Cliquez ici Cliquez ici CoopPocheEtoilesContraires Cloud Drive Photos En savoir plus Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Oasis cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Le Fauconnier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Le Fauconnier
Classement des meilleurs critiques: 5.235
Votes utiles : 161

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Le Fauconnier

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12
pixel
L'Esclave de Dieu
L'Esclave de Dieu
par Roger Frison-Roche
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Une extraordinaire aventure, 16 octobre 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Esclave de Dieu (Poche)
L’histoire véridique de cet aventurier original qui rêvait de découvrir Tombouctou est admirablement racontée par Frison-Roche. On vit au rythme des découvertes et des souffrances de René Caillé qui, après les échecs de précédentes grandes expéditions, a décidé de partir seul en se faisant passer pour un musulman, dans l’humble dépouille de « l’esclave de Dieu ». Des tribus noires aux caravanes qui traversent le Sahara, des esclaves omniprésents aux seigneurs touaregs de la rapine, le voyage est magnifique et totalement dépaysant.


Les Guerres africaines de François Hollande
Les Guerres africaines de François Hollande
par Gregor Mathias
Edition : Broché
Prix : EUR 17,80

4.0 étoiles sur 5 Un livre éclairant, 15 octobre 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Guerres africaines de François Hollande (Broché)
Ecrit en 2014, ce livre montre comment un président de gauche, à priori opposé aux interventions militaires en Afrique, s’est retrouvé chef de guerre avec 2 opérations africaines de grande ampleur en moins d’un an… Face à la situation réelle, aucun de ses conseillers, y compris diplomatiques, n’avait de réponse : seuls les militaires lui proposaient des solutions.
Si la popularité du Président a, au départ au moins, profité de ces aventures, les oppositions à la politique menée, comme celle notamment du collectif « Survie », sont marquées par un postulat idéologique contre toute intervention française en Afrique (quel qu’en soit le but …), brandissant allègrement le spectre du néo-colonialisme, de la « Françafrique » ou autre stigmate aussi infâmant que déplacé.
Car le problème est ailleurs : l’outil militaire, aussi efficace soit-il, ne peut pas, par nature, donner des réponses politiques ! On le voit bien dans la troisième partie du livre, principalement à partir d’une étude fouillée du cas malien : on peut bien désigner au militaire un ennemi évanescent et en perpétuelle recomposition, mais si l’on ne s’attaque pas aux conditions politiques, qui font le terreau de cet ennemi, par une analyse claire et une volonté qui l’est tout autant d’appliquer des solutions, on se condamne à une posture perpétuelle de résistance face à un ennemi qui attend patiemment de nous voir partir car lui, ne craint pas l’usure. Ainsi, on peut mettre hors de combat un nombre gigantesque de « terroristes », voire les déloger de toutes leurs positions acquises comme en 2013, on ne résoudra jamais le problème de la mosaïque ethnique complexe du Mali, condamnée à vivre dans un Etat artificiel et unitaire où le pouvoir revient à l’ethnie majoritaire, à laquelle les autres n’accordent aucune autorité. La fin est malheureusement connue : comme en Afghanistan, après une campagne longue et usante, les militaires quittent le pays, dans lequel ils n’ont rien changé faute d’avoir eu des objectifs politiques pour guider leur action.


Stéphane, le capitaine à l'étoile verte
Stéphane, le capitaine à l'étoile verte
par Paul Dreyfus
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 Un officier peu conventionnel, 22 septembre 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stéphane, le capitaine à l'étoile verte (Broché)
Saint-cyrien de la promotion « Marne et Verdun » (1937-39), le sous-lieutenant Etienne Poiteau commence sa carrière militaire par la campagne de France dans un corps-franc. Il embarque ensuite pour l’Algérie puis le Maroc, où il servira dans un régiment de tirailleurs marocains, avant de se retrouver bloqué en métropole par l’invasion de la zone sud au cours d’une permission fin 1942. Là, il se remet à la disposition des cadres de l’ORA (Organisation de Résistance de l’Armée) et met sur pied un maquis dans le Vercors sous le pseudonyme de « capitaine Stéphane ». Il y excellera en imposant une discipline de fer à l’entraînement, garante d’une minimisation des pertes au combat.
Il a tiré les leçons de l’anéantissement du maquis de Glières en imposant à ses hommes un nomadisme permanent. Plus tard, il a théorisé cette expérience dans un manuel, « Guérilla en montagne ». On y trouve, outre l’aspect technique de la guerre mobile d’embuscades, des conseils comme celui d’une autarcie presque complète du maquis, évitant autant que possible tout contact avec la population, ce qui va à l’encontre du principe de Mao qui commande aux rebelles d’être dans la population comme un poisson dans l’eau… C’est que l’expérience de Stéphane a lieu dans un contexte particulier où, comme l’a théorisé Luttwak, les Allemands ont appliqué une stratégie délibérée contre la population en vue d’asphyxier justement les résistants. Aujourd’hui, la grande majorité des guerriers irréguliers (rebelles ou résistants, selon son point de vue…) ont face à eux des armées qui appliquent des stratégies plus « humanistes », pratiquant plus ou moins une discrimination entre combattants et non combattants : la « conquête des cœurs et des esprits » est désormais un enjeu pour toutes les parties en conflit.
Pour revenir au capitaine Stéphane, son expérience riche et atypique le prédisposait peu à retrouver sa place dans le système militaire, fortement structuré et laissant peu de marges d’expression aux personnalités fortes. En effet, jusqu’à sa mort en Indochine le 4 avril 1952 le capitaine Stéphane servira plus que correctement l’institution, mais sans donner toute la mesure de son caractère exceptionnel.


Saint John Philby contre Lawrence d'Arabie
Saint John Philby contre Lawrence d'Arabie
par Gérald Arboit
Edition : Poche

4.0 étoiles sur 5 Un pan assez méconnu de la politique arabe britannique pendant la 1ère Guerre Mondiale, 8 septembre 2017
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Saint John Philby contre Lawrence d'Arabie (Poche)
Si l’épopée de Lawrence d’Arabie, du Hedjaz à Damas aux côtés de Fayçal, est bien connue, ne serait-ce que par son livre, Les sept piliers de la sagesse, l’existence de Saint-John Philby ne l’est que par les spécialistes. La personnalité de ce dernier n’a certes pas l’envergure du premier mais son parti pris en faveur des Saoud, malgré leur alliance avec le wahhabisme, renseigne bien sur les tâtonnements de la politique arabe menée alors par les Britanniques.
L’opposition entre l’idéaliste Lawrence et l’ambitieux Philby est bien résumée par la reconversion du second dans… le pétrole !


Guérilla dans le désert 1916-1918
Guérilla dans le désert 1916-1918
par T E Lawrence
Edition : Broché

4.0 étoiles sur 5 Un bon complément aux Sept Pilliers, 7 septembre 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Guérilla dans le désert 1916-1918 (Broché)
Ces 2 textes, présentés par Gérard Chaliand, comme la correspondance reproduite en fin d'ouvrage, notamment avec Liddell Hart, montrent, si besoin était, que Lawrence était tout sauf un écervelé!
Dans le premier, il expose sa conception de la guérilla, solidement théorisée avant d'avoir été mise en pratique avec succès dans sa guerre contre les Turcs. Dans le second texte, il se livre à une analyse géopolitique qui, pour être datée, n'en est pas moins très pertinente.
Un grand Monsieur, mort trop tôt...


VIA DOMITIA ... DES PYRENEES AUX ALPES
VIA DOMITIA ... DES PYRENEES AUX ALPES
par CLEMENT PIERRE-ALBER
Edition : Broché
Prix : EUR 14,90

4.0 étoiles sur 5 Un voyage dans l’histoire entre Pyrénées et Alpes, 7 septembre 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : VIA DOMITIA ... DES PYRENEES AUX ALPES (Broché)
Je cherchais initialement une histoire de la Via Domitia et du rôle militaire de ces voies romaines… Cet ouvrage ne répondait que très indirectement à mes attentes puisqu’il est plutôt une sorte de guide écrit par un archéologue, qui décrit ce qui reste des ouvrages d’art et autres vestiges le long du tracé de la voie romaine, tout comme les trésors architecturaux médiévaux plus récents.
Cette petite déconvenue passée, j’avoue avoir pris un grand plaisir à parcourir au fil des pages ce beau voyage entre Espagne et Italie, … jusqu’à l’envie de prendre mon bâton de pèlerin !


Sur l'album de la comtesse, 1979-1987 - 2800 contrepèteries du Canard Enchaîné
Sur l'album de la comtesse, 1979-1987 - 2800 contrepèteries du Canard Enchaîné
par Joël Martin
Edition : Broché
Prix : EUR 18,60

4.0 étoiles sur 5 Comme on aime les fables de la Comtesse !, 3 septembre 2017
Quel plaisir de voir la Comtesse prendre son Canard en paressant quelque peu avant de tricoter… On revit avec délices toute l’actualité des années 1980 : Mitterrand a-t-il à craindre un coup de botte de Ricard ? Khomeyni qui refuse qu’on batte les chiites (quel culot ! on ne peut même plus s’en fâcher !) ; Giscard, qui jamais ne crée un scrutin, est rentré de Centrafrique avec des diapos plein les manches ; Hernu toussant ; ou encore l’histoire de cette Irlandaise qui a été emballée par les Kurdes…
(11 contrepèteries)


Le Dico de la contrepèterie. Des milliers de contrepèteries pour s'entraîner et s'amuser
Le Dico de la contrepèterie. Des milliers de contrepèteries pour s'entraîner et s'amuser
par Joel Martin
Edition : Poche
Prix : EUR 12,00

5.0 étoiles sur 5 L'art jubilatoire de décaler les sons, 3 septembre 2017
Cette lecture est l'occasion d'une érudition au combien éclectique, allant du simple propos "people" sur ce mannequin qui a l'air toujours embêtée quand elle pose, jusqu'à des considérations exotiques qui ne sont pas sans portée entomologique: "les roupillons de Papeete sont des courts sommeils"... En passant par des explications historiques comme celle de la présence de Jack Lang dans le gouvernement de l'époque: Mitterand lui aurait demandé "Voulez-vous que je vous envoie dans la culture?" L'autre, qui était féru de contrepèteries, aurait accepté sans hésiter, mais en se méprenant sur la proposition... Car on ne se méfie jamais assez du sens caché des mots: ainsi, si vous projetez d'assister à une conférence qui traite de nanisme et d'obèses, il se peut qu'elle ne soit pas donnée par un professeur de médecine mais, plus trivialement, par des mutins fiers de leurs potes!
J'ai même appris des mots nouveaux! Par exemple, savez-vous ce qu'est un incunable? Et bien maintenant, moi, oui! Cela dit, je ne suis pas beaucoup plus avancé car je ne sais toujours pas comment empiler les incunables...
(8 contrepèteries)


Chouannerie  1789-1815
Chouannerie 1789-1815
par Reynald Secher
Edition : Relié
Prix : EUR 14,00

4.0 étoiles sur 5 Très bonne introduction à l’histoire de la Révolution en Bretagne, 24 août 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chouannerie 1789-1815 (Relié)
Cette bande dessinée fait une très bonne présentation de la société bretonne au moment de la Révolution ainsi que des élans que celle-ci a suscités (oppositions villes/campagnes, bourgeois/paysans, etc.). La chronologie jusqu’en 1815 est assez bien détaillée et permet une bonne remise à niveau historique sur cette période.
En revanche, les amateurs et spécialistes de la guerre de chouannerie proprement dite pourront rester sur leur faim car les descriptions de cette révolte ne sont pas très détaillées : ainsi, il n’est pratiquement pas fait mention de la participation bretonne à la virée en Galerne, commandée par Bonchamps, et le « coup essentiel » de Cadoudal est expédié en une image, mentionnant lapidairement que Georges Cadoudal est guillotiné le 25 juin 1804 à Paris.
Bref, c’est une très bonne introduction, que l’on complètera avantageusement avec, par exemple, leGeorges Cadoudal ou la liberte de Chiappe.


Soumission
Soumission
par Michel Houellebecq
Edition : Broché
Prix : EUR 21,38

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un peintre désabusé de notre société, 23 août 2017
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soumission (Broché)
Dans ses romans, Houellebecq dépeint, à la manière d’un naturaliste, notre société et les courants qui l’animent : il n’analyse pas, ne juge pas mais se contente de dresser froidement un portrait de notre déprimante époque. Ce dernier roman reste dans la même veine en faisant évoluer un personnage à la médiocrité exemplaire dans un contexte de changement politique où l’Islam s’impose en France dans une quasi indifférence générale.
Le travail de recherche sur les idéologies qui pourraient accompagner un tel changement est réel et intéressant. De même, la veulerie de notre classe politique est bien décrite, comme l’atteste la mise en scène prémonitoire de l’opportunisme d’un Bayrou…
Finalement, l’aspect le plus choquant de ce roman (et malheureusement, peut-être aussi le plus réaliste) n’est pas la possibilité de l’élection d’un président musulman dans un avenir proche, mais plutôt l’état de décadence de notre société, dont les membres ont perdu leurs racines (fussent-ils prof universitaires en littérature), ne sont plus mus que par la satisfaction de leurs appétits immédiats (en grande partie sexuels !), ce qui fait que cette société ne peut plus sécréter aucune opposition consistante.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-12