undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
446
3,7 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:15,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Prometheus » marque le retour attendu et réussi de Ridley Scott dans l'univers de science-fiction qui l'a fait connaître. Après deux long-métrages historiques plutôt mitigés, le réalisateur des « Duellistes » prouve ici qu'il lui reste encore la ressource et le talent pour faire de grands films.

Il question cette fois d'une variation futuriste sur le thème du mythe de Prométhée : des scientifiques découvrent sur terre, dans des grottes ou sur des bas reliefs, des « invitations » vieilles de 35 000 ans qui pourraient avoir été inspirées par des créateurs extra-terrestres de l'espèce humaine. Financée par Weyland Corp., une expédition est organisée pour atteindre la planète dont les coordonnées pourraient avoir été indiquées sur les « invitations ». Arrivés sur place les membres de l'équipage découvrent des éléments de réponses (et de nouvelles questions), dans leur quête d'une rencontre avec leurs « créateurs». L'idéalisme n'est alors plus de mise et les rebondissements nombreux.

Dans un style finalement proche de celui d'Alien, mais avec des effets spéciaux encore plus impressionnants, Ridley Scott parvient dans « Prometheus » à créer un univers et un scénario crédible, s'appuyant sur une des questions les plus anciennes et les plus universelles que s'est posée l'humanité. Les certitudes de l'héroïne fluctuent au fil de ses découvertes et restent aussi fragiles que la petites croix héritée de son père accrochée à son cou : « si nous prouvons que nous avons créateurs, la question de savoir qui les a créé, eux, restera entière ».

Le film développe également une idée intéressante en dressant un parallèle entre la quête de preuves sur les origines de l'homme menées par les scientifiques de l'expédition avec les « sentiments » de leur robot de très haute technologie confrontée lui de manière habituelle à ses créateurs. La réflexion globale sur le thème prométhéen du film est d'ailleurs menée très intelligemment et sans tirer de grosses ficelles. Science et conscience, création et divinité, ou quête de l'immortalité sont au cœur de l'histoire. Les passerelles et les clins d'œil avec l'univers d'Alien sont également bien amenés. La scène finale du film peut laisser enfin présager d'un prolongement éventuel de l'histoire.

Du côté des acteurs, Michael Fassbender, dans le rôle de David (le robot) et Noomi Rapace dans celui d'Elizabeth Shaw reprenne de manière convaincante des personnages types de l'univers de Ridley Scott. Charlize Theron se révèle assez intrigante, dans un personnage moins bien défini. Idris Elba (le capitaine Janek) est également très bien.

La version combo est impeccable, tant pour la gravure du DVD que du Blu-ray. Les bonus, essentiellement des scènes coupées ou des scènes alternatives commentées sont intéressantes pour comprendre la genèse du film.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà clairement le genre de film que j’ai profondément envie de voir et pourtant je ne trouve jamais le temps de le faire. Dire que le film est de 2012. Il aura fallut attendre les premières annonces sur le film Alien : Covenant pour que je me lance enfin dans le voyage du Prometheus !
Le film commence dans un lointain passé, sur Terre, un humanoïde, venant d’être déposé sur notre planète, se suicide en absorbant un liquide noir, son corps se désagrégeant et son Adn se répandant dans l’eau !
Des années plus tard, en 2089, des archéologues, Elizabeth Shaw (Noomi Rapace) et Charlie Holloway (Logan Marshall-Green), découvrent sur l’île de Skye une peinture préhistorique où l’on peut y voir une étrange forme humanoïde désignant six étoiles. Cette peinture est quasiment identique à d’autres dessins picturaux découverts à travers le monde. En 2093, une expédition scientifique découle de ces découvertes, financée par la société Weyland, dix-sept personnes sont envoyées dans l’espace à bord du Prometheus, jusqu’à la planète LV-223, sous les ordres de Meredith Vickers (Charlize Theron).
Les deux archéologues, Shaw et Holloway expliquent aux autres membres de l’équipage qu’ils espèrent rencontrer les Ingénieurs, une race extraterrestre responsable de la création de l’humanité (la scène d’intro du film). Sans plus attendre, ils explorent un bâtiment étrange, notamment en compagnie de l’androïde David (Michael Fassbender) ; Ils découvrent le corps d’un Ingénieur mort depuis plus de deux mille ans ainsi qu’une grande salle étrange, sorte de temple parsemée d’urnes au liquide noir devant une gigantesque tête, sous un plafond recouvert de Xénomorphes.
Ces découvertes marquent le début de la fin. Le groupe d’explorateurs va se faire décimer, l’androïde David va montrer des signes inquiétants, le véritable but de cette exploration va être révélé et d’étranges créatures vont faire leurs apparitions…
Prometheus est un film ouvert qui laisse libre court à de nombreuses interprétations. Pour moi, le personnage central et déterminant dans ce film c’est David ! Tout d’abord car il montre assez régulièrement qu’il a des émotions alors qu’il se défend. Ensuite, et surtout, parce que lors d’une scène il parle avec un Ingénieur, dans sa langue, sans que nous ayons le moindre sous-titre et c’est à ce moment que tout par en sucette avec l’emportement de l’extraterrestre. Que lui a-t-il dit ? Je suis persuadé, à juste titre ou non, je n’en sais rien, que David est responsable de tout ce qu’il se passe sur le Prometheus et sur cette planète. Il manipule tout le monde, jusqu’à la scène finale. Voir la création des Aliens que nous connaissons. Les Ingénieurs sont tous des hommes, et les Xénomorphes des femelles, jusqu’aux expérimentations de David…
Bref, j’ai mis du temps à visionner le film et je le regrette. Si le film est plutôt sur un rythme assez lent, avec beaucoup de personnages, il propose une intrigue et une histoire qui poussent à la réflexion sur la licence, à nous de nous poser les bonnes questions en attendant la suite. Bon opus.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Réalisateur du premier Alien en 1979, Ridley Scott revient aux sources du mythe qu’il a fondé avec une histoire d’origines (de la saga et de l’humanité ; un peu d’ambition ne fait jamais de mal). Les bandes-annonces, malheureusement bien trop révélatrices de l’intrigue, faisaient d’ailleurs une promotion sans retenue de la continuité entre ces deux films. De nombreux plans sur le mystérieux vaisseau. L’apparition du siège du Space jockey. Les boîtes disposées comme les œufs. Les immenses couloirs sombres aux parois contournées. Le sang acide. Même au début du film, la montagne surmontée d’un crâne est directement tirée d’une peinture de Giger non retenue pour le film-fondateur (mais venant du projet avorté de Dune par Jodorowsky). Tout avait l’air d’y être.

Sauf que…

Sauf que (si l’on est attentif) l’action ne se déroule par du tout sur LV426, mais sur LV223. Sauf que le Space Jockey ne meurt pas du tout dans son siège (et personne ne viendra l’y placer ensuite). Sauf que les cadavres qui jonchent la salle de pilotage du vaisseau auront mystérieusement disparu quand le Nostromo débarquera. Sauf que le vaisseau ne se crashe pas du tout dans la position où il sera retrouvé bien plus tard. Pour un film sur la cohérence avec la saga duquel le réalisateur et le scénariste disent avoir énormément travaillé, ça fait de grosses ruptures de continuité. On comprend alors que LV223 est une planète similaire à LV426, un lieu d’expérimentations pour les « Architectes » et que Prometheus raconte l’histoire de l’échec d’une de ces expériences, là où dans Alien, l’équipage du Nostromo découvre les restes d’un échec similaire… mais pas le même ! Ce que Scott veut nous dire, c’est que le projet d’armes biologiques que sont les aliens est si dangereux qu’il contient en lui-même la mort de ses concepteurs dans tous les cas. Prometheus est donc moins un prequel qu’un spin-off dane le même univers. Bon, pourquoi pas, après tout. il faut du temps pour comprendre ce parti-pris, ce qui n’arrive généralement qu’après avoir terminé le film, laissant largement le temps au spectateur alienophile d’exploser de frustration. Et puis pourquoi l’avoir présenté comme une anté-suite, alors ? C’était le meilleur moyen de décevoir les attentes !

Ensuite, quand on se penche un peu sur l’histoire elle-même, indépendamment de la place du film dans l’univers alien, on tombe sur d’énormes trous. Pourquoi David agit-il ainsi au milieu du film (rapport de « l’œuf », puis « fécondation ») ? Pourquoi le Space jockey a-t-il été cryogénisé ? Pourquoi les œufs, après 30000 ans de stase, commencent-ils à suinter dès qu’on ouvre la porte ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi… (sans parler de la fin qui appelle clairement une suite pour expliquer les motivations des Space Jockeys : encore une grosse dose de pourquois). Ce film pose finalement bien plus de questions qu’il n’y répond, et les fans de la saga en ressortiront avec leur lot de frustrations. Les autres, ceux qui ne connaissent pas le premier Alien (notons que Prometheus ne fait aucun lien avec les films de Cameron,Fincher et Jeunet), risquent également d’en être pour leurs frais, car les nombreuses allusions à Alien ne sont pas ré-expliquées ici (et d’ailleurs tant mieux, c’eût été lourd). En fait, ce film prend le risque de ne satisfaire personne.

