undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
40
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:3,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 octobre 2010
Alceste veut que l'on soit vrai en toute occasion et que "l'on ne dise aucun mot qui ne parte du coeur". Son ami Philinte essaie de lui montrer que ménager l'amour-propre d'autrui est une nécessité dans la vie sociale. Alceste est amoureux de Célimène, une veuve de vingt ans qui fait languir ses nombreux prétendants. La pièce montre ses tentatives pour obtenir de la coquette une entrevue décisive.

Cette pièce est une comédie, mais est-elle si drôle? Elle met en scène deux personnages humains et attachants: Alceste et Célimène échappent à tout schématisme par la richesse de leur caractère. Qui n'a jamais rêvé, comme Alceste, d'un monde où les êtres seraient transparents les uns aux autres? Mais la réalité est opaque, et Alceste ne comprend pas qui est Célimène. Quant à Célimène, on peut certes l'interpréter comme le modèle de la rouerie féminine, mais elle semble fascinée par Alceste. Pourquoi? Et la parole vraie qu'elle prononce à la fin de la pièce est aussi la parole qui fait tout basculer: "La solitude effraie une âme de vingt ans..." Quand enfin elle est conforme au désir d'Alceste, c'est-à-dire qu'elle ne lui dit que ce qu'elle pense, c'est aussi le moment où elle lui échappe... Comme elle a sans doute tenté d'échapper au désir des hommes fantoches, uniquement préoccupés d'eux-mêmes, qui gravitaient autour d'elle dans son salon. Son silence alors qu'ils lui font son procès paraît poignant. Molière encore une fois parle des jeunes femmes avec pertinence et délicatesse, comme fasciné lui aussi...

Une très grande pièce, qu'une seule lecture ne parvient pas à épuiser.

L'édition de Laurent Tiesset ne surcharge pas le texte de notes et le dossier pédagogique est intéressant.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2013
Excellente première de couverture pour cet ouvrage.
Contenu pédagogique pertinent utilisable en Seconde en lien avec le programme officiel
Merci
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2015
Effectivement, le chef-d'oeuvre de Molière est interprété par la Comédie Française à son apogée. Contrairement à ce que certains esprits chagrins seraient tentés d'affirmer il ne s'agit pas d'une mise en scène poussiéreuse. Bien au contraire, elle traduit tous les tourments d'Alceste superbement interprété par le regretté Georges Descrières. Il en va de même pour le reste de la distribution particulièrement brillante. A voir et à revoir.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2007
"Cette mal gaieté si triste et si profonde que lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer.". Cette phrase de Musset résume parfaitement l'atmosphère du Misanthrope. Pas totalement comique, ni vraiment tragique, cette pièce reste difficile à classer. Il me restait quelques sequelles du collège et je ne pensais pas relire du Molière de sitôt mais le fait est que s'eut été une erreur. Un chef d'oeuvre de délicatesse.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2012
Mise en page catastrophique : création de paragraphes tout à fait arbitraire, les alexandrins sont mis bout à bout comme de la prose... On pourrait attendre mieux, même pour un texte gratuit.
22 commentaires| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alceste serait mieux en ermite qu'en homme...Son exigence de vérité le rend infréquentable...Célimène, futile, fait de sa vie une coquetterie...Sa soif de mondanités la rend insupportable...Ce que chacun voit chez l'autre, à travers l'amour qui se joue d'eux, reflète ce qu'ils pourraient faire pour se rencontrer au milieu de la route.."Se corrompre" et "se purifier"un peu...La persistance dans la rigueur et dans la legereté rend l'un lourd comme du plomb, l'autre volage comme une plume de paon secouée à tous les vents...Vanité de la Verité contre Vérité de la Vanité...Au milieu le Vide
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2007
Dix septième siècle, Alceste prône l'honnêteté et la sincérité en toute circonstance et ne supporte pas l'hypocrisie. Il aime Célimène. Celle-ci est éprise de lui, mais c'est une mondaine, reine du badinage et de la médisance. Tout au long de la journée, Alceste demande à Célimène de choisir entre lui et la vie mondaine, mais leurs connaissances interrompent sans cesse leur entretien.

Cette comédie, plutôt sérieuse et en vers, de Molière traite d'un sujet toujours d'actualité : Les relations humaines ne peuvent jamais être totalement sincères. En effet la politesse ou le fait de ne pas blesser autrui en lui assenant directement des vérités déplaisantes sont déjà de l'hypocrisie. Qui ne veut fréquenter que ceux qui disent tout ce qu'ils pensent sans faux-semblant se condamne à la solitude.

Beaucoup de passages très drôles mais la pièce laisse un goût amer et m'a paru plus difficile à apprécier que d'autres pièces de Molière : Derrière le comique bouffon on ressent un certain désespoir.
22 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 juillet 2015
Une interprétation fluide avec des comédiens de talent.
S'il faut un certain temps pour se dégager du costume inoubliable du regretté Georges Descrières en Arsène Lupin, la métamorphose de l'ironique cambrioleur en lion rugissant est réussie. Il en est de même de Béatrice Agenin qui campe une Célimène attachante dans sa liberté et fragile tout à la fois dans sa fuite en avant.
C'est la première fois que je visionne cette grande comédie de caractère, après avoir lu et relu cent fois les portraits du salon, l'affrontement entre Célimène et Arsinoé.
En 1 800 vers, Molière a réussi à exposer là, avec l'économie nécessaire au théâtre, la question de l'être et du paraitre et du vivre en société.
Le langage est soutenu dans cette noblesse oisive, ce qui n'exclut pas l'ironie, l'humour, la perfidie à peine moucheté.
Alceste plait. Célimène plait. Alceste, peut-être héraut d'une noblesse pauvre de province réduite à néant dans sa fierté par l'absolutisme royal, a grand caractère. Sincère, lucide sur lui-même et l'hypocrisie de la Cour, non dénué d'ironie, il lui manque une qualité : la charité. C'est un amoureux excessif, malade de jalousie, qui veut posséder entièrement l'autre et le sacrifier à son idéal. A l'opposé, Philinte, véritable ami. Lucide aussi, indulgent par tempérament, persévérant dans son désir d'humaniser l'atrabilaire Alceste. Ce n'est pas, sans doute, le modèle de l'honnête homme que nous propose en général Molière, face à un caractère perverti par quelque vice : Cléante face à Orgon ou Béralde face à Argan. Philinte intéresse par son flegme, au risque d'en faire un personnage un peu falot et un peu faux.
De Célimène, on sait peu de chose : veuve et libre (et bien décidée à vivre cette liberté), pleine de vie, mais point mûrie : un don pour la médisance, une force de caractère qu'elle oppose à la prude et inquiétante Arsinoé dans la grande scène centrale. Célimène est ce qu'elle est, sans savoir qui elle est vraiment dans ses sentiments amoureux. Le salon fait office d'une ruche dirigée par une reine fragile.
Restent les parasites mondains : les marquis, ridicules, pédants, fort bien placés en Cour, ce qui comble leur fatuité, auxquels il faut adjoindre Oronte, rimailleur de la trempe d'un Cottin.
Molière pousse assez loin la satire vis à vis de cette Cour qui n'a de noble "que l'épée et la naissance", mais non point le bon gout ou la force de caractère. Molière réussit aussi le paradoxe à maintenir sur scène un homme qui ne pense qu'à fuir ses semblables....
La déconfiture de Célimène ne réjouit pas, dans la mesure où elle est menée par des personnages falots ou hypocrites (Arsinoé).
Elle ne réjouit pas non plus Alceste...mais si Célimène reconnait tous ses torts, Alceste est incapable d'un élan de compréhension vis à vis "d'une âme de vingt ans".
La ruche est détruite, le salon se vide. Philinte et Éliante se marient. Mariage de raison entre deux êtres de surface, conciliants.
Suprême ironie. Alceste fuit dans son désert.
La rupture est consommée et Alceste en est le seul responsable.
Mais nul doute que cette retraite loin du monde ne soit que temporaire. Je vois mal cet atrabilaire léonin se complaire et se morfondre....

Pièce aux multiples grilles de lecture, qui plait à lire et à voir et qui illustre le degré de perfection atteint par Molière dans l'art de peindre ses semblables et leurs vices. Et il est bien difficile de donner ici entièrement raison à Éliante, Philnte, Alceste ou Célimène.
"On peut, selon l'âge, louer ou blâmer tout'
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2015
Une édition très propre et très agréable à lire, précédé d'une longue introduction et d'une note sur l'établissement du texte, et suivi (augmentée) par un dossier complet en fin d'ouvrage. Autant d'éléments très appréciables.
La structure des vers est respecté, les noms des personnages se détachent clairement, et, détail très important, les notes de bas de page sont nombreuses et faciles d'accès, sans défaut de numérotation comme on peut parfois en trouver.
Donc un très bon travail d'édition pour cette édition électronique. Ces séries "Classiques" (Livre de Poche) semble très bonne dans l'ensemble.

PS: ATTENTION, le site Amazon mélange les commentaires concernant 2 éditions Kindle totalement différentes du Misanthrope, une version "classiques" (Livre de Poche), payante, et très bien réalisée, annotée et augmentée par des documents; et une version gratuite très mal réalisée, sans aucun intérêt ! Les commentaires auraient dû être séparés !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 décembre 2013
Classique des classiques du théâtre français, "Le Misanthrope" est évidemment un grand texte. Mais est-il pour autant une des meilleures pièces de Molière ? Le mécanisme de l'intrigue ne me semble pas le plus efficace - en fait, tout l'enjeu est énoncé dès la première scène, justement célèbre et que d'ailleurs aucune autre n'égale, par la suite. En revanche, la lecture permet de démystifier le personnage d'Alceste, souvent prisonnier de son image d'Everest du métier d'acteur et de propos exagérés de gens comme Jouvet, qui prétendaient qu'on ne saurait l'aborder qu'après des décennies de pratique, alors que c'est un homme assez jeune, un seigneur certes aux exigences morales élevées, mais pas le quasi-barbon dans lequel on l'enferme souvent.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

3,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici