undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Claude > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Claude
Classement des meilleurs critiques: 2.469
Votes utiles : 279

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Claude "RickN"

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13
pixel
Tueurs en exil
Tueurs en exil
par Chuck Hogan
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

2.0 étoiles sur 5 Cette fois, non !!, 13 août 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tueurs en exil (Poche)
Je n'ai pas accroché du tout cette histoire, désolé : c'est rare que je n'attribue que 2 étoiles, mais je devais me forcer pour tourner les pages, je ne parvenais pas à accrocher :-( ... Ce n'est que mon avis : je suis plutôt pour le genre thriller mêlé de fantastique, (voire de gore : cf les livres de Patrick Sénécal, dont "Les sept jours du talion" ou de violence, pas par goût pour celle-ci mais parce que ce n'est que le reflet de notre société actuelle et PERSONNE n'est à l'abri; voilà pourquoi ce genre de littérature m'interpelle ! (Un livre comme "Misery" de Stephen King est "bâti" sur un fond de violence et le fait que la tortionnaire soit schizophrène n'explique rien : les gens violents veulent qu'on se plie à leurs volontés, ce qui est "utopique"; lutter contre toute forme de mal constitue une des raisons des "genres" de lecture que je préfère...


Le Diable en Gris
Le Diable en Gris
par Graham Masterton
Edition : Poche

5.0 étoiles sur 5 Un "Masterton" génial !!, 16 juillet 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Diable en Gris (Poche)
Oui, vous avez bien lu : génial ! Ayant lu pratiquement toute son œuvre, je me pense autorisé à écrire cette évaluation. Ceux (celles) qui n'aiment pas le fantastique (ou ne croient pas à l'existence de "divinités" indiennes...ou autres, vaudou ou maya) n'aimeront pas cette histoire, çà me paraît logique et évident. "Manitou", "Tengu", "Sang impur", voilà d'autres exemples du talent de Masterton ! Avec James Herbert et Dean Koontz, Masterton forme la trilogie des auteurs d'histoires de frayeur et d'épouvante, mêlées parfois de fantastique. Si vous n'avez pas apprécié "Le diable en gris" , inutile de lire d'autres œuvres de cet auteur, surtout : "Magie indienne" "Magie vaudou", "Magie maya", "Magie des flammes", "Magie des eaux", "Magie des neiges et cerise sur le gâteau : "Le portrait du mal" ...
Merci Graham Masterton de nous faire frissonner de la sorte dans ce monde si "rationnel" !
Claude (RickN)


Le Codex
Le Codex
par Douglas Preston
Edition : Poche
Prix : EUR 7,80

5.0 étoiles sur 5 Un très bon Preston !, 14 juillet 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Codex (Poche)
Sans son "complice" Child (à eux deux, auteurs des "aventures" de Pendergast, agent au FBI peu conventionnel mais efficace), Preston réussit un roman qui se lit tout seul. Sans prétentions excessives, ce livre m'a fait passer d'excellents moments : je suis même en train de le relire ! Allez-y, vous aussi !
RickN


Labyrinthe fatal
Labyrinthe fatal
par Douglas Preston
Edition : Broché
Prix : EUR 23,95

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellente histoire !, 5 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Labyrinthe fatal (Broché)
Depuis toujours, (de ses débuts : "Les croassements de la nuit", en passant par la trilogie consacrée à la femme de Pendergast jusqu'au formidable "Tempête blanche"), j'ai été enthousiasmé par les aventures de cet inspecteur peu conventionnel du FBI. Dans cet opus, il fait l'objet d'une terrible vengeance qui le fait mourir à petit feu dans d'atroces souffrances, à l'origine de laquelle se trouve un de ses fils "Alban" ! Il ne devra la vie sauve qu'à la détermination de sa pupille, Constance Greene et de ses amis Margo Green et le lieutenant D'Agosta. Une tension palpable tout au long de cette histoire car, ici, ce n'est plus Aloysius Pendergast qui mène le bal, si j'ose dire. Il va en réchapper à l'issue d'un final épique ! A conseiller, d'autant plus si vous suivez l'histoire du héros du duo d'auteurs Preston et Child !
RickN.


Jusqu'à ce que la mort nous unisse
Jusqu'à ce que la mort nous unisse
par Karine Giebel
Edition : Poche
Prix : EUR 7,80

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre..., 11 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jusqu'à ce que la mort nous unisse (Poche)
Contrairement aux avis une et deux étoile(s) (voire certains trois étoiles), je dirai que Karine Giebel a écrit ici son meilleur roman." Roman creux, personnages caricaturaux, "gendarmette" [pas français ce terme]"...et j'en passe !) : foutaises !! Ces gens, qui ont le droit de donner leur (si mauvais) avis n'ont, de toute évidence rien compris à cette histoire. Je ne leur en veux même pas : même le meilleur roman de tout les temps (Il paraît que "Dracula" de Bram Stoker aurait sa chance) suscitera quand même des commentaires négatifs. De plus, il y a un "commentateur" qui s'est arrêté après 30 pages : dans ces conditions, soit on part avec un à priori, car que voulez-vous dire et conseiller d'autres lecteurs après à peine ouvert ce livre qui en compte 600 ?!? Et par ailleurs, la fin n'est ni bâclée ni "ratée" ; au contraire, on ne rencontre pas couramment ce type d'épilogue qui fait que Servane, la gendarme, trouve les ressources psychologiques et l'envie de poursuivre ce que l'être aimé aurait fait toute sa vie. Servane (au départ, "lesbienne") s'attache peu à peu à Vincent Lapaz (le "macho") et se voit changer, à sa propre stupéfaction sa mentalité de femme pour femme ! Une transformation lente, minutieusement narrée par K. Giebel avec des mots et un style admirable. Une lesbienne qui finit par aimer un homme ? Karen Giebel a réussi l'exploit de rendre cela parfaitement plausible. N'hésitez pas, lisez "Jusqu'à ce que la mort nous unisse" et vous verrez que les critiques négatives sont (très) peu fondées. Parvenus à la dernière page, je me suis dit que c'était un des meilleurs romans* que j'aie lu depuis longtemps ; en sera-t-il de même pour vous ? Un livre sublime et une magistrale démonstration d'un amour tellement vrai, intense, vital...Quelle ode à la vie, magnifiée quand on plus seul(e). Le paysage montagneux (situé entre Alpes maritimes et Alpes de Haute Provence vient rehausser de sa grandeur une histoire inoubliable. Servane et Vincent, un couple tellement improbable et atypique est une réussite remarquable de l'auteur dans la lente mais inexorable progression de cet attachement réciproque... (* avec "Juste une ombre" du même auteur) ["Le Cercle" de B. Minier, et "jusqu'à ce que la mort nous sépare", deux très belles réussites lues en à peine une semaine !].
RickN


Tout près du tueur
Tout près du tueur
par Karen Rose
Edition : Relié
Prix : EUR 20,90

4.0 étoiles sur 5 Très (trop ?) sanglant., 10 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tout près du tueur (Relié)
Beaucoup de dégâts "collatéraux" et de victimes se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment dans ce roman de Karen Rose et un peu trop d'escalade dans la violence [pas vraiment nécessaire] aussi (d'où 4 étoiles au lieu de 5) : pour 7 cibles réelles du tueur, 13 meurtres...Un lecteur (et commentateur) a écrit que l'appât du gain était la vraie seule motivation des tueurs, ce qui n'est pas exact d'ailleurs (vengeance, jalousie, "plaisir" de tuer [sadisme]...etc, il y en a beaucoup et je ne le ai pas toutes en tête. Ici le thème de la vengeance est le mobile du tueur (en série) ; eh oui, difficile d'échapper à ce thème car, quand certains ont tué une fois, un "verrou" mental semble s'enlever et cela peut pousser (plus facilement ?) à pour faire d'autres victimes. Vingt et un ans après un viol, suivi de meurtre, le frère de la victime veut éliminer tous ceux qui ont assisté à cette infamie, encourageant même le violeur-tueur ! Certains vont le payer de façon atroce... Je ne sais pas, mais en refermant ce livre, j'ai eu le sentiment d'avoir eu une overdose de crimes violents mêlés étroitement à des moments d'amour ( voire de sexe) et de tendresse. Je sais que c'est ainsi que Karen Rose bâtit ses romans, aussi avant d'en entamer un autre (j'en ai déjà lu cinq, avec un bilan très positif tout de même : quatre réussites et un échec ("Elles étaient jeunes et belles" - cf mon commentaire). Bonne lecture tout de même donc.
RickN


Esprits criminels - Saison 10
Esprits criminels - Saison 10
DVD ~ Joe Mantegna
Proposé par Film-Europe
Prix : EUR 32,98

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toujours aussi passionnant !, 7 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Esprits criminels - Saison 10 (DVD)
Malgré les années qui passent et les saisons qui se suivent, cette série reste toujours aussi formidable : certains épisodes sont d'une violence à la limite du soutenable, mais je suis sûr que la réalité dépasse souvent la fiction et que, lors de meurtres horribles, dans la REALITE, on baisse un voile pudique sur les scènes de crimes, ceci avec raison : ce ne sont pas des spectacles de foire et la curiosité morbide des "spectateurs" est connue (ne ralentit-on pas, pour "voir" lors d'un accident d'auto ?). J'ai eu un tueur en série dans une ville à huit kilomètres de chez moi, et j'ai peut-être croisé ce tueur (série : 6 cadavres de femmes découpés en morceaux dans des sacs poubelles !) car je travaillais dans ladite ville ; la plupart ont l'apparence de personnes tout à fait normales et çà fait frissonner ! La plupart du temps, SAUF lors de crises psychotiques, où ils échappent à tout contrôle (y compris le leur), leur apparence semble ordinaire. c'est cela, entr'autres choses, que cette série dévoile. En plus, de ténus au début, les liens amicaux qui unissent ces agents fédéraux autour de leur chef Aaron Hotchner (Thomas Gibson) deviennent quasi indestructibles et quand l'un est en difficulté, quelle qu'elle soit, les 6 autres sont là pour lui. Petit bémol (pour moi en tout cas), la présence de Jennifer Love Hewitt (réellement enceinte au cours du tournage !) est inopportune : elle n'a pas le charisme ni la crédibilité des autres membres de cette équipe. Pour ceux et celles qui l'ont connue, l'agent Emily Prentiss (saisons 2 à 7) n'a jamais trouvé d'égale et elle était parfaite pour ce rôle. Plus effacée et apportant moins aux enquêtes excessivement ardues, je ne la regretterai pas (déjà aux derniers épisodes, sa grossesse est tellement évidente et difficile pour l'actrice, que çà en devient "limite" pour justifier sa présence. L'épisode où David Rossi voit sa fille (en apprenant son existence) et est mis au courant qu'il a un petit-fils est très émouvant. Cette série (et cette saison) est parsemée de coups de théâtre qui enrichissent les enquêtes particulièrement sensibles et très difficiles. PS : il est évident, parce que cette objection va surgir, que chaque enquête n'est pas résolue en 45 minutes mais il faut bien résumer, cela n'est pas possible autrement pour une fiction, évidemment !
RickN.


Le Cercle
Le Cercle
par Bernard MINIER
Edition : Poche
Prix : EUR 8,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel !, 4 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cercle (Poche)
Des histoires comme celle de "Le cercle", on en rencontre pas souvent. Contrairement aux avis des personnes ayant sanctionné ce livre (nul ,vide, ne se passe rien...) j'ai éprouvé exactement l'inverse. C'est une intrigue très habilement élaborée dont la clé n'est donnée qu'après de très mystérieux évènements qui entretiennent sciemment le suspense. Le commandant Sezvaz donne à la fois une impression de grande intelligence et de fragilité passagère car il se retrouve dans l'environnement qui a construit son passé : il s'ensuit une impression de nostalgie et de regrets qui n'est pas pour (me) déplaire...(Il semble que cet aspect du roman aie irrité quelques lecteurs, à tort je pense. Si la nostalgie et le regret des choses passées n'est pas à entretenir, revoir des "flashes" de notre passé est inhérent à la nature humaine ! Au fait, pourquoi "Le cercle" ? Cette question est un aiguillon qui m'a poussé, en plus d'être "avalé" par ce récit intelligent avec une trame pleine de mystères, a avoir la réponse à cette question. Quand vous verrez les mots "lac ce Néouvielle", vous saurez que vous approchez de la solution et de l'explication finale qui répondent, petit à petit à toutes les questions soulevées auparavant. encore une fois, c'est ingénieux, complexe et terriblement attachant. Je ne vois pas pourquoi j'encenserais ce livre s'il ne m'avait plus qu'en partie. La psychologie des personnages est très bien pensée et Martin Servaz est, au fond, quelqu'un de fragilisé par la vie (la fin de roman est claire et fort explicite à ce sujet. D'autres, comme Marianne, Margot, Elias, Hugo, Irène et les autres tournent comme de grands ou minuscules satellites, selon leur "importance" dans le récit. C'est extrêmement bien conçu. Alors, si vous voulez passer aussi de bons moments, mettez "Le cercle" dans votre liste d'achats (au moins potentiels), ce livre le mérite amplement...
RickN.


Le crime était signé: Prix du Quai des Orfèvres 2016
Le crime était signé: Prix du Quai des Orfèvres 2016
par Lionel Olivier
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

2.0 étoiles sur 5 Un prix, ce roman ? Très étonnant !!, 9 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le crime était signé: Prix du Quai des Orfèvres 2016 (Poche)
Ce livre m'a profondément déçu et l'étiquette rouge "Prix du Quai des Orfèvres" ne me fera plus "flasher" (pardonnez cet anglicisme) : je me suis profondément ennuyé et j'ai du forcer pour le terminer (350 pages en grosses lettres heureusement...). La fin tient d'ailleurs sur une pirouette qui consiste en deux prénoms : Jean et Jehan (différenciés par la lettre "h" intercalée). C'est parfois ce genre de détail (très) infime qui fait qu'une enquête est résolue et c'est uniquement l'acharnement ou plutôt la méticulosité coutumière d'un policier dans la retranscription orthographique correcte de ses PV d'audition qui fait la différence : un gros coup de chance, quoi. A part cela, si c'est presque un publi-reportage du fameux et mythique "36", il convient d'ajouter que ces policiers, ni leur rôle, ne sont guère mis en valeur ("sans déconner" répond leur chef quand il ne trouve rien à répondre, constitue un exemple), Un bien curieuse manière de rendre hommage aux policiers de valeur qui ont foulé ce lieu ! D'autres polars auraient, sans aucun doute, plus mérité le prix que cet insipide roman de L. Olivier...Dommage !
RickN


Dors bien cette nuit
Dors bien cette nuit
par Karen Rose
Edition : Poche
Prix : EUR 8,30

5.0 étoiles sur 5 D'excellents moments !, 4 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dors bien cette nuit (Poche)
C'est le 4eme roman de Karen Rose que je lis et un seul m'a un peu déçu : "Elles étaient jeunes et belles" ; les autres m'ont laissé un excellent souvenir surtout celui-ci après "La proie du silence" et "Les roses écarlates" au point que je viens d'en commander trois autres. Cette fusion entre enquête policière de bonne facture et un lien amoureux qui se dessine au fil de l'histoire est très réussie... La résistance de Kristen Mayhew peut paraître incompréhensible mais elle a de bonne raisons pour se montrer réservée malgré une attirance irrésistible pour l'inspecteur Abe Reagan : l'auteure a imaginé une explication finale plausible ...C'est aussi l'histoire d'un homme insoupçonnable qui tue les violeurs, les meurtriers, les pédophiles quand ceux-ci sortent libres du tribunal, à tort donc pour l'exécuteur. Une bonne histoire avec des moments de charme et de tendresse qui touchent le lecteur (moi, en tout cas), que demander de plus ? (Je ne suis pourtant pas du genre naïf béat ou "doux rêveur", oh non, mais ce livre laisse une impression d'agréable détente). Malgré le "sérieux" du sujet d'un homme qui veut se substituer à la "justice", Karen Rose a livré une trame très prenante...
RickN


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-13