Alors il reste les images : elles sont somptueuses. Il reste les acteurs : ils sont très bons, même si seuls deux personnages sont vraiment intéressants : David (bravo à Fassbender) et Meredith (merci à Charlize Theron). Il reste les effets spéciaux : magnifiques presque tout le temps. Il reste la 3D : étonnamment discrète, on l’oublie très vite ; elle sert surtout à surligner quelques effets de profondeur, mais n’attendez pas de grosses mâchoires en plein écran dans la tête du public. Il reste l’intrigue générale, qui se suit avec plaisir si l’on fait abstraction des incohérences pré-citées, et ménage son lot de scènes flippantes réussies (celle de la césarienne vaudra quelques déchirures sur les accoudoirs). Il reste le sous-texte : les allusions au mythe de Prométhée : elles sont légères ; les références à l’origine de l’humanité : le problème de l’origine de la vie n’est que transféré d’une espèce à une autre ; les relations parents-enfants : elles sont nombreuses mais sous-exploitées.

Clairement, cela aurait pu être un grand film de SF, mais par manque de rigueur, le résultat est finalement bien frustrant.

Pour les fans. Et encore, avec réserves.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2013
Bon par où commencer ...
Tout d'abord le tout est de bonne qualité et on se "fout" pas de nous, Blu Ray 3D + Blu Ray + DVD + copie Numérique !!!
Petit bémol tout de même, il n'y a pas de troisième place pour le DVD, du coup il se "balade" (il est dans une pochette papier avec blister transparent) à l’intérieur du boitier, ce qui lui coûte une étoile.
Passons à la qualité, DVD égal aux DVD habituels,
Blu Ray une HD extraordinaire,
Blu Ray 3D la gifle visuel,
j'ai trouvé le 3D encore plus époustouflant qu'au cinéma.
à prendre les yeux fermés, puis à ouvrir pour profiter au maximum de cette oeuvre,
Merci Maître Scott !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne vais pas revenir sur le film en lui-même "tout a été dit" hormis le fait que, malgré ses quelques invraisemblances et raccourcies faciles, PROMETHEUS est un film de SF correct qui possède une esthétique à la beauté magistrale, ennivrante, des scènes d'horreur et d'action anthologiques maitrisées (les désormais classiques scènes de la césarienne et du crash!!) tout en étant une fable horrifico-métaphysico-religieuse parfois naïve à la limite du ridicule. Voilà c'est dit et ce n'est que mon avis.

Mais ici je vais vous parler de l'édition Collector Blu Ray 3D/2D + DVD reprenant le visuel de l'affiche cinéma. Eh bien on peut dire que l'éditeur Fox et Mr SCOTT ne se sont pas moqués de nous. Quelle interactivité!!! C'est ultra complet.

Mais d'abord les blu-ray du film. Voyons plutot :

- Menu POP UP : nous sommes d'abord acceuilli par un très beau menu animé qui reprend les logos de la fameuse WEYLAND Company. Enfin une interface soignée, ça nous manquait.

- Image: phénomènales et presque irréelles. Une définition ultra-aiguisée, aucuns détails du vaisseau Prometheus ou des paysages exterieurs ne nous échappent (l'atterrissage - 25mn 30s), les contrastes sont parfaits que ce soit en basse lumière (les louveteaux - 31mn 02s) ou lors des scènes de jours (le crash - 1h46mn20s). Une perfection absolue. Du top démo!! Niveau blu-ray 3D, un peu décevant, peu spectaculaire, ce qu'on gagne en profondeur de champ nous fait perdre en terme de définition. Inégal.

- Son : Envelloppant, très efficace et impressionnant de détails (la grotte - 32 mn 55s). La V.O 7.1 est démentielle mais la VF s'en tire avec les honneurs en demeurant très punchy. Un festival ultra-jouissif d'effets multi-canaux et de basses cataclysmiques (l'impact suivi du crash - 1h45mn50s). Une fois de plus "TOP DEMO!!". Un bonheur total. Un travail sonore magistrale.

Maintenant les bonus.

Le blu ray 2D se compose de 2 commentaires audio (l'un très très intructif de Ridley SCOTT et l'autre complémentaire avec le scénariste Damon LINDELOF et un des producteurs), de videos virales sur certains personnages comme le fameux androïde David et permet enfin de voir près de 37mn de scènes coupées ou alternatives (soit 14 au total, avec petit explicatif et commentaire audio du réal optionnel) toutes plus intéressantes les unes que les autres (personnages plus dévelloppés, certaines situations plus cohérentes, à quand une version intégrale?!).

Le plus gros morceau se trouve sur un 3ème blu ray impressionnant et remplie jusqu'à l'overdose, quasiment tout en HD. Jugez :

- Un documentaire monumentale (3h40mn!!) sur le tournage intitulé "LA FUREUR DES DIEUX" qui décortique minutieusement chaque étape de fabrication du film de A jusqu'à Z. Possibilité de lui adjoindre en cours de lecture le module "zones d'amélioration" d'une durée de 1h11mn constitués de divers anecdotes (comme l'origine mythologique du nom du film, par ex!!). Ce qui, au bout du compte, donne un making of de presque 5 heures!!! Prodigieux!!

- "Les archives de Weyland Industries" se composent de croquis, concept-art et autres photos de la pré-prod jusqu'à la post-production. Sans oublier la promo avec featurettes, clips et les différentes bandes annonces (VO) du film. Complet.

N'oublions pas le DVD.

Eh bien c'est le parent pauvre. Bien que d'une point de vue technique c'est un sans faute (image superbe et son détonnant bien qu'incomparable et atomisé face au DTS du blu ray, of course!!), l'interactivité est scandaleuse. 10 mn de scènes coupées (le BR en contient 37mn, pour rappel), menu statique et c'est tout. Aucun commentaire audio, aucune bande-annonce du film, rien... Je trouve la méthode éditorial un peu injuste pour le dvd-phile qui paye quand même assez cher cette galette dans les magasins classiques.

Bref vous l'aurez compris que l'édition Blu-ray 3D/2D s'avère incontournable pour tout fan désireux d'avoir l'édition la plus complète possible. Une véritable référence en matière de qualités video/son parfaites et de bonus bien fournis.

A vous de voir.

PS : Par-contre, les accès à l'interactivité sont très sensibles car il suffit d'effleurer à peine les touches de votre télécommande pour que tel ou tel fonction s'actionne ou revienne subitement à zéro. Un peu gênant mais sans plus.
22 commentaires| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
On peut reconnaître une qualité à Ridley Scott : celle de bien composer les images. pour cela, ce film tient toutes ses promesses, la qualité et le dépaysement étant au rendez-vous. De même, la direction d'acteur est impeccable et chacun tient bien la route, et en premier lieu Charlize Théron dont les formes moulées dans sa combinaison la font apparaître presque comme un robot déshumanisé mais aussi appétissant !!

Pour le reste, il n'est jamais évident de mettre en place un scénario complexe pour trouver une origine au monde des aliens. On sent, par le déroulé de l'histoire, des histoires de ce film, que le mauvais ressenti des "createurs" envers l'humanité est lié sans doute à une question génétique. Le prologue est assez mystérieux sur ce point et laisse la porte ouvertue à de multiples interprétations qui seront sans doute levées lors de la suite de ce film. Comme on ne connaît pas la suite, on ne peut que rester un peu sur sa fin sur ce premier épisode du "prometheus". Trop de questions restent encore en suspens.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je précise que je possède cette édition ( la même ) en version UK et que je n'ai pas la moindre idée de ce que peut donner la version française .
Ce n'est pas parce que c'est du Ridley Scott qu'il faut prendre les vessies pour des lanternes trouves-je ! ... Dirais-je !

Malgré d'incontestables atouts ce film est moyen et c'est vrai aussi qu' il n'est pas abys-salement mauvais . Mais que : bof ( au minimum ) .
Franchement que ce soit au cinéma ou dans cette version dvd , ce film m'a globalement déçu , même si je conviens volontiers , qu'il est incontournable dans la mesure où il est une pierre de plus dans la grande et mythique épopée des bestioles de l'espace , de ce cher Ridley Scott , qui ne s'est franchement pas foulé du point de vu scénario dans cette pré quelle aux séquelles annoncées .

N'étant pas musicologue , je passe sur la musique du film , j'avoue que j'ai bien aimé ce fond sonore ..
L'univers est solide et l'auteur démontre fréquemment l'intelligence très solide du genre , qu'il possède manifestement . Il maitrise incontestablement la création d'univers de science-fiction .
De ce point de vue , il génère souvent dans ce métrage , de la crédibilité en faisant des clins d'oeil nombreux aux opus précédents , par exemple : sortie d'hibernation , androïde qui dérape sur la savonnette , problèmes de quarantaine à l'entrée du sas .. etc. .
Des clins d'oeil sympathiques qui avec la mobilisation de nombreux autres détails plus vastes , créent un univers crédible et somptueux .

C'est bien une pré quelle d'alien en fait ( j'en doutais depuis ma séance mitigée de ciné ) , c'est surtout vers la fin que la trame narrative montre clairement par une succession d'images , de séquences et de de plans le pourquoi du comment et du qu'est-ce ?

Le casting n'est pas mauvais loin de là , et s'il n'avait pas été aussi bon le film aurait coulé vite fait bien fait , à l'occasion de quelques scènes , qui confinent à l'insoutenable ridicule et qui grâce au casting demeurent ridicules mais deviennent presque humoristiques . Ces aspects ridicules ne diminuent en rien la valeur de la prestation du casting d'ailleurs . Je pense par exemple , à l'accouchement dans la douleur qui est quand même sidérant ....
J'ai eu du mal à adhérer à l'androïde , qui est un peu trop frapadingue à mon gout , même si ce personnage qui est autre chose qu'un être humain ou bien qu'une IA , est solide et intéressant en soi .
Mais ce n'était peut pas la peine d'en faire un foldingue maniéré en roues libres lâché dans la maintenance d'un vaisseau spatial et d'un équipage en hibernation etc. ... .. Pas crédible ... pas agréable : bof ! ? ET , : point barre ...

Le scénario sur le plan global est bon en ce qui concerne les tenants et les aboutissants de l'univers et concernant les ressorts fondamentaux de l'intrigue il est correctement fonctionnel .

Mais l'auteur se précipite tête baissée dans une inflation de catastrophes qui se succèdent à la chaine et qui découlent généralement de bêtises que font , non moins à la chaine , les personnages bizarrement incompétents . Des bêtises qui sont excessivement improbables dans une société acculturée au voyage spatial .
Exemple : une atmosphère exogène est respirable et bien vous gardez votre casque précisément parce qu'elle est respirable , si vous êtes capitaine et que vous percevez une présence absolument anormale alors que deux membres d'équipage largués dans l'inconnu sont à deux doigts d'un contact , et bien , vous ne désertez pas la passerelle en éteignant la lumière , pour faire crac crac ...
A cause de ces bêtises improbables qui se produisent vraiment en chaine tout aussi improbable , les personnages basculent en enfer , et le film se transforme en série B moyenne avec un budget de superproduction ..
Une superproduction qui se trouve noyée dans une foule de bestioles , dont-on ne perçoit pas clairement les logiques dont découlent leur incroyable variété , qui est de ce fait inutilement foisonnante .

Donc maintenant nous savons que notre Ridley Scott préféré peut nous la jouer flémard , et c'est dommage et ce n'est pas gentil de sa part . C'est même décevant !
Espérons qu'il a gardé le meilleurs pour la suite , qui arrive avec ses gros sabots .
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 novembre 2014
Quelle déception de la part de Mr Ridley Scott ! Après des grands films comme Alien, Blade Runner etc
c'est la cata !
Mélange de Alien, MatriX, 5è Elément etc..mais avec scénario poussif, dialogues insipides, actions
sans cohérence, et acteurs pas vraiment motivés..
Les effets spéciaux ne sont vraiment impressionnants qu'à la fin.. où je m'endormais !
Et la musique semble déjà entendue..
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mars 2016
Ce nouveau volet de la saga Alien qui se situe chronologiquement avant le premier film de 1979 est tout bonnement magnifique avec une direction artistique majestueuse , une mise en scéne Ridley Scott impressionnante, de bons acteurs et des thèmes passionnants , vivement la suite pleine de mystére ! Le blu ray métal est de grande classe son et images de toutes beautés et documentaires excellent !
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà, je viens enfin de recevoir, déballer, et visionner cette version "collector" de Prometheus.
Je ne reviendrais pas sur l'histoire (ceux qui voudraient trouver des informations sur le film les trouveront sans soucis sur des sites spécialisés dont la critique sera plus pertinente que la mienne), je dirais juste que l'on a l'impression que Ridley Scott ne savait pas sur quel pied danser (Prequel à Alien ? Oui ? Non ? Un peu ou pas du tout ?... jusqu'à une créature finale ressemblant à l'alien de la saga... sans vraiment lui ressembler).

Dans ce coffret (métal) vous trouverez donc :
Le Bluray du film
Le DVD du film
Le Bluray du film en 3D
Le Bluray des bonus (plus de 8 heures annoncées... ou est-ce plus de 7 comme on peut le lire plus loin ? (voire photo))
Un code pour la version digitale gratuite du film
Pas de livret, ni aucun "bonus" papier. cette version collector n'en est donc pas vraiment une, mais juste une version "complète" (quoi que on pourrait imaginer la sortie d'une version longue dans un avenir plus ou moins lointain, monsieur Scott ayant pour habitude de revoir sa copie (il y a pas loin de neuf versions de Blade Runner si mes souvenirs sont exacts).

2 minutes 24. C'est le temps qu'il m'aura fallu de l'insertion du Blyray au lancement du film (sans avoir recours à des raccourcis particuliers, mais en usant de l'avance rapide quand c'était possible). C'est long. Même pour un Bluray (certains de mes films se lancent en moins de 30 secondes).
La plupart des gens ne s'en soucient pas, mais pour moi ça fait partie des choses qui comptent.
Enfin, heureusement on échappe quand même aux mises en garde "le piratage c'est mal" (annonces d'une crétinerie sans nom vu qu'on ne les trouve QUE sur les versions non piratées).
Pour en revenir au film, je sais que je vais me faire incendier, mais l'image est décevante.
Rassurez-vous, elle n'est pas mauvaise, mais non seulement la qualité varie (note pour les grincheux : mon home cinéma est assuré pour plus de 15.000€, arrêtez de me dire que mon matériel est en cause) mais elle oscille entre bonne et très jolie. jamais on atteint le niveau "wouaaaaaa".
Le grain est généreux, la colorimétrie bien gérée, les scènes sombres manquent de contraste, et (mais ce n'est pas un défaut) les couleurs sont ternes (normal, ne vous affolez pas, le film est voulu comme ça. Pour des couleurs pétillantes, voyez du coté de Les Bisounours : Que le meilleur gagne !)
Le son est à l'instar de l'image. Plutôt bon, mais sans brillance particulière.
Dommage de ne pas avoir tiré profit de l'espace qui était disponible alors qu'aucun bonus ne partage l'espace du disque.

Les bonus valent par contre carrément le détour (même si certains sont longuets, voire carrément trop long). Secrets de tournage, Weyland Industries, scènes coupées, commentaires audio (toujours intéressant)... je n'ai pas chronométré pour voir si il y a plus de 7 ou de 8 heures de bonus, mais il y a de quoi vous rassasier.

Au final, une note de 4/5 (j'aurais voulu mettre 4.8/5, mais ce n'est pas possible) à cause du manque de rigueur au niveau image.

** Ce qui suit a été posté AVANT le 4 octobre 2012, date de sortie du Bluray **

Mon commentaire est : LE BLU-RAY N'EST PAS ENCORE SORTI !!

Vous tous, qui commentez des mois avant la sortie du Blu-Ray, semblez ne pas comprendre la différence entre COMMENTER UN DVD et COMMENTER UN FILM.
Relisez donc ce qui est inscrit au dessus de votre commentaire : "Ce commentaire fait référence à ... BLU-RAY" pas "Ce commentaire fait référence au FILM actuellement projeté en salle".
Non seulement vos commentaires sont déplacés sur ce site (alors qu'ils auraient leur place sur des dizaines de sites spécialisés), mais en plus vous dévoilez tous ou presque des éléments clef du film que ceux qui viendront ici chercher (en vain) la différence entre deux éditions du même film seront "obligés" de lire alors qu'ils auraient préféré ne pas le faire !

PENSEZ AUX AUTRES AVANT DE PENSER A VOTRE EGO !

ps : comme beaucoup j'ai vu le film, comme tous j'ai mon avis, mais je ne viendrais poser mon commentaire sur le Blu-ray que le jour où j'aurais le dit Blu-ray entre les mains.
review image
33 commentaires| 168 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus