Cliquez ici cliquez_ici. cliquez_ici NEWNEEEW En savoir plus cliquez_ici nav_markdown cliquez_ici En savoir plus En savoir plus Acheter cliquez_ici cliquez_ici

Commentaire client

28 avril 2017
Une amie me demandait l’autre jour si l’on peut «lire la charia» quelque part, si possible en français. Je me suis penché sur la question et je recommande cet ouvrage plus que tout autre – c’est une excellente introduction au droit musulman, à la fois bien structurée, complète mais concise, claire et honnête. Et c’est exceptionnel.

Son auteur, de langue maternelle arabe, de culture chrétienne, qui est né et a grandi dans l’islam, a consacré plusieurs décennies à l’étude de ce sujet – il a parcouru tous les pays musulmans du monde, en long et en large, notamment pour y acquérir des ouvrages de droit musulman pour la bibliothèque de l’Institut suisse de droit comparé, où il a été responsable du droit arabe et musulman de 1980 à 2009. Le droit, mais codifié, à l’occidentale, est également le socle de sa formation – il est docteur en droit suisse. Par ailleurs, il est l’auteur d’une (ou plutôt de la seule) édition critique du Coran en arabe (Koran in Arabic in chronological order: Koufi, Normal and Koranic orthographies with modern punctuation, references to variations, abrogations and ... meaning, linguistic and stylistic mistakes) et a traduit le Coran en français (Le Coran: texte arabe et traduction francaise: par ordre chronologique selon l'Azhar avec renvoi aux variantes, aux abrogations et aux ecrits juifs et chretiens), en anglais (The Koran: Arabic text with the English translation: in chronological order according to the Azhar with reference to variations, abrogations and Jewish and Christian writings) et en Italien (nouvelle édition à paraître prochainement). Ces éléments en font l’un des meilleurs spécialistes vivants du sujet.

Son ouvrage se lit un peu comme un botaniste observe une fleur. Il donne d’abord de grandes idées générales permettant d’ordonner l’objet de l’étude dans un cadre très large, puis décrit son sujet méthodiquement, en restant toujours à bonne hauteur, et ne plonge dans les détails que lorsque ceux-ci revêtent une réelle importance pour comprendre la «charia», c’est-à-dire un corps de loi qui se réfère constamment à la lettre du Coran, première source de loi, à la tradition (aux usages) de Mahomet ainsi qu’aux réflexions (notamment par analogie) et aux consensus des savants reconnus. C’est à mon avis la meilleure manière de saisir comment la législation fonctionne dans l’islam, pourquoi et comment elle aboutit aux lois concrètes et à leur application, avec différentes écoles de jurisprudence.

Le livre aborde aussi la question de l’application dans le temps et dans l’espace. C’est important, car des volets entiers de la charia ont été abrogés dans l’Islam par des instances non musulmanes il y a quelques siècles (pression puis colonisation par des nations non musulmanes). Depuis lors, la charia a continué d’exister dans des domaines plus restreints qu’auparavant (notamment le droit de la famille). C’est ainsi que les ouvrages modernes décrivant la charia, écrits tant par des occidentaux que par des musulmans d’ailleurs, se limitent souvent aux aspects du droit musulman qui restent en vigueur, ou ils ne mentionnent les éléments censément dépassés (notamment le droit gouvernemental, le droit de la guerre et le droit pénal) que comme de lointains témoins d’un passé révolu. C’est le cas par exemple du petit ouvrage de François-Paul Blanc Le droit musulman - 2e éd.: Connaissance du droit et, dans une moindre mesure, du manuel plus copieux que ce même auteur a cosigné avec Louis Milliot Introduction à l'étude du droit musulman: Réimpression de la 2e édition de 1987. Pour les compléter, je recommande d’y ajouter Le gihad dans l'Islam médiéval d’Alfred Morabia. Car si la charia pénale et gouvernementale reste certes à l’arrière-plan dans le monde actuel, ce n’est pas grâce aux efforts des autorités musulmanes. Ainsi, tous les pays membres de la Ligue arabe ont approuvé (au niveau ministériel) un projet de code pénal unifié restaurant la charia pénale: Les sanctions dans l'islam: avec le texte et la traduction du code pénal arabe unifié de la Ligue arabe. Et comme chacun sait, il existe depuis quelques années un «État islamique» où la charia a été intégralement remise en vigueur, jihad classique et esclavagisme compris.

Dans son ouvrage, Sami Aldeeb prend soin de mentionner systématiquement tant les efforts «modernes» d’interprétation du droit musulman que les bases légales émanant du coran, afin qu’on puisse se rendre compte du succès (im)probable d’une possible réforme qui devrait aller de pair avec une intensification de la foi musulmane. Par exemple, dans un style qui peut parfois rappeler celui des fuqaha (juristes musulmans) qu’il a lus très longuement, il donne les versets coraniques fondant les principaux éléments du droit musulman resté consensuel plus de mille ans durant. On comprend mieux ainsi dans quelle mesure la foi musulmane de base (en le Coran) pèse sur la formation du droit dans l’islam.

À noter que la restriction ou séparation indiquée plus haut, entre droit «commun» et «gouvernemental» n’est pas exclusivement moderne. De tout temps, les juristes musulmans ont eu à cœur de rédiger des ouvrages de droit à l’attention des «simples» musulmans, en se bornant à décrire les droits et obligations de tout un chacun, et sans mentionner les aspects gouvernementaux ou judiciaires. À titre d’exemple, on peut mentionner ce manuel d’Al-Nawawi Al-Maqasid: Nawawi's Manual of Islam, qui traite uniquement des cinq piliers (chahada, salat, zakat, sawm et hajj) et du soufisme. Par contraste, The Islamic Law of Nations et Les statuts gouvernementaux; ou, Règles de droit public et administratif, tr. et annotés par E. Fagn abordent uniquement le droit gouvernemental et Ibn Ashur: Treatise on Maqasid Al-Shariah se concentre sur les qualités profondes des juristes et de la charia ainsi que sur le droit des transactions. On peut aussi trouver des traités en principe plus complets mais tout de même lacunaires car d’origine très ancienne, comme Al-Shafii's Risala: Treatise on the Foundation of Islamic Jurisprudence ou Al-Muwatta' - Synthèse pratique de l'enseignement islamique. Traité de jurisprudence islamique - Rite Mâlikite, Albouraq (hélas indisponible sur Amazon). Parmi les œuvres d’occidentaux sur ce thème, il faut aussi mentionner les excellents ouvrages (en anglais) de Rudolph Peters Crime and Punishment in Islamic Law: Theory and Practice from the Sixteenth to the Twenty-First Century et Jihad in Classical and Modern Islalm: Updated Edition with a Section on Jihad in the 21st Century et de Joseph Schacht An Introduction to Islamic Law et Origins of Muhammadan Jurisprudence.

Mais pour revenir à la question de départ, «comment lire la charia», sans filtre mais en langue occidentale, le mieux est peut-être d’étudier les trois ouvrages suivants, à la fois très complets et rédigés (et traduits) par des musulmans.

The Distinguished Jurist's Primer: Bidayat Al-mujtahid Wa Nihayat As-muqtasid
Cet ouvrage en deux volumes du fameux juriste Averroès, ou Ibn Rushd (bien que ce soit plutôt son grand-père, également un grand juriste, qui soit connu sous ce nom dans l’islam) est un traité de droit sunnite comparé. Il passe en revue tous les chapitres du droit musulman en décrivant à chaque fois les consensus et les divergences entre les écoles de jurisprudence sunnites. À relever ici que son chapitre sur le jihad (vol. 1, pages 454 à 487) ne diffère pas sur le fond des préceptes que respectent les membres de l’EI – de quoi relativiser la réputation de philosophe éclairé qu’on a fabriquée à cet homme depuis quelques décennies. C’est une excellente manière de «lire la charia» dans le texte.

Reliance of the Traveller: The Classic Manual of Islamic Sacred Law Umdat Al-Salik
Ce manuel de droit chaféite (ici dans une édition arabe-anglais) était à l’époque l’un des concurrents dans la course vers l’unification du droit musulman et offre donc un paysage très complet de la charia dans ce qu’on pouvait espérer devenir consensuel. Mais la traduction n’est pas toujours complète et/ou honnête – le traducteur, un musulman américain, a parfois pris certaines libertés regrettables (excision, par exemple). C’est aussi une excellente façon de découvrir la charia telle qu’elle était comprise dans l’islam classique.

A Summary of Islamic Jurisprudence. Dr. Salih al Fawzan (hélas non proposé par Amazon mais disponible en ligne sur archive.org)
Ce manuel de jurisprudence donne une bonne idée de ce qu’est la charia aujourd’hui (son auteur est vivant) dans un pays (Arabie saoudite) qui se targue de l’appliquer. Certes, certains volets y ont été occultés (esclavagisme) ou écourtés (jihad), mais l’ouvrage donne aussi une très bonne vue d’ensemble de ce qu’est la charia.

Cela dit, pour comprendre et savoir ce qui est vraiment utile, sans apprendre l’arabe et absorber des milliers de fatwas (à noter qu’aujourd’hui, les arabophones trouvent la quasi-intégralité de la littérature juridique musulmane en ligne – dans le monde arabe, l’islam est l’essentiel de la culture, également virtuelle), le mieux reste de lire et de garder sous la main Introduction au droit musulman: Fondements, sources et principes de Sami Aldeeb. On peut lire cela sans se perdre dans les réflexions oiseuses et les citations sibyllines qui encombrent la littérature musulmane et en sortir vraiment savant, la tête bien pleine mais équilibrée, et le cœur intact. Je ne peux en dire autant d’aucun des autres ouvrages mentionnés.
4 personnes ont trouvé cela utile
22 commentaires Signaler un abus Lien permanent

Détails sur le produit

5,0 sur 5 étoiles
4
37,77 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime