undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de Sulli > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Sulli
Classement des meilleurs critiques: 1.054.072
Votes utiles : 212

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Sulli

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
20Ten
20Ten
Proposé par dvdpromo
Prix : EUR 90,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du Prince... Encore un., 11 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : 20Ten (CD)
Loin de moi de vouloir, dès le titre, descendre cet album. Que peut-on en dire? Il est à inscrire dans le retour à la veine commerciale de l'Artiste, telle qu'il nous rend compte depuis 2004.

En effet, avec "Musicology", Prince redevenu lui-même (après la période The Artist Formely Known As Prince) bénéficie d'une seconde naissance commerciale et radiophonique, essai plutôt réussi et surtout transformé deux ans plus tard avec "3121". Prince redevient accessible aux format et exigences radiophoniques. "Planet Earth" en 2007, et le triptyque "Lotus3flow" en 2009 confirment la tendance, tous deux avec une qualité moindre cependant et, en 2010, cet opus, "20Ten".

Même remarque que pour les disques précédents, Prince est, avec cet album, en dessous de sa propre excellence, se contentant de délivrer ce qui n'est plus qu'une formalité pour lui. Si ce CD était sorti de chez n'importe quel autre musicien, on se dirait: "ah tiens, voilà un disque de qualité". Mais pour Pince, qui nous en a déjà fait combien comme cela, c'est une de plus et rien d'autre. On se dit presque qu'il patauge. Bon! Il se fait plaisir, l'effort ne lui coûte rien, on sent que c'est le genre de galette qu'il peut pondre en une journée (ou presque), on y trouvera rien de transcendant; le message est clair: on a pas affaire à "1999", "Purple Rain" ou "Diamonds and Pearls" (pour ne pas comparer, faire appel au personnage qu'il est devenu après)

Mais on est encore plus loin d'un autre Prince, aussi revenu depuis le nouveau millénaire, le Jazzman d'excellence qui nous a livré coup sur coup "The Rainbow Children" (2001), "One Nite Alone... Live" (2002, avec son corollaire "One Nite Alone - The Piano Solo"), "N.E.W.S en 2003 (album instrumental méconnu, invisible dans sa discographie semble-t-il, passé sous silence, et pourtant il y en a des choses à dire dessus, à commencer par le fait que lui a été composé et enregistré en un jour seulement, bref...), et, pour ceux qui ont eu la chance de se le procurer "C-Note", la même année (non officiel, encore un corollaire à "One Nite Alone") Citons enfin, pour enfoncer le clou, "Indigo Nights", le CD que l'on trouve avec le livre du même nom, 2006 pour la parution.

Et ce Prince là est totalement au dessus de toute contingence radiophonique, jusqu'à en devenir proprement inécoutable pour tous ceux qui croient que la musique c'est le fait de subir religieusement les guimauves déversées avec indigence par les radios FM. Ce Prince là, Mesdames et Messieurs, est un génie qui plane au dessus des cieux, et même ses fans ont parfois du mal à suivre. Ce Prince là est l'Artiste. Avec le plus grand des "A".

Peut-être la chronologie des albums influence-t-elle mon jugement, mais "20Ten" n'est qu'un album passable après des perles comme "The Rainbow Children", et même après "3121" (son meilleur CD de la décennie 2000, à l'attention du commun des mortels, pour essayer de ne pas me montrer injuste) Pourquoi prendre encore la peine de cet exercice de style si facile pour lui - il nous l'a déjà prouvé tant de fois...

Chacun ses goûts, mais je préfère le Prince virtuose qui nous fait ses envolées lyriques en public, celui qui se comporte en Artiste, qui suit son inspiration et aucune autre contingence, pas même son public. N'a-t-il pas réussi à vaincre les maisons de disque et leur dictature? Il peut tout se permettre, et il est l'un des seuls. Et dans la pauvreté, le désert musical qui afflige nos oreilles depuis les années 90, il est une bouée de sauvetage, le Messie vers lequel il faut se tourner pour avoir encore du bon pain.

A ce titre, "20Ten" sera accepté comme l'une de ces bouchées, mais on aura encore vite faim après. Vous savez désormais vers quelles pépites vous devrez vous tourner pour vous rassasier, étancher votre soif de vraie musique.


Batman & Robin
Batman & Robin
DVD ~ George Clooney
Prix : EUR 6,87

3.0 étoiles sur 5 Uniquement réservé aux fans purs et durs..., 3 février 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman & Robin (DVD)
Avis à tous ceux qui veulent se lancer pour la toute première fois dans les aventures du justicier de la nuit: ne surtout pas commencer par celui-là, au risque d'être traumatisé à vie!

Cet opus déliré, déjanté, et tout ce que vous voulez d'autre dans ce registre ne peut trouver de public amateur qu'auprès de ceux qui ont déjà vu les trois autres, y compris et surtout Batman Forever car il suit une exacte linéarité avec ce film, du même réalisateur qui plus est.

Pour qui connaît Batman Forever, c'est simple: Batman & Robin c'est le précédent mais multiplié par 2, costumes, décors, lumières. Vous voilà prévenus!

Pour qui connaît la série comique Batman des années 60, ce sont ces personnes qui sauront le mieux apprécier ce Batman OVNI, aussi bien si on le replace dans la saga Batman ou bien dans la filmographie de Schumacher. Ca ne ressemble à rien de filmiquement référencé. C'est la transposition façon toute fin des années 90 (soit avec un déluge d'effets spéciaux) de tous les aspects kitsch du Batman des années 60 (un hommage?)

Batman & Robin contient 2 ingrédients majeurs distillés tout au long du film: des jeux de mots foireux et des allusions homosexuelles (le réalisateur l'est) Une touche de féminisme est également présente: les femmes se débrouillent mieux que les hommes dans cet opus.

L'histoire met en scène: une rivalité Batman /Robin, un Alfred malade et sur le point de mourir (un point très interessant) et au chapitre des méchants: Poison Ivy, Freeze et Bane.

Les Batman de Schumacher sont toujours les moins appréciés des fans. Mais ils ont le mérite d'avoir une esthétique aussi unique que ceux de Burton, avec lesquels ils sont diamétralement opposés. Si vous êtes assez large d'esprit pour ne pas réclamer du héros de Gotham qu'il ne soit que sombre et taciturne, je vous encourage à franchir le pas (en commençant par Batman Forever), sinon abstenez-vous définitivement de songer à voir ce(s) film(s)


Star Wars : Episode 3, La Revanche des Sith - Édition Collector 2 DVD
Star Wars : Episode 3, La Revanche des Sith - Édition Collector 2 DVD
DVD ~ Ewan McGregor
Proposé par Eureka-France
Prix : EUR 17,81

6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 C'est la fin... d'un mythe !, 30 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Star Wars : Episode 3, La Revanche des Sith - Édition Collector 2 DVD (DVD)
Tout le monde l'aura compris; ce film est le point final... d'une longue agonie de 6 années qui précipita la plus formidable saga de tous les temps dans les méandres d'un carnaval High-Tech ridicule, surenchère d'images creuses secondées par des acteurs plus virtuels que les effets spéciaux (sauf Ewan Mc Gregor)... bref, pour tout trentenaire ayant eu le bonheur de connaître du VRAI Star Wars, c'est enfin la fin d'une prélogie burlesque, que tout le monde applaudit à deux mains parce que, même si c'est creux, c'est super beau et il ne leur en faut pas davantage.

Star Wars la Trilogie avait posé les bases de la machine Hollywoodienne telle qu'on la connaît aujourd'hui; "Star Wars" la Prélogie se fait avaler par ce même système, arrivé au paroxysme de son orientation d'abord et avant tout commerciale, pour en devenir l'un de ses pires exemples. En la matière George Lucas a fait école; et est lui-même redevenu l'apprenti de cette pratique obscure autant que douteuse.

Pour en revenir au film, voilà qu'on apprend que le plus grand méchant de tous les temps, censé être sans foi ni loi, est devenu un serviteur du Mal à cause... d'une fille? Affligeant! La fin d'un personnage et du mythe de l'homme derrière le masque.

Tout ça pour ça; j'aurai finalement préféré ne rien savoir! Pourtant les signes avant-coureur étaient là; les Episodes I (le plus réussi des 3) et surtout l'Episode II étaient les précurseurs éhontés de cette débandade.

Ouin ouin le petit Vador, adolescent Jedi colérique et envieux des autres, qui veut tout tout de suite et qui se met à pleurer quand on ne lui donne pas ce qu'il veut. Pathétique.

De plus le film survole, parce qu'il aurait trop de choses à montrer mais ce qu'il nous montre est plastique, artificiel, survolé, creux... Il ne prend le temps de se fixer sur rien et rien ne se fixe dans notre esprit. On l'avale comme on sirote le coca du côté obscur sans lequel on ne nous laisse pas entrer dans la salle de cinéma, car il faut bien vendre, le même produit à tous les étages.

Star wars la Prélogie n'a pas engendré de films, mais simplement de produits. Et il faut acheter. Et comme cette fois il y a des Jedi - jeune - qui font des pirouettes mieux qu'au cirque, paraît-il que ça plaît aux gens... Il ne vous faut vraiment pas grand-chose...

Chaque film de la Prélogie a apporté son lot de vidéos gag, celles de l'episode III sont les suivantes: la pirouette - numérique - de Palpatine quand il combat Mace Windu, la nullité de l'ensemble de ce combat en général, un Chewbacca qu'on ne reconnaît même pas, un Palpatine - encore lui - qui se fait balader cul par-dessus tête par une grenouille verte qui nous épargne la honte d'un bis repetita de son combat avec Dooku (de l'Episode II), une bataille spatiale dont on aurait besoin de quelques 5000 visionnages pour en visualiser tous les détails, une séduction au Côté Obscur qui nous fait nous tordre de rire tant elle est mal orchestrée et jouée, des clones toujours aussi présentement insupportables (on les fait survivre pour mieux les mêler ensuite aux Stormtroopers), des blessures non crédibles au sabre laser, une Padmé Amidala aussi bonniche que les James Bond girls en leur temps, et j'en passe...

Je le dis et je le martèle: "Star Wars" la Prélogie n'est PAS du Star Wars. Et cela ne le sera jamais! Même dans 20 ou 30 ans. Ces trois produits fort dérivés, guère plus que de gigantesques essais CGI pour un nouveau projet à la fois cinématographique et culturel aujourd'hui avorté, sont à radier du catalogue de notre Galaxie Lointaine, Très Lointaine. Star Wars, leur digne prédécesseur, est mort en 1999.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 20, 2013 10:10 PM MEST


Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)
Death Magnetic (Edition limitée - Digipack)
Prix : EUR 14,39

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un retour confirmé..., 8 septembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Death Magnetic (Edition limitée - Digipack) (CD)
Avec ce nouvel album, Metallica confirme un retour en force amorcé avec "St Anger", le côté expérimental en moins.

C'est sûr, à l'écoute on sent que le groupe nage encore un peu dans l'étiquette "Rock Métal Band FM", depuis le Black Album (et plus largement encore avec le tandem "Load" / "ReLoad"), mais il a également renoué avec les recettes de ses précédents opus d'avant 1991.

Un soupçon de la brutalité de "Kill'Em All", beaucoup de la puissance de "Master of Puppets et aussi et surtout de longues compositions complexes telles qu'on pouvait en trouver dans "... And Justice For All", voilà comment l'on pourrait résumer cet album.

"Death Magnetic" est le nouveau cri presque rugissant des dinosaures du Rock, qui mettent en garde ceux qui auraient voulu l'enterrer trop vite. C'est du grand Metallica qui ne sombre pas dans l'apathie, et ça fait du bien ! Merci les gars !


Clone wars / Clone wars 2 - Coffret 2 DVD
Clone wars / Clone wars 2 - Coffret 2 DVD
DVD ~ Corey Burton

1 internaute sur 4 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La bonne blague..., 10 mai 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Clone wars / Clone wars 2 - Coffret 2 DVD (DVD)
Je mets 3 étoiles pour la cohésion des événements décris dans ces DVDs avec les "episodes" II & III.

Pour le reste...

Je n'aime pas les mangas, notamment pour les expressions faciales qui plus d'une fois versent dans la débilité. Mais chacun ses goûts. Cependant, Star Wars version Super Nanas (même créateurs), c'est en résumé: Pas belle, zéro la Bulle et ils manquent les Rebelles... C'est tout ce que ça m'évoque :)

Toute l'équipe s'en est donnée à cœur joie, pour sur-multiplier en dessin animé (pardon, en animated series, que l'on m'explique la différence...) les situations que tous voulaient voir depuis longtemps en tant que prouesses Jedi: des super-héros invincibles, même et surtout à 1 contre 15000.

La palme? Je la décerne à Mace Windu, qui dans une plaine face à 10000 droides, leur fait du kickboxing à mains nues, c'est mieux qu'une certaine grenouille numérique branchée sur du 220V lorsqu'elle a sorti pour la 1ere fois et sur grand écran son sabre laser...

Heureusement, le scénario vient étoffer ce qui aurait pu constituer un bis-repetita de l'échec de l' "Episode" II. Malheureusement, au chapitre des voix Françaises, toutes ne suivent pas (le Général Grievous, dont la voix dans le 1er DVD est un simili de celle du Comte Dooku, et dans le 2nd DVD, une voix inconnue)

D'un avis général, cette production est meilleure que ce qui a été fait en 1999, 2002 et 2005. Je suis d'accord. Mais, dès lors, je me surprends à rêver de ce qu'aurait fait George Lucas dans un grand dessin animé de 4 ou 6h, loin du style manga et loin de l'ordinateur. Aurait-il retrouvé toute son inspiration d'antan?


Star Wars - Droïdes : Les Pirates et le Prince / Le Trésor de la planète cachée
Star Wars - Droïdes : Les Pirates et le Prince / Le Trésor de la planète cachée
DVD ~ Anthony Daniels
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 29,00

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C3-PO & D2R2 en dessin animé..., 10 mai 2008
Ce DVD, par sa présentation, semble s'adresser à un public que l'on penserait exclusivement jeune mais pas forcément.

En fait, il fera un bon complément pour tout fan de l'Univers Etendu de Star Wars, autre que grandiloquent (les Jedi super-héros, les pilotes rebelles, les guerres dévastatrices...)

Ce DVD contient 2 films des années 80 qui avaient peiné à trouver une distribution française chez nous... Chacun des film est divisé en 4 parties au niveau chapitrage.

Avis aux trentenaires ayant surfé sur la vague des dessins animés de Récré A2, même si vous n'avez jusqu'ici jamais vu C3-PO et D2-R2 dans ce genre de production, vous ne manquerez pas de vous rappeler de ce que vous regardiez étant enfant (Ah, les années 80...) et plus particulièrement - et c'est flagrant - Les Mondes Engloutis, dont il copie le style à la quasi-identique.

Le 1er film est meilleur que le 2nd à mon avis. On y retrouve IG-88 en personnage bien secondaire et le retour de l'A-Wing côté vaisseaux. Dans l'autre, ce sont les stormtroopers de l'Empire qui viendront étoffer l'épisode. Le reste est nouveautés par rapport aux films Star Wars.

En Français, c'est toujours Roger Carel qui double C3-PO et c'est tant mieux. R2-D2 bipe toujours, fidèle à lui-même (et il ne vole pas et c'est tant mieux !!) Et le duo est très fidèlement retranscrit, C3-PO n'ayant pas attendu le "secours" de l'animation digitale pour se livrer à de folles cabrioles...

Les épisodes se situent quelques 15 ans avant l'Episode IV nous dit-on. Et le véritable duo comique de la saga opère déjà avec un humour égal aux trois longs-métrages de Lucas...

Concernant les caractéristiques du DVD, sonores d'abord, c'est du 2.0 et cela suffit. Rien à dire là-dessus.

Pour l'image, elle est irréprochable et pour l'époque, certains dessins témoignaient de belles prouesses. Le design des personnages se rapprochent de la (très ancienne) série de BDs Star Wars Droids de chez Marvel (!) et non Dark Horse. Pour ceux qui connaissent ;)

Seule la couverture du DVD viendra plomber ce qui a été pour moi le plaisir de la découverte de deux productions oubliées, tant la jacquette fait penser à un film s'adressant uniquement pour gosses. Il faut se rappeler qu'à l'époque chez Lucasarts, les mots "qualité" et "artistique" se substituaient encore avec rigueur à ceux d'aujourd'hui (depuis 1999): "quantité" et "commerce".

Vous auriez tort de passer à côté de ces 2H47 de bon divertissement.


Les plus belles chansons
Les plus belles chansons

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Incontournable pour les 15 - 35 ans mais..., 19 mars 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les plus belles chansons (CD)
Il y a très peu de chances pour que, si vous soyez dans la tranche d'âge 15 - 35 ans, vous n'ayez pas connu Dorothée, et c'est tant mieux, au regard de ce qui se fait comme "émissions de jeunesse" aujourd'hui, dont aucune n'a su combler le vide que notre seconde maman - celle, télévisuelle - a laissé en s'en allant, pas de notre fait il est si vrai.

Aussi, alors que l'on guettait l'improbable mais tant espéré retour de la légende depuis 1997, cette compilation sortie en 2004 n'a pu être que favorablement accueillie. Que de souvenirs, conservés intacts dans notre mémoire, accompagnent chacune des chansons de cette compilation!

Cependant, il y avait matière - largement - à en faire un double CD, au vu du volume impressionnant des chansons sorties par Dorothée tout au long de sa carrière, et ce disque souffre de cruels manques tels: "Qu'il est Bête", "J'Suis Pas Comme Les Autres", "Non Non Ne Dis Pas", "Un Jour On Se Retrouvera", "Chagrin D'Amitié", "Naturellement"...

Alors, pour remercier qui de droit pour cette compilation, c'est davantage Dorothée que les producteurs de ce disque que je remercie, ces derniers ayant fait - comme souvent - la moitié des choses seulement.

Au vu des prix actuels des disques d'époque de la présentatrice (c'est aberrant!), cette compilation risque fort d'être le seul disque de Dorothée que nous allons pouvoir nous payer. Gardons-le bien précieusement comme nos souvenirs d'enfance...


Batman & Robin [Édition Collector]
Batman & Robin [Édition Collector]
DVD ~ George Clooney
Proposé par Funkingdom
Prix : EUR 8,10

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Uniquement réservé aux fans purs et durs..., 26 décembre 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Batman & Robin [Édition Collector] (DVD)
Avis à tous ceux qui veulent se lancer pour la toute première fois dans les aventures du justicier de la nuit: ne surtout pas commencer par celui-là, au risque d'être traumatisé à vie!

Cet opus déliré, déjanté, et tout ce que vous voulez d'autre dans ce registre ne peut trouver de public amateur qu'auprès de ceux qui ont déjà vu les trois autres, y compris et surtout Batman Forever car il suit une exacte linéarité avec ce film, du même réalisateur qui plus est.

Pour qui connaît Batman Forever, c'est simple: Batman & Robin c'est le précédent mais multiplié par 2, costumes, décors, lumières. Vous voilà prévenus!

Pour qui connaît la série comique Batman des années 60, ce sont ces personnes qui sauront le mieux apprécier ce Batman OVNI, aussi bien si on le replace dans la saga Batman ou bien dans la filmographie de Schumacher. Ca ne ressemble à rien de filmiquement référencé. C'est la transposition façon toute fin des années 90 (soit avec un déluge d'effets spéciaux) de tous les aspects kitsch du Batman des années 60 (un hommage?)

Batman & Robin contient 2 ingrédients majeurs distillés tout au long du film: des jeux de mots foireux et des allusions homosexuelles (le réalisateur l'est) Une touche de féminisme est également présente: les femmes se débrouillent mieux que les hommes dans cet opus.

L'histoire met en scène: une rivalité Batman /Robin, un Alfred malade et sur le point de mourir (un point très interessant) et au chapitre des méchants: Poison Ivy, Freeze et Bane.

Les Batman de Schumacher sont toujours les moins appréciés des fans. Mais ils ont le mérite d'avoir une esthétique aussi unique que ceux de Burton, avec lesquels ils sont diamétralement opposés. Si vous êtes assez large d'esprit pour ne pas réclamer du héros de Gotham qu'il ne soit que sombre et taciturne, je vous encourage à franchir le pas (en commençant par Batman Forever), sinon abstenez-vous définitivement de songer à voir ce(s) film(s)


The Music of Star Wars : 30th Anniversary (Coffret 8 CD)
The Music of Star Wars : 30th Anniversary (Coffret 8 CD)

22 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Superflu..., 23 novembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Music of Star Wars : 30th Anniversary (Coffret 8 CD) (CD)
Cette année 2007 devait marquer l'anniversaire de l'Episode IV et les 30 ans du coup d'envoi donné pour la Trilogie Originale (et rien à voir avec l'infecte Prélogie)

Résultat: rien. Depuis quelques années, la politique commerciale de Lucasarts est affreuse. Prenez l'historique des éditions DVDs de la Trilogie par exemple, étendue cette fois à cet article, la ressortie, énième resucée, de l'intégralité des B.O de la Trilogie, seule et originale.

Après la magnifique, première et légitime édition de 1993, une ressortie digitalement retravaillée au superbe format packaging en 1997, puis exactement la même (sans le packaging) en 2004 (dans un coffret carton douteux)... Tout cela pour, en 2007, nous ressortir le travail de John Williams, à la sauce inchangée, sans aucun nouvel apport autre q'un insipide CD bonus, mauvais melting pot des musiques de la saga (parce qu'incluant des musiques des "nouveaux épisodes" depuis 1999), et... comble ! Ce mauvais CD (The Corellian Edition") peut être obtenu seul!

Conséquence: un anniversaire bafoué, massacré, juste bon à nous rappeler qu'il faut être de sacrés vaches à lait bien dociles et endurantes pour avoir droit à quelques miettes de travail intelligent, interessant et généreux; ici il n'en est rien!

Passez votre chemin, puristes de Star Wars, cela fait depuis 1999 qu'il n'y a plus rien à voir !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 7, 2008 5:41 PM CET


Score
Score
Prix : EUR 19,21

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 De l'Autre Côté du miroir..., 29 mars 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Score (CD)
Pour ceux qui ne connaissent pas, cette B.O est celle du jeu vidéo du même nom, qui nous présente une ré-écriture d'Alice Au Pays des Merveilles façon horreur.

Pour la petite histoire, après un tragique accident, Alice est enfermée à l'Asile où, tandis qu'on tente de la soigner, elle-même va retourner au Pays des Merveilles qu'elle a dévasté suite à ce qui s'est passé.

En effet, le Pays des Merveilles n'est plus... Tout à fait le même. "Si vous voulez vraiment courir après ce lapin, vous feriez mieux de prendre une arme", qu'ils disent sur la boîte du jeu...

Si le jeu mérite un 20/20 et pas moins, selon moi, alors la B.O mérite 21/20.

Composée par Chris Venna, fondateur du groupe Nine Inch Nails, elle retrace à merveille ce côté "prisonnier à l'Asile".

Une ambiance glauque, terriblement sombre, où les clochettes de l'oubli se disputent aux bruits des engrenages du temps, où le xylophone machiavélique vous rappellera inlassablement que vous marchez dans la brume de votre propre folie, où la mélancolie du violon, se mêlant aux cris des autres fous peuplant ce monde de mort, vous invitera à vous abimer davantage encore dans l'insondable tristesse que vous avez engendré...

Le tout avec à chaque début de morceau des paroles en V.O de l'Alice du jeu, telles que vous pourrez les retrouver dans le jeu si jmais vous osez y jouer, bien sûr...

Mon conseil: ajoutez un soupçon d'écho lors de l'écoute, juste avant de tomber une nouvelle fois dans le trou pour suivre le lapin blanc...

Vous n'en ressortirez pas indemne...


Page : 1 | 2 | 3