undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles55
3,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 février 2011
J'ai passé un très bon moment de lecture. D'autant que, ayant fait des études d'histoire, il me plaît de renouer de temps en temps avec ma passion et de troquer un roman contre la lecture d'un essai historique.

Le sujet de celui-ci est original : se concentrer sur le destin des épouses, compagnes, concubines ou simples conquêtes des dictateurs du 20ème siècle. Et elles furent nombreuses !

L'introduction m'a semblé une simple juxtaposition d'extraits de lettres à Hitler et Mussolini, sans plus d'intérêt que de planter le décor, passant d'un sentiment à un autre (admiration sans borne, fanatisme total, demande en mariage ou doléances). On y apprend toutefois qu'Hitler a reçu plus de lettres de « groupies » que les Beatles et Mick Jagger réunis !! Etonnant non ?

Les chapitres sont ensuite découpés par dictateurs : Mussolini, Hitler, Mao, Lénine, Salazar, Staline, Bokassa et Ceausescu. Evidemment, nous sommes surpris de constater qu'autant de femmes puissent avoir été charmées par ces tyrans. N'oublions pas que nous, nous savons la politique qu'ils menaient, alors que leurs épouses ou conquêtes, n'en avaient pas forcément conscience. On ne peut que s'émouvoir du destin de certaines, souvent tragiques. Comment par exemple, peut-on ne pas être touché malgré tout par celui d'Eva Braun, recluse dans la forêt (éloignée de la politique) qui n'a pas hésitée à rejoindre Hitler alors que tous savaient que la fin était proche. Epouse de la dernière heure au courage admirable. A l'inverse, comment ne pas être offusqué de constater que certaines étaient plus tyranniques que le tyran lui-même (et en particulier envers d'autres femmes dont elles étaient jalouses !).

Le chapitre consacré aux Ceausescu surprend. En effet, alors que les autres sont centrés sur les dictateurs et leurs « femmes », celui-ci tourne exclusivement sur madame Ceausescu. Au point de se demander qui était réellement le dictateur entre le mari et la femme.

Ce livre apporte une dimension nouvelle aux biographies des dictateurs que nous avons étudiés au lycée. En rentrant dans leur intimité, nous prenons conscience d'un pan différent de leur personnalité et d'un semblant d'« humanité » (relative tout de même). Certains se révèlent des amants romantiques (Mussolini est dépeint comme un Don Juan, attentif à ses admiratrices), des époux tyranniques (Mao, Staline, Bokassa), voire personnage dénué de sentiments apparent (Hitler).

Une lecture pleine de découvertes, qui se lit aussi facilement qu'un roman, dont je ne regrette qu'une chose : il manque une conclusion de l'auteur...
22 commentaires|115 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2011
Si le titre est alléchant, FEMMES DE DICTATEUR, il induit l'existence d'une thèse finale sur les femmes qui se lient à des dictateurs - épouses ou maîtresses - ou tout au moins, il suggère que l'auteur a tenté de dégager un schéma explicatif à ces relations, même avec variations; du moins, c'est ce à quoi je m'attendais avec ce titre. Mais rien de tout cela.

Le seul point commun entre toutes ces femmes décrites est l'idée même de réunir dans un seul ouvrage des portraits de femmes de dictateurs (avec un "s" en plus, ce qui aurait été plus honnête, puisque proposant ainsi la variété et non une récurrence).
Sauf que ce ne sont pas de réels portraits, pas pour toutes en tous cas. Car au lieu de décrire des psychologies, des portraits de femmes dont la trajectoire croise un homme qui est ou deviendra un dictateur, selon la période politique à laquelle ces femmes ont rencontré l'homme en question, on décrit plutôt une trajectoire de dictateurs dans laquelle s'inscrivent des femmes dont les parcours et les motivations ne sont pas toujours rendus clairs - ou alors trop, comme pour Magda Goebbels ou Eva Braun, simplifiées à l'extrême. On en vient même à se demander si ce n'est pas pour cacher la pauvreté de toutes ces figures féminines confondues !

C'est ainsi plus un ouvrage sur la vie sentimentale des dictateurs que sur celle des femmes qui se sont embarquées dans une relation avec eux et certainement pas une analyse de leurs rapports, loin d'être disséquée comme c'est promis dans l'Introduction (p.25, dernier §). Par exemple, on ne sait jamais si les actes de leur amant ou mari ont posé un quelconque problème de conscience à l'une ou l'autre, le sujet n'étant qu'effleuré. Mais surtout, telles qu'elles sont présentées, ces femmes se réduisent strictement à leurs actes, que souvent on connaît peu. Faut-il en conclure que soit leur monde intérieur a échappé à l'auteur soit Diane Ducret les a tout simplement mis de côté pour donner une impression d'ouvrage sérieux, renseigné, historique; donc vrai ? Cette absence est fort regrettable, car ces portraits inégalement décrits sonnent creux. Pas forcément faux, mais creux. Frustrants, pour tout dire.

De fait, ces dictateurs, sélectionnés en fonction d'un critère laissé dans l'ombre (le vingtième siècle en a vu pléthore, aussi pourquoi ce choix-là ? Ce n'est précisé nulle part), ces dictateurs donc sont le propos central de cet ouvrage un peu patchwork du fait de l'absence d'une ligne maîtresse qu'aurait pu donner une conclusion qui ne vient jamais.
De fait, selon ce que l'on connaît du degré d'horreur des exactions commises par ces personnages, on s'intéresse à leur vie sentimentale de manière plus ou moins distante et surtout des plus circonspecte. Mais quand en plus de ses idées l'individu a une personnalité particulièrement pénible, genre le Mussolini décrit dans cet ouvrage comme un violeur séduisant au final toutes les femmes qu'il a abusées, on a rapidement le choix entre le dégoût - que veut nous dire Diane Ducret en présentant ces femmes ainsi, sans renfort d'analyse ? - ou un saut au chapitre suivant, à l'instar de l'auteur qui fait l'impasse sur bien des choses.

Ainsi ce qui dérange le plus chez cet auteur, c'est la fascination sous-jacente pour ces hommes tout puissants et l'incompréhension qu'elle a de la plupart de ces femmes qui se sont liées à eux. Si vous avez lu des biographies de ces figures du 20e siècle, par exemple la biographie de Hitler par Ian KERSHAW ou l'ouvrage qui relate Les Derniers Jours de Mussolini par Pierre MILZA, certaines de ces femmes ne sont pas entièrement raccord. Parce que cet ouvrage-recueil est curieusement dépourvu de profondeur ou de largeur de vision. C'est une sorte de survol du sujet, bien que l'auteur ait assurément fait un certain nombre de recherches qu'attestent citations et références. Mieux vaut lire cependant des biographies comme celle consacrée à Magda Goebbels par Anja KLABUNDE, elle est moins restrictive et donc moins cliché. Ou tout au moins, elle vous donne les éléments ou des indices pour vous faire votre propre idée.

Ici, ce n'est pas le cas. C'est pourquoi, en refermant le livre, on se demande pourquoi Diane Ducret s'est mise à rédiger pareil ouvrage. Une manière masquée de parler avant tout d'hommes impopulaires ? En tous cas, cela ne m'a personnellement rien apporté. On se demande même ce que l'auteur en a retiré de son côté.

PS : Désolée pour la longueur du commentaire !
55 commentaires|60 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 janvier 2015
En lisant ce livre, je m'attendais à un profil psychologique et/ou une biographie des épouses qui avaient partagées la vie de ces différents dictateurs (dans l'ordre: Mussolini, Lénine, Staline, Salazar, Bokassa, Mao, Ceauscescu et Hitler). Mais il se trouve que le livre traite plutôt des rapports ou plutôt des liaisons amoureuses que ces hommes ont eu avec des femmes. Il y a néanmoins une exception pour Elena Ceauscescu où l'auteure se focalise bien sur sa vie au côté de son mari.
Diane Ducret s'appuie souvent sur la correspondance ou sur les journaux intimes de ces différentes femmes ou des gens qui les ont fréquentés.
Certaines de ces femmes ont participé à la réussite de ces hommes, d'autres se sont mariés avec eux et d'autres n'ont été que des maîtresses. Bien sûr, le nombre de femmes a varié selon l'appétit sexuel de tel ou tel dictateur. Ce qui frappe le plus, c'est l'admiration que toutes ces femmes portaient à ces hommes souvent très charismatiques. Parfois victimes, souvent complaisantes et quelques fois complices, il en ressort que le pouvoir fascine autant les hommes que les femmes.
Ce livre a surtout un intérêt pour ceux qui aiment la petite Histoire. Il aurait été intéressant de remettre un peu plus les évènements dans le contexte historique et d'éviter certains paragraphes qui ressemblent parfois à un roman à l'eau de rose. Autre détail gênant, les allers retours incessants dans la chronologie qui fait perdre le fil de l'histoire par moment.

En conclusion, le livre n'a pas un grand intérêt historique mais satisfera les personnes curieuses de connaître l'intimité de ces dictateurs et donneront surtout envie de lire des biographies plus poussées de ces hommes.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2012
Le livre est très intéressant mais on a du mal à rentrer dans l'histoire parfois confuse. Les personnages sont parfois difficile à distinguer et l'écriture ne rend pas toujours clairement l'histoire. Mais je félicite l'auteur pour ses recherches
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 janvier 2014
bon livre , seul probleme l'auteur brode beaucoup comme pour faire des pages sup c'est tres desagréable cette abitude de faire des parenthèses puis de revenir pourquoi ne pas faire dans l ordre chronologique du moins sur la meme page ? mais sinon c'est un bon livre , il me tarde de lire le volume 2
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 25 janvier 2015
Reçu en cadeau, ce livre m'a fait découvrir des personnes historiques sous un autre angle. Mussolini, Staline... Comment imaginer qu'ils ont été aimés? (D'ailleurs, était-ce de l'amour, ou bien ces femmes étaient-elles essentiellement captivées par le pouvoir de ces hommes?)
On découvre ceux qui étaient manipulateurs dans la vie politique (tous, forcément) et dans leur vie amoureuse (sans doute tous aussi, différemment, subtilement...) et comment des femmes se retrouvent dans leur sillage et y demeurent, les admirent ou finissent par les détester, les quittent ou vont jusqu'à mourir à leurs côtés. Ces femmes-là sont-elles des victimes? Des victimes consentantes? Certaines assouvissent-elles par procuration leur propre esprit dictateur?
Captivant!
44 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2013
Un livre vraiment intéressant qui montre une face cachée des dictateurs et le rôle des femmes dans leurs vies. Très bien écrit, on s'attacherait presque à certains personnages.
Un livre destinée aux personnes s'intéressant à l'histoire des dictateurs cherchant à se divertir.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2012
Après avoir découvert ce livre bien noté dans un classement d'un magazine féminin que je ne citerai pas, j'ai cédé à l'achat en ayant quelques craintes.

Ma première crainte était que le livre n'ait aucun style...or ce n'est pas le cas. L'auteure sait romancer la vie amoureuse des Mussolini et compagnie, avec de nombreux A/R historiques ce qui rend le récit bien construit.

Elle introduit également des marqueurs historiques qui permettent de bien resituer le contexte des relations.

La lecture des premières pages m'a fait craindre que l'ensemble du livre soit une compilation de lettres et autres documents historiques accompagnés de simples commentaires. Cette introduction était longue et j'ai préféré reprendre la lecture plus loin. Mon seul conseil est donc "faites-en de même si vous trouvez cela ennuyeux".

J'ai pu lire dans les autres commentaires que certains lecteurs étaient déçus du manque de "trame" dans l'enchainement des chapitres et du manque d'explication quant au choix d'illustrer la vie personnelle de certains dictateurs plutôt que d'autres.
Par ailleurs, si vous cherchez dans le récit de leur vie personnelle une réponse aux événements cruels perpétrés par ces hauts personnages, optez pour une autre lecture car il me semble que ce n'est pas l'objet de ce livre.
Je reconnais toutefois que la psychologie des femmes dépeintes pourrait plus détaillée.

Pour ma part, je l'ai trouvé distrayant et sans prétention. Et j'attendrais le tome 2 en version poche pour le lire aussi.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 août 2011
Je viens de terminer le livre en question et suis restée sur ma faim malgré la fin des histoires... Suis venue sur le Net pour en savoir un peu plus sur les sujets traités car c'est un peu brouillon. On a pas l'impression que les sujets sont aboutis mais juste traités en surface. Wikipédia m'en a plus appris que le bouquin. J'avais adoré, en son temps "Zut on a encore oublié Mme Freud" et je pensais trouver un livre dans le même sens... Hélas, ce ne fut pas le cas.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2013
L'idée du livre est bonne. Cependant, les histoires sont parfois un peu sommaires ou peu intéressantes. Quelques pages de plus auraient peut-être permis une meilleure vision des histoires.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

21,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)