement mais sûrement vers la droite, voire l'extrême droite (c'est notamment l'époque de l'ascension de Le Pen et de l'idée désastreuse et fausse qui veut qu'il existe en France un "problème" de l'immigration). Il démonte l'évolution des idéaux des années 1960 transformés en slogans publicitaires vides de sens, de l'entreprise et du "faiseur de fric" édifiés en nouveaux modèles pour tous, des chaînes de télé privatisées devenues un extraordinaire outil de propagande au service des industriels, de la publicité comme vision du monde ... Et là dessus, les "nouveaux philosophes" (qui ne sont ni l'un ni l'autre) prêchant la fin de la "pensée 68" et proposant ni plus ni moins que de faire l'impasse sur deux siècles d'évolution philosophique, de ressusciter un paradis perdu illusoire, où la culture de masse n'avait pas encore "sali" les belles idées des philosophes des Lumières (ou du moins l'idée qu'ils s'en font), et surtout où chacun restait à sa place.

Ce livre est passionnant, car cette époque de grand renoncement porte en germe la nôtre, est la source directe des catastrophes des années 2000, de ce tissus d'idées toutes faites à partir desquelles se construit toute la pensée actuelle, et que plus personne ou presque n'ose remettre en question. Il est utile car il appelle à remuer cette pensée unique déguisée en "fin des idéologies" et à créer des alternatives à ce cauchemar qui est toujours le nôtre.

Un bémol toutefois : si ce livre est tout à fait passionnant et plutôt bien écrit de surcroit, il est également très dense, et pourra décourager le lecteur non habitué à ce genre d'essais. Ce n'est pas le genre de livre qui se lit à la légère, mais le jeu en vaut la chandelle pour qui veut comprendre notre époque - et combattre ses dérives.


Blow By Blow
Blow By Blow
Prix : EUR 7,68

6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Complexe, inventif, dansant, 7 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blow By Blow (CD)
Moins révolutionnaire qu'Hendrix, moins ancré dans le blues que Clapton, moins rebelle que Keith Richards, moins théâtral que Jimmy Page, Jeff Beck est le moins populaire des guitar heroes de la grande époque du Rock and Roll. Il a pourtant réalisé quelques très grands disques, dont voici incontestablement le plus abouti.

Après avoir été un pionnier du Hard Rock bluesy des années 70, Beck s'inspire ici du Jazz funky inventé dans les années 60 par Miles Davis ou Herbie Hancock, en lui ajoutant une dimension Rock et Pop plus affirmée. Réalisé par George Martin, le génial mentor des Beatles, cet album entièrement instrumental mélange avec bonheur la sophistication du Jazz, l'énergie du Rock et l'inventivité de la Pop - les arrangements sont superbes - avec la sensualité du Funk. Complexe, inventif et dansant à la fois, Blow by Blow est l'un des sommets de la "fusion" des années 1970, en même temps que son acte de naissance.

Un temps d'adaptation sera peut-être nécessaire pour ceux qui ne sont pas habitués aux improvisations ou préfèrent la musique avec des paroles, mais le talent de Beck et Martin est aussi de garder tout cela très accessible, de ne jamais basculer dans la démonstration technique stérile. Ce qui fait, en prime, de cet album une excellent initiation au monde du Jazz et de la Fusion ...


Dictionnaire d'analyse économique
Dictionnaire d'analyse économique
par Bernard Guerrien
Edition : Broché

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Clair, rigoureux, critique, passionnant., 12 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dictionnaire d'analyse économique (Broché)
Ce dictionnaire passe en revue la plupart des concepts, écoles et auteurs de l'analyse économique. L'auteur, Bernard Guerrien, ne se contente pas de les expliquer, mais en livre une analyse critique, avec une grande rigueur scientifique et sans avoir peur de sortir des sentiers battus (et notamment de la vision libérale dominante).

Ainsi, il n'hésite pas à rappeler que les théories libérales des héritiers de Milton Friedman, même si elles dominent encore aujourd'hui le débat public, ont perdu toute validité scientifique il y a longtemps. Ou encore que le mode de financement des retraites par capitalisation, qu'on nous presse d'adopter, est en réalité une fausse solution. Tout cela dans un langage simple qui rend cet ouvrage à la fois accessible et indispensable à tous ceux qui s'intéressent à ces concepts économiques qui ont tant d'influence sur nos vies ...

Un grand bol d'air frais dans une discipline, l'économie, où débat et analyse scientifiques sont trop souvent étouffés par la pensée unique et l'abus de jargon économiste.


Badaboum
Badaboum

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du slam ? Pas de gros mots !, 4 juin 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Badaboum (CD)
Loïc Lantoine, c'est du slam. Un type qui parle sur un fond musical rudimentaire. Mais pas de panique ! Loïc Lantoine est à Grand Corps Malade ce que Baudelaire est à Marc Levy.

Ici, le "fond" musical est essentiellement composé d'une incroyable contrebasse, triturée dans tous les sens par un grand malade qui la joue à peu de toutes les façons possible, sauf la "bonne", la violentant notamment à grands coups de cintre (!), et réussissant, sans qu'on comprenne vraiment comment, à ce que ce ne soit jamais ennuyeux. Le "non-chanteur" est un cinglé aviné, un escogriffe bourré de talent mais qui n'en fait pas une montagne, qui rigole, picole, pleure et jouit, vivant ses textes comme un Jacques Brel soul.

Quant aux textes, ils sont tout simplement magnifiques. Aux antipodes de la prose simpliste et démago de la plupart des slameurs, cette avalanche verbale parvient à être aussi sophistiquée que sensible, aussi intelligente que drôle, aussi belle que balancée avec une totale insouciance. Loïc Lantoine ne se regarde pas chanter (ou non-chanter) en savourant la beauté de son nombril, il se jette à coeur perdu dans un magma de souvenirs, de fantasmes et de rêves, qui donne en même temps la trique et les larmes aux yeux.

Su-perbe.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 12, 2009 9:22 PM CET


Carnet De Routes
Carnet De Routes

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Jazz rencontre l'Afrique, 25 mai 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnet De Routes (CD)
Au milieu des années 1990, trois des plus grands jazzmen français, Louis Sclavis, Aldo Romano et Henri Texier, partent en tournée en Afrique, accompagnés par le photographe Guy Le Querrec. De cette rencontre avec les sources de leur musique naîtra ce disque somptueux.

Amateurs de clichés (autres que photographiques), passez votre chemin, car il n'est question ici ni de tam-tams, ni de chants choraux arrangés façon "pop". On a au contraire un Jazz impressionniste, voire abstrait, baigné d'influences africaines mais qui évite toujours l'écueil de la citation trop appuyée. Mélange de simplicité et de sophistication, la musique flirte parfois avec le Free Jazz, mais à la manière de Charles Mingus, toujours au service de l'expressivité. Elle fait immédiatement surgir dans l'esprit des images, sans que l'on sache très bien si c'est la musique qui est visuelle ou les photos de Guy Le Querrec qui sont musicales ...

Car ce disque ne saurait être dissocié du magnifique livret de photos qui ne se contente pas de l'illustrer mais en fait réellement partie. Voilà qui prouve (si besoin était encore) que l'appareil photo peut être un instrument Jazz ... et que l'on peut prendre autant de plaisir à regarder un album qu'à l'écouter. A mon avis, l'un des albums majeurs du Jazz moderne.


Page : 1 | 2 | 3