undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:26,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Beau travail d'édition, le volume est très agréable et la documentation représente un complément appréciable (filmographie, par exemple); il vaut mieux lire les présentations de chaque histoire APRES avoir lu l'histoire elle-même.
Le sort littéraire de Frédéric Dard a été évidemment très injuste : bien sûr, il avait sa place parmi les académiciens ! la construction de ses récits, l'efficacité concentrée de ses descriptions, la virtuosité des silhouettes qu'il esquisse et le clair-obscur des caractères qu'il approfondit jusqu'à la médiocrité la plus centrale,.. toute sa machinerie purement littéraire fonctionne. La deuxième évidence à laquelle on n'échappe pas, c'est la comparaison de ces quelques "romans noirs" avec les 175 San-Antonio qu'il a généreusement produit avec une verve inégalée !
Ici, on parle de "romans noirs, sombres et angoissants" : ils paraissaient tels avant toutes les horreurs débitées en télé et vidéos. Maintenant, ils sont un peu "datés" et presque "sages": Une intrigue qui démarre sur les chapeaux de roue et hop, vous êtes bons pour aller jusqu'au bout... on n'écrit plus de cette façon, on ne raconte plus ce genre d'histoires. C'est dommage. La littérature populaire n'existe plus parce que le populaire ne lit plus. Et ceux qui font de la littérature non populaire nous emm****, la plupart du temps. Non, pas toujours, mais souvent. Avec Frédéric Dard, on ne s'ennuie JAMAIS.
33 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lorsqu'il accoucha du commissaire San-Antonio, par une bien belle journée de 1949, Frédéric Dard mit au monde une création littéraire qui allait lui assurer à la fois la gloire et la fortune, un peu comme le fit Maigret pour Simenon. Le revers de la médaille, c'est que la popularité de ce flic gouailleur et de son impayable compère Béru éclipse encore aujourd'hui l'oeuvre "sérieuse" de notre cher Frédo. Il serait bien sûr ridicule de regretter le succès hautement mérité de la San-Antoniade, cette vaste fresque truculo-policière narrée d'une plume vertigineuse d'inventivité. Mais, d'un autre côté, ce serait faire injure à Frédéric Dard que de limiter son génie aux aventures "hénaurmes" de son poultok fétiche. Auteur protéiforme et versatile, Dard avait de nombreux visages, dont un, très sombre, qu'il déclina au gré de ses "romans de la nuit", selon sa propre expression. Des romans infiniment plus "sages" que les San-Antonio sur le plan de la forme, mais virtuoses d'une autre manière, et le plus souvent empreints d'un profond sens du tragique.

Ce recueil bienvenu regroupe sept de ces romans, parus entre 1956 et 1966. Sept titres qui offrent un échantillon assez représentatif de la production "noire" de Frédo. Pas de calembours à la chaîne ici. Pas de néologismes audacieux. Pas de métaphores bouffonnes ou de digressions argotiques. Pas de gaudriole, d'apostrophes complices au lecteur ou de notes en bas de page complètement loufoques. Non, rien que du polar bien angoissant, avec des intrigues torturées et des personnages ambigus. Rétif au roman-problème à l'anglaise comme aux histoires de "durs à cuire" à l'américaine, Dard développe ici une forme personnelle de roman noir qui privilégie le point de vue de la victime et s'intéresse davantage à la psychologie des êtres qu'aux rebondissements de l'histoire. Ce qui ne veut pas dire que ces histoires manquent de rebondissements, loin de là!

Parmi ces sept romans, personnellement, j'avouerai un petit faible pour "Cette mort dont tu parlais" dont l'intrigue délicieusement machiavélique se double d'un drame humain poignant, ainsi que pour "Une seconde de toute beauté" où l'art du huis clos atteint des sommets. Mais à la vérité tout est bon là-dedans. Plonger dans ce recueil, c'est une vraie bouffée de fraîcheur en ces temps où le polar d'ici ou d'ailleurs se réduit trop souvent à des intrigues mille fois resucées, peuplées de personnages fantoches et narrées d'une plume brillant surtout par sa pauvreté. Dard, lui, comme Simenon, c'est l'écrivain total, aussi remarquable par le fond que par la forme. Ses histoires, à elles seules, suffiraient à me captiver, mais qu'il me les raconte avec autant de verve en décuple encore le plaisir. Et puis, voyez-vous, il y a une "petite musique dardienne" comme il y a la fameuse "atmosphère Simenon". Dès que j'entre dans un polar de Frédo, je l'entends, cette "musique". Elle court au long des phrases. Elle résonne de page en page. Elle communique son tempo au récit. Ben moi, j'aime ça. Je me sens entre les mains d'un véritable Auteur.

Merci, au passage, à Dominique Jeannerod qui signe la remarquable préface de ce volume ainsi que les notules introduisant chacun des titres du recueil. Ca fait plaisir de voir quelqu'un causer de Frédéric Dard avec autant de compétence!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 avril 2014
De bonnes histoires, dans le style si particulier de F. Dard.
J'ai découvert une période de Dard, que je ne connaissais pas.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2014
Je n'aiu pas lu le livre mais 2 des 7 romans ait été lu auparavant dans une autre collection, ils sont très bien , je pense que les autres ce sera pareil.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,30 €
21,90 €
6,30 €