undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
2
3,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:17,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 mars 2013
Un ouvrage intéressant, qui invite à s'ouvrir à l'autre. Toutefois, il me semble que l'auteur entretient une confusion entre multiplicité et altérité. La multiplicité peut être multiplication du "un", de la même chose et n'ouvre pas nécessairement sur l'altérité. Cela étant, c'est bien d'altérité que traite cet ouvrage. Le style est parfois un peu déroutant, mais l'ouvrage traitant également d'une rencontre avec l'autre, étranger et étrange, il faut accepter de se laisser dérouter.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2012
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire le livre de Frédérique Ildefonse. Comment faire face au désarroi présent des sociétés occidentales ou comment utiliser au mieux « la multiplicité ». (Pour reprendre ici un titre de Marc Augé, oui il y a bien un Génie du paganisme). Mais au-delà du constat d’une philosophie (trop) terriblement textualisée et de l’action thérapeutique qu’il appelle (les fameux investissements), il y a lieu, au niveau du lien social, me semble-t-il, à s’investir en priorité pour redéfinir (et revaloriser) la notion de citoyen face à tous les Pouvoirs – religieux ou séculiers peu importe – qui n’ont de cesse de vouloir le rapetisser. La trahison des clercs est toujours d’actualité : aller en quelque sorte vers une « laïcité païenne » dans une mise en scène sociale désormais ritualisée ailleurs que dans ses deux piliers : le travail et la consommation à outrance. A cette fin, l’analyse serait-elle la panacée pour évacuer hors de soi (transférer) cette pression des pouvoirs, pour oublier cette tyrannie du sens ? Mais les excès dénoncés par l’auteur – travail/consommation - ne participent-t-ils pas à l’apaisement/ abrutissement de l’individu, conséquence directe de la mise à l’écart du sens ? Se reposer ? S’oublier soi-même ? « On ne peut plus dormir tranquille quand on a une fois ouvert les yeux » nous dit Reverdy. Cette voie suppose en outre l’apriori du « libre arbitre » et une volonté autonome – cette tartufferie et autre casuistique de tous les Pouvoirs – car l’accès au Sacré (redécouvrir notre imaginaire inné : les mythes, le rite, gestion de l’inconnu, du non-rationnel : cet horizon illimité qui se déplace sans cesse) n’est pas à la portée de tous. Nonobstant, c’est bien en cela qu’on peut aider ici, oui s’investir vraiment, car cette Grande énergie - et le livre l’illustre à merveille - nous l’avons tous en nous, elle est existentielle (rien à voir avec l’existentialisme), elle s’appelle l’amour de la beauté et des autres dans l’agapè et prend appui sur une injonction de Pindare revisitée : aspirer à la vie éternelle et épuiser le champ du possible. Mais quel horizon ici et quel courage, n’est-ce pas !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,80 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici