Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. GNOXmas Cloud Drive Photos En savoir plus En savoir plus nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



le 6 juin 2017
Pour les fans de cet auteur - égal à lui-même un excellent roman policier
Harry Bosch dans toute sa splendeur
pour ceux qui découvrent , si vous aimez les romans policiers vous serez ravis!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 11 novembre 2014
Un vrai bonheur!
"Ceux qui tombent" nous livre une histoire sans longueur, jouée sur deux tableaux.
C'est un superbe retour de Bosh, sur fond de corruption d'un côté et de perversité de l'autre. Pas un moment de répit, des personnages aux caractères bien trempés et notre ami "Harry" au mieux de sa forme ! Personnellement,j'en redemande!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 2 avril 2017
j'ai beaucoup aimé ce nouveau roman, l'auteur est efficace, les histoires sont bien menées, l'intrigue et le suspens sont au top, je recommande pour un bon moment, un bon policier sans fautes, aucune!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 28 juin 2014
Le seul regret après terminé un livre écrit par Connely, c'est de savoir qu'il va falloir attendre plusieurs mois pour en commander la suite. Quel talent !!!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 17 juin 2014
Une trame plus politique que policière, traitée avec toujours le même souci
du détail et l'efficacité habituelle de l'inspecteur Bosch.
Pour autant, la conduite de l'enquête est sans surprise, ni suspens, un bon
roman tout de même. Michaël Connelly a déjà, produit beaucoup mieux.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 17 juillet 2015
J'avoue avoir hésité entre trois et quatre étoiles.

Finalement j'ai mis la quatrième étoile non pas pour l'intérêt des enquêtes mais plutôt pour le personnage attachant de Harry Bosch.

En fait, l'inspecteur du LAPD depuis 20 ans maintenant, nous accompagne comme un vieux compagnon de lecture et un nouvel opus de cette série permet de se sentir aux côté de ce fidèle limier qui songe maintenant à prendre sa retraite de la police.

Voilà pour le côté affect. Côté histoire, Bosch est confronté à deux enquêtes différentes qu'il va mener de front; l'une de façon officielle et l'autre de façon secrète pour exorciser l'horreur du meurtre d'une jeune fille victime d'un prédateur près de 20 ans plus tôt et devenu "cold case"

L'enquête principale visera à élucider le "suicide" du fils d'un influent conseiller de Los Angeles, qui se serait défenestré du haut d'un hôtel de luxe, réplique d'un château français de la Renaissance.

Entre magouilles politiques, jeux d'influences, imbrication d'intérêts entre la direction de la police et les lobbys financiers, Bosch aura fort à faire pour trouver la clef de l'énigme.

Pourtant sans dévoiler le fin mot de l'histoire, le résultat des courses est un brin convenu et sent le déjà vu.

La seconde affaire assez sordide sera elle aussi élucidée mais même si les personnages qui y jouent un rôle sont assez consistants, le final tourne un peu au grand guignol et se dégonfle subitement comme un soufflé.

Bref vous aurez compris que j'ai eu plaisir à côtoyer Harry Bosch quelques jours mais j'ai été un peu déçu par le scénario d'un Connelly qui nous a habitué à mieux.
22 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 8 mai 2015
C’est avec plaisir que le lecteur retrouve l’inspecteur Harry Bosch. Il travaille maintenant à la section des affaires non résolues du LAPD. Il se demande s’il prendra ou non sa retraite afin d’avoir un plus de temps à consacrer à sa fille de 15 ans, Maddie qui vit avec lui depuis le décès tragique de sa mère il y a quelques années.
Alors qu’avec son co-équipier ils viennent d’hériter d’une vieille affaire (meurtre d’une jeune fille 22 ans auparavant), un conseiller municipal, lui demande d’enquêter sur le suicide de son fils. Suicide ou meurtre déguisé, ce sera à Bosch de faire toute la lumière sur cette affaire, en toute indépendance et selon sa propre éthique qu’il défend avec acharnement. Et pourtant la demande vient de son plus implacable détracteur, l’ancien chef de police du LAPD Irving.
Comme toujours Bosch suit son instinct et refuse la compromission. Il fera tout pour boucler les 2 affaires.
Un bon aperçu du milieu politicien corrompu et des magouilles que se permettent les gens de pouvoir à LA. Il devient alors parfois difficile de garder ses amis, quand ces derniers ne jouent pas toujours franc jeu. Enfin Bosch est toujours un personnage aussi attachant malgré son petit côté asocial. On appréciera comme d'habitude la subtilité du titre en relation avec une histoire bien troussée.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 19 août 2014
Même si je n'ai jamais été déçue par M. Connelly, j'avoue que ce livre vient se classer parmi mes préférés ! Est-ce parce qu'on y retrouve enfin l'inspecteur Harry Bosch ? Sans doute un peu oui ! Mais en dehors de cela, l'intrigue est bien ficelée, l'écriture fluide, et on dévore ce livre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire !
Super bonus : deux enquêtes pour le prix d'une dans ce nouveau roman passionnant !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 20 août 2014
Harry Bosh est un « vieux pote à moi ». On se connaît bien et je lui ai même pardonné les intrigues inégales (entre autres les neuf dragons) qu’il m’a servies. Mais point trop n’en faut, n’est ce pas ? Je préfère nettement quand il tient la route.
Je l’ai vu trop fumé, boire exagérément, draguer sans délicatesse, s’emporter sans réfléchir, parler trop vite….mais aussi, tomber aux trente sixièmes dessous, refuser les mains tendues, se torturer l’esprit…
Harry Bosh est maintenant chargé de famille, il a récupéré sa fille suite au décès de la mère de cette dernière. Il boit avec parcimonie, est proche de la retraite et a appris à (essayer de) tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Est-ce que c’est sa façon à lui de vieillir ?
Pour autant, il n’a rien perdu de sa verve, de sa combattivité, de son acuité (même si, régulièrement, il se remet en cause, ce qui en soit, à mon sens, est une bonne chose si on n’abuse pas), de sa volonté de résoudre les enquêtes qu’il doit mener, de faire tomber ceux qui font souffrir des innocents. Il ne supporte pas d’être manipulé, qu’on l’utilise. Il a parfois tort et a du mal à le reconnaître (comme beaucoup d’hommes, désolée messieurs, c’est souvent vrai) mais son caractère le rend attachant et dès que vous le rencontrez, il devient un familier.

Harry travaille avec un coéquipier David Chu. Ils doivent examiner deux situations délicates : un homme qui est tombé d’un balcon (suicide ou accident ?), fils d’un conseiller municipal, et un problème de viol remontant à plusieurs années. Les deux affaires vont être menées en parallèle. Les éléments découverts le sont petit à petit. On suit Bosh dans ses raisonnements, ses réflexions ; on écoute ses arguments, on observe ses déductions. On se sent vraiment partie prenante de ce qui se déroule sous nos yeux. De plus, contrairement à d’autres fois, les événements sont clairs, s’enchaînent sans qu’on se sente perdu. Pour autant, on n’est pas du tout dans une aventure simple et basique. C’est très intéressant de voir comment Harry affute son regard,
Les questions vont être nombreuses, pourquoi le père du « sauteur » a –t-il exigé que Bosh couvre l’affaire ? Jusqu’à quel point les politiques et policiers sont-ils corrompus ? Pourquoi, pour le violeur, faut-il attendre vingt-cinq ans pour avoir un éclaircissement ? C’est quoi, cette justice américaine ? Jusqu’où la presse manipule-t-elle la vérité ?
A l’ère du numérique, Bosh reste fidèle à ce qu’il appelle « le livre du meurtre » : un gros classeur dans lequel il met ses différentes trouvailles, ses notes etc… Il est humain et entretient parfois des relations difficiles, sur le cordeau, avec ceux qui lui sont proches : son partenaire, sa fille, la femme qui fait battre son cœur, ses supérieurs… Il n’a pas toujours tort mais être sur la défensive et la réserve assez souvent génère de temps à autre des conversations tendues avec ceux qu’il côtoie. Il a du mal à se laisser aller, comme s’il avait en permanence le besoin de contrôler (ses émotions, son activité….) mais c’est pour ça qu’on l’aime et qu’on s’attache à ses pas ! D’autant plus que toujours, il reste droit dans ses bottes, en quête de vérité rejetant magouilles et influences.

On retrouve les qualités d’écriture de Michae lConnelly (il semblerait que cet ouvrage ait été écrit en 2011….) avec un style acéré, un vocabulaire adapté, des dialogues corrosifs où on lit avec bonheur un Harry sans langue de bois, écoutant (ainsi que sa fille) de la très bonne musique (Chet Baker et bien d’autres, que l’on peut mettre en fond à la lecture des pages). On a aussi la chance de suivre les pensées intimes des protagonistes. Premiers ou seconds rôles, tous sont parfaitement intégrés au roman, bien décrits et très réalistes.

Une excellente lecture !
22 commentaires| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 10 mai 2014
Bosch n'est plus très loin de la retraite et s'occuper d'affaires anciennes non résolues (Cold Cases) devrait lui permettre de consacrer davantage de temps à sa fille de 15 ans et, pourquoi pas, à sa propre vie sentimentale, en jachère depuis un bon moment. Pure vue de l'esprit, on s'en doute, son créateur, Michael Connelly, ne lui donnant pas une enquête, mais bien deux, à résoudre, dans son nouvel opus, Ceux qui tombent, à considérer d'ores et déjà comme l'un des meilleurs de son auteur. Et ce pour pas mal de raisons. Le talent qu'il démontre, tout d'abord, pour passer d'une affaire à un autre, sans jamais perdre le fil, au gré de rebondissements subtilement agencés. Et puis, Connelly tire sur plusieurs cordes à la fois : le polar classique, avec un serial killer particulièrement terrifiant ; le thriller politique où la corruption et les trafics d'influence mènent le bal. Manipulé, Harry Bosch ? Ce n'est rien de le dire. Enfin, il y a le portrait intime de ce flic vieillissant, dont la vue et les réflexes baissent. Pas encore bon pour la casse, bien entendu, mais tout de même un brin abîmé. Et de plus en plus amer et désemparé dans une société où les coups bas sont plus nombreux que les tirs au révolver. A l'image de ses confrères scandinaves, le personnage de Bosch est de plus en plus attachant et ... misanthrope. Avec Ceux qui tombent, Connelly a réussi le coup presque parfait : des intrigues qui ont du répondant, un arrière-plan social très présent et une profondeur psychologique (philosophique ?) indéniable.
0Commentaire| 34 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Mariachi Plaza
8,30 €
Dans la ville en feu
8,10 €
Les dieux du verdict
8,60 €
Volte-face
8,10 €
Le Cinquième Témoin
8,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici