Commentaire client

6 octobre 2019
Premier maillon du 250tenaire Beethoven de Deutsche Grammophon, cet imposant livre disque des symphonies, gravées en studio entre mars 2017 et avril 2019, ne marquera pas avantageusement les esprits, même s’il se situe à un niveau honorable (et bien meilleur que les cycles précédents gravés à avec Vienne par Thielemann et 2015 et Rattle en 2002). Nelsons n’y tire pas les leçons des critiques qui ont assailli ses exécutions de concert de ces symphonies – comme celles, d’ailleurs, de ses disques Brahms ou Bruckner- , où l’on a justement pointé l’excessif souci du détail au détriment de la trajectoire d’ensemble, que l’on retrouve hélas ici.

Le chef letton, qui adopte une approche très traditionnelle -tempos, tendance vif, mais sans rien de la virtuosité et de la culture sonore d’un Karajan par exemple, , phrasés, couleurs, articulations-, sans souci particulier d’exactitude historique ou de renouvellement du texte, sculpte les phrases et les contre-phrases, les irise, musarde dangereusement, le signifiant prenant presque toujours le pas sur le signifié, pour le moins nébuleux, au-delà d’un lustre ou d’un chatoiement de façade, où de grands éclats cuivrés alternent sans grande consistance avec des alanguissements lyriques assez fades. Nelsons s’approche assez de la lumière et de la générosité d’un Bruno Walter, dont il n’a pas tout à fait le galbe et le génie de la couleur : son objectif semble de rendre présent les aspects les plus humains, les plus sensibles, les plus lumineux de cette musique, au risque de s’attarder jusqu’à l’évanescence au chaud soleil du lyrisme beethovénien, sans aucune considération pour les ténèbres, le démonisme ou la dette métaphysique de cette musique que d’autres (de Furtwängler ou Klemperer à Harnoncourt ou même, paradoxalement, le tout récent et sublimement objectif Blomstedt/Gexandhaus, ont su magnifier. Ceci nous vaut d’excellentes symphonies 1, 2, 4 et 8 (cette dernière sans humour, hélas) même si le naturel de la propulsion et le jeu des accents apparussent un rien timides et bien peu interrogatifs. En revanche, l’Héroïque manque de vigueur, d’aspérités et de drame, noyée dans une euphonie un brin superficielle, à l’instar de la Cinquième, dont le scherzo, sans aucun mystère, échoue à ouvrir sur la surprise d’un finale ici trop convenu. La Pastorale reste un chromo assez plat (et là encore, sous-dramatisé : les mvts 3 et 4 ! ) qui n’ouvre sur aucun mysticisme. La Septième, sous-dimentionée (dès l’introduction lente), pâtit de temps intermédiaires trop édulcorés (même si l’inhabituelle poésie de l’allegretto ne manque pas d’intérêt) et la Neuvième, extraordinairement aérée et lumineuse, d’une approche sans hauteur ni profondeur, où les tensions apparaissent insuffisamment marquées et d’où la subjectivité est trop absente pur en révéler le caractère d’exception.

Vienne joue remarquablement, mais quelques répétitions n’auraient pas été inutiles pour accuser le relief ou polir certains traits ? Dans la Neuvième, cœurs assez standard, sans rayonnement particulier (la captation très mate n’y est pas étrangère) à l’instar des solistes où les femmes (Nylund, Romberger) dominent largement des hommes en petite forme voire routiniers (Vogt, Zeppenfeld). Le livret d’accompagnement (avec 18 pics du chef !), prolixe mais conceptuellement sommaire, n’apprend rien que nous ne sachions déjà. Au chapitre des intégrales récentes, Blomstedt II reste inapproché et en blu-ray, les intégrales Karajan- 77 et Karajan-62 . les must incontestables. Les amoureux ce Vienne redécouvriront avec profit la magistrale intégrale de Schmidt-Isserstedt (Decca) qui reste, y compris sur le plan purement sonore, ce qu’on a fait de mieux dans ce répertoire avec cet orchestre.

NB : les Deuxième et Troisième sont inversées sur le Blu-ray.
4 personnes ont trouvé cela utile
0Commentaire Signaler un abus Lien permanent

Détails sur le produit

3,5 sur 5 étoiles
2 Evaluations clients
5 étoiles 0% (0%) 0%
4 étoiles
50%
3 étoiles
50%
2 étoiles 0% (0%) 0%
1 étoile 0% (0%) 0%
42,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime