undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de lectrice anglophone > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par lectrice anglo...
Classement des meilleurs critiques: 3.140
Votes utiles : 161

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
lectrice anglophone

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14
pixel
Life After Life
Life After Life
par Kate Atkinson
Edition : Broché
Prix : EUR 10,11

4.0 étoiles sur 5 Practice makes perfect, 17 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Life After Life (Broché)
Je suis fan de cette auteure, et de ses romans policiers avec Jackson Brodie et de ses romans "classiques". Je m'adresse aux futurs lecteurs: si vous voulez connaitre Kate Atkinson je suggère de commencer par ceux-là, surtout par l'excellent "Behind the Scenes at the Museum", un de mes romans préférés.
Quant à "Life after Life" je ne commenterai pas l'intrigue (ou plutôt des intrigues) car d'autres lecteurs l'ont fait. Je dirai simplement que pour moi il ne s'agit pas d'un discours métaphysique sur la réincarnation ou la philosophie de Nietzsche mais plutôt sur les différentes possibilités ouvertes à une jeune femme qui nait (ou qui ne nait pas !) en 1910 dans une famille anglaise, plutôt aisée.
Ce que j'ai surtout apprécié dans ce livre c'était d'abord l'évocation tendre et nostalgique de la campagne anglaise, l'importance des fleurs et des animaux. Et puisqu'il s'agit d'un roman sur les cycles et les changements j'ai beaucoup aimé les images très poétiques des phases de la lune. L'autre aspect à retenir -- le Blitz à Londres -- un véritable tour de force dans le réalisme et l'émotion. L'auteur utilise aussi à bon escient et pour donner de la force à son récit des citations et des références littéraires sans tomber dans la prétention. (A un moment Ursula se moque d'elle-même en citant le poète John Dunne devant un copain d'enfance, conducteur de train !)
Ce que m'empêche de donner cinq étoiles -- la partie sur Hitler et sa maitresse Eva Braun. Je trouve que l'auteur a trop dit ou pas assez.
En ce qui concerne les personnages, on s'attache bien sûr à Ursula et dans un degré moindre à sa tante Izzie, une femme libérée d'entre deux guerres, mais il n'y a pas la même authenticité dans la présentation des autres membres de la famille. L'auteur a décrété qu'on doit mépriser le fils ainé Maurice sans vraiment nous montrer pourquoi. Et son frère, adoré par toute la famille, Teddy (Teddy + Little Bear ou Ursula = Teddy Bear !) semble être là pour préparer le roman suivant "A God in Ruins".
Kate Atkinson est une auteure brillante et son style est tout à fait original, à la fois poétique, touchant, réaliste et pince sans rire -- un vrai plaisir.


The Love Song of Miss Queenie Hennessy: Or the letter that was never sent to Harold Fry
The Love Song of Miss Queenie Hennessy: Or the letter that was never sent to Harold Fry
par Rachel Joyce
Edition : Poche
Prix : EUR 8,67

5.0 étoiles sur 5 Très beau moment de lecture, 7 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Une remarque -- je pense qu'il vaudrait mieux commencer par lire "The Unlikely Pilgrimage of Harold Fry" pour bien connaitre les personnages.
Queenie Hennessy se trouve dans un centre de soins palliatifs dans le nord de l'Angleterre et attend l'arrivée de son ancien collègue Harold Fry qui traverse le pays pour la "sauver". Les passages concernant cet établissement tenu par des religieuses n'ont rien de morbide; en fait il y de l'humour et une forme d'espoir.
J'ai tout aimé dans ce roman: le souffle poétique dans les descriptions du jardin de Queenie au bord de la Mer du Nord, l'authenticité dans l'analyse des rapports humains et les difficultés de communiquer, la tendresse, les regrets, la nostalgie. Une grande émotion -- j'ai fini le roman la gorge nouée. Et pour des raisons personnelles j'ai été très touchée par le titre (référence au poète T. S. Eliot) et par une citation de "Twelfth Night" de Shakespeare: "Make me a willow cabin at your gate , And call upon my soul within the house . . . "


The Absolutist
The Absolutist
par John Boyne
Edition : Broché
Prix : EUR 7,46

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Bouleversant, 5 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Absolutist (Broché)
J'ai commandé ce roman grâce à votre site et à la recommandation d'un lecteur, grand amateur de livres sur la Première Guerre Mondiale. Je lui dis encore "merci", car "The Absolutist" (en français "Le secret de Tristan Sadler") est "absolument" bouleversant . En le lisant on éprouve une grande émotion et qui reste une fois la dernière page tournée. L'émotion reste et les questions aussi -- sur le deuil, la perte d'un être aimé, le courage, la loyauté, le devoir . . . Je ne veux pas trop commenter l'intrigue sans dévoiler la fin, alors je dirai simplement qu'on pense entre autres à "Brokeback Mountain", "All Quiet on the Western Front", "Atonement" par Ian McEwan, "Maurice" par E. M. Forster. On pense aussi à une scène du Nouveau Testament et le reniement de Saint Pierre .
Malgré quelques défauts ce roman mérite cinq étoiles. Je le recommande, pas seulement pour son aspect "Grande Guerre" mais pour ce qu'il apporte sur la connaissance de l'âme humaine.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 8, 2016 2:02 PM CET


Heading Out to Wonderful
Heading Out to Wonderful
par Robert Goolrick
Edition : Broché
Prix : EUR 12,02

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Roman magnifique, 30 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heading Out to Wonderful (Broché)
Poétique, nostalgique, puissant, tragique. On pourrait continuer longtemps dans les superlatifs pour décrire ce roman, peut-être que le mot chef d'oeuvre suffit. Goolrick développe des thèmes chers à la littérature américaine ( et à toute bonne littérature) le voyage, la pureté de l'enfance, la perte de l'innocence, le paradis terrestre. Et en arrière plan on entend la musique country qui parle des amours impossibles et la perte de l'être aimé.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 23, 2016 7:31 PM MEST


Code 1879 : Les enquêtes du généalogiste
Code 1879 : Les enquêtes du généalogiste
par Dan Waddell
Edition : Poche
Prix : EUR 8,70

4.0 étoiles sur 5 Arme blanche à Notting Hill, 30 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Code 1879 : Les enquêtes du généalogiste (Poche)
J'ai commandé ce roman parce que je m'intéresse à la généalogie (et à la lecture !!) Je n'ai pas été déçue, bien au contraire, Je l'ai "dévoré" en 24 heures ce qui m'a donné envie de lire d'autres romans par cet auteur. J'aime tout ce qui mêle passé et présent et ici on est gâté. L'ambiance dans le quartier de Notting Hill à Londres à l'époque victorienne est particulièrement bien rendue -- pas de Hugh Grant ni de Julia Roberts en vue mais des pauvres poivrots et des femmes épuisées. J'aurais juste une remarque cependant; des policiers actuels déduisent un peu rapidement qu'il faut chercher les explications pour une série de meurtres dans la généalogie.
Je recommande aussi les romans policiers de Steve Robinson, un autre auteur dont le héros est un généalogiste.


Retour à la grande ombre
Retour à la grande ombre
par Hakan Nesser
Edition : Poche
Prix : EUR 7,30

2.0 étoiles sur 5 Enquête dans un pays fictif, 17 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Retour à la grande ombre (Poche)
Ce que je trouve gênant dans ce polar c'est qu'il se passe dans un pays fictif, qui pourrait être vaguement les Pays Bas. On ne trouve rien sur l'âme scandinave, ni sur la Scandinavie et sa culture, ni sur l'ambiance nordique. J'ai fini par être agacée par les noms propres "neutres". Est-ce que l'auteur veut conter une sorte de fable universelle ? Pour moi ce n'est pas le but de la littérature policière qui pour être efficace doit être ancrée dans un lieu bien précis -- James Lee Burke dans les bayous, Donald Harstad dans le Middle West par moins 30°, sans parler d'autres auteurs scandinaves comme Nesbo, Indradisson ou le regretté Mankel. Ceci dit, le personnage du commissaire est plutôt bien décrit et pour une fois on trouve une touche d'ironie dans les dialogues. Mais pour les raisons que j'ai mentionnées plus haut je n'ai pas l'intention de lire d'autres romans par cet auteur.


Edge of Eternity: Book Three of the Century Trilogy
Edge of Eternity: Book Three of the Century Trilogy
par Ken Follett
Edition : Broché
Prix : EUR 6,55

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Edge of Ridiculous, 11 novembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Edge of Eternity: Book Three of the Century Trilogy (Broché)
This is one of the worst books I have ever read. The author continues with the same technique he used in the first two volumes of the trilogy -- members of several different families find themselves in the midst of history- making events of the twentieth century. OK, I'll accept the principles of "suspension of disbelief".
What I really object to is how poorly written this book is. If it had been presented by, say, Keith Davies or whatever, it would have been immediately thrown into the reject pile. The characters are totally uninteresting, no depth whatsoever, just clichés and stereotypes. We know more about their clothes -- including their underwear -- than what really makes them tick. Is the reader supposed to be naive enough to believe that all these male heroes are exceptionally handsome -- real matinee idols -- and the women SO sexy? On the other hand, the "bad guys" are not good-looking and wear dumpy clothes. ( By the way, I'm really not intersted in what the author thinks about Pat Nixon's choice of wardrobe.) So, in between their romps in bed, all these beautiful people can, among other things, compete with the Beatles in the pop world, reform the Soviet Union, improve civil rights, topple Richard Nixon, etc.
There is a total lack of credibility as far as certain characters and situations are concerned. A British citizen sent to VietnNam -- supposedly possible. A big time heroin addict miraculously goes clean -- if only !! A white racist "cured" after beating up our black hero, our Christ-like figure.
What about such "corny" scenes as (Sorry about the bad joke here!!) Two lovers "walked, hand in hand, up the path between the fields of grain" UGH!
The final words of the book are "Honey...it's a long story" So, ironically Mr Follett has suspected what we've been experiencing all along -- what we've got here is a very long and very boring excuse for a novel.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 14, 2015 3:43 PM CET


Mefiez-vous des femmes exceptionnelles
Mefiez-vous des femmes exceptionnelles
par Claire Delannoy
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Méfiez-vous des romans futiles, 12 octobre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mefiez-vous des femmes exceptionnelles (Broché)
Aucun intérêt. Je n'ai pas pu le finir. C'est vrai que le style et le désir à tout prix de modernité y sont pour quelque chose.


Eva dort
Eva dort
par Francesca Melandri
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

4.0 étoiles sur 5 Petite et Grande Histoire, 13 septembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eva dort (Poche)
Où on suit la famille Huber, surtout deux femmes Eva, la narratrice, et sa mère Gerda avec en toile de fond le destin de Sud Tyrol / Haut Adige, région tiraillée entre l'Italie et l'Autriche, entre deux langues, deux cultures. Dans les années 1930 il fallait même choisir de partir ou de rester. Le mot utilisé, "Option", nous fait penser immédiatement à l'Alsace et la Moselle en 1872 -- toujours les populations victimes de la politique !
Je commencerai par quelques points négatifs: Je suis quelque peu agacée par la façon dont l'auteure nous rappelle sans arrêt la beauté et le "sex-appeal" de nos deux héroïnes !! Quelques anecdotes inutiles ralentissent la progression de la narration -- un mariage éclair et un divorce en quinze jours au Névada !! la présence de deux touristes américaines dans un train, l'une obèse, l'autre anorexique !!
Deux femmes belles et indépendantes, donc, mais à qui il manque quelque chose. On sent ce vide tout le long du roman et à la fin on a la confirmation d'une façon émouvante et puissante. Gerda qui réussit sa vie professionnelle en devenant chef dans un hôtel touristique et qui participe à une sorte de "réunion au sommet" entre Aldo Moro et le président de la province Silvius Magnago. Et si la paix et la réconciliation entre ethnies passaient par la cuisine !! veau "à la milanaise" ou "à la viennoise" c'est la même chose (sauf que, pour ce repas, Gerda avait ajouté une touche personnelle -- une marinade !)
Je recommande ce roman qui traite des thèmes universels -- la paternité, l'amour mère/enfant, l'appartenance à une communauté etc. -- tout ça pendant un voyage du nord de l'Italie jusqu'en Calabre -- du grand art ! Quant au titre il me fait penser à la sculpture romane de la cathédrale d'Autun représentant Eve et qui se trouve dans le musée de cette ville.


The Narrow Road to the Deep North
The Narrow Road to the Deep North
par Richard Flanagan
Edition : Broché
Prix : EUR 7,36

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Eprouvant, 17 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Narrow Road to the Deep North (Broché)
En partie "The English Patient", en partie "Bridge on the River Kwai" où des prisonniers de guerre australiens pendant le Deuxième Guerre Mondiale construisent un chemin de fer à travers la jungle birmane. J'ai trouvé la lecture de ce roman éprouvante, voire par moments, insoutenable -- amputations, exécutions, décapitations . . .En plus, j'ai trouvé le style affecté et ampoulé. C'est peut-être présomptueux de ma part de donner des conseils à un lauréat du Booker Prize mais les scènes qui restent dans la mémoire -- je pense a celle où le clairon, un certain Jimmie Bigelow, la bouche rongée par la pellagre, joue la sonnerie aux morts devant le feu qui consomme les corps de ses camarades morts du choléra, -- sont justement celles où l'auteur nous met devant la vie et la mort sans nous assommer de réflexions philosophiques.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-14