undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:7,60 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"Les consciences réfractaires" est le 9e volume de la Contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray. Ce volume a été écrit à partir des notes des conférences de l’auteur du Cycle de la 10e année de la Contre-histoire de la philosophie à l'Université Populaire de Caen.

Michel Onfray analyse cinq grandes figures de la philosophie française des années 1920 aux années 1960 avec (je synthétise pour le commentaire):

-Georges Politzer (1903-1942) qu'il estime en philosophe populaire ; bien qu'il critique son trop fort dogmatisme communiste.
-Paul Nizan (1905-1940) qu'il admire beaucoup comme philosophe de génie à multiples facettes ; et reproche également d'avoir été un peu trop entrainé par la religion marxiste.
-Albert Camus (1913-1960) le personnage qu'Onfray met au-dessus du lot par sa puissante philosophie concrète et l’honnêteté de sa vie (d'ailleurs, le livre est extrêmement bien fourni grâce aux recherches faites pour la biographie que Michel Onfray fit sur Albert Camus)
-Jean-Paul Sartre (1905-1980) la bête noir de l'ouvrage -l'anti-Camus- à la philosophie heideggeriene jargonnante ; la falsification de sa vie en s'inventant résistant ; son arrivisme et son élitisme... M. Onfray souligne toutefois le génie créatif qu'était le sien.
-Simone de Beauvoir (1909-1986) une lecture assez critique d'une femme qui a réinventé sa vie (en parallèle de Sartre); "résistante" travaillant à radio Vichy en 1944... mais toutefois, il souligne l'importance du "deuxième sexe" qui est un livre féministe -malgré lui- en un sens.

Voilà, un excellent ouvrage où j'aime lorsque M. Onfray laisse de côté son anticléricalisme (fatigant à la longue) pour s'intéresser davantage à la question sociale via Politzer, Nizan et Camus davantage mis en avant que l'élitisme normalien Sartre-Beauvoir...
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2015
Travail d'historien très soigné, me semble-t-il. Dommage qu'il n'y ait pas une conclusion
générale portant sur l'ensemble des 9 tomes. Peut-être un ou d'autres tomes sont-ils
prévus ? Le livre se termine en Mai 68. Quid de la philosophie ce dernier demi-siècle ?
La conclusion générale devrait faire apparaître que Michel Onfray est le philosophe de la
Positivité, ce qui éviterait que certains ne retiennent de cette série que l'anticléricalisme,
alors que celui-ci ne concerne qu'un exemple de la Négativité à l'œuvre dans l'humanité.
Peut-être cela est-il exprimé plus explicitement dans d'autres de ses ouvrages, ou
bien faudra-t-il un livre "sur" Michel Onfray ?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2015
C'est le libre obligatoire pour retrouver Camus et d'autre auteurs. Un peu incendiare le style, mais c'est stimulant, et fait parti du charme de ce critique de notre culture
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 octobre 2014
Ce que j'ai écrit sur le tome 8, je persiste et signe... continue, mon cher Michel, et, vite, la suite !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)