undrgrnd Cliquez ici Toys KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici ECFR_GNO_Flyout Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles209
4,2 sur 5 étoiles
Prix:23,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 20 janvier 2015
Il ressort de ce livre l'amère constatation que l'intelligence de haut niveau est un fardeau et qu'elle est toujours assortie d'une hyper-émotivité qui complique encore la vie. Le sujet "HP" vit parmi les autres comme un extraterrestre, à se demander pourquoi il est si différent, pourquoi les autres réfléchissent si peu (par rapport à lui, qui est dans l'hyper-réflexion permanente). Pour ceux qui vivent cette situation, le livre est presqu'un soulagement, car il permet de découvrir qu'on n'est pas seul à vivre cette errance liée à l'intelligence sur-développée.
L'auteur tente aussi d'ouvrir des portes pour le "mieux vivre" ou le "mieux gérer" cette différence, que les autres auraient tendance à percevoir comme une chance... mais qui n'en est certainement pas une!
A mettre aussi et surtout entre les mains de ceux qui cotoyent un individu "HP" pour mieux comprendre ce qu'il est et qui il est!
33 commentaires|44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2008
Avec « L'enfant surdoué », déjà très documenté et pratique, on pouvait seulement avoir le souci d'être des parents bien informés sur la précocité de son enfant pour l'aider à vivre sereinement sa différence. Mais pourquoi autant de passages nous faisaient-ils bizarrement monter les larmes aux yeux ? Avec « Trop intelligent pour être heureux ? L'adulte surdoué », le voile se déchire! Avec ce ton toujours bienveillant, clair et simple, Jeanne Siaud-Facchin nous amène peu à peu à prendre conscience d'un fonctionnement trop longtemps refoulé dans le souci d'être le plus « normal » possible. Elle explique avec précision combien les adultes surdoués ne doivent pas être pensés comme « plus » intelligents mais comme intelligents « autrement ». Elle met également en lumière la sensibilité si particulière, souvent encombrante, qui peut handicaper le surdoué dans sa vie personnelle ou professionnelle.
Merci à elle d'avoir mis en mots de façon si juste les forces et les faiblesses d'un fonctionnement « autrement » normal pour apprendre à l'apprivoiser et exister au plus près de ce que l'on est. Etre le plus authentique possible et cesser de vouloir se « normaliser » à tout prix.
A titre professionnel, ce livre est une vraie ressource pour tous les adultes en souffrance (au travail ou ailleurs) qui ne présentent pas de pathologie clairement définie au DSM4 (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) et qui découvrent finalement que la source de leurs difficultés réside dans ce surdouement jamais révélé. Il n'est jamais trop tard pour être heureux !
Grâce à ce livre, le meilleur sur la question, découvrez votre face joyeuse et devenez heureux !
Isabelle Pailleau
Psychologue, Clinique du travail et des apprentissages
55 commentaires|269 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2008
Le premier livre de Jeanne Siaud-Facchin sur l'enfant surdoué permettait déjà à l'adulte, de découvrir ses rayures (un surdoué est baptisé « zèbre »). Ce nouvel ouvrage est le seul que je connaisse qui lui soit dédié exclusivement. La qualité est toujours au rendez-vous. La description des symptômes fera pleurer encore beaucoup ceux qui se reconnaîtront. C'est un bon moyen de se diagnostiquer. Mais l'auteure ne se limite pas au constat, elle nous donne des conseils avisés et pertinents, toujours avec bienveillance. Ses consultations et ses recherches lui permettent d'expliquer en quoi l'adulte surdoué n'est pas que du « plus » mais aussi du « différent », en quoi il est « surdouillet » de par son extrême sensibilité. Se savoir « surdoué » à l'âge adulte est une découverte déterminante pour la connaissance de soi. Son passé est revisité, les décisions prises mieux assumées, les souffrances quelques fois endurées sont plus facilement expliquées. Beaucoup de lecteurs ne se sentiront plus « seuls » à la lecture de cet ouvrage qui mérite 5 étoiles par son utilité et l'aide qu'il peut apporter. Si vous vous reconnaissez en feuilletant ce bouquin, ayez le courage de l'acheter «ne soyez pas trop peureux pour découvrir votre intelligence ».
0Commentaire|155 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 28 octobre 2012
Ma thérapeute m'a recommandé ce livre (elle commençait à me connaitre...), ce fut un véritable choc, à 37 ans, de me reconnaitre et me comprendre au fil des pages. Ce fut aussi salvateur, car cette lecture, associée à mon travail en thérapie, m'a permis de passer à la vitesse supérieure pour mieux maitriser mon hypersensiblité et canaliser mes pensées et mon imagination débordantes. Un soulagement. Revisiter mon passé, mes souffrances, mon sentiment de décalage, l'envie de ne plus être là parfois, l'ennui, la solitude, à la lumière des explications. "Connais toi toi même", s'accepter, se re-connaitre, c'est le début de la véritable liberté intérieure. Je vais passer les tests pour confirmer, j'en ressens le besoin, sans doute pour pouvoir en parler plus facilement à mes proches ensuite. Bref un grand MERCI à Madame Siaud-Facchin car ce livre a littéralement changé ma vie et je crois bien ne l'avoir jamais dit pour aucun autre ouvrage!

Par contre, ce qui m'a gênée, c'est son admiration devant les surdoués, cette "vénération", ça me mettait mal à l'aise pendant la lecture. Et le manque de pistes pour "vivre avec". Heureusement que je fais un travail sur moi. Je voudrais rajouter qu'il y a d'autres auteurs à découvrir, elle n'est pas la première ni la seule à avoir écrit sur le sujet.

D'une manière générale, je trouve dommage que les titres des livres sur la surdouance ne mentionnent jamais l'hypersensibilité, ils laissent à penser que la surdouance n'est qu'une affaire de QI, or c'est faux, il y a tout l'aspect émotionnel, artistique et sensitif. Qui, heureusement, est très bien traité à l'intérieur de cet ouvrage. J'ai souvent entendu Mme Siaud-Facchin répéter lors de ses interviews que "les surdoués pensent tout le temps avec leur cœur". La formule est très juste.
0Commentaire|42 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2011
Comment dire ? ...Pas facile !!....
Quand, depuis votre tendre enfance on vous dit « intelligent », et même très intelligent.. mais que pour vous, ce n'est synonyme, que de souffrance et de solitude...d'incompréhensions et de déséquilibre, et parfois même de rejets..
Quand enfin, à 46 ans, vous prenez votre courage a deux mains et vous décidez à passer des tests(2) pour quantifier votre décalage et votre souffrance.
Et qu'on vous dit : « Monsieur !! Vous avez un QI qui dépasse celui de 98% de la population !! C'est probablement de là que vient tout votre mal être !!»
Alors, après le choc, un peu plus conscient de ce que vous êtes et rassuré de ne pas être fou ou débile, il ne vous reste plus qu'a vous découvrir, pour mieux vous accepter et faire face au monde en revendiquant votre différence, en la vivant pleinement.
Et c'est là qu'intervient ce livre..(Entre autres, bien sur !!) ...
En le lisant, souvent la larme a l'aeil, je me disais... « C'est terrible !!Comment cette femme que je ne connais pas, parvient à me connaitre si bien » ... « alors que tant de gens proches de moi, ne parviennent pas à percer mon secret » ...
Ce livre, m'a prouvé que je ne suis pas le seul dans ce cas, que bien d'autres ont soufferts de ce cadeau empoisonné, qu'est l'intelligence supérieure dans une société qui n'est pas prête à nous considérer autrement que comme des mutants ...
Il m'a rassuré et m'a aidé à me retrouver un peu plus et j'espère qu'il en sera de même pour vous qui me lisez.
11 commentaire|85 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mars 2015
Que c'est bon de se reconnaître, de se voir à travers le prisme de la douance, de faire place à une réalité enfin admise et légitimée dans une société qui a si peur de l'atypique. Que c'est bon de se sentir exister dans une communauté plus grande qu'on ne l'imaginait, de ne plus remettre l'acquis en question, de comprendre ce fameux décalage doublé d'une certaine étrangeté à l'autre.

Que c'est agréable de voir quelqu'un prendre son temps pour nous qualifier, choisir les mots doux et justes, accueillants et bienveillants, d'en réviser d'autres pour ne pas précipiter le jugement mais aussi pour assourdir un moment le ton radical d'une critique quasi-quotidienne aussi brutale qu'ignorante... souvent depuis toujours.

D'ailleurs, quelle remontée dans le temps de l'enfance ! Les flash-backs entre les commentaires des bulletins scolaires "A toujours la tête dans les étoiles..." (Allez leur expliquer qu'on recherchait simplement les autres domaines d'application possibles de leurs théories de façon transversale...) à Maman qui vous dit : "C'est une conversation entre adultes ! Il serait bon de ne pas t'en mêler" abondent. Et on ne parle même pas des copines de 35 ans qui vous racontaient leur combat contre l'excision dossiers en main par une belle après-midi d'été...quand vous n'en n'aviez que 15. A cet âge, ça paraissait normal. A la lecture de l'ouvrage, c'est franchement plus marrant !

Tout n'est certes pas rose. Forcément, le surdoué surprend. Il dérange, ressent tout, prédit, confronte. On nous aime ou on nous déteste. On nous déteste encore plus parce qu'oser dire que l'on est surdoué reviendrait presque à se porter volontaire pour être châtié sur la place publique. Alors on s'aime moins ou on se fuit, on vit en toute discrétion, on se tait et on accroît très certainement cette bonne vieille souffrance et sa très fidèle solitude. Ou alors on fait diversion et on s'ennuie terriblement !

Mais là, avec l'auteure, c'est surtout sa chère et tendre vulnérabilité, sa façon d'être au monde, sa façon d'être finalement "unique mais pas tant que ça" qu'on embrasse, qu'on accepte, et qu'on libère. Avec l’acceptance et les propositions, surgit une confiance réinventée avec une énergie sans limites et on reconnaît ses pairs au premier coup d’œil aussi. Tout ça c'est bon à prendre. Et on ne fait pas l'économie d'un(e) psy qui sait de quoi il/elle parle.

Merci à Jeanne Siaud-Facchin d'avoir si brillamment réussi à lever le voile sur une frange de la population encore bien méconnue, encore trop mal jugée.

Je le recommande à quiconque souhaite se reconnaître, s'accepter et mieux rebondir grâce à son intelligence inscrite dans le "trop".
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2014
Je recommande ce livre à toutes les personnes qui se posent des questions sur leur malaise, leur différence face à la vie, face aux autres et qui n'ont jamais imaginé "être différent" tout simplement.
En découvrant cette vérité, j'ai "pleuré" parce que j'ai enfin compris pourquoi j'ai toujours dit : "je ne suis pas née sur la bonne planète, je ne suis pas à ma place !!!"... pourtant je ne suis pas "une surdouée", enfin je n'ai jamais fait les test :-)
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 octobre 2015
Après des années d'errance personnelle et professionnelle au cours desquelles je me suis affublée de toutes les maladies mentales possibles, j'ai commencé à m'intéresser à la question du haut potentiel et l'on m'a recommandé la lecture de ce livre référence.

La douance est une nébuleuse autour de laquelle gravitent bien des idées reçues et, malgré un titre un brin provocateur, cet ouvrage invite le lecteur surdoué et non surdoué à reconsidérer la douance ; à la voir non pas comme une somme de capacités exceptionnelles et supérieures à celles du commun des mortels mais comme une différence, avec ses écueils et ses défis au quotidien. Un regard compatissant et parfois tendre sur ces drôles de zèbres...

Cet ouvrage restant assez vulgarisateur, beaucoup de personnes pourront, à plus d'un titre, se reconnaître dans le portrait que nous brosse l'auteur de l'adulte surdoué.
Certains ne feront que repérer que quelques indices, pour d'autres le choc de se voir ainsi mis à nu fera l'effet d'une véritable révélation.
Ce qui ne signifie pas pour autant qu'un vague pressentiment ou une totale certitude d'être ou de ne pas être soit suffisant pour répondre à la question qui nous a tous réuni vers ces lignes :"Serais-je un ou une adulte surdoué(e) ?"
On referme le livre et les doutes subsistent...

Pour ma part, il m'aura fallu attendre encore trois ans pour achever ma démarche et passer le fameux "test", le WAIS, et ainsi confirmer ce que j'avais osé imaginer : je suis une adulte à haut potentiel.

Le meilleur (et peut-être le pire) reste encore à venir... Mais au moins j'ai pu faire la paix avec moi-même.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 novembre 2009
Il y a dans ce livre de JSF des choses très intéressantes. Elle maîtrise clairement son sujet et décrit très bien ce qui caractérise la douance au point de vue neurologique, ainsi que le fonctionnement particulier qui en découle. Elle détaille avec sensibilité les traits de caractères qui peuvent en découler.

Ce qui me chiffonne, toutefois, c'est qu'elle s'appesantit énormément sur tout ce qui touche aux émotions et à la sensibilité. Or, il n'est pas possible de dresser le portrait-type d'un surdoué, ceux-ci pouvant avoir des personnalités radicalement différentes. Et, d'autre part, du fait de l'organisation du livre et de l'ampleur de la partie consacrée aux symptômes de mal-être, je crains que certains lecteurs n'en viennent à oublier que, ce qui caractérise un surdoué, c'est avant tout la rapidité de fonctionnement du cerveau, pas l'empathie ou le sens de la justice. De ce fait, un surdoué peut très bien ne pas du tout se retrouver dans ce qu'elle décrit. Tandis que, au contraire, quelqu'un qui n'est pas surdoué peut tout à fait s'y retrouver. En effet, l'hypersensibilité et l'empathie ne sont, fort heureusement, pas l'apanage de ceux qui ont un QI élevé. Il me semble donc possible que des personnes qui ne vont pas bien puissent se persuader à la lecture de ce livre qu'elles sont surdoués et y voir l'explication de leurs souffrances, et, si elles se décident à passer un test, qu'elles se retrouvent à sombrer encore plus bas s'il s'avère au final qu'elles ne sont pas surdouées. C'est ce point qui me paraît inquiétant.

Deuxième aspect qui m'a gênée : elle s'appesantit énormément sur les souffrances et le mal-être générés par la douance. Il y a bien un chapitre qui est censé traiter des surdoués qui vont bien, mais elle se borne grosso modo à dire « les gens heureux n'ont pas d'histoire » avant de revenir très vite à ceux qui ne vont pas bien. Je comprends qu'elle veuille montrer que, contrairement aux idées reçues, la douance n'est pas un gage de réussite scolaire et professionnelle et n'est pas forcément facile à vivre, mais je trouve qu'elle en fait trop et qu'elle a une fâcheuse tendance à sombrer dans le pathos. Je ne dis pas que la douance ne peut pas être mal vécue et source de souffrances pour certains, je dis simplement qu'il ne faut pas oublier qu'elle peut aussi être très bien vécue et que c'est tout de même une chance et pas un handicap. Enfin, la dernière partie du livre est consacrée aux solutions qui peuvent être mises en oeuvre pour que les surdoués apprennent à mieux vivre avec leurs capacités et les transforment en atout. J'ai regretté que ces solutions soient traitées trop rapidement et de façon trop abstraite.

En résumé, je dirais que c'était un livre qui contient des informations intéressantes, mais qui a une optique trop commerciale. A ceux qui veulent comprendre ce qu'est la précocité, je recommanderais plutôt la lecture, même s'ils traitent essentiellement des enfants et n'abordent les adultes qu'en passant, des ouvrages de J-C Terrassier, Arielle Adda ou Sophie Côte.
3131 commentaires|135 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2014
Franchement si vous êtes HPI ce livre vous décevra. J'avais toujours envie de mettre sur avance rapide tellement les clichés s'accumulent et se perdent au milieu des longueurs.
Il s'agit d'un livre commercial, de vulgarisation et je n'y ai rien appris, ou du moins pas grand chose. Choses en question que j'avais déjà lues sur le net ( il existe tellement d'excellents sites avec des infos vraiment efficaces.) ou dans d'autres livres plus concentrés.
Bref livre ennuyeux, à lire à la rigueur si vous débutez vos recherches sur le haut potentiel.
22 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus