undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
12
4,7 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

TEMPLE DE LA RENOMMEEle 29 octobre 2003
Le premier album de Stephen Stills, qui n'était pas vraiment un débutant , vu son CV (Buffalo Springfield, CSN & Y) est presque meilleur que tout ce qu'il a pu réaliser auparavant !
Il aborde ici tous les genres avec le plus grand bonheur, à commencer par le Gospel avec l'hymne "Love the one you're with" (repris plus tard par Joe Cocker, les Isley Brothers et bien d'autres), la ballade Folk ou Blues ("Cherokee" et "Black Queen" : deux grands moments magnifiés par son doigté subtil de guitariste acoustique virtuose) et le Rock West-Coast. A noter qu'il est accompagné par Jimi Hendrix, dans l'une des ultimes apparitions du Voodoo-child sur "Old Times, Good Times", et par Eric "God" Clapton sur le morceau suivant, un "Go back home" anthologique !
Pour ceux qui douteraient encore du talent de Stills, voir aussi le disque avec Manassas, tout aussi somptueux !
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce premier album de Stephen Stills est indéniablement un bon album, mais je n'ai pas été emballé par le côté gospel un peu trop envahissant sur de nombreux morceaux. Si tout avait été du niveau de "Old Times Good Times" s'eut été épatant! Au début j'ai un peu peiné à reconnaitre le style d'Hendrix dans ce morceau, mais sur la fin c'est plus évident.

Je ne sais pas si Clapton jouait déja de la Strat dans son solo sur "Go Back Home", mais la guitare devait être bloquée sur le micro aigu tant on dirait le son acidulé de la Telecaster de Roy Buchanan, ça vrille pas mal les oreilles! Pas un des meilleurs moments du God...

La voix de Stephen Stills est tout au long de l'album très belle, mais cette voix m'a toujours étonné car elle ne colle pas trop à son physique ici encore très juvénile.

Cet album est très varié, trop peut-être ? Les compos sont bonnes, mais pas extraordinaires et je ne retrouve pas ici la puissance de celles de Déja Vu ni la concision et la musicalité du premier Manassas.
77 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2004
Pour les personnes qui ne connaissent pas ce fabuleux guitariste qu'est Stephen Stills, voici un bon album pour le découvrir.
Stills est vraiment un super mélodiste et il nous enchante par son excellent toucher de guitare acoustique sur des chansons comme "do for the others", "we are not helpless" ou le fabuleux "black queen", et nous transporte sur des chansons plus électriques comme "old time good time" et l'immense "go back home"; on peut noter qu'apparaissent sur son album 2 autres excellents guitaristes qui ne sont que Jimmy Hendrix et Eric Clapton, des références quoi.
Donc un album très riche de par ses mélodies diverses et ce son varié, à écouter absolument.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2013
cet album de Stills n'a pas pris une ride et n'en prendra pas: l'oeuvre est intemporelle!
toute les musiques U.S se retrouvent dans ces morceaux de haute tenue.
l'esprit rock est bien là avec une énergie, un swing et une générosité formidable (ah ces vocaux teintés de gospel!!!).
et puis un invité tel que Jimi Hendrix, on ne le fait pas attendre: à écouter les yeux fermés!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 février 2013
nous sommes en 1970 mais c'est une oeuvre qui possède encore l'âme sixtie au sens de la démesure , de la recherche de la note bleue celle qui vrille le cerveau ... le disque de Stills est dédié à Hendrix qui juste avant de disparaître avait enrgistré avec stephen ce rock jubilatoire "old times good times" , Jimi tient la strato et éclabousse les soli avec de la lave en fusion.
Suit une rencontre au sommet avec Clapton sur "go back home"...
il y a aussi une captation live " black queen" voix abrasive au service d'un big blues guitare accoustique, il y a des gospels, il y a un tube" love the one you're with" qui donne la pêche quand il n'y a rien qui va.... C'est foutraque et c'est irremplaçable!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En 1970, Stephen Stills, chanteur, compositeur, interprète, guitariste, multi-instrumentiste (il joue aussi de l'orgue, de la basse, du piano et des percussions sur son album) se la fait solo. C'est son premier album (vous savez celui sur lequel il est photographié jouant de la guitare dans un décor de neige) et l'homme n'est pas n'importe qui. En effet, sa carrière du moment l'a amené à jouer dans deux grands groupes (Buffalo Springfield et Crosby, Stills, Nash & Young) et le conduira vers un troisième (Manassas). On le retrouve également en 1968 à fréquenter Bloomfield, Kooper (deux pointures qui ont bossé avec Dylan) pour réaliser l'album Supersessions. Non seulement, il n'est pas n'importe qui, mais il sait faire, car son disque (quel toucher de gratte sèche !) confirme ses talents de guitariste, de mélodiste, de compositeur. Pour moi, Stephen Stills, l'album, est à ranger dans les plus grands des seventies et de l'histoire de la musique. Black Queen, Love The One You're With (la chanson aurait-elle été écrite pour Véronique Sanson??? Lol!), devenu un véritable hymne, Sit Yourself Down, We Are Not Helpless (en réponse au Helpless de son copain Neil Young?), les fabuleux To A Flame, Cherokee, Old Times Good Times (Hendrix y joue ses dernières notes), Go Back Home (avec notre « Slowhand adoré »), l'acoustique Do For The Others. Pour cet album, le père Stills s'est assuré le concours, excusez du peu, d'un gratin de derrière les fagots : Jimi Hendrix, Eric Clapton, Ringo Starr (qui se fait créditer du nom de Richie sur l'album) John Sebastian, Dallas Taylor, Rita Coolidge, David Crosby et Graham Nash (pour les parties vocales). L'album Stephens Stills, dédié à Hendrix, décédé peu de temps avant sa sortie, est un élément incontournable de la musique, une pure merveille qui chemine entre rock et folk. Avec If I Could Only Remember My Name, cet album est ce qui se fait de mieux dans le répertoire de Crosby Stills & Nash.
33 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 avril 2013
Merci aux divers internautes dont la culture musicale apporte beaucoup, aussi je me contenterai d'affirmer haut et fort que cet album est le reflet exact du talent inventif de S.STILLS, guide musical et "existentiel" de notre jeunesse, et pour mes oreilles qui ont entendu depuis pas mal de nuisances sonores, l'album est toujours aussi indispensable.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 avril 2010
Très fan de rock période 66-79 (c'est-à-dire entre le "Beano" du John Mayall's Bluesbreakers et le "London Calling" des Clash), je m'intéresse surtout aux albums anglais. Alors pourquoi ce disque si typiquement américain ? Parce que sur le 5ème morceau Eric Clapton déboule et livre 2'20'' de folie. Sa Strat' plane telle un oiseau de proie au dessus d'un tapis rocailleux de Whawha d'enfer tissé par Stephen Stills. Cette Whawha et ce phrasé de Stills c'est le véritable kérosène du décollage claptonien. Mais ce 5ème morceau n'est pas le seul grand moment de cet album: sur le morceau précédent, Jimi Hendrix apporte des touches rythmiques et solistes effrayantes (sans doute un peu courtes pour les amateurs du gaucher, mais de toute façon c'est toujours trop court quand c'est Jimi!!!). Avec Clapton c'est aérien, avec Hendrix c'est plutôt l'âme noire de Jack L'Eventreur qui prend possession du Voodoo Chile!
Si vous n'êtes pas convaincus sachez que Stills est lui aussi un des grands guitaristes de l'histoire et qu'avec une simple guitare sèche, il sait faire de grandes choses. Ecoutez donc Black Queen: quel feeling, quel vibrato! Sa gratte devient presque un instrument de percussion. Il a en plus une pure voix de Bluesman. Ah si Clapton pouvait chanter comme lui...! Pour conclure, n'oubliez pas que ce disque compte 10 morceaux et que je n'en ai évoqué que 3. Les autres ne sont pas mal non plus (comme dirait Bridget Jones!).
Convaincu?
Benluk
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2014
Ce premier opus de Stephen Stills en solo est excellent, peut être l'un de ses meilleurs albums en solo. Stills y joue de la plupart des instruments et s'est fait épauler sur certaines plages. A remarque le solo de guitare de Jimi Hendrix (Old Times Good Times), enregistré quelques semaines avant son décès, et celui d'Eric Clapton (Go Back Home). Et les inévitables choeurs des deux potes Crosby et Nash. Si vous ne deviez acquérir qu'un seul album de Stephen Stills, c'est celui-ci qu'il faut choisir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 février 2016
Cet album de Stephen Stills est à tomber par terre... Des guitares subtiles, des chœurs magnifiques, des compos géniales, vraiment tout est parfait, et en prime plein d'invités prestigieux qui ont collaboré, dont Jimi Hendrix. Un album dont on ne se lasse pas.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,99 €
6,99 €
6,99 €
6,99 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)