undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles277
4,1 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:20,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 14 octobre 2011
C'est incontestablement l'un des plus beaux livres que j'ai lu. J'aurai tant aimé écrire ainsi sur la vie de ma propre mère. Ce livre est un cadeau, pour sa mère, mais pour nous, lecteurs, également. Ma mère souffre de la même maladie, les troubles bipolaires, une sorte de folie, qui a sinistré toute mon enfance, et qui encore aujourd'hui, à 43 ans, me touche infiniment. Ce livre doit être lu, c'est nécessaire. Il est magnifique, bouleversant, je l'ai terminé les yeux brouillés de larmes. C'est surtout, et avant tout, un bel hommage à Lucile, et il transpire à chaque page l'immense amour de Delphine de Vigan pour sa mère. Il y a beaucoup de pudeur, c'est indéniable, on ne sait pas tout, et heureusement... J'espère de tout mon coeur que ce livre recevra un prix. Il me hantera longtemps, très longtemps... A lire, dans l'urgence.
22 commentaires|56 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 septembre 2011
Dernier ouvrage de Delphine De Vigan qui vient de rejoindre les autres dans ma bibliothèque. Roman vibrant, prenant, émouvant, tout au long du récit on découvre les secrets familiaux, leurs incidences sur les générations qui suivent, les fêlures laissées si bien décrites par l'auteure et perceptibles par le lecteur. On y voit et sent la douleur de vivre auprès d'un être cher malade et combien il est difficile à la fois de le protéger et de se protéger pour cheminer vers sa propre vie d'adulte; entamer doucement le chemin de la résilience
Ce roman, trop vite lu à mon goût, m'a laissé beaucoup d'émotions bien après avoir tourné la dernière page. A mon sens, le meilleur que j'ai lu après No et Moi...
11 commentaire|62 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout d'abord je tiens à remercier les éditions JC Lattès pour m'avoir permis de lire ce livre.

Delphine de Vigan est une auteur française dont le nom a émergé récemment auprès du public avec l'adaptation au cinéma de son roman No et Moi, roman émouvant et bouleversant.
Et bien ce roman ci m'a également profondément touchée. Il m'a émue au larmes, touchée, fait sourire, révoltée...Une palette de sentiments avec lesquels on n'est pas forcément à l'aise. Mais qu'importe. Cette lecture fut admirable, et je ne la regrette pas une seconde ! Merci pour cette histoire !

Pleine de pudeur, de craintes, de drames, de silence et de cris, de violence et de tendresse, ce roman qui tend à donner une dimension auto-biographique ne peut laisser indifférent. On aime ou on déteste ce genre.

L'auteur raconte sa mère. Sa mère telle qu'elle l'appréhende au travers des témoignages, oraux ou non, de ceux qui l'ont connu. Tout commence par son enfance, sa fratrie et ses parents, l'époque, puis sa vie d'adulte, ses déchéances et ses désespoirs.
C'est un témoignage bouleversant sur une femme qui a souffert de troubles psychiatriques qui l'ont éloignés des siens. Un témoignage d'une enfant qui a trop vite été confronté à la vie dans ce qu'elle a de plus dure : la perte - à tous les niveaux.

Ce livre provoque un sentiment de voyeurisme chez le lecteur - on veut en savoir plus - sentiment qui se mâtine d'un peu de honte dans mon cas "comment autant se plongée dans la vie de cette femme ?".
Mais les personnages sont changeants, et le récit, mouvant, nous révèle différentes facettes de l'époque, de la famille, des gens. Notre opinion évolue au fil du livre, au fur et à mesure des souvenirs et des révélations.
On a pas le même regard sur Liane et George au début et à la fin, comme si nous aussi nous grandissions, comme Lucile. Comme Delphine.

L'auteur a su illustrer dans ce roman le "classique" d'une famille, nombreuse ou pas. Les non-dits, les silences, les moments de joies, les souvenirs et les traditions, mais aussi les pertes et les haines, les chagrins et les blessures. Les rancunes et les incompréhensions.

Ce roman est magnifique, triste et pourtant porteur d'une certaine joie. La vie continue.
44 commentaires|163 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Delphine de Vigan, que l'on avait pu rencontrer avec "Jours sans faim" ou le plus récent "No et moi" signe un nouveau roman, consacré à la vie de sa mère: "Rien ne s'oppose à la nuit", titre emprunté à la célèbre chanson "Osez Joséphine" d' Alain Bashung.

Il est difficile, reconnaît humblement Delphine de Vigan, de faire un roman sur sa vie de famille, sur sa mère. Cette dernière, confessent les premières pages, s'est donné la mort a soixante-et-un an, et fut retrouvée par sa fille, après cinq jours, dans son appartement.

Difficile de traiter d'un sujet intime, qui soit assez général pour intéresser, assez personnel pour être sincère, assez authentique pour permettre à son auteur de sublimer réellement le choc de cette mort, qui quelque part, ne lui aura pas épargné cette rencontre terrible avec l'autre visage de l'être aimé, celui du cadavre.

C'est donc un livre que l'on aborde avec une hésitation qui est avant tout celle de son auteur.

Tout au long, l'auteur intercale des chapitres intermédiaires, ou elle revient sur ses difficultés à traiter d'un noeud si serré, si présent, et qu'il faut bien dénouer, malgré la peur de se tromper, de romancer, de décevoir ou de trahir sa famille, les survivants...

Mais nul doute, il s'agit d'un livre bouleversant, qui évoque la faille qui existe chez chacun, à sa façon. Chaque famille traîne ses fantômes familiers, et la douloureuse et indispensable sociabilité qui fait vivre l'homme en famille plutôt que seul, à la manière de la fable du porc-épic de Schopenhaueur, toujours désireux de se rapprocher de son semblable pour lutter contre la froideur de ce monde, mais toujours blessé, un mythe du Sisyphe de l'homme sociable.

Lucile Poirier vois le jour dans une famille de neuf enfants. Elle grandit dans le bruit, les chahuts, la compagnie, la fraternité, la peur, dans une famille qui perdra comme par une étrange malédiction trois de ses fils, et aura un dernier garçon trisomique. Car une fatalité terrible anime chacune de ses pages. Peut-être même ne nous plongerions nous pas autant dedans si on ne les ressentait pas comme terriblement vraies.

Après la mort accidentelle d'un tout jeune frère, la famille oscille entre précarité et abondance, entre les grossesses renouvelées de Liane, la mère, et les réussites professionnelles de Georges, le père. Liane est une mère totale, faite pour mettre au monde des bébés et s'occuper de sa maison. Conditionnée à faire tourner son foyer jusqu'à l'obsession et l'aveuglement. Georges est un homme avant d'être un père. Il aime les femmes, et les jeunes filles. Il est un personnage plus énigmatique, que la réserve et sûrement l'impossibilité de percer le mystère empêche l'auteur de cerner pleinement (Lucile écrira qu'elle avait été violée par lui "dans son sommeil", mais comme il en est d'usage dans les famille où l'on ne parle pas vraiment, aucun scandale n'éclatera, et Lucile ne sera pas entendue, emportant avec elle le souvenir de ce qui avait pu advenir).

Après le suicide de deux de ses frères, la raison de Lucile commence à vaciller. On la diagnostique bipolaire, comme la soeur de sa mère (la répétition est un thème fort de l'ouvrage, même si elle n'est pas détaillée, le livre n'est volontairement pas psychanalysant).

Pour ses deux filles, une vie de combat contre la folie et la précarité s'engage.

Ce livre est délicat. Il est pudique et respectueux, honnête et digne.

Par l'écriture, Delphine de Vigan essaie de se réconcilier avec celle qui l'a laissé sur un au revoir bien douloureux. L'écriture apparaît comme une manière de dompter un passé obscur, entremêlé à une histoire familiale obscure, mais de cette noirceur par bien des aspects toute puissante, l'auteur essaie de tirer une lumière, et s'en référant à l'artiste du Noir par excellence, Pierre Soulages qu'elle cite: " Mon instrument n'était plus le noir, mais cette lumière secrète venue du noir".

Rien ne s'oppose à la nuit, c'est la réconciliation avec la part des ténèbres en soi, qu'il faut bien accepter, pour ne pas sombrer dans la dichotomie. C'est le roman de la réconciliation dans le doute, dans l'obscur, l'ataraxie de celui qui accepte que rien ne peut plus s'opposer à la nuit tombée.

Emma Breton
33 commentaires|89 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2011
Aussi intime qu'universel. Ce roman est bouleversant, alors même qu'il ne crée pas forcément d'échos réels dans votre vie. C'est un livre sur l'âpreté à grandir, sur l'injustice et l'invisibilité des liens au sein d'une fratrie, sur le non-dit des familles incestueuses, sur l'incompréhension de ce qui lie les êtres entre eux et de ce qui vous en éloigne. C'est un livre sur la solitude à laquelle on ne peut pas se résoudre. C'est un livre d'adultes tardifs. Nous vivons une époque où nous grandissons tard ...

Aussi dur que tendre. Il y a de l'ivresse, de l'indécence, de la curiosité à comprendre la vie réelle traversée par ceux qui nous ont donné la vie, qui l'ont chargé aussi. Mais il y a surtout du ré-enracinement. Dans certaines cultures ancestrales il est dit que tout individu sur terre naît chargé de la vie de certains membres de sa famille. Et s'il tient à vivre sa vie ici-bas, y accomplir son destin, il lui faut renaître.

Dans ce lien maternel défaillant, on compte sur sa fratrie, pour assurer notre besoin de sécurité. Mais nous ne sommes pas égaux dans une fratrie, nous restons des individus avec nos personnalités propres. Les relations entre les personnes sont comme tissées dans des liens invisibles et pré-existants. Ces liens étaient là avant nous et gouvernent nos façons de se répondre, de s'opposer, de se chérir. On peut être effroyablement seul dans sa fratrie.

L'âpreté à devenir grand n'est que le début de notre responsabilité d'adulte : nous nous devons ensuite de protéger l'enfance. Et une façon de protéger l'enfance est de vivre sa vie d'adulte, pas de la rêver ou de l'envier ou de l'enrager
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2011
Ce livre spécial est l'histoire d'une saga familiale sur 2 générations, vu par le prisme de la "troisième" ! La première partie est somme toute, logique et se passe comme dans toutes les fratries ou presque. La seconde partie par contre est "plombée" ! L'atmosphère est irrespirable ! Le lecteur est englué entre la maladie, la folie, les accidents, les suicides, les doutes, les angoisses, les peurs....l'extrême violence du "crabe" et des traitements qui l'accompagne... et surtout les "silences". Imposés par la maladie, il conduisent inévitablement aux "suicides" encore et encore.....
C'est un beau roman ou le lecteur sent et ressent tout avec une grande justesse dans une écriture simple. Ce livre a la beauté sombre et courageuse pour décrire de douloureux moments de vie !
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2011
Le livre raconte la quête d'une jeune femme sur le passé de sa mère, qui vient de mourir. Un passé très douloureux car cette dernière était atteinte d'une psychose maniaco-dépressive. Pour quelle raison cette très belle femme, née après-guerre, dans les années 1945, a-t-elle plongée dans de telles affres? Delphine de Vigan se plonge dans les archives familiales, interroge ses proches, les soeurs et frères de sa mère, sa propre soeur, son père. En ressort, l'apparence d'une grande famille bourgeoise joyeuse et turbulente. Mais cette image se fissure, dès que Delphine de Vigan gratte un peu: Alcoolisme, accidents mortels, suicides, dépressions, tel est le lot de cette famille modèle aux ressorts monstrueux. Famille, je vous hais, famille je vous aime...Delphine de Vigan balance avec sensibilité entre ces deux antiennes. Pour autant, si j'ai avalé le livre d'une traite, je me sens un peu mal à l'aise, sans doute parce que ce livre prolonge une mode très actuelle où priment les histoires nombrilistes et psychologisantes. Dans ce genre là, il est au-dessus du lot, mais ce côté doloriste m'agace et m'ennuie. On a envie de dire à l'auteur que nous avons tous nos secrets de famille, tous des grands-mères un peu cinglés et des pères absents. Je ne suis pas sûre que ce type de lecture très douloureuse soit à mettre en toutes les mains, surtout lorsqu'on souffre soi même d'une famille toxique.
1515 commentaires|118 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2012
Delphine De Vigan nous livre un roman intimiste qui plonge au coeur de la mémoire familiale.

L'auteure, par une approche singulière, décrit les angoisses vécues dans le cadre de la rédaction d'un roman.
Elle s'est rapprochée des membres de sa famille pour cerner au mieux la vie de Lucile, une mère dépassée par la vie et les évènements qu'elle a vécus dans son enfance (inceste, mort, suicide...).
Au travers de différents entretiens, photos et les différentes versions de chacun, elle essaie de se rapprocher au plus près de la vérité, elle doit faire face à de nombreuses remises en questions et lutte contres les démons de son enfance pour tenter de nous décrire la vie tumultueuse de Lucile.
Ce roman très original, par son écriture, est captivant de bout en bout et nous pousse à nous interroger sur nous même et l'influence des évènements familiaux dans la vie de chacun.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mai 2015
Des éloges dans les médias, des avis de lecteurs plutôt enthousiastes, des prix littéraires (Prix du roman Fnac 2011, Prix Renaudot des lycéens 2011, Prix roman France Télévisions 2011, Grand prix des lectrices de Elle 2012) et pourtant, j'ai trouvé ce livre ennuyeux et j'avoue avoir "calé" bien avant la fin !
Je n'ai pas aimé le style d'écriture, je n'ai pas aimé l'ambiance glauque de cette auto-analyse , je n'ai pas aimé le sentiment de voyeurisme qu'elle m'a procuré... bref, je n'ai jamais réussi à m'intéresser un tant soit peu à l'histoire racontée dans ce roman nombriliste (encore moins à entrer vraiment dedans) et je me suis arrêtée après la lecture laborieuse du premier tiers.
Du même auteur, j'avais pourtant adoré "No et moi"....
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2013
Cette femme a le mérite de raconter la vie de sa mère, malgré les choses très difficiles qu'elle a vécues et qui ont forcément retenti sur l'enfance de l'auteur.
Il y en a des choses à raconter sur cette famille, j'étais un peu déçue parfois que tout soit centré sur le personnage de la mère, j'aurais aimé en savoir davantage sur les autres membres de la famille. On a l'impression que cette maman a passé sa vie à être triste.

En bref : j'ai trouvé l'histoire de cette famille, de cette maman, très intéressante, émouvante. Je suis par contre déçue des interventions perpétuelles de l'auteur qui dit que c'est dur d'écrire un livre sur sa mère, qu'elle ne sait pas si elle écrit des choses exactes ou pas. Au bout d'un moment, c'est lassant de la voir répéter la même chose, c'est même très agaçant à la fin !

Une phrase m'a interpelée au milieu du livre : ai-je mal compris ? Il m'a semblé que Delphine de Vigan avait des choses à raconter sur la vie chez son père (où elle dit avoir découvert d'autres horreurs) mais rien n'est développé à ce sujet dans toute la fin du livre. Cela rejoint ce que je disais, tout le livre étant centré sur l'histoire de sa maman. Et c'est dommage, j'espérais qu'un fait inattendu dans l'histoire amène un peu de suspense, mais non...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus