undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose
Profil de sulpicia > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par sulpicia
Classement des meilleurs critiques: 525
Votes utiles : 945

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
sulpicia
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Deutsche Grammophon: The Mono Era 1948 - 1957 (Coffret 51 CD)
Deutsche Grammophon: The Mono Era 1948 - 1957 (Coffret 51 CD)
Prix : EUR 94,90

15 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 DGG en jaune et en grand, 19 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deutsche Grammophon: The Mono Era 1948 - 1957 (Coffret 51 CD) (Audio CD)
Les éditeurs de ce coffret ne se sont pas trompés, en mettant en majesté le fameux label jaune, ils ont su qu'il suffirait à lui seul à attirer un peu plus que l'attention.

Cette réédition remet en avant-scène des enregistrements extraordinaires par leur qualité tant technique qu'artistique et fait revivre quelques noms très injustement oubliés.

En vrac mais par ordre alphabétique, les Quatuor Amadeus, Karl Böhm, Dietrich Fischer-Dieskau, Ferenc Fricsay, Wilhelm Furtwängler, Clara Haskil, Paul Hindemith, Eugen Jochum, Wilhelm Kempff, Lorin Maazel, Igor Markevitch, David Oistrach, Sviatoslav Richter et Wolfgang Windgassen sont des présences évidentes, d'abord parce qu'ils le méritent mais aussi parce que, pour la plupart ils ont continué d'occuper l'espace discographique bien au-delà des années soixante.

Les Karl Ancerl, Shura Cherkassky Paul van Kempen, Fritz Lehmann, Ferdinand Leitner, Hans Rosbaud, Kurt Sanderling, Maria Stader, Rita Streich, Astrid Varnay sont bien ancrés dans la mémoire des mélomanes, mais souvent à l'état de souvenirs admiratifs.

La soprano Tiana Lemnitz, le violoncelliste et compositeur Enrico Mainardi, la violoniste Johanna Martzy, la pianiste Elly Ney ne font plus l'admiration que des plus mordus, voire des érudits.

Le son sent parfois son époque, dans les enregistrements les plus anciens cela sonne encore bien creux. Mais en général, le produit sonore est de bonne qualité même s'il est reste d'une variabilité que le remastering n'arrive pas toujours à égaliser.

Un fascicule de 150 pages accompagne l'ensemble. On y trouve passablement de photographies. L'ensemble porte donc plus à la nostalgie qu'à l'information. On y trouve toutefois de quoi s'orienter convenablement.

Pour finir, voici le programme.

1.CD Schubert: Streichquartette D. 804 & 887 (Amadeus Quartett)
2.CD Schostakowitsch: Symphonie Nr. 10 (Czech Phiharmonic Orchestra, Karel Ancerl)
3.CD Chopin: Klaviersonaten Nr. 2 & 3; Mazurka Nr. 32 (Stefan Aksenase)
4.CD Brahms: Symphonie Nr. 2; Reger: Mozart-Variationen op. 132 (Berliner Philharmoniker, Karl Böhm)
5.CD Brahms: Klavierkonzert Nr. 1; Tschaikowsky: Klavierkonzert Nr. 2 (Shura Cherkassky, Berliner Philharmoniker, Leopold Ludwig, Richard Kraus)
6.CD Chopin: Mazurken Nr. 2, 13, 23, 41, 47, 49; Balladen Nr. 1 & 4; Andante spianato & Grande Polonaise brillante op. 22 (Halina Czerny-Stefanska)
7.CD Don Kosaken Chor
8.CD Brahms: 4 Ernste Gesänge op. 121; Wolf: Italienisches Liederbuch (Ausz.); Schumann: Dichterliebe op. 48 (Dietrich Fischer-Dieskau, Hertha Klust)
9.CD Bartok: Klavierkonzerte Nr. 2 & 3; Rachmaninoff: Klavierkonzert Nr. 2 (Andor Foldes, Berliner Philharmoniker, Leopold Ludwig)
10.CD Respighi: La Boutique fantasque (nach Chopin); Rimsky-Korssakoff: Scheherazade op. 35 (RIAS Sinfonie-Orchester, Ferenc Fricsay)
11.CD Beethoven: Symphonie Nr. 1; Mendelssohn: Ein Sommernachtstraum; Prokofieff: Symphonie Nr. 1 (Rita Streich, RIAS Kammerchor, Berliner Philharmoniker, Ferenc Fricsay)
12.CD Schubert: Symphonie Nr. 9; Haydn: Symphonie Nr. 88 (Berliner Philharmoniker, Wilhelm Furtwängler)
13.CD Schubert: Die Winterreise D. 99 (Josef Greindl, Hertha Klust)
14.CD Ravel: Klavierkonzert G-Dur; Le Tombeau de Couperin; Strawinsky: Capriccio für Klavier & Orchester (Monique Haas, RIAS Sinfonie-Orchester, Ferenc Fricsay)
15.CD Mozart: Klaviersonaten Nr. 8, 11, 12, 16 (Conrad Hansen)
16.CD Mozart: Klavierkonzerte Nr. 19 & 27 (Clara Haskil, Bayerisches Staatsorchester, Ferenc Fricsay)
17.CD Hindemith: Symphonie "Mathis der Maler"; Die vier Temperamente; Symphonische Metamorphosen (Berliner Philharmoniker, Paul Hindemith)
18.CD Brahms, Cellosonate Nr. 1; Grieg: Cellosonate op. 36; Strauss: Cellosonate op. 6 (Ludwig Hoelscher, Hans Richter-Haaser)
19.CD Smetana: Streichquartett Nr. 1 "Aus meinem Leben"; Janacek: Streichquartett Nr. 2 "Intime Briefe" (Janacek Quartet)
20.CD Mozart: Symphonien Nr. 33, 36, 39 (Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Eugen Jochum)
21.CD Mozart: Serenade Nr. 13 "Kleine Nachtmusik"; Beethoven: Symphonie Nr. 4; Bruckner: Te Deum C-Dur (Kammerorchester des Bayerischen Rundfunks, Berliner Philharmoniker, Eugen Jochum)
22./23.CD Lortzing: Zar und Zimmermann (Horst Gunter, Walther Ludwig, Ellinor Junker-Giesen, Württembergisches Kammerorchester, Ferdinand Leitner)
24.CD Brahms: Klavierkonzert Nr. 2; Ungarische Tänze Nr. 1, 3,6, 17-21(Adrian Aeschbacher, Berliner Philharmoniker, Paul Kempen)
25.CD Reger: Hiller-Variationen op. 100; Brahms: Akademische Festouvertüre op. 80; Berlioz: Benvenuto Cellini-Ouvertüre; Rossini: Wilhelm Tell-Ouvertüre (Berliner Philharmoniker, Paul Kempen)
26.CD Schumann: Fantasie op. 17; Symphonische Etüden op. 13 (Wilhelm Kempff)
27.CD Brahms: Klavierkonzert Nr. 1; Händel-Variationen op. 24 (Wilhelm Kempff, Staatskapelle Dresden, Franz Konwitschny)
28.CD Dvorak: Streichquartett Nr. 12 "Amerikanisches"; Ravel: Streichquartett F-Dur (Koeckert Quartett)
29.CD Brahms: Ein Deutsches Requiem op. 45 (Berliner Motettenchor, Berliner Philharmoniker, Fritz Lehmann)
30.CD Haydn: Symphonien Nr. 100 & 102; Haydn-Variationen op. 56a (Bamberger Symphoniker, Ferdinand Leitner)
31.CD Mendelssohn: Symphonie Nr. 3; Ruy Blas-Ouvertüre op. 95; Schumann: Symphonie Nr. 3 (Bamberger Symphoniker, Ferdinand Leitner)
32.CD Strauss: Der Rosenkavalier (Auszüge) (Elfriede Trötschel, Tiana Lemnitz, Württembergisches Staatsorchester Stuttgart, Ferdinand Leitner)
33.CD Debussy: Streichquartett g-moll op. 10; Ravel: Streichquartett F-Dur; Roussel: Streichquartett op. 45 (Loewenguth Quartett)
34.CD Berlioz: Romeo et Juliette op. 17 (Auszüge); Tschaikowsky: Romeo & Julia-Ouvertüre; Prokofieff: Romeo & Julia-Suite (Auszüge) (Berliner Philharmoniker, Lorin Maazel)
35.CD Haydn: Cellokonzert H. 7b Nr. 2; Schumann: Cellokonzert op. 129 (Enrico Mainardi, RIAS Sinfonie-Orchester, Fritz Lehmann)
36.CD Mozart: Symphonien Nr. 34, 35, 38 (Berliner Philharmoniker, Igor Markevitch)
37./38.CD Haydn: Die Schöpfung (Kim Borg, Richard Holm, Irmgard Seefried, Berliner Philharmoniker, Igor Markevitch)
39.CD Beethoven: Violinsonate Nr. 8; Mozart: Violinsonate KV 376; Ravel: Berceuse sur le nom den Faure; Milhaud: Ipanema; Kreisler: Spanischer Tanz; Szymanowski: Notturno e Tarantella (Johanna Martzy, Jean Antonietti)
40.CD Beethoven: Klaviersonaten Nr. 8, 14, 23, 31 (Elly Ney)
41.CD Bach: Triosonate C-Dur BWV 1037 Anh. III; Händel: Triosonate HWV 391; Benda: Triosonate E-Dur; Tartini: Triosonate F-Dur; Wieniawski: Etudes-Caprices op. 18 Nr. 2, 4,5 für 2 Violinen; Sarasate: Navarra op. 33 (Igor Oistrach, David Oistrach, Vladimir Yampolsky, Hans Pischner)
42.CD Schumann: Waldszenen op. 82; Marsch op. 76 Nr. 2; Fantasiestücke op. 12 (Svatoslav Richter)
43.CD Lalo: Symphonie espagnole op. 21; Dvorak: Slawische Tänze Nr. 1-8 (Bronislav Gimpel, Münchner Philharmoniker, Fritz Rieger)
44.CD Mozart: Violinkonzert Nr. 4; Haydn: Symphonien Nr. 92 & 104 (Wolfgang Schneiderhan, Berliner Philharmoniker, Hans Rosbaud)
45.CD Rachmaninoff: Symphonie Nr. 2 (Leningrad Philharmonic Orchestra, Kurt Sanderling)
46.CD Mozart: Exsultate, jubilate KV 165; Arien & Lieder von Mozart, Schubert, Mendelssohn, Schoeck, Schneider (Maria Stader, Karl Engel, RIAS Sinfonieorchester, Ferenc Fricsay)
47.CD Rita Streich singt Arien von Mozart, Donizetti, Weber, Verdi, Meyerbeer, Thomas, Puccini (Rita Streich, RSO Berlin, Ferdinand Leitner)
48./49.CD Wagner: Arien Orchesterstücke aus Opern (Astrid Varnay, Leopold Ludwig, Wolfgang Windgassen, Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, Bamberger Symphoniker, Hermann Weigert)
50.CD Josef Zimmermann spielt Orgelwerke von Bach, Langlais, Schroeder
51.CD Operette & Schlager (Wiener-Walzer-Solisten, Radio-Tango-Orchester Hamburg, Alfred Hause).
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 14, 2016 11:23 AM CET


Ouvertures d opéra
Ouvertures d opéra
Prix : EUR 7,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Haydn inconnu, 19 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ouvertures d opéra (CD)
Plus que des ouvertures d'opéra, cet enregistrement contient un résumé de la carrière symphonique de Haydn. Toutefois, hors de cet aspect proprement instructif, il y a ce plaisir que l'on aura ineffable et en quantité plus que généreuse, car ces ouvertures d'opéras sont autant de mouvements de symphonies que l'on aurait autrement et bien malheureusement ignorés. Et de fait, les collectionner aurait imposé l'acquisition d'un nombre considérables d'œuvres, au demeurant magnifiques certes, mais pas toujours accessibles.

On y (re)découvre un Haydn prodigieusement créatif, toujours prompt à cette légèreté qui le caractérise et qui ne connaît jamais ni la futilité ni le train-train de la facilité ; même industriel Haydn sait toujours produire quelque chose qui ait toutes les qualités du fait main.

Michael Halasz et le Czech Chamber Philharmonic Orchestra Pardubice sont parfaits ; ils ont cette joie de jouer, cette alacrité légère mais tonique que réclame Haydn et ne sacrifient nulle part l'art à l'archéologie.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 19, 2016 7:46 PM CET


Sibelius Édition
Sibelius Édition
Prix : EUR 45,90

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 DGG réunit ses fonds, 9 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sibelius Édition (CD)
Cette Edition est un choix. On y trouve l'essentiel de l'orchestral auquel se joignent quelques raretés, un volume de lieder, un tout petit peu de musique de chambre, presque rien pour le piano et de la musique de scène mal connue parce que peu jouée. Bien loin d'une intégrale, il s'agit donc de quelque chose qui joint l'essentiel à quelques inconnues nécessaires.

Dans le domaine symphonique, Karajan et Bernstein se taillent la part du lion. Le résultat est de grande qualité mais hétéroclite, puisque s'y opposent l'intériorité léchée d'un Karajan de studio et la verve musculeuse d'un Bernstein saisi live ; Okko Kamu offre un intermédiaire qui aurait mérité en soi une intégrale.

Neeme Järvi prend la plus large place dans des interprétations de poèmes symphoniques dont l'ambiance correspond magnifiquement bien à son tempérament ' à eux seule ces enregistrements suffiraient à justifier l'achat de ce coffret.

André Prévin livre un concerto pour violon qui a bien du mérite mais qu'Anne-Sophie Mutter sert mal d'un jeu souvent vague ; Sibelius est hélas un impressionniste précis !

Tom Krause mais surtout Kim Borg donnent des Lieder d'étoffe étonnement wagnérienne, mais d'une tristesse sereine qui apaise ; eux aussi justifieraient un achat et donnent assurément l'envie d'en entendre davantage

Le quatuor Voces Intimae est proposé par le quatuor Emerson qui, malgré un jeu un peu superficiel, mais Sibelius est abyssal, parvient à capter puis à rendre l'essentiel.

La musique de scène est dans le ton des poèmes symphoniques.

On aura compris que cette Sibelius Edition, si elle ne bouleverse que rarement, offre un coup d'œil qui vaut la peine d'être jeté et que son audition assurera sans défaut son content de cette émotion assez particulière, un peu étrange, que Sibelius est seul à prodiguer.


Musique pour violon et orchestre (Intégrale)
Musique pour violon et orchestre (Intégrale)
Prix : EUR 26,00

5.0 étoiles sur 5 Olé ' mais pas seulement, 9 février 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Musique pour violon et orchestre (Intégrale) (CD)
La musique de Sarasate vaut bien au-delà de la réputation d'espagnolade de pacotille qu'on lui attache.

Certes, le bon Pablo n'a écrit que de la musique de circonstance et l'oreille de l'esthète va manquer de ces concertos et sonates qui alimentent son habituelle jouissance.Et pourtant à en (ré)écouter sa production on s'aperçoit que sous le brillant accablement constant dont se pare son œuvre gît cette véritable substance qui fait le véritable compositeur. On lui découvre ainsi un inattendu redoublement de plaisir.

Tianwa Yang est à la hauteur technique et artistique de l'entreprise ; elle interprète même cette musique avec une sensibilité et un allant que l'on n'aurait cru en propre qu'aux hispaniques. Il va de soi que, dirigé par Ernest Martínez Izquierdo, l'Orquesta Sinfonica de Navarra contribue plus que largement à une ambiance que l'on quitte avec regret sitôt terminée l'audition du quatrième CD.


Sigmund Freud
Sigmund Freud
par Jean-Michel Quinodoz
Edition : Poche
Prix : EUR 9,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Dire peu mais ne rien perdre, 4 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sigmund Freud (Poche)
Ecrire un ouvrage sur le Freud psychanalyste, de quelque nature que soit l’intention, impose de se faire historien des idées. L’abord chronologique n’est en rien un choix puisque la pensée freudienne est une pensée ouverte, qui des Etudes sur l’hystérie jusqu’à L’homme Moïse, n’a cessé de se transformer sans jamais se cristalliser complètement.

Pour dresser ce qui ne peut en aucun cas être un bilan mais simplement la cartographie d’un trajet, Jean-Michel Quinodoz fait œuvre d’autant plus impressionnante qu’il se devait d’être d’une brièveté qui ne sacrifie ni au sommaire ni au réducteur. L’affaire n’était pourtant pas gagnée car la pensée de Freud, efflorescente, luxuriante, complexe mais hautement organisée, se prête d’autant moins au résumé qu’elle gît plus abondante dans une correspondance colossale et dispersée que dans l’œuvre organisée en titres et en volumes telle qu’on la connaît – Freud met ainsi plus dans la correspondance qu’il entretient avec le pasteur Pfister que dans son Avenir d’une illusion.

Pour préparer son élan, Jean-Michel Quinodoz s’était déjà mis à un très excellent et bien plus consistant Lire Freud (PUF) qui avait instruit même les plus avertis parmi les lecteurs de Sigmund. Et pourtant, à comparer le petit volume avec le gros, force et de constater que le petit porte suffisamment de sel et de neuf pour justifier deux ou trois heures de lectures supplémentaires, qui se feront dans l’aisance et le plaisir car Jean-Michel Quinodoz partage avec Freud la divine capacité à écrire clairement ce qui est complexe – une vertu rarissimement partagée par ses confrère psychanalystes.

On quitte ce livre avec la conviction que la collection Que sais-je ? s’est une fois de plus honorée en accueillant pareil ouvrage.


L'école de Palo Alto
L'école de Palo Alto
par Dominique Picard
Edition : Poche
Prix : EUR 9,00

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mais où sont les neiges d'antan, 22 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'école de Palo Alto (Poche)
Retracer l'histoire de l'Ecole de Palo Alto doit susciter cette nostalgie que devrait inspirer cette époque bien révolue où l'Université permettait à un Gregory Bateson de se glisser d'une discipline à l'autre et de créer du neuf, où la recherche pouvait encore exister sans être à ce point protocolée qu'elle exige de savoir ce que l'on va découvrir avant même de se mettre au travail.

La lecture de ce livre permettra en outre d'observer comment une discipline telle que la théorie de la communication s'est clivée d'une part en une systémique dont l'objectif est thérapeutique et libératoire, et d'autre part en une publicité, commerciale ou politique, dont l'objectif est manipulatoire et aliénant.

On quitte ce livre avec l'envie de se replonger dans les œuvres d'un Paul Watzlavick qui offrait, dans les années soixante-dix et un peu plus tard, un bon contrepoids à ce qui était déjà la French Theory.

Je me souviens avec attendrissement des heurts qui, sous les yeux des psychiatres qui comptaient les points, affrontaient les tenants de Skinner, volontiers de droite, à ceux de Derrida et de Foucault, bien franchement de gauche ' Mais où sont les neiges d'antan

Le travail de Dominique Picard honore la collection qui l'accueille.


Yuri Termirkanov dirige Chostakovitch
Yuri Termirkanov dirige Chostakovitch
Prix : EUR 12,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un Shostakovich fluvial, 20 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Yuri Termirkanov dirige Chostakovitch (CD)
Les Russes restent décidément parmi ceux qui proposent les interprétations de Shostakovich les plus puissamment architecturées. Des symphonies, Yuri Termirkanov offre quelque chose de particulièrement trapu certes, mais aussi de singulièrement léger, sinon même délié. Il réussit cette performance en retirant de cette acidité brutale que l’on aime assez voir à Shostakovich pour en délivrer une interprétation en substance, un peu moins rapide, un peu brucknérienne, telle que la proposerait aujourd’hui un Klemperer réincarné. Les concertos sont de la même eau de fleuve sibérien, un peu turbide, lent mais puissant. On en a encore dans l’oreille les enregistrements d’Oïstrakh, de Rostropovitch, de Shostakovich lui-même, certes, mais ni Natalia Gutman ni Denis Matsuev ne déméritent. Pour le prix, on aurait tort de se priver de ce Shostakovich un peu sibérien, magnifiquement russe.


Franz Liszt: Master And Magician
Franz Liszt: Master And Magician
Prix : EUR 27,90

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le pays des merveilles et du neuf, 15 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Franz Liszt: Master And Magician (CD)
Ce coffret rassemble un merveilleux bric-à-brac de choses extraordinaires.

Dans la partie pianistique, le mélange est particulièrement intense ; on trouve ainsi un huitième CD comportant six parmi les Rhapsodies hongroises exécutées par cinq pianistes.

Tous les plus grands noms y vont de leur contribution et offrent ainsi une sensationnelle occasion d’apprécier des différences de phrasé, de toucher, d’expression artistique.

La partie orchestrale présente les mêmes caractéristiques avec ce surplus de jouissance qu’on y trouve quelques raretés tels des lieder orchestraux et de la musique sacrée peu enregistrée.

Intituler ce recueil Master and Magician est un racolage de communicant trop payé. De fait, s’il est évidemment plus que légitime d’invoquer la maîtrise de Liszt, il est en revanche sot de chercher quelque magie que ce soit dans une œuvre qui témoigne de bien plus puisqu’elle incarne au plus fort une des tentatives les plus abouties et les plus réussies de constituer un nouveau langage musical. Il n’y a donc rien de magique chez ce Liszt qui ose une Bagatelle sans tonalité, il n’y a que la plénitude du génie créatif. Le mettre en évidence est assurément le meilleur effet de cette réédition qui possède encore, en ultime qualité, celle de ne pas être trop coûteuse.


Mini DSM-5 Critères Diagnostiques
Mini DSM-5 Critères Diagnostiques
par American Psychiatric Association
Edition : Broché
Prix : EUR 26,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une version lipoaspirée de l'original, 15 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mini DSM-5 Critères Diagnostiques (Broché)
A l'instar de ce que fut feu le Mini DSM-IV-TR, le Mini-DSM-5 est la version débarrassée à la canule de ce qui fait le mauvais gras de l'usage pratique. Il n'en reste que son squelette d'algorithmes assorti de quelques muscles de mise en œuvre immédiatement nécessaire.

On trouvera donc ce qu'il faut pour se sauver d'un trou de mémoire ou d'une hésitation mais plus rien de ces considérations générales qui font l'intérêt de l'original et qui rendent plus intelligent par le simple fait qu'on trouve toujours à les contester ou à les enrichir.

C'est dire que le Mini ne dispensera pas de la consultation du volume original, ne serait-ce que pour mieux se persuader de ses défauts.

Ceux qui se soucient de pédagogie, et parmi eux, ceux qui admettent le DSM dans leur monde diagnostic, mettront d'abord le Mini entre les mains de leurs étudiants, histoire de ne pas les faire fuir, surtout si ceux-ci ne sont pas médecins, c'est-à-dire peu habitués à l'ingestion première et rapide de livres au format de briques ou d'annuaires téléphoniques.


Bach: Sacred Masterpieces Cantatas (Coffret 22 CD)
Bach: Sacred Masterpieces Cantatas (Coffret 22 CD)
Prix : EUR 48,70

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un Bach à l'estompe, 14 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach: Sacred Masterpieces Cantatas (Coffret 22 CD) (CD)
John Eliot Gardiner effleure un Bach qu'il délivre en sfumato. Sa direction est d'une souplesse qui ôte à l'allant ce qu'elle confère à un velouté inhabituel à Bach. Il est vrai que sa baguette manque de précision, que son orchestre vague dans l'imprécision, que ses instrumentistes donnent l'impression de lire le journal tout en jouant ' quelqu'un devrait informer les trompettistes que d'autres personnes jouent en même temps qu'eux -, que ses solistes semblent craindre de s'abîmer la voix en chantant ' les contre-ténors sont ineffablement laids. Il reste que l'ensemble possède ce charme très britannique de l'understatement. Ceux qui n'y sont pas sensibles, ceux qui aiment un Bach soit plus sanguin soit plus métaphysique ou alors plus vigoureusement baroque, pousseront des cris et passeront leur chemin.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20