Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
146
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La Hague. La narratrice, employée par le Centre ornithologique, est venue y compter les oiseaux et petit à petit , elle s'est fondue dans le paysage, se faisant accepter par les habitants de cette région âpre et belle à la fois.
L'arrivée de Lambert va réveiller "la meute des fantômes " et mettre à mal "Les questions, les réponses, ce complexe tricotage de mensonges et de vérités. Les choses dites en décalé, celles dites seulement en partie et celles qui ne le seront jamais. Toutes les teintes du contre-jour."
Pas de certitudes donc dans ce roman de l'entre-deux, entre ciel et mer, dans ce moment que l'on se donne "entre bientôt et maintenant", dans cet endroit où arbres et vieux et se confondent...
Claudie Gallay dans Les déferlantes nous peint le portrait de deux solitudes, de deux êtres en déséquilibres : Lambert qui veut des certitudes et la narratrice qui est taraudée par le vide,"J'ai serré les poings. Comprendre quoi ? Qu'un jour on se réveille et qu'on ne pleure plus ? Combien de nuits j'ai passées, les dents dans l'oreiller,je voulais retrouver les larmes, la douleur,je voulais continuer à geindre. Je préférais ça. j'ai eu envie de mourir, après, quand la douleur m'a envahi le corps, j'étais devenue un manque,un amas de nuits blanches, voilà ce que j'étais, un estomac qui se vomit, j'ai cru en crever, mais quand la douleur s'est estompée, j'ai connu autre chose.
Et c'était pas mieux.
C'était le vide."
ce creux au coeur des statues de Raphaël, qui depuis dix ans," cherche à sculpter le désir ".
Claudie Gallay, elle, dans un paysage traversé parle fantôme de Prévert, sculpte le manque avec des mots âpres et denses, sculpte l'espace des phrases.
Une remontée vers la lumière, non pas fulgurante, mais pas à pas , où les personnages marchent tous vers leur destin,s'extraient ou non de la gangue de pierre qui les emprisonne, apprennent ou non à marcher à deux. "Les Indiens Hopi disent qu'il suffit de toucher une pierre dans le cours d'une rivière pour que toute la vie de la rivière en soit changée.
Il suffit d'une rencontre."
Un livre qui peut changer le cours de notre vie ? En tout cas un livre précieux et nécessaire.
44 commentaires| 70 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2009
J'ai tellement entendu parler de ce livre que je ne pouvais pas passer à côté. Je voulais m'en faire une idée et découvrir en même temps cette auteure.
Je dirai que c'est un bon livre de chevet mais il ne m'a pas transporté comme certains ont pu le faire.
Il se lit facilement, les personnages sont attachants. Il a eu la particularité de me faire découvrir cet endroit sauvage où les vagues déferlent, viennent cogner les fenêtres, les rochers et ce fameux phare.... Une femme, ornithologue, part dans le Cotentin, au bord de l'Océan Atlantique, pour faire en quelque sorte le deuil de son mari. Dans ce petit village, elle fera la connaissance de toutes sortes de gens, tous différents et essaiera au fil du temps, de percer un mystère jamais révélé jusqu'alors ; Où est le petit Michel censé être mort avec ses parents lors d'un naufrage en mer ? et puis, elle tombera amoureuse de Lambert qui vient lui aussi sur les traces de son passé, qui revient sur les lieux du naufrage de ses parents et de son petit frère....
L'intrigue reste intéressante, l'histoire peu commune....je le recommande à tous ceux qui veulent passer un bon moment.
22 commentaires| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre de Claudie GALLAY m'a évoqué l'excellent film de Philippe LIORET: L'équipier. Plusieurs similitudes entre ces deux oeuvres.
Ici, c'est l'histoire d'une reconstruction psychologique (celle de la narratrice), doublée d'une histoire d'amour et d'une enquête sur un secret de famille.
Malgré la météo pour le moins instable de la presqu'île (ce n'est pas l'Ouragan de Laurent GAUDÉ, mais l'action se situe quand même à l'extrémité nord-ouest du Cotentin, entre ciel, terre et mer) on ressent une certaine harmonie entre les personnages et la nature (sauvage) et entre les personnages entre eux; en tout cas le ton est apaisant.
L' intrigue est assez originale mais crédible, avec un vrai dénouement qui touche plusieurs personnages du roman. Ceux-ci sont coupés du monde et quittent rarement ce petit coin de La Manche. On est loin de toute modernité; l'action pourrait se dérouler dans les années cinquante, on ne verrait pas la différence.
Le roman est long (540 pages), le rythme lent mais les chapitres (très courts) ainsi que l'évolution de l'intrigue et des personnages rendent la lecture très plaisante.
`Les déferlantes' mérite bien 4,5 étoiles /5.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2009
Ah... que dire de ce livre ?... Sinon qu'il m'a énervé.
Pour situer les raisons de mon irritation : (en introduction je voudrais dire que le fait que ce soit taxé comme un roman "triste" ne m'a spécialement dérangée, il y a pire, ou mieux... c'est selon)...
1- c'est parfois mal écrit, je cite : "La viscose, tu aimes ça toi la viscose ? ça prend pas la transpiration ? Je n'en savais rien. Mes vêtements étaient tous en coton. Je ne sais pas, j'ai répondu"... Plus loin : "Le 31, impair sur le 3 et sur le 1, et le lendemain c'était le premier. Deux impairs qui se suivaient, un mois sur deux"... Et encore plus loin : "J'ai recouvert tout un côté du mur. Pour peindre en hauteur, j'ai du monter sur une chaise. J'ai fait cela, monter, descendre, monter encore et bouger la chaise un grand nombre de fois. Pendant que je passais la peinture, des gouttes sont tombées sur les journaux. Quand je suis redescendue de la chaise, j'ai marché dans les gouttes. Après j'ai vu qu'il y avait des traces sur les marches"... Pas étonnant que le livre soit un vrai pavé. Des longueurs donc, des langueurs aussi.
2- Il y a tous les ingrédients :
* Les personnages : l'artiste, la gothique, la sauvageonne, le simplet du village factotum de son état, l'acariâtre, la frustrée, la bannie, l'ascète, le dandy sur le retour, l'amoureux transis, l'héroïne qui veut apprendre à revivre tout en s'en défendant, le héros, sombre, en quête de son passé, j'en oublie sans doute...
* Les sentiments exacerbés : la haine, la jalousie, les rancœurs, j'en passe et des meilleurs !
* Les élements : l'eau (le titre), la terre (falaises austères), l'air (le vent qui enivre) et le feu (ça n'arrête pas de se griller des clopes et de se les passer comme le font les ado attardés), elle en ajoute même un cinquième : la lumière (le phare), quelle classe vraiment !
Une histoire bien dans le moule, bien téléphonée aussi "Allo, envoyez le frère qui est mort à la page tant", "allez, viens jouer à cache-cache avec moi encore quelques chapitres, etc". Rien d'étonnant à ce que TF1 ait acheté les droits !!! Chouette une nouvelle saga de l'été à venir !
Et puis ces effets de style de ne pas dire ce qu'elle dit sur l'amputation de son amour emporté par la mort, la maladie, c'est agaçant. Et enfin, des amazoneurs qui affirment que les descriptions des lieux sont dénaturés et qui, finalement, doivent avoir raison.
Mais j'oubliais la cerise sur le gâteau : le happy end, un petit air de Gavalda pour en finir, on ne pouvait y échapper, me direz-vous !
Bref, c'est assommant ces auteures qui se la pètent. Si elle se prétend être une taiseuse, et bien qu'elle se taise à jamais, ou tout le moins qu'elle se borne à deux cents pages, ça ira bien comme ça.
Ah, C'était si bien "Seule, Venise"...
44 commentaires| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2012
Comment vous dire ? j'ai aimé lire ce livre, on a le vent, l'odeur des embruns, quand comme moi on aime la mer et qu'on n'y vit pas, on se dit "qu'est-ce que je fiche là, dans ce pays de terres, si loin de l'océan ?" ce roman donne envie de faire son sac et d'aller sur la côte, mais la côte sauvage, isolée, parfois agressive ... Tous les avis ont parlé des personnages, je ne vais pas en rajouter, mais il y a des livres un peu "magiques" et celui-ci en fait partie ...
11 commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2009
Je sais bien que tout le monde a aimé ces Déferlantes, mais voilà, je ne dois pas être tout à fait comme tout le monde... Il y a vraiment trop de choses qui m'ont déplu dans ce livre :

- d'abord c'est d'un triste, l'impression que chaque chapitre vient ajouter une nouvelle chape de plomb sur la précédente.

- et puis j'en ai marre de cette nouvelle mode chez les auteurs, qui consiste à accumuler des phrases courtes, hachées, voire tronquées (même repproche pour le livre de Gavalda La Consolante que j'ai lu juste avant, d'ailleurs)

- mais surtout je n'ai pas du tout reconnu La Hague dans ce "no man's land" peuplé de marginaux, arriérés et miséreux

- et pas non plus reconnu les paysages. Beaucoup de noms de lieu sont cités, mais il n'y a aucune réelle description des sites, pourtant si typiques et particuliers, du Nord-Cotentin. J'ai souvent eu l'impression que l'auteur ne connaissait pas la région

Donc voilà, au final une vraie grosse déception.

Et pour qui souhaiteraient découvrir La Hague, je conseille plutôt le joli petit livre de Didier Decoin "Avec vue sur la mer".
33 commentaires| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Livre étrange.
je n'ai cessé de ressentir de l'agacement et de la frustration tout du long.
Ce roman a un coté caricatural tant il incarne un certain style "français" rempli de petites histoires, de petits détails, de petits ennuis. Les personnages sont bien évidemment typés "à la Gavalda" et certains sont hautement artificiels : Raphaël et sa soeur, le vieil ami de Prévert...Le récit est uniquement porté par des phrases dont la plus longue doit faire 2 lignes, au point que cela tourne au procédé et au "m'as tu vu quand j'écris", sentiment renforcé par l'emploi de certaines tournures, franchement relachées. Les rappels continuels au drame vécu par la narratrice ont un côté un peu lourdauds et l'intrigue est tellement cousue (c'est le cas de le dire si on pense aux travaux d'aiguille de la vieille Nan) de fil blanc que le suspense est à peu près inexistant. C'est le type même de ce qu'on appelle le livre "de filles" (ce n'est pas une insulte amies amazonautes, c'est juste une tentative maladroite d'essayer de mettre un nom sur une certaine atmosphère).

Et pourtant... J'ai lu et terminé ce livre dans l'urgence, pris comme par un bon polar, ému par certaines situations. je ne saurais expliquer pourquoi, mais cette petite musique m'a parlé. J'ai pensé par un biais mystérieux, aux films de Sautet qui ont ce charme insidieux en dépit de toutes les ficelles apparentes.
Tentez donc le coup à votre tour (oui, oui, les hommes aussi...).
22 commentaires| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2014
Comme d'autres j'ai laissé tomber au tiers du livre ce qui est rare; ne pouvant me faire une opinion entière je lui donne quand même deux étoiles. C'est bourré de clichés, la terre rude et inhospitalière habitée par des êtres bougons qui cachent des secrets, on se croirait dans un téléfilm. Comme d'autres le style haché ne me convient guère. Encore un peu d'eau au moulin du mystère des prix littéraires.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2015
J'ai fini par céder à la curiosité face à tous ces commentaires élogieux, et j'ai entamé la lecture de ce roman, vis à vis duquel j'étais un peu perplexe... C'est vrai que c'est lent.. J'ai trouvé que ça donnait un rythme intrigant à l'histoire, on est un peu bercé tout doucement par de petites touches qui nous éclairent peu à peu... Même s'il est du coup difficile de rentrer dans l'histoire, parce qu'on ne sait pas qui est qui.... Arrivée à la page 400, cette lenteur a quand même fini par me peser.... Et le final... Il m'a déçue !! Cette solution m'avait traversé l'esprit, mais elle me semblait bien trop simple !! Au final, je me suis attachée aux personnages, et ce rythme ralenti ne m'aurait pas gêné avec 100 ou 200 pages de moins... D'ailleurs, pour l'histoire, c'était suffisant... Dommage
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 décembre 2016
Je découvre cet auteur, mais au fil des pages, j'ai reconnu le film, et la narratrice dont le prénom ne nous sera jamais dévoilé (incarnée par Sylvie Testud à l'écran).
Ce livre m'a emportée, au gré des vagues qui donnent tout le rythme au récit.
Claudie Gallay a su créer une ambiance intimiste, presque à huit clos sans qu'elle le soit pourtant !
Cette maison délabrée du bord de mer, la griffue, résiste tant bien que mal aux éléments, elle se dresse contre vents et marées et c'est là que cette femme, l'âme en peine, au creux de la vague, vient trouver refuge, tenter de s'apaiser et de se reconstruire tout doucement.
Peut-être pour mieux comprendre son propre passé, elle plonge dans celui des autres, cherchant à percer les mystères des villageois en leur venant en aide, à Lambert notamment, un natif de la Hague de passage, celui qui la ramènera parmi les vivants.
Je suis tombée amoureuse du Cotentin sans y être jamais allée : sa nature sauvage, sa lande, sa mer qui change d'humeur comme de couleur, ses nuages noirs, le son de ses vagues, son phare isolé, ses plages immenses, ses oiseaux rares, ses violentes tempêtes, son isolement le plus complet.
La nature à l'état pur, celle qui vous fait plonger au tréfonds de votre âme pour mieux vous faire renaître.
Vous retrouverez toute la rudesse et la force sauvage de la nature dans ces personnages.
Je recommande vivement !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,70 €
7,80 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici